Grèce : le retour de la droite signale le retour grec dans le grand jeu européen

Du fait des bonnes relations du nouveau Premier ministre grec avec les dirigeants allemands et français, il est fort probable que la Grèce cherche à se poser comme un médiateur et un partenaire politique majeur pour Berlin et Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grèce : le retour de la droite signale le retour grec dans le grand jeu européen

Publié le 14 août 2019
- A +

Par Alexandre Massaux.

Avec 33 % des votes aux élections européennes et 40 % des votes aux législatives grecques, le parti de centre-droit libéral a réussi, en quelques mois, à accomplir un retour fulgurant sur la scène politique grecque. Pays mis à l’écart de la géopolitique européenne depuis la crise économique, la Grèce a l’opportunité de redevenir un acteur respecté dans les affaires européennes.

Un soutien économique international

Avec une dette de 180% du PIB, la Grèce est le pays le plus endetté au monde après le Japon. Néanmoins, la victoire de la droite a rassuré les investisseurs, amenant des taux d’emprunt bas. Il est fort probable que le passé professionnel dans le monde des affaires de Kyriákos Mitsotákis ait joué un rôle dans la confiance accrue des marchés dans la Grèce.

Là encore, le fait que Nouvelle Démocratie soit un parti classique membre d’un parti européen majeur joue en sa faveur. Il faut rappeler que Syriza, le parti de Tsipras au pouvoir jusqu’en juillet 2019, était membre du parti européen GUE/NGL composé des différents partis communistes européens et de la France insoumise. Dès lors, l’image de la Grèce auprès des institutions européennes n’est plus la même. En outre, la Grèce faisant partie de l’Eurozone, elle est normalement soumise à une certaine discipline budgétaire (même si, ironiquement, les pays en dehors de l’Eurozone sont souvent plus rigoureux dans ce domaine) afin d’assurer la stabilité de la zone euro. Le retour au pouvoir d’un parti plus classique rassure sur sa capacité de faire des réformes.

Un atout pour le Parti Populaire Européen dans la partie orientale de l’UE

La victoire de Nouvelle Démocratie aux Européennes lui donne 8 sièges au parlement européen au sein du PPE qui rassemble les partis de « droite classique » pro-Europe. Ce qui la place à la 6ème place  dans le PPE après la CDU/CSU allemande, la plateforme civique polonaise, le parti libéral national roumain et ses alliés, le Fidesz hongrois et le parti conservateur espagnol. De plus, pour la première fois depuis son adhésion à l’Union européenne, la droite grecque possède plus de sièges que la droite française (7 pour les LR) et italienne classique (7 pour Forza Italia et ses alliés). Un comble quand on sait que le nombre de sièges est lié à la population des pays et que la France et l’Italie sont environ six fois plus peuplées que la Grèce estimée à 11 millions d’habitants.

Les partis dominants du PPE étant situés, à l’exception des conservateurs espagnols, dans les pays d’Europe centrale et orientale, une telle dynamique est favorable à Nouvelle Démocratie et à la Grèce : il est fort probable que le PPE concentre son activité dans une région de l’Europe où elle possède le gros de ses députés. De plus, il ne faut  pas oublier que le PPE, bien qu’affaibli, reste le premier parti européen. Ces deux tendances offrent l’occasion au nouveau gouvernement grec de faire entendre sa voix sur la scène européenne et la bonne relation entre le nouveau Premier ministre grec Kyriákos Mitsotákis et la nouvelle présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen, issue du PPE comme Christine Lagarde, donne des relais non négligeables au nouveau gouvernement grec.

Un rôle en mer Méditerranée accru avec la France

Les Allemands ne sont pas seuls à pouvoir profiter du retour de la droite en Grèce : la France aussi. En effet, Emmanuel Macron souhaite mener une politique européenne en mer Méditerranée. Un souhait partagé par Mitsotákis qui entretient des liens cordiaux avec le président français. La France comme la Grèce étant deux pays ayant une importance stratégique pour la Méditerranée, un tel rapprochement n’est guère surprenant.

La Grèce occupe géopolitiquement une position clé pour l’Europe et l’UE : passage vers l’Orient turc, elle a été un des lieux de transit le plus important en matière de migrants (et donc la plus touchée par cette crise). De plus, le fait d’être frontalière avec une Turquie de plus en plus autoritaire sur la scène interne et internationale n’est pas sans conséquence. Les relations entre Athènes et Ankara sont tendues depuis des décennies et le gouvernement grec a besoin du soutien occidental pour faire face à la Turquie. Dès lors, l’implication en mer Méditerranée des autres puissances majeures (surtout d’un point de vue militaire) de l’UE est utile pour la Grèce.

Avec les membres de l’UE plutôt qu’avec la Russie

L’ancien Premier ministre Alexis Tsipras avait cherché des alliés extra-européens pour pouvoir peser sur les scènes européenne et internationale. Ainsi, un rapprochement avec le président Poutine avait pu être constaté afin de faire contrepoids aux puissances occidentales comme l’Allemagne et la France et surtout afin d’avoir un autre partenaire commercial. Cette position se rapproche de celle du gouvernement hongrois. En tant que frontière entre l’Occident et l’Orient, la Grèce est en effet tentée de diversifier ses relations.

Cependant, le retour de la droite est synonyme d’un tournant vers l’ouest avec une politique davantage pro-Union européenne. Du fait des bonnes relations du nouveau Premier ministre grec avec les dirigeants allemands et français, il est fort probable que la Grèce cherche à se poser comme un médiateur et un partenaire politique substantiel pour Berlin et Paris. Certes, la Grèce pèse peu économiquement face aux autres pays majeurs de l’Europe mais dans un continent où les extrêmes montent, Nouvelle Démocratie peut mettre en avant sa modération et sa capacité à discuter avec les partenaires européens.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Droite ou Gauche n’y change rien car la Grèce restera toujours un pays « fabriqué » par la Traité de Londres en 1820, avec l’accord de la France, de la Grande Bretagne et de la Russie pour éviter l’expansion de l’empire Ottoman. Et depuis, on raque et on en récolte que des emmerdes.

  • Décidément, cet auteur ne connaît rien à la Grèce et encore moins au fonctionnement de l’UE ! Le lendemain de son élection, Mitsotakis, qui avait promis des baisses d’impôts pour favoriser les investissements, a été rappelé à l’ordre par le président de l’eurogroupe : d’abord respecter les engagements pris par Tsipras dans le cadre du 3è mémorandum. Point barre.

  • Il lui restera plus qu’a envoyer la Commission se faire voir chez les Grecs, il trouvera de l’aide vers les euro-sceptiques, et en plus, cerise sur le gâteau, les libéraux en peau de lapin type Micron auront l’occasion de faire la gu.ule . ?

  • Beaucoup d optimisme dans cet article. Je suppose qu il est causé par un certain biais ideologique.

    Nouvelle democratie est un partie qui a contribue autant que le Pasok a mettre la grece dans l orniere. Et helas rien n indique qu ils aient changé et abandonné le clientelisme. Leur chef actuel ayant ete ministre avamt, on peut meme etre sur qu on va avoir la meme politique qu avant la crise: d avoir des subvention aux amis, des emplois fictifs, des baisses d impots non compensees par des baisses de depenses … bref que du classique

    PS: tradition grecque respectee: Mitsotakis est le fils d un premier ministre grec de 1990-93. Au moins en France on se coltine pas Sarkozy junior ou le petit fils de Mitterrand comme president

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Sous l’influence de l’Otan, c’est-à-dire des États-Unis, les pays occidentaux ont riposté à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avec des sanctions économiques devenues de plus en plus sévères.

Ils comptaient ainsi arrêter Vladimir Poutine dans ses entreprises belliqueuses. Mais pour l’instant, le dictateur russe ne met pas fin à son entreprise d’annexion de ce territoire qu’il considère comme ayant toujours fait partie de la Grande Russie, et la guerre se poursuit, les Ukrainiens manifestant une capacité de tenir tête à l’armée russ... Poursuivre la lecture

Le 9 août 2022, pour le compte de l’Iran, La Russie a lancé un satellite d’observation dont l’objet déclaré est, selon les Iraniens, de surveiller les frontières du pays, améliorer la productivité agricole, suivre l’évolution de la déforestation, contrôler l’évolution des ressources en eau et observer les éventuelles catastrophes naturelles qui pourraient frapper le pays.

 

Un satellite iranien de fabrication russe

Ce satellite, baptisé Khayyam (d’après le célèbre poète du XIe siècle, Omar Khayyam, qui était aussi mathémati... Poursuivre la lecture

anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles