Moins on travaille, plus on vit vieux ! Ah bon ?

Nouvelle propagande des syndicats avant la grève du 5 décembre à propos de l'espérance de vie. Vérifions ensemble les faits.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
workers by Vase AMANITO(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moins on travaille, plus on vit vieux ! Ah bon ?

Publié le 5 décembre 2019
- A +

Par Gérard Dosogne.
Un article d’Entrepreneurs pour la France

Nouvelle propagande des syndicats avant la grève du 5 décembre : dans les pays où l’on part plus tôt à la retraite, l’espérance de vie en bonne santé est supérieure à celle des pays où la retraite est plus tardive. On va vérifier.

Mais avant, je voudrais revenir sur une note que j’avais écrite pour un colloque et qui démontrait, contrairement là aussi aux allégations syndicales, que si la France était le pays où les dépenses de santé par rapport au PIB étaient parmi les plus élevées, c’était aussi le pays où le système de santé était le meilleur du monde. La preuve ? C’était le pays avec l’espérance de vie la plus élevée (ce qui par ailleurs est factuellement faux). J’avais alors regardé quelle corrélation il y avait entre les dépenses de santé et l’espérance de vie : aucune, comme le démontrent les graphiques ci-dessous :

Dépenses de Santé en % du PIB

Espérance de vie à la naissance

(Nous allons publier la totalité de cette note sous forme d’article dans la prochaine Newsletter d’EPLF)

Mais revenons aux retraites. Le nouvel argument des syndicats est de dire qu’un départ à la retraite plus jeune favoriserait une espérance de vie en bonne santé plus élevée que dans les pays où l’on travaille plus longtemps. Reste à le démontrer (ce qu’un syndicaliste dont la parole ne peut être mise en doute n’a pas besoin de faire). Je me suis donc penché sur les statistiques de l’OCDE et d’Eurostat récentes (2017), qui, vous vous en doutez, ne soutiennent pas cette affirmation.

Ce qui donne sous forme graphique :

Il apparait donc que les Islandais, qui prennent en moyenne leur retraite à 69,5 ans, ont une espérance de vie en bonne santé supérieure à 80 ans, alors que les Luxembourgeois qui ont la chance de partir à la retraite à 59,7 ans, ont par contre une espérance de vie en bonne santé de 74,7 ans. Bien sûr, ils seront à la retraite plus longtemps que les Islandais, mai vivront 6 ans de moins !

Qu’en est-il de la situation en France ? C’est l’un des pays où l’âge moyen de la retraite (qui comprend tous les salariés, publics comme privés) est l’un des plus bas en Europe : retraite à 60,5 ans, et l’espérance de vie en bonne santé de 75,3 ans est plutôt dans la moyenne (7e sur les 17 pays européens étudiés), exactement la même que celle du Royaume-Uni où le départ à la retraite réel est de… 65 ans.

Quant à l’Allemagne, notre pays de référence favori, la retraite moyenne est à 63,6 ans et la durée de vie en bonne santé de 76,9 ans

Alors, il est utile de faire du fact checking ; car la propagande n’a pas de limite.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Je ne suis pas sur que l’indice de longévité en bonne santé soit réellement un bon indice avec la qualité de la vie et celle de la santé. Surtout en France où la recherche des affections de longue durée est quasiment un sport national.
    La France a la plus longue durée de vie après la retraite ce qui est un gage de bonne qualité des soins malgré les bâtons mis dans les roues de tout le corps médical et paramédical.
    Une équipe française avait eu l’infini courage de démontrer et publier par contre (impossible en France) à Boston lors d’un congrès que le départ précoce à la retraite multipliait le risque des maladies neurodégénératives type Alzheimer. Il est à l’inverse admis qu’en repoussant l’âge de la retraite de 60 à 65 ans, le risque de maladie d’Alzheimer diminue de 15%.

  • Espérance de vie en bonne santé : quels critères déterminent la notion de bonne santé ? Absence de pathologies chroniques ? Avoir toutes ses dents ?

    Ceci dit, pour alléger le poids de la répartition, c’est une piste intéressante pour déterminer l’âge de départ à la retraite. Assimiler la retraite avec une forme d’invalidité. Tant qu’on n’est pas invalide, pas de raison objective de bénéficier de la retraite par répartition.

    En ce qui concerne la capitalisation en revanche, chacun fait ce qu’il veut avec son épargne. L’âge de départ n’est plus un paramètre collectif, mais un choix personnel.

  • claude henry de chasne
    6 décembre 2019 at 7 h 58 min

    Encore faudrait il prouver que c’est la qualité des soins qui produit ces effets , ou l’age de départ a la retraite..
    il y a beaucoup de facteurs qui jouent sur cette « moyenne », l’alimentation , les addictions (alcool ,tabac, drogues,) les accidents ,les hérédités etc..
    En plus des qu’on parle de moyennes , rien de va plus , çà fausse la visée..
    Bref vouloir faire passer le systeme français, basé sur des organisations de castes qui rackettent le peuple a leur seul profit, pour le meilleur du monde est une escroquerie intellectuelle.. il n’y a qu’a voir tous ceux qui se précipitent pour nous imiter

  • Il y a sûrement du vrai dans cet article.
    Mais les chiffres ont déjà évolué.
    L’âge moyen 2018 de depart en retraite en France est de 63.5 ans départs anticipés exclus et de 62.7 départs anticipés inclus. En 2019, il a probablement augmenté.
    Beaucoup d’entre nous n »auront pas les 43 ans d’activité à l’âge légal (62).
    L’âge moyen d’entrée en vie active est supérieur à 21.5 ans et il ne va pas se réduire. Il était de 18 ans en 1980.
    Autre donnée qui peut fausser les chiffres : les mises en invalidité.
    Il y a environ 10 ans, j’avais été surpris par le faible taux de chômage aux Pays-Bas, pays cité comme modèle. Il s’expliquait par un nombre élevé d’invalidités (article Expansion, mais je ne me rappelle plus le chiffre).
    Pour ne pas changer l’âge légal de retraite sous l’ère Macron, il sera rajouté probablement un an de cotisation supplémentaire, progressivement. Et on arrivera à un départ réel à 65 puis 66 ans.

    • A noter que 50% de la population néerlandaise travaille à temps partiel. L’horaire moyen hebdomadaire est de 29H (contre 36h en France). Pour les invalidités, je ne sais pas.

  • A 100 ans révolus, Marie-Lou tient toujours son bar : https://fr.news.yahoo.com/100-ans-r%C3%A9volus-marie-lou-tient-toujours-bar-110541222.html

    Le plus vieux barbier au monde a 107 ans et travaille encore 40 heures par semaine : https://www.tvanouvelles.ca/2018/12/26/le-plus-vieux-barbier-au-monde-a-107-ans-et-travaille-encore-40-heures-par-semaine

    A 100 ans, elle travaille 11 heures par jour et 6 jours par semaine !
    https://www.closermag.fr/insolite/a-100-ans-elle-travaille-11-heures-par-jour-et-6-jours-par-semaine-575109

    Qu’en pensent nos syndicalistes ?

  • et si gérard avait bossé en 3×8 dans la métallurgie ou exercé des travaux de force pendant quelques année il aurait une vision différente de la vie ? avis subjectif?

  • De toute façon, les syndicats mentent effrontément car ils n’ont de comptes à rendre qu’à leurs militants.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Un article de l'Iref Europe Si elle est élue en avril prochain, Valérie Pécresse annonce qu’elle fera en sorte que l’emploi paye davantage. Les nostalgiques de Sarkozy en 2007 s’y retrouveront. À cet effet elle envisage de baisser les cotisations vieillesse salariales de telle façon que les salaires nets du secteur privé jusqu’à 2,2 SMIC, soit près de 3000 euros net, augmentent d’environ 10 %.

Ça paraît simple en effet : on baisse les cotisations des salariés et leur salaire net augmente d’autant. Mais ça paraît aussi très coûteux. Env... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles