COVID-19 : Donald Trump intensifie le dépistage

Donald Trump by Gage Skidmore (CC BY-SA 2.0) — Gage Skidmore,

L’efficacité du dépistage et l’ajout de lits dans unités de soins intensifs dans les hôpitaux sont des éléments cruciaux dans la guerre du président Trump contre le coronavirus.

Par Daniel Girard, depuis les États-Unis.

Le temps presse pour dépister le coronavirus, en réduire la propagation et hospitaliser les malades gravement atteints.

« Nous sommes en temps de guerre », a lancé le président américain à la Maison Blanche. « En guerre avec un ennemi invisible », a-t-il ajouté.

Et dans ce combat, le temps est l’ennemi. Les États-Unis tardent à administrer les tests qui permettront de détecter le COVID-19 et qui vont mener à l’hospitalisation de ceux qui sont le plus sévèrement infectés.


Mais le dépistage ne va pas rondement. Beaucoup de professionnels de la santé n’ont pas l’équipement nécessaire pour pratiquer les tests, tels des gants et des écouvillons pour les prélèvements. Cette situation prévaut aussi dans plusieurs hôpitaux, qui souffrent eux aussi du manque de matériel et d’équipement, comme des vêtements de protection, des masques et des gants.

De plus, l’accroissement de personnes infectées crée un problème d’engorgement dans les hôpitaux qui manquent de lits et de respirateurs dans les unités de soins intensifs.

L’armée à la rescousse

Alerté de ces carences, le président Trump a ordonné l’envoi dans le port de New York, du navire-hôpital USNS Comfort disposant d’un millier de chambres, mais le navire étant en Virginie, aura besoin de quelques semaines pour atteindre sa destination.

Le Corps des ingénieurs de l’armée sera aussi mis à contribution en cherchant des bâtiments pour y installer des lits. Selon le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, l’État dispose de seulement 53 000 lits. Il pourrait avoir besoin de plus du double dans 45 jours.

L’État de New York est l’un des plus touchés avec 2382 cas et 21 morts. Il s’agit de 30 % des cas d’infections connus aux États-Unis. Au total, il y en a plus de 8000.


L’efficacité du dépistage et l’ajout de lits dans les unités de soins intensifs des hôpitaux sont des éléments cruciaux dans la guerre du président Trump contre le coronavirus.

Le travail à faire est beaucoup plus imposant que celui qui a été fait. Il y a urgence.

Blocage, confinement et aide financière

Donald Trump ne fait pas preuve de racisme lorsqu’il qualifie le coronavirus de virus chinois. Il n’a pas maille à partir avec l’Europe, lorsqu’il bloque les voyages de chaque côté de l’Atlantique. Il élimine des sources d’infection.

Et c’est pour cette même raison qu’il a décidé conjointement avec le Canada de limiter la circulation entre les deux pays et de permettre seulement les échanges commerciaux.

L’Amérique au quotidien, pour l’instant, sera celle du confinement, qui est essentiel : des rues désertes, des restaurants et bars vides et des citoyens qui restent chez eux. L’Américain doit agir comme s’il était infecté. Il doit aider à aplanir la courbe.

Donald Trump a déjà débloqué une aide financière importante pour les entreprises, les commerces et les travailleurs, en vertu d’une entente bi-partisane entre démocrates et républicains. Mais elle ne sera pas suffisante, car le combat risque d’être long et ardu… d’ici au vaccin.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.