Écologie des infrastructures numériques

Quelle est l’empreinte écologique de vos appareils électroniques ? 

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Numérique By: Inria Actus - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie des infrastructures numériques

Publié le 19 novembre 2019
- A +

Par Farid Gueham.
Un article de Trop Libre

« Comme les autres équipements techniques, les infrastructures numériques consomment de l’énergie, produisent des déchets et font l’objet d’une maintenance […] L’écologie des infrastructures numériques analyse les dispositif et les réglementations mis en place pour mieux maîtriser la production de déchets du secteur des TIC et étudie leurs conséquences sur les modes de fabrication. »

Dans cette étudeFabrice FlipoAnnabelle BoutetLaura Draetta et François Deltour maîtres de conférences, comparent la gestion de la consommation d’énergie des infrastructures numériques, en France en Italie, au Sénégal, en analysant les évolutions intentionnelles de ces pays, au regard des enjeux du développement durable et des objectifs initiaux des réglementations.

Écologie des équipements électroniques : états des lieux

« Qu’appelle-t-on « équipements électriques et électroniques ? ». Les composants électroniques étant de plus en plus disséminés dans notre environnement (automobiles, maison, etc…), il devient très difficile d’identifier des catégories précises de produits. »

L’OCDE distingue trois catégories principales :

  • les produits blancs, ou appareils électroménagers, de lavage et de cuisson ;
  • les produits bruns, qui regroupent les équipements audio-visuels comme la télévision, le magnétoscope ;
  • les produits gris regroupant les équipements informatiques et bureautiques, comme les ordinateurs ou la téléphonie.

Au 31 décembre 2006, la France comptait 48 millions d’abonnés au téléphone portable, avec une croissance qui s’est fortement ralentie pour arriver sous les 3 %. Le Sénégal qui comptait à la même époque 266 612 lignes fixe a connu une croissance de son réseau de téléphonie mobile de près de 45 %.

Les experts du PNUE estimaient quant à eux que plus de 500 millions d’ordinateurs deviendraient obsolètes entre 1997 et 2007, des projections qui se sont par la suite vérifiées. Selon l’ADEME, la consommation du secteur résidentiel augmente de près de 2 % chaque année. Une évolution qui serait en grande partie due à l’accroissement du nombre d’appareils présents dans chaque foyer.

La part de l’infrastructure et la part des usagers

« Les résultats divergent en raison de problèmes d’imputation des consommations. Par exemple, la consommation permanente d’un modem doit-elle être imputée au PC ou à l’infrastructure ? Comment déterminer l’usage qui est fait d’un PC ? Est-il utilisé comme téléphone, via des logiciels de téléphonique gratuite, comme traitement de texte, navigation sur internet ou autre ? »

Les auteurs expriment clairement la complexité dans le choix du périmètre choisi pour la mesure.

Un paramètre de comparaison extrêmement important. Suivant les hypothèses de départ, les études évaluent la consommation des infrastructures d’internet à 29 % ou entre 60 à 95 %. La consommation deviendrait largement indépendante du nombre d’utilisateurs. Ces derniers n’ont aucune prise sur la consommation du réseau, et bien peu de prise sur la consommation totale de l’infrastructure.

L’écologie de la filière EEE en France

« En France, 1,7 million de tonnes d’appareils électriques et électroniques arrivent en fin de vie chaque année, dont la moitié en provenance des ménages. Les flux sont répartis approximativement de la manière suivante (en tonnage) : gros électroménager blanc 27 % ; appareils électriques et électroniques professionnels 23 % ; électronique grand public et informatique 18 % ; petit électroménager téléphonie et luminaire 12 % ; et enfin 20 % d’autres câbles et batteries au plomb. »

En dépit des chiffres, la réalité de l’équipement en France reste difficile à évaluer.

La consommation des ménages ne correspond pas toujours au rapport entre les flux sortants et les flux entrants sur le marché. Car les « EEE » suivent un parcours complexe, faisant l’objet de stockages, de dons, de revente, de commerce divers. Une étude de l’ADEME datant de 2002 montre ainsi que les téléphones portables sont en général achetés neufs, pour soi-même ou pour offrir (15 %) souvent acquis en premier équipement (56 %) mais de plus en plus en remplacement d’un appareil considéré comme obsolète.

Écoconception, éco-design et mesures incitatives à l’innovation

« Les prescriptions du décret n° 151/2005 en matière d’écoconception et d’éco design sont plutôt minimes. Le décret se limite à fixer l’interdiction d’emploi de certaines substances dangereuses (parmi lesquelles plomb, mercure, chrome), pour la fabrication des EEE. Cette norme concerne les EEE introduits sur le marché à partir du 1er juillet 2006. »

L’article 6 de ce même décret identifie l’articulation autour de trois phases, de la gestion des DEEE : la collecte, le traitement et l’exportation.

Trois catégories d’acteurs sont également identifiés comme sujets actifs de la collecte à savoir les municipalités, les distributeurs, et les producteurs. En Italie, les obligations relatives à la gestion des DEEE sont contenues dans l’article 13 du décret 151/2005 : ces obligations pèsent sur le producteur qui doit garantir une information correcte et complète vis-à-vis des consommateurs avant tout.

L’écologie des EEE, une mise en perspective conceptuelle

« Les déchets et la consommation d’énergie vont croissant. Leurs conséquences sont aujourd’hui en première ligne médiatique : gaz à effet de serre, déchets ménagers, polluants organiques persistants, etc… suscitent des inquiétudes grandissantes. »

En effet, l’accumulation de déchets de moins en moins « éco-compatibles » (biodégradables etc.) et de plus en plus difficiles à traiter est aussi la marque de notre civilisation industrielle.

Selon l’étude de Dominique Lhuiler et Yann Cochin, « Des déchets et des hommes », les Parisiens jettent chaque mois un volume équivalent à la tour Montparnasse et les Français jettent 550 kg d’ordures par an, les New-Yorkais 22 000 tonnes par jour.

Les auteurs concluent :

« Au-delà des réglementations, la politique des DEEE est une occasion manquée de plus pour poser sérieusement la question des déchets […] Mais comment faire en sorte que les gens s’engagent quand la santé des ventes dépend de ce que l’information dont ils disposent pour leurs achats masque soigneusement les effets néfastes des produits ? Il y a là un biais majeur dans le débat public. »

Pour aller plus loin :

Quelle est l’empreinte écologique de vos appareils électroniques ?greenit.fr

Pour contenir la consommation d’énergie d’internet, faudra-t-il limiter sa vitesse ?lemonde.fr

Numérique : le grand gâchis énergétique, lejournal.cnrs.fr

La responsabilité élargie du producteur : la REP relative aux déchets d’équipements électriques et électroniques au Canada, oecd-ilibrary.org

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’impact du numerique ne se mesure pas a ses dechets ou sa consommation mais à la disparition de nombreux deplacements devenus inutiles , sans le numerique combien de km parcourus en plus ,combien d’heures de travail en plus ? Combien d’humains supplémentaires seraient nécessaires pour obtenir le meme niveau de vie ?

    • +100
      Une fois de plus on a des politiques qui s’enquièrent du problème du fait du questionnement de l’opinion publique mais sans savoir comment appréhender le phénomène dans son ensemble.
      Ils ignorent que leur problème écologique ne peut être dissocié de l’impact économique de l’objet de leur étude.
      Mais n’ayant qu’une vision de statisticien hors-sol façon Insee sans aucune compréhension de l’économie sous-jacente, ils ne peuvent que commanditer des études foireuses et illisibles; ce qui ne les empêchera pas ensuite de faire dire aux chiffres ce qui les arrange (selon le sens du vent soufflé par les lobbies de l’environnement) pour ensuite venir nous dire ce qui est bon pour le peuple et pour Gaia.
      Que c’est bon d’être ainsi dorlotés par ces charlatans de la planification !
      Le pire c’est qu’ils croient aux conneries qu’ils profèrent…

    • il faudrait effectivement dissocier les deux aspects du numériques..

      il permet des gains de productivité mais c’est aussi un objet de consommation qu’on peut voir comme superflu.

      et on voit à quoi ça conduit..
      on aura sans doute un novethic qui nous expliquera que à l’instar des voyages en avion..ils seront rationnés et sans doute donnés un peu aux jeunes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel suspense insoutenable cela fut. Alors que depuis deux mois, le nom d’Élisabeth Borne était susurré dans la presse, elle a évidement été nommée à Matignon. Bien qu’elle constitue un formidable symbole pour l’égalité des sexes, elle incarne en réalité la gauche technocrate dont est issu le chef de l’État.

Sa nomination illustre très bien la tonalité générale du gouvernement annoncé vendredi après-midi : technocrate et vaguement saupoudré d’écologie et de wokisme pour marquer le ton de la campagne législative.

Car ce gouvernem... Poursuivre la lecture

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles