La réglementation menace l’accès aux médicaments en Afrique du Sud

L’un des problèmes affectant le secteur pharmaceutique de l’Afrique du Sud est la lenteur de la réglementation pharmaceutique à approuver les médicaments.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Médicaments (Crédits Alex Dodd, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réglementation menace l’accès aux médicaments en Afrique du Sud

Publié le 22 juillet 2019
- A +

Par Jasson Urbach.
Un article de Libre Afrique

Cette dernière décennie, l’un des problèmes les plus frustrants affectant le secteur pharmaceutique de l’Afrique du Sud est la lenteur de l’instance de réglementation pharmaceutique à approuver les médicaments.

Il lui faut parfois six ans alors même que les médicaments ont déjà été approuvés dans d’autres pays avancés. Ainsi, environ 16 000 médicaments sont en attente d’approbation de commercialisation. Non seulement ces retards impactent les coûts pour les fabricants de médicaments, mais ils surtout ils empêchent les patients d’avoir accès aux médicaments en temps voulu.

La lenteur de l’administration, entrave de la réglementation

On pourrait penser qu’un organisme local de réglementation est nécessaire pour garantir la sécurité des produits ; cependant, l’inertie bureaucratique empêche des milliers de patients sud-africains d’avoir accès à des médicaments déjà approuvés ailleurs et susceptibles de guérir ou d’atténuer leurs symptômes.

Pour les patients atteints du cancer et du VIH, ces retards pourraient être fatals. Environ la moitié des dossiers en attente d’approbation sont destinés à de nouveaux médicaments utilisés déjà à l’étranger. La moitié de ces produits figurent sur la liste d’attente des autorisations de mise sur le marché depuis plus de cinq ans. Un fabricant de médicaments a déclaré avoir attendu sept ans avant d’obtenir une approbation réglementaire sur certains produits, et en ce moment plus de 250 dossiers de médicaments sont en attente d’approbation.

Si un médicament n’est pas enregistré auprès de l’organisme de régulation des médicaments en Afrique du Sud (Autorité de réglementation des produits de santé d’Afrique du Sud), le patient peut parfois y avoir accès au moyen d’un permis délivré en vertu de l’article 21, qui lui permet de l’importer de l’étranger. Ce processus est coûteux car les assurances ne remboursent pas un patient pour un médicament non enregistré. Bien que cela puisse soulager ou sauver les patients ayant les moyens de payer le prix fort, cela ne résout la racine du problème.

Pourquoi tant de retard ?

[related-post id=347490 mode=ModeSquare]

Le manque de ressources humaines est l’un des facteurs contribuant à ces retards. Un autre facteur pourrait être la politique du gouvernement en faveur des génériques. La législation des médicaments a été créée ironiquement il y a quelques années dans le but d’accroître l’accès aux médicaments. Elle exigeait l’importation de médicaments moins chers de l’étranger et le remplacement obligatoire des médicaments innovants par des génériques. La réforme a naturellement conduit à une croissance exponentielle des demandes d’enregistrement des fabricants de génériques. Cette politique doit être abandonnée de toute urgence.

Fait encourageant, la présidente du conseil d’administration de l’organisme de réglementation des médicaments, Helen Rees, a suggéré que l’autorité de réglementation se réfère aux examens antérieurs d’autres organismes de réglementation lors de l’enregistrement des médicaments.

Cela a beaucoup de sens car la plupart des médicaments sont d’abord examinés par la Food and Drug Authority (FDA) des États-Unis ou son équivalent dans l’UE, l’Agence Européenne des Médicaments (EMA), avant d’être mis sur le marché.

Un moyen simple et peu coûteux

Bien que la référence à l’avis d’autres organismes de réglementation soit un premier pas important vers la mise en place d’un système de réglementation des médicaments modernisé et efficace, les choses pourraient être bien meilleures.

Par exemple, Singapour a sélectionné des régulateurs de médicaments de six pays (États-Unis, Canada, Suisse, Japon, Australie et Nouvelle-Zélande) et l’EMA, et si un nouveau médicament en question est approuvé par au moins deux de ces régulateurs, il est automatiquement autorisé. Ainsi, l’approbation d’un médicament est obtenue dans les 90 jours suivant le dépôt de la demande d’enregistrement.

Singapour est ainsi devenu l’une des principales destinations du tourisme médical. S’il n’avait pas adopté cette approche, il est peu probable que son industrie du tourisme médical se soit développée parce que les patients n’auraient pas accepté de ne pas bénéficier de produits efficaces mais indisponibles dans le pays concerné.

Rajoutons que les fabricants sont dissuadés d’investir et d’installer des usines dans un pays où ils sont confrontés à un processus d’approbation du marché imprévisible, inefficace ou lent. Ils ne veulent pas que leur investissement soit mis en veille du fait de la lenteur de l’autorité de réglementation pharmaceutique locale.

Pour un pays à revenu intermédiaire comme l’Afrique du Sud, qui doit faire face à de multiples problèmes de santé et un manque criant de ressources, le choix politique pratique pour accroître l’accès aux médicaments et sauver des vies, ainsi que pour économiser des ressources rares, consiste à approuver automatiquement les médicaments, génériques et originels, qui ont déjà été approuvés par les autorités de réglementation pharmaceutique des pays avancés.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Tous les dirigeants de l’ANC qui dirigent l’Afrique du Sud depuis 1994 ont été biberonnés au marxisme. Les législations ruineuses et absurdes se succèdent donc les unes après les autres. Ce n’est que la suite d’une longue liste.
    Au marxisme s’ajoute un certain nombre de lois discriminatoires frappant la population blanche qui a massivement fuit l’Afrique du Sud depuis 25 ans.
    Ne sont restés que les blancs très pauvres n’ayant pas eu le moyen de fuir, qui vivent dans des bidonvilles, privés de leur travail par la « préférence raciale » et les très riches qui vivent dans des quartiers hautement sécurisés. Ironie, l’Afrique du Sud fait désormais venir des blancs et des asiatiques qualifiés sur ses chantiers, pour travailler par contrat de 2 ou 3 ans. Ils vivent sous haute protection en raison du racisme et de la délinquance inouïe, empochent de hauts salaires et se barrent en courant une fois le contrat rempli.
    Le pays est sur la voie du Zimbabwe dont peu de gens imaginent à quel point il fut le grenier à blé de l’Afrique. Tout le monde y allait à l’école et tout le monde était soigné.
    Les fermiers d’Afrique du Sud sont en voie de spoliation de leurs terres sans compensation et ce pays, autrefois, grand exportateur de produits alimentaires, est devenu importateur.
    Dans 10-15 ans, voir moins, si le même cap est gardé, ce sera un autre Zimbabwe.
    Comme quoi les idéologies économiques marxistes sont largement au coeur de la misère partout dans le monde.
    Et le racisme anti blanc n’aide pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bill Wirtz.

La situation à l'usine 3M de Zwijndrecht en Belgique a ramené les produits chimiques PFAS dans l'actualité. Alors que les législateurs du monde entier s'intéressent de plus en plus à ces substances, nous devons nous rappeler que nous ne pouvons pas peindre une gamme de 5000 produits chimiques avec un seul pinceau.

Ce qui s'est passé exactement à l'usine 3M de Zwijndrecht n'a pas encore été établi. L'entreprise fait actuellement appel de la décision du gouvernement d'arrêter la production à la suite de la découver... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.

Première partie de l'article ici.

Cette réforme offrirait en effet aux Français plusieurs milliards d'euros d'économies sur leurs cotisations (les montants exacts seront dévoilés le 18 novembre), grâce à la suppression des frais de gestion des assureurs et des mutuelles. Elle assurerait aussi une couverture de bonne qualité à l'ensemble de la population, tout en réduisant les renoncements financiers aux soins. L'Express du 9 novembre 2021

Le projet Grande sécu n’aborde le problème de la santé que... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé. Un article de la revue Conflits.

La crise sanitaire du covid a démontré la nécessité pour un pays de disposer d’entreprises pharmaceutiques puissantes, capables de fabriquer médicaments et vaccins. Or le système français de fixation des prix pénalise le secteur pharmaceutique, qui recule depuis quelques années. Un étau que les acteurs politiques souhaitent desserrer.

L’inflation des contraintes réglementaires, le poids des prélèvements obligatoires et du système de fixation des prix tendent à pénaliser l’i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles