Claude Goasguen : l’hommage d’Alain Madelin

Portrait d'un brillant intellectuel, profondément cultivé, qui savait, lui, ce qu’est un « état de Droit » ou une « démocratie libérale ».
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Claude_Goasguen-Wikimedia commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Claude Goasguen : l’hommage d’Alain Madelin

Publié le 1 juin 2020
- A +

Par Alain Madelin.

Il avait du caractère, il avait du panache. Il était un solide libéral. Il était mon ami… depuis 50 ans.

Ce caractère sans doute l’avait-il forgé et trempé dans ce bouillonnant Quartier latin du milieu des années soixante. La jeunesse d’aujourd’hui ne peut pas comprendre ce que fut alors ce quartier universitaire plein de fureurs où des jeunes gens comme Claude affrontaient toute une panoplie de mouvements communistes, orthodoxes ou non, toutes formes bizarres de trotskismes, et un maoïsme aveuglé par la Révolution Culturelle chinoise. Ils tenaient le haut du pavé.

Insupportable pour ceux comme Claude, passionnément patriotes, fier soutien d’une armée française à qui l’on avait donné l’ordre d’abandonner les harkis en Algérie. Et qui, dans le brouillon d’un engagement de jeunesse, combattait les totalitarismes de leur époque au nom d’une idée de la liberté, ou du moins d’une sève de liberté qu’ils ressentaient au fond d’eux-mêmes. C’était une aventure épique de partisans et de résistants.

Curieusement si l’histoire a donné raison à Claude et à ses amis, ce sont leurs adversaires d’alors qui tiennent encore aujourd’hui le haut du pavé culturel, même si bien souvent les adversaires d’hier fraternisent aujourd’hui dans le sentiment d’avoir vécu quelque chose de fort ensemble.

Qu’on me pardonne cette remontée à des temps si lointains. Elle permet d’expliquer pourquoi Claude est différent. Il n’est pas venu à la politique par le chemin ordinaire de tous ceux qui tranquillement ont décidé de servir l’État après avoir été bien « formatés » pour cela puis de « faire carrière » en politique.

Au sortir de ces aventures Claude s’est construit comme beaucoup dans une réflexion profonde sur ce qu’est et ce que signifie la liberté. C’est un brillant intellectuel, profondément cultivé, enseignant puis doyen de la Faculté de Droit. Il sait, lui, à la différence de 95 % de ceux qu’il croisera en politique, ce qu’est un « état de Droit » ou une « démocratie libérale ».

En 1995, étant de ceux qui comme moi avaient fait le choix de Jacques Chirac, le voici ministre dans un poste tout spécialement taillé pour lui : « ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté ». Il avait tout le talent, toute la préparation pour être à la tête de ce ministère un très grand ministre réformateur libéral.

Comment conduire une réforme de l’État intelligemment, en prenant appui sur tant d’exemples étrangers, ce dont nous avions si souvent discuté. Comment, au nom de la décentralisation, reconstruire les institutions du pays autour du principe de subsidiarité. Comment défendre le citoyen contre les pouvoirs. De quoi inquiéter toute la technocratie jacobine derrière Alain Juppé. De quoi pousser celui-ci à s’en séparer un peu plus de cinq mois plus tard. Quel dommage et quel gâchis !

Le revoici parlementaire, Parisien, grande figure grande gueule. Avec une grande frustration, comment être davantage utile dans un paysage politique qui ne lui plaisait guère. Toujours alerte, encore à la veille d’être hospitalisé il se demandait que faire pour reconstituer une force libérale.

Il était tellement fort que nous étions persuadés qu’après l’épreuve d’un si long coma, nous allions le retrouver. Et nous préparions déjà la fête que nous allions faire avec tous ses amis si fidèles et si nombreux pour fêter à retardement son anniversaire.

En pensant à lui, à son parcours toujours engagé avec le même panache je pense à cette phrase de Montherlant dans Service inutile :

« N’avoir que des amis est une obligation de commerçant. Se faire des ennemis est une occupation d’aristocrate ».

Un aristocrate de la politique. Oui.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Claude Goasguen était un homme libre, pour le droit, l’honneur . Son attachement à ces valeurs lui valut un certain nombre d’ennemis qui, arrivés au pouvoir ne l’on pas épargné.

  • Décidément, certains jours il ya bien des commentaires à exprimer.

    Monsieur Madelin, merci pour cet hommage.
    J’eus la chance de côtoyer brièvement Monsieur Gloasguen lorsque, pour vous citer, nous combattions « les totalitarismes de leur époque au nom d’une idée de la liberté, ou du moins d’une sève de liberté qu’ils ressentaient au fond d’eux-mêmes ». (Je trouve par ailleurs votre expression “sève de liberté” superbe !).
    C’est ce terme que je retiens de ces brefs moments d’un passé révolu : « Liberté ».
    Car c’est un concept qui paraît de plus en plus désuet dans la France de 2020.
    J’aurais aimé savoir ce qu’il pensait du “principe de précaution”, lequel prévaut à notre encagement moral et physique…

    • jacques lemiere
      1 juin 2020 at 8 h 01 min

      le principe de précaution illustre le principe de perte de sens …

      car ce n’est PAS un principe de précaution..

  • certes , quand on compare un claude goasguen avec les amateurs du gouvernement actuel , ça laisse songeur….

  • « ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Citoyenneté »

    L’idée et l’homme étaient là malheureusement un ministère de façade, disparut aujourd’hui. Que de mensonges et de temps perdu ! Maudit Etat central !

  • Merci à Alain Madelin pour cet hommage à Claude Goasguen, éminent juriste et professeur de faculté de droit, qui eut le mérite de promouvoir le libéralisme au plan politique.
    Un libéralisme généralement bafoué et vilipendé par une classe politique française composée majoritairement de citoyens biberonnés aux prébendes publiques…

  • Merci, Monsieur Madelin , pour votre hommage émouvant et sincère à Monsieur Goasguen.

  • Un grand merci à Alain Madelin pour cet hommage qui vient du coeur et qui est brillant !

  • Un exemple de libéralisme cet homme
    Et aussi de patriotisme;

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Dans les années 1960, au début de ma carrière professionnelle, je faisais mes armes dans une moyenne entreprise de distribution de combustibles en France (charbon et produits pétroliers). Le pétrole était alors un monopole d’État délégué pour de brèves durées renouvelables au secteur privé, ce qui a évité aux Français de remplir des formulaires pour faire le plein de leurs voitures et de leur chaudière.

Les prix étaient fixés canton par canton, heureusement à un niveau élevé, car l’administration se fondait su... Poursuivre la lecture

Par Laurent C.

Comme à chaque épisode, voici le tableau de bord des derniers échanges avec les monopoles illégaux depuis ma libération en Janvier 2013.

Je rajoute un deuxième tableau pour suivre les procédures légales auprès des différentes instances :

2 février : le RSI assigne le Mouvement des Libérés

L’association responsable de la publication du site, ainsi que son président à titre personnel, ont reçu une assignation en référé au Tribunal de Grande Instance de Paris, pour motif de « refus d’in... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Alain Madelin.

[caption id="attachment_194196" align="aligncenter" width="660"] Alain Madelin (Crédits : Alain Madelin, tous droits réservés)[/caption]

 

« C’est bien de donner vos analyses, mais ce serait mieux de nous dire ce que vous feriez si vous étiez au pouvoir ! »

Cette question m’est si souvent posée qu’elle me fait obligation d’y répondre. À partir d’un constat, celui de la lassitude d’un grand nombre de Français devant le spectacle de l’impuissance publique et des oppositions stériles d’une cla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles