Katerina Sakellaropoulou : première femme à la présidence de la République en Grèce

Katerina Sakellaropoulou by Euronews on Youtube - — Euronews ,

Une femme à la présidence de la République : qu’est-ce que cela va changer pour la Grèce ?

Par Evangelos Andreou.

Mercredi dernier, le Parlement grec a élu Katerina Sakellaropoulou présidente de la République, faisant d’elle la première femme présidente dans l’histoire de la Grèce.

Son nom avait été proposé par Nouvelle Démocratie, et elle a été soutenue par ce parti, l’opposition de gauche Syriza, et le centre gauche Kinal, emportant les suffrages de 261 députés sur les 300 siégeant au parlement.

Katerina Sakellaropoulou, spécialiste en droit constitutionnel et environnemental, formée en France, a été une magistrate importante, avec un long passé en Grèce. Elle a été présidente du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative de Grèce, et elle a publié dans des revues universitaires en faveur des droits individuels, des libertés civiles et des questions écologiques.

Bien que le président soit le chef de l’État en Grèce, il s’agit en réalité d’un rôle largement honorifique avec un pouvoir limité. Il serait donc erroné d’attendre du prochain président une action politique quelconque, mais plutôt des déclarations et des cérémonies régulières avec d’autres dirigeants étrangers. Cependant, le choix de Katerina Sakellariou par le Premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, est un changement politique intelligent.

En 2015, personne n’avait vu venir l’élection de Kyriakos Mitsotakis à la présidence du parti conservateur. Mitsotakis, un libéral autoproclamé, a attiré de nombreux libéraux indépendants et sociaux-démocrates qui n’avaient jamais voté pour la Nouvelle Démocratie, parti conservateur solidement établi.

Aujourd’hui, en Grèce, un grand nombre d’électeurs modérés veulent tourner la page de la décennie précédente.

D’une part, ils ont peur de Syriza, qui après sa défaite ne parvient pas à faire un choix entre être un parti de centre-gauche ou un parti de gauche radicale ; d’autre part, ils considèrent la Nouvelle Démocratie comme un parti conservateur démodé.

En proposant Katerina Sakellaropoulou, juge qui défend l’État de droit et n’a jamais été impliquée en politique, Mitsotakis cible ce groupe de personnes. Il envoie un message progressiste à l’opposition, qui tente de le dépeindre comme un homme politique d’extrême droite et il entrera dans l’histoire comme le premier Premier ministre à proposer une femme à la présidence.

Après une décennie de dépression économique et de polarisation, Katerina Sakellaropoulou ouvre une nouvelle ère dans la politique grecque. Surtout dans un pays où la représentation des femmes dans la politique de haut niveau est historiquement faible, et où tous les postes de haut niveau, sauf un, étaient occupés par des hommes… jusqu’à mercredi.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.