Préparons dès maintenant l’« après-soleil » !

Laissons travailler les scientifiques, les inventeurs, les créateurs et dirigeants d’entreprises, au lieu de les culpabiliser en permanence, et le futur livrera le meilleur de ce que le génie humain peut produire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Préparons dès maintenant l’« après-soleil » !

Publié le 11 juillet 2019
- A +

Par Bruno Sentenac.

Sans charbon, plus d’économie, plus de progrès, plus rien !

Né en 1835 et mort en 1882, le Britannique William Stanley Jevons était l’un des plus grands économistes de son temps.

En 1865, il publie une étude on ne peut plus sérieuse1 sur « La Question du charbon ». Le sujet est alors l’un de ceux qui préoccupent au plus haut point les dirigeants britanniques de l’époque : la supériorité industrielle, économique, scientifique, commerciale britannique reposant sur le charbon, sur son exploitation et son utilisation comme source d’énergie ainsi que dans la production d’acier, que se passerait-il si ce charbon venait à manquer ou devenait trop cher à extraire, parce que les réserves s’épuisant, il faudrait aller le chercher dans des veines de plus en plus profondes ?

La conclusion de Jevons est très pessimiste : le jour où, en Grande-Bretagne, l’exploitation du charbon touchera à son terme, ou bien lorsque le charbon produit deviendra bien trop cher, c’en sera fini de la suprématie britannique. Adieu chaudières à vapeur, navires à vapeur, locomotives à vapeur, chauffage au charbon… !

Car évidemment, pas de vrais substituts au charbon

C’est ce que Jevons explique dans le chapitre intitulé « Sur les supposés substituts au charbon », dont il n’est pas inutile de reproduire des passages.

Le vent ? Vous voulez rire ! « Aucune concentration de moulins à vent ne produira jamais l’énergie nécessaire dans une usine sidérurgique ou une grande manufacture2 ».

Le pétrole ? N’importe quoi ! « Le pétrole est devenu depuis quelques années l’objet d’un commerce intensif, et a même été proposé par des inventeurs américains comme source de chaleur dans des chaudières à vapeur. Il est sans doute supérieur au charbon dans plusieurs usages et pourrait le remplacer. Mais enfin, qu’est-ce que le pétrole sinon de l’essence tirée du charbon […] ? [] Étendre l’utilisation du pétrole ne serait donc qu’une nouvelle façon de pousser à la consommation de charbon. Ce serait aggraver le problème (de la future fin du charbon) plutôt que le résoudre. »

Et ne parlons pas du transport aérien, c’est-à-dire par ballons : « L’imprévisibilité (de la direction des vents) rendra également à jamais impossible la rentabilité du transport aérien. Et même si un ballon dirigeable pouvait être propulsé par ses propres moyens [], il ne pourrait jamais aller contre un vent un peu fort ».

Alors, bien sûr, quelques illuminés rêvent de « ruptures technologiques » : « Dans l’absolu, il est possible qu’un jour on arrive à récupérer l’énergie solaire, ou qu’une source d’énergie aujourd’hui inconnue soit découverte. Mais ce serait au détriment de notre supériorité industrielle [dont Jevons n’imagine pas un instant qu’elle puisse être fondée sur autre chose que le charbon]. »

Jevons, lui, voit clairement que hors le charbon, point de salut pour la Grande-Bretagne : « […] nous ne devons pas nous réfugier dans des idées folles en imaginant que nous pourrions faire sans le charbon ce que nous faisons avec lui. […] Bien sûr, on ne niera pas que si notre charbon s’épuisait ou atteignait des prix très élevés, nous pourrions trouver des substituts acceptables dans le vent, la force du courant des fleuves ou celle des marées. Mais ce ne serait jamais qu’en vertu du principe qu’une demi-baguette vaut mieux que pas de pain du tout. »

Tout cela était donc désespérant et le serait resté si, quelques années plus tôt3, le pétrole n’avait pas jailli à Titusville, en Pennsylvanie, grâce aux efforts et à l’inventivité du colonel Drake, qui eut l’idée de forer un puits pour accéder au pétrole qu’on savait enfoui dans le sous-sol4. Dès le premier jour, avec sa modeste production de quelques barils, Drake avait carrément doublé la production mondiale ! L’élan était donné et n’allait jamais s’arrêter, sous le double effet du progrès technique et de la voracité d’hommes d’affaires comme Rockefeller5.

En quelques décennies, le pétrole allait remplacer le charbon comme principale source d’énergie, et quelque cent vingt ans après la parution du livre de Jevons, un Premier ministre britannique, Margaret Thatcher, fera fermer presque tous les puits de charbon de Grande-Bretagne, misant sur le pétrole de la mer du Nord pour soutenir l’économie britannique.

Sans pétrole, plus d’économie, plus de progrès, plus rien6 !

Libre à chacun d’interpréter cet épisode historique comme il l’entend.

Pour ma part, il alimente mon optimisme dans le progrès, autant que mon scepticisme face aux prévisions apocalyptiques que nous assènent écologistes et autres climatologues de tout poil. Raisonnant « à technologie constante », comme si le progrès scientifique et technologique était évidemment destiné à s’arrêter après- demain, ils veulent nous persuader que nous n’aurons JAMAIS la capacité à faire face aux défis de demain et que nous devons commencer dès maintenant à vivre « sans » – un peu comme Jevons encourageait les Britanniques à vivre dès 1865 dans la perspective de la fin du charbon.

Car, oui, le progrès technique peut fournir les moyens de lutter contre les risques d’épuisement des sources d’énergie7, des ressources naturelles plus généralement, et certainement aussi les risques que fait peser le réchauffement climatique.

D’ailleurs, pas besoin de faire œuvre d’imagination : l’énergie nucléaire existe déjà (elle n’est donc pas cette industrie balbutiante qu’était l’extraction pétrolière en 1865, au moment où Jevons a écrit son livre) ; les recherches sur la fusion nucléaire, qui constituerait une énergie propre et quasiment illimitée, avancent, et même si elles n’ont pas encore débouché, il n’y a pas de raison de croire qu’elles ne le feront jamais ; et si c’est encore de la science-fiction, on peut raisonnablement espérer que le progrès technologique permettra de produire dans quelques années des cellules photovoltaïques deux, trois, dix fois plus puissantes que celles que nous connaissons aujourd’hui. Et encore, tous ces chantiers portent sur des technologies que nous connaissons déjà ; il est en revanche impossible par définition d’envisager les progrès qu’apporteront dans quelques décennies des technologies de rupture, dont nous n’avons pas plus l’idée aujourd’hui que Jevons n’imaginait l’énergie nucléaire en 1865…

Si ces progrès se matérialisaient – et pour ma part, je ne doute pas que ce sera le cas dans 10, 20, 30 ou 50 ans -, on aurait résolu les problèmes qui nous angoissent aujourd’hui. Une nouvelle ère de progrès et de prospérité s’ouvrirait alors pour l’humanité, comme ce fut le cas lorsque le moteur à explosion utilisant le pétrole remplaça les chaudières à vapeur alimentées par le charbon. On put alors faire voler des avions contre le vent…

Laissons travailler les scientifiques, les inventeurs, les créateurs et dirigeants d’entreprises, au lieu de les culpabiliser en permanence, et le futur livrera le meilleur de ce que le génie humain peut produire.

Et dans cent cinquante ans, nos arrière-arrière-arrière-petits-enfants riront autant de nos peurs et de notre pessimisme d’aujourd’hui que nous rions en relisant « Sur la Question du charbon ».

Maintenant, pour l’« après soleil », c’est-à-dire pour savoir par quoi on remplacera l’énergie solaire lorsque notre étoile s’éteindra, dans douze milliards d’années, là, je sèche… On devrait peut-être commencer à produire et à stocker des couvertures pour nos très lointains héritiers !

  1. C’est-à-dire aussi sérieuse pour son temps que l’a été en 1972 le rapport du Club de Rome sur « Les limites à la croissance »
  2. Jevons ne pouvait imaginer ces merveilles de technologie que sont nos modernes éoliennes, qui ne produisent guère plus d’énergie au regard des besoins à satisfaire, mais qui polluent bien plus les paysages que les antiques moulins à vent…
  3. Et même quelques années plus tôt, en 1859, ce qui rend moins pardonnable le pessimisme de Jevons, qui aurait pu et dû mieux s’informer, réfléchir, s’interroger, au lieu de raisonner « à technologie constante » comme le font nos écologistes d’aujourd’hui.
  4. Rendons à César ce qui est à César, et à la Pologne ce qui est l’œuvre d’un de ses fils illustres : le premier puits de pétrole avait été foré cinq ans plus tôt, en 1854, par Ignacy Lukasiewicz, à Bóbrka, une région polonaise alors incluse dans l’empire austro-hongrois. Mais cet évènement était resté largement inaperçu et n’avait pas déclenché la ruée vers l’or noir qu’allait causer l’invention du colonel Drake.
  5. Ce symbole du capitalisme le plus sauvage fut à son corps défendant le vrai sauveur des baleines. Le pétrole fut en effet utilisé dans les premiers temps (avant l’invention du moteur à combustion interne) pour produire l’huile des lampes utilisées dans les habitations, celle pour laquelle on chassait les baleines. Grâce à Rockefeller et à ses méthodes de production, le prix du pétrole chuta rapidement et l’huile de baleine cessa d’être compétitive, ce qui mit fin à la chasse. Ce qu’aucune campagne de Greenpeace n’aurait jamais obtenu, le capitalisme libéral le réalisa…
  6. C’est Milton Friedman qui, lors de l’une de ses conférences, lu un passage du livre de Jevons, en remplaçant « charbon » par « pétrole », afin de faire réfléchir son auditoire sur la thèse de la « fin du pétrole ».
  7. Du reste, est-ce qu’il y a épuisement des sources d’énergie, puisqu’on n’a jamais trouvé autant de pétrole et de gaz dans le monde ? Et ne parlons pas des réserves mondiales de charbon, qui sont presque inépuisables…
Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • le « laissons travailler les scientifiques » me pose question..

    cala veut dire qu’on les entraverait?
    ça arrive mais c’est assez rare..

    il me semble que ça signifie « investissons » dans la recherche… mais qui est ce nous? si il s’agit de la puissance publique on peut se poser des questions.

    • @jacques oui je trouve la formule mal choisie, il faudrait plutôt dire :faisons confiance au génie humain et … à la providence souvent au rendez vous des trouvailles . Les ruptures technos ne sont pas toutes issues des scientifiques, loin s’en faut, mais surtout de passionnés qui consacrent leur vie à leur projet

    • Bien sûr qu’ils sont entravés par les taxes, qui réduisent les moyens de recherche, et par les subventions, qui sélectionnent des pistes de recherche non pertinentes, en monopolisant les moyens disponibles au détriment des bonnes.

      Taxes + subventions : double peine, double frein au développement. L’interventionnisme étatique est sous-optimal, dans ce domaine particulier comme dans tous les domaines de l’action humaine.

  • regardons d’abord par qui sont payés les scientifiques..çà nous permettra de faire une analyse plus fine sur leurs honnêteté..
    Quand ils sont fonctionnaires le doute s’impose, car ils vivent de la taxe

    • Vision trop simpliste.
      Le principal obstacle à l’honnêteté des scientifiques est leur désir de progresser dans la carrière. Ce devrait être le principal stimulant de leur créativité, mais voilà, fonctionnaires ou pas, ils sont surtout reconnus pour les bottes qu’ils lèchent, et pas pour les résultats qu’ils obtiennent.
      Je ne vois que deux manières efficaces de motiver les chercheurs : leur promettre en cas de succès le respect de tous dans un poste d’enseignant prestigieux, et/ou de consistantes royalties sur les applications commerciales qui en découleraient. Le principal obstacle à ces mesures n’est pas qui paie le chercheur, mais quelle opinion l’ensemble de la société a de lui.

      • les royalties sur une investion n est pas une solution. Souvent il se passe enormement de temps entre une percee scientifique et son application remuneratrice. les lasers ont ete decouvert dans les annees 50. pas d apllication commerciale qui aurait enrichit ses createurs pendant 20 ans au moins.
        Idem avec le nucleaire. La recherche date du debut du XX sciecle. les centrales nucleaires apparaissent 40 ans plus tard (je doute que les bombes A et H qui apparaisent avant produisent des royalties)

        • Il n’y a pas que le droit des brevets. On pourrait imaginer, par exemple, qu’un chercheur de labo public qui obtient pour son labo un contrat privé touche une prime, ou des récompenses analogues et mieux réfléchies que cette suggestion qui me vient en 5 minutes.

  • Ce n’est pas Drake mais Bissell qui est à l’origine du premier forage (wikipédia).

    Comme le montre l’article, personne ne peut prévoir un peu sérieusement de quoi demain sera fait. D’ailleurs le pétrole et le charbon, plus le nucléaire sont toujours utilisés. Ce qui change surtout ce sont les applications qui utilisent ces énergies (fabrication d’électricité avec le charbon aujourd’hui).

    • Le futur ressemblera etrangement au present en pire ,on n’attend plus vraiment de sauts technologiques mais des sauts ideologiques et ceux la sont previsibles ,ca va mal finir pour nous !

  • L’apres soleil est facile a imaginer ,on ira sous terre ,eclairage artificiel ,des center parc sous terrain ,pas mal du tout comme perspective !

  • L’unique chose à laquelle je me prépare, c’est à l’après ‘état-nounou’, car c’est la seule chose qui me semble inéluctable…

  • Quel bel article ! Il suffit juste de supprimer la référence à notre chère Maggie, qui est un chiffon rouge pour les enragés de l’autre camp, et on diffuse largement.

  • « espérer que le progrès technologique permettra de produire dans quelques années des cellules photovoltaïques deux, trois, dix fois plus puissantes que celles que nous connaissons aujourd’hui. »

    On ne peut pas extraire plus d’énergie solaire que ce dernier nous envoie hein !

  • le Probleme avec la Theorie de l auteur (le genie humain va resoudre le Probleme) c est que c est un peu comme sauter d une falaise en se disant qu on va fabrique un parachute avant de s ecraser

    Au XIX sciecle, la GB a pu remplacer le charbon par le petrole et continuer a croitre. Mais est ce que ca arrive a chaque fois ?
    L histoire montre que non. Par ex la population francaise a atteint au XIII sciecle 20 millions d habitants. Mais pas de percee technologique -> surpopulation -> guerres et epidemies -> reduction de la population a un niveau compatible avec les ressources. La meme chose se produit au XVI sciecle (https://fr.wikipedia.org/wiki/Surpopulation)

    • Vous oubliez le Petit âge glaciaire qui est venu bouleverser les conditions précaires. Et de plus à cette époque il n’y avait pas des millions de chercheurs dotés de moyens techniques fantastiques et de milliards d’euros! Le progrès scientifique et technologique s’accélère de plus en plus. La Chine et l’Inde forment des centaines de milliers de chercheurs et d’ingénieurs.

  • L’obscurantisme de ce discours réside dans le fait que vous opposez à ceux qui allèguent qu’il ne pourrait exister aucune nouvelle alternative technologique dans le futur, la certitude que de nouvelles alternatives technologiques, étatistes au surplus, surviendront !

    Votre discours est donc marxiste et certainement pas libéral.

    Ce que vous ne comprenez pas dans votre vision « progressiste-marxiste » de la technologie, c’est que toute technologie n’est pas un progrès, toute technologie est duelle dans ses usages (avec le feu on peut faire cuire les aliments ou faire sauter la terre) et aucune technologie ne peut pallier le manque de vertu de l’Homme.

    Vous êtes ainsi aveugle à la réalité de la condition humaine.

    Vous êtes semblable au physicien Fermi qui ayant inventé aux USA la bombe atomique se mettait par la suite à pleurer comme un bébé devant les caméras pour s’excuser d’avoir causé Hiroshima et Nagasaki, alors même que le personnage est mort d’un cancer par la faute de la radioactivité pendant qu’il avait la certitude de trouver le moyen technologique de guérir son cancer !

    Voilà toute l’irrationalité et même toute la pathologie du « progressisme ».

    Dans les faits la fusion nucléaire comme elle nous est vendue (c’est à dire ITER) est une foutaise étatique qui tourne déjà en eau de boudin comme hier les avions renifleurs.. (comme l’a si bien vulgarisé le physicien Jean-pierre Petit ici : https://youtu.be/Fi_uurHZY-g ), lorsque la vraie fusion nucléaire qui serait rendue possible pourrait résoudre certes tous nos problèmes énergétiques, mais pas sans offrir dans le même temps l’omnipotence à tous les Hommes.

    Imaginez que demain n’importe qui dans son garage pourrait fabriquer l’équivalent d’une bombe (grâce à la fusion), sans plutonium (contrairement à la bombe atomique) et simplement avec un peu de matériel de quincaillerie, qui aurait une capacité destructrice égale à tout le système solaire..

    C’est de cette omnipotence que vous attendez le salut de l’humanité ?

    Vous n’avez aucune conscience en réalité des enjeux de la technologie et de sa raison d’être pour l’Homme.

    • Votre pessimisme et manque de culture est sidérant. Nous avons eut la guerre froide et personne n’a fait sauter la planète! Le progrès fut constant depuis le Moyen âge, qui vit l’invention des lunettes, de la charrue, de l’horloge, etc… jusqu’à notre époque de progrès ultra rapide! Il n’y a aucune raison pour que cela s’arrête ou saute!

      • Le discours de toupieverte est simplement indispensable pour justifier l’écologisme et la décroissance. Il ne sert à rien d’aller voir plus loin.

  • Tant qu’il y a du soleil, n’oublions pas de protéger les coqs, car ce sont tous les « chantecler » locaux qui font lever le soleil

  • Pour ceux qui voudraient élargir leur réflexion sur l’avenir (il est difficile de percer les nuées socialistes et étatistes), je vous suggère la chaîne you tube The Flares.

    https://www.youtube.com/channel/UCP56Td-URBxm2y8cdXzdU1g

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Janvier et février sont connus pour être des mois de « tension électrique ». Obscurité et froid obligent, entre 17 heures et 21 heures on observe un pic de consommation dépassant fréquemment 80 GW. Se situant en moyenne autour de 90 GW, il avait atteint 103 GW le 8 février 2012 à la suite d’une vague de froid particulièrement sévère.

Pour faire face à ces pics hivernaux récurrents, on ne peut compter sur le solaire et fort peu sur l’éolien, les anticyclones polaires se caractérisant par l’absence de vent. Ainsi au cours du mois de janv... Poursuivre la lecture

Ce vendredi 7 janvier 2022 marque le coup d'une grande première mondiale : le cœur d'un porc génétiquement modifié a été greffé sur un patient âgé de 57 ans. L'intervention chirurgicale a duré plusieurs heures. L'école de médecine de l'université du Maryland explique dans un communiqué que l'opération aura permis de montrer que le cœur d'un animal pouvait continuer à fonctionner à l'intérieur d'un humain sans rejet immédiat. Il s'agit d'une avancée de taille pour le monde de la santé.

David Bennett était trop malade pour être éligible ... Poursuivre la lecture

Par Josh Bloom[1. Josh Bloom est le directeur de l'American Council on Science and Health en charge de la recherche pharmaceutique et chimique. Il a obtenu son Ph.D en chimie organique à l'université de Virginie et un post-doc à l'université de Pennsylvanie.].

Je comprends : les gens en ont assez du Covid-19 et n'en peuvent plus de devoir composer avec des faits et des règles en constante évolution. Une partie de ce mécontentement s'exprime par une insatisfaction à l'égard des vaccins. Si cette frustration est compréhensible, elle est... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles