Maintenir les municipales… « quoi qu’il en coûte » ?

Cough and sneezes spread diseases by Neil Moralee(CC BY-NC-ND 2.0) — Neil Moralee, CC-BY

Fallait-il maintenir les municipales, mesure validée par Emmanuel Macron, « quoi qu’il en coûte » ?

Par Margot Arold.

Le président l’avait bien dit : toutes les personnes vulnérables doivent rester le plus possible à leur domicile (mais « en même temps » peuvent sortir faire leurs courses, « s’aérer », comme il dit…).

Restez chez vous mais « en même temps », allez voter !

Il avait raison de donner un conseil de confinement, puisque l’exemple italien nous montre que le coronavirus a amené avec lui une médecine de guerre : le tri des patients qui seront, ou pas, réanimés. Pour parodier le regretté Roger Gicquel : la France devrait avoir peur.

« En même temps », les municipales n’ont pas été annulées. Un signal fort pour la population, ainsi que le montrent les micro-trottoirs : « J’irai voter parce que c’est un devoir citoyen ».

Bien. Quand le discours du chef de l’État incite à faire passer le devoir citoyen avant la santé personnelle des votants, l’heure est grave.

Le stade 3 de l’épidémie, attendu depuis plusieurs jours, a (enfin) été annoncé. Sans tambours ni trompettes, bien entendu. Il ne faudrait pas que la France ait peur. Donc les choses se sont faites très calmement, pour ne pas dire dans la plus parfaite indifférence générale, et pour cause : annoncée samedi soir avec effet à partir de minuit. Il fallait être à l’affût pour en être informé.

Trop tard pour annuler des municipales, évidemment

Un bilan sera fait dans 14 jours, ou 21, peu importe. De toute façon, l’expansion du virus étant exponentielle, on peut d’ores et déjà dire que si contaminations il y a eu aux bureaux de vote, ça passera dans le lot des statistiques.

Qu’adviendra-t-il de ce premier tour si le second devait être annulé ? Est-ce que ce sera une occasion pour des petits partis de faire valoir leur légitimité ? Une proportionnelle inattendue ?

Ou bien mettra-t-on les résultats en attente pour un second tour ultérieur ?

En tous cas, si vous vouliez une petite giclée de gel hydroalcoolique, le bureau de vote était the place to be ce dimanche.

Un stade 3 qui s’applique à tout… sauf aux élections

Les bars sont priés de fermer, les clubs sportifs n’assurent plus l’encadrement, même les stations de ski pourtant bien enneigées ferment les restaurants, les bars, les cinémas, et même… les pistes ! En extérieur, au grand air.

Mais « en même temps », au regard de la santé des Français, qu’est-ce qu’une fermeture de station liée à un loisir ? Une fermeture d’école, au regard de la santé de ses enfants ?

Tous se plient aux règles sanitaires, « quoi qu’il en coûte ».

Et « quoi qu’il en coûte », on vous a indiqué qu’il était sans risque de vous déplacer dans un bureau de vote. Car qu’est-ce que votre sécurité, au regard de l’importance d’élire votre futur maire ?

Emmanuel Macron a dit que « rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes ». Pourvu qu’ils n’y aillent pas plus vite que prévu.

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.