Fiscalité : la politique de Macron est-elle faite pour les riches ?

Accuser la fiscalité d’Emmanuel Macron de politique pour « les riches », c’est l’axer sous l’angle exclusif de la redistribution socialisante.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Arrival of Emmanuel Macron by OECD Organisation for Economic Co-operation and Development (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fiscalité : la politique de Macron est-elle faite pour les riches ?

Publié le 12 février 2020
- A +

Par Victor Fouquet.
Un article de l’Iref-Europe

L’étiquette de président des riches colle à la peau d’Emmanuel Macron comme un sparadrap depuis le début de son quinquennat. En cause, notamment, ses choix de politique fiscale. La raison de cette itération tient cependant davantage au raisonnement suivi, constamment déficient car exclusivement concentré sur les aspects redistributifs de la fiscalité, qu’à la politique même du président de la République.

Quand les prélèvements obligatoires et la redistribution représentent la moitié du revenu national (et considérablement plus, à l’échelle de certains individus, si l’on tient compte de la très forte progressivité du système socio-fiscal), il est délicat de traiter isolément de mesures fiscales, et pour ainsi dire fallacieux de les qualifier de  cadeaux.

À mi-mandat, et après l’adoption de trois (2018, 2019 et 2020) des cinq budgets du quinquennat traduisant l’ensemble des engagements de campagne du candidat, quelle analyse alternative peut-on faire de la politique fiscale du président Macron ?

Passons en revue les principales baisses d’impôts relatives à la fiscalité des personnes engagées par Emmanuel Macron.

Le PFU de 30 % ne fait qu’atténuer, sans la supprimer, une distorsion extrêmement pénalisante pour l’économie française

Commençons par les deux plus décriées, à savoir la mise en place d’un prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % sur la partie mobilière des plus-values et des revenus du capital et le remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par un impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Loin d’apparaître comme un privilège, le PFU de 30 % (12,8 % au titre de l’impôt sur le revenu, 17,2 % au titre des prélèvements sociaux) ne fait qu’atténuer, sans la supprimer, une distorsion extrêmement pénalisante pour l’économie française (en particulier quant à l’arbitrage qu’effectue le contribuable et agent économique entre la consommation et l’épargne de ses revenus).

Ce que l’on appelle ici « revenu du capital » est formé de l’épargne, c’est-à-dire de la fraction non consommée du « revenu du travail » préalablement taxée au titre de l’impôt sur le revenu. Imposer les revenus du capital revient autrement dit à taxer une seconde fois les revenus du travail.

Résultat concret : si deux personnes disposent des mêmes revenus d’activité, mais que l’une d’elles consomme tout, tout de suite, tandis que l’autre diffère une partie de sa consommation, en vue par exemple de concrétiser un projet entrepreneurial, la fourmi paiera davantage d’impôts que la cigale en raison de la taxation du capital et du rendement qu’il génère.

Rien ne justifie, pas même donc l’équité, une taxation identique du capital et du travail. En l’espèce, la mise en place du PFU n’a fait pour l’essentiel que revenir sur la mesure prise par François Hollande, au début du quinquennat précédent, visant à agréger aux revenus du travail les revenus et les plus-values de capitaux mobiliers et à les soumettre au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

La règle consistant à appliquer une taxation forfaitaire à ces revenus du capital n’a rien d’un cadeau au regard de la surtaxation qu’entraîne, de surcroît, l’imposition des intérêts sur leur montant brut, sans déduction corrélative des coûts de financement qui se retrouvent dans l’érosion monétaire que l’inflation fait subir au capital.

Une bonne logique économique voudrait au contraire que pour le moins l’impôt sur les « revenus » du capital soit abaissé au taux de 30 % du PFU. Encore faut-il préciser que ce prélèvement forfaitaire ne s’applique ni aux revenus fonciers, ni aux plus-values immobilières… Une bonne logique économique voudrait au contraire que soit abaissé le taux de 30 % du PFU.

La réforme de l’imposition de la fortune n’est pas un cadeau aux riches : elle en modifie l’assiette sans en modifier le taux marginal supérieur

Il est une autre mesure contestée de laquelle ont été exclus les « riches » propriétaires immobiliers : non pas la suppression, mais la transformation de l’ISF en un super-impôt foncier.

Le recentrage de l’assiette de l’ISF sur la partie immobilière du patrimoine à travers l’IFI a certes engendré des gains pour 340 000 contribuables. Mais il a surtout accentué la concentration de cet impôt, puisque seuls 0,3 % des foyers fiscaux demeurent assujettis à l’IFI (contre 1 % de foyers fiscaux à l’ex-ISF). Or, si le patrimoine (et désormais le seul patrimoine immobilier) est réputé faire partie des « capacités contributives », pourquoi ne le serait-il que pour une infime minorité de contribuables ?

Alléger un impôt qui ne touche qu’une petite fraction de contribuables ne « profite » naturellement qu’à ceux qui le paient. Qu’il faille rappeler ce truisme montre le succès de la rhétorique socialiste, parvenue à infuser l’idée que toute richesse privée avait vocation à revenir aux mains de l’État-redistributeur.

La réforme de l’imposition de la fortune est d’autant plus difficilement assimilable à un cadeau aux riches qu’elle en modifie l’assiette sans en modifier le taux marginal supérieur, fixé à 1,5 % en 1982 par référence au taux des obligations assimilables du Trésor (OAT) à dix ans, à une époque où leur rendement était de 15 %, alors que ce même rendement est aujourd’hui négatif.

Les limites du prisme de la redistribution, exclusif des enjeux d’efficacité et de concurrence fiscales, sont ici symptomatiques s’agissant du remaniement d’un impôt que bon nombre de pays européens, plus ou moins voisins, n’ont jamais eu (Belgique, Royaume-Uni, Pologne) ou ont supprimé depuis belle lurette (l’Autriche en 1994, l’Irlande en 1997, l’Allemagne et le Danemark en 1997, la Finlande en 2006, la Suède en 2007, la Grèce en 2009 ou encore la Hongrie en 2010).

Les résidents secondaires (parmi lesquels de nombreux « riches ») seront les grands perdants du système fiscal local

Venons-en à la suppression progressive (pour 80 % des contribuables entre 2018 et 2020) puis totale (d’ici à 2023) de la taxe d’habitation sur les résidences principales. Que le candidat Macron ait promis, lors de sa campagne électorale, de ne supprimer la taxe d’habitation que pour 80 % des contribuables (ceux dont les revenus n’excèdent pas 2500 euros net), est révélateur d’une conception là encore très redistributive de la fiscalité.

Il laissait, par conséquent, aux 20 % restants et à l’ensemble des résidents secondaires, autrement dit aux « riches », si l’on applique le schème redistributif, le soin d’acquitter cet impôt local (pour un produit fiscal équivalent à celui de la moitié du produit initial, soit dix milliards d’euros). Il aura fallu attendre la mise en garde du Conseil constitutionnel qui, sans censurer explicitement la mesure pour rupture devant les charges publiques, enjoignit le gouvernement d’aboutir dans les années à venir à une suppression totale de la taxe d’habitation sur les résidents principaux.

Sans l’intervention du juge constitutionnel, 20 % de Français auraient donc continué de payer la taxe d’habitation, ceux-là même qui acquittent déjà 80 % des recettes de l’impôt sur le revenu. Là encore, il faut rappeler que depuis plusieurs décennies, de nombreuses mesures de personnalisation avaient été prises pour réduire fortement (abattements locaux et dégrèvements partiels nationaux), et même dans certains cas exonérer totalement (dégrèvements ou exonérations), la taxe d’habitation des titulaires de bas revenus.

Baisser et supprimer progressivement un impôt que les « pauvres » ne payaient plus ne pouvait donc, une fois de plus, que bénéficier aux « riches ». Bénéfice en réalité tout relatif, à bien regarder le schéma financier de compensation aux collectivités locales arrêté dans la loi de finances pour 2020 et les conséquences concrètes de la réforme : la suppression intégrale de la taxe d’habitation va s’accompagner d’un transfert aux communes de la taxe foncière départementale sur les propriétés bâties (TFPB).

En compensation de la perte de TFPB, les départements vont récupérer une fraction de TVA nationale, une autre fraction de TVA nationale allant aux intercommunalités pour compenser leur perte de taxe d’habitation. De ce jeu de bonneteau fiscal, et de ce remplacement subreptice du contribuable local par le contribuable national, il n’est pas certain que les « riches » en ressortent à terme indemnes.

D’ores et déjà, il résulte de la réforme de la fiscalité locale que les impôts locaux seront demain acquittés par les propriétaires, qui ne sont pas toujours électeurs, ainsi que par les entreprises et les résidents secondaires, qui pour la plupart ne le sont pas. Alors même qu’ils consomment moins de services publics locaux que les résidents principaux, les résidents secondaires (parmi lesquels de nombreux « riches »), désormais seuls assujettis à la taxe d’habitation, seront demain les grands perdants du système fiscal local et paieront en quelque sorte l’impôt des autres…

Le dernier centile règle à lui seul 30 % des recettes fiscales de l’IR

Un mot enfin sur l’autre grande baisse d’impôt, celle de l’impôt sur le revenu à hauteur de cinq milliards d’euros prévue en 2020.

Au nom de la « justice fiscale », appréhendée sous l’angle très socialisant de la redistribution, le gouvernement en a exclu les 5 % des foyers fiscaux les plus aisés. On sait pourtant que le dernier centile règle à lui seul 30 % des recettes fiscales de cet impôt. Pourquoi, dès lors, cette exclusion – sinon au motif démagogique que « les riches peuvent payer » ?

Oserait-on qualifier de cadeau la phalange que l’on redonnerait à une personne précédemment amputée de trois doigts ? Non, assurément. C’est pourtant ce type de raisonnement qui, appliqué à la fiscalité, conduit à affubler Emmanuel Macron du sobriquet de « président des riches » …

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • tout est une question de vocabulaire, qu’est ce qu’un riche en france?
    « ceux dont les revenus n’excèdent pas 2500 euros net » il y a de quoi se marrer non?

    on considère comme riche les gens qui ‘ont pas accès aux aides de l’etat ce qui fait que la fameuse pyramide a plutôt la forme d’un as de pique..et ce que l’on considère comme « riches » ce sont surtout des gens qui travaillent…
    on veut que le travail paye et on le taxe a mort ! de ce fait on ne peut pas reprocher aux gens de vouloir travailler moins.. et pour cause..
    Décidément le socialisme a détruit ce pays

    • on a plus accès aux aides après SMIC + 10%, soit environ 1400e, et 60% de la population a un salaire compris entre ce seuil et 2500e.
      Oui c’est vrai, il y a un as de pique, car ce qu’affirme l’article « si l’on tient compte de la très forte progressivité du système socio-fiscal » est faux, la progressivité n’est que théorique, tous les impôts mis bout à bout avec les niches, le taux marginal est décroissant après 5000e, donc inversement proportionnel.

      • « le taux marginal est décroissant après 5000e, donc inversement proportionnel »

        Question? À combien émarge tout ce que compte notre pays d’élus et de haut fonks?

  • Un autre que Macron aurait assumé, dès le début de son mandat, et pris des mesures bien claires et sans modulation. Avec le discours, pourtant simple et évident : « Oui, je serai le président des riches, et comme je tiens à être réélu, je vais tout faire pour que les riches soient la majorité à la fin de mon mandat. Françaises, Français, enrichissez-vous, nous allons vous offrir les chances de le faire ! »

    • michelO, ben c’est ce qu’il a dit quand il a été élu:  » enrichissez vous « je me souviens bien de cette phrase , le problème , c’est qu’il nous pompe tellement de pognon que l’on se demande pourquoi on travaille ; pour nous , ou pour l’état ?……

    • MichelO : je vois ce que vous voulez dire, c’est en référence à Xiaoping, cependant cela avait du sens en Chine car elle était miséreuse pour une très grande majorité. En France la situation de départ est bien meilleure ce qui réduit la portée de ce type de discours. Le problème porte sur les inégalités de richesses et le sentiment, réciproque d’ailleurs, qu’une « classe » agit contre l’autre le plus souvent par le truchement de l’Etat. Pour renouer ce dialogue entre les moins riches et les plus riches l’Etat et le gouvernement doit traiter chaque partie dans une parfaite égalité. Parce qu’en réalité la plupart des gens savent que les inégalités naturelles existent et s’en accomodent (s’ils ne se sentent pas lésés).

      • Oui, il y a une référence à Deng Xiaoping, mais je ne crois pas que l’état de misère de la Chine d’alors y ait changé quoi que ce soit. Je précise qu’ayant voyagé en Chine en 1991, j’ai pu constater moi-même ce qu’il en était. Deng voulait sans doute, comme d’autres, sauver sa place. Mais il a eu l' »intelligence », face à la contestation idéologique des étudiants qui voulaient plus de démocratie, de répondre en leur vantant les biens matériels et en « oubliant » une partie des préceptes maoïstes. Ne me faites pas dire que je soutiens les massacres, ni le communisme chinois, mais je ne vois pas en quoi l’astuce principale de Deng ne serait pas transposable en France. D’autant plus que Deng restait un communiste pur jus… Le sentiment de lutte des classes est entretenu par la presse et les dirigeants français, ainsi que la difficulté à sortir de sa classe (sauf en devenant joueur de foot). Ailleurs, le sentiment qui prévaut est que la classe à laquelle on appartient n’est pas une fatalité, et que les exemples pullulent de possibilités de passer facilement dans la classe supérieure.
        Je suis retourné en Chine en 94. En 91, à Shanghai, il y avait dans les avenues 3 voies dans chaque sens pour les cyclistes, et une voie pour les véhicules à moteur. En 94, c’était l’inverse. 3 ans seulement !

        • Certes l’information n’est pas de première fraîcheur, je suis tombé dessus l’autre jour par hasard, en 2014 plus 1 200 000 chinois étaient candidats au concours annuel de la fonction publique pour 19 000 places. On voit ici que l’enrichissement peut passer par n’importe quel moyen : vocation, facilité, sécurité ou pas beaucoup d’autres possibilités.. fiinalement on semble maintenant assez proche de la situation française.

    • Le nombre de culs de poules aurait explosé 😉

  • Ça dépend de quels riches on parle. Les riches salariés en lrennent plein la figure,surtout lorsqu’ils ont une famille. Par contre, les amis de M. Macron qui l’ont fait élire, c’est différent.

    • Complètement d’accord… Les « riches » au sens Macron, donc les bosseurs qui ont le malheur de gagner plus de 2500 euros net/mois, se font littéralement massacrer par ce gouvernement.
      Par contre, les « super riches », politiques, bobo, patron capitalistes de connivence, eux ils y trouvent bien leur compte. Tout a été fait sur mesure pour eux, et notamment le passage de l’ISF en IFI.
      Au passage, il me semble qu’il a réglé aussi une partie de ses comptes avec Hollande ; dans la déclaration de patrimoine de Hollandouille, il y a énormément de biens immobiliers, dont certaines SCPI en commun avec la Reine des Pôles, qu’il avait opportunément « omis » de déclarer !

    • Oui, en France, il n’y a que 2 manières de s’enrichir : le foot et la malhonnêteté de connivence.

  • le président des riches copains…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles