Bilan environnemental de la pandémie : il n’y aura pas de « grand soir »

Le nouveau monde de la neutralité carbone ne se situe donc nullement dans le confinement et la récession économique. Il se trouve dans le nucléaire, l’hydrogène, la capture du carbone et une part raisonnable d’énergies renouvelables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lyon by Jean-Marie LAFON(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bilan environnemental de la pandémie : il n’y aura pas de « grand soir »

Publié le 12 juin 2020
- A +

Par Philippe Charlez.

En dehors des aspects sanitaires et économiques, la période inédite que nous venons de vivre a aussi animé le débat sur l’environnement et le climat. Certains y ont vu « un ultimatum de la nature », d’autres « la naissance d’un nouveau monde » imaginant qu’une fois le confinement levé les voitures resteraient au garage et les avions cloués au sol.

Ainsi, les « couloirs idéologiques » pour cyclistes montés à la hâte se sont multipliés dans Paris mais aussi en périphérie. Par exemple une piste cyclable a été créée entre Paris et la Défense condamnant de ce fait une voie et demie de circulation.

Un pari raté quand on observe que ce couloir est désespéramment vide… comparé aux voies automobiles sur lesquelles les embouteillages ont redoublé.

Le couloir « idéologique » pour cyclistes entre Paris et la Défense

Force est de constater que le « grand soir » que certains idéologues espéraient ne se profile pas à l’horizon. Dès la levée du confinement, les franciliens ont ressorti leurs voitures pour aller travailler la semaine et prendre l’air le week-end.

En conséquence, la pollution de l’air qui s’était évanouie comme par miracle durant le confinement a fait sa réapparition. Selon Airparif « les oxydes d’azote, les particules et les émissions de CO2 sont revenus à 80 % des émissions observées avant le confinement, jusqu’à 90 % pour le boulevard périphérique ».

Même observation à Lyon« 2,5 millions des 2,8 millions des voitures soit 90 % du parc » sont sorties du garage alors que pourtant de nombreux Lyonnais sont toujours en télétravail.

La crainte et les mesures draconiennes prises dans les transports en commun ont conduit beaucoup de périurbains à reprendre leur voiture laissant les couloirs idéologiques à quelques bobos écolos pouvant se permettre de venir travailler en vélo.

La poursuite du télétravail serait bien sur une solution pour conserver les bénéfices environnementaux du confinement. Mais, de nombreux patrons de moyennes et grandes entreprises souhaitent voir leurs salariés retourner au bureau dans les prochaines semaines.

On pourrait alors observer un effet pervers avec un accroissement de la pollution et des émissions au-dessus des valeurs moyennes observées avant le confinement. Quant à la reprise progressive mais programmée du trafic aérien il ne devrait pas améliorer la tendance.

Bilan environnemental : l’impact du confinement sera marginal

Si l’impact environnemental précis du confinement n’est pas encore connu, les premières estimations misent sur une réduction mondiale des émissions de GES de l’ordre de 10 % par rapport à 2019 c’est-à-dire de 3,5 milliards de tonnes sur les 35 milliards de tonnes émises annuellement. En relatif, cette valeur paraît très élevée puisque la dernière réduction annuelle faisant suite à la crise de 2009 avait seulement été de 2 %.

Pourtant ces 3,5 milliards de  tonnes de CO2 épargnées représentent moins de 0,5 ppm non renvoyés dans l’atmosphère. En d’autres termes, grâce aux deux mois de confinement, la teneur en CO2 dans l’atmosphère atteindra fin 2020 418,5 ppm au lieu de 419 ppm s’il n’y avait eu aucun confinement.

Rappelons que la COP 15 (Copenhague 2009) visant un accroissement de température de 2°C à l’horizon 2050 anticipait une teneur en CO2 de 450 ppm dans l’atmosphère. En continuant d’émettre jusqu’en 2050 les 35 milliards de tonnes actuelles, on atteindrait 500 ppm en 2050.

Avec 2 mois de confinement par an le chiffre tomberait à seulement 492 ppm et avec 6 mois de confinement par à 475 ppm. Pour atteindre les 450 ppm souhaités il faudrait en fait un confinement permanent sur les 30 prochaines années.

Le nouveau monde de la neutralité carbone ne se situe donc nullement dans le confinement et la récession économique. Il se trouve dans le nucléaire, l’hydrogène, la capture du carbone et une part raisonnable d’énergies renouvelables.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Bien dit, mais il faut aller sur les chaînes TV pour clouer le bec aux journaleux

  • Bel article de Philippe Charlez orientant le débat vers un axe de développement réaliste et prometteur.
    Voila le genre de propos qui nous change des élucubrations écologistes franco-françaises qui ne servent à rien si ce n’est à ratisser des électeurs marchant à coté de leurs pompes!…

    • La preuve est faite que les COP21 etc ne sont que des charlataneries
      chargées d’aiguiller l’argent public vers des petits malins …

  • Bon article. Mais je suis un peu dubitatif sur l’hydrogène et la capture du CO2 est une idiotie sans nom. Plus de CO2 dans l’atmosphère, c’est de meilleurs rendements agricoles et une planète plus verte. Il faut arrêter de se soumettre au terrorisme intellectuel des escrologistes et ne pas avoir peur de clamer haut et fort que brûler des hydrocarbures est bon pour la planète.

    • Pour l’hydrogène, je suis catégorique, il n’y en aura jamais pour le quidam…
      Même formé comme moi à l’ingénierie chimique, il m’a fallu une formation spéciale pour avoir l’autorisation de le manipuler dans des processus industriels, rien que pour la taille des molécules qui, en plus des pressions élevées, diffusent à travers la plupart des métaux.

      Alors imaginer mamie Monique faire le plein d’hydrogène ?

      Mañana mañana…

      • pour moi, la voiture hydrogène c’est comme la voiture électrique d’ailleurs..ça veut dire, la plèbe a t elle vraiment besoin de bagnoles?

  • Le CO2 n’est pas un polluant donc que son taux atmosphérique soit redevenu « comme avant » dans une ville comme Paris n’est pas important.
    Par contre, il est dommage que l’auteur ne parle pas des fameuses particules fines attribuées essentiellement aux méchantes automobiles et en grande partie à l’origine des restrictions de circulation « crit’air ».
    Sur AirParif, il y a eu un pic de pollution au PF le 28 mars dernier!! En plein confinement alors qu’il n’y avait pratiquement plus de voiture ou bus ni camion circulants par rapport au flot habituel. Quant aux taux du mois d’Avril, ils sont curieusement quasiment identiques à ceux d’Avril 2019.

    Aucun grand média ne l’a relevé. Évidemment, cela reviendrait à mettre en cause la politique anti-voiture de nos gouvernants.
    https://www.airparif.asso.fr/alertes/historique

  • La fin de l’article est vraiment pénible à lire… Et puis le debut aussi…

  • Quand quelqu’un parle uniquement des proportions, c’est qu’il n’ose pas parler des quantités, c’est la base de la désinformation.
    .
    Cela dit l’hydrogène n’arrivera jamais dans nos appareils et voitures, il faut arrêter avec ce nième serpent de mer écolo. Tout ce qu’ils racontent y compris sur le carbone ou les énergies alternatives est irrémédiablement faux.
    .
    Pour commencer, l’hydrogène est difficile et cher à produire en plus d’être très dangereux une fois stocké à 700 bars. Quand selon le principe de Murphy ou à cause d’une malchance une voiture prendra feu prêt d’habitations, la réalité s’imposera à tous de manière tonitruante et je vois mal les pompiers avoir envie de s’approcher de ces bombes sur roue.
    Mais ce qui rend la chose impossible est un simple calcul : un litre d’essence contient 9 kWh d’énergie et a nécessité 8 kWh pour être produit quand un litre d’H2 compressé contient seulement 1,4 kWh et a nécessité 52 kWh d’électricité ce qui donne, en plus, un réservoir dix fois plus gros et six fois plus lourd pour parcourir la même distance en voiture.
    Boum !

    • merci pour les chiffres de la dernière phrase : tout est dit !

      on a eu des dirigeables gonflés à l’hydrogène…

      Rien que le gaz naturel doit être stocké à 200 bars, ce qui le limite aux bus de ville (mais c’est déjà cela).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Drôle de semaine, que je viens de passer. Non seulement tous les microbes de saison semblent s’être donné rendez-vous dans mon nez et ma gorge ce week-end, ce qui n’est jamais de nature à me faire voir la vie en rose, mais ils sont arrivés après deux conversations totalement déprimantes que j’avais eues successivement mercredi et jeudi sur les thèmes désormais incontournables de la chasse aux émissions de CO2 et du nécessaire encadrement de la liberté d’expression dans les démocraties.

Dans les deux cas, un dîner de plusieurs convives ... Poursuivre la lecture

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi, auteur d'une note pour l'Institut Sapiens sur les erreurs de gestion systémiques pendant la crise sanitaire. Il a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défe... Poursuivre la lecture

Greta Thunberg
3
Sauvegarder cet article

Cet automne, dans toute l'Europe, les soi-disant activistes climatiques ont mené des actions qui non seulement ont enfreint la loi mais ont également consisté en des actes de vandalisme et de violence physique.

À la National Gallery de Londres, deux femmes ont jeté de la soupe sur un tableau de Vincent Van Gogh ; dans un musée allemand, d'autres activistes ont badigeonné un tableau de Claude Monet avec de la purée de pommes de terre ; et bien sûr l'activiste belge Wouter Mouton a sévi l'été dernier à la fois à Bruges, sur une œuvre de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles