Les sénateurs s’occupent des forfaits internets illimités. Consternation totale.

La France est au bord du gouffre. Heureusement, le Sénat est là pour achever de l'y pousser vigoureusement, taxe après taxe !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Windell Oskay - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les sénateurs s’occupent des forfaits internets illimités. Consternation totale.

Publié le 26 juin 2020
- A +

Par h16.

L’avenir du pays n’est décidément pas très bon. Les signaux s’accumulent, et les prochains mois semblent bien sombres pour le pays. L’économie continue de faiblir et les chiffres évoqués par le FMI ne font pas plaisir à voir. MAIS CE N’EST PAS UNE RAISON POUR SE LAISSER ABATTRE !

Vite, continuons l’hystérie écologiste !

Peu importe que le peuple français croule sous les interdictions, sous les obligations, sous les taxes et les grosses vexations, le tout au sortir d’une crise mémorable : s’il y a bien des individus qui sont réellement imperméables à ces réalités de terrain, ce sont bien nos chers (très chers !) sénateurs pour lesquels tout indique que c’est même le moment d’en ajouter une petite lichette !

En plus, ça tombe bien, ce sont de grands connaisseurs et utilisateurs du monde numérique, ce qui les autorise donc à proposer des solutions à la fois innovantes et totalement appropriées pour réduire la production de CO2 français dans l’atmosphère : et si on interdisait les « forfaits Data Illimité » de téléphonie mobile pour protéger l’environnement ?

Le raisonnement est aussi simpliste qu’idiot et donc tout juste à la portée des politiciens de la Chambre Haute : comme internet consomme de l’énergie, comme cette consommation produit du CO2, comme le CO2 est méchant, rien de tel que ralentir l’usage d’internet pour améliorer la situation, par exemple en multipliant les petits coups de poings dans la figure de l’utilisateur ou, alternativement, en lui interdisant les forfaits de données mobiles illimités, pardi.

Redoutable de logique et d’efficacité, n’est-ce pas ?

Attendez, ce n’est pas tout : et si, pour changer, on taxait un bon coup les plus gros émetteurs de données, comme les plates-formes de streaming ? Ce serait à la fois innovant (une taxe, quelle idée originale !) et puis tellement efficace, tant il est vrai que depuis que l’essence est monstrueusement taxée, plus personne n’en achète !

Du reste, ce sera là l’occasion de taxer Netflix, Amazon et autre Google/Youtube, ce qui est encore une fois une idée aussi nouvelle que pratique et bien trouvée !

Rassurez-vous : ce plan machiavélique et si génialement pensé ne s’arrête pas là ! Puisque l’aspect tabassage du consommateur est maintenant couvert avec le combo mortel Taxe + Interdiction, il faut en outre ajouter l’aspect distribution d’argent gratuit des autres, incitations et autres bricolages publics plus ou moins subtils pour parfaire le tableau. Par exemple, en appelant les centres de données à s’installer en France, en toute décontraction.

Eh oui : selon la fine analyse de nos sénateurs décidément affûtés comme du beurre chaud, les hébergeurs pourraient en effet bénéficier d’une empreinte carbone plus faible grâce à un bouquet énergétique fortement dépendant du nucléaire, moins émetteur de CO2 que les centrales thermiques.

La puissance de l’analyse laisse pantois.

Il faut avouer que le positionnement des sénateurs est proprement ahurissant dans un pays où on fait tout pour se débarrasser de notre parc nucléaire, où l’on est en train d’inventer de la taxe verte à tour de bras et de cuisantes vexations pour tous les consommateurs qui osent niaisement essayer de vivre heureux au lieu de se terrer dans des grottes classe thermique A climatisées à 13°C…

Et pour rappel, ces flagellations sénatoriales forcenées sur les Français sont mises en place pour tenter de réduire les émissions de CO2 liées au numérique en France, soit 2 % de toutes les émissions françaises alors même que celles-ci ne représentent péniblement que 0,9% du total des émissions humaines dans le monde…

Très concrètement, les sénateurs veulent donc taxer les Français et contraindre encore une fois leurs habitudes de consommation pour tenter de réduire un peu ces 0,0018 % d’émissions de CO2 que le numérique français représente dans le monde… Oui, vous avez bien lu, il s’agit de moins de 2 millièmes de pourcent des émissions humaines de CO2.

Au moment même où le pays explose les 120 % de dette par rapport à son PIB, où on compte très officiellement plus de 6 millions de chômeurs, où la vague de faillites n’en est qu’aux premiers frémissements, au moment où la misère se répand sur tout le territoire, le Sénat, complètement fou, tente coûte que coûte de jouer sur deux millièmes de pourcent des émissions de CO2.

C’était indispensable, évidemment.

Et puis au-delà de l’aspect complètement crétin de ces distributions compulsives de taxes, d’interdictions et de bisous ambigus, on doit absolument se demander pourquoi la France, par son Sénat, choisit ainsi de vouloir « ralentir la croissance des usages sur internet » alors que tout le reste de l’humanité s’emploie à faire exactement le contraire…

Encore une fois, on assiste, hébété devant tant d’idiotie, à ce positionnement grotesque qui feint de croire que les Français ont raison contre tout le reste du monde et pour des motivations d’une futilité consternante (deux millièmes de pourcent, les enfants, de la dentelle microscopique !).

Apparemment, il semble indispensable pour la politicaillerie française de – littéralement – rendre les échanges d’informations plus pénibles, plus mous, plus lents et plus chers dans le pays : des milliers d’années d’Histoire et des décennies de théories de l’information jetées aux orties pour feindre de sauver les ours polaires (même pas en danger).

Mais que voulez-vous, aussi ? Disposer d’un pays qui tente de conserver son rang dans le concert des nations, qui donne à son peuple de quoi se battre dans les guerres commerciales et informationnelles qui se pointent, qui crée de la valeur, de la richesse, des emplois, ou vous préférez un État obèse, surtaxant tout ce qui bouge et qui entraîne tout son peuple dans l’abîme du chômage, de la misère et du collectivisme ?

Pour le Sénat, je crois la question elle est vite répondute…


—-
Sur le web

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Quitte à économiser des épsilonesques de pouillèmes d’émissions de CO2, et si on on remplaçait les voitures à pimpon des sénateurs, députés, ministres et autres par des vélos à pimpon ?

  • La question qui se pose ici, c’est comment une assemblée de personnes, sélectionnées et plus ou moins choisies pour représenter tout un peuple, arrive à créer ce type d’abberations qui ne viendrait à l’idée d’aucun des éléments du peuple en question.

    • Il faudrait faire passer aux candidats un examen afin de vérifier qu’ils possèdent les connaissances de base en matière d’économie, médecine, agriculture, sciences diverses et variées, et j’en oublie, certainement.

      • Il y a un examen de jardinage, pas besoin de plus.
        Mais bon le QI d’un groupe correspond au QI le plus faible divisé par le nombre de membre du groupe.

        • mais les jardiniers travaillent dehors par touts les temps, connaissent les plantes, arbustes et arbres sur le bout des doigts et savent gérer intelligemment un jardin oud es massifs, et ça même un sénateur ne sait pas faire.

      • Oh là. Ils sont entourés d’experts. Je me suis toujours demandé comment certains arrivaient à passer de l’armée à l’enseignement puis à l’économie et à l’agriculture. Quand on ne les veut plus, on les met dehors et ils rentrent par une autre porte.

    • votre commentaire est très pertinent. nous avons ici une illustration du modus operandi de la nouvelle tyrannie verte, et surtout,de son côté « sans limite »: aucun électeur ne sera jamais en position de vérifier l’effet de cette mesure sur le co2, le climat etc. et donc de pouvoir condamner dans les urnes les auteurs d’un tel abus de pouvoirs.

  • Sale temps pour l’industrie du p°rnØ!

    • C’est l’inverse. Les Dorcel et co poussent pour la loi: leurs sites étant payant, le public concerné a déjà rentré une carte de crédit et démontré qu’il était majeur. Ce sont les sites gratuits qui devraient (selon eux) en pâtir. En réalité, ce sont les VPN qui vont en profiter.

      • Même pas, je prend le paris que les gros du porno, tels que Pornhub n’en ont strictement rien à foutre des injonctions de la France. Ce sont les players français qui, comme d’habitude payeront la facture.

    • Et le télétravail, et les petits serveurs…

  • Pauvre sénat, déjà que certains voudraientt le supprimer il rajoute une couche de sénilité . Taxer le streaming pour le co2 alors que le streaming évite a des millions de gens de se deplacer au cinéma multisalles éclairés par des millions de lumens à bord de leur voiture de leur bus de leur mobyletts du métro… A vélo, c’est rare, y a pas de parking gardés sécurisés. Ai je bien répondute ?

    • jacques lemiere
      28 juin 2020 at 13 h 09 min

      cinéma qu’il faut subventionner par contre…et qui dans les petites villes sont souvent payés avec de l’argent public…

  • Ne jamais oublier que ce sont ces mêmes pantins, censés représenter démocratiquement le peuple qui a contribué à les élire, qui ont bafoué la démocratie en enc.lé les Français, en piétinant les résultats du référendum du 29 mai 2005.
    Alors que, maintenant, ils s’amusent dans le n’importe quoi, pourquoi s’en étonner ?
    Je vous dis qu’il faut restaurer l’esprit (et les pratiques) de 1793-1794…

    • La première action d’un candidat libéral devrait être de faire un référendum sur l’adhésion à l’UE…non sans avoir coupé l’intégralité des médias de leurs subventions et imposé une taxe à hauteur de 100% de leur patrimoine aux milliardaires aux entreprises qui auraient l’envie d’essayer d’influencer les résultats via leurs legacy médias ou des campagnes sur les réseaux sotciaux.

  • Ca fonctionne à l’essence ou au gazoil un smartphone ?

    Comment peut-on estimer une production de CO2 au KWh dans un pays où les hydrocarbures ne servent pas à produire la puissance moyenne consommée mais seulement à gérer ses variations et en particulier l’intermittence de production des éoliennes ?

    Si ces 2% sont des coûts d’infrastructure ou de fonctionnement, ils sont probablement faiblement proportionnels à la demande globale ?

    Est-ce que l’overdose d’oxygénation du glucose due à la m.asturbation intellectuelle des c.rétins ne produit pas au final plus de CO2 ?

    • Faut pas chercher à analyser, le sénat represente les élus de terrain et apparemment ils veulent que leurs électeurs passent moins de temps à buller devant leurs smartphone au lieu de bosser pour remplir leurs caisses.

  • Taxer le streaming, le rêve des marchands de VPN.

  • Ah ah, encore un nouveau synonyme :

    Sénalité = sénilité.

    CPEF.

    • Eh oui, l’étymologie du mot sénat vient du latin senex (vieux) qui est aussi à l’origine de l’adjectif sénile.
      Le « train de sénateur » était considéré comme un amortisseur des pulsions incontrôlés des jeunes législateurs plus prompts à user du réflexe rotulien.

  • Le Sénat aurait pu s’abstenir de telles préoccupations, Il se ridiculise, les Français attendent autre chose de la part du Sénat.
    La convention citoyenne pour le climat a fait des propositions consternantes, pas la peine d’en rajouter!!!

  • Décidément, on n’arrête pas le progrès en France! A la limite, c’est indécent!

  • on pourrait aussi taxer tous les commentaires que nous faisons ici même: 10c par commentaire, car à chaque fois on envoie un message qui transite par des serveurs pour aboutir à vos yeux.
    Par contre les sénateurs pourraient tous en choeur supprimer leurs compte twitter et autre rézosocio qui ont exactement le même effet

  • Quelqu’un a-t-il informé les sénateurs que le Minitel n’existait plus ?

  • Je regardais 3 mn pour Coronavaincre, JJ Lourdingue en action. Il nous parlait de Xavier de LiMacronès, plus vrai que nature, enterrant tous ses rivaux.
    En fait c’était du Quand tu te loupe…
    Bien joué 🙂

  • Sinon on vire les sénateurs, avec l’argent économisé on embauche des jardiniers, et on transforme le Sénat en potager hors-sol. Quitte à payer pour de grosses légumes là-bas, autant pouvoir les manger !

    • Les jardiniers, très bien payés, sont déjà sur place. Il suffit de les mettre au travail pour de bon. Pas juste ramasser une feuille par jour.

    • Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, le Sénat est le dernier rempart contre une dictature qui s’étend : l’Assemblée Nationale et le Conseil Constitutionnel sont à la botte, le Conseil économique ne sert à rien, la Cour des Comptes relève des excès jamais corrigés, seules les commissions du Sénat pointent certains abus (ex. : affaire Benalla, au fait où passe-t-il une vie dorée celui-là ?).

      • Le sénat n’ à aucun pouvoir, il ne sert donc que de maison de retraite.. De luxe… Et l’ assemblée… Heu, pas plus puisqu’ils n’utilisent jamais leur pouvoir de contrôle de l’état.. Puisque que sa majorité est de la même couleur que l’état…. On n’est pas en république mais dans un royaume d’où qu’on adore le Maroc et les Émirats.

  • C’est quand même dingue: ces sénateurs, que nous avons élu et qui prétendaient être nos représentants n’arrêtent pas de taxer à tours de bras en multipliant les interdictions, les contrôles les radars (parce que ce sont, généralement des machines à faire du fric et rien d’autre), …. N’oubliez pas, citoyens: c’est pour notre bien et le bien de la planète. Alors, de quoi vous plaignez-vous?

  • On peut râler tant qu’on veut. S’ils décident que ce sera ainsi, nous n’aurons rien à faire. Nous devrons céder. Nous n’aurons plus rien à dire même si c’est débile. Regardez avec les radars: ils ont beau être parfois plantés en dépit du bon sens, pas question de donner son avis. C’est ainsi.

  • Esprit critique
    27 juin 2020 at 15 h 15 min

    Cela remonte a quelques années Jancovicci faisait un exposé scientifique devant une commission sénatoriale. Quand il aeu fini certains ont posés des questions. Et la on vérifie que ce n’est pas donné a tout le monde de savoir écouter, réfléchir , …

    • Et là surtout on s’est aperçu qu’ils étaient ignares et tombaient de la lune ! Jancovici a perdu son temps et son énergie, et je suppose, ses illusions s’il en avait ! (on devrait dire à ces Sénateurs : passe ton bac d’abord, après on discutera !)

      • Esprit critique
        27 juin 2020 at 20 h 58 min

        Merci de votre commentaire, n’étant pas Jésus , je n’en peu plus a mon age de causer dans le désert.
        Pasolini l’avait bien expliqué dans théorème.

  • Détruisons tout ce qui est êtres vivants , quelques bombes atomiques suffiront, c’est la planète qui être contente, l’atmosphère sera pollué pour 1000 ans

  • Et si l’on taxait la connerie ? Je suis sûr que l’on résorberait alors la dette publique en quelques mois !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Negynas.

Le Sénat vient de rendre publiques ses 25 recommandations pour réduire « l’empreinte carbone » du numérique. C’est un ensemble de mesures incompréhensibles lorsqu’on lit leur introduction :

« Formidable outil de résilience de notre société et de notre économie durant la crise sanitaire, le numérique sera demain au cœur de la relance économique, avec la perspective d’accélérer la transition numérique et, à plus long terme, d’exploiter les perspectives ouvertes par le développement d... Poursuivre la lecture