« Contre l’écologisme », de Bruno Durieux

Un ouvrage à lire au moment où le gouvernement entend donner des gages à l’écologisme…

Par Max Falque.

En juin 2012 Bruno Durieux publiait dans la revue Commentaire une libre opinion sous le titre « Lettre d’un persan » :

« Or, mon cher Rhédi, comment ce peuple si vif et ses dirigeants si expérimentés ne voient-ils pas que leur pays souffre de maux qui paralysent depuis des lustres l’action publique et l’action privée ? L’écologisme est ici élevé au rang d’une religion d’État. La droite se montre plus dévote que la gauche quand celle-ci jouit du soutien massif de son clergé ! Le résultat de ses assauts de bigoterie environnementale est d’un coût collectif considérable mais caché. Des normes innombrables et coûteuses, des règles paralysantes, un état d’esprit recroquevillé affecte la dynamique économique, l’esprit d’entreprise, les équipements collectifs et la confiance dans l’avenir… »

Je suppose que Bruno Durieux, acteur et observateur avisé de l’action des pouvoirs publics, a depuis 2012 désespéré de la montée en puissance de ce qui n’était qu’une utopie gauchiste devenue depuis une force politique dangereuse. Cela l’a conduit à publier un ouvrage remarquable synthétique et courageux… car « il se pourrait que j’appartienne au monde des philistins de l’environnement ».

La constitutionnalisation des néfastes principes de précaution et de non régression des réglementations environnementales apparaissent à notre auteur comme particulièrement dangereuse et contraire aux principes issus de la Déclaration de droits de l’Homme.

Je n’ai pas trouvé mention de textes fondateurs des nouveaux principes de la politique environnementale (Free Market Environmentalism) : Hardin, Coase, Ostrom, Andersom, Yandle… mais en revanche la longue analyse critique des ouvrages de Hans Jonas met en évidence la dérive totalitaire de l’écologisme prônant la décroissance.

Nulle part Durieux n’évoque le rôle central des droits de propriété pour la gestion environnementale et les réflexions de Edmund Burke et tout récemment celle de Roger Scruton. (Green philosophy : how to think seriously about the planet  www.icrei.fr)

Un ouvrage à lire au moment où le gouvernement entend donner des gages à l’écologisme… quitte à promouvoir la ridicule Greta Thunberg.

Bruno Durieux, Contre l’écologisme. Pour une croissance au service de l’environnement. Edition du Fallois, 2019.