Que retenir de l’interview de Jean Castex au JT de 20 heures ?

Capture d'écran JT France2 du 17 juillet 2020 — France 2,

Sérieux et jamais pris au dépourvu, Jean Castex a répondu aux questions de Laurent Delahousse.

Par Margot Arold.

Jean Castex était sur le plateau du journal de France2, interrogé par Laurent Delahousse.

Sur les masques

Rien de très nouveau, sur le sujet. Jean Castex déplore un relâchement dans le comportement des Français (et mis devant les images, il a dû aussi reconnaître que les ministres eux-mêmes ne donnaient pas vraiment l’exemple).

Il a expliqué que le décret à venir comporterait l’établissement de sanctions pour non port du masque. Ainsi, après « les masques sont inutiles », puis « il faut mettre des masques », nous aurons droit à « vous serez verbalisés si vous n’en portez pas ». Ce grand écart ne semble pas gêner le moins du monde les membres du gouvernement.

Sur la réforme des retraites et chômage

Jean Castex décale à janvier toute discussion sur la réforme, ainsi que sur celle de l’allocation chômage. Si les partenaires sociaux semblent plutôt satisfaits, on peut quand même douter des solutions qui seront mises en œuvre pour lutter contre le chômage.

En effet, le Premier ministre a expliqué qu’il souhaitait « s’adapter » au maximum au nouveau contexte, à la crise économique. En l’occurrence, le nombre élevé de chômeurs attendu en crise post-Covid lui fait dire qu’il faut rediscuter sur de nouvelles bases.

Afin de lutter contre ce chômage dramatique à venir, il propose que l’État aide les chômeurs à se former et à se réorienter. Quand on voit le beau travail effectué par Pôle Emploi et qui est dénoncé par la Cour des comptes, qui pointe du doigt l’absentéisme élevé du personnel et les primes élevées, on peut se risquer à douter de l’efficacité de ces mesures.

Sur la taxe d’habitation

Sa disparition en 2023 pour tous semble toujours à l’ordre du jour. Il ne souhaite pas remettre en cause certaines décisions prises par le gouvernement précédent. Ainsi que l’a rappelé Jean Castex : « L’économie c’est la confiance ».

Qui va payer pour tout ça ? Nos enfants ?

À cette question de Laurent Delahousse, Jean Castex évacue rapidement le problème : sans nier, il contourne la question. D’abord, c’est l’  »Europe qui paiera »  ; ensuite, « il y aura un allongement de la dette ». On croirait entendre « C’est pas cher, c’est l’État qui paie ».

Et « l’Europe, entité abstraite, c’est qui ? Et qui paiera la dette dans ce délai rallongé ? Jamais ces questions ne sortiront de la bouche de Laurent Delahousse qui, bien que n’obtenant pas de réponse directe à sa première question, ne cherchera pas à mettre le Premier ministre dans l’embarras. Qui veut voyager loin ménage sa monture…

Restaurer l’autorité de l’État

« À tous les ennemis de la République, de la laïcité, à tous les séparatistes », Jean Castex assure que la législation sera durcie.

Il promet aussi une augmentation des moyens humains et matériels pour l’autorité judiciaire.

Enfin, l’énarque terminera sur le refrain de l’ « homme des territoires », du terroir, assumant son attachement à sa région tout en reconnaissant apprécier la vie à Paris. Ce « en même temps » tellement politicien ne sera pas pour déplaire au Président.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.