COVID-19 : Donald Trump intensifie le dépistage

L’efficacité du dépistage et l’ajout de lits dans unités de soins intensifs dans les hôpitaux sont des éléments cruciaux dans la guerre du président Trump contre le coronavirus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COVID-19 : Donald Trump intensifie le dépistage

Publié le 19 mars 2020
- A +

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Le temps presse pour dépister le coronavirus, en réduire la propagation et hospitaliser les malades gravement atteints.

« Nous sommes en temps de guerre », a lancé le président américain à la Maison Blanche. « En guerre avec un ennemi invisible », a-t-il ajouté.

Et dans ce combat, le temps est l’ennemi. Les États-Unis tardent à administrer les tests qui permettront de détecter le COVID-19 et qui vont mener à l’hospitalisation de ceux qui sont le plus sévèrement infectés.


Mais le dépistage ne va pas rondement. Beaucoup de professionnels de la santé n’ont pas l’équipement nécessaire pour pratiquer les tests, tels des gants et des écouvillons pour les prélèvements. Cette situation prévaut aussi dans plusieurs hôpitaux, qui souffrent eux aussi du manque de matériel et d’équipement, comme des vêtements de protection, des masques et des gants.

De plus, l’accroissement de personnes infectées crée un problème d’engorgement dans les hôpitaux qui manquent de lits et de respirateurs dans les unités de soins intensifs.

L’armée à la rescousse

Alerté de ces carences, le président Trump a ordonné l’envoi dans le port de New York, du navire-hôpital USNS Comfort disposant d’un millier de chambres, mais le navire étant en Virginie, aura besoin de quelques semaines pour atteindre sa destination.

Le Corps des ingénieurs de l’armée sera aussi mis à contribution en cherchant des bâtiments pour y installer des lits. Selon le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, l’État dispose de seulement 53 000 lits. Il pourrait avoir besoin de plus du double dans 45 jours.

L’État de New York est l’un des plus touchés avec 2382 cas et 21 morts. Il s’agit de 30 % des cas d’infections connus aux États-Unis. Au total, il y en a plus de 8000.


L’efficacité du dépistage et l’ajout de lits dans les unités de soins intensifs des hôpitaux sont des éléments cruciaux dans la guerre du président Trump contre le coronavirus.

Le travail à faire est beaucoup plus imposant que celui qui a été fait. Il y a urgence.

Blocage, confinement et aide financière

Donald Trump ne fait pas preuve de racisme lorsqu’il qualifie le coronavirus de virus chinois. Il n’a pas maille à partir avec l’Europe, lorsqu’il bloque les voyages de chaque côté de l’Atlantique. Il élimine des sources d’infection.

Et c’est pour cette même raison qu’il a décidé conjointement avec le Canada de limiter la circulation entre les deux pays et de permettre seulement les échanges commerciaux.

L’Amérique au quotidien, pour l’instant, sera celle du confinement, qui est essentiel : des rues désertes, des restaurants et bars vides et des citoyens qui restent chez eux. L’Américain doit agir comme s’il était infecté. Il doit aider à aplanir la courbe.

Donald Trump a déjà débloqué une aide financière importante pour les entreprises, les commerces et les travailleurs, en vertu d’une entente bi-partisane entre démocrates et républicains. Mais elle ne sera pas suffisante, car le combat risque d’être long et ardu… d’ici au vaccin.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • « Comparaison entre les USA et la Corée du Sud… »

    Je rappelle que la Corée du sud, c’est effectivement 51 millions de personnes, mais sur 100 000 km2. L’état de New York fait déjà 120 000km2 …
    La Corée du sud est déjà naturellement (sans compter le nord) confinée. Ils sont passés aux tests de façon quasiment industriels, avec unité de contrôle sous forme de sas montable partout dans les quartiers de Séoul.

    Le problème à considérer est la grandeur du territoire qui freine la détermination de zone sûres.

  • Le chemin n’est pas jusqu’au vaccin (ce sera pour les prochaines années) mais jusqu’au traitement.
    Et de côté la chloroquine et l’hydroxychloroquine avec 75% de patients traités en seulement 6 jours sont extrêmement encourageants.

  • De mon côté – je ne suis pas spécialiste de ces questions – mais je pense tout de même que le dépistage puis l’extraction des personnes contaminées reste la clef pour freiner l’infection.

    Plutôt que d’attendre que des personnes infectées se fassent connaître, mais sans doute un peu tard.

  • Le confinement ne sera pas tenable bien longtemps. C’est en fait une solution de facilité mais occasionnera si cela dure plus de dégats que le virus. De toute façon toute la population sera infecté à termes et les anticorps se développeront naturellement.

    • Toute la population infectée à terme, comme vous dites, c’est très différent si c’est avec vaccin ou sans, avec traitement ou sans.
      Car les personnes vulnérables (les gens âgés, les personnes souffrant de pathologies diverses), sans vaccin ou traitement, n’auront pas le temps de développer les anticorps : elles mourront bien avant. Et comme le taux de mortalité du Covid-19 est selon les sources entre 0,5 et 1%, faites le calcul : au bas mot, 250.000 morts avec 50 millions de personnes infectées, la plupart des personnes âgées.
      En attendant, la Corée a pris le problème par le bon bout, c’est évident.

  • Ben oui il s’y est pris trop tard le « pathétique », je plains les americains ce d’autant que notre virus chinois adore les personnes en obésité morbide..et le risque létal est multiplié par 7 dans cette catégorie…le traitement par chloroquine peut-être efficace en association avec un antibiotique spécifique..Mais les posologies font peur..!!! Faut être en très bonne santé sinon les complications liées à la molécule feront de gros dégâts..seul le vaccin est efficace mais il faudra attendre cet hiver…le temps va paraitre très long aux states..

    • Un tel vaccin ne sera sans doute pas efficace à 100% (comme celui de la grippe qui a une efficacité de 33% à 69% sur les personnes à risque, données hiver 2018-2019).

    • Retinopathie et cardiomyopathie entre autres joyeusetés d’où la nécessité de traiter que des cas infectés prouvés

    • « Ben oui il s’y est pris trop tard le « pathétique », »

      Pour les épidémies, il y a normalement une agence d’état pour ça, elle s’appelle le CDC. Et depuis des années, elle est passés des risques (épidémies…) à l’amélioration sociale assistée. (obésité…).

      Pour le COVID-19, le CDC n’a pas voulu faire de tests généraux. Et pour la même raison française qu’il manque de tests. Et ce manque pourrait venir d’une « lenteur administrative » du CDC à valider rapidement les tests.

      Est-ce que les bureaucrates du CDC de l’ère Obama ont bâclé la réponse aux tests de coronavirus?

  • Donald ne se trompe pas, il a raison d’accélérer quand d’autres continuent de traîner les pieds.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles