Une cryptomonnaie publique ne servira à rien

Là où les premières cryptomonnaies privées étaient envisagées comme un instrument de restauration de la souveraineté du consommateur épargnant, les cryptomonnaies publiques risquent d’être utilisées pour l’anéantir définitivement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une cryptomonnaie publique ne servira à rien

Publié le 13 décembre 2019
- A +

Par Ferghane Azihari.
Un article de l’Iref-Europe

Après avoir longuement méprisé les cryptomonnaies, les gouvernements semblent désormais s’y intéresser de près. Le magazine Capital révélait récemment les plans de Bercy et des autorités monétaires européennes pour la création d’une cryptomonnaie d’État.

Ces derniers réagissent à la popularité croissante des monnaies privées comme Bitcoin et à la volonté de grands acteurs comme Facebook de lancer leur propre d’instrument d’échange. Faut-il saluer le changement de mentalité de la classe dirigeante vis-à-vis des crypto-actifs ? Tout dépend bien sûr de ses intentions.

À première vue, l’idée de cryptomonnaie étatique fonctionnant grâce à la technologie blockchain paraît étrange. Après tout, Bitcoin, la plus illustre des cryptomonnaies, a été créé pour permettre aux détenteurs de monnaie d’échapper aux manipulations discrétionnaires des tiers de confiance officiels qui altèrent la valeur et la qualité de leur instrument d’échange.

Se revendiquer de la technologie blockchain et du statut de cryptomonnaie ne suffit donc pas à obtenir un certificat de respectabilité. D’ailleurs, sur les 2000 crypto-monnaies en circulation, beaucoup sont à juste titre considérées comme des arnaques par les adeptes des crypto-actifs.

La promesse du Bitcoin

Ce n’est pas la blockchain qui fonde la qualité et le principal avantage compétitif de Bitcoin. C’est plutôt la promesse quasiment inaltérable et inscrite dans le protocole Bitcoin que la masse monétaire ne sera pas susceptible d’être manipulée à des fins inflationnistes.

La « politique monétaire » de Bitcoin est lisible et prévisible. Les détenteurs de Bitcoin savent que le nombre de BTC ne dépassera pas 21 millions d’unités (Figure 1).

En singeant les modalités d’émission des monnaies métalliques, Bitcoin s’impose une stricte rareté et devient un candidat sérieux pour la fonction de réserve de valeur là où les monnaies officielles sont administrées par des banques centrales inflationnistes (figure 2).

Figure 1 : évolution de la masse monétaire de bitcoin

Figure 2 : évolution de la masse monétaire du dollar depuis 1960

Bien sûr, la rareté intrinsèque de Bitcoin ne le dispense pas de la volatilité et des dépréciations ponctuelles ou durables. Mais la stabilité de l’offre de BTC garantit que l’évolution du cours de la cryptomonnaie soit exclusivement du fait des variations de la demande. À la différence des monnaies officielles, le destin de Bitcoin est entre les mains de ses utilisateurs.

C’est en ce sens que les projets de cryptomonnaies étatiques doivent être regardés avec circonspection. Si elles venaient à voir le jour, les cryptomonnaies publiques seraient administrées par des Banques centrales dotées d’un pouvoir discrétionnaire sur la masse monétaire. Là où Bitcoin a été pensé pour éviter le risque d’inflation arbitraire et sauvegarder le pouvoir d’achat des détenteurs de monnaie, ce ne serait pas forcément le cas des cryptomonnaies publiques.

Le fantasme de la société sans cash

Pire encore, les réflexions sur la digitalisation des monnaies officielles tendent aujourd’hui à se recouper avec le fantasme d’une société sans cash, promu au nom du besoin de renforcer la capacité des banques centrales à manipuler le comportement des épargnants et des consommateurs.

Dans leur guerre contre les épargnants, les banquiers centraux et leurs soutiens intellectuels redoutent qu’une politique plus agressive de taxation des épargnants via des taux d’intérêt encore plus bas conduisent ces derniers à thésauriser en espèces.

Des chercheurs affiliés au FMI remarquaient en effet que l’existence du cash imposait une certaine limite aux politiques monétaires dites « ultra-accommodantes ». Une limite que certains souhaitent lever…

Dans cette hypothèse, une cryptomonnaie publique aurait une finalité diamétralement opposée à Bitcoin. Là où les premières cryptomonnaies privées étaient envisagées comme un instrument de restauration de la souveraineté du consommateur épargnant, les cryptomonnaies publiques risquent d’être utilisées pour l’anéantir définitivement.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Quelqu’un peut-il me donner la valeur actuelle du Petro, cryptomonnaie de l’état vénézuélien ?

  • une façon comme une autre de spéculation plus ou moins effrénée à tout le moins, avec revers de fortune à la clé !

  • On a beau chercher, on ne voit pas l’intérêt pour la puissance publique de développer une crypto, ou pourquoi pas plusieurs, en dehors du fait d’occuper le terrain pour éviter l’apparition de la concurrence. Peut-être s’agit-il d’un plan tordu inventé par quelque machiavel de pacotille pour éliminer le cash en douceur ?

    Côté consommateur/épargnant, on ne voit pas qui sera suffisamment débile pour utiliser une crypto étatique, sans immédiatement voir la contradiction entre les deux termes accolés.

    A moins que nos autorités aient enfin compris l’impérieuse nécessité de la concurrence dans le domaine monétaire, comme dans n’importe quel domaine économique. Mais non, c’est seulement un rêve. Ce n’est pas possible, pas eux, pas ceux-là… Ils ne sont pas équipés pour comprendre.

    Quant au cash, ce sont pour l’instant les Allemands, les Italiens et les Espagnols qui nous protègent de sa suppression. Mais pour combien de temps ?

    https://www.ecb.europa.eu/pub/pdf/scpops/ecb.op201.en.pdf

  • « La masse monétaire ne sera pas susceptible d’être manipulée à des fins inflationnistes. » Le Bitcoin est aussi manipulé mais à des fins de spéculation, ce qui je trouve est quand même plus sain.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Avec l’effondrement de la plateforme FTX, beaucoup d’observateurs des cryptomonnaies sonnent le tocsin. Les banques centrales en profitent pour avancer leurs pions sur l’échiquier des monnaies numériques centralisées et de la réglementation. Mais forcer les citoyens à aller vers ces monnaies numériques contrôlées par la force publique n’est-ce pas faire indirectement la promotion des monnaies numériques privées ?

On reparle beaucoup des cryptomonnaies depuis la faillite du courtier FTX. Certains se réjouissent que des spéculateurs créd... Poursuivre la lecture

Les trois moteurs de la saga des cryptomonnaies auront été des escrocs lunaires — souvent programmeurs — des idiots utiles et bien sûr ceux sans lesquels rien de tout ceci n’aurait été possible : des millions de victimes.

 

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

La cryptomonnaie est une unité produite par un algorithme informatique qui, par des contraintes mathématiques et techniques, ne les produit qu’en nombre limité. Cette unité purement informatique et technique est baptisée « monnaie » par celui qui l’a produite. En vertu de... Poursuivre la lecture

Par Kristoffer Mousten Hansen et Karras Lambert.

 

Les amateurs de crypto-monnaies apprécient généralement beaucoup l'école autrichienne d'économie. C'est compréhensible puisque les économistes autrichiens ont toujours défendu les mérites de la monnaie produite par le secteur privé et échappant au contrôle de l'État.

Malheureusement, une compréhension erronée du développement et des fonctions de la monnaie est apparue et devenue de plus en plus dominante chez au moins certains partisans du bitcoin - un récit qui est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles