Covid : anecdote d’un petit entrepreneur dans la restauration

Comment des règlementations stupides, portant atteinte aux libertés individuelles détruisent le travail d’un petit entrepreneur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Buffet by Federica Piersimoni(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : anecdote d’un petit entrepreneur dans la restauration

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 13 septembre 2020
- A +

Par Jacques Henry.

Un de mes amis français, à vrai dire le seul ami que je vois régulièrement ici (l’auteur réside en Espagne, NDLR), est un chef cuisinier de très grande qualité.

Je l’ai suivi depuis dix ans au cours de ses changements d’employeur car les Canariens le traitent comme un sous-homme puisqu’il n’est pas Espagnol et encore moins Canarien. J’apprécie en effet sa cuisine.

Bref, sans travail depuis le début du confinement, il y a quelques jours il est venu me demander s’il pouvait utiliser le four du logement dont je suis locataire pour confectionner des tartes tatin et des quiches pour des clients à qui il livre les somptueux résultats de son art (au noir, mais il ne faut pas le dire).

Tout cela pour qu’il puisse encore survivre quelques semaines dans l’attente d’un très hypothétique travail.

Il m’a raconté l’histoire d’un ami également cuisinier qui s’était spécialisé dans les repas pour communion ou mariage à domicile, et disposant de tout un staff dans sa cuisine, surtout des Philippins car ils acceptent de travailler à n’importe quel prix.

Il a reçu une commande de 60 couverts prévue ce samedi 5 septembre pour une communion, tout cela se passant dans une grande propriété privée. À 35 euros le couvert hors boissons il rentrait largement dans ses frais, une fois n’est plus coutume depuis le début de l’épidémie coronavirale.

Pour faire face au surcroît de travail il a embauché pour l’occasion un deuxième chef (100 euros + les charges sociales, à peu près 100 euros également). Tout était plié pour ce samedi.

Mais, car il y a un très gros « mais ».

En effet, cette assemblée dépassait largement le nombre limité par la loi à dix personnes pour toute réunion, quelle que soit sa nature et sa localisation. Il a donc été contraint de fournir 120 masques, deux par convive y compris les enfants, cinq bouteilles de gel hydro-alcoolique ainsi que deux employés d’une entreprise privée de sécurité mandatée par le gouvernement provincial pour faire respecter le port du masque et la distanciation durant toute la fête familiale ; chacun devait être rémunéré 150 euros + charges sociales.

Vous imaginez la scène…

Deux jours avant, c’est-à-dire hier jeudi 3 septembre, la mort dans l’âme, il s’est décommandé en exposant ses arguments. Ce petit entrepreneur espérait survivre quelques jours en attendant une autre commande hypothétique.

Il a décidé de baisser le rideau !

Voilà comment des règlementations totalement stupides, portant atteinte aux libertés individuelles basiques (comme introduire des employés d’une entreprise de sécurité dans un domicile privé) détruisent habilement le petit tissu artisanal qui fait vivre des dizaines de millions de personnes dans toute l’Europe afin qu’il s’effondre jour après jour.

Ce ne sont pas les grosses entreprises qui réduiront le chômage, elles ont tendance à dégraisser pour satisfaire les exigences de leurs actionnaires, ce sont ces petits artisans employant trois, quatre ou cinq personnes qui créent des emplois.

Allez expliquer ça aux technocrates qui gouvernent les pays européens et encore moins aux fonctionnaires de Bruxelles, ils sont incapables de comprendre ce qui se passe dans la vraie vie.

On est en droit de se poser une question importante : quelle est la finalité de ces décisions de politiciens, ici en Espagne, mais également dans bien d’autres pays européens ?

Vous voulez une autre anecdote ? Cet après-midi j’étais dans la rue, mon masque obligatoire sur le menton pour pouvoir respirer librement et deux policiers m’ont interpellé pour port du masque défectueux.

Je leur ai expliqué dans mon espagnol approximatif (je parle l’espagnol comme un basque le français) que j’étais français mais que je connaissais la loi : dans la rue on n’est pas tenu de porter un masque sauf si les circonstances vous obligent à respecter la distanciation qui est de 1,5 mètre entre deux personnes.

Ils n’ont pas insisté mais c’est très énervant. Avec tous ces gros et petits détails la tension sociale va certainement exploser très prochainement, et ce sera vraiment très violent…

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • la pique aux grandes entreprises est sans doute superflue..

    • C’ est vrai, ce n’ est pas la taille qui compte, mais la manière de s’ en servir et de faire pression 🙂

    • Ce n’est pas une pique, mais un constat.

      • On sait très bien que la 1ere entreprise de France est l’artisanat. Et c’est pareil partout dans le monde.

      • écoutez..le constat est que les lois favorisent bien souvent les gros…mais vous ne pouvez pas en conclure qu’ils s’agissent de corruption..

        mais..en réalité, c’est à cause de imbécillité crasse des politiques.. il suffit de voir la loi alim.

        la taille n’est pas une tare…
        dire le contraire reste de la diffamation..
        si vous avez des preuves..vous les donnez.. et tout le monde connait des cas de micro corruption..avec des artisans et des élus locaux…

        ce genre de procédé est sympathique..les gros contre les petits.. mais c’est injuste.

        l’agrandissement des entreprises provient AUSSI sinon surtout que la taille a des avantages économiques évidents…et donc aussi avantageux pour les consommateurs..

        la diffamation est devenue la norme…

      • ce genre de constat vous le mettez dans les mains d’un politique il va légiférer sur la taille des entreprises..

    • Aucune pique aux grandes entreprises. Ce n’est pas dans le texte.

  • faire du travail au noir , de toute les manières possibles ; c’est le seul moyen de s’en sortir ;

    • De toutes les manières possibles certainement pas. Tout dépend de l’ activité, de ce qui est demandé, de sa charge énergétique et des frais engagés à exécuter un travail. Un coiffeur peut se faire épingler simplement en mesurant sa consommation d’ eau. Et ce sont de toutes manières des cotisations perdues pour assurer l’ après travail. Le travail au noir n’ est pas si intéressant que cela.

      • euh…la notion de travail au noir est directement lié à la notion de contribution obligatoire..

        donc oui en france, travailler au noir peut être perdant..mais le travail au nor devrait être la norme..et être juste le travail…

      • Cela dépend de ce que vous en faites. Et si vous ne déclarez rien, cela peut devenir intéressant…

  • Impressionnée par des mesures que je n’imaginais pas sur des réunions dans un lieu privé ! Dire que l’Europe de l’ouest était une zone de liberté du temps de l’URSS. De nos jours, la liberté est un concept en voie de disparition.
    Intéressant aussi d’apprendre que le port du masque à l’extérieur en Espagne ou dans certaines régions d’Espagne n’est obligatoire que dans les endroits où les distances entre personnes ne peuvent être maintenues.

  • « quelle est la finalité de ces décisions de politiciens, ici en Espagne, mais également dans bien d’autres pays européens ? »
    Et ailleurs dans le monde, surtout occidental. Ce qui se passe à Melbourne est atterrant.
    Quant aux objectifs, il faut les chercher du côté des « hommes de Davos » et de l’oligarchie mondialiste.

    • https://www.kla.tv/17172
      A compléter par le document-source et les projections pour l’avenir (« Covid-19, the great reset » de Klaus Schwab).
      De l’autre côté, on peut remonter l’histoire: d’où viennent ces idées, qui les a portées etc…

  • Politiciens et technocrates s’en foutent. La santé n’a pas de prix, nous martèle-t-on. Tant pis pour les centaines de milliers de petits patrons et leurs salariés mis sur la paille à cause de leurs décisions absurdes et liberticides. Ils en crèveront, mais à petit feu, et les médias n’en parleront pas, donc ce n’est pas grave.

    Nous sommes dirigés par des canailles.

  • Je rêve d’un jour où nos gouvernants s’intéresseront à la prospérité du pays. Ils découvriront alors que la prospérité suppose la liberté.

    • Ils découvriraient aussi qu’ils ne servent pas à grand chose, voire qu’ils sont des parasites. Raison pour laquelle ils feront tout pour ne pas le découvrir.

    • que la liberté permet la prospérité…en fait on nous prive TOUS de liberté en montrant l’exemple de gens qui ont fait de mauvais choix….

  • Étrange histoire, si le client veut faire la fête il paie et voila, en quoi cela dérange cet apprenti traiteur ?
    Il peut très bien avoir des vigiles serveurs et cuisiniers, phillipins ou guatemalteques si cela lui chante..et même les payer en partie au noir comme dab.

  • Ca me rappelle un article qui parlait de 1) l’activite déclarée 2) la recherche de rente 3) le travail au noir. https://economiepublique.blogspot.com/2020/08/la-recherche-de-rente-si-couteuse-la.html Il semblerait que l’anecdote montre que La recherche de rente tue l’entreprise et pousse le travail au noir dans les pays club med et la France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Une étude de la fiscalité européenne fait ressortir que c’est en France et en Belgique que la fiscalité sur les successions est la plus forte. En France, le taux d’imposition marginal sur les successions en ligne directe, à savoir entre parents et enfants, atteint 45 %. C’est le taux le plus élevé de l’Union européenne.

À titre de comparaison, ce taux est à seulement 30 % en Allemagne et même de 4 % en Italie. S’ajoute à ce taux considérable le fait que la France a l’un des abattements en ligne directe les plus faibles du monde : 100 0... Poursuivre la lecture

Patron PME Commerçant petite entreprise
0
Sauvegarder cet article

Je suis patron de trois PME : une au Luxembourg et deux en France. Voici quelques réalités simples et indiscutables de mon quotidien professionnel.

Premier exemple

Facture d’électricité d’une petite entreprise au chiffre d'affaires de deux millions d'euros par an. On paye de la TVA sur des taxes.

consommation................ 1 127,34 euros acheminement................     764,75 euros taxes et contributions.....     301,47 euros TVA 20 %........................     438,71 euros Total facture.................  2 632,68 euros

&n... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles