Lutter contre la fraude sociale ? Par la délation, bien sûr !

Il semble que la notion de contrôle des deniers publics dans le domaine social soit une aimable plaisanterie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
whisper source https://unsplash.com/photos/4Bs9kSDJsdc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lutter contre la fraude sociale ? Par la délation, bien sûr !

Publié le 16 septembre 2020
- A +

Par h16.

J’en faisais mention dernièrement et la chose est maintenant à peu près connue, même si elle n’est que chuchotée dans les rédactions et sous les ors d’une République qui, au fond, s’en tamponne complètement : la fraude sociale est un vrai phénomène d’ampleur et la gestion des cotisations sociales par les institutions dédiées n’est qu’un immense foutoir où s’empilent complexités bureaucratiques, magouilles, coulage et opacités réglementaires épiques.

Pire : il semble même que la notion de contrôle des deniers publics dans le domaine social soit une aimable plaisanterie où l’approximation s’y dispute avec l’impérieuse nécessité d’un #PasDeVague, cette méthode autorisant des carrières pépères aux responsables et autres chefaillons des entités en charge de la manne sociale française.

Le constat est rude : les cas de fraudes se multiplient. Les erreurs des caisses s’accumulent, soit qu’elles tapent, pinaillent et enquiquinent avec ferveur les ayants droit pourtant légitimes, soit lorsqu’elles oublient de contrôler, vérifier et sanctionner ceux qui ne le sont pas.

En pratique, tout montre que les douzaines d’organismes de recouvrement et de distribution des largesses sociales françaises ne disposent pas des moyens de contrôles qu’il serait normal de trouver pour les montants et le nombre de cotisants dont elles sont responsables.

Ah, sacré « manque de moyen » sur lequel harpent et harperont encore les syndicats collectivistes du pays… Et ce même si les effectifs de ces usines à gaz tiède ne font qu’augmenter. Même si les enquêtes répétées de la Cour des comptes et des Parlementaires qui s’y frottent montrent tout autre chose : désorganisation chronique, résistance obstinée au changement, volonté de contrôler et d’endiguer la fraude extrêmement variable et en tout cas bien plus assujettie à des impératifs politiques changeants qu’à des nécessités de bonne gestion des deniers publics…

Bref : la sombre réalité française est que la fraude sociale est surtout utilisée (aussi discrètement que possible) comme l’un des leviers d’ajustement de la paix sociale, les « fuites » d’argent permettant d’assurer un calme apparent. On comprend dans ce cas que la volonté d’y mettre fin soit modérée par l’envie de conserver un statu quo douillet permettant de se faire réélire sans trop de difficultés…

Malheureusement, si ce statu quo peut fonctionner en période de croissance et lorsque les tensions sociales sont faibles, il en va tout autrement lorsqu’explose le nombre de bénéficiaires de ces aides à la faveur d’une crise majeure par exemple. L’argent sort alors à gros bouillons, il entre moins bien (forcément) et la fraude, jusque-là fort bien vécue, devient plus qu’un gros caillou dans la chaussure. Et actuellement, alors que la crise sanitaire se transforme en crise économique douloureuse, la question de la fraude refait donc surface avec d’autant plus d’acuité : comment diable va-t-on pousser ces gros pachydermes mous de la Sécurité sociale franchouille à se réorganiser et se prendre en main pour enfin lutter efficacement contre la fraude sociale ?

Rassurez-vous : déjà, des solutions pointent leur nez !

C’est ainsi qu’on propose par exemple de mettre en place une belle et grande Délation Citoyenne : voilà que l’idée d’utiliser massivement la délation refait surface dans notre pays par le truchement d’un article dans lequel un frétillant Julien Damon amalgame joyeusement fraude sociale et fraude fiscale, montrant au passage tout le bordel pouvant régner dans la tête de certains.

Contre les milliards d’euros d’évasion fiscale et d’escroquerie aux prestations sociales, il faut accepter et organiser les signalements par les particuliers.

Jetant avec gourmandise dans un même panier toutes les fraudes sociales pratiquées par ces myriades de Français peu scrupuleux (et rarement chopés) avec ces entreprises qui, en usant de procédés souvent légaux permettant l’optimisation fiscale, se retrouvent avec des sommes dans des paradis fiscaux contrastant surtout avec l’enfer fiscal français, le journaliste tente dans un exercice de style assez surprenant de faire passer la délation des turpitudes des voisins pour un retour à un certain ordre moral dont la société aurait bien besoin afin de rentrer dans ses fonds.

Comparer ainsi les manœuvres des uns, qui tentent d’éviter ce qui est devenu une véritable extorsion fiscale, avec les magouilles des autres, qui tentent de percevoir des sommes qui ne leur sont pas dues, c’est assez croquignolet et ma foi fort habile car ce faisant, la proposition de la mise en place de Kommandaturs spécialisées dans la fraude fiscale et sociale choque juste assez pour cacher l’éléphant au milieu de la pièce : si l’on en vient à compter sur le citoyen goulûment badigeonné de moraline gluante, c’est bel et bien parce que les 137 (!) organismes en charge de cette couverture sociale sont devenus de telles usines à gaz qu’ils sont maintenant infoutus de faire des contrôles eux-mêmes.

Autrement dit : même après des prélèvements de plus de 1000 milliards annuels, les Français ne peuvent pas, pour ce prix, espérer avoir des institutions capables de fonctionner correctement.

En fait, tout montre même que plus les Français se font ponctionner l’arrière-train pour cette couverture, plus elle est mauvaise et moins elle est contrôlée ! À tel point qu’on en vient à leur demander de faire eux-mêmes le boulot, tant est cruelle l’indigence des organismes en place.

Formidable, ne trouvez-vous pas ?

Et puis notre vibrant journaliste, fervent adepte de la petite délation bien de chez nous, semble oublier un élément essentiel : pour qu’une délation ait un sens, il faut qu’elle soit suivie d’effet. Ceci suppose une police et une justice efficaces.

Las. Pour 1000 milliards, de nos jours, t’as plus rien : avec une police globalement écouillée par une avalanche de bureaucratie et de textes de lois complètement ubuesques, et une justice complètement à la ramasse dont la masse pensante est maintenant aux mains des pires gauchistes, on est en droit de s’interroger sur l’impact réel de milliers, pardon, millions de délations supplémentaires dans le domaine social.

Sérieusement : vous espérez vraiment que cette justice qui relâche sans broncher des violeurs multirécidivistes et laisse en liberté des truands notoires, des dealers, des psychopathes et tout ce que le pays compte de racailles, va être en mesure de s’occuper de la fraude sociale qui est menée, en grande partie, par les mêmes individus ?

Voilà qui fait montre d’un optimisme en béton armé.

optimisme
—-
Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  •  » organiser les signalement par les particuliers « ….lesquels particuliers la mettront en veilleuse …..par peur des représailles via une certaine catégorie de la population ;

  • Dialogue de 1944 :
    – Gut, comment se fait-il que vous, commandant la Wehrmact française, ne soyez pas capable d’identifier et d’éliminer la Résistance Française.
    – Mais comment voulez-vous que je gère dix millions de lettres anonymes par an?

  • Lorsqu’une fraude est massive il y forcément des organisateurs. Quelques associations par exemples tellement heureuses d’aider ces pauvres gens dans des démarches difficiles longues et décourageantes pour beaucoup si pas de piston.

    • associations subventionnées par des fonds publics bénévolement fournis par le joyeux contribuable (merci Tex Avery)

    • Avorton
      « Lorsqu’une fraude est massive il y forcément des organisateurs. »
      Croyez-vous que le personnel politique et les partis restent immobiles devant tout ce fric qui s’écoule près de leurs mains?

  • Bah, c’est l’occasion de créer une « Gross Kommission » ou une « Oh Toto rit thé » et d’y mettre des alliés politiques dont on voudrait s’assurer la « loyauté ».
    10 petits millions de plus, une paille, ce n’est rien comparé à 100 milliards, non?
    Tout va bien se passer …

  • Quand je vois la moue que font les gauchistes quand on suggère de supprimer les aides sociales aux parents dont les enfants sont connus des services de police et de justice, je me dis que la lutte contre la fraude fiscale est juste du vent, ou un haillon de vertu tant on l’a entendu.
    En plus leur (seul) argument est qu’on ne peut pas réduire les revenus des familles souvent monoparentales en difficulté pécunières. Ce qui est caucasse quand on voit que pour automobilistes qui bossent, l’argument ne tient plus.

    • « … vent, ou un haillon de vertu…  »
      juste un marronnier que l’on ressort avant de rendre public l’habituel trou de la sécu ; ainsi chacun peut dire : « ah si seulement il n’y avait pas toutes ces fraudes ! »

  • Toujours les mêmes confusions entre optimisation, évasion et fraude fiscale.. Il est de toute urgence de rétablir une culture économique de base dans la société française ! Quand on voir la liste des personnalités préférées des français, on constate que l’évasion fiscale ne les dérange pas tant que ça..

  • A ce niveau de fraude cela s’est mué en détournement puis en transfert accepté des autorités qui par faiblesse achètent la paix sociale.Aux aides rajouter l’argent issu du trafic de stups(voir tous les morts récents qui illustrent les luttes de territoires juteux) qui fait vivre des territoires entiers de la république,à commencer par les loyers de HLM qui ne seraient jamais payés sans cela.

    • @PCC
      Bonjour,
      Sauf que la ‘paix sociale’ commence à prendre sérieusement du plomb dans l’aile et que cela se voit.
      La ‘paix sociale’ c’est comme accepter tous les caprices d’un enfant pour avoir la paix. Au final, on l’a pas et ça aura coûté un bras.

  • et ça va marcher, le français est né jaloux de tout, des autres et surtout de leur argent , c’est triste a dire mais c’est tellement vrai ..y’en a eu des collabos en 40..et un paquet.

  • et quand on voit la violence de la lutte contre l’évasion fiscale… deux poids, deux mesures.

  • il faudrait surtout que la fraude sociale conduise obligatoirement à des peines de prisons lourdes (appliquées) et des amendes massives.

  • Non : aucun espoir. La conclusion est parfaite.

  • Le système étant devenu irréformable, la seule chance qu’il débouche un jour sur quelque chose de viable est qu’il se casse d’abord irrémédiablement la figure. Travaillons y!

  • Le « fameux » meilleur système social prendrait l’eau de toute part, ou fuit de partout ? Je ne crois plus aux réformes, nous les aurions déjà vues, et à les entendre il suffit de prendre l’argent où il est … jusqu’au tarissement des sources. Non, il faut qu’il s’écroule pour que ces gabegies cessent et il s’écroulera tout seul !

  • La soviétisation du pays est tellement avancée que le seul choix réaliste est d’espérer aller au maximum afin que le peuple se révolte !!! Toute autre alternative échouera dans des compromissions politiques déjà malheureusement expérimentées sans succès !!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles