Méchant capitalisme, méchant Amazon qui crée de vilains emplois !

Amazon est une affreuse entreprise capitaliste américaine qui se paye le toupet de créer de l'emploi en France. C'est un véritable scandale !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Méchant capitalisme, méchant Amazon qui crée de vilains emplois !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 février 2017
- A +

Dans ce monde incertain où les vilains et les méchants se cachent, bien trop souvent, derrière des figures angéliques aux intentions louables, le Camp du Bien doit sans arrêt faire preuve de vigilance pour savoir détecter ceux qui sont les suppôts de Satan et ceux qui servent la cause. Heureusement, il reste quelques points de repère sûrs, quelques affreux emblématiques qui constituent des cibles pratiques pour l’édification des masses. Parmi ceux-là, Amazon, bien sûr.

Et avec Amazon, on n’est pas dans la catégorie du petit garnement, de la petite racaille que le Camp du Bien se doit de remettre dans le droit chemin, à coups de pompes au derrière ou, plus prosaïquement lorsqu’il s’agit d’une entreprise, avec quelques législations bien senties. Non.

Amazon, c’est du gros méchant, de la grosse entreprise multinationale américaine, du « badass » capitaliste sans frein ni foi dont le seul credo, honteusement affiché, consiste à plaire au client roi, ce consommateur que rien ne satisfait vraiment, qui pousse les prix vers le bas et les chatons au suicide. Amazon, c’est cette entreprise qui a déjà été longuement dépeinte, par le détail, par l’un de ces reporters de guerre envoyé sur le terrain de la logistique. Rappelez-vous : Jean-Baptiste Malet, jeune journaliste de 25 ans, décidait de s’infiltrer incognito dans un entrepôt Amazon en répondant à une offre d’emploi et, au péril de sa vie, nous narrait par le détail les trop horribles vexations que le travail dans cette entreprise lui imposait.

Depuis, les horreurs que le géant de la distribution américaine fait subir à ses employés ne se sont jamais démenties : les pages de notre vaillante presse française sont emplies des descriptions atroces d’employés dépecés vivants entre les rayonnages de « Harry Potter » et de « 50 Nuances de Gris », de ces rites sataniques aux pentacles peints avec du sang de vierges tenus régulièrement par un management inhumain (voire saurien) et autres complots illuminés, ou plus si affinité.

Du reste, l’entreprise américaine, accumulant les succès (et le cash) n’a jamais réussi à s’attirer les bonnes grâces de l’intelligentsia française qui a bien reconnu en elle le destructeur implacable du petit commerce, de nos petites librairies de quartier qui sentent bon la patine et le papier moisi. Tout le monde sait qu’Amazon, c’est la mort du libraire (on trouve tous les livres chez Amazon, voyons), du vendeur de joujoux équitables (on trouve tous les jouets chez Amazon, voyons) et même du petit artisan de sextoys traditionnels (on trouve même ce genre de jouets sur Amazon, voyons). Le seul avantage d’Amazon aux yeux de certains (notamment à Bercy) reste l’existence dûment notée de produits utiles et en quantité adaptée à la ponction fiscale française.

Pour le reste, il y a une accumulation évidente de crimes à la bienséance et de délits d’outrecuidance de la part de la multinationale américaine qui ne lui permettront jamais d’échapper à l’opprobre et l’anathème que lui jettent en France le Camp du Bien, les médias, les syndicalistes et les organisations corporatistes diverses et variées.

Ainsi, l’entreprise de Jeff Bezos a-t-elle tenté de faire oublier ses abominables conditions de travail (dénoncées en leur temps par un New York Times remonté comme un coucou… ou presque) en proposant la semaine de 30 heures. Ah ah ah, qu’allez-vous faire croire là, M. Bezos ? Tout le monde sait que vos employés, surexploités, misérablement traités, ne pourraient de toute façon guère aligner plus de 20h par jour, encore moins 30. Et … Ah c’est par semaine ? Hum Bon. Bref.

Ainsi, le géant de la distribution n’hésite pas à piétiner le plus élémentaire savoir-vivre comme l’ont dénoncé plusieurs syndicats, outrés de voir que l’entreprise n’hésite pas à offrir une prime pour démission : à chaque début d’année, le géant informatique américain propose à ses salariés qui auraient « un projet personnel » de démissionner en échange d’une prime pouvant aller jusqu’à 8000 euros. C’est, bien évidemment, parfaitement scandaleux voire immonde puisque cela inciterait certaines personnes à partir plutôt qu’à se faire licencier et toucher le chômage ! C’est en outre parfaitement inique puisque tout le monde sait que la France dispose déjà d’un véritable arsenal en matière de droit du travail, et qu’en procédant ainsi, Amazon court-circuite les formidables administrations et les magnifiques syndicats qui ont normalement la charge d’accompagner les personnes qui se placeraient elles-mêmes dans ces situations. Mais surtout, c’est parfaitement légal, ce qui rend tout à fait insupportable une telle distribution de pognon.

Heureusement, tout ceci ne pourra pas durer.

Dans le Camp du Bien, tout le monde sait que le Mal ne peut triompher. Tout le monde sait que ces employés maltraités, cet argent jeté à la face des salariés qui veulent s’en aller, que ces conditions de travail iniques, que cette gestion au cordeau, que tous ces éléments sont autant de clous autour du cercueil Amazon. Tout le monde sait aussi que l’avenir d’Amazon est pourri : regardez, même à Wall Street, alors que l’entreprise quadruple ses bénéfices, ils sont nerveux ! Ah ah, tenez-vous bien, suppôts de Satan, vous allez carafer et ce sera bien fait pour vous…

Ou presque. Parce parallèlement, on apprend dernièrement qu’Amazon envisage très fermement d’étendre ses activités physiques en France, au point de devoir créer 1500 nouveaux emplois, en contrat à durée indéterminée, ce qui porterait le total de ses effectifs français à plus de 5500. Argh, c’est beaucoup, d’autant que le géant américain de la distribution en ligne ne recherche pas seulement « des ingénieurs, diplômés d’écoles de commerce et jeunes diplômés », mais veut aussi remplir des « postes non qualifiés » pour des personnes « souhaitant se former sur le terrain ».

Autrement dit, voilà qu’Amazon embauche à tour de bras, aussi bien des diplômés que des non qualifiés, dans un pays gangrené par 5 millions de chômeurs (peu ou prou). Voilà qui pose un évident problème : pour le journaliste moyen, pour l’élu de base et le politicien national chevronné, pour le commentateur boboïde qui, le poing levé, dénonce l’exploitation de l’homme par l’homme à coup de scanners logistiques cadencés comme du papier à musique, comment accommoder une vision du monde où le pire du capitalisme permet d’offrir un travail à plusieurs centaines de personnes, et en sortir d’autres centaines des difficultés provoquées par l’absence de qualification en leur proposant formation et expérience professionnelle probante ?

Dilemme particulièrement cruel que celui de ces gens-là qui vont devoir continuer à trouver toutes les tares possibles, continuer à taper sur celui qui va, de toute évidence, employer un nombre croissant de personnes en France, mais qui, à l’instar de McDonalds, Coca-Cola, Monsanto ou n’importe quelle autre entreprise, paie des impôts, des charges sociales et emploie des milliers de personnes.

Eh oui : il va être difficile de continuer à passer pour le sauveur du peuple, le défenseur des classes laborieuses, tout en crachant sur ces entreprises qui font, elles, et au contraire de ces aigris, quelque chose de concret pour ces classes.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • Ces géants sont une épine dans nos petits pettons d’importateur acharné…On aimerait aussi avoir ces géants pour nos exportations…. Est-ce que cet amazone vend également nos bons produits français bien de chez nous dans le monde ?
    Si oui gloire au seigneur d’amazone et de ces milliers d’emplois en patins à roulettes pour nos chers têtes blondes hyper diplômées de nos fières écoles de la république

    • @reactitude
      Je ne crois pas qu’Amazon vende du fromage et du vin, ou des voitures de marque française, ni même le TGV ou l’A380. Par contre, le livre du jeune journaliste, français, est en vente.

  • Amazon : le commerçant multi-produits de proximité quand on habite un petit village ou une petite ville de province, c’est à dire quand on est la majorité des français (bon, sauf dans les DOM où presque personne ne livre…)
    Éradiquer les déserts économiques, voilà ce qu’Amazon a réussi. En faisant comment ? Juste en cherchant l’excellence dans le service rendu aux clients : la recette de base de l’économie libérale, si je peux dire…

  • Comment !?? Une entreprise privée se permet de créer des emplois ? Sans passer par l’Etat ? Alors que c’est le sacro-saint rôle de l’Etat de trouver du travail à tous ! Ah non..; C’est bien les etreprises qui créent des emplois. Il n’y a pas que des robots qui bossent à la place des humains chez Amazon ? Ah non ! Il faut toujours des petits bras musclés.

  • Vous ne dites rien des conditions de travail et ne répondez à aucun des arguments. Comme le dit l’article que vous postez vous-même concernant la fameuse prime, « Pour certaines centrales, il s’agit clairement d’un plan de départs volontaires déguisé, et d’une manœuvre qui permet d’embaucher à moindre coût des intérimaires à la place de CDI. » Les syndicats ont-ils raison ou tord, ça se discute, avec des arguments. Ce que vous ne faites pas, parce que votre seule logique c’est Privé = Bien, Syndicat/Etat = Mal. Vous incarnez exactement le même manichéisme que vous dénoncez, mais inversé.

    Il existe des pages et des pages de témoignages et d’enquête sur les conditions de travail d’Amazon, il suffit de quelques rapides recherches et lectures sur Internet pour se rendre compte de la réalité: surveillance constante, salaires misérables, pressions du management, mise en concurrence des salariés entre eux, temps de pause insuffisant pour manger ET pisser (il faut bien choisir), etc., etc.

    Amazon crée des emplois? La belle affaire. Les gens vont bosser chez Amazon pour un salaire de merde et dans des conditions de merde parce qu’ils n’ont pas le choix dans un contexte de chômage généralisé.

    Vous êtes aveuglé par votre dogmatisme. Vous faites semblant de prônez la liberté mais c’est l’esclavage généralisé que vous défendez. Bravo la cohérence.

    • Posez-vous peut-être la question du pourquoi « dans un contexte de chômage généralisé. ».
      Combien de suicide chez l’horrible Amazon.
      Combien chez le gentil Orange/France Telecom ?

      • Le contexte de chômage généralisé est dû à l’Etat, au PS et aux syndicats, ainsi qu’à Christine Taubira, merci je suis au courant. Quant aux suicides chez Orange, leur nombre était insignifiant avant la privatisation. Mais je crois que c’est à cause de parce que l’Etat est encore un peu actionnaire, sinon c’est sûr y en aurait pas!

        • Prowler: Le contexte de chômage généralisé est dû à l’Etat, au PS et aux syndicats

          Économie la moins libre et entreprises les plus taxées d’Europe oui.
          Bonne chance pour prouver que ce n’est pas le cas et puis rechercher quelques chiffres ça vous donnera l’occasion de baser votre avis sur des faits plutôt que des slogans pour une fois.

          Sur 148 pays la France est:
          -134ème pour les prélèvements obligatoires.
          -130ème place pour le poids global des réglementations
          -137ème pour les règlementations liées au fait d’entreprendre.
          -117ème pour la flexibilité.
          -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits.

    • « Il existe des pages et des pages de témoignages »
      patati, patata. Tout le monde sait qu’on est *obligé* de travailler pour Amazon. Et qu’une fois le contrat signé, il est *impossible* d’en dénoncer les clauses, de quitter cet enfer ou d’ester en justice et de gagner.

      Tout le monde sait ça.

      D’ailleurs, Jean-Baptiste Malet a tout dit ! C’est troporibl.

      (nb : tout le monde aura compris qu’il s’agit de manger épicé plutôt que votre orthographe amusante)

      • C’est sûr qu’il vaut mieux s’attarder sur une faute de frappe que sur le fond du débat. Oui, on est « obligé » de travailler pour Amazon quand on est au chômage et qu’on trouve pas autre chose. Vous confondez vos utopies libérales avec la réalité: je sais que selon votre dogme, un contrat de travail est conclu entre deux adultes consentants parfaitement libres d’adultes libres de profiter de leur liberté de choix, mais la réalité est tout autre et malheureusement, la vie n’est pas encore un livre d’Ayn Rand. Quand on en est à chercher des boulots de manutentionnaire en intérim, c’est qu’on pas trop trop le choix en général. Et sinon, comment aller en justice quand la loi permet ce genre de conneries? Non, vraiment, expliquez-moi, ça m’intéresse. Que dit votre dogme à ce sujet?

        Comme à l’habituer, vous répondez aux arguments par l’injure et l’ironie, parce que vous n’avez aucun argument, à part Syndicat, caca, entrepreneur, bonheur. Et vous osez parler de manichéisme et de dogmatisme. Comme dirait Staline, « qu’est-ce qu’on se marre! »

        • Bonjour Prowler

          Le libéralisme part d’un constat, l’homme est libre, autonome, et responsable de ses choix.

          Les socialistes critiquent la démocratie libérale (droit de l’homme, séparation des pouvoirs, etc..) et considèrent les individus immatures (sans dents) ou aliénés par la société ( l’homme est bon etc..) et parce que le monde n’est pas parfait (marché du travail asymétrique toussa) veulent imposer un système totalitaire, niant les droit de l’homme, pour le bien de l’individu bien entendu.

          Les libéraux ne prétendent pas créer un monde parfait contrairement aux socialistes. Ils demandent simplement de respecter les DDHC cad la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l’oppression.

          Je sais en france être libéral est un gros mot, il faut être anti-libéral. Malheureux peuple qui choisi l’esclavage volontaire contre l’autonomie.

          • « Le libéralisme part d’un constat, l’homme est libre, autonome, et responsable de ses choix. »
            ce n’est pas un constat, c’est un l’aveuglement, un vœu pieux !
            croyez vous vraiment que l’homme est libre dans le système capitaliste ?????
            il n’y a qu’un obscure libéral pour le croire, quel cynisme, quelle hypocrisie quel aveuglement.
            Cette part de l’humanité me dégoûte vraiment…

            Bon aller on a compris l’article n’est là que pour faire le buzz et provoquer.

            • système capita quoi alors que la part de l’état est à 70% du PIB ❓
              Capitata ❓ Cacapipitata ❓ Ou tout simplement néo-socialiste :mrgreen:

            • @lehamstersortidesaroue
              Bonjour,

              « « Le libéralisme part d’un constat, l’homme est libre, autonome, et responsable de ses choix. »
              Ce n’est pas un constat, c’est un aveuglement, un vœu pieux ! »

              Si c’est un voeu pieux, alors quel est votre constat ? Que l’homme n’est pas libre ? Que sa condition est d’être soumis, au service d’un autre ?
              Quelle peut bien être votre définition du terme Liberté ?

              Si l’homme n’est ni libre, ni autonome, ni responsable de ses choix, et donc de ses actes, il n’est qu’un esclave dont le maître est, lui, responsable. Comment un maître peut-il être libre, autonome et responsable, puisqu’il est aussi un homme ?

              « Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements… » préambule DDHC 1789

              « Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

              Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

              Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi. »

              • Bonjour,

                Dans les faits (et non en théorie), l’homme n’est pas libre:
                1) pas libre de son propre conditionnement mental
                2) du joug du capital.

                Je vous fait grâce du 1) qui n’est pas la vocation du libéralisme mais déjà le libéralisme part avec un gros handicap en négligeant ce fait, puisque le libéralisme part du principe que l’homme est libre.
                En théorie oui, en pratique non déjà dans sa tête.
                Je ne suis pas libre de mes idées, vous n’êtes pas libre des vôtres.
                partir du postulat que l’homme est libre est partir d’une utopie et pas de la réalité.
                ça me met déjà un peu colère des gens qui parlent de liberté sans en avoir compris les tenants et aboutissants.

                Mon intervention est surtout sur le point 2) le joug du capital, que la plupart ici n’admettent pas . On se demande dans quel monde ils vivent???
                Rien a ajouter tant que vous ne reconnaîtrez par le joug du capital.

                Donc je suppose que vous aurez compris que je ne prône pas l’asservissement de l’homme mais bien le contraire, sans doute bien au delà de ce a quoi aspirent les libéraux.

                cordialement.

                • lehamstersortidesaroue: Rien a ajouter tant que vous ne reconnaîtrez par le joug du capital

                  Mais de quoi parles-tu gamin ?

                  Le capital n’est QU’UN moyen de production possible dans les pays libres, ce n’est PAS une obligation.
                  Tu peux bosser dans une SCOP collectiviste ou te mettre à ton compte avec zéro euro de capital, tu es libre.

                  En fait ce que tu demandes, c’est qu’on vole les richesses des autres pour te fournir des choses gratuites Belle mentalité de pillard.

                  • Bravo, voilà c’est exactement ça qui me sidère, cet aveuglement partisan !
                    je ne sais si c’est volontaire ou si c’est de l’inconscience ???
                    c’est a se demander qui est est le gamin dans l’histoire, qui est né dans le capitalisme et qu’i n’est même pas capable d’oser penser le monde autrement que sans capital (et surtout ses mécanismes d’asservissement) ?
                    comme le poisson qui se dit que la vie hors de l’eau est impossible.
                    qui n’est pas capable d’avoir le réflexe conditionné: pas de capital = communisme. ???

                    Réveil les gars !
                    Tout, absolument tout est sous le joug du capital, la scop comme le pygmée dans sa foret (bien malgré lui).
                    Seul l’air que l’on respire est encore libre (quoique, merci pour la pollution du voisin capitaliste péteur)

                    A la fin, inutile de me prêter des intentions que je n’ai pas.
                    Ca prouve encore une fois la limitation de ta propre pensée, la limitation de ton propre conditionnement.
                    Comme quoi, libéral que tu es, libre tu n’es déjà pas en toi même et tu voudrais m’imposer TA liberté ????

                    Ce monde de résignés (au capital) et d’ embrigadés me désole……………………

                    ad nauseam.

                    • lehamstersortidesaroue: « Je ne suis pas libre de mes idées, vous n’êtes pas libre des vôtres. »

                      Si vous êtes convaincu d’une telle ânerie, alors on peut se demander pourquoi vous venez débattre ici.

                    • blabla puéril.

                      Ce que tu appelles « capital », ce sont des richesses que certaines personnes mettent en commun librement pour monter un outil de production efficace qui donne plus de richesses qu’elle n’en consomme. Où est le problème ?

                      Ce n’est pas obligatoire, plein d’entreprises se montent sans « capital » avec juste des apports personnels :
                      http://www.kalipub.com/blog/question-reponses-entreprises/peut-on-creer-son-entreprise-sans-capital.html

                      ET c’est quoi ton délire avec les SCOP « sous le joug du « capital » ? L’outil de production appartient aux employés.

                      pas de capital = communisme. ???

                      Non, pas de capital = pas de liberté parce qu’il faut interdire la liberté d’utilisation des biens des gens.
                      Le communisme est UN exemple parmi d’autres de société répressive.

                      et tu voudrais m’imposer TA liberté ????

                      La liberté c’est « l’absence de contraintes exercées par une autre personne », on ne peut pas « imposer une absence de contraintes », ça n’a aucun sens comme tout ce que tu racontes.

                    • Penseriez-vous que l’Homme n’est pas libre parce qu’il doit faire des choix ?
                      L’Homme a des besoins vitaux : il doit boire et manger. Il peut aussi s’en passer, mais à ses riques et périls.

                      Les détenus du camp d’Eysse s’étaient révoltés pour avoir plus de libertés et être traités en êtres humains dans la prison. . Les résistants qui étaient enfermés, avaient préparé l’évasion de tous les détenus. Ils ont malheureusement échoué. Les meneurs ont été fusillés dans la cour. Il est quand même fort curieux que tout un tas d’hommes et de femmes se soient révoltés et battus contre un système politique, pas capitaliste, non seulement pour eux, mais tout le reste de la population. Les résistants étaient 300.000.
                      Vous niez la Liberté, et cela me désole.

                      Je ne parlerai pas pour les autres commentateurs : la Liberté que j’envisage est tout simplement celle décrite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

                      Quant au conditionnement psychologique, posez-vous la question de ce dont nous gavent les médias.

                    • @Raphaël 9

                      « Si vous êtes convaincu d’une telle ânerie, alors on peut se demander pourquoi vous venez débattre ici. »

                      J’imagine que Spinoza était un imbécile aussi, vu que c’était un peu sa théorie.

                    • Prowler: J’imagine que Spinoza était un imbécile aussi, vu que c’était un peu sa théorie.

                      Non, l’imbécillité vient d’une lecture relativiste qui viole les mots et les niveaux de concepts. Le pauvre Spinoza se retournerait dans sa tombe s’il vous lisait. Au-delà de sa philosophie métaphysique, en politique Spinoza était un des grands philosophes de la liberté et de la tolérance du XVIIe siècle.

                      Que le libre arbitre existe ou pas, dans la réalité, la contrainte physique qu’un humain exerce sur un autre, chaînes, prisons, menaces, violences ou son absence détermine la liberté de cette personne. Les contours sont parfaitement identifiés, mais si vous ne comprenez déjà rien à Spinoza…

                      Bref, ce que vous demandez avec le hamster, c’est d’être libéré de toute contrainte matérielle, c’est-à-dire que les ressources qu’un autre a produites quelque part soient prises de force pour que vous en profitiez gratuitement.

                • lehamstersortidesaroue Donc je suppose que vous aurez compris que je ne prône pas l’asservissement de l’homme mais bien le contraire

                  Non, il n’y a aucune logique dans ton fatra.

                  Si tu ne veux pas de « capitalisme » ta première mesure c’est forcément d’interdire la libre utilisation des biens des gens.

                  J’ai l’impression que tu n’as pas l’électricité à tous les étages.

            • Si les droits de l’homme vous dégoûte autant, je ne peux rien faire pour vous.

              • L’Homme il ne l’aime que servi avec des chaines…
                Une spécialité collectiviste.

                • Les chaînes ne vous dérangent pas quand elles prennent la forme du salariat visiblement.

                  • Prowler : Les chaînes ne vous dérangent pas quand elles prennent la forme du salariat visiblement.

                    C’est vraiment la bouillie dans vos têtes mes petits. Il faudrait vraiment arriver à distinguer la contrainte du libre choix pour commencer.

                    Ensuite, pour échapper à ces « chaines » vous pouvez parfaitement monter une entreprise, même avec un euro de mise. Il existe plus de 35’000 métiers répertoriés en France avec des status variés, EURL, SCOP, SARL, SAS, SNC, SCS, etc. etc. Par contre ça demande un travail de dingue et des compétences.

                    Aucun intérêt pour vous évidemment. En fait il est visible que ce que vous demandez le troll le hamster et toi, c’est que l’état vole les fruits du travail d’autres personnes pour vous le donner gratuitement.

                    Votre conception de la « liberté » c’est le pillage des autres.

        • @Prowler
          Bonjour,
          Non, vous n’êtes pas obligé de travailler pour Amazon. De toute façon ils offrent 1500 postes et il y a 3.5 millions de chômeurs. Vous pouvez postuler pour McDO, Burger KIng ou même Pizza Hut. Si vous avez des jambes, il y a la restauration traditionnelle, sans aller jusqu’à la gastronomique. Il y a aussi Leclerc, Carrouf, ou Lidl (où là, on bosse pour 2 voire 3).
          Dans les entreprises, qu’elles soient privées ou publiques, il y a de la concurrence entre employés, parce que ce sont des gens, et que les êtres humains ne sont pas parfaits. Les boulots de manutentionaires et d’autres métiers manuels, sont des activités physiques. Chez McDo, le boulot n’est pas des plus compliqué : nul besoin d’avoir fait l’ENA pour faire et vendre des sandwichs. Pourtant j’ai vu des nouveaux, que j’avais eus 3 heures en formation l’après-midi, partir en pleurant 30 minutes après le début du rush du soir. Certains ne sont pas faits pour la cadence, le speed, la pression, même des managers.
          Le libéralisme n’est pas une utopie : le plein emploi était en vigueur pendant les 30 glorieuses, après-guerre jusqu’au crash pétrolier,

    • Enquêtes dont l’aspect caricatural à été maintes fois dénoncé par les salariés eux-mêmes.

      • Ah oui? Est-ce que vous avez des liens vers ces dénonciations? Parce que moi par contre j’ai trouvé cette longue enquête, menée certes par le crypto-stalino-goulaguiste Monde Diplomatique, mais qui semble assez bien documentée : https://www.monde-diplomatique.fr/2013/11/MALET/49762

        Est-ce que vous avez le même genre de sources pour illustrer vos dires?

        • Le Monde Diplomatique, LOL!! et pourquoi pas la Pravda tant qu’on y est?!? Jusqu’à nouvel ordre personne n’est obligé de travailler chez Amazon et grâce au travail acharné de la presse Française plus personne ne peut ignorer qu’Amazon n’est rien d’autre que l’antichambre des enfers sur terre donc ceux qui postulent sont entièrement responsable de leur sort « infernal »…

      • Idem que pour Mr Rambo plus bas, PhilippeMurrayRothbard, pour tout ceux qui s’intéressent à ce débat, pourriez-vous répondre à « Prowler » concernant les maintes enquêtes dénoncées par les salariés d’Amazon ? Je suis toujours un peu méfiant (ce qui est bien légitime) quant aux affirmations, voir assertions invérifiables, ça donnerait beaucoup de crédit à votre argumentation.

        • stoufka: Je suis toujours un peu méfiant (ce qui est bien légitime) quant aux affirmations

          Ah ?
          Pourtant vous avalez sans sourciller toutes les « enquêtes » basées sur les témoignages de quelques employés seulement. Si le ragot est la nouvelle méthode judiciaire en France merci de nous montrer les textes de loi. De plus personne n’oblige un employé à rester, en période d’essai vous partez même quand vous voulez.

          Sur indeed.fr les avis sont globalement positifs 4,3 sur 5 :
          https://www.indeed.fr/cmp/Amazon.com/reviews

          C’est un travail de manutentionnaire en entrepôt sans diplôme, un mini job pour jeune qui démarre, ils s’attendaient à quoi ?

          Un travail de caissière bien assise à 4300 euros par mois ? Parce que ça, c’est dans la suisse libre, ça n’existe pas en France à cause des gens comme vous.
          https://unternehmen.aldi-suisse.ch/fr/a-propos-daldi-suisse/espace-presse/communique-de-presse/aldi-suisse-augmente-les-salaires-de-ses-employes-dau-moins-05/

          Pour finir, c’est à l’accusateur de fournir des preuves réelles.
          Quelles sont les condamnations d’Amazon au prud’homme. Avec toutes vos « enquêtes » ça doit être facile à trouver.

    • « Il existe des pages et des pages de témoignages et d’enquête sur les conditions de travail d’Amazon »

      Et il y a même des syndicalistes parmi les salariés d’Amazon. Et pourtant les condamnations aux Prud’Homme se comptent sur les doigts de la main.

    • Travailler volontairement pour un salaire ce n’est pas du dogmatisme , c’est le monde réel. expliquez nous le « de merde »;;
      C’est quoi un salaire de merde? c’est quoi de conditions de merde? ne pensez vous pas que ça pourrait être vous qui avez une vision erronée du monde? SI le chomage est généralisé alors toute entreprise qui vous donne du travail plutôt qu’à un autre vous rend déjà un fier service…vous voudriez qu’en plus de vous choisir elle vous laisse fixer votre prix? et les autres?

      Tout dépend du chomage de masse en effet, alors posez vous la question d’où vient le chomage de masse?

    • « Privé = Bien, Syndicat/Etat = Mal » et pourtant c’est exactement cela sans manichéisme aucun. c’est juste une question de morale ET de réalité

    • Prowler: Les gens vont bosser chez Amazon [] parce qu’ils n’ont pas le choix dans un contexte de chômage généralisé.

      Quelle triste ironie…

      Le chômage est généralisé en France à cause de la régulation et de la fiscalité hallucinante:
      Indice liberté économique – France 72eme derrière le Ghana et le Kazakhstan
      La France a le plus haut niveau de taxation des entreprises en Europe

      En suisse 4eme du classement, quasi pas de chômage et des salaires de caissière à 4300 euros contre 1308 euros en France

      Et du coup, votre idée c’est de taxer et réguler à mort Amazon… :facepalm:

  • Rien à dire. Bon article. A demain

  • gentil Amazon, gentil il créer de gentils emplois… mouton

    • ?? les images c’est bien joli quand elleq illustrent un propos et l’éclairent , là, on doit deviner votre pensée de haut vol…emploi de mouton? emploi où les salariées obéissent comme des moutons?
      ou juste mouton par rapport à l’aigle de votre avatar… du genre moi je ne travaillerait jamais chez amazon ou alors en ayant pleine conscience que je suis un mouton donc en étant moins mouton que les autres.
      expliquez bordel il ne s’agit pas d’envoyer un ou deux mots qui vous rassurent parce que vous les avez entendus chez des gens sympatoches…

    • gentil Amazon, gentil il créer de gentils emplois… mouton

      Au moins les moutons ne fabriquent pas eux-même leurs propre abattoir.
      En France on déteste les entreprises, on les surtaxe, on les sur-régule et après on ce retrouver au chômage avec des salaires de merdes.

      Aldi suisse offre des salaires de caissière à 4300 euros et il n’y a que 3.5% de chômage dans ce pays.

      La France est maintenant à la neuvième place d’Europe pour le pouvoir d’achat, avec une dette de 100% et 100 milliards d’emprunts par année, 273 millions par jour….
      Et l’autre gamin qui se ramène avec ses « moutons »… :facepalm:

      • avec une dette de 100% et 100 milliards d’emprunts par année Lire plus sur Contrepoints

        Et encore, vous êtes bon avec le déficit. Selon un chercheur, il serait de 12.5% du PIB en 2005. Cela a du augmenter.
        Le mur, on est en train de le toucher.

    • @BeCurious 89 : « gentil Amazon, gentil il créer de gentils emplois… mouton »

      Parce que bien évidemment, ceux qui font ce job ne sont que des moutons, des imbéciles…
      Vous vous prenez pour qui pour mépriser à ce point ces travailleurs !! Pour juger ainsi avec une telle condescendance les jobs d’autres personnes !

      Votre haine clairement affichée des emplois réalisés par les employés ou les ouvriers est à vomir.

  • Amazon, dans une première phase a employé la main d’oeuvre humaine, mais a compris que le volume des transactions augmentant, la charge de travail était croissante et écrasante. En 2011 ils ont acheté une entreprise de Boston, KIVA, qui fabrique des petites chariots supportant 280 kg, qu’on peut voir sur Amazon robotics, ou le site de KIVA. Dix entrepôts US utilisent maintenant 15000 de ces « tortues » qui se déplacent toutes seules dans les rayonnages. Et cela se répandra partout. Le journaliste veut nous faire le coup des » temps modernes » mais seul ce type de capitalisme crée des emplois, car les gens veulent être servis, et vite fait! Sinon on s’adresse à d’autres…Le capitalisme naît de nos exigences de plus en plus serrées…Et combien de petits commerces français ont pu exporter à l’étranger, car Amazon se charge du transport et de la publicité contre rétribution? Et combien ont embauché du personnel, alors qu’ils vivotaient au fond de leur vallée en attendant le touriste?

  • il y a un site internet sur Amazon qui parle des conditions de travail chez Amazon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Reportage à Balap, Torgan, Burabay, Schuchinsk, Akmolinskaia oblast, nord du Kazakhstan - Le 20 novembre 2022

 

Dimanche 20 novembre 2022 : le Kazakhstan organisait sa septième élection présidentielle depuis la disparition de l’Union soviétique, une élection anticipée provoquée par la démission du président en exercice, Kassym-Jomart Tokaïev, réélu sans surprise dès le premier tour avec le score très confortable de 82 %.

Caractéristique de ce scrutin : un taux de participation catastrophique dans les grandes villes o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles