L’insulte au Colonel Beltrame

Le peu de cas qui a été fait d'une plaque au Colonel Beltrame à Marseille en dit long sur la couardise de certains élus et l'abandon de la République dans certains quartiers.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’insulte au Colonel Beltrame

Publié le 24 février 2020
- A +

par h16

Si certaines villes n’ont pas traîné pour honorer le sacrifice du Colonel Beltrame en lui attribuant une rue ou une place, il en est allé autrement à Marseille où il aura fallu attendre deux ans pour qu’enfin, une plaque soit posée à son nom sur une des places de la ville…

Le Colonel Beltrame, c’est ce militaire qui a choisi d’échanger sa place avec celle d’un otage lors de l’attaque terroriste de Trèbes, le 23 mars 2018. L’otage survivra, le militaire non. Beaucoup jugèrent nécessaire de garder trace de ce comportement héroïque, comme en témoigne l’assez longue liste de lieux qui portent désormais le nom du militaire.

À Marseille cependant, il fut prudemment décidé que bah non finalement : selon les élus socialistes et communistes, aucune place ne semblait assez prestigieuse pour un tel nom (et en tout cas, pas chez eux). Selon l’élu Rassemblement National, il s’agissait surtout de « ne pas provoquer les populations locales ».

L’affaire aurait pu en rester là : après tout, rien n’oblige une municipalité à nommer les places et les rues en fonction des individus les plus héroïques du pays. D’ailleurs, on n’oubliera pas que certaines mairies, largement aux mains d’idéologues détendus du communisme (même le plus brutal), ont trouvé l’habile subterfuge de distribuer du Stalingrad (place, rue, avenue et j’en passe) en lieu et place du Staline tout court, par trop corrosif pour notre République. Dès lors, oublier Beltrame à Marseille aurait été parfaitement possible et apparemment tout à fait souhaitable pour une partie des élus de gauche de la municipalité phocéenne.

Cependant, à force d’insister, les élus Rassemblement National ont fini par obtenir gain de cause : une plaque a finalement été posée sur la place devant l’école Sainte-Marthe Audisio (dans le quatorzième arrondissement de Marseille), sans tambours ni trompettes et dans une telle discrétion qu’absolument aucune cérémonie n’avait été préparée. Les édiles ont été obligés d’improviser quelque peu.

Rassurez-vous : comme toute la représentation politique de la municipalité marseillaise était là, il n’y a plus aucun doute que cet hommage ne posait en réalité qu’un problème temporaire d’emplacement comme l’expliquait alors Patrick Mennucci, le socialiste assumé du cru. Tout est bien qui fi… Oups, on me fait savoir dans l’oreillette qu’en réalité, il n’y avait que les élus du Rassemblement National sur place, ce qui tend malheureusement à accréditer la thèse que les gauchistes marseillais ont jugé totalement inutile de se déplacer pour cet hommage.

Pourtant, ce sont ces mêmes socialistes et autres communistes qui se gargarisent d’habitude de ces valeurs républicaines qu’il convient d’appeler à la rescousse à chaque fois qu’il le faut mais qu’on se gardera bien ni de définir, ni d’appliquer lorsqu’une occasion pourtant ô combien symbolique se présente…

Pourtant, ce sont ces mêmes socialistes et autres communistes qui poussent les cris les plus stridents lorsqu’on laisse le champ libre à ces élus d’un autre bord, d’une autre extrémité que la leur, douillette et validée par tous.

Pourtant, ce sont ces mêmes socialistes et autres communistes qui n’ont que l’État français et le vivrensemble à la bouche ; on ne peut que s’étonner de les voir se carapater alors qu’on entendait là honorer un représentant tout ce qu’il y a de plus officiel de l’État français, dans l’exercice tout ce qu’il y a de plus officiel de ses fonctions, qui a fait preuve d’un acte tout ce qu’il y a de plus honorable.

Dans le meilleur des cas, on en viendrait à croire que ces brochettes de gauchistes refusent simplement d’être vus en compagnie des élus RN. Attitude aussi infantile que peu digne de l’occasion, mais – il faut l’avouer – pas vraiment en décalage avec le niveau moyen des politiciens.

Dans le pire des cas, on arrive à imaginer qu’en fait, c’est bien parce que cet hommage dérangerait effectivement certaines populations, celles qui seraient trop heureuses de la mort d’un militaire français tué par un terroriste islamiste. Et que déranger ces populations, ce serait risquer, pour ces élus en carton, de perdre leur mandat aux (trop) prochaines élections.

La couardise de cette attitude électoraliste de courte vue contraste assez violemment avec l’acte héroïque du Colonel Beltrame. On comprend mieux, dès lors, que ces lâches méprisables ne veuillent pas infliger la flétrissure de leur présence à un hommage qui lui serait rendu.

En cela, ils ont raison.

Mais leur attitude lamentable est véritablement exécrable en ce qu’elle contient les germes d’une démission complète du courage, du bon sens et, surtout, un aplatissement consternant d’officiels républicains devant ceux qui entendent pourtant de façon de plus en plus claire en finir avec eux, par l’épée s’il le faut. Pire encore, ce manque minable de courage donne un argument de plus à ces populations décidément fort sensibles émotives pour les mépriser et les manipuler électoralement : prisonniers de leur mandat par la bonne soupe municipale, on les retrouve donc prêts à toutes les démissions et les compromissions idéologiques les plus basses pour conserver la gamelle.

Ici, on pourrait s’en tenir à ce constat.

Malheureusement, ce qui s’est passé sur cette place Beltrame dans le 14ème à Marseille n’est pas la simple dérive d’une brochette de larves gauchistes en mal de réélection, dont l’appétit de la gamelle dépasse de loin tout sens de l’honneur : ce genre d’électoralisme se retrouve dans un nombre croissant de communes urbaines et périurbaines de grandes métropoles, gangrenées par ces quartiers trop émotifs et qui, d’abandons républicains en recherches forcenées de compromis et d’apaisements artificiels, se sont muées en zones de non-droit où imaginer faire revenir le droit et la loi revient à déclencher des émeutes et l’inévitable Niagara d’outrances de toutes les associations lucratives sans autre but que celui de surjouer une victimisation qui rapporte (financièrement et électoralement).

Ces élus font la démonstration de ce qu’avoir choisi la République du #Padevague entraîne en déliquescence du pays, où plus personne ne semble en mesure de faire simplement appliquer les lois essentielles de la vie en société. Par abandon successif de tout courage, de peur de passer pour un affreux réactionnaire, voire un homme de drouate ou pire encore, un fasciste (pensez donc : réclamer le retour de l’Ordre, c’est l’horreur, quasiment le nazisme !), ces élus ont choisi, sinon consciemment mais en tout cas par défaut, de laisser s’installer les pires pratiques (incivilités au départ, puis trafics en tous genres, puis activités de plus en plus criminelles jusqu’au terrorisme maintenant).

En délavant les valeurs françaises de liberté, d’égalité et de fraternité au point d’arriver à un simple triplet d’égalité, de taxes et de pantoufles, ces élus ont ouvertement choisi le suicide pour tous, par contrition, par attrition et par soumission à des racailles.

Ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (41)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (41)
  • Foutu ? Mais non mais non il en a toujours un pour nous sauver tous . Ttt retourne à tes classiques cher H16 😉 Beltrame est un héros et ça tout le monde le sait même les traîtres, surtout les traîtres .

  • Le dernier livre d’Yvan Rioufol « Les Traîtres », est terrible.
    Il faut passer l’étape de sidération et se préparer à trouver la punition adéquate pour ces traîtres.

  • PROFITONS TANT QUE CA DURE…
    On s’en fout! La stratégie d’évitement pour ceux qui en ont les moyens permet d’accepter tranquillement que ce pays, la France, devienne un pays sous développé. Gamelin et gamelle ont ils la même origine sémantique?

  • Nous sommes bien d’accord avec tout cela.
    Ne passons pas sous silence l’action gravement contributrice des médias, fortement politisés (à gauche faut-il le rappeler), toujours prompts à interviewer et mettre en valeur les pleurnichards dont il s’avère souvent que ce sont eux les fauteurs de troubles avec l’aplomb de la bêtise combinée à l’inculture et à grand renfort de raccourcis #pasdamalgame et #vivrensemble.
    Ils sont le porte-voix indispensable de tous ces lâches que vous identifiez si bien.

  • Le goudron et les plumes sont trop nobles pour ces pourritures.
    Je propose la merde et les confettis.
    Et c’est encore trop bon pour eux.
    Sinon CPEF.

  • Restons philosophe. C’est malheureux mais la France va et doit devenir un pays ous-développé. Comme ça dans quelques années, lorsqu’un enfant se demandera pourquoi on ne peut pas « répartir les richesses » ou autre, on lui dira « Et bien un pays a essayé et c’est devenu l’Afrique ». Il faut porter ce fardeau comme le Seigneur Christ a porté sa croix, c’est pour le bien de tous.

  • Merci pour cet article H16 ! Je me dis juste que si on avait été en guerre, j’ai ma petite idée du camp dans lequel œuvreraient ces gauchistes (on me souffle à l’oreille : collabo ???)

  • A force de repeter sans cesse « ce pays est foutu  » , cela devient du comique de repetition…..Serieusement , si la critique est aisee et l’ironie mordante , cela ne suffit point encore faudrait il emettre quelques solutions au lieu de denigrer systematiquement…Cela devient repetitif au lieu de constructif.

    • @zigaboo je vous soutiens à 100% , autant j’aime la prose de H16 autant je n’aime pas sa conclusion fétiche d’une part parce que je n’y crois guère -la France en a vu d’autre et de bien pire- et la France c’est chacun d’entre nous et c’est donc à nous de porter haut ce qu’elle est . Je ne me considère pas comme foutue, Arnaud Beltrame ne la considérait pas comme foutue, alors faisons lui honneur et continuons à la faire vivre.

      • @Val
        D’un autre côté, ce ne sont pas les belles montagnes ou les rivages ondoyants qui ont fait remonter la France, mais son peuple chrétien, héritier des cultures celte, germaine, gréco-romaine qui ont fini par produire les lumières et le monde moderne.
        Si on regarde les statistiques de natalité française puis l’histoire et les données socio-économique des pays d’Afrique du Nord, il y a de quoi se faire du soucis. Il y a des cultures qui s’en sortent systématiquement et d’autres qui végètent, parfois depuis des centaines d’années. Qui sera là pour repousser le socialisme et faire repartir le pays ? Les héritiers de lumières ou d’autres ?

    • Il y a des articles pour critiquer et d’autres pour proposer.

    • Ma solution : ressortir la guillotine pour les traitres.
      Ou 12 balles si vous preferez

    • C’est lassant effectivement, cette meute de journaleux dont H16 n’est qu’un modeste représentant parmi des centaines, toujours à demander des comptes aux fonctionnaires politiques qui ont pris le contrôle de ce pays, ces joyeux cambrioleurs, toujours la aux mariages, à jamais absents aux enterrements.
      Ah tiens non on me murmure à l’oreille que de meute nous n’avons que la trace de moutons, nombreux et malheureusement fort cons. Ils seraient à genoux, la bouche pleine, et prennent le gouter à heures fixes avec les cambrioleurs.
      Il se murmure que H16 agirait seul. Bien seul. Tragiquement seul.
      Votre commentaire ressemble furieusement aux fonctionnaires politiques à vrai dire.
      Il ne sert à rien.

    • Sauf que des solutions, il y en a, régulièrement proposées pour qui sait lire. Vous ne savez donc pas lire.

      • Et vous , ne pas savoir ecrire!

        • 2 fautes en 4 mots, vous tenez bien la corde à ce sujet :mrgreen:

          • @MichelC
            Avez-vous compté les fautes sur la ponctuation ?
            – La virgule : pas d’espace avant, un espace après ;
            – le point d’exclamation : un espace avant, et un espace après.

        • Que vous ne soyez pas d’accord, on peut le concevoir, mais que vous attaquiez sur ce niveau une des plus belles plumes pamphlétaire du net français avec une orthographe de SEGPA laisse peu de place au doute sur vos capacités d’analyses et de lecture.

    • En effet, c’est du comique de répétition. Moi, j’aime bien.

  • Les gauchistes de tout poil ont boudé la cérémonie mais quid du maire un certain Bodin ???? Lui qui ne se représente pas et n’a donc pas d’enjeu électoral y était-il ???? Le billet ne le dit pas ; oubli , ignorance ou parti pris ???? Une réponse SVP !!!!

  • A noter que Mennucci a lancé à Ravier un simple « du calme, Adolf ». Gratuitement.

  • Certaines municipalités n’ont aucun scrupule à baptiser des rues et places avec les noms de bourreaux sanguinaires :

    Rue Staline à Essômes-sur-Marne
    Avenue Lenine à Saint Denis, Gentilly, Pierrefitte-sur-Seine, Arcueil, Romainville, Bègles, Tarnos
    Rue Lenine à Ivry-su-Seine, Bagnolet, Montataire, Trembay-en-France, L’Île-Saint-Denis
    Rue Leon Trotski à Montepellier, Montataire (encore)

    • A Fontaine, riante municipalité (communiste on s’en doutera) de la banlieue grenobloise il y a même un « chateau Karl Marx » sis dans un parc du même nom… évidement il y a aussi une avenue Lénine.

    • Il y a aussi les rues Yasser Arafat à la Seyne sur mer, ou Che Guevara à Cuincy (59)…

  • Le Lt Colonel Beltramme a agit héroïquement et en est mort mais cela oblige t’il toutes les municipalités de ce pays à poser une plaque à son nom ?

    • certes oui …mais quand même..

    • Non, mais des hommes de cette trempe, c’est plutôt rare : auriez-vous osé?
      facile à dire, mais à faire, c’est autre chose.
      Je suis certain qu’aucun politicien français n’aurait eu le courage de le faire.
      Alors, mettre son nom sur des plaques, c’est un petit geste, parfois interéssé, et si cela venait de non politiciens, ce serait un grand geste.

    • Non, comme le dit également h16, elles ne sont pas obligées. Mais cette discrétion, cette pudeur, cette façon de faire traîner les choses… il aurait été préférable que les élus s’y opposent et disent pourquoi. Ils n’ont aucun courage, ni dans un sens ni dans l’autre. Et en effet, ils ont à nouveau laissé toute la place au RN. Mauvaise idée.

    • Bien sûr que ça n’oblige pas les municipalités à poser ces plaques, et si ces municipalités répondaient que dorénavant, elles ne donnaient plus que des noms de fleurs et de petits oiseaux à leurs rues, ce serait très bien. Hélas, les raisons qu’elles donnent sont bien plus suspectes !

  • Ce n’est pas le pays qui est foutu mais les français, pas à cause de leurs élus mais de leur manque total de courage. Et gare à celui qui en fait preuve, il sera lapidé en place publique

  • C’est quoi le problème aujourd’hui ?
    Aucun de mes posts n’apparait:
    Soit en modération, soit il disparait.
    Je suis sur une liste noire ?

  • Excellent article qui décrit bien le processus de lâcheté qui conduit à la « soumission ». Vous dite, cher h16 que ce pays est foutu. Vous avez peut-être raison mais je ne veux pas le croire. J’espère encore un réveil.

  • illustration inquiétante de la médiocrité de nos politiques.

    Toutefois, l’action du LCL Beltrame est discutable :

    https://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/arnaud-beltrame-questions-sur-le-geste-d-un-heros-08-11-2018-2269863_53.php

    personnellement, je ne suis pas sûr qu’il ait agi au mieux. Paix à son âme et condoléances à sa famille toutefois !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cent milliards d’euros à distribuer d’ici 2030 à des villes européennes pour devenir « neutres pour le climat » ! Et allons donc !

La foire aux subventions tous azimuts pour les villes neutres en carbone

La foire aux subventions juteuses continue. Les milliards d’euros européens qui semblent tombés du ciel mais qui sont directement prélevés dans la poche des contribuables continuent d’abreuver le marché honteux des malins qui se pressent pour récupérer cette manne issue des impôts et taxes prélevés sur tous les citoyens.

Soyons... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nasier Ockham et h16.

Pour Ariane Chemin, grande reporter au journal Le Monde, c’est évident : ce qui se passe à Marseille en matière de gestion sanitaire est la représentation fidèle des errances du Pr. Raoult. Paf, c’est dit.

Pourtant un intéressant billet de blog paru en avril 2020 établissait avec quelques chiffres des statistiques sur ce qui se passait justement du côté marseillais, et ce avant même que les polémiques aient pris des proportions démesurées, et manifestement, ça cadrait mal avec les saillies enfla... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quand le chef d’un État supérieurement endetté à force de dépenses publiques débridées se précipite à la rescousse d’une municipalité au bord du dépôt de bilan sous l’effet d’une incurie multi-décennale mêlant incompétence, irresponsabilité, idéologie, petites magouilles et clientélisme, on ne s’attend guère à le voir accusé de libéralisme. D’autant moins quand il est question d’un milliard et demi d’euros de dépenses nouvelles pour les transports, la culture et la sécurité ainsi que d’une participation exception... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles