5 raisons pour lesquelles les médecins manifesteront le 16 septembre

Le 16 septembre sera une journée de mobilisation générale des professions libérales (avocats, médecins, infirmiers, kinés…) contre la réforme des retraites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 raisons pour lesquelles les médecins manifesteront le 16 septembre

Publié le 8 septembre 2019
- A +

Par le Dr Jérôme Marty, président de l’UFML.

Le 16 septembre sera une journée de mobilisation générale des professions libérales (avocats, médecins, infirmiers, kinés…) contre la réforme des retraites.

1/ Cette réforme est dangereuse

Cette réforme est dangereuse pour nos professions et après 8 mois de parodie de négociations, 8 mois sans une seule concession du gouvernement aux représentants syndicaux, voilà qu’on nous annonce une concertation nationale… Certains y croient ou feignent d’y croire… Pas moi.

2/ Nos caisses sont mieux gérées que celle de l’État

Nos caisses sont autonomes, c’est-à-dire indépendantes et sans participation de l’État. Elles ont des réserves constituées par les efforts des cotisants à donner plus et l’acceptation des retraités à recevoir moins, pour faire face à demain. Ce sont des structures qui ont tourné le dos à la facilité qui prévalait il y a quelques années pour une gestion sérieuse et vertueuse là ou l’État n’a montré à ce jour qu’incapacité à prévoir l’avenir ou clientélisme.

3/ Le système de retraite sera étatisé

Avec un régime universel à hauteur de trois Plafonds Annuel Sécurité Sociale nos caisses complémentaires n’ont plus de raison d’être, la solidarité professionnelle est remplacée par la solidarité nationale.

Il faut s’opposer à l’étatisation du système de retraite, système où l’État définira les capacités contributives et la hauteur des niveaux de retraites par une variabilité possible du point en fonction des nécessités économiques du moment.

4/ Cette réforme continue l’acharnement contre la médecine libérale

La réforme des retraites menace dans son existence même le modèle d’exercice libéral de la médecine. Elle augmentera la durée de l’exercice du fait de l’entrée tardive dans celui-ci, diminuera les pensions, effacera la solidarité professionnelle au mépris de l’article 56 de notre Code de déontologie, fera disparaître la notion d’ASV1 et de prise en charge d’une part des cotisations sociales par l’assurance maladie, seule base d’acceptation des « honoraires » conventionnels.

Il faut combattre cette volonté de faire disparaitre la médecine libérale plébiscitée par les Français et s’opposer à l’étatisation en marche de la médecine.

5/Le médecin sera dépendant de l’État toute sa vie

La réforme des retraites vient porter un coup fatal à la lente démolition de notre métier. Après avoir assujetti la pratique de l’exercice à l’administration relais de l’État au travers des ROSP2, des forfaits, des normes obligatoires, et des contrôles iniques de l’assurance maladie, après avoir bloqué les tarifs de nos actes au plus bas de la moyenne européenne, annoncé la disparition du paiement à l’acte derrière le paiement à l’épisode de soin , construit l’extension du pouvoir des GHT3 sur la médecine de ville, la réforme des retraites voudrait rendre le médecin dépendant de l’État longtemps encore après la fin de son exercice !

Le 16 septembre il s’agira de défendre notre indépendance, garante de la qualité de l’exercice.

On ne négocie pas la liberté, on ne marchande pas l’indépendance.

  1. Retraite supplémentaire des médecins, représentant environ 40 % de leur retraite.
  2. Rémunération sur Objectifs de Santé Publique.
  3. Groupements hospitaliers de territoires.
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • ah les français commencent a toucher du doigt la réalité du socialisme..
    La réalité c’est que le patient est largement solvabilisé par la sécurité sociale, les tarifs encadrés par l’etat, les médicaments?
    socialisés aussi..les mutuelles? obligatoires etc..
    dans ces conditions on peut considérer que les médecins font partie de l’appareil d’etat en ce qui concerne leur revenus..
    essayez de trouver un médecin en dehors des horaires normaux,ou un médecin qui se déplace en patientèle
    ils ont donc renoncé a leur liberté, la medecine libérale est un leurre..
    aujourd’hui l’etat decide de faire main basse sur tous les systèmes
    paritaires pour prendre les provisions qui serviront a payer ses fonctionnaires.. aggirc , arcoo etc..
    le socialisme a gagné
    bonne chance a tous

  • Les médecins vont manifester, pour d’excellentes raisons, mais ils ne gagneront rien tant que les patients ne se joindront pas à eux. Et comme les patients sont en train d’oublier que ce sont des médecins, des individus, et pas « la médecine » qui s’occupent d’eux, ça n’est pas gagné !

    • Derrière tous les mécontements, que le gouvernement et les médias font tout pour étouffer, il y a le refus d’une mainmise totale de l’Etat sur la société française, avec les dépenses et gabegies afférentes.
      Seule une grève générale les arrêtera.

  • Nous sommes dans un pays de socialisme d’État, une sorte de dictature déguisée en pseudo démocratie parlementaire.
    Il faut rappeler d’ailleurs qu’au travers des divers prélèvements l’État fait main basse sur 60 % des dépenses de santé et prive ainsi beaucoup de français de l’accès à des soins de qualité.

    • L’Etat s’arrange aussi pour que les Français deviennent incapables de faire la différence entre des soins de qualité et les autres. Qualité devient synonyme de conforme à la règle de la sécu, au lieu de traitement rapide et approprié…

  • « étatisation du système de retraite », « exercice libéral de la médecine » mais catégorie professionnelle privilégiée puisque vivant dans le confort des honoraires payés par la Sécurité sociale. Que font-ils contre cet état de fait?

  • l’éxécutif est en train de scléroser le pays parce qu’il veut avoir la main mise sur tout , ce qui est dramatique pour l’avenir ; à croire qu’ils veulent pousser les gens à la révolte ;

  • Dommage que les médecins ne se réveillent que maintenant…
    L’étatisation de la médecine est synonyme depuis longtemps de baisse de qualité des soins.

  • D’après La Tribune le revenu moyen des généralistes 2018 est de
    87 775€, pour des horaires pas si énormes (en tout cas par rapport à leurs ainés) pas de visites à domicile,tous les we ,pas de gardes de nuit,au moins 1 jour sinon 1,5 j /semaine off ,les vacances quasiment calées sur les vacances scolaires dans mon secteur tout du moins ….l’URSSAF payé à 95% par la Sécu…pas si mal pour des « libéraux » payés par l’Etat.

    • L’intérêt des moyennes, c’est qu’on peut leur faire dire tout et son contraire . 7000E/mois, 12ans d’études, un internat aux conditions de merde, pour gagner à peine plus qu’un bon artisan . URSSAF c’est votre pognon dont une grosse partie ne serait pas volé si le monopole de la sécu avait sauté . L’état joue les gros bras avec le déconventionnement, les médecins pourraient le prendre au mot .

  • beaucoup de médecins me semblent d’ardents défenseurs de la sécu..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Comme souvent, une poignée de mécontents se permet de bloquer tout un secteur. Le 9 juin, les personnels au sol de Paris Aéroport étaient en grève pour protester contre leurs conditions de salaire.

 

Le droit de grève dans la Constitution

Depuis le 27 octobre 1946, le droit de grève est pleinement reconnu à l'alinéa 7 du préambule de la Constitution :

Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

Il est tout de même interdit à certaines professions : surveillants de prison, CRS, magis... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Et c'est avec de fort jolis mouvements de jarrets vifs et musclés que l'inflation continue de grimper fermement notamment dans la zone euro, pendant que l'INSEE continue d'afficher des chiffres de plus en plus insolents et décalés avec la réalité vécue par les Français.

Les 5 % crânement affichés jusqu'à présent vont rapidement se muer en 8 % et en zone euro on peut même tabler sur un joli petit 12 % d'ici à la fin de l'année alors que l'inflation des coûts à la production continue de grimper de façon jugée "dramatique" par tous les sp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles