Covid : Français, soyez « responsables » et surtout… obéissants

Le gouvernement semble prôner la responsabilité des individus, en l’associant au respect des consignes imposées. Responsabilité et « en même temps » obéissance ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
OBEY by Poster Boy(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid : Français, soyez « responsables » et surtout… obéissants

Publié le 30 août 2020
- A +

Par Margot Arold.

« Nous allons tout faire pour que les Français reprennent le travail normalement, reprennent l’école normalement, reprennent leur vie sociale, culturelle le plus normalement possible. »

On aimerait tellement croire à ces déclarations de Jean Castex. Malheureusement, les faits montrent que rien n’est normal, même si les Français s’habituent aux restrictions et aux interdictions qui sont désormais leur quotidien, donc deviennent la « norme » ainsi que le rappelait Jonathan Frickert.

Première remarque : Jean Castex, enfermé dans un studio de France Inter, ne porte pas son masque. Pas plus que les journalistes.

Pourtant, pas d’aération, et quand bien même une distance serait respectueusement insérée entre les intervenants, il faut croire que le « virus qui circule toujours » évitera soigneusement de voleter de narine en narine, de bouche en bouche…

Ah oui, mais c’est que pour parler, porter un masque, c’est un peu contraignant. Un ministre n’a sans doute pas à subir les contraintes que l’on impose à un enseignant…

La deuxième vague : non, évidemment

Léa Salamé demande si nous sommes « dans la deuxième vague ». La réponse de Jean Castex est étonnante.

« Si on est dans les mêmes indicateurs qu’en mars-avril : non ».

Que signifie cette expression bancale ? Ça veut dire quoi, être « dans les mêmes indicateurs » ? Qu’on a les mêmes critères de mesure ? Il faut espérer que oui, et que les contraintes et interdictions qui nous sont imposées le sont en faisant des comparaisons raisonnables, avec les mêmes critères qu’en mars.

Ou bien être « dans les mêmes indicateurs » veut-il dire « avoir les mêmes chiffres » qu’en mars-avril (raison pour laquelle la réponse est « non ») ?

Évidemment c’est non !

En mars-avril, lorsqu’il n’y avait pas de tests, que les médecins eux-mêmes n’arrivaient pas à obtenir l’autorisation de tester leurs patients, même suspectés de covid, même aux urgences, donc lorsqu’on testait très peu (environ 1000 tests par jour) : on obtenait entre (approximativement) 50 et 165 cas positifs par jour.

Aujourd’hui, alors qu’on teste massivement (plus de 700 000 tests par semaine, soit 700 fois plus qu’en mars), nous en sommes à 3000 à 5000 de positifs. Qui ne finissent pas en réanimation.

En mars-avril, les réanimations débordaient. Aujourd’hui, il y a moins de 400 personnes en réanimation dans toute la France. 410 au 26 août. 381 au 27 août.

Ce ne sont pas des vues de l’esprit ou des affirmations farfelues : ce sont les chiffres de France santé publique.

responsables

responsables

Une proportion non négligeable de ces patients en réanimation y est non pas pour un Covid mais pour une autre raison, et ils ont été testés positifs au covid, car aujourd’hui le protocole exige de tester tout patient entrant à l’hôpital, même s’il est asymptomatique.

Oui on est loin, très loin des « indicateurs » de mars-avril, époque où on nous serinait que le masque était inutile tandis qu’il y avait plus de 300 décès par… jour.

Alors, pourquoi tant de restrictions, d’obligations, d’interdictions ?

Soyez responsables : obéissez-nous !

A plusieurs reprises Castex évoque le fait que porter un masque, c’est faire appel à notre sens des responsabilités. Quelle hypocrisie.

C’est une mesure imposée, il n’y a nulle responsabilité puisque nous n’avons pas le choix. Associer la responsabilité individuelle et l’obéissance aux ordres, cela nous rapproche dangereusement de la mentalité d’une société de surveillance, où chacun agit en croyant faire « ce qui est mieux » alors que le mieux est décidé par autrui, ici un gouvernement (qui a quand même été dans une panade complète depuis le début de l’épidémie et a raconté à peu près n’importe quoi).

« J’accepte toutes les contraintes parce que le gouvernement a dit que c’était pour mon bien et par solidarité avec les plus vulnérables » : et voilà comment au nom d’une sacro-sainte solidarité en guise de vaseline, et du « pour votre bien » qui fait passer la pilule, on arrive à faire accepter d’intolérables et ubuesques décisions de port du masque en toutes circonstances : dedans, dehors, à pied, à vélo (ah, non, finalement… à moins que….), sur le nez, sur la bouche, pourvu que tous les orifices soient protégés.

En appliquant strictement des ordres, sans quoi ils seront verbalisés, les Français ont l’impression d’être responsables, d’avoir donc fait leur propre choix. Finalement, gouverner, ce n’est pas si compliqué…

« La liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force ». Jamais ces mots de George Orwell n’auront eu autant de résonance.

On nage dans un méli-mélo qui fait prendre les vessies pour des lanternes : obéissez et vous serez responsables. Tout comme on a eu en mars : enfermez-vous et vous serez protégés.

Mais aujourd’hui, c’est : sortez, et vous serez protégés ! Car les membres du gouvernement n’ont cure de se contredire en permanence. Ainsi, Jean Castex :

« Oui, je dis aux Françaises et aux Français , allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien ».

Macron, le 6 mars 2020 nous encourageait lui aussi à aller au théâtre. Dix jours après, il décidait de nous confiner. Mêmes mots, que croire ? Faites vos jeux. Puisque vous n’avez plus le choix.

« The nine most terrifying words in the English language are : I’m from the Government, and I’m here to help. »

Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • La réponse à toutes ces interrogations est simple, en se mettant 2 secondes à la place de Castex :
    « Si je dis que ce n’est pas obligatoire c’est pire que si je ne disais rien, mais je n’ai pas les moyens de faire respecter cette obligation, donc c’est obligatoire et je fais appel à votre sens des responsabilités. »

    Effectivement, une fois de plus le mieux aurait été pour lui de se taire.

    • Pas d’accord avec Cachou42. Ce que Castex se dit, c’est : « si je rends pas le masque obligatoire, il se trouvera un ou plusieurs clampins pour me traîner devant un tribunal en alléguant que je n’ai pas tout fait pour éviter à son grand-père de mourir de la Covid ; alors j’ouvre le parapluie. »

    • C’est obligatoire pour que les Français tous les jours, presque à chaque instant, se souviennent que la situation est dangereuse et que l’état d’urgence sanitaire est justifié. Ainsi, le gouvernement qui a perdu la majorité absolue récemment peut continuer à tout décider par décrets, sans le parlement. Tant que la terreur régnera, nous ne serons plus en démocratie. Déjà, on nous laisse à penser que la situation actuelle pourrait durer longtemps. Peut-être jusqu’en mai 2022 ?

  • Profitons de nos derniers jours heureux parceque lorsqu’il s’agira de de vacciner pour la grippe plus 2 fois le Corina, la ce sera la panique, il n’y aura pas de vaccins pour tout le monde ni les ressources humaines nécessaires. 10 ou plus mois de retard de traitement des autres maladies, pratiquement irrattrapable.

    • Et puis, la dangerosite du virus étant faible c’est le moment de contaminer le maximum de monde, ils font encore l’inverse de ce qu’il faudrait faire. Autant d’erreurs est impossible sans une volonté diabolique derrière….. Le monstre a échappé à son maître.

    • La question que l’on pourrait se poser, c’est que vu le nombre de gens qui refusent déjà le banal vaccin contre la grippe saisonnière, combien accepteront le nouveau vaccin contre le coronavirus sans crier au complot, à la manipulation mondiale et autre tentative de diminuer drastiquement la population?

      • Sans doute que le vaccin sera obligatoire pour les personnes à risques.. Les autres vivront masqués ou vaccines…. Rappelons que 90% de la population n’aura que des symptômes habituels de fausse grippe, d’un gros rhume comme tous les ans, le corona virus est un virus banal pour les personnes en bonne santé.

        • Et comment définissez vous les personnes à risque? Existe-t-il un instrument de mesure pour qualifier quelqu’un de « à risque »? Ne peut-on pas laisser chacun décider de sa propre protection en fonction de ses propres paramètres de santé?
          Merci pour le -2. Attendez que le futur vaccin devienne obligatoire ( sous peine de prune ou de non assurance sécu) et vous verrez la levée de bouclier de tous ceux qui crieront au complot mondial!

          • Je suis à risque selon la secu, vaccin grippe gratos, à cause de l’asthme et de mon grand âge, 66 ans, mais à 50 je l’étais déjà. (évidement je ne me vaccine pas,, grippe de Hong Kong et j’ai survécu, depuis rien, et en fait en très très bonne santé.

            • Attention, vous devriez vous méfier! Il me semble qu’aujourd’hui, en août 2020, il y ait un fait communément admis, c’est que » quelqu’un en bonne santé est un malade qui s’ignore ». Alors en TRES TRES bonne santé, DANGER!

          • A partir du moment où vous avez une maladie « chronique », vous êtes considéré à « risque »… C’est une règle simple et claire et ne vient pas du gouvernement 😉 …

        • Le vaccin sera obligatoire pour toutes personnes voulant prendre les transports en commun : train, bus, avion, bateau, etc.

        • Personnes à risques ? Cela veut dire quoi ? Si les vieux sont les plus menacés, ils sont aussi ceux qui développent le moins d’anti-viraux avec l’âge. En fait, les plus à vacciner devraient être ceux qui sont le moins touchés : les enfants.

    • Je trouve quand même qu’ils ont une bonne technique de pré-vente pour leurs vaccins :
      Ils créent le besoin : « épidémie à croissance exponentielle, dangerosité… » Sous-entendu, ce vaccin est la seule solution
      Ils créent le manque : « Le vaccin sera réservé prioritairement aux personnes les plus à risque ». Sous-entendu, il n’y en aura pas pour tout le monde tout de suite.
      S’ils affirmaient que l’épidémie décroît, que le virus a muté et est moins dangereux, que ce rhume ne tue pas plus que les autres coronavirus, il leur serait bien plus difficile de le vendre à la population.
      Reste l’option possible : Vaccin obligatoire. Option plus délicate à faire admettre.

      • Pour la dangerosité, c’est raté quand même, étant donné que maintenant soit on est en très grosse majorité immunisé ou qu’on a un traitement sous la main, le vaccin devient juste inutile 😀

  • Nous sommes bien évidemment entrés dans l’ère de la dictature sanitaire. Pour le moment sans aucune résistance de la part de la population, alors il n’y a aucune raison pour que ça s’arrête.

    • Cela fait des n’années que nous sommes en dictature aussi bien sanitaire que sociale ou économique. Pour moi, ça a commencé avec les 35h. Un truc demandé par personne et personne n’y a jamais songe.

    • y’en a qui viennent d’essayer en manifestant contre le port du masque et prônant la responsabilité , ils se sont bien faits pruner par la police …

  • Toute dictature mène à la récolte et à la révolution….les règlements de compte vont finir de faire disparaitre la France.

  • Pardon à la révolte

  • ça commence à bouger côté anti masque ( qui sont considérés , sachez le , comme étant des complotistes , extrême droite , dangereux pour les autres bref , vadé rétro satanas ….); soyons responsables mais pas obéissants si on veut survivre à cette soi disant crise sanitaire ;

    • oui ils sont sortis pour manifester et ont été allégés de 135€ de prune..merci qui? Merci Castex et autres petits dictateurs incompétents.

      • quand ils ne se sont pas fait tapés dessus par la police parce qu’ils regardaient sagement le match dans un bar, quand dehors, la racaille ravageait l’avenue des champs-élysées sans être inquiétée !

  • « Oui, je dis aux Françaises et aux Français , allez au cinéma, allez au théâtre, vous ne risquez rien  »
    Eh bien moi je dis à M. Castex que j’irai au cinéma et au théâtre quand je pourrai passer 2heures tranquille sans masque sur le nez.
    Et je continuerai aussi de faire autant que possible mes achats par internet pour éviter les magasins qui ont mis en place des dispositifs ubuesques pour choisir ses articles, et passer les payer en caisse, souvent après avoir du subir plusieurs dizaines de minutes de queue au risque d’être contaminé ( puisque c’est cette peur du risque que l’on essaie de nous inculquer à longueur de spots télé.).
    La relance de cette façon, très peu pour moi!

    • @c2MR: Rassurez vous, vous participerez à la relance puisque vous payerez tout de même votre billet… les acteurs sont habitués au « 4ème mur » tant qu’ils sont payés.

  • Les deux prétextes magnifiques pour bien « robotiser » la population de moutons…
    Le premier déjà bien martelé c’est « sauver notre planète », le second en cours de matraquage, est la « prévention sanitaire » par l’imposition des masques. Dans cette hystérie sanitaire gouvernementale, il est tout de même curieux de constater que, d’une part l’urgence sanitaire n’est plus en vigueur depuis le 10 juillet, et que, d’autre part l’obligation du masque est prévu jusqu’à fin octobre. La ficelle devient un peu trop grosse ! Tout cela n’est qu’un enfumage de trop, qu’une gigantesque mascarade, pour cacher la volonté par tous les moyens de museler le pays, et surtout d’empêcher toutes manifestations… des contribuables !

    • j’ai bien aimé le coup de faire porter le masque aux motards, ils sont tellement vecteurs de virus dans leur casque intégral ….ce gouvernement de bouffons nous tuera tous.

    • Comment ce crétin de Veran peut il encore se regarder dans une glace et se croire crédible après avoir déclaré sur toutes les chaînes de télévision (inféodées au calife élyséen) que le masque ne servait à rien!

  • Après plus de 6 mois on ne sait toujours pas comment soignent les médecins les cas positifs. On sait malgré tout que la chloroquine est généralisée dans le monde libre de pression ou des produits analogues, en France, mutisme total sauf chez France soir ou on en apprend vraiment trop.

    • Navré de ne pas partager votre avis mais on est très bien informés sur la descente en flammes de M.Raoult, par des études très sérieuses en apparence, rédigées par des scientifiques de toutes origines et dénonçant toutes l’inefficacité de son traitement. Je me demande seulement pourquoi cette levée de boucliers aurait lieu si elle était pervertie par le partisanisme. Ce qu’on sait relève de l’hypothèse, et de la spéculation incontrôlable. Ce symptôme de crise peut durer des années.

      • Aujourd’hui le secret n’existe plus.
        Il est impossible de tenir au secret l’ensemble des soignants.
        Pour répondre à comment soigne t on les positifs : avec rien. On limite seulement les insuffisances engendrée par le virus.
        C’est le patient seul qui vient à bout (ou pas) du virus.

      • « Je me demande seulement pourquoi cette levée de boucliers aurait lieu si elle était pervertie par le partisanisme »
        ???

      • dans le cas Raoult, les médias mainstream le descendent tout en reprenant ses arguments (la choroquine ne sert à rien en hospitalisation) : jusqu’au bout de la bêtise !

      • @genau
        Vous dites donc que les chiffres qu’il a produit en conférence de presse sont faux, trafiqués. Vous vous doutez bien que tous les journalistes, trop heureux de le trucider sur place, vont se jeter sur pareille occasion et démontrer… Ah non… ?

      • @genau
        Relisez bien vos « sources » : Raoult a toujours parlé de Hydro+azitro. Or, les « zétudes », diligentées juste pour le descendre, n’utilisent que l’hydro, qui seule est effectivement nettement moins efficace.

        • De plus, les études faites l’ont été sur des cas juste avant ou en hospitalisation… Alors que les études de Raoult l’ont été avant l’hospitalisation ; car ce n’est pas le même traitement lorsque le patient est hospitalisé.

  • Y sont pas méchants y sont vilains..

  • Pour les masques voyez l’historique de l’OMS, qui gère les études scientifiques pas les stocks.

    Vous oubliez une chose, c’est que nous nous sommes construit sous : Liberté, Égalité, Fraternité.

    Porter le masque est un engagement fraternel. Je suis peut être asymptomatique et donc je protège ceux et celles qui gravitent autour de moi, mes ‘frères’ dont certains sont plus fragile que d’autres.

    Ça s’appelle la prophylaxie, et ce n’est nullement attentatoire à la liberté.

    • Les mesures de prophylaxie doivent être efficaces ET bien appliquées. Si des « Karens » veulent les appliquer parce qu’elles ont la motivation morale et vertueuse, grand bien leur fasse et nous fasse.
      Mais pour la plupart d’entre nous, déjà appliquer la distanciation et le lavage des mains seraient déjà un grand pas.

    • Bonjour vVDB
      Il n’y a aucune preuves de l’efficacité généralisée du port du masque en extérieur. Donc imposer le port du masque en exterieur est bien une violation des droits de l’homme (Art. 5 DDHC. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société.)

    • Si vous êtes persuadé(e) que le port du masque est un acte fraternel, je comprends votre démarche qui est louable.
      Peu concernée, ni embêtée par le masque (je vis à la campagne), je reste persuadée qu’obliger le port du masque toute la journée (par ex les travailleurs parisiens qui quittent leur logement à 6h du matin et rentrent à 20h) est une aberration. Et que cette obligation n’a rien de fraternel, d’autant que son utilité et son efficience ne sont pas prouvées.

    • Le problème, c’est que la « devise de la République » à laquelle vous vous référez est bancale, contradictoire même. La fraternité, cela ne se décrète pas ; sans quoi on est dans un régime de type communiste, totalitaire. La fraternité relève de l’initiative individuelle, de la responsabilité personnelle. Une des caractéristiques de la vraie liberté est qu’elle s’arrête où commence la liberté d’autrui. Dans le cas d’un virus potentiellement mortel (dans un cas sur 200 environ pour les gens atteints, ce qui est peu), on pourrait à la limite – je dis bien à la limite, parce que cela n’a jamais été fait pour aucun virus, cf celui de la grippe saisonnière qui tue en moyenne 10.000 personnes chaque année en France – considérer que celui qui transmet volontairement le virus à un tiers en vue de lui nuire est passible des tribunaux (comme celui qui transmet volontairement le virus du SIDA est passible de poursuites), mais c’est tout ; cela doit rester du cas par cas, sinon on tombe dans le totalitarisme hygiéniste, et un recul sans précédent de nos libertés.
      Mettre la « fraternité » sur le même plan que la liberté est donc un non-sens. Une grande démocratie comme les USA n’a jamais inscrit cela dans sa Constitution, et pour cause : c’est le début du socialisme et l’antithèse de la liberté.
      Il faut avoir un état d’esprit communiste et totalitaire pour tenir un raisonnement comme le vôtre ; hélas, beaucoup de Français ne savent plus ce qu’est la liberté. Or comme le disait Benjamin Franklin, Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.

  • La précision donnée par l’auteure : Une proportion non négligeable de ces patients en réanimation y est non pas pour un Covid mais pour une autre raison, et ils ont été testés positifs au covid, car aujourd’hui le protocole exige de tester tout patient entrant à l’hôpital, même s’il est asymptomatique. est importante.
    On pouvait s’en douter, mais ça va mieux en le disant : il est très probable que sur les 12 morts quotidiens (en moyenne) du Covid en France en ce moment, une partie voire la plupart ne décèdent pas du Covid, mais AVEC le Covid, autrement dit ils seraient décédés de toute façon, Covid ou non ; autrement dit, que les chiffres officiels sont trafiqués, pour faire croire que la deuxième vague menace la France. Pareil pour les admissions à l’hôpital, probablement : on teste systématiquement les entrants et les positifs, on les isole des autres. Cette affaire relève plus de la psychose et de la manipulation de masse que d’autre chose.

    PS : voir ce qui se passe en Australie, où le PM a déclaré que TOUS les Australiens devront se faire vacciner contre le Covid. Il semblerait même qu’au pays des kangourous le port du masque en privé soit, ou soit sur le point d’être, rendu obligatoire. Comme le suggère l’auteure, 1984 c’est maintenant.

    • Pareil pour les admissions à l’hôpital, probablement n’a pas lieu d’être puisque l’obligation de dépistage concerne bien l’hôpital dans son ensemble, et pas seulement les services de réanimation comme je l’avais compris au départ.

  • … »Jean Castex… ne porte pas son masque »… Si vous regardez une photo d’Olivier Véran à l’assemblée nationale (ex : 21/07), vous constaterez qu’il en est de même. Il est vrai que les ministres à moins d’un mètre en contrebas sont quand même protégés des postillons !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

L'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a annoncé la semaine dernière que les enfants de moins de 12 ans ne se verront plus proposer les vaccins Covid-19, à moins d'être estimés à haut risque.

La décision semble avoir irrité The Guardian, qui a cité plusieurs médecins l'ayant critiqué.

Tout en soulignant que les décès dus aux injections de vaccin covid sont rares, le professeur Christina Pagel, de l'University College London a déclaré au journal :

"Quand on sait qu'il existe un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles