Le féminisme à géométrie variable, ennemi des femmes

Les bonnes intentions féministes et leur prétendue sororité ne sont que des illusions. Tout simplement, le féminisme n’aide ni les femmes, ni les hommes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le féminisme à géométrie variable, ennemi des femmes

Publié le 26 juillet 2020
- A +

Par Sabine Lula.

L’indignation sélective des féministes illustre à quel point cette idéologie se prétendant antisystème n’est qu’un outil de domination du pouvoir pour se renforcer, et grignoter toujours plus nos libertés individuelles.

Le 10 juillet 2020, certaines grandes villes de France – comme si elles ne souffraient déjà pas assez – ont été le théâtre de manifestations féministes. Ces rassemblements visaient à dénoncer la présence de Darmanin et de Dupond-Moretti au gouvernement. La raison : l’un est accusé de viol, l’autre, opposé à la notion d’outrage sexiste, prônerait et encouragerait la culture du viol.

Darmanin et Dupond-Moretti au gouvernement : les pouvoirs publics en guerre ouverte contre les femmes ?

Si l’on sait que les féministes ont un mal fou avec la notion de présomption d’innocence, l’une de leurs principales croisades actuelles est celle contre cette fameuse « culture du viol ». Selon elles, il s’agit de tous les comportements et propos qui encourageraient cette pratique en la banalisant, et qui par conséquent mettraient les femmes en danger perpétuel.

Dupond-Moretti la banaliserait puisqu’il a été l’avocat de la défense dans certaines affaires, certes terribles, impliquant des violences sexuelles, et se montrait sceptique envers le mouvement MeToo. Quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir de Dupond-Moretti, considérer un avocat de la défense comme un défenseur de la pratique du viol est un raccourci potentiellement néfaste.

Le féminisme est en effet de plus en plus présent dans les médias, au gouvernement, et s’immisce progressivment dans tous les aspects de la vie en Occident ; et ce alors que se développent des remises en question de ce mouvement, voire une hostilité envers celui-ci.

Ce qui explique la persistance de ces mouvements, ainsi qu’une certaine impunité de ses militants, c’est que le féminisme n’est rien de moins qu’un outil de domination, un moyen détourné d’obtenir du pouvoir et de l’imposer arbitrairement aux autres, quitte à leur gâcher la vie ; au point que certains n’y survivent pas.

Le féminisme, le meilleur ennemi de la femme

Malgré ce que certains dénoncent, le féminisme n’est pas considéré par le gouvernement comme une menace contre laquelle il convient de lutter. Au contraire, il est pour lui un cheval de Troie : les féministes participent à l’inflation législative, à la création de quotas, de départements à l’égalité des genres ; bref, à renforcer le système contre lequel ce mouvement croit lutter.

Voilà pourquoi le féminisme se bat corps et âme au nom de la femme, et non pas des femmes : pour un concept fantasmé de la femme comme un être uniforme et incapable d’individualité. Et bien entendu, incapable de s’assumer sans l’aide « bienveillante » de ses « sœurs » féministes.

C’est pour cette raison que les féministes dénoncent les situations vécues par certaines femmes seulement si cela arrange leurs ambitions politiques. Autrement dit, seulement celles qui entrent dans le moule idéologique qu’elles ont créé. Et celles qui ne se reconnaissent pas, qui refusent que l’on parle en leur nom, sont d’affreux monstres qui se prostituent auprès du patriarcat au mépris de la vie et de l’intégrité de « toutes les femmes ».

Il est cependant bon de rappeler la duplicité des féministes dans leurs actions militantes : on ne compte plus les exemples et les témoignages dénonçant cette pratique, comme dans le cas de Virginie Despentes, accusée d’avoir harcelé et menacé de mort l’ancienne actrice pornographique Chloé Des Lysses.

Ou encore les pages Facebook compilant des témoignages liés au harcèlement de rue, mais qui refusent de publier ceux concernant des hommes issus de l’immigration pour ne pas « faire le jeu du FN ». Enfin, on se souvient de l’affaire Mila, où l’adolescente avait été jetée en pâture à ses harceleurs, les mouvements féministes s’étant largement désolidarisés de cette odieuse raciste.

Féminisme, double standard et soif de pouvoir

La dernière dissonance cognitive majeure des militantes féministes concerne l’affaire Emna Chargui, blogueuse tunisienne condamnée à six mois de prison ferme pour avoir partagé une parodie de sourate coranique pendant la crise du Covid.

Celles qui s’auto-proclament pourtant en guerre contre l’obscurantisme religieux et le patriarcat sont restées étrangement silencieuses face à cette condamnation obscurantiste touchant une femme. Étrange coïncidence.

Ainsi, le féminisme s’illustre encore une fois comme n’étant rien de plus qu’un outil de domination et de législation : au nom d’une « oppression » parfois, voire souvent, imaginaire, on demande à l’État de corriger cette injustice par l’ajout d’une nouvelle loi. Et cela au mépris des véritables victimes.

Pensons notamment à la mort tragique d’Axelle Dorier, tuée par Youcef Tebbal et Mohamed Yelloule : aucune féministe n’a dénoncé ce meurtre barbare. Aucune n’a demandé de peine exemplaire comme elles le font pour les hommes de pouvoir accusés de viol.

Une infime partie d’entre elles a demandé l’expulsion du territoire des étrangers commettant des violences contre les femmes, et celles qui le font sont au mieux  canceled, et dans le pire des cas, agressées par leurs « sœurs » féministes.

Au contraire, on préfère s’inquiéter de la possible « récupération par l’extrême droite » d’un tel fait divers, plutôt que de ce qui procure aux délinquants un tel sentiment de supériorité et d’impunité par rapport aux honnêtes citoyens, au point de se croire tout permis.

Les bonnes intentions féministes et leur prétendue sororité ne sont que des illusions. Tout simplement parce que le féminisme n’aide ni les femmes, ni les hommes, comme tout ce qui découle d’un découpage de la société en classes.

Si la situation ne change pas, les conséquences à long terme de cette idéologie seront une réduction des libertés individuelles, un renforcement de l’appareil étatique, et des conséquences terribles sur la société.

Voir les commentaires (42)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (42)
  • Bonjour Sabine,
    En ce beau dimanche d’été, je crois que vous n’avez pas compris.
    Le féminisme que vous dénoncez, lui, a compris.
    Il y a les « pires », les s.lauds intégraux : ils sont bl.ncs de peau, d’abord ; un cran au-dessus dans l’abjection, ils sont chrét.ens ; un cran au-dessus, ils sont vieux, plus de 40 ans (donc formés selon un mode de pensée inévitablement patriarcal).
    Il y a les « presque gentils », bien qu’il faille un peu s’en méfier : les mét.s.
    Enfin, il y a les « bons » : ils ont en commun une peau col.rée (plus elle l’est, plus ils sont gentils) ; ils viennent d’ailleurs ou ont été élevés dans une autre civilisation. Eux seuls comprennent les aspirations de la gent féminine. Et n’allez pas évoquer les situations de polygamie et autres broutilles : ce sont de pures inventions crées par les « pires ».
    Toute femme, tout homme, qui refusent cette classification (c’est simple, pourtant !) sont des êtres à rejeter.
    C’est bien pourquoi il faut renforcer le système législatif afin que nous vivions tous dans un pays idéal où les mixités seront aux individus ce que la ratatouille niçoise est à la cuisine d’été.

  • Les indignés professionnels sont toujours sélectifs. Je pense à ces gauches droits-de-l’hommistes, acceptant sans sourciller que, comme le disait Djerzinski, ce grand ami de Lénine et patron de la Tchéka, « pour les ennemis du régime, quatre murs, c’est trois de trop « .

  • oui là encore , il y a un narratif, et en effet, la crainte de la récupération par l’extreme droite…ou la fachosphère..qui finira par contenir quiconque apporte une critique ou contradiction.
    le pen a toujours tort, zemmour a toujours tort, et trump a toujours tort..

    ce sont des gens qui veulent le pouvoir total, qui veulent imposer la façon de vivre des gens, ils ont besoin d’abolir les remparts constitutionnels qui empêchent la démocratie de piétiner les libertés individuelles mais ça implique aussi de devoir interdire aux mal pensants d’arriver au pouvoir..

    le plus dérisoire est qu’ils risquent bien de devoir combattre l’extreme droite un jour si ils continuent..

    • Ils veulent le pouvoir total, mais ils se bouffent entre eux comme à la Mairie de Paris.

      En fait, la seule chose qui les rapproche est d’être des ultras. Et on sait que ce genre de personne peut changer radicalement d’orientation mais restera toujours un ultra. (Certains sont passé de l’extrême gauche à l’extrême droite).

      « le plus dérisoire est qu’ils risquent bien de devoir combattre l’extreme droite un jour si ils continuent.. »

      A moins qu’ils ne fusionnent !

  • et si le féminisme était tout simplement anti écologiste. le sexe de l’homme n’est pas kalachnikof à vagin, mais est indispensable à la procréation et à la perpétuation de l’espèce: L’homme est une femme au sexe actif et pénétrant, la femme est un homme au sexe passif et pénétré.

  • les féministes ? la nocivité et l’aveuglement de la gauche dans toute sa splendeur ; violée par un black la féministe ne portera pas plainte ; violée par un blanc , je vous dis pas le barouf dans les médias ….pauvres cloches va ….

    • Une main aux fesses par un blanc suffira.
      Je suis souvent choqué de voir l’amalgame drague lourde, exhibition, attouchement et viol réel par les médias.

  • on a même interet à ramener le débat aux libertés individuelles , c’est ce qu’ils attaquent.

  • Féminisme partout: quand je vois nos gouvernements successifs avoir, à l’unité près, autant de femmes que d’hommes ministres, ça me fait doucement rigoler. je préférerais un chef d’Etat qui nous dirait « dans mon gouvernement, j’ai pris 2/3 de femmes car j’ai voulu les meilleurs ». Ce système actuel 50-50 laisse planer les plus gros doutes car on se demande, pour certains (ou certaines) ministres s’ ils ont été choisis pour leurs capacités ou pour remplir les quotas. Démagogie, quand tu nous tiens …..

    • Vu les exploits réalisés par Taubira, Touraine ou Belkacem, on peut même affirmer qu’il n’y a que des idiotes!

      • A tout prendre il vaut mieux des nuisibles idiots que des nuisibles intelligents.

        • Les médiocres trouvent insupportable d’être dirigé par des idiots. Un médiocre à besoin d’un leader exhibant les apparat de l’intelligence afin de flatter son égo de suiveur.
          D’ou la haine incommensurable que reçoit Trump depuis son élection.

  • Le féminisme actuel est une supercherie, c’est d’ailleurs cocasse que ce soit un mot masculin… Il y a des femmes, en général, de la gauche caviar et aussi des pastèques qui nous font croire que leur combat est la cause des femmes, mais en réalité c’est un le combat de cette classe de femmes. Aucune solidarité à espérer d’une pastèque du 6e arrondissement de Paris pour une caissière de supermarché du 9-3. Ce genre de mouvement est bourgeois et ne concerne que la double crême de cassis.

    • @AlfredSG
      Bonjour,
      « Le féminisme actuel est une supercherie, »
      Tout à fait.
      Quand le comité Némésis a défilé en même temps que les autres organismes féministes, le Jour de la Femme, les filles de Némésis ont eu droit à la panoplie d’insultes, à des menaces, et ont dû se réfugier dans un bar. Quelques unes ont pris des coups.
      Marlène Schiappa a dit que les agresseurs clandestins devaient être renvoyés chez eux, elle a reçu le retour de flammes.

  • Très intéressant ! Et d’accord à 98% avec l’auteure. Sauf quand elle dévie sur les étrangers car on voit qu’elle ne comprend pas trop la logique de la chose. Le courant féministe (parmi d’autres courants féministes) dénoncé ici à juste titre découle d’une lecture marxiste de lutte des classes, non pas prolétariat/bourgeoisie, mais sexuée, avec son lot de victimisation, de classe dominante (les hommes) etc. Il y a un parallèle évident avec les étrangers soumis à la classe dominante blanche. C’est pourquoi tous ces combats se tiennent la main parfois contre toute logique et de manière schizophrénique.
    Et je crois que l’auteure, dite libertarienne, a un petit fond de racisme bien-pensant.

    • Respectueusement, vous y êtes presque (vous savez clairement ce qu’est l’intersectionnalité en termes pratiques), mais vous restez religieusement dans la croyance que ces luttes sont justes, que les étrangers sont « soumis à une domination injuste » etc.
      L’auteur a très bien compris cette logique et dénonce sa puante hypocrisie, qui voit les féministes- Tartuffes s’attaquer à des moulins à vent (le patriarcat) qui ne risquent pas de se rebiffer car imaginaires. Par contre s’attaquer à la violence indiscriminée et au sexisme des « nouveaux Européens » communautarisés par les soins d’autres révoltés en peau de lapin, c’est pas bisou, ça risque de tarir le robinet à subventions, le soutien des gentils médias, etc.

      En parenthèse que veut dire bien-pensant pour vous? Dans ma définition c’est l’adhérence aveugle à l’idéologie portée par le pouvoir en place. Par exemple, voir du racisme partout (cf. propagande au CP « il faut combattre le racisme ».) Dans ce cas précis, si l’auteur était raciste, elle serait pour le moins en décalage avec l’idéologie promue par les autorités étatiques et médiatiques… Non? Accusez-la de « populisme », c’est plus correct dans le jargon des… bien-pensants :p

      • Il y a différentes « bien-pensances » selon l’auditoire ou la situation. Nous sommes sur CP, où la droite décomplexée s’affiche et où il est de bon ton de pousser la critique sur l’immigration à des niveaux menaçant les droits des individus. (Droit de s’établir et de travailler librement où il veut).
        Les féministes voient de l’anti-féminisme partout, les « anti-racistes » (drôle de mot je trouve) voient du racisme partout, les contrepointistes voient du socialisme partout… et dans chacun de ces groupes, une bien-pensance différente existe.

        • Aucune raisons d’avoir des complexes quand on est de « droite », quoi que cela signifie de nos jours.

          Votre définition de la bien-pensance est relativiste en diable; elle n’est acceptable qu’en considérant chaque groupe (ici le lectorat de CP) comme un microcosme qui évoluerait séparément du reste de la société. C’est au final un début de négation du fait social, assez bien en phase avec les valeurs communautaristes/ intersectionnelles dont l’on causait justement.

        • @Cactus
          Bonjour,
          « (Droit de s’établir et de travailler librement où il veut). »
          Non.
          – Ces droits que vous évoquez n’existent pas.
          – L’immigration doit être contrôlée. Comme quand vous contrôlez qui passe le pas de votre porte. Et oui ! C’est pareil. Un pays n’est pas un hall de gare : il y a des frontières pour de bonnes raisons.
          La voie normale, celle légale, demande qu’un étranger (hors U.E avec Shengen) demande l’autorisation d’entrer sur le sol Européen, ou pour notre pays la France. avec un passeport muni d’un visa.
          Entrer d’une autre manière sur un territoire étranger est illégal. Rester sur ce territoire sans manifester sa présence illégale, est illégal. Demander asile est soumis à une procédure aussi. Je ne connais aucun pays qui ne pratique pas ces procédures de contrôle. Un australien, un américain, un mexicain, s’il veut venir en France, devra en passer par un visa sur un passeport. S’il ne s’en acquitte pas, il sera renvoyé dans son pays d’origine. Idemn pour un français désirant aller au Brésil, au Japon, en Afrique du Sud, etc…

           » il est de bon ton de pousser la critique sur l’immigration à des niveaux menaçant les droits des individus. »
          Le premier devoir d’un individu est de respecter autrui et les droits de ce dernier. Les droits des individus sont au nombre de 4 :
          – Liberté ; (s’installer dans l’appart’ d’autrui, même s’il n’est pas là, n’est pas la liberté.)
          – propriété ;
          – sûreté (ne pas filtrer les frontières, laisser venir des clandestins par centaines de milliers par an, n’est pas la sûreté, en particulier quand le ministère en charge est incapable de donner des chiffres relatif à l’immigration) ;
          – résistance à l’oppression.
          Manifester parce qu’on est sur le territoire national depuis des années sans posséder d’autorisation officielle est illégal, et ne peut être autorisé à des personnes ne respectant pas les devoirs premiers.
          Vous allez peut-être me parler des « réfugiés » échappant à la guerre. D’après les données de la police grèque à la frontière avec la Turquie, les étrangers passant en fraude fuyant la guerre sont très loin d’être majoritaires : ils sont moins de 5%. Vu le prix que les passeurs demandent (environ 5000€, pour voyager en première classe ‘Zodiac’), ils seraient plus facile et moins onéreux de passer par la voie légale.
          D’ailleurs, pourquoi y a-t-il autant d’hommes âgés de moins de 35 ans composant les « migrants », très peu de femmes et d’enfants ? Certes, on en voit, mais dans les photo, les vidéos, on voit surtout des hommes, (il vous suffit de voir sur les vidéos) ? S’ils sont en guerre, ils devraient se battre pour leur pays, non ?
          Vous donneriez des droits à un inconnu qui viendrait s’installer dans votre salon, après avoir plié votre portail, et fracturé votre porte, montrant ainsi clairement qu’il n’a cure de vos propres droits ? Moi non. Passer illégalement une frontière, et s’installer en douce (plus ou moins) revient exactement à cela.

          • STF :
            Vous mélangez allègrement illégaux et migrants légaux :-).
            Ai-je dit que les illégaux étaient dans leur droit ? non. Cependant, s’ils sont sans-papiers et arrivés en container sans mourir ou en marchant des centaines de km ou traversant la Méditerranée sur un radeau de fortune, c’est parce qu’ils n’ont pas pu passer par Thomas Cook ou TUI pour réserver leur billet d’avion… Ce n’est pas pour le plaisir qu’ils sont illégaux… Pensez-vous qu’ils se disent « par facilité, je ne vais pas demander de papier pour ne pas pouvoir ouvrir un compte en banque, travailler, avoir un logement décent, etc » ? Pour info, je ne suis pas pour des frontières-passoires.
            Droit de s’établir et de travailler où il veut : c’est pratiquement la base même du libéralisme : le droit de disposer de son corps en premier et ensuite d’installer ce corps où on veut, tant qu’on ne s’installe pas sur la propriété d’autrui (et encore… mais nous rentrons là dans des considérations humanitaires). C’est amusant comme le territoire nationale devient ici votre référence de propriété. Car pour qu’il y ait propriété, faut un propriétaire. Qui ? L’état. Pas les citoyens car les citoyens ne peuvent pas occuper en en même temps et de manière exclusive le territoire, donc ils n’en sont pas propriétaires directement.
            Pour les hommes qui ne se battent pas : c’est un argument ridicule. Ya des résistants, ya des gens qui osent tuer et risquer de se faire tuer, ya des combattants entrainés. Et puis ya ceux qui n’ont pas d’armes, pas le courage, pas la capacité physique et mentale de vivre dans l’angoisse d’un bombardement et qui préfèrent protéger la base même du libéralisme : leur individu :-). Vous préférez qu’ils soient réquisitionnés par le Mollah X pour se battre contre le Mollah Y ? Embrigadés ? Ou qu’ils adhèrent librement à un mouvement de libération du peuple peut-être marxiste, islamique ou autre ?
            Si ce sont beaucoup des hommes qui viennent en premier (je dois vérifier cette allégation), c’est comme les marocains, italiens, polonais qui sont venus en premier dans les charbonnages, comme dans tellement d’autres migrations : on envoie un pionnier qui construit la maison pour accueillir le reste de la famille. Une tête de pont.

            • @Cactus
              Bonjour,
              Je ne mélange rien du tout.
              Je sais que quand vous avez parlé d’ « immigration », vous avez pensé aux actuels « migrants », pas aux immigrés américains, ou espagnols, ou autres qui viennent en France en suivant le cursus légal. Vous êtes de ceux qui quand ils utilisent le terme « immigration » c’est pour parler des « migrants ».

              « Pour les hommes qui ne se battent pas : c’est un argument ridicule. »
              Ah bon ?
              Dans les cours d’Histoire, je n’ai pas le souvenir que fut évoqué le fait que les hommes français âgés entre 20 et 35 ans aient quitté la France par centaines de milliers par an en laissant femmes et enfants derrière eux subir l’Occupation. Je sais, point Goodwin, me direz-vous, sauf que nous sommes en plein dans le sujet.
              Mes propres grands-parents n’ont pas fui. Mon arrière-grand-mère avait quitté l’Autriche pour l’Italie, puis l’Italie pour la France pour s’y installer au début des années 1930. Elle est morte et enterrée en France.
              Par contre en Histoire, on nous apprend qu’une partie de ceux qui ont fui la France, ont débarqué en 1944 avec les Alliés, et que même s’ils n’avaient pas d’armes, ils se sont préparés à libérer leur pays.
              Combien de ces « migrants » masculins seraient prêts pour une réédition de la bataille du Vercors ? (15.000 soldats allemands équipés, entraînés, expérimentés car formés sur le front Est Vs 4000 résistants qui ont pu récupérer deux bazooka, et quelques armes larguées par les Alliés, ma plupart récupérées par les allemands qui contrôlaient l’espace aérien de la zone du Vercors 60km sur 30 km.)

              « Cependant, s’ils sont sans-papiers et arrivés en container sans mourir ou en marchant des centaines de km ou traversant la Méditerranée sur un radeau de fortune, c’est parce qu’ils n’ont pas pu passer par Thomas Cook ou TUI pour réserver leur billet d’avion… »
              Et tout ça pour 5000€ ! C’est fou ! L’euro ne vaut vraiment pas grand-chose !
              Voilà ! Ceci est votre type d’immigration.
              1) Comment ces personnes, dans un pays en guerre ou en crash économique, peuvent-ellestrouver 5000€ pour finir entassées avec d’autres dans un conteneur, dans un Zodiac ? Mon pays n’est pas en guerre, et n’est pas en crash économique, cependant je ne dispose pas de 5000€ à verser à un passeur pour fuir ce pays si jamais un effondrement type guerre ou crash économique devait se poduire. Donc, en étant pauvres, puisqu’ils viennent de pays pauvres, et qu’ils doivent être à la charge des riches occidentaux dès lors qu’ils mettent un pied sur le sol européen, ou américain, comment font-ils pour trouver autant d’argent ?
              2) Ils versent 5000€ et ils risquent leur vie.
              3) S’ils n’ont pu passer par Thomas Cook ou TUI c’est peut-être à cause de leur gouvernement, non ? Ou peut-être à cause de leurs actes chez eux, non ? En tout cas sans papier, on ne peut savoir.

              Dans mes souvenirs d’Histoire, les français de la Zone occupée qui passaient illégalement en Zone Libre, ne foutaient le bo..el puisque cela risquait de leur attirer l’attention des agents du Régime de Vichy ou de la Gestapo.

              « Si ce sont beaucoup des hommes qui viennent en premier (je dois vérifier cette allégation), c’est comme les marocains, italiens, polonais qui sont venus en premier dans les charbonnages, comme dans tellement d’autres migrations : on envoie un pionnier qui construit la maison pour accueillir le reste de la famille. Une tête de pont. »
              La différence majeure, c’est que tous ceux que vous citez sont venus alors qu’il y avait de l’emploi. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, et ce depuis des décennies et le choix du chômage de masse. Chômage de masse qui va gonfler avec la crise économique/récession qui nous pend au nez.
              « tête de pont »
              Intéressante cette utilisation d’un terme militaire. Une tête de pont s’utilise pour lancer un assaut, un débarquement, une invasion.

               » (je dois vérifier cette allégation) »
              Faites donc. Ce serait une première vu que vous ne regardez pas les vidéos des autres commentateurs.
              Il y a eu en France, une manifestation d’envrion 5000 sans-papiers en pleine période de Covid19 et son interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes. Trouvez des vidéos et comptez les femmes présentes, et posez-vous la question : « Où sont les femmes ? »

              « Droit de s’établir et de travailler où il veut : c’est pratiquement la base même du libéralisme : »
              « la base même du libéralisme : leur individu :-). »
              Encore une fois : non !
              La base du libéralisme est les Droits fondamentaux/libertés individuelles, leur application et leur respect.

              « C’est amusant comme le territoire national devient ici votre référence de propriété. Car pour qu’il y ait propriété, faut un propriétaire. Qui ? L’Etat. Pas les citoyens car les citoyens ne peuvent pas occuper en en même temps et de manière exclusive le territoire, donc ils n’en sont pas propriétaires directement. »
              Pourquoi coyez-vous que nous payons des impôts ? Les propriétaies du territoire français sont les français parce qu’ils paient des impôts à une entité gouvernementale qu’on nomme Etat pour garder les frontières, assurer la paix civile à l’intérieur de ces frontières et protéger les droits de chacun, ce qui ne se fait plus depuis des lustres en France.
              Un Etat, un gouvernement, ne possède rien (et surout pas l’argent public !) : l’un et l’autre ne sont que des gérants, des comptables, au service de la Nation,fort incompétents et trop payés.

              • Je suppose que vous ne considérez pas comme réfugiés les 10 millions de déplacés français au début de la 2ème guerre mondiale. Les villes du Nord vidées. Et vous ne vous dites pas que des Européens en pays prospère vont logiquement moins se réfugier au Maroc ou en Irak en 1940. Sans compter que les déplacements à l’époque, c’est pas aussi facile que aujourd’hui. Ils n’avaient pas de contacts au Maroc, pas d’adresse mail d’un ami ou cousin. Et une fois les combats passés, la vie sous l’Occupation a repris, sans des combats de rue pendant 4 ans.
                Mon grand-père a fondé son entreprise à Bruxelles en 1942 (qui existe encore aujourd’hui et emploie 250 personnes), à son retour en tant que prisonnier de guerre (soldat belge). Pas sûr que la même chose soit possible en Syrie.
                Pour les femmes et les migrants : désolé de vous décevoir, mais ce ne sont pas des hordes de mâles qui déferlent… mais les femmes représentaient en 2017 43% des migrants (source : http://www.myria.be). Une simple logique permet de comprendre : l’homme, souvent le plus qualifié, vient en Europe avec des grands risques parfois, et fait venir la femme restée au pays avec les enfants de manière plus sûre.
                Et 5000 euro, quand on vend tous ses biens, ou qu’on compte sur la solidarité de la famille/amis, ça aide.

                • J’écoutais à l’instant la série LSD sur France Culture : une femme française partie faire le jihad en Syrie racontait son parcours (et sa désillusion) : ça m’a fait penser : « se battre pour leur pays » ? Vous pensez que le nationalisme, l’amour de son pays, de ses institutions, est suffisamment fort dans tous les pays du monde pour qu’une personne soit prêt à mourir pour eux ? Dans des pays bien souvent bricolés à l’ère post-coloniale, avec des frontières tracées en ligne droit sans tenir trop compte des liens tribaux et des usages ?
                  Et vous-même, seriez-vous prêt à être enrôlé dans l’Armée Bolchevico-macronienne (humour) si la France était attaquée par l’envahisseur russe ? Ou collaboriez-vous avec les Américains si c’était les USA qui attaquaient ? Et dans le cas d’une guerre civile (ce qui n’est pas rare dans certains coins), ça veut dire quoi « libérer son pays » ? Le libérez de qui ? De ceux qui veulent le séparer ? L’unifier ? Le réunifier ?
                  Assurer sa survie et celle de sa famille, n’est-ce pas l’un des réflexes les plus naturels qui soit ? Il me semble que vous faites régulièrement appel à la Nature et aux droits dits naturels, non ? Ben voilà, je fais aussi un appel à la Nature. Fuir n’est pas lâche, fuir est intelligent aussi. Imposer le combat pour la Nation (réelle ou fantasmée) est une belle soumission que vous demandez :-).

                • @Cactus
                  Vous n’avez qu’une seule source pour prouver que les femmes représentent 43% des migrants. Comme c’est drôle !
                  J’ai vu plusieurs vidéos faites par des personnes habitant près de frontières, et les migrants qui passent par-dessus sont des mâles. Même dans le manuel d’Hist et Géo, les photos montrées aux élèves sont celles des Zodiac remplis d’hommes ; l’un des témoignages d’un de ces migrants clandestins dit qu’il y avait peu de femmes et d’enfants. Sur les vidéos, les photos, les témoignages, 90% des migrants sont des hommes.
                  Quant à « horde de mâles » si ! j’ai vu des vidéos où cela y ressemble beaucoup.

                  « Et 5000 euro, quand on vend tous ses biens, ou qu’on compte sur la solidarité de la famille/amis, ça aide. »
                  Que ça aide c’est sûr, et la question n’est pas là. Avec 5000€ pourquoi ne prennent-ils pas la voie légale ? Même en vendant mes biens, en demandant à mes amis/famille (lesquels ne sont pas bien fortunés) je ne pourrais pas réunir cette somme.
                  En même temps, si des amis ou de la famille avancent une partie des 5000, ce serait toujours ça en moins pour eux s’ils décidaient de partir aussi.

                  « Je suppose que vous ne considérez pas comme réfugiés les 10 millions de déplacés français au début de la 2ème guerre mondiale.  »
                  Et ils sont allés se réfugier où ? En Belgique envahie ? En Hollande envahie ? Au Luxembourg envahi ? En Espagne franquiste ? En Italie fasciste ? En Allemagne Nazi ? Ce déplacement de population a été intérieur. La plupart est restée en France. D’ailleurs, lors des premiers raids avec les Stuka, les personnes qu’on voit sur les routes sont des femmes, de enfants et des personnes âgées.

                  « Et vous ne vous dites pas que des Européens en pays prospère vont logiquement moins se réfugier au Maroc ou en Irak en 1940 »
                  Bah si ! C’est pourquoi les américains disent actuellement que leur pays est le meilleur du monde car il offre la liberté et la possibilité de prospérité à ceux qui y vivent et à ceux qui veulent y vivre. Si eux tombent, il ne leur restera nulle part où aller se réfugier. (C’est une paraphrase de Ronald Reagan.)
                  Le Maroc en 1940 est une colonie française, passée sous autorité du Régime de Vichy comme le reste des colonies. … Régime de Vichy ? Ca devait être du gâteau de se rendre au Maroc fin juin 1940.
                  Le Royaume d’Irak, en 1940, est indépendant des Britaniques depuis 1932 mais sous tutelle, et par mépris pour ces derniers, tentera de se rapprocher de l’Allemagne. L’Irak et la GB se feront la guerre en 1941.

                  « Et vous-même, seriez-vous prêt à être enrôlé dans l’Armée Bolchevico-macronienne (humour) si la France était attaquée par l’envahisseur russe ? »
                  J’ai fait mon devoir en effectuant mon Service National. A l’époque, c’était Chirac le commandant en chef.
                  Je ne suis plus réserviste depuis des années.
                  Si jamais une guerre éclatait, peu importe contre qui, l’Armée ferait fermer son clapet à Jupitre 1er.
                  Si les russes, les américains, les chinois, les martiens, attaquaient la France, ils seraient des ennemis et devraient combattus pour être vaincus. Point barre.
                  Là, il est question de guerre conventionnelle Armée contre Armée.
                  Quant à m’enroler, je ne sais pas.
                  A l’Armée, j’ai compris que « se battre pour son pays » revient à se battre pour les gens qui y habitent, pas pour les clowns qui le gèrent. Au front, on se bat pour ceux qui sont derrière : on les protège.

                  « Ou collaboreriez-vous avec les Américains si c’était les USA qui attaquaient ? »
                  J’ai été présenté au Drapeau Tricolore pendant mon service militaire. Collaborer* avec l’ennemi est de la trahison ni plus ni moins.
                  *volontairement je présume, puisque vous mentionnez les U.S.A, puisque vous avez senti le lien ‘affectif’ que j’ai pour ce pays ; puisque je les cite souvent en référence sur d’autres sujets et que vous pensez que je pourrais être soumis aux américains si ces derniers envahissaient la France.

                  « Et dans le cas d’une guerre civile (ce qui n’est pas rare dans certains coins), ça veut dire quoi « libérer son pays » ? Le libérez de qui ? De ceux qui veulent le séparer ? L’unifier ? Le réunifier ? »
                  La France est bâtie sur des guerres civiles, même celles des indépendances des colonies (dont quelques anciennes « colonies » semblent avoir oublié qu’elles sont indépendantes, qu’elles ont gagné leur indépendance).
                  Libérer son pays veut dire tout simplement que son pays n’est plus libre et que donc ses citoyens ne le sont pas plus.
                  « Qui ? » Des tyrans pardi ! tels Robespierre ou Napo 1er, ou du Régime nazi, ou du Régime de Vichy. Bien sûr, les socialo communistes sont en embuscade. Ils ne s’en cachent pas d’ailleurs. Ils ont fait un petit test récemment, dans le chaos des « manifestations pacifiques » et des « Defund the Police », ils ont pris un block et ont fait secession avec la ville de Seattle, ont déclaré une frontière qu’ils ont matérialisée avec un mur. Chaz/Chop fut en quelques semaines un échec.

                  « une femme française partie faire le jihad en Syrie racontait son parcours (et sa désillusion) : ça m’a fait penser : « se battre pour leur pays » ? »
                  Elle ne s’est pas battue pour la France : elle s’est battue pour une faction ennemie proclamée de la France pour que cette faction devienne un Etat gérant un territoire à conquérir et à agrandir. Ils partent tous dans ce but. Elle voulait faire partie de ce pays, et s’est donc battue comme elle l’a pu pour ce pays en devenir.
                  De fait, la France n’est plus son pays. Elle était libre en France, c’est pourquoi elle a pu faire son choix et abandonner son pays. Comme beaucoup, elle a dû détruire, abandonner ou se séparer de son passeport, renonçant ainsi à la nationalité qui va avec, donc aux droits qui vont avec. Elle a trahi la France, en a soutenu ses ennemis lesquels sont aussi ennemis de la Syrie. La Syrie aurait dû la juger.

                  « Vous pensez que le nationalisme, l’amour de son pays, de ses institutions, est suffisamment fort dans tous les pays du monde pour qu’une personne soit prêt à mourir pour eux ? »
                  Même les pays les plus pauvres ont une Armée.
                  Ces pays n’ont pas assez de personnes assez vaillantes pour combattre et mourir pour eux, et leurs forces vives les fuient, alors qu’on nous dit que tous les pays se valent et que les nôtres, occidentaux, sont des hauts lieux du racisme, du colonialisme, du Kapitalisme turbo débridé, etc, qu’ils valent moins que les autres même, pourtant un expatrié sur deux dans ces régions tente sa chance pour l’Occident.

                  « Imposer le combat pour la Nation (réelle ou fantasmée) est une belle soumission que vous demandez :-). »
                  Vous lisez que j’ « impose », évidemment. Alors que je demande aux 95% des migrants de pays qui ne sont pas en guerre de suivre la voie légale au lieu de risquer leurs vies, et pour certains celles de leurs enfants, pour s’établir dans un pays étranger, même définitivement.
                  Le Dalaï Lama a dit que les migrants devraient profiter d’être en Occident pour s’instruire, puis de retourner dans leurs pays d’origine afin de les faire progresser.

                  « Fuir n’est pas lâche, fuir est intelligent. »
                  Les fois où j’ai dû courir le plus vite possible afin d’échapper aux coups de poing et de pied de 4 de mes camarades de classe, je ne me sentais pas intelligent. Je me sentais moins mer…x quand j’arrivais à leur coller un ou deux coups de pied et qu’ils les sentaient passer. C’est mon côté teigneux.

                   » Dans des pays bien souvent bricolés à l’ère post-coloniale, avec des frontières tracées en ligne droit sans tenir trop compte des liens tribaux et des usages ? »
                  Comme… la Belgique après 1815 et la défaite de Napo 1er où les frontières ont été redessinées et qui ont donné lieu à des révolutions nationales (hongrois, tchèques, slovaques, italiens, etc..) en Europe tout au long du XIXè siècle et celui d’après.
                  Ah ? Tiens ? Des personnes, en Europe (!?), se sont battues pour faire Nation. En Europe, ça s’est fait, jusqu’à la fin du XXè siècle (Yougoslavie).

        • Vous avez raison, il y a bien une pensée différente parmi les anti-communistes ou collectivistes primaires, tel que moi. Qui pense que la France est une propriété privée, celle des Français, et qu’il serait temps qu’on demande aux propriétaires qui ils sont disposés à inviter, pourquoi et à quelles conditions.

    • @ Cactus
      Il faut toujours que vous sortiez une ânerie ou une malveillance, C’est quoi ce petit fond de racisme bien-pensant? C’est de la calomnie! C’est vous le bien pensant en l’occurrence.

    • @Cactus: « Le courant féministe (parmi d’autres courants féministes) dénoncé ici à juste titre découle d’une lecture marxiste de lutte des classes, non pas prolétariat/bourgeoisie, mais sexuée, avec son lot de victimisation, de classe dominante (les hommes) etc.  »

      Dénoncez simplement la tyrannie des minorités, qui me semble bien plus grave que l’habituelle « dictature de la majorité » que quelques habituels contributeurs à ce site tentent de nous convaincre.

      • Dites, toute autre chose, mais j’y repense en lisant « habituels contributeurs » : j’ai l’impression de ne pas avoir vu Claude Henry de Chasne depuis quelques jours… Il commente d’habitude en premier et là, rien… Si quelqu’un le connait hors du site… je suis un peu inquiet, au vu du covid et qu’il n’est pas tout jeune.

    • « Et je crois que l’auteure, dite libertarienne, a un petit fond de racisme bien-pensant. »

      Le racisme commence dès lors que vous remarquez une caractéristique physique chez une personne et que vous la classifiez. Une personne non raciste ne comprendrait tout simplement pas les discours racistes ou anti-racistes. Imaginez un seul instant que l’on mesure la taille du front pour classer les gens de Néandertalien ou pas !

      Le racisme est lié à la méfiance vis à vis de celui venant d’une autre tribu. Nous sommes tous racistes. Ce n’est pas une raison pour nier son propre racisme et d’en accuser les autres. La bien-pensance est dans ce créneau. Mais la discrimination positive est basée sur le racisme et l’utopie. Seule la logique et l’acceptation des différences – de pensées, de culture, de buts- tout en exigeant LES MEMES REGLES pour tous, peuvent effacer cette tendance naturelle inconsciente. La stupidité des « élites » ne fait que renforcer le racisme et est au passage une insulte à ceux qui ont (visiblement – car c’est le cas général) des origines métissées et qu’on classe arbitrairement dans un groupe.

      Je suis brun et étais blond étant petit. Je suis donc un bâtard de latin et de Viking et me sens offensé.

  • Tout simplement parce que ce ne sont pas des féministes mais des gauchistes qui, comme tous les gens de gauche, sont des hypocrites et des menteurs!

  • Le problème des féministes est le recrutement, j’aime les femmes mais celles là sont timbrées ou ont mal vecu leur féminité en abusant de ses avantages au détriment de faire fonctionner leur cervelle… A la longue, ça détraque, même certains hommes en sont victimes, n’est-ce pas mr Emmanuel?

    • et puis l’indignation sélective, la sexualité honnie, vilipendée ardemment désirée, défendue, la liberté de soi à tout va mais pas celle de ceux qui ne veulent pas entendre parler de fimininistes (ça s’écrit comme ça?)

  • « double standard et soif de pouvoir »

    Ne pas oublier aussi comme méthode de manipulation, le « mind reading » (le procès d’intention).

  • « Je suis contre les femmes, tout contre » (Sacha Guitry)

  • Les faits parlent d’eux mêmes : les féministes militent le plus durement dans les sociétés occidentales développées, et non pas dans les pays où il y a vraiment de « l’injustice » faite aux femmes… C’est sûr que si elles le faisaient, elles seraient immédiatement exécutées par les pouvoirs en place ; plus dangereux pour elles…

  • Ce féminisme, crée par ses outrances, ses contre-vérités et son indignation à géométrie variable, des réactions de rejet qui, à terme, peuvent nuire à la défense des droits des femmes: les interventions en ce sens etant considérées a priori comme suspecte par la population lassée, voire excédée par les féministes.

  • Allez, les féministes, un bon geste ! Une manifestation de femens dans les rues de Kaboul !

    • Le Rouméliote
      Bonjour,
      Il y a des endroits en France qui n’ont rien à envier à Kaboul. Je leur dirais de les éviter comme lieu de leur manifestation dans leur style habituel. Je suis un sale chevalier blancs, et j’ai tendance à vouloir que les femmes soient sauves, au plus possible, Voir des femens manifester au Mirail (ou tout autre quartier sensible, trop sensible, me hérisserait le poil d’effroi pour elles.
      Je n’ai toujours pas vu de féministes à Lyon. Une des leurs, Axelle, une femme donc, a été trainée sur 800m par un meurtrier en Golf.

      • @Le Rouméliote
        Bonjour,
        J’ai dû traduire cette expression.
        J’avais compris que votre premier post était sarcastique.
        Cependant, je ne trouve pas comique cette tragédie.

  • Le cœur du néo-féminisme est bourgeois et suprémaciste, il vise à établir la domination d’un petit groupe de cintrées sur d’autres groupes qu’elles méprisent (femmes prolétaires, les idiotes utiles) ou haïssent (hommes).
    « L’égalité » n’est bonne que pour les postes prestigieux de toute façon inaccessibles aux prolétaires femmes autant qu’hommes le reste des revendications vise à acquérir des pouvoirs et des privilèges autant qu’à réduire en esclavage.
    .
    Sally Miller Gearhart une icône du néo-féminisme lesbien discutait très sérieusement des possibilités de réduire la population masculine à 10% voir moins si la technologie le permettait. La littérature des « idiots utile » ne fait que reprendre certains arguments de ce noyau dur universitaire, bourgeois et lesbien.
    .
    La « géométrie variable » existe parce que le « racisme » est une arme politique très puissante, mais qui peut aussi être utilisée par l’autre partie, le bien-être des femmes en général comme celui des noirs aux états-unis pour la gauche ne compte pas, le but est bien le pouvoir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Peter Pan a beau ne pas vouloir vieillir, il est plus que centenaire. Si la pièce date de 1904, la version roman a été publiée en 1911, il y a donc 110 ans. Et voilà qu'on nous annonce une « relecture » du mythe, une de plus, bien dans l'air du temps féministe. De toute façon Peter Pan est typique des œuvres associées aux fêtes de fin d'année. La pièce aurait du être créée pour Noël 1904 mais des complications de machineries avaient retardé la première représentation. C'est à la Noël vingt ans plus tard qu'est sorti le premier film intitulé P... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

L'élection de Miss France 2022 s’est terminée par la victoire de Diane Leyre qui représentait l’Île-de-France. Sans nous préoccuper outre mesure de sa cote de popularité ou du mérite de son élection, une question demeure : aurons-nous une Miss France 2023 ?

L’association féministe Osez le féminisme attaque en justice la société Endemol, propriétaire du concours. Le procès se déroulera probablement en 2022. Osez le féminisme justifie son action dans un article se concluant en ces termes :

« Il est plus que temps qu’enfin : 

... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borrillo.

Le féminisme classique a organisé son combat autour des droits fondamentaux comme le suffrage universel, la libre disposition du corps et de la sexualité, la réforme du divorce, l’accès à l’éducation… Ce féminisme prend appui sur le primat de l’individu qui, quel que soit son sexe, doit pouvoir jouir de mêmes droits et libertés de façon autonome. Son présupposé était celui de la ressemblance des genres et impliquait une égalité de traitement. Son origine philosophique, les idéaux des Lumières.

Au nom du prog... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles