Comment l’État va planter la légalisation du cannabis

Alors qu’une véritable libéralisation pourrait réellement solder de nombreux problèmes, nos Zélites zélées vont faire de la légalisation une situation pire que la précédente. Découvrez pourquoi dans cet article plein d’ironie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Matteo Paganelli on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment l’État va planter la légalisation du cannabis

Publié le 23 juin 2019
- A +

Par Diagoras l’Athée.

Afin d’aider nos politiciens à prendre de mauvaises décisions, des chercheurs de gauche qui publient dans des journaux collectivistes (Le Monde et Libération) et proches de LREM ont publié un rapport dans le très indépendant Conseil d’Analyses Économiques.

Cet organisme dépendant des finances de l’État et peuplé de gauchistes se qualifie lui même « d’indépendant » et a donc publié un rapport pondu par des penseurs dont l’objectivité et la neutralité politique ne fait aucun doute. Regardons ce rapport cité dans toute la presse française. Il est disponible sur le lien suivant : http://www.cae-eco.fr/IMG/pdf/cae-note052.pdf

En bon libéral je suis bien entendu en faveur de la libéralisation des drogues, convaincu par les arguments de Milton Friedman à ce sujet (entre autres). Mais dans ce rapport, nous sommes bien loin de la sagesse du vieux monétariste. En fait on se rapproche plus de la sagesse de Maduro avec en perspective des résultats probablement semblables.

Un rapport qui prône le contrôle du marché par l’État

En fait tout est dit dès le début lorsque les deux bolcheviques bureaucrates co- auteurs de l’article nous livrent leurs intentions :

« Dans cette Note, nous explorons les réformes à entreprendre pour reprendre le contrôle de ce marché. »

Ces messieurs-dames ne veulent pas rendre le marché de la drogue à des honnêtes entrepreneurs comme les vignerons, qui produisent une drogue fine et mondialement reconnue pour sa qualité : le vin. Non, ils veulent prendre le contrôle du marché.

Je dois avouer que leur honnêteté a quelque chose de cynique qui n’est pas pour me déplaire dans la forme. Ils avouent clairement qu’ils ne veulent pas transformer le trafic en un commerce. Ils veulent accaparer le trafic. En fait, le problème selon eux ce n’est pas que le marché de cannabis est tenu par des mafieux. Le problème c’est qu’il n’est pas tenu par la bonne mafia. Mais attendez, ça va de mieux en mieux :

« Pour ce faire, nous recommandons la mise en place d’un monopole de production et de distribution du cannabis, placé sous l’égide d’une autorité de régulation indépendante. »

L’État producteur et distributeur de cannabis

Procédons à une analyse linéaire.

Ils recommandent un monopole. De production et de distribution. Donc déjà je me gausse : le monopole de production impliquerait que l’État produise lui-même le cannabis. Sauf que les agriculteurs fonctionnaires, ça ne marche pas (se référer à l’Union Soviétique). D’ailleurs les auteurs ont tellement confiance en eux qu’ils parlent plus tard de rémunérer les agriculteurs. Donc déjà ces admirables bureaucrates se contredisent ou sont confus.

La vérité est que par monopole de production ils signifient en fait monopole du négoce. Ils savent bien qu’il sont parfaitement inaptes à toute autre activité que la gabegie de dépense publique et la confiscation de ressources. Ils savent bien que cultiver des plantes est une activité qui procède davantage de la biologie que du taylorisme appliqué à la production, bullshit administratif (leur point fort). Le monopole de production étatique serait une catastrophe tellement évidente qu’ils n’arrivent même pas à se mentir à eux-mêmes sur ce point. Donc il s’agit en fait de monopole de négoce ; avec votre fric.

Par ailleurs on imagine assez facilement le niveau d’indépendance de ce monopole sous son autorité de régulation. S’il est aussi indépendant le fut France Télécom, l’Éducation nationale (où Nathalie Arthaud enseigne… l’économie) ou La Poste (productrice en chaîne de Besancenot), alors nous pouvons être rassurés : ce sera fait avec finesse et impartialité.

Et puis ils adorent cette idée de créer une autorité de régulation. D’après vous si cette autorité est vraiment créée, serait-il possible qu’on y paye grassement des hauts fonctionnaires dont la probité sera aussi indubitable que celle d’Agnès Saal ? Combien pariez-vous que cette autorité embauchera les deux maxi têtes qui ont pondu ce rapport ?

Mais je m’égare dans des procès d’intention alors qu’il n’y a pas besoin d’aller si loin pour trouver des pleins semi remorques de fumier idéologique dans ce rapport digne d’un plan quinquennal de la défonce par le truchement du parti unique. Lisez plutôt :

Un rapport digne d’une planification soviétique

« Une gestion centralisée permet en effet d’encadrer efficacement le marché et, associée à une amélioration des outils statistiques nécessaires au suivi des évolutions de la consommation comme de la structuration du secteur, de prévenir ses dérives éventuelles. »

Prévenir les « dérives éventuelles »… Non mais sans blague… Les dérives sont parfaitement prévisibles et ancrées dans cette idée même de Gosplan de la « Barette de SHit » (en lettres capitales vous trouverez une heureuse et grivoise contrepèterie).

Si cette autorité indépendante tire sa raison d’exister du monopole étatique, et que c’est elle qui « améliore » les statistiques, combien êtes-vous prêts à parier qu’ils vont bidonner les chiffres pour continuer à maintenir leur monopole et leur gras traitements de hauts fonctionnaires ?

C’est assez hallucinant d’entendre ces soi-disant brillants esprits nous parler d’une institution « indépendante » dont ils décrivent précisément qu’elle sera par nature juge et partie… Est-ce là une preuve du fait qu’ils sont convaincus que nous sommes juste trop stupides pour discerner ce foutage de gueule patenté, ou sont-ils réellement dans le déni psychotique au point de ne pas se rendre compte de l’énormité de ce qu’ils écrivent ?

Vous croyez qu’on a touché le fond ? Vous avez raison. Mais ils ont tout prévu : ils sont venus avec des pelles mécaniques…

L’État garant de la qualité du cannabis !

« En premier lieu, il est nécessaire de garantir des produits de qualité et en quantité suffisante. »

Eh oui, on arrive dans le vif du sujet…

Alors déjà, qu’est-ce qu’un produit de qualité concernant le cannabis ? Est-ce de la Orange Bud bio cultivée en permaculture ? Qui satisfera la conscience du dreadeux roots ? Est ce une bonne White Widow hydroponique avec un excellent rapport THC-prix ? Est ce une Amnesia Haze bien-nommée qui vous plonge dans une léthargie momentanée pour vous faire oublier votre quotidien ? Est-ce une herbe purement CBD sans THC qui soulage les règles douloureuses de madame ?

Une détermination universelle de la qualité du cannabis est-elle vraiment de ce monde ? Je conçois que l’esprit supérieur des Übermensch de la future Fonction publique cannabique soit parfaitement apte à réaliser cette quadrature du cercle comme leurs homologues y étaient arrivés pour tous les produits de consommation dans l’heureuse expérience communiste de l’URSS. Mais je ne sais pas pourquoi : j’ai des doutes…

Et puis qui sera chargé de l’évaluation produit ? Les fonctionnaires vont-ils faire  des dégustations comme pour les AOC ? Payés par l’État pour se mettre la tête à la beuh hydroponique… En voilà un boulot de rêve pour fonctionnaire dévoué !

Et puis il y a le truc de la « quantité suffisante ». Alors comme ils ne se fieront pas au marché (puisqu’il y a monopole et régulation des prix) il y aura soit trop de cannabis et on aura gaspillé du fric, soit pas assez de cannabis et les trafiquants ont encore de beaux jours devant eux. Choisis ton camp camarade…

Une ahurissante vision communiste de l’économie

Mais attendez, la suite de la phrase est là pour vous prouver à quel point ce rapport est dans ses intentions comme ses conclusions :

« En pratiquant initialement des prix payés aux producteurs suffisamment élevés pour assurer le développement de la filière, tout en maintenant des prix payés par les consommateurs suffisamment bas afin d’assécher le marché illégal. Les prix pourraient ensuite être revus à la hausse une fois le marché illégal éradiqué.  »

Voici donc la si pertinente vision économique de nos experts. Après tout c’est leur point fort, l’économie !

Donc si je résume : leur plan c’est de créer une bulle spéculative agricole pour arriver à une situation de surproduction tout en faisant du dumping pour piquer le marché des trafiquants, pour ensuite trahir les agriculteurs trompés par des prix artificiellement hauts en faisant chuter la demande avec des prix de revente prohibitifs et ainsi dévaloriser tout l’investissement qu’ils auront mis en place pour la production d’herbe initialement subventionnée.

Et bien entendu ces brillants esprits n’imaginent même pas qu’après avoir stimulé la production en France, si celle-ci se voit asphyxiée par des prix de détail surtaxés sur le marché légal, elle cherchera forcément des débouchés sur le marché noir. C’est pas comme si ça ne s’était pas déjà produit sur le marché des cigarettes. Ou de l’essence agricole, etc.

Nous avons donc en deux phrases la recette parfaite de la trahison, de la bulle spéculative, du crash de cette même bulle, de la concurrence déloyale, et du renforcement prévisible de la contrebande engendré par leur politique d’augmentation des prix. Bravo ! C’est beau comme du Mugabe en termes de science économique…

Allez un petit dessert ?

« Finalement, nous recommandons de destiner une partie des recettes fiscales du cannabis à la politique de la ville et à l’éducation à destination des zones de trafic. »

Eh oui, car que serait une bonne gabegie collectiviste sans une petite dose de clientélisme ?

Donc au final, moi qui suis totalement en faveur de la légalisation depuis des années, quand je lis ce genre d’article j’ai envie de rire pour surtout ne pas pleurer. Alors qu’une véritable libéralisation pourrait réellement solder de nombreux problèmes, nos Zélites zélées vont faire de la légalisation une situation pire que la précédente.

Voir les commentaires (72)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (72)
  • Le socialisme est a l’économie ce que la vérole est a l’amour.. quand on y a goutté apres on s’en protège, ou on se branle dans l’abstention.

    Il va sans dire que « l’etat dealer » n’a qu’un objectif clair :faire du fric pour alimenter la fonction publique et les ‘assistés »de ses largesses électoralistes..( le bulletin de vote des gueux est cher de part leur nombre mais c’est la garantie d’être élu, pour l’instant)

    Néanmoins a partir du moment ou la production et la consommation de cannabis cessent d’être hors la loi, çà va deja vider les prisons d’occupants a 150 euros/jour, mettre au chomage la moitié des services de police, et libérer le monde judiciaire qui pourra enfin faire ses mots croisés en attendant que les fous criminels qui arrivent a éviter les impots soient enfin condamnés au bagne a perpétuité …

    On ne manquera ps de voir arriver des mesures sociales comme d’habitude comme le chèque « cannabis » attribué sous conditions de ressources, on a deja l’eau gratuite ,l’électricité gratuite ,l’impôt négatif ,, les allocations diverses et variées du meme tonneau et apres on s’étonne que les gens ne veuillent plus bosser..

    N’oublions pas une hausse de CSG a prévoir( pour ces immondes retraités qui en touchant plus de 1200 euros mensuels claquent leur pognon impunément au Martinez a cannes) afin de permettre a la sécurité sociale d’offrir des cures de désintoxication incluses dans la CMU ,..

    Bref rien de nouveau sous le soleil socialiste , en attendant la remontée des taux

    • Votre description est criante de vérité et me fait rire (in petto)…jaune…

    • « on s’étonne que les gens ne veuillent plus bosser.. » mais avec le chèque cannabis/droit-au-rêve-socialiste, ils vont pouvoir s’occuper l’esprit gratos

    • Oui… sauf que les dealers vont dealer autre chose. A moins qu’il ne subsiste un marché noir parallèle.

      • Je trouve cet argument fallacieux. Les gens ne prendront pas de la coke parce qu’on légalise le cannabis. Il faut arrêter avec ce mythe. Ca c’est de la foutaise. Et si les dealers se replient sur ces marchés ils vont vite déchanter devant une demande pas du tout à même de nourrir autant d’acteurs.

        • il me semble que votre commentaire est confirmé dans les pays où le cannabis récréatif est toléré – pas sûr que la consommation des drogues « dures » soit supérieure à la moyenne européenne aux Pays Bas.

    • +1 mais « çà va deja vider les prisons d’occupants etc  » : quelle blague ! Ca va durer 6 mois. Pour rappel la main mise de l’état sur le tabac et la hausse des prix génère une sacré contrebande juteuse .

  • Le cannabis ne pose pas plus de probleme que le tabac en france ,vente dans de lieux dedies ,production entierement sous controle de l’état,on pourait aussi recreer notre ancienne seita…et tout ca finiera …chez le professionels du tabac et donc tout sera produit a l’etranger..avec des melanges savament dosés et aromatisés….en fait autant aller directement a la derniere etape !

    • Vous êtes en train de nous dire que le trafic actuel Maroc/France va devenir légal..au détriment des agriculteurs français qui auront été subventionnés initialement

      • oui c’est a peu prés çà, vu que les coûts de production seront 10 fois supérieurs

        • Et ce, sachant que le France devrait au contraire pouvoir produire un chanvre d’excellente qualité et pour pas très cher au niveau de notre situation géographique et énergétique.
          Les coûts de production vont être augmentés par le normes et le lois sociales mais en réalité sur un marché sans entrave produire du canna en France devrait être extrêmement rentable.
          Mais comme l’Etat va s’en mêler, ça ve devenir un étron étatique.

    • Des vies brisées, des accidents routiers, une baisse moyenne du QI, le trou de la Sécu, l’assurance chômage et le RSA.. n’en jetez plus, le cannabis ne poserait donc vraiment aucun problème en France ?

      On marche sur la tête.

      Rendez-vous compte que dans les hôpitaux psychiatriques on traite des patients rendus fous à cause du cannabis tout en tolérant qu’ils continuent à consommer cette drogue dans ces mêmes hôpitaux qui coutent 13000 euro par mois et par patient !

      Assurément demander un sevrage serait trop contraignant.. et assurément le cannabis ne pose aucun problème en France..

      Vraiment ?

      • @toupiverte

        + 1 Votre réquisitoire est des plus explicite !

      • le cannabis est un des contributeurs à la destructuration de la société (avec les lois sociétales, l’islamisation et l’appauvrissement dû au collectivisme).

        A part l’augmentation de la consommation, je ne vois pas trop ce que la dépénalisation/légalisation peut apporter…

        • Nul est obligé de consommé. CQFD

          • @goufio

            « Nul est obligé de consommer »?on suppose que vous parlez d’adultes?
            Ne pas oublier que pour un jeune suivre les modes et les promotions est parfaitement normal.
            Ce qui pose problème est la promotion par la société d’un produit aux conséquences prouvées néfastes.
            D’autres urgences ô combien plus nombreuses ne seraient-elles pas à privilégier ?
            Comme vous l’avez justement exprimé dans votre premier commentaire: »On s’étonne que les gens ne veuillent plus bosser » !!!

            • Non, autoriser ce n’est pas faire de la publicité. C’est pas le cas. La pratique du fist fucking est autorisée et pourtant l’Etat n’en fait pas la publicité. Quand on a arrêté de punir l’infidélité, on n’a pas encouragé à tromper.
              Et puis votre manière de prendre les adultes en otage en parlant des enfants! Qu’est ce que c’est que cette pitrerie intellectuelle de commérage en sortie d’épicerie.
              Vous mentez depuis le début. Vos arguments ne sont pas des arguments. Ce sont des excuses pour justifier le fait que pour vous le Cannabis c’est pour les branleurs, que tous les consommateurs sont des branleurs à vos yeux et que vous ne voulez pas les voir. Arrêtez de nous bassiner avec la santé d’enfants qui crèvent tous les jours sur nos écrans sans que ça nous remus plus que ça.
              Vous détestez ce truc ça vous donne des réactions épidermiques vous préférez piétiner la liberté individuelle que c’accepter de voir ça.
              Vous n’êtes PAS rationnel. Il n’y a rien de rationnel dans ce que vous dites Il n’y a pas de cohérence, pas de suite logique dans les arguments rien.
              En plus vous prétendez faire ça pour la jeunesse et vous prenez littéralement les jeunes pour des bandes de crétins qui se jettent dans tous les traquenards. Vous voudriez qu’ils soient intelligents et vous les prenez pour des abrutis. C’est franchement pathétique.

              • @Mitch

                @Mitch

                Je me garderai bien de JUGER les gens qui se droguent, bien au contraire,ou d’ailleurs qui que ce soit, et là n’est pas la question.
                Je n’ai pas la même vision que vous de la société libérale qui pour moi implique néanmoins certaines règles.
                Ces échanges sont donc inutiles car je ne pratique pas le ping pong.Allez tchao bonsoir…….

                • Et oui, pour qu’un échange soit utile il faut argumenter rationnellement. Sinon c’est un échange de propos de bistrot. Ca implique de se soumettre au principe de non contradiction, de coller sujet, de ne pas juste supposer que ce qui vous arrange dans vos convictions est vrai… Un vrai débat quoi…

      • Ce que me disent des amis profs: difficultés de concentration pour les amateurs de cannabis. Et pendant la phase d’apprentissage, c’est leur futur que ces jeunes compromettent et la société avec.

      • Le cannabis n’a jamais rendu fou qui que ce soit. Il peut dans certains faire décompenser des psychotiques (qui de toute façon auraient pu décompenser autrement).

        Il est manifeste que vous ne connaissez rien à la psychiatrie adulte et à son état de délabrement.

      • Votre argumentaire contre le cannabis n’a pas lieu d’être.
        La vrai question est : le cannabis sera t il davantage consommé s’il devient un commerce légal ? La réponse, d’après les multiples démonstrations faites par les pays voisins est que non. Je vous rappelle que nous sommes le pays le plus consommateur d’Europe.. Donc si vous êtes convaincu par ce que vous avez écrit, vous devriez militer pour faire la même chose que dans les pays ou la consommation est basse.
        Enfin j’ajouterai que le vin, ou l’alcool en général, pose exactement les mêmes problèmes « vies brisées, des accidents routiers, une baisse moyenne du QI, le trou de la Sécu, l’assurance chômage et le RSA » pour vous citer, mais dans des proportions beaucoup plus grandes puisque c’est un produit culturellement beaucoup plus répandu. Pensez vous que l’interdire résoudrai le problème ?

  • On pourra parler désormais du gros pétard de l’ état, en terme d’ obésité.

  • Ce que je suis en train de me dire en ce moment : encore un que les boches n’auront pas.

  • nos zélés zélites sont bêtes à manger du foin , ils nous le prouvent tout les jours ;

  • « nos Zélites zélées vont faire … une situation pire que la précédente »
    En même temps, c’est leur boulot!
    Comment pérenniser leurs emplois en créant des problèmes et en étant même obliger d’embaucher des sous fifres fonctionnaires ou des Altran pour ajouter au merdier.

  • Quoi qu’il en soit, nos affreux gauchistes du Conseil d’analyses économiques se sont vus opposés, promptement, une fin de non recevoir par les gensdedrouate qui peuplent notre gouvernement d’Ordre moral…
    Ce qui, à défaut de prouver leur véritable indépendance, prouve que tout ce beau monde ne pédale pas dans la même direction !

  • Du point de vie libéral rien à redire à cet article. Ne seront surpris que ceux qui n’ont pas bien compris l’essence de notre gouvernement.
    Reste que le sujet de la toxicité du cannabis ne recueille pas un consensus dans le monde médical, c’est le moins que l’on puisse dire. Dire que l’alcool et le tabac sont dangereux aussi ne résout as le problème de la protection des jeunes pour qui le produit est le plus néfaste. J’ai pu moi-même en constater les effets.

    • Mais pourquoi attendez vous ce consensus comme on attend le messie?
      Vous dites « Dire que l’alcool et le tabac sont dangereux aussi ne résout as le problème de la protection des jeunes pour qui le produit est le plus néfaste. »
      Mais même dans ce rapport soviétique dont il est sujet dans l’rticle personne ne parle de légaliser la vente aux mineurs.
      Par ailleurs vous pensez que l’Etat doit protéger « la jeunesse ». Mais c’est hyper vague comme notion. C’est assez fourre tout et comme les tous les concepts fourre tout c’est très « diktatogène » si je puis me permettre un néologisme. vous ne voyez pas cet aspect?

      • @Mitch
        L’Etat doit protéger » la jeunesse »ne devrait en aucun cas être une notion vague mais concrète.
        Vouloir protéger la jeunesse, (mot qui n’a nul besoin de guillemets car désignant une réalité),n’est en rien « diktatogène »lorsque l’on constate les ravages des drogues en tout genre qui au mieux abrutissent, et provoquent au pire des atterrissages brutaux.
        il est aisé de comprendre,que l’on soit ou non parent,qu’il n’est pas choquant que des règles élémentaires de conduite dignes puissent être appliquées à des jeunes dont la psychologie est étrangère à celle des adultes.
        La protection des mineurs, dont l’équilibre est souvent fragile, représente un point essentiel car leurs possibilités de CHOISIR n’est en rien comparable à celle des adultes dont l’attitude devrait être exemplaire.

      • @Mitch

        Serait-ce trop demander à l’état de promouvoir les excellents produits et autres activités parfaitement licites, qui ne manquent pas, et qui permettent vraiment l’épanouissement sans atterrissage brutal?

        • Oui, c’est trop. L’Etat ne doit rien promouvoir du tout. L’Etat c’est pas une agence de pub.

          • @Mitch

            D’accord avec vous,mais je ne crois pas qu’il s’agissait d’un 1er degré sur ce site.

            Les états,de tous temps et en tous lieux, ont toujours fait preuve d’une grande efficacité face aux désordres pouvant les menacer.
            Au delà de la solution « miracle » de la légalisation du cannabis,leur supposé « échec »concernant la lutte mondiale contre le trafic de drogues ne peut que poser question ne pensez-vous pas?

          • @Mitch

            Soit, mais l’état existe bel et bien,chacun de nous l’avons rencontré que cela plaise ou non !

            • Oui l’Etat existe. Je vous dit que l’Etat ne doit pas être une agence de pub et vous me dites « et pourtant il existe ». Je vois pas le rapport. Je le vois bien qu’il est là. Je dis juste ce que je pense au sujet de son action. Ca n’a rien à voir avec le fait qu’il existe. Evidemment que je parle de quelque chose qui existe. Qu’est ce que ce truisme apporte dans la discussion?

              • @Mitch

                Je prends acte que vous pensez, (peut être?), à juste raison »que l’état EXISTANT n’est pas une agence de pub »,et vous avez évidemment le droit d’apprécier ou non son action.
                En ce qui me concerne j’ai toutes les raisons de penser que l’un des rôles de l’état et d’assurer la sécurité de chaque citoyen dans un cadre de liberté.
                il est donc pour moi hors de question d’envisager que la légalisation d’une drogue puisse contribuer à la liberté et l’épanouissement de l’individu pour quelque raison que ce soit.
                (Voir arguments incontestables de toupieverte du 23 Juin 13h 21′ et 13h 14′ que je partage pleinement : tout est dit).

                • Donc vous ne comprenez rien: Au contraire l’Etat actuel se comporte comme une agence de pub et ça ne devrait jamais être le cas.

                  « En ce qui me concerne j’ai toutes les raisons de penser que l’un des rôles de l’état et d’assurer la sécurité de chaque citoyen dans un cadre de liberté. »
                  Non, vous voulez qu’il assure la sécurité dans un cadre de prohibition. Pas de liberté. Vous parlez d’interdiction. L’interdiction n’est pas une liberté.

                  « il est donc pour moi hors de question d’envisager que la légalisation d’une drogue puisse contribuer à la liberté et l’épanouissement de l’individu pour quelque raison que ce soit. »
                  Bien sûr non c’est pas hors de question puisque vous tolérez l’alcool.

                  « Voir arguments incontestables de toupieverte » Si ces arguments étaient incontestables vous n’auriez pas besoin de les défendre.

                  • @Mitch

                    « Vous ne comprenez rien »?
                    La seule chose que je comprends vraiment c’est que les drogues ne sont pas vitales,alcool compris,évidemment.
                    il existe d’autres domaines enrichissants qui peuvent utilement les remplacer,ceci n’étant que mon humble point de vue que je ne vous demande aucunement de partager puisque vous êtes sensé « tout comprendre »!!!

                    • J’ai pas dit que je comprenais tout, j’ai dit que vous ne comprenez rien (de ce que je raconte). Peut être est-ce ma faute, peut être mes explications sont elles confuses.
                      Rien n’est absolument vital à par les besoins primaires. Le football n’est pas vital. Pourtant il coûte cher et ne produit rien de tangible. On ne l’interdit pas pour autant malgré les ribambelles de ligaments croisés foutus, claquages, de baston en fin de match etc…
                      Je ne pense pas que le cannabis soit une vertu. C’est même clairement un vice. Je pense qu’on est parfaitement d’accord sur ce point.
                      En revanche je ne vois pas en quoi la coercition de l’Etat peut apporter autre chose qu’une dose de violence concrète dans une activité qui ne semblait pas l’impliquer à priori.
                      Je ne dis pas non plus qu’il n’existe rien de mieux à faire que se droguer. En revanche je soutiens qu’il n’est pas judicieux d’utiliser la coercition de l’Etat pour pousser les individus de force vers des plaisirs de substitution.
                      Par ailleurs, je soutiens que votre position n’est pas cohérente avec toutes les autres activités non vitales et faiblement enrichissantes.
                      Enfin je trouve q’il est prétentieux de prétendre savoir ce qui est bon pour autrui. En tout cas moi je ne le sais pas et je ne croirai celui qui prétend savoir que lorsqu’il m’apportera des preuves.

          • L’Etat pourrait s’occuper de tous ces sites web sans adresse, sans n° de tél, sans service après vente qui vous soutirent votre argent et que vous ne pouvez pas relancer faute de contact.

    • @petite bête tout à fait . Et si le cannabis était réellement efficace cela fait longtemps qu il serait vendu en pharmacie comme les dérivés d’opiacés.

    • Oui, enfin combien de morts au passif du cannabis vs alcool et tabac ?
      On nage en pleine hypocrisie, l’État me fait penser à une armurerie qui vendrait des AK47 mais refuserait de faire commerce de couteaux de cuisine, parce que ce serait trop dangereux !

  • Quelle surprise ! Tout ceci était cousu de fil blanc . Sérieux, vous vous attendiez à quoi ?

  • Merde, un monopole d’Etat ? Moi qui comptais me reconvertir dans le cannabis bio, garanti sans OGM et en circuit court, me voilà bien embêté.

  • Le Cannabis en vente libre, de quoi faire applaudir cette décision par tous les fainéants et traine-savates de la société française qui ne rêvent que de çà . Ajoutez à ça le Revenu Unicersel et ils auront trouvé le Nirvana.!

  • A vérifier mais il paraît que la consommation de cannabis est en chute libre, passée de mode. Une guerre de retard ?

    • @Cavaignac

      +1 , Puissiez vous dire vrai ! Vous mettez en évidence cet aspect finalement très conformiste du joint, en parfaite relation avec ce qui n’est au départ qu’ une mode à laquelle il faudrait se plier pour ne pas « être out »,mais « être in »!

    • La France est le premier consommateur de cannabis en Europe, voilà le scoop

  • Vous confondez libéralisme et libertarianisme.

    Etre favorable à la légalisation des drogues comme vous l’êtes, n’a ainsi rien à voir avec le libéralisme, mais tout à voir avec le libertarianisme.

    Légaliser les drogues est au demeurant le meilleur moyen d’accroitre la consommation de ces dernières, donc d’accroitre la criminalité, l’accidentologie routière, de causer une baisse du QI moyen et une baisse globale du PIB.

    Pire, si l’état était le dealer en chef, alors les zones sensibles se soulèveraient, car déjà les émeutes de 2005 étaient dues à un prix trop élevé de la drogue ainsi qu’à une efficacité trop importante des forces de police dans la lutte antidrogue cette année là.

    Enfin, en bon libertarien aveugle que vous êtes, vous ne voulez pas comprendre qu’en Occident la loi et la morale sont indissociables, l’une étant l’autre et vice vers ça. Ainsi, en Occident, ce qui est légal est moral et ce qui est illégal est immoral. Dans ce contexte sociétal causé par le marxisme culturel, légaliser les drogues causerait le fait qu’il deviendrait moral d’en consommer.

    Je vous laisse imaginer le résultat lorsque les vapeurs des drogues de votre voisin de palier ventileraient jusqu’à chez vous.. et là le libertarien nous expliquera doctement qu’il faut respecter son prochain, mais dans les fait cela ne fonctionne pas ainsi et la loi est aussi prescriptrice.

    • 1. Le libertarianisme est un liberalisme. Vous confondez sans doute avec le libertarisme de gauche, peut être parce que vous ramenez cette histoire de drogue à une demande de la gauche (en France).
      2. Ce qui est tout aussi faux. La liberté individuelle, impliquant entre autres autres l’usage des drogues ou la prostitution librement consentie, depasse largement le clivage gauche droite et est un vrai marqueur du libéralisme. Comme le rappelle fort justement l’auteur, Friedman, dont le liberalisme est peu suspect, était très favorable au libre usage des drogues.
      3. Je pense donc que vous reintroduisez de la morale (la drogue c’est mal) là où il faudrait au contraire s’en affranchir dans le cadre de la mise en place de vraies libertés individuelles…

      • 3 quand il n’y a plus de morale, c’est le pénal (ou la loi du plus fort) qui s’impose in fine.

        • La morale est utile quand elle régit nos rapports aux autres ou les affaires de la cité (politique).
          Elle n’est pas à sa place quand elle se préoccupe de régenter des comportements individuels qui ne font de tort à personne.
          Pour être franc, je suis infinement surpris qu’on vienne me parler de morale à propos de fumette, sur un site libéral…

          • il y a beaucoup de comportements/actes individuels qui ont des conséquences sur autrui (à court ou à long terme), les hommes vivant rarement isolés sur des iles désertes.

            • Et alors? Quand un mec séduit plein de filles et les pante j’ai du mal à trouver une fille qui fait facilement confiance: Ce comportement individuel a eu des conséquences sur moi: Doit t’on interdire les dragueurs?
              Si on se met à prohiber tout ce qui a des conséquences indirectes sur les autres il va falloir vous empêcher de tenir des propos qui justifient tous les despotismes les plus crétins parce que ça me donne de la tachycardie.
              Justement les hommes ne vivent pas sur une île déserte. Et sur cette île pas déserte il y a des gens dont les mœurs ne sont pas les vôtres. Tant qu’ils ne vous agressent pas, ce serait sympa de ne pas les agresser en retour ou de ne pas demander à la grosse brute d’aà coté (l’Etat ) de le faire à votre place.

              • La question de la régulation ne sera pas forcément réglée avec la légalisation du cannabis concernant plus ou moins directement l’ensemble de la population, y compris les mineurs, qui peuvent déjà se procurer cigarettes,alcool,etc…
                En tout état de cause , les addictions ont un coût social exorbitant pour la société , et la légalisation du cannabis avec l’augmentation des assistés et des troubles de la personnalité antisociale subséquents , ne pourra que grever de plus en plus , voire de manière exponentielle les finances publiques et le PIB !

                https://www.vivamagazine.fr/le-cout-exhorbitant-des-addictions-en-france-171112/

                • Tout a un coût social exorbitant si on socialise les coûts. Le football a un coût social exorbitant: Entre les blessures, les subventions aux clubs de foot, les terrains leur entretien etc…
                  La sécu socialise tous les coûts. Pourquoi au lieu de la prohibition ne proposez vous pas d’exclure les drogués de la sécurité sociale avec injonction à s’assurer dans le privé?

                • Vous l’avez lue l’étude? voici les coûts en question:
                  « 120 milliards d’euros chacun pour le tabac et l’alcool, 8,7 milliards d’euros pour les drogues illicites. »
                  Le coût social du cannabis de la cocaïne , de l’heroïne de l’Extasy, etc… cumulés sont plus de 13 fois inférieurs au coût de l’alcool pris à part.
                  Vite interdisons le cannabis…

                  • Inconnue non des moindres : comment l’état partie prenante, pourra-t-il assurer la régulation? N’est-ce pas un réel problème sociétal à terme?
                    L’industrie de la drogue est avant tout une manne, et l’article aborde le sujet de façon pragmatique.

                    • Je pense que l’Etat ne PEUT pas et ne DOIT pas assurer la régulation du tout. Tout juste peut il éviter la fraude et l’escroquerie sur ce marché.
                      Un problème est un problème sociétal quand il est lié à ce qui est collectif. Comme je vous le disais, la sécu est collective obligatoire est monopolistique. On peut considérer que dans notre situation, tout, absolument tout ce que nous faisons qui est susceptible d’engendrer des frais médicaux est un problème sociétal. Ca pourrait aller jusqu’aux pratiques sexuelles selon leur risque etc…
                      La prohibition du cannabis procède comme le reste de cette invasion dans la sphère privée justifié par la sécu entre autre.

                      Bien sûr que la drogue est une manne financière puisque les gens en demandent. On n’en parlerait pas sinon. Je ne sais pas si c’est avant tout une manne. On peut penser que pour les auteurs du rapport critiqué dans cet article c’est effectivement vu comme tel, et que leur vision du coût social dans le cadre de la sécu est peut être faux. Peut être avez vous raison a propos du fait que ça ne rapportera jamais autant que ce que ça coûte. Personellement je n’en sais rien en fait.
                      En revanche ce que je soutiens c’est que le coût ne devrait pas être envisagé de manière collective mais individuelle. Comme pour l’alcool d’ailleurs.
                      Ce que je soutiens c’est que les prohibitionnistes parlent de coût social quand ça les arrangent et oublient le coût social pour leur bière, leur café, leur loisir etc… On est toujours plus prompt à comptabiliser le coût social des autres. C’est pour ça qu’à fin d’appaiser la société je propose de « désocialiser » les coûts et de virer les toxicos de la sécu. Ils s’assureront rapidement ailleurs (peut être pour moins cher) et ainsi les non toxicomanes pourront ne payer que pour eux mêmes, et n’auront même plus à payer la police pour courir après les toxicos. Je pense que pour les non consommateurs c’est leur faire une faveur que de légaliser de manière libérale.
                      Un point qui n’est pas abordé dans cet article est justement que la Sécu est l’origine de ce qui justifie toute intervention à tous les niveaux y compris la prohibition. En fait la prohibition n’est qu’un symptôme de l’étatisme.

    • le soucis est qu’aujourd’hui, il n’y a plus de morale, puisque tout est relatif.
      La loi n’est plus que l’expression d’une majorité, ou d’une minorité dominante.

      La dépénalisation entraînera l’augmentation de la consommation (au moins dans un premier temps), ne serait-ce que parce que le produit sera plus facilement disponible.
      La dangerosité du cannabis est variable (suivant la concentration de THC, la vulnérabilité du consommateur…), mais réelle.

      • Aucune étude n’a montré que la libéralisation entraînait une hausse significative de la conso.
        En revanche, c’est un fait que la France est, avec l’Islande, le plus gros consommateur de cannabis d’Europe. Manifestement, l’interdiction n’empêche pas la consommation et aurait même tendance à la renforcer (attrait de l’interdit, politique préventive insuffisante… ? ).

        • @Jean Nepafini

          Vous oubliez de mentionner l’autorité parentale défaillante qui privilégie la célèbre « interdiction d’interdire » d’un autre temps,loin d’être concluante!
          Peut-être sommes nous en train d’oublier que l’adolescence est un âge sensible qui impose des règles strictes, que l’on retrouve comme « par hasard »à l’âge adulte ?

  • Les extraits du rapport sont hallucinants, dignes de gens qui ne comprennent rien à l’économie.

  • Cannabis: il faut à la fois l’autoriser – la prohibition n’a servi à rien – et employer les hommes à tout faire des cités qui ont été engagés dans ce trafic, pour les amener à participer à la m^me activité, mais sur des bases légales.
    Oui, il faut un monopole d’état, ou à tout le moins une autorité permettant de suivre le développement légal de cette activité.
    Oui il faut que les prix soient élevés, car c’est une dissuasion efficace, mais cela doit rester en dessous des prix de la mafia, pour assécher son activité, et accroitre en parallèle les sanctions pour le trafic illégal
    oui, il faut une amnistie des personnes engagées dans le trafic actuel contre une auto dénonciation, ET la fourniture de facilités pour acquérir d’une échoppe permettant à cette activité de se développer avec à tout le moins les guetteurs et le dealers de base via par exemple des coopératives de distribution!
    Et là, on évite de déplacer ces populations en marge de la société vers des trafics de drogue encore plus dangereuses!

    • Pensez vous qu’il faille légaliser l’auto production sans droit de vente, limitée à disons 5 plantes par adulte cultivées simultanément?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Après avoir siphonné la droite au premier tour, Emmanuel Macron essaie de siphonner la gauche au second tour. Pour arriver à capter le vote utile à gauche au premier tour, qui s’était massivement porté sur Jean-Luc Mélenchon, le président candidat ressort les deux mêmes recettes qui pourrissent la vie politique française depuis 50 ans : la diabolisation et l’écologie.

L'écologie politique

On était habitué aux petits jeux politiciens autour du refrain « l’écologie est un sujet transverse, apartisan et qui dépasse les clivages » qui a pe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles