Que retenir de l’interview de Jean Castex au JT de 20 heures ?

Sérieux et jamais pris au dépourvu, Jean Castex a répondu aux questions de Laurent Delahousse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran JT France2 du 17 juillet 2020

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que retenir de l’interview de Jean Castex au JT de 20 heures ?

Publié le 18 juillet 2020
- A +

Par Margot Arold.

Jean Castex était sur le plateau du journal de France2, interrogé par Laurent Delahousse.

Sur les masques

Rien de très nouveau, sur le sujet. Jean Castex déplore un relâchement dans le comportement des Français (et mis devant les images, il a dû aussi reconnaître que les ministres eux-mêmes ne donnaient pas vraiment l’exemple).

Il a expliqué que le décret à venir comporterait l’établissement de sanctions pour non port du masque. Ainsi, après « les masques sont inutiles », puis « il faut mettre des masques », nous aurons droit à « vous serez verbalisés si vous n’en portez pas ». Ce grand écart ne semble pas gêner le moins du monde les membres du gouvernement.

Sur la réforme des retraites et chômage

Jean Castex décale à janvier toute discussion sur la réforme, ainsi que sur celle de l’allocation chômage. Si les partenaires sociaux semblent plutôt satisfaits, on peut quand même douter des solutions qui seront mises en œuvre pour lutter contre le chômage.

En effet, le Premier ministre a expliqué qu’il souhaitait « s’adapter » au maximum au nouveau contexte, à la crise économique. En l’occurrence, le nombre élevé de chômeurs attendu en crise post-Covid lui fait dire qu’il faut rediscuter sur de nouvelles bases.

Afin de lutter contre ce chômage dramatique à venir, il propose que l’État aide les chômeurs à se former et à se réorienter. Quand on voit le beau travail effectué par Pôle Emploi et qui est dénoncé par la Cour des comptes, qui pointe du doigt l’absentéisme élevé du personnel et les primes élevées, on peut se risquer à douter de l’efficacité de ces mesures.

Sur la taxe d’habitation

Sa disparition en 2023 pour tous semble toujours à l’ordre du jour. Il ne souhaite pas remettre en cause certaines décisions prises par le gouvernement précédent. Ainsi que l’a rappelé Jean Castex : « L’économie c’est la confiance ».

Qui va payer pour tout ça ? Nos enfants ?

À cette question de Laurent Delahousse, Jean Castex évacue rapidement le problème : sans nier, il contourne la question. D’abord, c’est l’  »Europe qui paiera »  ; ensuite, « il y aura un allongement de la dette ». On croirait entendre « C’est pas cher, c’est l’État qui paie ».

Et « l’Europe, entité abstraite, c’est qui ? Et qui paiera la dette dans ce délai rallongé ? Jamais ces questions ne sortiront de la bouche de Laurent Delahousse qui, bien que n’obtenant pas de réponse directe à sa première question, ne cherchera pas à mettre le Premier ministre dans l’embarras. Qui veut voyager loin ménage sa monture…

Restaurer l’autorité de l’État

« À tous les ennemis de la République, de la laïcité, à tous les séparatistes », Jean Castex assure que la législation sera durcie.

Il promet aussi une augmentation des moyens humains et matériels pour l’autorité judiciaire.

Enfin, l’énarque terminera sur le refrain de l’ « homme des territoires », du terroir, assumant son attachement à sa région tout en reconnaissant apprécier la vie à Paris. Ce « en même temps » tellement politicien ne sera pas pour déplaire au Président.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • A chaque nouvelle tête se développe le fol espoir d’un nouveau souffle, d’une nouvelle ambition, tellement la médiocrité, le manque de vision, la lâcheté et l’absence d’intelligence de nos élites politiques semblent faire partie de leur matériel génétique.
    On se dit « Tiens, un nouveau qui a l’air sérieux et qui parle avec un bon accent du terroir », et on a un premier ministre dont une des grandes ambitions du discours de politique générale est un grand plan vélo pour le pays…
    Est-ce moi qui ne comprend plus rien à notre époque ou a-t-on un vrai problème ??

  • Nous avons effectivement un problème : on ne peut pas faire « en même temps » une chose et son contraire, c’est juste la devise du pilotage à vue électoral qui permet de ratisser large aux élections en réunissant tous les opportunistes de droite, de gauche, d’en haut, d’en bas…

  • qui va payer pour tout ça ….la France s’endette de 2665 euros par SECONDE ; en 2009 la dette par habitant se montait à 24869 euros ….en 2019 , elle se montait à 35472 euros par habitants ; je n’ose penser à celle de 2020 ….mais de ça , chuuut ….on ne parle pas ….

  • Cette majorité des urnes par abstention, peu cultivée et inintelligente, n’a même pas un tribun pour la servir
    Quel plaisir(en dehors de toute idée politique) que d’entendre Melanchon à la tribune de l’Assemblée Nationale

    • mais ferme la …je suis abstentionniste et fier de l’être et toi pauvre baltringue tu valides le système en place en allant voter, même blanc , balaie devant ta porte avant de critiquer et assumes tes idées , chose que tu ne fais pas en allant voter puisque tu participes au système pourri .

  • Je n’écoute pas ce genre d’émission de propagande.. Il semblerait que ce monsieur est plutôt fort malléable pour un gars du terroir.. l’enarchie détruit vraiment tout

  • Après le « c’est pas cher, c’est l’état qui paye », voici le « c’est pas cher, c’est l’Europe qui paye » !

    On dirait les plans de Don Sallustre (La folie des grandeurs) au bagne pour reconquérir le pouvoir …

  • Vu son parcours, quelqu’un espérait-il autre chose que cette nullité ?

  • Bref un énarque typique sans aucune notion ni idée de gestion d’un pays!

  • A propos du masque et de la 2ème vague 1er paragraphe. En Belgique, la progression a été la même. Et maintenant, on parle de 2ème vague. Tenez-vous bien. Deux « spécialistes » s’affrontent. L’un dit « pas de 2ème vague à craindre, non » et l’autre « nous sommes au début de la 2ème vague, oui ». Ne vous y trompez pas: selon les commentaires journalistiques, ils disent la même chose avec des termes différents. On ne doit plus parler la même langue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a suggéré que les impôts sur  les bénéfices des entreprises soient utilisés pour rembourser la dette covid du pays :

Les entreprises vont rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État[...] c'est une solution juste et efficace qui mérite en tout cas d'être étudiée.

J’avoue que le propos m’a laissé pantois mais que je l’ai mis sur le compte de la fatigue.

Par contre le ministre a été impeccable en réaffirmant fermement qu’une dette devait être remboursée.Poursuivre la lecture

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jus... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles