Amazon va créer 100 000 emplois aux États-Unis et au Canada

L’annonce de ces 100 000 emplois s’ajoutent à la promesse de 33 000 autres faite la semaine dernière par le géant du numérique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jeff Bezos By: Steve Jurvetson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Amazon va créer 100 000 emplois aux États-Unis et au Canada

Publié le 16 septembre 2020
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

La célèbre entreprise de vente en ligne Amazon.com prévoit d’embaucher 100 000 nouveaux employés aux États-Unis et au Canada afin de faire face à une demande grandissante poussée par la crise du covid-19.

Avec les restrictions sanitaires, les habitudes des consommateurs ont évolué et beaucoup d’entre eux se sont tournés vers la vente en ligne autant pour le travail que pour les loisirs.

L’entreprise basée à Seattle a déclaré vouloir créer des emplois à plein temps et d’autres à temps partiel. Dans un communiqué paru lundi, elle a aussi précisé que les nouveaux emplois comprendront des avantages et des primes à l’embauche pouvant aller jusqu’à 1000 dollars dans certaines villes et un accès à des programmes de formation.

L’annonce de ces 100 000 emplois s’ajoutent à la promesse de 33 000 autres faite la semaine dernière par le géant du numérique, et à la création dès septembre de près de 100 nouveaux bâtiments d’exploitation commerciale dont des centres de tri et des postes de livraison.

Création américaine, jalousie française

En France, le succès d’Amazon est objet de jalousies. Il a suscité une fronde politique assez hétéroclite d’écologistes, de militants d’extrême gauche, de politiciens professionnels et de syndicalistes visant à bloquer son développement.

Accusé de concurrence déloyale, de détruire des emplois ou encore de porter atteinte à l’environnement, le géant de l’e-commerce est devenu la cible des lobbies, de la fièvre anticapitaliste et des groupes d’intérêt qui voient d’un très mauvais œil les bénéfices gigantesques engrangés pour des services qu’ils n’ont pu fournir pour cause de Covid.

Au pire de la crise du covid, Amazon a dû fermer ses entrepôts pendant plus de 35 jours suite à sa condamnation par un tribunal pour avoir insuffisamment protégé ses employés du virus. Les services de l’État, en particulier fiscaux, qui ont continué à assurer leur travail n’ont quant à eux jamais été inquiétés.

Afin de protéger les entreprises et les commerces locaux, et au détriment du consommateur, certains élus locaux découragent aujourd’hui l’implantation d’Amazon sur leur commune. Au niveau national, la taxe Gafa a été mise en place fin juillet, et ce sont les consommateurs, une fois de plus, qui paieront la facture.

La France ne devrait-elle pas s’inspirer des États-Unis et du Canada pour combattre la récession et la vague de chômage qui va s’abattre suite à la gestion politique de la crise du covid-19 ?

Plutôt que d’empiler les règlements et les impôts pour financer un plan de relance improbable, le gouvernement devrait clairement encourager le marché libre, qui reste le meilleur pourvoyeur d’emplois.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Amazon est un étrange objet d’attraction-répulsion. J’entends autour de moi beaucoup de personnes cracher contre Amazon tout en commandant des objets… chez Amazon! C’est tellement pratique et les prix sont tellement bas… mais c’est pas bien car on contribue au turbo capitalisme ultra libéral exploiteur de salariés sans défense et destructeur de la planète. J’adore observer ces contradictions.

    • un jour. étant enfant, .j’ai assisté à une réunion d’antinucléaires et entendu leurs propositions, leurs affirmations notamment celle de la surconsommation inutile d’électricité, la lumière étant en marche , alors que la visibilité de l’après midi était bonne j’ai donc fermé la lumière..ce jour là j’ai reçu une leçon..

  • Amazon a un énorme avantage sur ses concurrents, son interface Web, elle marche, c’est ça le sérieux américain, ils respectent leurs clients.
    Aucune taxe et autres ne changera ça.

    • L’énorme avantage d’Amazon c’est les millions de nouveaux esclaves que cela crée.
      A par cela, d’autres solutions existent qui marchent aussi bien voir mieux.

      • l’esclavagisme moderne gnagnagna…
        Si il devait y avoir un esclave, ca serait le salarié du privé qui se fait piquer + de 50% de son salaire par l’administration.

      • Vous allez nous lâcher avec vos conneries communistes? Vous galvaudez l’esclavagisme avec cet amalgame débile! L’esclave n’a AUCUN droit, ce qui le distingue de l’employé qui signe un contrat avec une entreprise qui le rénumère pour un certain travail. Il peut démissionner s’il veut, pas l’esclave. Par contre l’état lui vous spolie de votre argent sans que vous ayez le moindre recours!

        • Pas de quoi s’énerver, c’est le genre de propos archi banal, qu’on peut entendre de la bouche d’à peu près n’importe qui (en famille, au taf..) de la personne qui se croit intelligente quand il sort ce genre de propos..

          • Justement, si les trolls pouvaient garder ces propos pour leurs familles et collègues de travail…

          • Pas d’accord: On ne devrait JAMAIS laisser passer ce genre de propos. Ca éviterait que justement ils ne soient banals. Ca éviterait qu’on prenne le communisme pour un « idéal de justice sociale » alors que ce n’est qu’une escroquerie intellectuelle.

      • Rien, ni personne ne force les dits « esclaves » à travailler pour Amazon.
        Il est vrai que toucher les indemnités chômages en buvant de la bière devant la TV c’est plus enrichissant.

      • ce qu’on va faire c’est que vous allez nous en montrer UN de ces esclaves…

        et donc ce ne sont pas des esclaves…alors reformulez…

        est ce que ce sera amazon emploie des millions de gens dans des conditions que je n’accepterais pas..
        et alors ????

        vous ets avant tou malhonnete..vous savez que vous ne dites pas la vérité vous ne parlez que par symbole et image et avec des codes de langages particuliers de nature idéologique..

      • C’est ballot, car ces « esclaves » ne sont pas enchaînés, ça signifie que s’ils veulent partir, ils le peuvent hein 😉
        J’aimerai bien avoir une petite liste des « autres solutions qui existent et marchent aussi bien voir mieux » et surtout… qui font vivre autant de personnes à la fois 😉 ?

      • Quand on sait ce que c’est le vrai esclavagisme, quand on a vu des enfants réduits en esclavage en Afrique (bosse 14heures à 11 ans pour que je puisse ne rien glander, ou prends toi un coup de fouet), les jérémiades de petits merdeux gâtés ça ressemble à une insulte aux victimes réelles.
        Les employés d’amazone ont le droit de démissionner. Les vrais esclaves n’ont pas le choix entre la pauvreté, la sous consommation, et le travail. L’esclavagisme c’est le choix entre la torture et le travail/viol.
        Les vrais esclaves tentent de traverser les mers sur des radeaux pour avoir la chance de devenir des « esclaves » chez Amazone.
        Branleur!

    • J’ai été inscrit sur Amazon ya longtemps en particulier et en entreprise. Ils ne respectent absolument pas leurs clients : horriblement compliqué de se désinscrire, de disparaitre de leurs bases de données, de ne plus recevoir leurs mails.

  • pas de panique….la France est sur la bonne voie , nous certifie Bruno le maire….pour aller dans le mur avec ces futurs 12% de chômage ….mais ça , on ne le dit pas ;

  • Le plus drôle c’est que la majeure partie des bénéfices d’Amazon provient…de son service cloud et de la pub

    https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/amazon-degage-plus-de-1-milliard-de-dollars-de-benefices-par-mois-grace-au-cloud-815409.html

  • Je commande des pièces auto aux USA, des salaisons à Milan, des épices lyophilisées en Allemagne conditionnées en Kg au prix de 2 x 50g en France, des X-mas pudding et du linge de maison au Royaume Uni, avec une garantie de ne payer que les articles reçus;
    que demander de plus ? Qui d’autre le fait ?

    J’ai même reçu directement du Japon de célèbres soupes Miso par Amazon.de, qui par ailleurs m’a livré sans problèmes pendant le confinement alors qu’Amazon.fr me faisait poireauter 3 semaines …

  • Bravo à Jeff Bezos !
    Exemple type qui devrait être enseigné dans nos écoles.
    Ce Monsieur est parti de rien, pour aboutir à un empire.
    Certain critique Amazon. Mais bon sang quel confort !!
    Acheter chez un petit commerçant ?? oui, pourquoi pas mais si le prix et sensiblement différent.
    Puis je ramener le produit si par hasard il ne convient pas à mes attentes ?? La

    • Le système de logistique d’Amazon est enseigné dans les écoles de logistique et en conférence pour les entreprises. Ils ont tellement innové dans le domaine que le leur est unique au monde et se propage petit à petit tellement il est efficace et optimisé en tout.

  • Oups, une connerie, UNE !
    Je disais: Si vous n’êtes pas satisfait d’un article acheté chez un commerçant, que pouvez vous faire ?? réponse: Rien !
    Chez les vendeurs en ligne, Amazon par exemple, vous pouvez retourner l’article dans des délais raisonnables. Quel confort !!
    Je me suis même vu être remboursé avant que le produit ne rejoigne les entrepôts d’Amazon.
    C’est pas du service ça ???
    Je suis disposé à favoriser mon commerçant de « quartier ». Faudrait-il encore qu’il me propose les mêmes services et surtout, la même souplesse.

    • Pour ma part, j’ai même reçu le produit en remplacement avant d’avoir envoyé celui que je souhaitais voir remplacer… ^^
      Et vous oubliez la livraison le dimanche…

  • Amazon : Pièce de rechange commandée dimanche dernier 17 h, reçue lundi 17 h.
    La Poste : courrier médical envoyé le 1er septembre, reçu le 10. 2ème courrier envoyé le 9 septembre toujours pas arrivé. Idem pour les colis.
    L’autre force d’Amazon c’est d’utiliser La Poste le moins possible car pas fiable.
    Il semblerait que depuis la fermeture pendant le confinement de plus en plus de colis vienne d’Allemagne (Merci la CGT)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

professeur écologie Canada médias
9
Sauvegarder cet article

Chargée comme l'haleine de l'alcoolique un lendemain de cuite mémorable, l'actualité devient difficile à suivre : il se passe trop de choses trop vite, et on a vite fait de louper une information primordiale, une de celles qui changent une vie (au moins). Par exemple, vous ne le saviez pas, vous n'en aviez assez probablement rien à carrer et vous aviez raison mais néanmoins, on apprend qu'Olivier Véran, l'actuel porte-parlote de Gouvernemaman, vient de sortir un livre résumant sa vision de la gestion de la pandémie par le gouvernement françai... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles