Convention climat : ridicule mais pas inutile pour tout le monde

On va devoir se brosser longtemps pour avoir une Convention Citoyenne sur la Pression Fiscale, un grand Grenelle de la Sécurité intérieure ou un retour à l’ordre du jour du régalien, le cœur de métier de l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Croissance entrepreneurs écologie (Crédits davetoaster, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Convention climat : ridicule mais pas inutile pour tout le monde

Publié le 24 juin 2020
- A +

Par h16.

Pendant que la France tente de se remettre très doucement de son confinement sanitaire puis économique, le gouvernement, lui, continue sur sa lancée maniaco-écologique : la convention citoyenne pour la taxe et les interdictions à prétextes climatiques va bientôt s’achever et après elle viendra le temps des décisions musclées auquel le président Macron réfléchit déjà avec gourmandise.

Pensez donc : c’est qu’il va y avoir du méga-pain sur la giga-planche avec toutes ces propositions écoloïdes dont le but affiché (rétrécir l’énergie disponible par Français) va durablement grignoter le pouvoir d’achat des citoyens, leur capacité à se mouvoir, se chauffer, se vêtir et se nourrir.

Et il ne semble effleurer l’esprit d’aucun folliculaire germanopratin, d’aucune rédaction journaliste parisienne ou assimilée, que ces palpitants projets de repli intérieur ne correspondent finalement qu’assez peu aux aspirations réelles d’une majeure partie du peuple.

Il faut en effet être bien aveugle pour ne pas voir, ou bien borné pour ne pas vouloir regarder, ce qui se joue devant nous : alors que la France traverse un nouvel épisode de déconfiture économique, politique et social majeur, le pouvoir semble coincé dans un rail de coke l’emmenant résolument sur des sujets parfaitement perpendiculaires aux préoccupations du moment.

Avec un sens du timing qui laisse un peu ébahi, tout indique en effet qu’Emmanuel Macron et sa clique continuent de dérouler leur tactique politicienne pour achever de détourner et récupérer le mouvement des Gilets jaunes alors que l’actualité imposerait non seulement d’en tenir compte d’une façon diamétralement opposée, mais de prendre aussi en considération la nouvelle donne actuelle, brûlante.

Ainsi, l’émergence des Gilets jaunes doit tout au ras-le-bol et à la frustration que la France périphérique doit supporter devant l’arrogance des élites parisiennes qui ne comprennent rien des contraintes de la province. Sur les dix dernières années, ce sont en effet les villes petites et moyennes qui ont vu leur population augmenter, les villes comme Paris voyant les citadins les quitter.

Les politiques nationales, pilotées par des citadins de métropoles pour des citadins de métropoles commencent à coûter fort cher aux citadins des villes périphériques et font sortir de leurs gonds les campagnards, les banlieusards et les navetteurs.

Ainsi, les problèmes de sécurité dans certains quartiers voire certaines villes, la criminalité et la délinquance en hausse constante depuis dix ans, les incivilités de plus en plus violentes sont autant de problèmes qui semblent bien plus préoccupants pour toute cette population dont une petite partie s’est retrouvée sur des ronds-points à l’hiver 2018-2019.

Ainsi, les hausses délirantes de taxes et d’impôts, les charges sociales étouffantes, la bureaucratie aussi tatillonne qu’encombrante (et mortifère depuis la crise sanitaire) sont autant de soucis que tous les salariés, les chefs d’entreprise, les indépendants, les professions libérales, les artisans et les commerçants doivent supporter depuis des années, et qui sont des motifs récurrents de grognes, en plus d’être des raisons solides d’un chômage persistant et d’une pauvreté indéboulonnable de pans entiers du pays.

Tout ceci est aggravé par la crise récente : les inscriptions à Pôle Emploi explosent et ne vont pas se résorber de si vite ; le sentiment d’insécurité est si concret dans certaines villes que cela en devient un tantinet caricatural ; la misère s’étend dans le pays au point que des associations caritatives spécialisées dans l’aide aux pays du tiers-monde jugent nécessaire d’agir en France

Et alors que ce marasme est quelque peu couvert par les braillements d’enfants gâtés de la République et autres repris de justice en manque de virginité judiciaire dont le but semble être une réécriture grotesque d’une Histoire qu’ils ne connaissent même pas, le président décide donc de continuer à nous faire avaler la soupe écolo, coûte que coûte, vaille que vaille.

Apparemment, pour Macron et sa fine équipe de clowns, il semble bien plus important de taxer les voitures, interdire les herbicides et imposer le bio hors de prix plutôt que faire revenir l’ordre dans nos cités, baisser les dépenses de l’État et avoir des administrations un minimum efficaces pour les 1000 milliards d’euros de prélèvements annuels.

Manifestement, on va devoir se brosser longtemps pour avoir une Convention Citoyenne sur la Pression Fiscale, un grand Grenelle de la Sécurité intérieure ou un retour à l’ordre du jour du régalien, le cœur de métier de l’État (sur le papier constitutionnel en tout cas)…

Devant ce constat, devant ce quasi-autisme ou cette obstination ahurissante à enfin prendre en compte les vrais problèmes du pays, on en vient à se demander si ces manœuvres d’écologisme outrancier du président Macron ne visent pas précisément à décrédibiliser le mouvement écologiste ou à le récupérer habilement.

Force est de constater qu’en laissant libre cours à l’hystérie climatique, Macron met potentiellement en place une stratégique politique qui lui serait directement profitable : n’oublions pas qu’il n’a plus vraiment de compétiteur ni sur sa droite (dans les vapes depuis Fillon), ni sur la gauche (éparpillée façon puzzle) ; les extrêmes font, encore et toujours, d’excellents repoussoirs (qui expliquent l’apparition régulière de sondages anxiogènes, pratique pour réveiller les castors).

Reste l’idolâtrie verte, réelle inconnue des prochaines élections, qu’il va pouvoir exploiter facilement : dans le cas où l’écologisme n’est pas un vrai désir populaire, le grotesque achevé de la plupart des propositions de la Convention Citoyenne Machin Bidule, habilement accouplé avec des référendums que le président évoque déjà, permettrait au peuple de rejeter plus ou moins bruyamment ces âneries. Si, en revanche, l’écologisme a gagné le cœur des Français (et que ceux-ci désirent effectivement tabasser de taxes les voitures, le nucléaire et l’individu bêtement heureux de vivre), alors la tenue de ces référendums sera la démonstration éclatante du démocratisme raffiné du Grand Timonier Français, ainsi que son souci réel pour une planète plus verte et plus moelleuse.

Dans les deux cas, il se retrouve en bien meilleure position pour son prochain mandat. Bien évidemment, tout ceci sera au frais du citoyen et, surtout, de l’avenir français : le pays se meurt de ce genre de bidouilles politiciennes, se fragmente complètement sous les coups de boutoirs des totalitarismes verts, indigénistes ou revendicatifs de tous ordres.

Mais est-ce important si cela permet d’être réélu, hein, sérieusement ?


—-
Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • pas inutile pour tout le monde ou pas perdue pour tout le monde.
    Surtout au niveau des poches. Pas percées comme celle de l’état.

  • la convention citoyenne, c’est encore une expérience de Milgram. Les citoyens “tirés au sort” (j’en doute) ont eu le cerveau lessivé par les experts choisis pour venir les former ou plutôt les formater quant aux deux présidents de cette convention, ils sont de gauche voire d’extrême gauche.
    Et je redirais l’histoire de “Mamie se rebiffe”
    Mamie se rebiffe !
    A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.
    La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie et lui dit :  » Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !  »
    La vieille femme s’excuse auprès de la caissière et explique :
    – Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps. »
    Alors qu’elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute : – « Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps.
    Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer :
    – A cette époque on retournait les bouteilles de verre. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau. Les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
    Elle ajoute :
    – De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs.
    – On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : on marchait jusqu’à l’épicerie du coin.
    Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    -On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés.
    – On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde
    – On avait un réveil qu’on remontait le soir.
    – Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
    – Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.
    -On n’avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées : On utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon.
    – On travaillait physiquement ; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.
    Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    – On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif.
    – On n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.
    – On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo.
    – On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.
    Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
    – Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24.
    – Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rue. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !
    -On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.
    ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE !
    Tout ce qu’on regrette, c’est d’avoir engendré une génération des jeunes incultes comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel… (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse !

  • peut on m’expliquer pourquoi mon commentaire est mis en attente de modération?
    Suis je une terroriste? NON une brave mère de famille.

    • Vous avez dû employer un terme douteux, ce n’est pas grave il va bientôt être publié!

      • Existe -t-il sur le site une liste exhaustive des termes « douteux » dont l’usage serait fortement déconseillé et les « usagers » bannis de publication? Vous avez dit « libéral »?
        @Lapalatine: bonjour, vous avez raison de vous interroger, mais peut-être que le modérateur s’était absenté pour cause de besoin pressant?

        • En tant que libéral, j’estime que si vous dites chez moi quelque chose que je ne tolère pas je suis en droit de vous demander de sortir pour aller le dire ailleurs. Mais en tant que libéral, je n’irai pas vous poursuivre dans cet ailleurs pour vous empêcher de l’y dire.
          En outre, Contrepoints est édité à destination d’un public français, donc qu’il le veuille ou non, il est amené à respecter la loi française en matière de liberté d’expression en ligne, avec toutes les restrictions qu’elle implique. Et elles sont nombreuses !

    • Probablement parce que CP a délégué son filtre à la bien-pensance en même temps que son service informatique …

  • Bah, après 3 mois de confinement les gens se sont habitués à vivre comme en urss, bobards dans les journaux, les magasins vides les restrictions de circulation, les loisirs sans vraiment de loisirs,… Ce qui déterminera le futur est, aura t on aussi le travail obligatoire sans vraiment l’obligation de travailler genre dix personnes regardant un pauvre gars manipuler un balais, hier ils n’étaient que deux.

  • Comme d’habitude, l’état va se pencher ( au risque de tomber) sur des « problèmes » essentiellement périphériques, dont l’intérêt microscopique va l’obliger à utiliser une quantité de ressources coûtant un pognon de dingue et laisser soigneusement de côté tout ce qui réclamerait une action efficace et réfléchie.
    CPEF.
    BARREZ VOUS pendant qu’il en est encore temps ( quoique? je commence à avoir un doute!)

    • Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais c’est un sale temps pour la liberté dans le monde entier.

      • Bonjour, Pangzi.

        C’est un peu excessif de dire ça.

        Par ailleurs, entre un pays libre à 40%-50% (genre la France) et un pays libre à 70-80%, choisissez l’émigration quand même, ce sera bénéfique pour vous même si votre pays d’accueil n’est pas à 100% libéral.

  • C’est vrai, tout tient dans votre chute : « Mais est-ce important si cela permet d’être réélu, hein, sérieusement ? ».
    Touts ces coûteuses gesticulations macroniennes, relayées par l’arrogance servile de vos confrères, plus laquais parisiens que journalistes intègres, vise à cet objectif ultime, Sa réélection. Oui, la majuscule de « Sa » est volontaire, tant ce pitre élu par défaut se prend de plus en plus pour Dieu.

    Il est doué, cependant, il est vrai.
    Doué pour embobiner, pour récupérer, pour manipuler, pour pervertir jusqu’à la façon de penser, pour user sans vergogne du populisme, en appui sur ses séides élus de Larem et du Modem. Il n’est pas de semaine où les presses locales se font l’écho de cela, dans toutes les régions.

    Oui, mais, pourquoi être réélu ? That is the (real) question.
    Deux motifs m’apparaissent, seulement.
    Pour continuer à engraisser les copains, évidemment, avec notre pognon.
    Pour continuer à développer des privilèges pour le marquisat en place.

    Donc, d’accord avec vous, pas d’autre « Convention citoyenne » sur quoi que ce soit… Sauf si l’une devenait électoralement utile, soit pour « porter » (???) soit pour dézinguer (comme celle-ci).

    Mais parallèlement (et les « gilets jaunes » n’en sont que la tranquille expression publique) la gronde citoyenne monte, les « RG » sont bien au fait de la chose.
    Et il faudrait que le marquisat se souvienne de 1789 et plus encore de 1793-1794…, à moins que De Gaulle n’ait eu raison lorsqu’il disait que les Français sont des veaux.

    NB. Cette fois, c’est décidé : cher h16, votre site me plaît trop, depuis des mois. Je vais (moi aussi) contribuer. Merci.

  • En tout cas, par leur capacité à analyser les problèmes par le petit bout de la lorgnette, par leur vision exclusivement normative, régulatoire et punitive des propositions, par leur remarquable capacité à s’attacher aux détails et à oublier l’essentiel (production électrique : 30 % des émissions des GES… totalement absent des débats…), par leur incapacité à considérer les bouclages économiques et sociaux de leurs propositions, je pense que ces 150 personnes et les gens qui les encadraient auront tout tout fait pour discréditer la cause qu’ils pensaient défendre… et c’est dommage.

    • Sondage du Figaro paraissant ce matin : 85% des mesures de ce comité Théodule « seraient » approuvées par les Français…
      La question subsidiaire de « qui va payer » a t’elle été posée ?

  • voir Macron embrasser les écolos pour mieux les étouffer comme Mitterand avec les communistes ? Je n’y crois guère, d’autant plus que le calcul était mauvais puisque les communistes sont toujours la, et que ceux qui ne le sont plus sont devenus verts. Par contre on n’aura pas fini de payer leur lubies en matière d’énergie, d’emploi, de délocalisations, et d’apauvrissement. La crise du Covid n’était pas suffisante, il faut une crise écolo en plus pour mieux achever la France, ou ce qu’il en reste

    • Philippe Raynaud, philosophe, Professeur de sciences politiques à l’Université de Paris II, – Une autre opinion infondée « c’est celle suivant laquelle la stratégie de Mitterrand aurait, à elle seule, porté un coup fatal en France à la culture communiste. D’un côté le PC aurait de toute façon décliné, en France comme ailleurs, avec la crise du régime soviétique, plus ou moins rapidement il est vrai. En revanche, on dit moins que l’union de la gauche a aussi d’une certaine manière contribué à distiller les éléments de la culture communiste au sein du PS lui-même. Ce qui explique en partie une persistance des schémas mentaux révolutionnaires au sein de la gauche française, qui est unique en Europe. On assiste donc à la fois à une prégnance et à une résurgence du gauchisme. Il est vrai qu’en 1984, le tournant de la rigueur n’est pas un véritable aggiornamento du PS : il manque un vrai Bad Godesberg de la social-démocratie française, qui n’ose pas paraître ce qu’elle est et continue de tenir un discours auquel ses dirigeants ne croient plus, entretenant ainsi le désarroi d’un peuple de gauche qui a du reste de vraies raisons de mécontentement».

  • Votre conclusion est intéressante et se défend. Mais quand même, il faudrait peut-être que sa Suffisance arrête de penser que les électeurs sont des crétins et que Sa réélection est acquise en faisant n’importe quoi pour décrédibiliser les Verts-Rouges car, finalement ce sont les Français qui souffrent si lui s’en moque!

  • en Allemagne si je ne me trompe l’augmentation du prix de l’électricité du fait du bidule vert a profité à l’état.

  • Sacré H 16; toujours aussi délicieusement impertinent. Son idée sur une convention citoyenne sur la pression fiscale est tout bonnement géniale. A quand sa mise en application ?

    • La « CCC » a pour résultat, si l’on en suit les préconisations, une augmentation indubitable de la pression fiscale…cependant la majorité des français approuverait 85% des mesures proposées !
      Donc oui les français sont d’accord pour imposer plus fortement leur voisin.

  • L’Etat utilise un principe machiavélique : parler « tous les langages » du pays afin d’en détourner le fleuve…

  • Il y a deux choses d’infini disait Enstein, l’univers et la connerie. Cette fois c’est vrai.!

  • Une volée de bois vert magistralement administrée et ô combien méritée.
    De l’administration comme ça on en redemande.
    Ça fait du bien que des gens osent ouvrir les portes et les fenêtres de notre bien malheureuse démocratie. Une démocratie qui n’a plus grand chose à envier à celle d’un certain Vladimir… sauf que lui il continue de jouer dans la cour des grands de ce monde… ce qui n’est plus le cas de la France.

  • Mensonge qui dépasse les Borne : Passer à 110 km/h sur autoroute…
    La ministre Mme Borne dit : « on réduit de 20% les GES, une mesure efficace pour le climat ».
    C’est en fait près d’un million de fois moins :
    C’est de fait 20% de nos 12% de CO2 des voitures en France. La France est 1% du CO2 Humain mondial. Le CO2 Humain n’est que 3,4% du CO2 total (96,6% sont « naturels »). Qui n’est que 2% des GES totaux en tenant compte de la vapeur d’eau (le plus puissant des GES)…
    .
    Résultat : Action sur les GES est de 650000 (près du million) fois moins de ce que dit Mme Borne… 110 km/h « efficace » pour le climat ?
    .
    Calcul & références, aussi calcul sur les 80 km/h des routes :
    https://drive.google.com/file/d/1b53zLXofUmW3VCFnaBBe3pk15M9p56re/view?usp=sharing

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 22 juin dernier, Emmanuel Macron proposait lors d’une intervention à l’Élysée une « coalition de gouvernement » ou le vote de « certains textes » aux oppositions jugées fréquentables par le groupe extrême-centriste majoritaire à l’assemblée.

Des socialistes à la droite LR, la réponse a été claire : ce sera non. Pas question de cautionner la politique de l’exécutif, qui se trouve dans une situation politique particulièrement difficile, marquée par l’impopularité et un splendide isolement face à la montée de deux extrêmes concurrents,... Poursuivre la lecture

J’ai découvert Mme Braun-Pivet, ou du moins j’ai fait le lien entre le nom et la personne, lors de la soirée électorale du second tour des élections législatives. Le moins que j’en puisse dire, c’est que l’épisode en question (vidéo, à partir de 3 h 41′ 50″) ne fait honneur ni aux femmes en politique ni à la politique elle-même. Attention, mesdames et messieurs, la petite scène que je m’apprête à vous rapporter est absolument insoutenable… de médiocrité :

Nous sommes au soir du 19 juin 2022, sur le plateau spécial de BFM TV pour les él... Poursuivre la lecture

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles