Le G7 et la rhétorique de l’urgence

La rhétorique politique de ces dernières 48 heures a fait monter la tension avant le sommet du G7 de ce week-end.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron et Donald Trump, 14 juillet 2017 by Chairman of the Joint Chiefs of Staff(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le G7 et la rhétorique de l’urgence

Publié le 24 août 2019
- A +

Par Ludovic Delory.

Il faut agir ! L’heure est grave ! En s’imposant comme l’hôte affirmé du G7 de Biarritz, Emmanuel Macron sort de sa réserve estivale pour offrir un prélude alarmant sur l’état du monde.

Déjà hier, sur les incendies en cours en Amazonie, le Président de la République a réitéré les propos de Jacques Chirac à Johannesburg en 2002 :

La photo illustrant ce tweet a beau être périmée, elle n’arrête pas la marche inlassable du chef de l’État vers la conciliation universelle. Les feux en Amazonie constituent une « situation d’urgence » et il faudra, bien évidemment, en parler au G7. Ils sont médiatiquement plus porteurs que ceux qui ravagent, à une échelle bien plus vaste, l’Afrique centrale. En matière de diplomatie, il y a les bons et les mauvais incendies.

Macron contre les populistes

Visiblement requinqué par ses vacances studieuses à Brégançon, Emmanuel Macron n’a pas épargné ses homologues populistes. Une pique à Bolsonaro — « il a menti » —, un low kick à Donald Trump — pour réclamer « une clarification de la stratégie » vis-à-vis de l’Iran — et une visite à Paris, justement, du chef de la diplomatie iranienne, hier, pour discuter de l’accord sur le nucléaire. Entretien dont l’Élysée n’a rien laissé filtrer.

Dans un souci d’ouverture, Emmanuel Macron a aussi invité autour de la table ce qu’on appelle, dans un raccourci surprenant, la « société civile » — qui regroupe essentiellement les lobbies invités à se nourrir de la soupe étatique. Mais — nouvelle étape dans la montée d’adrénaline —, certains d’entre eux ont refusé de s’associer à la campagne de communication organisée autour de ce G7.

Car il ne s’agit en sorte que d’une réunion de travail, articulée autour d’une communication calibrée dont le message central consiste à dire : « Nous les rois du monde, allons nous pencher sur vos problèmes ».

Sauf qu’au-delà du fatras des préoccupations nationales, les chefs d’État du G7 ne représentent plus vraiment ce monde en pleine disruption.

Toujours plus loin dans la dramatisation

Ce sommet du G7 servira surtout de prétexte pour pousser davantage le coin législatif dans la vie des citoyens. Sur l’égalité homme-femme, « il y a certains sujets sur lesquels la France est en dessous de certains standards, des sujets sur lesquels on doit s’améliorer« , annonce Emmanuel Macron. Comprenez : de nouvelles lois en perspective. Jamais avare de dramatisation, Donald Trump a enfoncé le clou en envoyant sur Twitter des propos qui ont inquiété les marchés boursiers. Ce G7 s’annonce donc « tendu », et l’AFP ne manque pas de rappeler que 13 000 gendarmes et policiers sont mobilisés dans toute la région autour de Biarritz, transformée en « camp retranché ».

La rhétorique dramatique est en place.

Mais qu’ont à faire des circonvolutions d’Emmanuel Macron les principaux invités de ce G7 ? Donald Trump est en plein bras de fer commercial avec la Chine, Boris Johnson prépare son Hard Brexit, Angela Merkel est en fin de règne, et gageons que les préoccupations du chef de l’État italien se tournent — d’abord — vers la situation intérieure de son pays.

Ce sommet du G7 offre, en outre, un boulevard aux militants alter-anti-mondialistes désireux de s’affranchir de la montée des populismes, de dénoncer le « capitalisme destructeur » ou de fustiger le bling-bling (palace et chefs étoilés) de ce rendez-vous. Les barricades et le déploiement de forces de l’ordre, de Bayonne à Biarritz, aux confins de la saison estivale, donnent autant de grain à moudre aux détracteurs de ces réunions de happy fews. Cerise sur le gâteau, la guerre contre le Mercosur servira d’étendard aux protestataires opposés à tout ce qui ressemble au libre-échange.

Les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce sommet du G7 un rendez-vous qui ne manquera pas de faire monter la tension sociale à la rentrée. Les Gilets jaunes, en embuscade, fourbissent leurs armes. Quant à Emmanuel Macron, il devra bien admettre, par-delà les sourires et les accolades de façade, son impuissance diplomatique sur la scène politique internationale.

Voir les commentaires (47)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (47)
  • c’est l’écologie qui va tuer macron… les français ne suivront pas
    qu’il arrive un trump a la française et vous verrez

    • Un homme d’affaire qui aurait prouvé sa valeur dans le monde du business avant de proposer ses services pour le pays? Qui aurait le souhait de faire passer les intérêts de son peuple avant le diktat des bonnes consciences tiers-mondistes de gauche? Qui ne plierait pas devant les outrages de l’OMC pour penser d’abord à son industrie et au peuple dont il est issu?…
      Aucune chance qu’un tel homme ou une telle femme ne puisse sortir du lot en France… Le système de l’oligarchie des Énarques rend une telle chose définitivement impossible…

  • Mais si, le G7 permettra à Macron de mettre en avant son pouvoir de dire non, celui qui lui vaut une popularité — ou une non-impopularité — inégalée auprès du tiers des Français. Et accessoirement de flatter le protectionnisme populaire, celui qui nous coule économiquement et le flotter comme un bienheureux dans ces sondages, en ayant l’air de protéger les dits Français. La taxation des GAFA deviendra ainsi une protection contre ces méchants USA qui nous envahissent avec leurs pratiques de business is business au mépris de l’accord de Paris. La condamnation médiatique de Trump pour avoir fait retirer la clause de mépris de toute considération bassement économique de la gestion des espaces naturels protégés est à cet égard sans ambiguïté.
    Et bien sûr, le point d’orgue dont on peut imaginer qu’il fera l’essentiel de l’Appel du 24 août : le refus inconditionnel du libre-échangisme compromettant avec le Mercosur pour hérésie climatologique du Brésil et mollesse dans sa lutte contre les bûchers antipodaux d’Amazone. Que la ficelle du pantin soit du diamètre dont on fait les amarres de porte-containers n’a l’air de susciter aucune remarque ni dans les médias (normal, ils sont aux ordres) ni dans la population, et c’est bien ce qui me choque le plus : aux temps de l’URSS et du bloc soviétique, l’homme de la rue de l’autre côté du rideau de fer faisait preuve d’un certain humour désabusé qui marquait sa compréhension de la situation comparée est-ouest. Aujourd’hui, ici, rien !

    • « qui nous fait couler économiquement et le fait flotter… »

    • Pour l’humour de l’époque, je plussoie, j’ai entendu plus d’une histoire, toujours très affûtée…

      Exemple:
      ——————
      En 82, une violente collision en deux  » Trabi  » a fait deux morts et 53 blessés.

      Les deux morts sont les conducteurs, les blessés se sont battus pour les pièces de rechange…
      ———————

      Honecker et Mielke, ministre de la sécurité de RDA discutent;
      Mielke demande:  » Dis moi, Erich, c’est quoi ton hobby ? »

      Honecker:  » Je collectionne les blagues que les gens racontent sur moi ! »

      Mielke répond:  » Le mien est tout a fait semblable, je collectionne les gens qui racontent les blagues…. »
      ——————–

      Une dernière; peut on faire une boussole avec une banane ?
      C’est simple: on pose une banane sur ‘ le mur ‘, et le lendemain, le coté qui a été mordu montre l’Est…

  • le G7 , un foutage de gueule , , de la com , de l’argent dépensé pour rien , une perte de temps , bref , on peut s’en passer vu que ça ne mène à rien ;

  • L’Amazonie produit 20 % de notre oxygène… en un gazouillis il nous aura démontré le formidable analphabétisme scientifique qui règne dans les plus hautes sphères de la République.

  • En cas de crise intérieure, la technique politique est toujours la même, il faut désigner des ennemis extérieurs (Urgence climatique, Bolsonaro, Trump, GAFA …) ou intérieur (terroristes, extrême droite, …), à combattre pour donner une impression d’unité et imposer des mesures inacceptables en d’autres circonstances.

    • D’ailleurs vous aurez remarqué que les BLAKBLOCS seront là, puisqu’ils seront environ 1.500. On les connait bien, c’est ce qui permet de les compter ou les évaluer. Au fait pourquoi on ne fait rien, pendant la période Gilets jaunes (8 mois) il y avait 29.000 CRS en face, n’auraient-ils pas pu les exfiltrer et nous en débarrasser? Au fait cela fait 32 samedi à raison de 47 exfiltrations par samedi, l’effort moyen CRS aurait été de 1 blackbloc pour 617 CRS

      • Parce que les Black Blocs sont indispensables au système…

      • Parce que vous ne connaissez rien de l’organisation (ou plutôt la non-organisation) des Blackblocs. Ce sont des mini-cellules extrêmement mobiles, aux objectifs changeants, pas de structure verticale centralisée. Vous pouvez les ficher et les arrêter préventivement bien sûr.
        Tout autre chose, faudrait faire ces sommets à l’écart des villes.. genre ils louent un village de vacances sur la côte (en dehors des périodes de vacances) et ils n’ennuient pas le quotidien des gens…

        • On pourrait aussi imaginer que les gens n’ennuient pas le quotidien des dirigeants… Ca serait plus facile si ces dirigeants se comportaient de manière plus consensuelle, mais sur le principe, on ne voit vraiment pas en quoi il est utile de les emm…, et surtout comment ça pourrait faire apparaître de meilleurs dirigeants ou disparaître les mauvais !

        • Le problème n’est pas de les arrêter, ça, c’est fait, mais de les relâcher dans la nature. Objectifs changeants ? Cibles changeantes plutôt, mais l’objectif (politique) semble constant.

  • On aimerait que les membres du G7 qui représentent plus ou moins l’occident, rappellent les valeurs de cette civilisation et s’engagent à les défendre: la primauté de l’individu libre et responsable, le respect de la vie, de la liberté et du droit, la sécurité. On aimerait être rassurés, car qui à part Trump (discours de Varsovie de juittet 2017), défend notre civilisation?

  • Dans ce contexte Trump viendra-t-il et restera-t-il jusqu’au bout du G7 ?

    • Bonne question ! Il n’aime pas vraiment perdre son temps. Il ne tiendra pas jusqu’au bout car c’est un homme d’action.

  • Les priorités pour ce G7 telles qu’annoncées par E. Macron (l’égalité hommes-femmes, la lutte contre les inégalités ou encore la protection du climat) alors que Poutine promet une « réponse symétrique » au récent tir de missiles américains de portée intermédiaire (le premier depuis la guerre froide) montre l’étendue du désastre de la politique française.
    A moins que le « locataire de l’Elysée » se serve, comme souvent, des rencontres internationales pour faire de la politique intérieure.

    • Mais il offre sur un plateau à chacun de ses interlocuteurs un adversaire de rêve pour leur propre politique intérieure…

    • En France on préfère stigmatiser et taxer plutôt que d’investir sur le futur. Ainsi il en sera de la voiture autonome pendant que nous taxons les GAFA qui répercuteront cet taxe sur leurs coûts de revient payé par le consommateur-contribuable-écolo surtout français. J’adore les énarques

    • @La petite bête
      Bonsoir,
      « Les priorités pour ce G7 telles qu’annoncées par E. Macron »…
      … sont celle d’un président dont le pays va se voir fermée la porte du G7 avec les politiques économiques du pays (la décroissance, misère pour tous, et autres fadaises réchauffées.) et qui risque même de ne plus être invité au G20.

  • la photo sur le twet de Macron date d’avant 2003 car celui qui l’a prise est mort en 2003 . fake news monsieur le president quand on fait une annonce a votre niveau on s’assure de sa crédibilité et de l’authenticité récente de son annonce , il est evident que rouler les francais dans la farine , le n’importe quoi et votre arrogance , le tout lié a vos incompétences et le tour est joué!

    • Tout est faux dans le tweet de Narcisse, pas seulement la photo.
      – ce n’est pas notre maison, mais celle des Brésiliens.
      – l’Amazonie n’est pas le poumon de la planète et ne produit pas 20% de l’oxygène car une forêt primaire, dite « à l’équilibre », ne produit pas d’excédent de dioxygène (si c’était le cas, les quantités atmosphériques mesurées augmenteraient continuellement)
      – ce n’est pas une crise internationale, seulement une crise dans la petite tête de Narcisse
      – il serait étonnant que le G7 perde son temps avec un non-sujet relevant de l’hystérie climatique (mais on ne sait jamais, Narcisse est tellement imprévisible).

      • Hum, question bombardement à la moraline, il est très prévisible…

      • ben voui la question est de savoir combien il CONSOMME d’oxygène..en outre c’est une source de pollution majeure aux particules fines..

      • Bah oui l O2 produit par la forêt amazonienne est réutilisé par la vie de la forêt amazonienne. l’O2 amazonien ne vient pas se balader au dessus de l’Elysée poussée par les vents. Le plus drôle c’est qu’elle est fertilisée par les « crustacés » fossilisés de l’ancien océan qui se trouvait en lieu et place du Sahara ( ah la désertification c’est mal , lol ) qui eux sont bien poussés par les vents, et qui fertilise la forêt amazonienne.
        La plus grande partie de notre oxygène provient des océans et des arbres bien de chez nous. Quelle bande de naze ces politiques, ils ne connaissent vraiment rien à rien.

        • @Aerosol
          Bonjour,
          Macron et toute la faune ecolo s’émeuvent devant les feux de forêts, mais passent le reste de l’année à vouloir priver ces forêts et les autres de leur substance vitale : AKA CO2.

  • « La rhétorique de l’urgence » ne s’applique pas seulement au G7; elle a été érigée en technique de gouvernance pour revendiquer la pérennisation de la macronie…
    L’un de nos précédents hommes « providentiels », qui s’était singularisé par son hyperactivité, n’avait il pas affirmé: Emmanuel MACRON c’est moi en mieux!
    Ainsi va la France…

  • Beaucoup d’interlocuteur sur cet excellent site (je veux dire Contrepoint) se présentent masqués, c’est fort dommage. Cela dit sous mon nom et mon identité je veux dire que ce G7 ne sera une réussite que s’il démontre la vacuité de celui qui dirige la France. Aussi espère-je que les hommes forts que sont Trump et Johnson nous le démontreront, au risque de faire capoter pour toujours ce type de rencontre.

  • Au fond, Macron est en mode panique. Il n’a qu’une peur, mais elle est immense, se faire doubler sur sa gauche par les escrologistes. Exit Macron au second tour de la présidentielle pour une opposition originale, RN vs escrolos.

    Cette peur viscérale, primale, explique l’hystérie climatique qui s’est emparée du discours de Narcisse et de ses complices du gouvernement. Mais c’est un jeu risqué, car plus il va radicaliser son discours pour ne pas se faire déborder, plus il va chercher des boucs émissaires (Bolsonaro est un bon candidat pour tenir le rôle), plus il légitimera les escrocs du climat. Or, les électeurs préfèrent toujours l’original à la copie. Dès lors, bye bye Narcisse !

    Rarement la politique étrangère de la France n’aura été autant prise en otage par les petites angoisses de politique politicienne d’un président aussi infantile et imprévisible.

    La-men-ta-ble.

  • « la « société civile » — qui regroupe essentiellement les lobbies invités à se nourrir de la soupe étatique. » J’aime bien votre formulation.
    Ce qui me gêne c’est que je croyais faire partie de la SOCIÉTÉ CIVILE, mais comme on ne m’a jamais demandé mon avis, sauf lors d’une réunion du GRAND DÉBAT (qui n’en était pas un puisque parfaitement maîtrisé par les organisateurs qui devaient faire du chiffre;… doléances pardon) où une femme m’a dit de ‘fermer ma gueule » (eh oui, alors que je parlais avec l’autorisation et le micro que l’on m’avait apporté.. des énarques…).
    Ce qui me gêne ce sont les subventions qui régalent tout ce petit monde de « lobbies invités à se nourrir de la soupe étatique », c’est à dire mes impôts alors qu’ils n’ont pas de transparence pour la plupart sur leurs ressources

    • Une femme ( ou un homme ) vous demande de fermer votre gueule alors que vous avez l’autorisation de l’animateur de la réunion. pour prendre la parole et vous obtempérez?
      Mon Dieu…croyez moi ou pas, mais mais si on me demande de fermer ma gueule, je l’ouvre deux fois plus et peut même distribuer quelques baffes si on m empêche de parler.
      A force de se laisser humilier ( ferme ta gueule ) sans broncher on fini par aimer ça et à fantasmer sur les « hommes forts ».

    • @goufio2
      Bonsoir,
      Lors de la convention des sociaux démocrates américains, pour avoir la parole, il fallait demander un « privilège personnel » (« point of personal privilege »). Ah oui ! On n’applaudit pas. Ca peut agresser certains spectateurs.
      « https://www.youtube.com/watch?v=UPLQNUVmq3o »
      « https://www.youtube.com/watch?v=z6SQD8wpWfM » (avec des commentaires du youtuber)

  • IUne Grande Messe dans une immense cathédrale mais qui ne sert à rien

  • Nous avons quand même déjà vu apparaître une nouvelle expression, que je trouve personnellement extraordinaire :
    « Je vous promets en votre nom… »

    • ça me rappel le film shrek et le discourt de lord Farquaad :
      « certain d’entre vous vont peut être mourir, mais c’est une sacrifice que je suis prêt à faire… »

    • « Au nom du peuple » c’est ça qu’il veut dire le Prez, puisque je ne crois pas qu’il s’adressait personnellement à moi en me vouvoyant.

      Maintenant au nom de quel peuple ou de quelle partie du peuple il fait ses promesses qui ne l’engagent pas, mais engagent ceux qu il désigne, je l’ignore.
      Dorénavant vais promettre des trucs au nom de ma femme, je vais faire fureur, auprès de ma femme.
      Y a pas que Macron qui est ainsi. Ils le sont tous.

  • Pour l’instant on ne peut doublement pas compter sur nos élus, de quelque bord qu’ils soient. Ce n’est pas qu’ils manquent d’idée, mais ils sont menés par les grands financiers qui provoquent les vraies crises économiques avec leurs spéculations démesurées et les faux prix qui résultent sur les matières dont on se sert pour vivre. Tout est faussé en cachette, et les populations et la plupart des élus subissent les conséquences des agissements stupides de la très haute finance.
    Bref même avec de bonnes intentions, nos élus ne peuvent ni diriger ni stabiliser l’économie.
    Mieux vaudrait modifier le système de création monétaire et interdire les paris de plusieurs centaines de milliards mis en jeu avec les produits dérivés.
    Pour arriver à cela on pourrait avoir confiance en monsieur Trump, et peut-être moins en Monsieur Macron qui a reçu une formation bancaire.
    Changer cette base monétaire n’est en fait pas très difficile ; à tel point qu’on n’oserait pas y croire.
    Et pourtant c’est la solution, sinon on aura des bouleversements.

    Jean-Francisque Léo, auteur

  • Pendant un instant, hier, une télé a montré la carte mondiale des incendies de forêt. L’Amazone est effectivement bien parsemée de points rouges. L’Afrique, aux mêmes latitudes, est d’un beau rouge uni…

    • @mucius
      Bonjour,
      L’article dit aussi que la canopée, entre 1982 et 2016, a augmenté de 865 000 miles²
      « a 2018 study in Nature reported that the global tree canopy cover had increased by 865,000 square miles from 1982 to 2016. »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Laurent Sailly.

Hasard du calendrier, la France prendra la présidence tournante de l’Union européenne à partir du 1er janvier 2022, pour une durée de six mois. Un « timing parfait », estiment les partisans du chef de l’État, alors que le scrutin élyséen est prévu en avril de la même année. Une sorte de botte secrète, qui pourrait lui conférer un avantage face à ses potentiels concurrents. C’est en tout cas l’avis du secrétaire d’État chargé des affaires européennes, Clément Beaune.

À l'Élysée, on sait déjà que le discours qu... Poursuivre la lecture

Par Jules Devie. Un article de l'Iref-Europe

Le G7, qui a réuni le 4 juin l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et le Japon, a été le premier depuis 2019 et donc depuis l’élection de Joe Biden. Les chefs d’État ont voulu afficher leur unité, parfois même en exagérant quelque peu.

Tout au long du sommet basé cette année à Cornwall, au Royaume-Uni, ils ont beaucoup communiqué à ce propos. Devant les caméras, Emmanuel Macron et Joe Biden ont paru très proches.

La question de l’Irlande d... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle. Un article de Mises.org

Historiquement, les réunions des plus grandes économies du monde ont été décisives pour parvenir à des accords fondamentaux favorisant la prospérité et la croissance. Ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Les accords de la réunion du G7 ont été bâclés en ce qui concerne les décisions économiques, à l'exception de la plus néfaste d'entre elles. Un impôt mondial minimum sur les sociétés. Pourquoi n’avoir pas signé un accord sur un maximum de dépenses publiques mondiales ?

Il est dangereux ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles