Convention citoyenne sur le climat : une diversité d’apparat

La Convention Citoyenne sur le Climat est une expérience inédite, où 150 français tirés au sort vont débattre sur le réchauffement climatique. Mais ce débat sera-t-il réellement neutre et démocratique ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Climate strike by markus-spiske-FSpOrEqFND4-unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Convention citoyenne sur le climat : une diversité d’apparat

Publié le 19 juin 2020
- A +

Par Philippe Charlez.

La Convention Citoyenne sur le Climat est l’une des principales initiatives issue du grand débat né de la crise des Gilets jaunes.

Expérience inédite de démocratie participative, elle réunit 150 citoyens ordinaires invités à débattre sur le réchauffement climatique.

Ses travaux ont commencé le 4 octobre 2019 et se poursuivront durant six week-ends jusqu’à fin janvier 2020.

La Convention Citoyenne sur le Climat, pourquoi et comment ?

Son but est de formuler des propositions concrètes pour « réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici la fin de la prochaine décennie, le tout dans un esprit de justice sociale ».

Les propositions prendront la forme de textes législatifs qui seront ensuite soumis soit au référendum soit au vote du Parlement ou même directement mis en œuvre par voie réglementaire.

Les 150 citoyens ordinaires ont été tirés au sort pour former une « France en miniature supposée représenter tous les grands équilibres de la société1 : diversité de genre (52 % de femmes, 48 % d’hommes), diversité générationnelle (6 tranches d’âge à partir de 16 ans), diversité socio-professionnelles (ouvriers, employés, cadres, agriculteurs, personnes en situation de grande pauvreté), diversité géographique (France métropolitaine et territoires d’outre-mer) et enfin diversité territoriale (villes, banlieues et monde rural). »

La première question qui vient à l’esprit est évidemment celle des compétences.

La question des compétences

La transition écologique est un problème extrêmement complexe qu’il est difficile d’appréhender sans connaissance minimum du sujet ce qui est le cas de la plupart des 150 appelés.

Mais la démocratie participative est à ce prix : quelle que soit son origine sociale, culturelle ou géographique chaque citoyen est politiquement responsable et à ce titre a le droit de participer au débat.

La contrepartie est qu’il se forme ou tout au moins s’informe pour apprécier les problèmes posés de façon suffisamment rationnelle en s’abstenant d’intégrer dans ses positions toute dérive émotionnelle et idéologique.

Le comité de gouvernance : diversité et équilibre ?

Mais se former et s’informer sont largement conditionnés par l’équipe d’organisateurs et de formateurs.

Pour que l’équilibre soit respecté et que la vision des citoyens ne soit pas insidieusement orientée vers une pensée unique préétablie, sa diversité devrait être tout aussi rigoureusement choisie que celle des 150 citoyens : économistes, scientifiques, sociologues, politiques, fonctionnaires, industriels, ingénieurs et universitaires issus du public et du privé de tous bords et de toutes sensibilités.

Or, quand on observe de près la composition du comité de gouvernance et de ses garants, il y a de quoi être surpris par son manque de diversité.

Alors que les scientifiques en sont pratiquement absents, l’étiquette Science-Po est surreprésentée, les membres sont majoritairement marqués à gauche avec un passé de syndicaliste ou de militant dans des organisations écologiques et altermondialistes. Les connivences entre les différents membres ne sont pas surprenantes.

Ainsi la première co-présidente milita dans son jeune temps à la LCR, créa en 2001 l’IDDRI avec un autre membre du comité de gouvernance.

De même l’expert climatologue de ce comité de gouvernance fût lui aussi directeur de l’IDDRI jusqu’en 2018. Proche du président du parti Nouvelle Donne, ce dernier supporta Benoit Hamon lors de la dernière présidentielle.

Il assume aujourd’hui à travers le Pacte Finance Climat une vision collapsologique de la société avec des propositions recoupant celles de Greta Thunberg : « pour sauver le climat changeons de société ».

Le second co-président dirige aujourd’hui Terra Nova, un think tank se définissant comme « matrice idéologique de la gauche progressiste. »

Il fut précédemment directeur de rédaction d’Alternatives Économiques un magazine d’orientation antilibérale, néo-keynésienne et altermondialiste que La Tribune classe à la gauche de la gauche.

Enfin, beaucoup plus inquiétant est de trouver parmi les trois garants du projet un écrivain, cinéaste et poète : activiste écologiste très marqué à gauche et coréalisateur du documentaire « Demain », en 2018 il appela les Gilets jaunes à rejoindre les marches pour le climat et participa à L’Affaire du Siècle, lancée par quatre ONG qui attaquent l’État français en justice pour inaction face au changement climatique.

Considérant que la situation actuelle est « une sorte de branle-bas de combat comme avant une guerre mondiale » il est adoubé par l’association extrémiste Extinction Rebellion qui exige de « renoncer de nous-mêmes au modèle de croissance économique actuel pour atteindre le zéro émissions nettes de gaz à effet de serre d’ici… 2025. »

Par contre nous déplorons l’absence d’industriels du public et du privé, de personnalités d’obédience libérale, de scientifiques académiques et encore plus surprenant d’experts en questions énergétiques.

« Donner la parole aux citoyens »

En dépit du traumatisme du mouvement des Gilets jaunes, des suggestions du Grand débat et du vote vert aux élections européennes, il est plus que décevant de voir le président de la République, qui avait fait de la croissance économique la pierre angulaire de son mandat, s’engager sur une voie politique aussi périlleuse.

Des positions qui n’attireront pas le « jeunisme vert » convaincu qu’Emmanuel Macron est un mondialiste perverti par la société de croissance mais qui risque de faire fuir à grands pas son électorat de centre droit acquis à son positionnement économique.

Au vu de cette composition, on peut aussi craindre qu’un débat promis sans biais véhicule de façon insidieuse et sans réelle discussion contradictoire une pensée unique écrite à l’avance : « il faut sortir du nucléaire, interdire les voitures thermiques et passer à 100 % de renouvelables ».

Si tel était le cas les citoyens fiers et heureux de participer à cette expérience inédite pourraient retourner dans leurs gîtes avec un goût très amer sur la langue : celui d’avoir servi de caution à une cause qui n’est la leur.

Article initialement publié en octobre 2019.

  1. La représentativité a été réalisée par l’Institut Harris
Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Réduire les gaz à effet de serre, c’est très bien… mais encore faudrait-il se rendre compte des ordres de grandeur.
    Les réduire de 40% d’ici 2030 revient grosso-modo à les réduire de 4% par an. Les 2 seules années où cela est arrivé sont 1932, effondrement industriel suite à la crise de 1929, et 1945, effondrement de l’industrie allemande et japonaise suite à leur défaite.
    Bref, faire pareil en temps de paix et de manière démocratique, good luck… mais après tout, peut-être n’est-ce pas l’objectif ?

  • Pas besoin de competences pour debattre du comment reduire le niveau de vie des francais,le francais est genetiquement programmê pour taxer , les autres. Ils vont sans doute s’entredechirer avant la fin du debat !
    Les pistes qu’ils vont suivre sont deja fléchés , la voiture ,l’avion des riches ,le bateau des riches..pour l’agriculture , le bio produira sans doute le moins de co2 dans leur esprit ..et le nucleaire remplacé par des panneaux voltaiques obligatoires et la super isolation …enfin tout ce que la propagande leur a inflige depuis des annees.

  • « Son but est de formuler des propositions concrètes pour « réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici la fin de la prochaine décennie, le tout dans un esprit de justice sociale ». »

    admettons…par quelle espèce de miracle il suffit de formuler un proposition pour aboutir à un résultat?

    en outre…ce qui est caché est le niveau de richesse générale… c’est un peu comme les solution à la ademe..
    on ne regarde pas le prix…

    et fondamentalement dire que le prix ne doit pas compter est dire…fini le marché libre…bonjour le collectivisme.

  • Il suffit d’une surenchère des participants à qui proposera le plus de contraintes et de taxes pour  » sauver la planète » ou « refroidir le climat » ou blablabla. Tout sera bien sûr « en marche » tout droit vers une super fiscalité punitive pour renflouer l’état.

  • « elle réunit 150 citoyens ordinaires invités à débattre sur le réchauffement climatique ».

    qui a tiré au sort ces gens.?.. selon quelles modalités?
    quelles sont les garanties démocratiques?
    qui a décidé des postes de dirigeants? si on nous prend pour des cons , autant le dire tout de suite..

    c’est tout simplement une fumisterie a la theodule , genre économique et social..
    allez Poubelle

    • 250000 personnes avaient été sélectionnées, 30% ont refusé. Les 150 sur 175000 ont été choisies suite à des appels téléphoniques (souriez, vous payez…) en mettant en avant la diversité en terme d’origines socio-professionnelles. Nul doute qu’au passage, on aura éliminé la diversité d’opinions…

    • J’attends de lire les propositions de l’individu « en extrême pauvreté » sur le sujet. Ca risque d’être assez intéressant 🙂

    • Le problème précède même le choix des participants : c’est le cadre fixé par les organisateurs, qui présuppose que l’alarmisme climatique est fondé, et qu’il faut réduire de 40% nos émissions de GES. Alors que beaucoup plus de scientifiques qu’on ne le dit pensent l’alarmisme actuel infondé (donc des objectifs comme celui-ci -40%- non pertinents). Tout est biaisé dès le départ : cette convention n’est qu’une chambre d’enregistrement des projets gouvernementaux consistant à nous taxer encore plus après nous avoir copieusement culpabilisés. Aucun intérêt, mais à dénoncer quand même.

      • @ jacques B Bonjour
        Je suis dans la même démarche de pensée, et me pose les mêmes questions .Il faut juste espérer que les « désignés », sauront garder leur libre arbitre face à ce coaching nécessairement orienté ; Mais j’ai beaucoup de doutes. A suivre.

      • et une réduction donc des emissions françaises de 40%…

    • bah ça fait comme les débats après les gilets jaunes, c’est neutre mais des gens triés sur le volet , bref une belle fumisterie dès le départ.. »les grands équilibres de la société : diversité de genre (52 % de femmes, 48 % d’hommes) » y’a rien qui vous choque? équilibre 52% de femmes et 48 d’hommes c’est assez équilibré vous trouvez?

  • Si nous faisions ce que réclament les jeunes manifestants pour le climat, nous en prendrions surement plein la gueule, mais les intéressés eux vivront un futur apocalyptique.

    Le pire ? cet apocalypse aura pour explication, selon eux, le fait que nous ayons refusé de faire TOUT ce qu’ils exigeaient de nous…

  • Tirage au sort qu’ils disaient !!
    tu parles d’un tirage au sort , dans une liste de copains ?

    • Ils ont fait un tirage au sort sur le bottin des portables ( preuve , notre rouquin nàtional) qui existe je n’en doute pas …chez les adherents et sympatisants des verts.

  • Macron en a pris acte: tout le monde a compris que la démocratie représentative ne représentait plus rien. Il confisque à son profit la voix du peuple d’une autre manière: en sélectionnant des incompétents mais idéologiquement corrects, qui vont donner une onction populaire à des décisions prises par avance.
    C’est bien ce qui s’est passé avec les législatives pour lesquelles il a exploité le « dégagisme » ambiant.
    Ce type est un imposteur extrêmement malin.

  • Et bizarrement, parmi les garants du bon déroulement des opérations, le réalisateur Cyril Dion, très proche de Nicolas Hulot qui a été je crois ministre de la transition écologique et solidaire dans ce gouvernement.

  • Sous-titre: « … 150 français tirés au sort vont débattre sur le réchauffement climatique (…) »,
    Non justement, il suffit de rappeler la mission de la Convention Citoyenne:
    « Réduire les émissions françaises de gaz à effet de serre d’au moins 40 % d’ici la fin de la prochaine décennie, (…) »

    L’hypothèse RCA (réchauffement climatique anthropique) ayant atteint le statut de dogme ne souffrant plus aucune contestation, il est en effet logique qu’il n’y ait pas de scientifique qualifié invité pour en discuter même si vraisemblablement un certain nombre de participants en doutent. Comme dans toute théocratie, le scepticisme est interdit et condamnable.
    Il ne s’agit plus maintenant, tous derrière la pasionaria Ste Greta, que d’organiser le grand sacrifice « dans un esprit de justice sociale », terrain réservé de l’ultra-gauche qu’on retrouve donc tout naturellement dans les garants et experts imposés pour piloter le « débat citoyen ».
    Il ne faut pas gâcher L’Affaire du Siècle.

  • Comment les français supportent-ils encore de vivre dans un tel pays de cinglés?
    150 personnes dont pas une ne sait ce qu’est le rayonnement du corps noir ni les lois de Planck et de Stefan. Ils vont parler de la pluie et du beau temps. Littéralement.

    • « 150 personnes dont pas une ne sait ce qu’est le rayonnement du corps noir ni les lois de Planck et de Stefan »
      On peut dire la même chose des parlementaires (sauf Villani?), du gouvernement et de la quasi totalité des hauts fonctionnaires.

    • Ceux qui ne savent pas décident, ceux qui savent se taisent.
      C’est très galiléen …

    • Je pense que même pas la moitie sait que la terre tourne autour du soleil, et que le dixième sait faire une règle de trois,

  • Les conclusions de cette participation va être sans surprise pour « résoudre le problème du climat » :
    – remettre l’ISF
    – augmenter les impôts des riches
    – augmenter les impôts sur les grosses sociétés
    – augmenter le SMIC
    – augmenter les aides diverses (certainement l’aide à l’achat de voiture neuve pour les plus pauvres notamment)
    – fermer toutes les centrales nucléaires d’ici 2030 (soyons fous ^^)
    – …

    Ca promet 🙂

  • Lecture dans la presse régionale du compte rendu partiel de la première réunion, je cite de mémoire.
    « Un grand barbu fait sourire l’assemblée car il se présente ainsi : ‘Gilles des plages du débarquement’ … il pose la première question, élaborée par son groupe, sous un tonnerre d’applaudissement… Pourquoi on a tant de problèmes pour trouver de l’argent pour la transition écologique alors qu’en 2008 on a su trouver tout l’argent qu’on voulait pour sauver les banques…?
    Commentaire personnel : avec des questions comme cela, on voit tout de suite l’état d’esprit des participants et il est certain que le débat va être extrêmement fructueux.

    • On imagine qu’un controle d’integrite n’a pas été réalisé ni du point de vue politique ni du point de vue santé mentale

  • Cette convention citoyenne est une véritable arnaque, surtout les trois garants!

  • La famille Thunberg, père, mère, et fille, sont des ‘Antifas’ autrement dit des fascistes d’extrême-gauche. La preuve en photos, avec ces magnifiques t-shirts noirs floqués ‘Antifas’ portés par chacun d’eux : https://i2.wp.com/www.bookwormroom.com/wp-content/uploads/2019/09/Stupid-Leftists-climate-change-Thunberg-antifa-family.jpg?resize=774%2C764

  • J’ai un peu de mal à associer tirage au sort et démocratie. Dans ce cas là, allons jusqu’au bout des choses et élisons tous les représentants au tirage au sort…

    • « un peu de mal à associer tirage au sort et démocratie »

      Mais c’est la définition même de la démocratie issue du siècle de Périclès.
      Les « magistrats » étaient tirés au sort dans la population présentable c’est à dire ni métèque, ni esclave ni femme.

      Là c’est un peu pareil, on a tiré au sort parmi ceux qui ne manifestaient pas de méfiance ou de scepticisme lors du contact téléphonique préalable.

  • Dans une réunion d’écolos, faut pas chercher de la diversité. La connerie et l’abrutissement idéologique génère de l’homogénéité.

  • Ce n’est pas une escroquerie , cela ne concerne pas le climat ,c’est uniquement repondre a un probleme imposé ,diminuer de 40% le co2.

    Les climato machin sont toujours aussi mauvais dans leurs arguments pour contrer ce scandale international !

  • c’est bizarre…je ne doute pas que le gouvernement a DÉJÀ une liste de proposition..

    que se passerait il si ces gens sont plus incontrôlables que prévu..

    dans 150 personnes il est possible qu’il y ait un zozo qui ait l’air inoffensif..mais qui fasse des remarques bien grinçantes.. par exemple douter de la capacité d’un gouvernement à obtenir un objectif..
    du genre;.on fait des plans pour réduire le chomage, les dettes diverses et variées..le recul de la France dans les classements pourquoi croire que le gouvernement est simplement capable de réussir quoique ce soit qu’il entreprend sauf dépenser de l’argent.

    ça pourrait être amusant..on pourrait aussi demander le positionnement politique…

    • Le gouvernement n’a surement pas de listes de propositions parcequ’il est tout simplement impossible de diminuer de 40% nos emissionnde co2 , d’ailleurs , connaissons nous reelement la quantite de co2 emise par la france hors hydrocarbures ?
      Donc 40% de moins en chauffage et en deplacement automobile semble le minimum a realiser….avec ,bien entendu 40% de moins de production d’acier de verre et autr gros consommateur…..ca devrait detruire quelque chose comme 70% des emplois en france le premier jour , le deuxieme jour , 100% macron plus fort que dieu pour detruire un monde construit en 7 jours et 2000 ans de progres humain.

  • Certains pensent que ce panel n’est pas representatif mais ils se trompent , 100% des candidats recus pensent que le rechauffement climatique est lie au co2 ,ceux n’y croyant pas se sont abstenus de participer a cette comedie..pourquoi aller perdre son temps a ca ..sauf si on est chomeur bien sûr ou pique assiettes ou ayant une ambition politique locale ..ca gonfle son cv pour le municipales .

    • C’est un peu comme si on regroupait de suprémacistes blancs et qu’on contactait des noirs pour participer à la réunion… Mieux vaut pas 😀

  • [19 Juin 2020 15:50]
    Selon mon information, il y a quatre sceptiques mais pas assez tonitruants pour semer le moindre doute.

  • Le pet sera t’il sanctionné ?

  • « La transition écologique est un problème extrêmement complexe « . Non ! C’est une absurdité sortie du cerveau malade des écolos, c’est tout !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

C’est avec stupeur que les visiteurs du musée du Louvre ont assisté ce dimanche à une scène hors du commun. Les différents témoins de celle-ci rapportent qu’un homme en fauteuil roulant et portant une perruque s’est levé, a tenté de briser la vitre de protection du tableau de La Joconde - installée après un premier incident en 1956 -, avant de jeter sur l'œuvre de De Vinci un gâteau à la crème. Il n’en fallait pas plus pour que cet étrange événement fasse la Une des médias et passionne les réseaux sociaux.

 

https://twitter... Poursuivre la lecture

Réuni ce vendredi à Matignon, ce qui s’apparente à un gouvernement technique en pleine campagne législative s’est vu confier sa feuille de route par le Premier ministre Élisabeth Borne.

Une feuille de route fondée sur trois priorités : le pouvoir d’achat, la santé et le climat.

Cette liste fait écho à une autre, adressée une semaine auparavant par le président de la République dans un tweet :

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1526250371638874115?ref_src=twsrc%5Etfw

 

Le chef de l’État évoque une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles