Décryptage : un plan de relance… pour mieux maintenir le monde d’avant ?

Si relancer la croissance avec toutes ces dépenses constitue une promesse évidemment alléchante, on peut toutefois s’interroger sur la réelle nécessité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
EMMANUEL MACRON By: patrick janicek - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Décryptage : un plan de relance… pour mieux maintenir le monde d’avant ?

Publié le 8 septembre 2020
- A +

Par Nathalie Janson.
Un article de The Conversation

Voilà, le voile a enfin été levé le jeudi 3 septembre, même si les grandes lignes avaient été énoncées par Jean Castex lors des journées du Medef la semaine précédente.

Il ne faisait plus guère de mystère que le plan de relance serait d’abord en faveur de l’offre.

Cette ambition assumée se justifie par l’origine de la crise économique née de l’arrêt brutal de l’activité d’une grande partie des entreprises en raison du confinement.

Ce plan fait suite au plan d’urgence de 460 milliards d’euros mis en œuvre lors du confinement pour soutenir les entreprises et les ménages.

Un plan politiquement correct

Jean Castex l’a affirmé en préambule de sa présentation :

« Les 100 milliards visent à transformer la France pour la rendre plus écologique, plus compétitive et plus solidaire ».

Cette répartition presque égale entre la transition énergétique, les entreprises et la société illustre bien la préoccupation du gouvernement d’assurer une croissance inclusive.

On notera que l’ordre des priorités n’est pas anodin : l’écologie est placée avant les entreprises. Environ 30 milliards y seront consacrés, essentiellement autour de 3 axes : les transports (11 milliards) avec l’accent sur le fret et les nouveaux transports du quotidien, la rénovation des bâtiments (7 milliards) et la décarbonation des entreprises (9 milliards).

Le gouvernement souhaite en outre inciter au développement d’une nouvelle filière hydrogène, – même si l’hydrogène vert ne l’est qu’à condition d’une électrolyse obtenue à partir d’énergie verte – à hauteur de 2 milliards.

Côté entreprises, les 35 milliards alloués visent essentiellement l’amélioration de la compétitivité des entreprises avec la baisse des impôts de production de 20 milliards sur deux ans. Rappelons que le niveau des impôts de production est actuellement l’un des plus élevé en Europe. Selon une note du Conseil d’analyse économique, le montant acquitté par les entreprises françaises s’élevait en 2016 à près de 2 % du PIB, soit plus de 4 fois le rapport enregistré en Allemagne.

Capture d’écran.
« Les impôts sur (ou contre) la production », Philippe Martin et Alain Trannoy, CAE (2019)

Par ailleurs, 11 milliards seront consacrés au Programme d’investissements d’avenir (PIA) sur 2021-22, dont le développement de la filière hydrogène fait partie, et 3 milliards aux fonds propres des entreprises.

Enfin, même si ce plan de relance ne concerne pas en premier lieu la demande, il comporte néanmoins un volet social à hauteur de 35 milliards, dont 14 milliards consacrés à l’emploi, répartis entre le financement du « plan jeune » et le financement du chômage partiel dans les secteurs où l’activité reste fortement réduite. Dans une certaine mesure, ce financement du chômage partiel s’apparente un soutien de la demande puisque les salariés continuent à percevoir une large partie de leur salaire.

Un plan vraiment nécessaire ?

Si relancer la croissance avec toutes ces dépenses constitue une promesse évidemment alléchante, on peut toutefois s’interroger sur la réelle nécessité, voire les conséquences à long terme, de ce plan d’urgence après le premier plan d’urgence de 460 milliards.

Si ce dernier pouvait se justifier dans la mesure où le confinement empêchait l’activité, aujourd’hui la distribution de la nouvelle enveloppe se justifie moins dans les secteurs où l’activité a pu reprendre. La particularité de cette crise reste en effet que l’appareil de production reste intact ou presque.

Évidemment, le confinement a entraîné des changements : les entreprises comme les individus vont devoir s’habituer à cet environnement où l’incertitude règne étant donné que l’épidémie de Covid-19 n’est pas encore maîtrisée.

La leçon à tirer de cet épisode inédit reste donc qu’il est indispensable d’être « agile », ce terme si prisé du management, mais qui illustre bien cette idée de la capacité d’adaptation rapide au changement. Au-delà d’un plan de relance, il aurait fallu libérer l’activité économique. La baisse des impôts de production va dans ce sens, mais, comme annoncé dès juillet, ne représente que 20 % du plan de relance.

L’avantage de libérer l’activité à travers la simplification des impôts, de la réglementation, du Code du travail, en somme le choc de simplification tant attendue par les entreprises est qu’elle évite les effets d’aubaine que génèrent immanquablement les mesures ciblées.

Une telle démarche aurait un effet pédagogique puisqu’elle enseignerait à tous que le changement est permanent et qu’il ne faut pas le redouter. Au contraire, ce plan de relance véhicule l’idée qu’il permettra de récupérer en large partie ce qui a été perdu. Pourtant, tout n’a pas été perdu puisque certains secteurs comme celui de la technologie, du numérique et de la santé connaissent de fortes croissances.

Un plan qui s’autofinance ?

Selon Jean Castex, le plan de relance, qui vise au retour de l’économie à son niveau d’avant d’ici 2022, ne sera pas financé par une hausse des impôts, mais par les gains engendrés par la croissance future. Le premier ministre a également promis que le « retour sur investissement » rapide permettrait de ne pas peser sur la dette publique.

Plan de relance : Jean Castex promet un « retour sur investissement » rapide (Le Huffington Post). 

C’est une hypothèse récurrente dans l’histoire des plans de stimulation de l’économie – qu’ils portent sur la demande ou sur l’offre – bien pratique politiquement puisqu’elle permet de convaincre davantage qu’il n’y aura pas de hausse d’impôts et que la dette publique restera soutenable.

Dans cette mécanique, tout est donc une question de timing. Quand se fera sentir l’impact sur la croissance ? Il est difficile de le prévoir étant donné que les changements entraînés par le confinement et la permanence de la Covid ne sont pas réversibles.

Néanmoins, il est légitime pour le gouvernement de ne pas trop se préoccuper de ce volet. La politique de l’argent quasi gratuit n’est pas prête de se tarir compte tenu de la stratégie des banques centrales, encore réaffirmées au symposium de Jackson Hole la semaine dernière !

Nathalie Janson, Économiste & enseignante-chercheure, Neoma Business School

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • C’est encore un tour de magie, le gvt sort des lapins de son chapeau. La dedans il n’y a aucun investissement, l’écologie brûle de l’oseille, les impôts de production quand on ne produit rien on n’en paie pas, quant à l’hydrogene…. Il aurait mieux fait de s’abstenir de toute initiative, laissez faire est preferable au dirigisme de caniveau

    • Il y a aussi des impôts (compris dans la rubrique « impôts de production » qu’on paie même quand on ne produit rien.

      • Par exemple, celle répondant au doux nom de cotisation foncière des entreprises.
        Dans le futur, l’état va devoir investir dans la vaseline 😉

  • toujours une belle tête de vainqueur notre premier-ministre.

    le plan financé par la croissance générée : cela fait 40 ans que cela dure !!!

  •  » rendre la France plus écologique « ….ça passe d’abord par l’éducation ; quand on voit des gens qui jettent leur masques dans la rue voire dans la nature ( j’en ai vu pendu à des arbres , carrément ! ) …..

  • Ce qui fait frissonner c’est l’aspect écologie avant tout. Comme il s’agit d’une religion, tout le monde devra se prosterner ! Donc mettre en avant toutes les escroqueries habituelles comme la voiture électrique, les éoliennes, l’abandon du nucléaire…

  • Comme aucune relance n’a jamais marché les retours sur investissement sont un rêve de fonctionnaire énarchien, même pas suffisamment intelligent pour étudier le passé. En fait c’est juste un plan com pour les élections de Macron afin qu’il puisse dire qu’il a fait quelque chose… d’inutile!
    Lorsqu’on veut véritablement une relance économique on baisse fortement les impôts, on supprime les règlements qui entravent l’économie, et surtout on fiche la paix aux entrepreneurs qu’on laisse faire!

  • Lorsqu’il écrit « l’épidémie n’est pas encore maîtrisée », l’auteur montre bien son ignorance du sujet : l’épidémie a disparu depuis longtemps ; seule subsiste la peur que le gouvernement veut maintenir.

  • « Gains futurs ». Vu que la France se traine (se trainait avant la cata covid) péniblement aux environs de 1% de croissance, soit bien en dessous du minimum pour apporter quelques pépettes à l’Etat, il est probable que ces gains futurs n’existeront pas. Et donc, à l’aune des constats gouvernementaux, relayés par les agences du même type, les contributions obligatoires au budget vont forcément fleurir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles