Climat : quand Nicolas Hulot joue à vous faire peur

À part les Européens nourris aux organisations non-gouvernementales environnementales, qui croit encore au jour de dépassement promis par Nicolas Hulot ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : quand Nicolas Hulot joue à vous faire peur

Publié le 1 juillet 2019
- A +

Par Samuel Furfari.

Quelle aubaine pour les doctrinaires du développement durable ! Au moment de leur jour du dépassement il fait chaud, très chaud. Évidement ni l’écologiste Hulot, ni France 2, ni France 24, ni la RTBF ni la ribambelle de médias impréparés ne pouvaient rater pareille occasion pour lier les deux évènements et nous culpabiliser pour introduire le contrôle de tous les détails de nos vies.

Ce premier août était donc le jour où, d’après Global Footprint Network (GFN), qui possède l’argent pour employer des dizaines de chercheurs souvent financés par les deniers publics, nous vivons désormais à crédit. À sa suite, toutes les ONG environnementales (ONGE) et nombre de politiciens se font les mégaphones de cette supercherie qui ne repose sur aucune base scientifique. Le jour du dépassement global (earth overshooting day) prétend être un indicateur dont l’objectif est de conscientiser et responsabiliser les pays développés à la notion d’empreinte écologique. Bien entendu, à part les Européens endoctrinés par les ONGE, cette théorie n’a guère d’écho dans le reste du monde.

Un indice dépassé

Le Global Footprint Network divise la capacité de production du milieu naturel par l’empreinte écologique, multiplié par 365 pour obtenir un nombre de jours de consommation que la Terre peut supporter. Beaucoup d’auteurs ont démontré l’inanité de cette théorie. Le comble est que la radio belge financée par les taxes des contribuables va jusqu’à déclarer (7:30) « depuis ce matin nous avons OFFICIELLEMENT épuisé les ressources que la nature met un an à produire et renouveler ». Selon elle, nous aurions consommé tout ce que la nature produit, et nous vivons à crédit. Mais à crédit de quoi ?

Si depuis des années nous vivons à crédit, où est le stock qui nous permet de continuer à vivre ? Je produis des légumes dans mon potager. Habituellement, je remplis mes deux congélateurs de légumes bios ; cette année ce ne sera pas le cas car la canicule empêche un bon rendement de mes nombreux efforts. Mais une fois que j’ai épuisé mes ressources n’aurai-je plus rien à manger ? Non, je vais puiser dans le stock qui ne m’appartient pas. Or s’il était vrai que nous avons épuisé ce que la planète produit, notre stock, de quoi le monde va-t-il vivre jusqu’au 31 décembre ? Cette simple considération suffit à démolir cette théorie fumeuse.

De l’idéologie, pas de la science

En 2006, Eurostat, l’office de statistiques de la Commission européenne, a émis des réserves sur cette méthodologie. En dépit des modifications, il s’agit d’une étude réalisée par une organisation à vocation idéologique.

C’est l’occasion de rappeler qu’il faut absolument se méfier des études des ONGE. Comment tout cela fonctionne-t-il ? Un commanditaire, l’ONGE, décide de s’attaquer à une problématique. Il reçoit des subsides publics pour que son personnel ou des consultants établissent une étude. Celle-ci est publiée et les médias s’empressent de la diffuser pour qu’elle devienne une vérité médiatique assimilable à une vérité scientifique. Personne n’a le temps et encore moins les moyens d’aller dénicher les arcanes de cette soi-disant étude ; ni les hypothèses déterminantes, ni la méthodologie ne peuvent être validées ou invalidées. Cela nécessiterait de dépenser encore plus d’argent que le coût de l’étude. Les résultats disent toujours ce que veut celui qui finance. Le monde de l’entreprise, lui, n’a pas d’argent à perdre pour démontrer la nullité de ces études. Quant au monde politique, il profite de ces « études » pour justifier des décisions flattant ses niches électorales dans le sens du portefeuille… des autres.

Fake science vs facts

Ce que la nature produit en un an est uniquement de la biomasse, c’est-à-dire des produits générés par la photosynthèse entre le CO2 et l’eau par l’entremise de photons (lumière) et de catalyseurs (enzymes). En un an, la nature ne produit aucune ressource minérale. Tous les enfants ont appris vers l’âge de 7 ou 8 ans le cycle de l’eau : elle ne disparaît pas le 1er août, le jour du dépassement ne peut concerner que la production de biomasse, qu’elle soit végétale, animale ou halieutique.

Le jour du dépassement fait donc référence à la masse de bio… Le biologiste Jeffrey S. Dukes a calculé et publié dans Climatic Change que les combustibles fossiles brûlés en 1997 ont été fabriqués au cours des millénaires géologiques à partir de 44 000 000 000 000 tonnes de matière organique. Cela correspond à plus de 400 fois la production primaire nette du biotope organique. Autrement dit, nous utilisons chaque année la quantité de plantes et d’animaux produits au cours de 4 siècles. Autre chose que 7 mois ! L’idée que nous pouvons simplement remplacer cet héritage avec de l’énergie produite instantanément relève de la science-fiction. Il n’y a actuellement tout simplement aucun substitut qui puisse générer, à partir de la nature, la quantité d’énergie dont nous avons besoin.

Un danger pour nos libertés

Puisque depuis ce 1er août nous continuons à manger du poisson et de la viande, faut-il supposer que ceux-ci proviennent de la planète Mars ? Non. Ce qui est en cause, c’est uniquement la consommation d’énergie fossile, qui représente bien plus que la production de biomasse que la Terre peut produire. Il est vrai que pour notre consommation d’énergie nous vivons à crédit sur les millénaires du passé ! Et là se situe le véritable objectif de ce jour du dépassement : nous faire peur avec le changement climatique. Cette année, ce jour coïncide avec une canicule dans les pays qui croient à l’origine anthropique du changement climatique. L’ex-Monsieur Ushuaïa se devait de profiter de cette étude pour relancer sa politique par un péremptoire « c’est pas tenable ».

En guise de clin d’œil souvenons-nous que, de 1992, année de l’adoption de la Convention des Nations Unies sur le changement climatique, jusqu’à 2017, les émissions de CO2 ont augmenté de 54% soit plus de 2% par an. Ou bien le monde est dirigé par des incompétents ou bien la lutte contre les émissions de CO2 est impossible. Je penche fortement pour la seconde hypothèse. Ce qui après tout n’est pas inquiétant puisque le GIEC est obligé de s’interroger sur l’absence de corrélation entre la croissance inexorable des émissions de CO2 et la stabilité de la température globale depuis 18 années. Le GIEC nomme cela un “hiatus” (page 779). Au demeurant, le GIEC ne prétend pas qu’il y a déjà des phénomènes extrêmes mais qu’il y en aura.

Tout cela ne serait pas inquiétant si derrière cette invraisemblable lutte contre les émissions de CO2 ne se cachait la politique de décroissance que d’aucuns veulent imposer aux autres, à défaut de commencer à se l’imposer à eux-mêmes. Pas plus tard que le 29 juillet dernier, le journal Libération accordait une tribune à quelqu’un souhaitant imposer au monde entier sa vision, puisqu’il déclare : « La lutte contre le changement climatique est incompatible avec le tourisme international et de nombreux secteurs économiques. Les mesures qu’il faudrait prendre seront difficilement acceptées. On peut dire que la lutte contre le changement climatique est contraire aux libertés individuelles et donc sans doute avec la démocratie ».

Prenons garde car la dictature écologique pointe le nez.

Le dernier ouvrage de Samuele Furfari est une œuvre de 1200 pages en deux volumes : « The changing world of energy and the geopolitical challenges« .

Cet article a été publié une première fois en août 2018.

Voir les commentaires (155)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (155)
  • Arrêtons toutes ces bêtises!
    La « NATURE », je ne connais pas: je n’ai jamais été présenté! Bon j’ai entendu les autres en parler!
    Alors de deux choses, l’une:
    – ou la nature existe et alors, je pense que l’Homme en fait intégralement partie
    – Ou c’est un simple concept abstrait à laquelle ce « ministre » (abusivement populaire), ancienne gloire médiatique de la seule télé française, attache une valeur quasi divine qui, d’après lui, doit nous imposer de changer de vie ou de disparaitre!
    Désolé, mais il n’est pas crédible!

    • Mais pourquoi arrêter ces bêtises !
      La « nature » était son fonds de commerce;
      La « politique » est devenue son nouveau fonds de commerce…

    • Ça va plus loin que ça : loin de la vision romantique du « bon sauvage » qui vit en harmonie avec les « rythmes naturels », la nature est un milieu au mieux hostile à l’Homme, contre lequel, quand il est obligé d’y vivre, il doit lutter en permanence pour prolonger sa survie d’une petite journée. Les produits « naturels » qu’on nous vend comme « bons pour la santé » parce-que « issus d’ingrédients naturels » sont au mieux de l’escroquerie – l’Uranium 238, l’Arsenic, le Cyanure sont des composés parfaitement naturels.
      Dans le fond, ce qui unit ces écologistes idéologues, c’est juste la détestation de l’humanité.

      • c’est juste la détestation de l’humanité.

        En revanche, ils vouent un culte pathologique à son pognon gratuit. Ils ne valent pas mieux qui ceux qui tuaient des Juifs pour piquer leurs dents en or.

  • Les Politiques et les Médias sont les grands responsables de toutes les incivilités et les nouvelles violences, phénomènes dangereux et en augmentation constante. Hulot est un imbécile mais hélas il n’est pas le seul dans ce gouvernement et dans d’autres pays aussi. La nouvelle génération d’imbéciles n’accepte plus aucune contrainte, en hiver il fait trop froid, en été il fait trop chaud sauf s’ils se font griller sur la plage, entre les deux il pleut trop souvent et s’il y a un peu de neige c’est l’arrêt du travail. Bon pour les sports d’hiver il n’y a pas de problème là c’est normal. Quant aux associations, fondations et ONG, ce sont tous de dangereux extrémistes qui n’apportent aucune solution sauf des contraintes et des taxes ce qui leur permet d’assurer leurs salaires facilement gagnés. C’est toutes une génération de tristes imbéciles qui n’ont aucun savoir vivre et encore moins de bon sens en-dehors de celui de leur téléphone. La génération des attardés de 68 pour lesquels seul le fric compte, hélas encore, la génération suivante étant éduquée dans ce système pervers sera encore pire, et plus il y aura de contraintes pires sera l’issue, mais là aussi l’idiocratie politico-administrative nationale ou locale n’a plus de limites. Pour finir il ne faut pas oublier que dans toutes ces grandes associations, fondations et ONG tout comme dans la politique ce sont les escrocs de L’ENA qui dirigent et comme ils sont de plus en plus nombreux le bout du tunnel n’est pas pour demain sauf si l’insurrection qui couve venait à éclater mais là c’est encore un autre problème et les gagnants ne seront certainement pas ceux issus des anciennes civilisations Européennes.

  • Personne pour faire remarquer qu’en simples termes financiers, la France vit à crédit depuis le 9 janvier ?

    • Ceci explique cela : la faillite implique ruine, dépossession et perte de liberté. C’est bien le scénario que nous vivons?

    • et bah voila c’est exactement le même principe pour la nature.
      sauf que le terme pour la nature ne devrait pas être « a crédit » mais « bouffe le capital ».
      l’exemple le plus criant étant pour les énergies fossiles.
      Le jour du dépassement est chaque année le 1er Janvier, vu que la nature ne renouvelle pas au rythme où nous consommons.
      Alors vous me direz que ça fait 170 qu’on dépasse, ce qui est le signe que l’on peut allègrement continuer.
      Pauvre de vous… et donc pauvre de nous puisque vos inconsciences m’entraînent avec vous.
      .
      Quand est ce que vous déciderez d’être intelligent ici ?

      • @leham
        Bonjour,
        « sauf que le terme pour la nature ne devrait pas être « à crédit » mais « bouffe le capital ». »
        « Le jour du dépassement est chaque année le 1er Janvier, vu que la nature ne renouvelle pas au rythme où nous consommons. »
        Ce serait le cas si le « capital » (très bonne remarque au passage) était vide ou proche de zéro.
        Et « qui » a motivé la consommation de pétrole par exemple, en truquant les prix (gasoil vs essence) ? Pour au final, nous le faire payer.
        Et « qui » a freiné les expériences au cours du siècle précédent pour remplacer cette énergie par une autre ? (Tiens ? Saurait-on depuis un siècle que le pétrole n’est pas renouvelable ?)
        Et « qui » se dépêche de mettre en place des mesures et des facilités pour vendre un véhicule, ou un système de transport, voulu par lui comme étant LA solution?

        • Bonjour STF 🙂
          « Ce serait le cas si le « capital » était vide ou proche de zéro. »
          Pour le pétrole nous en somme à la moitié environ, nouvelles découvertes ou pas.(Nous ne découvrons que des petits gisements négligeables vu notre conso mondiale)
          après on le prend comme on veut, nous tapons dans le capital des énergies fossiles depuis le début.
          idem pour l’eau dans certains pays style Lybie.
          idem la reforestation au Brésil etc…
          Ce ne sont pas de modèles de développement durables.
          si c’est transitoire, ça passe mais s’il y a dépendance et pas d’alternative, taper dans tous les stock au bout d’un moment, ça casse.
          Ce sont les temps long des stocks , à l’échelle d’une vie humaine, qui vous font penser qu’il n’y pas vraiment de problème.
          A l’échelle humaine et journalière les changement sont imperceptibles.
          .
          Oui pour la collusion état-finance.

          • @leham : Mais où voulez vous qu’il aille votre capital ? Sur Terre, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

            Il n’y a que l’IR (et quelques centaines de kilo de métal) qui quitte la Terre.

          • « Pour le pétrole nous en somme à la moitié environ, nouvelles découvertes ou pas.(Nous ne découvrons que des petits gisements négligeables vu notre conso mondiale) ».
            Ça au moins c’est précis. Pourriez-vous avoir l’amabilité de nous faire partager vos sources?

      • Je vous signale qu’on découvre tous les jours des réserves de pétrole et de gaz. Il y a 10 ans, il y avait déjà pour 500 ans de réserves de gaz par exemple.
        Mon mari était expert international chez Total.
        Mais on préfère faire peur aux gens pour leur imposer ou des hausses du prix du gaz ou de l’essence au nom de la rareté. Ou encore pour leur imposer d’autres énergies qui servent des lobbies.
        Quaand je lie qu’on veut faire disparaître l’énergie nucléaire, je demande par quoi voulez vous la remplacer et au nom de quoi vouloir la faire disparaître. Des éoliennes ou des panneaux solaires qui dont la production est aléatoire?
        Ce n’est vraiment pas sérieux!!! Les écolos ne sont pas des scientifiques mais de simples dictateurs.

        • Je suis tout-à-fait d’accord avec vous mais ce n’est franchement pas facile de se faire entendre!

        • Bonjour Lapaladine,
          « Il y a 10 ans, il y avait déjà pour 500 ans de réserves de gaz »
          Info intéressante. 500 ans pour qui ?
          Auriez vous une source documentée de vos dires ?
          sur https://www.futura-sciences.com/sciences/questions-reponses/matiere-quen-il-reserves-mondiales-gaz-naturel-7143/
          on trouve : »Les potentielles ressources en gaz naturel qui restent à exploiter permettraient finalement de subvenir à quelque 120 années de consommation. »
          En supposant que la consommation n’augmente pas suite à la raréfaction du pétrole et à la croissance du besoin humain en énergie, qui ne faiblit pas, de jour en en jour.
          et :
          « Quant à la méthanisation des sous-produits agricoles, elle représenterait une valeur énergétique de l’ordre de 1.000 Mtep par an. De quoi couvrir la consommation mondiale de gaz naturel fossile ! »

          • « Futura sciences », le site de vulgarisation élaboré par des journalistes (!) pour l’éducation du bon peuple. Comme source « scientifique », on fait mieux…

      • L’âge de pierre ne s’est pas arrêté par manque de pierres… Ce qu’il faut surtout craindre, c’est la bêtise de nos dirigeants qui préfèrent financer des éoliennes plutôt que la recherche fondamentale.

        • S’il y avait eu des écolos à l’âge de pierre, ils auraient limité l’usage du silex au nom du développement durable, pour que les générations futures ne manquent pas de silex ! Et on serait encore à l’âge de pierre…

          • Et ils auraient limité et réglementé l’usage du feu et pour de « bonnes » raisons:
            1/ trop dangereux dans des mains inexpérimentées
            2/ dégageant trop de CO2
            3/ pour ne pas diminuer les ressources en bois des générations futures

          • ce raisonnement ne tient que parce qu’il n’y avait que 2 pelés et 3 tondus sur Terre à l’époque.
            Entre temps nous sommes passés à 7Mds et ça continue…
            Les besoins quantitatifs ne sont plus du tout négligeables à l’échelle de la planète.
            Nous ne sommes plus isolé quantité négligeable dans la toundra…

          • Le principe de précaution aurait interdit la production d’étincelles en raison du risque d’écrasement des doigts.

      • Le jour où vous cesserez d’être stupide et de vous cacher derrière votre inculture et votre anti-humanisme, et ce jour là, on vus remerciera de nous foutre la paix avec vos conneries

  • Le but du jeu est la décroissance….de l’importance économique de l’Europe dans le monde..ne parlons pas de complot ,c’est mal vu, mais……

  • Le fond du problème est la démographie mondiale.
    Sauf que les pays dits développés ne sont pas « coupables » (à la différence de la colonisation…) de ce problème donc comme il ne faut pas « stigmatiser les pays pauvres (qui pensent pour certains, avoir le « droit » de polluer comme l’Occident le fit, alors même que quand l’occident l’a fait on en connaissait que très peu les conséquences) on évite d’en parler…
    Le politiquement correct interdit d’évoquer ce problème car les « responsables » sont les pays pauvres, voir inondables et premières futures victimes de la montée des eaux par exemple.
    On se débrouille tout de même pour culpabiliser l’Occident car il est le « coupable » de piller les richesses du tiers monde.
    Comme si cela provoquait la natalité…(du moins directement).

    • Le fond de quel problème ? Le niveau de vie augmente plus vite que la population…

      • Chaque être humain pour se nourrir, se déplacer, obtenir un confort meilleur consomme l’énergie la planète et provoque de la pollution, que ce soit sous forme de CO2 ou tout autre autre forme.
        La planète ne peut supporter un charge trop forte, que l’on tire la sonnette d’alarme peut-être trop tôt aujourd’hui, ou trop tard pour d’autres.
        Donc le problème est bien justement que le « niveau de vie » occidental ne peut être généralisé aux populations du tiers monde qui s’accroissent très vite (6 à 7 enfant par mère au Nigéria) sans précipiter l’ensemble de la planète encore plus vite dans le mur.
        C’est bien l’accroissement du niveau de vie ASSOCIE à celui de la population qui rend la gestion de l’écologie de la planète tout à fait impossible.
        S’il faut une meilleure gestion de la planète par les Occidentaux, ce ne peut être utile à la planète QUE si les pays en développement font, d’une part aussi bien en qualité (ce qui est fort possible mais incertain : Utilisation massive de l’énergie fossile en Chine), mais aussi en quantité : limitation de la population.
        Or ce que l’on entend souvent de leur part c’est : vous avez financé votre bien-être et votre croissance en polluant la planète, maintenant c’est à notre tour…

        • Les 6 à 7 enfants par mère au Nigeria passeront à 2 à 3 quand le niveau de vie s’élèvera, c’est ce que l’on a observé partout. Raison de plus pour donner la priorité à l’élévation du niveau de vie, l’expérience inverse (que la réduction forcée du nombre d’enfants conduirait à un meilleur niveau de vie) ayant lamentablement échoué.

          • C’est déjà le cas le pic de natalité est dépassé. L’horizon de l’humanité est le vieillissement de la population d’où l’idée de certain écolos de ne plus soigner les « vieux » à partir de 70ans .

  • nicolas Hulot est un andouille sans aucune connaissance scientifique, il parle donc et affirme des choses que non seulement il ne connait pas ; mais qui sont majoritairement fausses !quelle equipe de bras cassé!

    • N’ayant pas votre complaisance envers les salopards et les escrocs je ne lui ferais jamais crédit en pariant sur son inculture, c’est une excuse un peu trop facile, personne ne lui interdit de se renseigner avant de l’ouvrir

  • C’est drôle, les doctrinaires et les idéologues c’est toujours les autres, jamais soit-même. Vous refusez la théorie du réchauffement climatique non pas pour des raisons scientifiques, mais pour des raisons idéologiques, parce que vous avez peur que l’État en profite pour imposer des régulations et comme l’État c’est le mal….

    • Ne dites pas n’importe quoi.

      Personne ne conteste l’existence d’un relatif réchauffement climatique inscrit dans des cycles naturels. Ce qui est valablement rejeté, à partir d’éléments de preuves scientifiques abondants, est d’une part la responsabilité humaine dans le réchauffement (RCA) et d’autre part son caractère catastrophique (emballement).

      Dire que « l’Etat c’est le mal » est une vision caricaturale de la contestation de l’interventionnisme étatique soutenu par la philosophie collectiviste socialiste recyclée dans l’écologisme. Loin de votre caricature, la performance collective du niveau d’intervention de l’Etat est en cause. L’Etat doit-il peser 90% du PIB, 60%, 30% ou seulement 10% pour qu’un pays soit le plus performant possible ? Là encore, on dispose d’une pléthore d’éléments de preuves scientifiques convergeant pour affirmer qu’un Etat trop important est extrêmement nocif, comme c’est le cas en France où il pèse une charge directe égale à 57% du PIB et encore plus indirectement. L’Etat, précisément parce qu’il est obèse, joue contre le collectif, contre le pays dont il se sert alors qu’il est censé le servir, contrairement à ce que les hommes de l’Etat prétendent.

      Enfin, une preuve définitive de la malhonnêteté des gugusses verts, qu’on entend hurler à la mort en ce moment de fortes chaleurs (et non de canicule), tient au fait que ce sont les mêmes qui, lorsqu’un hiver rigoureux expose leurs mensonges à la démonstration du réel, glapissent sur la confusion entre météo et climat.

      L’écologie en tant que science n’a rien à voir avec l’écologisme politique ni ses obsessions perverses étatistes et collectivistes.

      • je dirais plutôt que c’est la démonstration de la causalité qui est douteuse.

      • Vous répondez à côté. Je ne dis pas que la théorie de l’influence humaine sur le réchauffement climatique est vraie ou fausse. Je n’en sais rien, je suis pas climatologue, contrairement à l’ensemble des gens qui commentent sur ce fil visiblement. Mais je trouve quand même drôle que ceux qui combattent le plus cette théorie sont comme par hasard les libéraux extrémistes type Contrepoints ou les crétins complotistes Nouvel Ordre Mondial type Alain Soral.

        Pour comprendre les évolutions du climat et notre potentielle influence dessus, il faut combiner le travail de géologues, de biologistes, de physiciens, de géographes et de tout un tas de spécialités différentes à des niveaux extrêmement poussés. Je ne doute pas une seconde que vous êtes tous ici des experts dans tous ces domaines, ce qui explique votre position. Tout ça n’a absolument rien à voir avec votre phobie de l’interventionnisme étatique j’imagine…

        • Bonjour AdrienSmith
          Je ne suis pas un spécialiste mais quand on lit le rapport du GIEC on a un tout autre point de vue que celui catastrophique qui nous est servi tout les jours par les média.
          Que m’importe de la réalité du RCA, mais en évidence les politiques utilisent ce prétexte pour taxer et réglementer.
          Lisez le Rapport du GIEC (170 pages) c’est édifiant.

    • @ LesFaitsSontTêtus,

      Vous avez raison. Le débat sur le réchauffement climatique est devenu idéologique alors qu’il devrait être scientifique. La faute à qui? A tout ceux qui rejettent automatiquement les théories qui vont à l’encontre de la théorie dominante et officiel du réchauffement climatique. Quand on en vient à vouloir faire interdire à la vente  » l’imposture climatique  » de Claude Allège ( c’est à dire de demander aux politiques d’interdire un ouvrage scientifique ) Pas besoin de savoir dans quel camps se trouvent les pires idéologues.

      • Je suis d’accord, mais pourquoi condamner une posture idéologique et pas l’autre? La paille dans l’oeil du voisin…

        • La posture qui attribue à l’homme toutes les fautes (le réchauffement des ces 150 dernières années) sans preuve et qui veut obliger ce même homme à modifier sa façon de vivre en utilisant son argent à sa place: c’est de l’idéologique.
          La posture qui consiste à dire qu’il n’y a pas de preuve de l’origine anthropique du réchauffement et qui continue à étudier le phénomène pour mieux le comprendre: ce n’est pas de l’idéologie, c’est de la science.

        • De quelle autre posture idéologique parlez-vous ?
          Si je déclare que vous êtes malade et que j’élabore une théorie qui explique que vous êtes malade avec tout un tas de symptômes, et que de votre côté vous avez le sentiment d’être en pleine forme; vous trouvez normal d’avoir à proposer une théorie contraire à la mienne pour me prouver que vous allez bien, ou vous vous dites que c’est moi qui suis malade ?

    • Je pense que vous avez tout à fait raison. Les positions dogmatiques (et, pour beaucoup, totalement ineptes) affichées dans ces colonnes n’ont pas grand-chose à envier à celles qu’elles prétendent combattre.
      Pour m’intéresser un peu à ce sujet, je peux vous confirmer qu’actuellement la majorité (je ne dis pas 90 %) des études scientifiques digne de ce nom dans le monde concluent à un dérèglement climatique d’origine et à l’origine anthropique de celui-ci
      Comme je ne veux pas être touché, comme la plupart de ceux qui écrivent ici sur ce sujet, par le biais de confirmation d’hypothèse, je lis aussi les études scientifiques (pas les posts sur Contrepoints…) des climatosceptiques.
      Pour la plupart de ces dernières, elles se cantonnent à des critiques de détails (des productions de la partie adverse) et sont bien incapables de distinguer des causes naturelles à ce que les statistiques météo historiques mettent en évidence et, encore moins, de démontrer l’absence de dérèglement climatique.
      Ces études et contre-études SCIENTIFIQUES sont publiées pour la plupart dans les pays anglo-saxons.
      Ne pas savoir faire le tri entre, effectivement, des charlots rouges repeints en verts et des scientifiques reconnus est très problématique. Cela relève une forme d’aveuglement, au seul motif que l’état est partie prenante dans le processus, et… une piètre rigueur scientifique.
      Pour ma part, même si cela devient difficile, je ne jette pas Contrepoints à la poubelle au seul motif que, notamment sur les questions environnementales (mais pas seulement), des commentaires affligeants y fleurissent.
      En tout cas, les réactions à votre commentaire témoignent du fait que vous avez visé juste.

      • Ooui, oui!
        +0.04° d’augmentation moyenne depuis 1998 selon le GIEC lui-même, ce qu’aucune simulation n’arrive à reproduire…
        Donc quand le réchauffement est démenti par les faits, nos écologistes décroissants font une petite pirouette sémantique et parlent de…dérèglement climatique. Pratique car on peut tout mettre sous ce terme.
        Dérèglement implique qu’à un moment ou un autre, ce climat était…réglé? lol. Mais alors que dire des maximum médiéval, romain entrecoupés de périodes plus froides? Fluctutations naturelles ou encore les méchants humains?
        « Pour m’intéresser un peu à ce sujet,  » Vous n’avez pas de chance, beaucoup sur ce site s’y intéressent aussi. Mais il est vrai que nous ne regardons pas seulement les publications adoubées par le GIEC.

        • Je préfère penser que vous étiez souffrant lorsque vous avez lu le dernier rapport du GIEC …

          • Pour que vous ne vous retrouviez pas à nouveau dans ce genre de situation inconfortable, je vous joins le dernier (2014) rapport du GIEC auquel vous faites référence : http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/SYR_AR5_FINAL_full_wcover.pdf

            • Mauvaise pioche.
               » As one example, the rate of warming over the past 15 years (1998–2012; 0.05 [–0.05 to 0.15] °C per decade), which begins with a strong El Niño, is smaller than the rate calculated since 1951 (1951–2012; 0.12 [0.08 to 0.14] °C per decade. p40 IPCC. »

              PS: vous aussi vous étiez souffrant ;).

              PS’: je pense que le RCA est réel mais que l’agitation politico-médiatique est ridicule.. et totalement contre productive.

      • Ce qui me semble encore plus glaçant dans tous ces commentaires, c’est la négation même de la réalité de la nature.

        Terrible ! Effroyable, car nous dépassons, et de loin, les questions écologiques par cette négation.
        Nous touchons à l’essence même des choses et à leur finalité. A ce que nous sommes fondamentalement.
        Ne pas reconnaître une extériorité (ce terme est discutable) est le premier pas emprunté par tous les tyrans.

        • Comme vous n’avez pas d’argumentation construite à opposer, vous changez votre discours pour une condamnation morale de vos contradicteurs et vous les accusez d’être des suppôts de la tyrannie.
          Amusant quand on constate que vos amis verts estiment qu’une limitation de la libertés des citoyens sera nécessaire pour appliquer les mesures indispensables (selon eux) pour limiter le dérèglement climatique. On se demande où sont les suppôts de la tyrannie… 🙂

      • La majorité sur les études scientifiques ne reflète que la répartition des financements. La science ne fonctionne pas comme une élection, ce sont les médias et les politiciens qui voudraient bien en imposer l’idée, mais non !
        « les études scientifiques […] des climatosceptiques […] sont bien incapables […] de démontrer l’absence de dérèglement climatique. »
        Ce genre d’affirmation fait bondir tout scientifique digne de ce nom. C’est une inversion, inadmissible en sciences, de la charge de la preuve, ou dit autrement, une méconnaissance ou une incompréhension complètes des principes de la réfutabilité. Demander de démontrer l’absence de dérèglement climatique ou demander de démontrer l’inexistence de licornes roses invisibles relèvent de la même erreur épistémologique, faire cette erreur montre qu’on est du côté de la pseudo-science, s’en vanter ou estimer que ceux qui ne la font pas sont méprisables devrait attirer les moqueries du ridicule et les éclats de rire, jaunes hélas !

        • Vous vous égarez: les climatologues accumulent un grand nombre d’indices concordants quant au réchauffement climatique anthropique, ils n’affirment pas quelquechose d’indémontrable.
          Ces arguments sont réfutables, mais comme le précise Yves81 de façon pertinente, personne n’a réussi à les réfuter et à montrer que le réchauffement climatiques n’était pas dû de façon significative à l’activité humaine.

          • Oh non, je ne m’égare pas. Commencez par lire Karl Popper, et le comprendre. En attendant, vous êtes effectivement méprisable et ridicule, parce que ça n’est pas la première fois que vous recevez ce conseil et que que vous ne l’avez manifestement pas suivi…

            • Vous ne répondez pas, et l’insulte n’élève pas le débat.
              En quoi la climatologie est-elle une pseudo-science ?

              • Je ne vous insulte pas, je me moque de vous qui ne voulez pas vous donner la peine de vous cultiver, et je vous mets au niveau de ceux qui refusent de s’élever. Quand vous dites « Ces arguments sont réfutables », alors que vous n’avez manifestement pas compris ce qu’est un argument réfutable, ma première réaction est d’essayer de ne pas me moquer et de vous indiquer comment vous instruire, afin que nous puissions avoir des discussions honnêtes. Mais quand vous persistez, il devient clair que vous ne jugez pas, vous, utile de vous instruire pour discuter, donc que vous voulez simplement propager votre foi arrogante. En rire et trouver ça méprisable est loin d’être la pire des réactions possibles…

          • @BGJBL
            « les climatologues accumulent un grand nombre d’indices concordants quant au réchauffement climatique anthropique, »
            Certains climatologues ! Mais vous en trouverez tout autant qui démonte ces mêmes indices.

            « personne n’a réussi à les réfuter… »
            Oh que si justement.

            « … et à montrer que le réchauffement climatique n’était pas dû de façon significative à l’activité humaine. »
            Et comme vous le dites vous-même, ce ne sont que des indices et non des preuves.
            L’Histoire humaine a déjà connu plusieurs optimum climatiques (médiéval, romain, minoen sans parler de l’holocène au néolithique) pour lesquels l’Humanité ne peut être mise en cause. Si un nouvel optimum survient, c’est aux réchauffistes de prouver que la cause n’est pas naturelle mais anthropique.
            Cette absence de preuve formelle est un point faible que nos réchauffistes escamotent classiquement en inversant la charge de la preuve ! Ce n’est pas aux sceptiques de prouver que le réchauffement n’est PAS d’origine anthropique mais aux réchauffistes de prouver qu’il l’est.
            Bien essayé. Vous connaissez vos classiques. 🙂

      • Instruisez vous en spectroscopie infra rouge, thermodynamique et théorie quantique du rayonnement et vous verrez ça ira mieux… Et aussi allez lire ce qu’il y a sur le site des climatoréalistes, c’est plus accessible

      • Votre condescendance aristocratique m’émeut. Le sans dent que je suis se courbe à votre raisonnable et admirable argutie .
        Néanmoins vous me permettrez de relever : Dérèglement climatique ne veut rien dire (prose journalistique notoire);qu’est ce qu’une cause naturelle (le non naturel est quoi?); la notion de statistique météo historique me rappelle Jacques Prévert …
        Vous vous intéressez un peu et vous pouvez affirmez que ; comme c’est mignon j’ai l’impression d’entendre la bien pensance mondaine des diners en ville . Mais bon contrepoint à de bon cotés quand il dit comme vous . Vous êtes exquis et si délicieusement au-dessus de la mêlée…

    • Très juste. Comme les conclusions de climatologues ne sont pas compatibles avec le libéralisme défendu par ce site, c’est donc que les climatologues se trompent. Ensuite il suffit de faire feu de tout bois en surexploitant les idiots utiles et la moindre étude pseudo-scientifique qui va à l’encontre du RCA, et le tour est joué.

      • Puis-je vous demander quelle formation vous avez ? A part pour les syndicalistes, les journalistes et les politiciens, je ne vois pas où on peut apprendre à raisonner ainsi que vous prétendez le faire. En tout cas pas dans une formation scientifique.

      • Fred Vargas et Hulot des climatologues ? Les idiots utiles ont souvent (toujours) servis les causes totalitaires . La « science » invoquée à ce sujet retrouve les memes structures ,les memes impostures que le socialisme scientifique . Relisez le « Capital » ,le manifeste du parti communiste est vous aurez ce qu’il faut pour construire le discours écologiste . Il y a d’ailleurs dans ces textes une bonne partie des éléments de langage de l’écologisme , pour la variante ultra catastrophiste, puisez chez les autres utopistes du 19 Emme

    • @ LFST . Avant de nous dire pourquoi nous refusons la theorie du RCA, je vous conseille de visiter ce site, après, vos excuses seront les bienvenues : https://www.wikiberal.org/wiki/liste de scientifiques sceptiques sur le r%C3%A9chauf . Vous y trouverez des noms comme celui de P MOORE que l’on ne peut taxer d’anti écologisme

  • Le socialisme vert, c’est l’inquisition du 21éme siècle dont hulot est le prélat en France.
    Sommes-nous encore en démocratie ?

    • Voilà un exemple typique de commentaire sans aucun fond argumentaire ou scientifique, idéologique à 100%. Merci de fournir la parfaite illustration à propos.

      • Que Nicolas Hulot commence par vivre comme il veut l’imposer aux autres et nous prouve par sa sobriété qu’il n’émet plus de CO2…

  • C’est drôle, les doctrinaires et les idéologues c’est toujours les autres, jamais soit-même. Vous refusez la théorie du réchauffement climatique non pas pour des raisons scientifiques, mais pour des raisons idéologiques, parce que vous avez peur que l’État en profite pour imposer des régulations et comme l’État c’est le mal….Vous rejoignez en cela les paranos à la Alain Soral, qui eux réfutent la théorie du changement climatique par peur du « New World Order » et du gouvernement mondial et autres foutaises.

    • L’énergie apportée par le soleil à notre planète est 10000 fois celle consommée par l’ensemble de l’Humanité. Maintenant, prenez une craie et montrez nous que c’est l’Homme le responsable et non pas la Nature elle-même à 99,99 % ?

      • La terre est plate, c’est évident quand je regarde à l’horizon. Maintenant prenez un craie et prouvez-nous le contraire.

        • Ben vous ne devez pas être au bord de la mer. Il y est évident que le sol plonge à l’horizon par rapport à la ligne droite du regard. Donc l’hypothèse H0 est celle de la rotondité de la terre, comme celle de la non-responsabilité humaine dans les fluctuations climatiques. A vous de trouver et de démontrer une hypothèse H1 qui obtiendra suffisamment de confiance pour supplanter H0…

          • Curieusement des millions d’humains n’ont jamais vu cette évidence pendant quelques centaines d’années. J’imagine qu’ils vivaient tous à la montagne

            • S’ils vivaient à la montagne, ils étaient aveugles…

            • A la montagne non plus, il n’y a aucun doute que la terre n’est pas plate (même au-delà de l’évidence humoristique). Où c’est plus difficile, c’est de conceptualiser qu’il s’agisse d’une sphère tant qu’on n’a pas compris la gravité et l’attraction universelle, mais il n’est pas facile non plus de conceptualiser une terre plate et soit infinie, soit avec bords, et d’expliquer alors par exemple qu’un navire un peu éloigné ait « son bois noyé » et qu’on ne voie que la pomme de ses mâts. Religions mises à part, personne n’a vu d’autre évidence non plus.

            • Parce que cette grande partie des humains n’en avaient pas l’utilité.
              Par contre, le marin phénicien ou l’arpenteur égyptien en ont eu rapidement conscience.

      • Vous êtes climatologue vous c’est sûr ça se voit. Vous partez d’un détail que vous avez lu sur Internet et en tirez des conclusions sur des travaux qui durent depuis des années menés par des gens (peu importe s’ils sont en faveur ou contre la théorie de l’origine humaine du réchauffement climatique) qui sont des experts dans leur domaine.

        • Il y a tout autant de climatologues et autres scientifiques tout aussi sérieux et experts qui affirment au vue de leur travail que l’origine anthropique du réchauffement n’est pas prouvé.

    • Vous optez pour certains raccurcis discutables. Le lien entre le NWO et le réchauffement climatique existe et ce n’est pas une question de peur. Cette thèse réchauffiste a été instrumentalisée pour des raisons idéologiques et politiques. Lisez la très intéressante étude d’Emmanuel Grenier sur les racines des mouvements écologistes.

      • Comme pour les crimes à qui profite le catastrophisme?
        Au oints du seigneur conseillers des princes . Qui ,c’est étonnants propose de diminuer les libertés de spolier le travail des autres et surtout de tout régenter selon leur omniscience omniprésente .

  • Nous sommes donc déjà environ le double de population par rapport a une sorte de maximum admissible pour conserver les grands equilibres vitaux. ça me parait grosso-merdo très plausible. Le Changement de climat est-il directement lié au surnombre, qui peux le savoir ?

    • Population mondiale 1981 : 4.5 Mds. dont 1.9 sous le seuil de pauvreté.
      Population mondiale 2013 : 7.0 Mds. dont 0.8 sous le seuil de pauvreté.

      • Que vos chiffres soient exacts, ou non, ne changent rien à l’affaire, le bien-être en terme de pouvoir d’achat de la population ne peut donner un argument de jugement vis à vis du changement climatique, ou non…
        Personnellement je ne parierais rien sur la cause du réchauffement, ni même sur l’existence ou non du réchauffement, mais dire que pour des ressources naturelles données on a un seuil maximal de population admissible ne me semble pas incohérent.

        • Bien sûr, mais tout porte à croire qu’on est très loin de ce seuil. Et comme de plus l’amélioration des conditions de vie conduit à une baisse de la natalité…

        • « pour des ressources naturelles données on a un seuil maximal de population admissible ne me semble pas incohérent. »
          Ce n’est pas suffisant pour déterminer ce seuil. Vous devez tenir compte de la façon dont sont utilisées ces ressources et lesquelles sont utilisées.
          Le pétrole n’avait pas d’utilité au XVIIès et les terres rares n’en avait aucune au XIXè et même au début du XXè. Ces substances n’étaient pas considérées comme des ressources. Idem pour l’agriculture: suivant les techniques utilisées et produits cultivées, la production varie pour une même surface.
          Bref, ce type d’évaluation néglige le facteur principal: le progrès et l’intelligence humaine.

        • Les ressources naturelles données cela n’existe pas . Les ressources sont humaines et rien d’autres .

  • ce personnage insignifiant qui a fait de l’écologie son standart et de sa manne financière pour vivre au crochet est là plus belle escroquerie adoubé par les Médias et les politiques …faite un tour sur sa fondation et remarqué les entreprises pollueurs qui finance sa fondation par contre sa conscience écologique est de niveau Zéro….il ne refuse par le FRIC …FAITE CE QUE JE DIT POUR LE RESTE JE VOUS EMMERDE….

  • Bonjour à tous,
    Quelques éléments concrets :
    – Aujourd’hui, absolument personne ne sait ce qu’il faudrait faire en pratique pour agir sur le climat terrestre (à part sauter comme des cabris en criant « Moins de CO2 ! »). Dans 100 ans, en injectant énormément de recherche et de R&D, nous arriverons certainement à le savoir, et cette action demandera tout aussi certainement énormément d’énergie …
    – Savoir produire de l’énergie à volonté et à bas coût sans hydrocarbones fossiles est effectivement l’un des grands enjeux de l’Humanité du XXIe siècle. La consommation d’énergie primaire est très concrètement la seule vraie mesure du « niveau de vie » de chaque être humain … Pour produire cette énergie, il y a deux voies prometteuses, le nucléaire (eh oui, pour le moment marginal sauf en France !) et le « solaire » (la puissance reçue du Soleil est supérieure à des milliers de fois toute la puissance des installations humaines de production d’énergie). Là encore, le problème n’est pas de sauter comme des cabris, mais d’injecter des compétences et des fonds pour chercher, trouver et appliquer …
    – Il faut encore savoir produire biens et services en produisant zéro déchet non recyclés. Consommation individuelle et « tris sélectifs » ne représentent que des pouillèmes de la production de déchets … Là encore, la solution viendra de la Recherche, de la R&D et de leur mise en oeuvre par les entreprises, avec là encore, un coût énergétique important (on n’a rien sans rien …).
    – « Zéro déchet non recyclé » est enfin un élément du contrôle de la consommation de matières premières en voie de raréfaction : là encore, il faudra savoir les remplacer, à grand renfort de Recherche et de R&D …
    Alors, on s’y met tout de suite (les chinois y travaillent déjà d’arrache-pied, selon toute vraisemblance …) et surtout on s’arrête de geindre sur les rapports du GIEC et les prétendus « jours du dépassement » …
    Bon courage et amitiés,
    Pierre

    • Il ne faut surtout rien injecter ! Le jour où il est avantageux de retraiter les déchets, ne vous inquiétez pas, la R&D s’y intéresse sans qu’on l’aide, et sans le circuit taxes–pseudo-recherche–valorisation où prospèrent les connivences.

      • Bonjour MichelO, Re-,
        Hum !
        La gestion du retraitement de déchets, de la consommation de matières premières, etc. relève tout de même assez largement du « dilemme du prisonnier », qui ne peut être résolu que par la diffusion et la disponibilité d’une information saine sur ces sujets.
        Nous en sommes très loin, le discours politique officiel se situant dans le domaine de l’incantation – voire de l’affirmation idéologique pure et simple.
        Comme en outre ces sujets sont complexes et portent sur un futur éloigné, leur compréhension est encore obscurcie.
        Dans ces conditions, il n’est pas évident du tout que les lois du marché, faussé par les incantations susvisées, suffisent à traiter sainement ces problèmes …
        Amitiés,
        Pierre

        • Je comprends vos interrogations, mais je crois qu’il faut bien distinguer deux domaines : la production d’énergie, où il faut laisser le marché jouer son rôle, et la lutte contre les nuisances, où effectivement l’état peut jouer un rôle moteur même dans une optique libérale. Le problème apparaît quand on prétend que certains aspects sont des nuisances alors qu’ils n’en sont pas, juste pour permettre à l’état de s’immiscer dans le processus.

      • Quel intérêt aurait un acteur privé, disons chinois ou américain ou européen, qui exploite une mine de terres rares en Afrique, à faire en sorte que celle-ci soit exploitée plus proprement? Sachant que ça lui fera des frais en plus par rapport à la concurrence qui elle continuera de s’en foutre.

        • L’intérêt, c’est la pression du marché. Un acteur économique a une image à défendre et la pression des consommateurs est la meilleur défense contre les dégradations de l’environnement.
          Souvenez vous avant la chute des pays socialistes de l’est l’état de pollution extreme des pays collectivistes comme la RDA.
          Dans les pays libéraux, une préservation de l’environnement, dans ceux qui ne respecte pas la liberté et la propriété privé, le gaspillage, la misère ET la pollution.

          • Vous savez très bien que les acteurs économiques se foutent bien de leur image, et que la pression du marché n’est visiblement pas encore assez forte pour empêcher Apple de faire fabriquer ses iPhones par des esclaves chinois, après avoir dépouillé l’Afrique de ses terres rares via des mines extrêmement polluantes. Pareil pour la déforestation, la pollution des sols, des eaux, etc. Tout le monde s’en fout visiblement, consommateurs (enfin, de moins en moins), donc pourquoi faire ce qui est objectivement mieux pour tout le monde (arrêtez de saloper l’environnement) quand rien ne vous y pousse réellement et que la concurrence est féroce?

            • Non non, les acteurs économiques sont très soucieux de leur image et n’ont nullement envient d’associer leur marques avec celles « d’esclavagistes ».
              D’ailleurs vous êtes en plein novlangue, les travailleurs chinois ne sont pas des esclaves, ce sont de ruraux qui vivaient dans la misère, à cause de la politique socialiste des dirigeants collectivistes des années noires du communisme ( x millions de morts) entre autres.
              Le monde va de mieux en mieux grâce au développement économique, et en tout cas pas grâce à des politiques non libérales.

              • En parité de pouvoir d’achat, les revenus moyens en Chine ont à peu près rejoint ceux de 1990 en France… Le revenu disponible des ménages, pro-capita, y permet des achats qui coûteraient de l’ordre de l’équivalent de 16 000 € en France.

            • « quand rien ne vous y pousse réellement et que la concurrence est féroce? »
              Rien ne vous y pousse quand vous êtes en situation de monopole.
              Quand vous êtes en concurrence avec d’autres acteurs et que les clients sont sensibles à l’image environnementale (ou autre) d’une entreprise au point d’influer sur les décisions d’achat (ce qui est le cas dans les sociétés occidentales), une entreprise est obligée d’en tenir compte.

    • Les déchets sont inhérents à toute vie, l’humain et son activité ne faisant pas exception. Zéro déchet, c’est la fin de la vie.

      A moins d’inventer la pierre philosophale pour changer la matière vile en matière précieuse, recycler les déchets, c’est mobiliser des ressources précieuses, bien plus utiles ailleurs, dans des activités par essence non rentables, sinon il ne s’agirait pas de déchets. Tant qu’il est économiquement intéressant de réduire les déchets, tout va bien, mais parvenir à zéro déchet non recyclé est tout bonnement une illusion économique.

      Le remplacement du pétrole fossile se fera par du pétrole artificiel le moment venu, quand les paramètres de prix et de quantité des marchés favoriseront la transition. Cette dernière sera progressive et pourrait avoir lieu au cours du XXIe siècle, mais sans certitude quant à la date étant donné les réserves prouvées, probables et possibles des fossiles encore largement suffisantes pour plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’années. Les quantités disponibles de pétrole fossile ne posent aucun problème. L’incertitude est plutôt relative au prix, dès lors que les avancées technologiques nécessaires pour transformer une réserve possible en réserve probable puis en réserve prouvée seront de plus en plus couteuses, réduisant sensiblement l’écart de coût entre fossile et artificiel.

      • « Les déchets sont inhérents à toute vie, l’humain et son activité ne faisant pas exception. Zéro déchet, c’est la fin de la vie ».
        Bien au contraire les déchets sont le propre de l’être humain uniquement. Dans la nature il n’existe aucun déchet en tant que tel, tout repart dans un cycle.

        • Vous avez évidemment raison

        • Les humains sont partie prenante de la nature et même une part essentielle puisqu’ils ont la charge de la modeler à leur convenance, de l’améliorer. Toute la vie est fondée sur le principe qu’une activité produit des déchets. Partant, toute activité humaine, toute production produira des déchets. Il n’existe aucun moyen de faire autrement. Nier les déchets (humains), c’est nier la vie (humaine).

          Dans l’idéologie écologiste, on sait que la pollution est définie sous forme d’accusation envers l’humanité.

          Pour ne pas se coucher idiot, il est fortement conseillé d’ouvrir un dictionnaire sérieux, non perverti par l’idéologie anti-humaniste, pour découvrir une définition correcte du terme, qui reproche pas aux homme de tous les maux de la Création.

          • Ces foutus animaux qui jettent leurs canettes de Coca sur le bord de la nature! Insupportable!

            • Se débarrasser n’importe comment de ses déchets, de préférence dans le jardin de son voisin, est un autre sujet, sans rapport avec l’existence des déchets, conséquence inévitable de la vie.

        • L’homme ne fait pas partie de la nature .D’accord alors donnez moi une définition de la nature pour que je comprenne pourquoi l’homme est étranger à cette nature . S’i y a dichotomie homme/ nature ou est le problème de l’homme polluant ? sa survie ne tient pas qu’à lui et non pas à la dite nature . S’il fait partie de la nature toute ses actions font parties de la nature … Ou la nature n’existe pas et est un concept flou qui permet de dire tout et son contraire …

  • Il faut relativiser la canicule actuelle: les nuits restent relativement fraîches, contrairement à 2003

    • 15° cette nuit aux environ de Montauban(82) mais 40° maxi au soleil la journée précédente ,foutaise leur canicule,c’est l’été il fait chaud,j’ai toujours connu ça,64 balais au compteur

    • La petite bête
      Allez expliquer ca aux viticulteurs : « il faut relativiser la canicule actuelle » voir Midi Libre d’aujourd’hui :
      Dans de nombreuses vignes situées entre Hérault et Gard, les fortes chaleurs ont littéralement calciné les feuilles et les grappes naissances. Au Chai d’Emilien, 50 % de la récolte et perdue, et de nombreuses questions se posent pour l’avenir.
      « Le feu du ciel », voilà l’expression qui revient ce lundi matin dans la bouche des viticulteurs de la région. Vendredi 28 et samedi 29 juin, les températures records qui se sont abattues sur la région ont littéralement brûlé les vignes. « C’est du jamais vu. Nous sommes vignerons depuis six générations et n’étions absolument pas préparés à ça ».

      • 4 jours de canicule (après un printemps pourri) et hop: c’est la catastrophe! Ben voyons.
        Dans un pays où la chasse aux indemnités et la quémande d’aides étatiques diverses et variés sont plus intéressantes et rentables que se battre pour améliorer son CA et ses marges, il est indispensable de crier à la catastrophe pour espérer obtenir quelques subsides issus de l’argent des autres.
        On en reparlera au moment des vendanges…

  • Les commentaires ‘écolos’ dérapent comme d’habitude. Il n’est pas question de nier le réchauffement, mais bien son origine, pour laquelle la contribution anthropique est très faible. C’est d’ailleurs ce que pense M. Furfari pour ceux qui ont assisté à ses conférences. Enfin que les ‘idéologues’ retournent à la Science, qui elle montre clairement que la température SUIT l’augmentation de CO2.
    par exemple : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0921818111001457

    Ce fut également le cas il y a 240 000 ans en Antarctique, mais ici avec un décalage de 800 à 1000 ans, et non plus d’environ 11 mois.
    Caillon, N. et al. 2003. Timing of atmospheric CO2 and Antarctic temperature changes across Termination III. Science, 299, 5613, 1723-1731.

    Seuls comptent les faits (scientifiques) pas les idéologies aveuglantes… qui agitent sans cesse le CO2 pour (essayer de nous) faire peur.

    • En effet. Et d’où viennent les hydrocarbures naturels, sinon d’une période de réchauffement dont nous sommes encore loin ?

  • Ah mince! c’est fou! c’est l’été, il fait 35 degrés a Paris et on appelle ça canicule ! ça a toujours été comme ça (sauf l’année dernière ou on a eu 15 degrés a partir du 14 juillet). ben oui, l’été, il fait chaud, c’est normal quoi. En début d’année j’ai été 2 fois skier dans les Alpes : enneigement record, enneigement record a Paris également 30cm et plus par endroit)
    Avec les trombes de flotte qui nous sont tombées sur la poire cet hiver, encore heureux qu’on ai un été digne de ce nom.
    D’ailleurs, mes arbres et autres plantes ne souffrent pas vraiment, il a tellement plu cette hiver que les nappes phréatiques sont pleines malgré la « canicule ».
    bref tout ça pour dire qu’il est ridicule de croire que le climat doit être régulier et ne doit jamais varier. Tant que l’homme, grâce a son ingéniosité s’adapte, il n’y a aucune raison d’avoir peur et de se laisser berner par Hulot et cie

  • Il n’existe que deux énergies fondamentales, massives, peu coûteuses et structurantes :
    – le nucléaire pour les besoins fixes
    – le pétrole pour les besoins de mobilité

    Les autres sources resteront ou deviendront progressivement des énergies d’appoint dont il convient de maîtriser l’impact économique si on ne veut pas ruiner un pays et obérer son avenir, condamnant irrémédiablement les générations futures à la pauvreté et au sous-développement.

    Dépenser plus d’argent public et privé dans les éoliennes ou le PV que dans le nucléaire alors qu’ils ne seront jamais que des énergies d’appoint mineures est complètement absurde. Mais leur promotion obstinée par ce gouvernement est encore plus scandaleuse lorsqu’elles sont financées par des dettes publiques que les prochaines générations devront rembourser, sans en percevoir le moindre bénéfice dans leurs vies.

    • Je suis certain qu’un Norvégien ne dira pas comme vous. Pour lui, il existe deux énergies fondamentales :
      – l’hydroélectricité pour les besoins fixes
      – le pétrole pour les besoins de mobilité…
      Comme quoi, ne voyez pas midi à votre porte.

      • Tant mieux pour la Norvège qui exploite intelligemment ses ressources naturelles au profit de ses 5 millions d’habitants.

        C’est une tête d’épingle relativement à la masse des besoins énergétiques mondiaux des 7 ou 8 milliards d’humains et demain 10 milliards. Toujours le même problème constaté à propos des raisonnements spécieux, fondés sur la confusion des échelles de grandeurs, l’équivalent de l’erreur de parallaxe en métrologie, qui fausse plus ou moins volontairement le raisonnement. C’est d’ailleurs le problème récurrent de l’écologisme politique.

        Typiquement ici, un écart de 2000 contre 1.

        • Bonjour « Cavaignac », Re-,
          Ajoutons qu’un jour pas forcément très lointain, la fabrication d’hydrocarbures par un circuit « court » : « énergie solaire directe -> réacteurs biologiques -> production d’hydrocarbures » coûtera certainement moins cher globalement que l’extraction des hydrocarbones fossiles raréfiés … résolvant par la même occasion le problème de l’émission de CO2, en admettant que celui-ci soit vraiment important … par rapport aux autre paramètres largement inconnus du climat …
          Tout cela passe par de la Recherche et de la R&D, comme le reste …
          Amitiés,
          Pierre

          • Tout à fait d’accord (voir plus haut) à propos de la transition pétrole fossile vers pétrole artificiel. Il y a en revanche pas mal de doutes à avoir sur les moyens que vous décrivez (notamment l’énergie solaire directe, a priori insuffisante).

            Au total, le pétrole au sens large, fossile ou artificiel, restera le vecteur majeur de la mobilité pour très longtemps, du moins à l’horizon de notre capacité d’anticipation et de nos connaissances actuelles.

            Prétendre interdire l’usage de l’automobile et du pétrole dans les villes d’ici une à deux décennies est une folie politicienne qui va se payer par des crises et des émeutes. Surtaxer la consommation de pétrole et d’énergie en général également. Quand plus personne ne pourra ignorer que sa précarité est fabriquée volontairement par des impôts insensés, prélevés en pure perte pour satisfaire une caste agissant comme une nouvelle noblesse d’Etat obèse, la révolte ne sera plus très loin.

        • A propos de tête d’epingle, le nucléaire c’est seulement 10 % de la production électrique mondiale…

          • Dans votre discours, vous commettez exactement l’erreur dénoncée plus haut en mettant sur le même plan un ratio de 10/1 avec un ratio de 2000/1. Ce ne sont pourtant pas du tout les même ordres de grandeur, pas le même monde.

    • Quand on parle d’eolien il est bon de se rappeler que c’est une énergie intermitente et qui le restera tant que le stockage sera hors de notre portée et que jusqu’à ce moment là elle reste un risque de cause de black-out comme cela a failli arriver le 10 ou 11 janvier de cette année

  • Il faut bien admettre que les socialistes verts ont une sensibilité sélective sur l’origine de la pollution. Visiblement à certains endroits, elle ne les dérange pas, bien au contraire…

    https://www.lemondejuif.info/2018/04/hypocrisie-silence-assourdissant-des-ecologistes-francais-sur-lecocide-perpetre-par-le-hamas-a-gaza/

    • S’il y avait pas le blocus sur Gaza, peut-être que les Palestiniens pourraient faire comme la plupart des pays occidentaux et envoyer leurs déchets se faire traiter en Chine…

      • En plus vous adhérez au « victimisme palestiniens »;
        Vous êtes parfait dans les clichés et vous voulez donner des leçons .Renseigniez vous sur l’histoire de ces « palestiniens » et qui les maintiens dans la pauvreté et la haine. Sachez que le blocus Israélien concernent seulement les produits pouvant servir à confectionner des armes et explosifs… Pour les soins(par ex) Les gazaouis bénéficient des hôpitaux des horribles Israéliens ETC
        Changez de sobriquet , Boris Pravda C’est drôle aussi!

  • Incohérences. Bande de ploucs ! Savez-vous que vous vivez dangreusement à crédit , en avalant goulûment les pommes de terre qui ne pousseront non pas l’année prochaine, mais dans cinquante ans au moins… car il y a bien longtemps que vous faites ce coup là à ce pauvre Macron et à ses fiers adjoints Benalla et Hulot. Rendez-vous bien compte que si vous vous prétendez fauchés, c’est tout simplement parce que vous payez des patates qui n’existent pas, et pour lesquelles les paysans ne sont par conséquent pas payés au juste prix, qui serait le leur si elles existaient réellement. Comprenez une fois pour toute que votre superette vous vend des faux légumes cultivés dans l’arrière boutique, sans terre, sans eau, avec seulement des déchets de sacs plastiques recyclables récupérés en mer. C’est indigérable, constipatoire et ne sert qu’à vous faire grossir…Je suis en train de créer une ONGE pour vous informer vraiment: aidez-moi…Je ne peux rien sans vous…
    Si des salopards vous vendent des produits naturels qui n’existent pas, les paysans « de pays » qui produisent de vrais produits naturels ne peuvent plus vendre les leurs. Facile à comprendre… Pour terminer je veux donner un coup de chapeau à Hulot qui m’a fait comprendre d’un seul coup ce matin sur France-Info que l’on doit arréter certaines centrales nucléaires, parce que l’eau des riviéres, qui ne manque pas encore, est trop chaude pour les refroidir…alors que moi, laissé ignorant, je croyais que dans les grandes tours de refroidissement on refroidissait l’eau chaude venant de l’usine,en l’olbligeant à évaporer de l’eau de rivière chaude ou froide…
    Heureusement nous avons Brigitte qui s’habille si bien et gratuitement, pas comme Fillon.
    L’est pas aussi bête qu’il le prouve l’Hulot …

  • Balthazar, il faut arrêter la vision malthusienne! Vous occultez les progrès technologiques, le génie humain, et ce alors que les conditions de vie sur terre pour les hommes n’ont jamais été aussi bonne! Vous exagerez franchement.
    Quand aux déchets, ils peuvent devenir une ressource précieuse grâce a une invention quelconque du jour au lendemain. A ce que je sache, nous ne produisons rien, nous transformons seulement. Il n’y a donc aucune raison d’avoir peur , nous n’epuiserons jamais aucune ressource. Nous pourrions même (la c’est de la SF mais bon j’ai confiance en l’humanité que voulez vous) apporter des ressources a la planète en provenance de l’espace lorsque la technologie le permettra.

  • La dictature écologique n’a rien à voir avec la vérité : c’est une nouvelle religion suicidaire, née sur le déclin du Christianisme, parce qu’aucune population humaine n’est jamais restée sans religion. Le plus incroyable est que le Pape lui-même s’y est converti !.

  • oui je radote ça depuis le début, leur résultat est la démonstration éclatante de l’absolue n »nécessité des fossiles pour l’humanité..yaka etre moins nombreux…

  • Croître sans surexploiter les ressources naturelles nécessite de faire preuve de créativité. Or sans matière grise, pas de créativité, et sans liberté, pas de matière grise.

    Un pays administré à la française a pour effet d’atrophier la matière grise de sa population. D’où l’impasse où nous sommes. Comme le régime qui convient aux cerveaux atrophiés est la dictature, elle est maintenant présentée comme désirable par les idiots utiles que sont les écolo-vegan-religio-étatistes-etc…. (les communistes, c’est comme la lessive des années pub, quand ils changent de nom, c’est juste l’emballage qui change).

    La France semble ainsi promise à une dictature assumée pour régner sur un territoire que son énarchie aura destiné à être peuplé de sous-hommes. C’est très théorique.

    En pratique, la dictature n’est pas un mal nécessaire car, au plan local, j’observe que, dans la plupart des cas, chacun agit à titre privé avec une conscience écologique de plus en plus évoluée. Par contre, dans le même temps, les pouvoirs publics s’évertuent à faire de la com sur des actions fictives pour sauver les apparences de leur utilité. C’est comme Hulot, grotesque.

    La question se pose de savoir combien de temps il va falloir encore supporter le spectacle débilitant de tout ce cirque ; car il dilapide notre argent alors que nous en avons besoin pour développer les activités que nous sommes les mieux placés à savoir pertinentes et qui manquent.

  • c’est bizarre de voir que l’on veut interdire les véhicules thermique essence/diesel pour cause de pollution….veux t’on fermer délibérément les robinet du pétrole qui sont arabes en majorité pour les détruire financièrement…est ce une nouvelle guerre économique!!!!donc demain électrique et je ne sais quoi?? est ce que la pollution va servir pour des causes de suprématie et de domination….???

    • Pour faire des voitures électriques, il faut une grosse quantité de plastique. Comment fabrique-t-on du plastique?

  • @adrian Smith il y a des libéraux qui sont tout a fait d’accord avec les théories du RCA. Ici sur CP, ce ne semble pas vraiment être le cas, on est d’accord. RCa ou pas , les libéraux sont surtout contre les solutions que veulent imposer les états a leurs populations. D’abord ces solutions (normes environnementales, taxes…) sont inefficaces, cela s’est confirmé dans beaucoups d’autres domaines ( cigarette , drogue par ex) ensuite elle amènent a des privations intolerables de liberté, qui sont les prémices de tout état dérivant vers le totalitarisme, et pour finir elles empêchent la seule démarche qui permet vraiment d’améliorer les choses, le progrès technologique, en accaparant tous les financements et les cerveaux.

    • C’est pas tout a fait vrai. Les augmentations brutales du prix du tabac provoquent des baisses du nombre de fumeurs:
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/28/visualisez-la-baisse-de-consommation-du-tabac-en-cinq-graphiques_5305942_4355770.html

      On a eu une énorme baisse l’année dernière après quelques mesures fortes de l’État:
      https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/05/28/forte-baisse-du-nombre-de-fumeurs-en-france_5305831_1651302.html

      Pareil pour les accidents de la route. L’introduction des limitations de vitesse en 1973-1974 ont eu un énorme impact sur le nombre de morts:
      https://www.legipermis.com/blog/wp-content/uploads/2015/06/evolution-mort-sur-la-route-france.jpg

      L’évolution à la baisse sur le long terme est bien sûr due à un mélange de facteurs (législation plus stricte, meilleures voitures, meilleures routes, etc.).

      Donc peut-être que parfois ça vaut le coup de priver les gens de leur liberté de rouler à 180 km/h bourrés en ville…

      • N’importe quoi ! Ca n’est pas l’introduction des limitations de vitesse qui a réduit drastiquement le nombre de morts en 1973-1974, mais la ceinture de sécurité. A ce niveau d’ignorance, on a du mal à ne pas accuser la mauvaise foi…

        • Non vous avez raison, la ceinture de sécurité a eu beaucoup d’impact aussi. Surtout depuis que l’État en a rendu le port obligatoire…

          • Avec AdrianSmith on en tient un bon..

            Vous auriez des lectures plus saines, par exemple Contrepoints que vous sauriez que la courbe du nombre de mort sur les morts est biaisées et que l’évolution des morts par Millions de km parcourus est moins flatteurs pour l’état (qui donc ne la montre pas).
            Je vous dis cela mais je pense que vu vos multiples posts qui sont du copié-collé de la doxa étato-collectivisme, vous n’irez pas changer d’avis.
            Cordialement quand même :).

            • Alors que les vôtres sortent de votre esprit exceptionnellement brillant et ne sont pas des copier-coller de ce que vous lisez ici. La paille idéologique dans l’oeil du voisin…. Bisous 🙂

              • Nous sommes des nains, des nains juchés sur des épaules de géant. Ben oui, ce que je sais, je l’ai appris de mes lectures.. comme tout le monde.
                Ils n’y a pas de génie là dedans.
                PS Il n’y a pas que CP comme source d’information. Vous savez le libéralisme, c’est aussi les lumières et le droits de l’homme.
                Une paille.

      • Donc peut-être que parfois ça vaut le coup de priver les gens de leur liberté de rouler à 180 km/h bourrés en ville…

        Dommage, vous n’avez pas essayé le 200 km/h… On ne saura jamais… Dans un monde parallèle peut-être ❓

        Blague à part, ce qui a fait beaucoup, c’est l’évolution technologique des véhicules. ABS,ESP, zones déformable/non déformables, Airbags et j’en passe. Ce n’est pas votre p.tain de m.rd. d’état qui l’a fait. C’est bien l’industrie de la voiture. L’état, à part les bermes centrales, les aménagement pour les motards… et encore.
        Sans ce tr.. d. c.l d’état, il y aurait moins de mort avec une DDE plus réactive. J’ai un exemple.

      • On se demande ce que cherche la douane au frontières espagnole, andorrane, luxembourgeoise. Surement à éviter que les précieuses cigarettes s’échappent et polluent à l’extérieur hein ❗

      • Au risque de vous décevoir les pays qui ont des réglementations moins débiles ont de meilleurs résultats en ce qui concerne la sécurité routière, enfin tant que l’on tient compte du nombre de km parcourus . D’autre part plusieurs pays ou la voiture n’est pas vraiment une pompe à fric pour l’état ont relevé leurs limites de vitesse dans les endroits ou c’était possible et ont constaté une baisse du nombre d’accidents . Ils n’avaient pas la chance d’avoir des enarques et des Perrichon en charge de ce qu’ils ne comprennent pas

  • @adrian Smith
    les travailleurs chinois préfèrent travailler (le salaire est évidemment plus faible qu’en France puisque le niveau de vie aussi) que crever de faim et personne ne les oblige a travailler pour apple.
    Le nombre de fumeurs « officiel » diminue mais le marché noir explose et le nombre de jeune qui s’y mettent également.
    Bien évidemment, les gens lisant CP étant en moyenne des gens éduqués et plutôt intelligents (ce n’est qu’un constat perso ) aucun n’est pour que l’on salope l’environnement. Seulement des solutions qui paraissent évidentes pour régler les problèmes de pollution (interdictions de ceci-cela, taxe sur ceci-cela) sont en réalité inéfficaces voir contre productives et l’on considère que laisser faire le marché est la meilleure des solutions. Dans un monde (hypothétique) ou la concurrence serait réellement libre, personne n’aurait intérêt a pourrir l’environnement. Par contre il est une certitude : les états et les entreprises de connivence avec celui ci ont provoqués les pires catastrophes environnementales ( guerres, génocides, etc)

    • Je ne parlais pas des travailleurs Chinois qui en effet doivent bien bouffer et n’ont pas forcément le choix. D’ailleurs, au passage, voici un parfait exemple de pays où la législation et le droit du travail sont très laxistes (le rêve libéral). Bizarrement, aucune entreprise n’a décidé d’accorder à ses employés la semaine de 35 heures payées 39 et 6 semaines de congés payés. Comme quoi, si l’État ne force pas la main sous la pression des défenseurs des intérêts des travailleurs, ceux-ci se retrouvent systématiquement avec des conditions de travail proches de l’esclavagisme #19emesiècle.
      Ce dont je parlais, c’était des consommateurs. La plupart des gens, moi compris, vous aussi sûrement, savent très bien que pour fabriquer leurs smartphones, il a fallu pourrir des terres en Afrique puis faire bosser des chinois 15 heures par jour. Malheureusement, les ventes de smartphone ne se cassent pas la gueule pour autant.
      Donc la « pression du marché » n’a strictement aucun effet le cas échéant: Apple, Samsung, et compagnie n’ont strictement aucun intérêt à faire gaffe à l’environnement, vu que les gens continuent de s’en foutre.

      • Alors que les pays collectivistes ont montré l’état déplorable de l’environnement.
        C’est marrant ce déni de la réalité. Le libéralisme, ce n’est pas le paradis, c’est souvent dur. Mais les pays socialistes, c’est l’enfer.

        • Est-ce que vous m’avez lu une seule fois écrire qu’il fallait instaurer un système collectiviste ou stalinien? Ou bien votre vision binaire du monde (gentil libéralisme/méchant collectivisme) vous empêche de nuancer votre pensée?

      • Je serais curieux de savoir si les écolos ont bcp moins de smartphones que les non-écolos…

  • vous augmenter le tabacs ,vous faites une annonce :la vente de tabacs à baissé..mais entretemps vous augmenter le marché parallèle,+frontalier,en vérité ce sont des taxes que L’état ne touche pas ..c’est comme pour le carburant en place se créer un vol important du carburant ..le vrai probléme le baril de pétrole a 50 dollars ..les américains exploite à perte le gaz de schiste…et nous on baisse notre froc ..il est la le vrai probléme..mais personne n’en parle ..

  • Nous avons les politiques les plus bêtes du monde. Que va-t-il se passer?
    Un jour il y aura un hiver très froid après un été très chaud et ses mauvaises récoltes et patatras: coupures de courant, coupures d’approvisionnement, émeutes peut-être même révolutions ou guerres.
    Et on parlera de Hulot comme de Daladier ou Chamberlain.

  • @ Adrian Smith, vous avez une vision très rétrograde de l’entreprise. Vous faites référence au travail a la chaîne pendant la révolution industrielle (19e siècle), or l’entreprise est devenue bien différente aujourd’hui, grâce au progrès technologiques ( automatisation, énergie abondante, etc). Votre vision est également très franchouillarde: ce que vous pensez être des acquis sociaux ne sont en réalité qu’une retenue sur votre salaire pour avoir un avantage quelconque (congés payés, sécu, chômage ) d’où le fait que les Français se trouvent mal payés. Au final ce n’est qu’une perte de liberté dans votre façon de dépenser votre salaire total. Les Libéraux sont contre l’esclavagisme, tout comme vous. Les solutions que l’on propose sont différentes des votre (celles des étatistes). la faillite morale et économique des pays socialistes devrait pourtant vous ouvrir les yeux.

    • Vous devriez voir l’état des entreprises qui assemblent les téléphones en Chine, ou les mines en Afrique, ou les usines de textiles au Bangladesh – non, définitivement, c’est bien le 19ème siècle.
      Quant au fait que la législation interdise le travail des enfants ou la semaine de 60 heures avec un jour de congé toutes les semaines, en quoi est-ce une retenue sur mon salaire qui limite ma liberté?

  • Chaque fois que le gvt est en difficulté pour un problème de probité, ou de promesses de résultats non tenu, il nous lâche ses chiens. Maintenant c’est tous les jours. Le plus gros et le plus lourd est le méchant réchauffement climatique: cette fois il va tuer les 2/3 de la population du globe avant la fin du siècle, sans même qu’on ait besoin de se doter d’un tyran providentiel. Une chance ! Enfin diront les adeptes du commandant Cousteau, ça fait plaisir à entendre ! Le seul hic est que tout bien réfléchi, ce ne sera pas assez. Et les chers auditeurs qui ferment radios, télés et journaux augmentent à chaque alerte de ce genre. Car les auteurs de la soi-disant étude dont on nous informe, ne disent jamais leurs noms et sont invisibles. On les comprend ! On ne voit ou n’entend que la ménagère de moins de 50 ans affolée par les commentaires stupides qu’elle est obligée de raconter. Voilà comment le manque de probité génère automatiquement des fakes news. Je pense qu’il y a quelque chose à faire…

  • « Puisque depuis ce 1er août nous continuons à manger du poisson et de la viande, faut-il supposer que ceux-ci proviennent de la planète Mars ? Non. Ce qui est en cause, c’est uniquement la consommation d’énergie fossile, qui représente bien plus que la production de biomasse que la Terre peut produire. »

    Je ne comprends pas bien. C’est un fait, par exemple, que les ressources halieutiques sont surconsommés. Les poissons ne se reproduisent pas aussi vite qu’on ne les pêche. Nous vidons les océans (en plus de les polluer de plastique) c’est un fait.
    L’expression « à crédit » n’est peut être pas bien choisi, c’est tout…

  • Nicolas hublot est une burne, d’animateur de télé a industriels puis politique salonnard sa crédibilité scientifique est nulle

  • Et en même temps 50% de la production alimentaire mondiale part à la poubelle : craignent pas la contradiction les escrolos. Leur jour du dépassement, c’est « un petit calcul et on s’en va » comme disent les normands…

  • Et ceux qui ont dépassé trop tôt dans l’année leur quota de bonnes idées devraient être ignorés à partir de cette date. Quant à ceux qui, genre Einstein, on dépassé jeunes le quota pour leur espérance de vie, ils faudrait sans doute les lobotomiser…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Le 30 avril 2022 à la salle Gaveau (Paris) a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022. Un groupe de huit étudiants a fait une déclaration fracassante qui aurait dû rester un incident de parcours. Largement médiatisée, elle est devenue un événement quasi national. De quoi s'interroger sur l'avenir de notre société.

 

Une intervention programmée

La cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022 était organisée par AgroParisTech Alumni – l'association des anciens élèves – et a fait l'objet d'une vidé... Poursuivre la lecture

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L'environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

"La bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de fai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles