Ne sous-estimons pas la capacité des idéologues à influencer les dirigeants

Si ces stratégies de communications publiques ont rythmé la vie de nos sociétés depuis un siècle, il ne faut pas sortir de l’arène mais utiliser ces méthodes pour faire entendre nos idées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The Whisper By: Brian Smithson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ne sous-estimons pas la capacité des idéologues à influencer les dirigeants

Publié le 9 septembre 2020
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon et Alexandre Massaux.1

Ces dernières années et plus particulièrement ces derniers mois ont vu un assaut généralisé contre les libertés. Qu’il s’agisse des mesures de confinements et de restrictions liées à la lutte contre la Covid ou l’imposition d’une vision tribaliste et raciale des relations humaines dans le cadre des émeutes aux États-Unis. Ces tendances sont en train de malmener les valeurs humanistes qui ont permis le développement des sociétés et des individus.

Comme le fait remarquer Terence Corcoran au Financial post, tous ces assauts ont un dénominateur commun : la promotion du collectivisme et le rejet de l’individualisme.

Loin d’être désordonnées, ces attaques contre les idées des Lumières ont fait preuve d’une remarquable cohésion avec l’appui d’un grand nombre de politiques, médias et universitaires. Cette situation n’est pas un hasard et l’explication peut venir de théories sur la création de l’opinion publique et la communication publique datant du début du XXe siècle.

Influencer les influenceurs : une méthode redoutable

Dès 1922 dans Public Opinion, Walter Lippmann faisait remarquer que l’opinion publique est organisée par des personnes influentes de diverses natures : politiciens, académiques, médias, personnalités culturelles et chef religieux, etc. En effet, les individus tendent à se rassembler autour de personnes qui sont considérées comme étant des experts ou des influenceurs d’opinions. Ces derniers ont ainsi un pouvoir d’influence qu’eux-mêmes n’ont parfois pas toujours conscience d’avoir.

Un constat intéressant qui va néanmoins avoir un impact en matière de communication marketing et politique avec une stratégie qu’Edward Bernays, l’un des fondateurs de la communication publique, va mettre en place dès la fin des années 1920.

L’idée de ce dernier est d’agir sur les influenceurs pour avoir un effet sur l’ensemble d’une population donnée, voire l’ensemble de la population : au lieu de s’adresser directement à la population, il est plus intéressant de s’adresser aux leaders d’opinions et de faire en sorte qu’ils défendent l’idée ou le produit promu.

Ce faisant, ils deviennent les vecteurs d’une propagande envers la population. Bernays utilisera ainsi les avis scientifiques et les féministes tout au long de sa carrière et dès les années 1930 pour promouvoir des produits commerciaux (cf la campagne Torches of Freedom).

Une stratégie qui n’est pas sans rappeler la situation actuelle : la gestion de la crise de la Covid a reposé sur la base d’avis scientifiques censés guider la décision et l’opinion publique ; et les activistes politiques pour les droits des minorités ont été utilisés comme des vecteurs d’opinions. La différence est qu’il ne s’agit plus de vendre un produit commercial mais des idées collectivistes.

Quant aux collectivistes, il ne faut pas non plus sous-estimer l’influence qu’Antonio Gramsci a eu en matière de stratégie politique. En tant que communiste italien du début du XXe siècle, il a été le promoteur de l’hégémonie culturelle : les communistes devaient prendre le contrôle idéologique des structures de la société civile qui façonnent l’opinion publique. Une approche qui se combine bien avec la stratégie de Bernays. D’autant plus que si le communisme a disparu, les promoteurs des idées collectivistes existent toujours.

La pluralité des dirigeants et des experts comme parade

Dès lors que faire face à cette situation ? Tout d’abord, assurer une pluralité d’acteurs capables d’influencer afin d’éviter une pensée unique : établir un équilibre des forces dans le domaine des idées est un prérequis pour assurer le bon déroulement du débat démocratique.

De plus, il ne faut pas attacher une valeur absolue à des organisations (comme un média ou une université donnée) considérées comme des références afin d’éviter qu’une prise de contrôle de celles-ci par des idéologues ne permettent à ces derniers d’avoir une plateforme d’influence trop importante. Il ne s’agit bien sûr pas de tomber dans le relativisme et de tout contester mais plutôt de ne pas avoir une confiance aveugle.

Enfin les défenseurs de la liberté ont tout intérêt à eux-mêmes diffuser leur influence et leurs idées chez les faiseurs d’opinion publique pour contrer les idées collectivistes. Si ces stratégies de communications publiques ont rythmé la vie de nos sociétés depuis un siècle, il ne faut pas sortir de l’arène mais utiliser ces méthodes pour faire entendre nos idées.

  1. Respectivement PDG et chercheur associé à l’Institut économique de Montréal iedm.org
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • on le dit assez souvent sur e site..en disant que la stratégie des écologistes est remarquable et a fonctionné..

    • Stratégie des écologistes ou des gens contrôlant les écologistes ?
      Un ecolo n’a pas de cerveau mais une boîte pleine de peurs.. A exploiter sans modération.

  • Une technique très utilisée est l’abus du système judiciaire, où des juges, juridiquement comptents mais techniquement incompétents font des choix que seule une approche scientifique permettrait de faire et dont ils décident sur base d’un duel entre deux « experts » et leurs propres préjugés.

    Ceci étant renforcé par la tendance naturelle du judiciaire à suppléer à un législatif qu’ils considèrent souvent avec mépris.

  • pas bien difficile pour des idéologues d’influencer des dirigeants , surtout quand ceux ci ont peu de conviction profonde et sont des mous du cerveau ;

  • Je ne suis pas complètement d’accord avec cette analyse. En réalité, sur des questions comme le covid ou le réchauffement, on constate que les politiques ont arrêté leurs décisions ; après quoi, ils s’entourent de scientifiques destinés à leur donner raison et tous les autres sont réduits au silence.

  • Vous pouvez compléter le système d’influence avec la méthode Coué, les médias étant chargés du bourrage de crâne.

  • La censure, de plus en plus évidente, assure que le pluralisme réel n’est pas pour demain (J’entends par là que toutes les idées peuvent émerger).
    Au lieu d’apprendre aux jeunes à trier les poubelles, on ferait mieux de leur faire étudier Machiavel, Le Bon et Bernays pour faire le tri des idées en debusquant les intentions de manipulation.

  • @beauzamy: « je ne suis pas complètement d’accord »

    Je dirais même plus, je suis presqu’en désaccord.
    😉

  • Dommage que le début de l’article fasse déjà référence à un postulat non-réel (je ne dis pas faux, puisqu’un postulat ne peut pas être faux), à savoir  » promotion du collectivisme et le rejet de l’individualisme. »
    Il est évident que les coups de butoir des égoïsmes (que trop de gens confondent avec individualisme) contre nos sociétés sont plus néfastes et sournois que les « collectivistes ». Là encore, c’est un barbarisme (Erreur de langage par modification de sens) facile. En effet, les innombrables tentatives d’individus de se passer de carcans formateurs / liberticides politiques/idéologiques/financiers dominants n’ont pas une visée collectiviste, mais libertaire. Cependant, certaines de ces démarches incluent un fonctionnement participatif, collectif, ou pour faire plaisir à certains « socialo-collectiviste-sataniste ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles