« Contre l’écologisme », de Bruno Durieux

Un ouvrage à lire au moment où le gouvernement entend donner des gages à l’écologisme…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Contre l’écologisme », de Bruno Durieux

Publié le 9 juillet 2019
- A +

Par Max Falque.

En juin 2012 Bruno Durieux publiait dans la revue Commentaire une libre opinion sous le titre « Lettre d’un persan » :

« Or, mon cher Rhédi, comment ce peuple si vif et ses dirigeants si expérimentés ne voient-ils pas que leur pays souffre de maux qui paralysent depuis des lustres l’action publique et l’action privée ? L’écologisme est ici élevé au rang d’une religion d’État. La droite se montre plus dévote que la gauche quand celle-ci jouit du soutien massif de son clergé ! Le résultat de ses assauts de bigoterie environnementale est d’un coût collectif considérable mais caché. Des normes innombrables et coûteuses, des règles paralysantes, un état d’esprit recroquevillé affecte la dynamique économique, l’esprit d’entreprise, les équipements collectifs et la confiance dans l’avenir… »

Je suppose que Bruno Durieux, acteur et observateur avisé de l’action des pouvoirs publics, a depuis 2012 désespéré de la montée en puissance de ce qui n’était qu’une utopie gauchiste devenue depuis une force politique dangereuse. Cela l’a conduit à publier un ouvrage remarquable synthétique et courageux… car « il se pourrait que j’appartienne au monde des philistins de l’environnement ».

La constitutionnalisation des néfastes principes de précaution et de non régression des réglementations environnementales apparaissent à notre auteur comme particulièrement dangereuse et contraire aux principes issus de la Déclaration de droits de l’Homme.

Je n’ai pas trouvé mention de textes fondateurs des nouveaux principes de la politique environnementale (Free Market Environmentalism) : Hardin, Coase, Ostrom, Andersom, Yandle… mais en revanche la longue analyse critique des ouvrages de Hans Jonas met en évidence la dérive totalitaire de l’écologisme prônant la décroissance.

Nulle part Durieux n’évoque le rôle central des droits de propriété pour la gestion environnementale et les réflexions de Edmund Burke et tout récemment celle de Roger Scruton. (Green philosophy : how to think seriously about the planet  www.icrei.fr)

Un ouvrage à lire au moment où le gouvernement entend donner des gages à l’écologisme… quitte à promouvoir la ridicule Greta Thunberg.

Bruno Durieux, Contre l’écologisme. Pour une croissance au service de l’environnement. Edition du Fallois, 2019.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • J’invite l’auteur à relire cet autre article sur l’écologisme (de Arnaud Demion) paru dans Contrepoints.
    Il y verra que l’écologisme n’est pas à la base une utopie gauchiste. Celle-ci n’est venu s’agréger à cette idéologie qu’à partir des années 70.
    Ce sont ses « racines idéologiques nombreuses et rhizomatiques » (pour reprendre les mots de Arnaud Demion) qui rendent l’écologisme particulièrement redoutable.
    Le salut viendra probablement de l’exaspération citoyenne grandissante face aux dérives autoritaires des politiques écologiques, tous partis confondus. Comme l’a montré le mouvement des Gilets jaunes. Et nous n’en sommes encore qu’aux prémisses des politiques de décroissance. Le retour de bâton risque d’être violent.

    • Je prévois des développement amusants. L’écologie est ainsi promue dans les pays en voie de développement avec elle sa cohorte de foirades d’aléas financiers et productifs. Je vois bien dans qq années la révolte desdits pays qui accuseront les pays occidentaux de complots pour les empêcher de se développer. On va rire /pleurer

      • Pour l’instant les pays en développement ne sont pas spécialement touchés par l’écologie……Mais plutôt par la pollution y compris celle qu’ils n’ont pas produite.
        Ils commencent tout juste à réexpédier aux envoyeurs les déchets plastiques non recyclables (ce qu’ont fait l’Indonésie, les Philippines récemment suivant l’exemple de la Chine….)

    • Désolé pour le point godwin, ( et je vais aussi éviter de parler de gauche et de droite, termes sans aucun sens objectif)
      Mais l’étatisme / le socialisme / le constructivisme sont liés à « l’écologie » depuis bien avant 70

      Le culte de la nature était une partie non négligeable de l’idéologie Nazi…

      • Tout à fait juste, Hitler adorait la nature et les animaux, et ce culte avait des justifications dans leur recherche des racines germanique du temps où ils étaient encore des barbares affrontant Rome. Ils n’ont jamais été des Aryens car ceux-ci sont une ethnie iranienne. Iran veut dire pays des Aryens!

  • l’écologie a muté en escrologie.

    • attendez il y a eu une écologie raisonnable?
      l’ecologie repose sur une escroquerie…. en ce sens que seuls ce qui se revendiquent de l’ecologie se soucieraient de problèmes environnementaux..
      il ne faut pas confondre ce que défendent les écologiste et l’ecologie..on peut être d’accord avec une personne qui se dit écologiste parfois et en opposition totale sur tout le reste..

      au point que écologie est devenu synonyme de souci de l’environnement et que tout le monde ou presque se dit désormais écologiste quelque part..

      si il s’agit de mettre l’environnement en général en premier c’est inhumain, si il s’agit de se soucier de son environnement tout le monde est écolo…

      foutu spectre…
      En pratique il est fort difficile à dire que les idées défendues par les écolos sont écolos… curieuse idéologie surtout quand elle se prétend scientifiquement fondée..

      actuellement la seule proposition ecolo qui fasse sens est… (reporterre ou autre) il faut vivre plus « sobrement »…
      tout à fait acceptable au point de vue individuel..écologie ou pas d’ailleurs..

      tout à fait inacceptable au point de vue collectif puisque ça sous entend que tout le monde souhaite le m^me environnement. climat et biodiversité ..

      la « consommation de planete » repose sur un principe ..on ne doit RIEN changer…on a le droit de ne pas être d’accord…

  • l’ecologie politique a autant de chance de reussir que l’economie d’etat…
    elle devra donc s’imposer comme dogme d’abord , puis comme dictature
    je vote pas pour les candidats qui se servent( de l’écologie.. ele disparaitra

  • l’environnement est vu comme relevant de l’intérêt commun…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Nous y sommes ! Après une campagne pleine de rebondissements et d’un suspense encore jamais vu sous la Cinquième République, notre cher président a - enfin ! - été réélu face à l’ignoble menace fasciste !

Si vous avez lu cette première phrase au premier degré, désolé pour vous. Il était temps que cela prenne fin. Après une campagne d’un ennui sublimé par l’insipide débat de mercredi, Emmanuel Macron a été réélu à près de 58 % des voix face à une candidate piteuse qui a encore une fois été incapable de rassurer sur sa stature présidenti... Poursuivre la lecture

Programmatiquement, les partis écologistes les plus extrémistes d’Europe sont les belges Ecolo & Groen et le parti allemand Die grünen. Ces partis ont en commun d’être au pouvoir au niveau fédéral de leur pays respectif, avec des partis socialistes et libéraux.

En Belgique

La Belgique est, avec la France, l’un des pays d’Europe dont le mix énergétique est le moins émetteur de CO2. Cette vertu est entièrement due à sept réacteurs nucléaires parfaitement opérationnels. Las ! Les écologistes, dont le moteur idéologique premier est et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles