Les Hauts-de-France ont-ils besoin des éoliennes de Dunkerque ?

La presse s’enthousiasme sur le choix d’EDF pour le projet de champ d’éoliennes de Dunkerque. Qu’en est-il vraiment ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eoliennes en Picardie-cliché Jean Weber by INRA DIST (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Hauts-de-France ont-ils besoin des éoliennes de Dunkerque ?

Publié le 23 juin 2019
- A +

Par Michel Negynas.

La presse s’enthousiasme sur le choix d’EDF pour le projet de champ d’éoliennes de Dunkerque et le prix de vente évoqué du MWh, à moins de 50 euros (on parle de 44 euros…)

Il est pour l’instant assez difficile d’avoir une idée claire de la chose, et EDF n’est pas bavarde, contrairement au ministre de la Transition écologique.

Celui-ci déclare « un projet de près de 600 MW, 45 éoliennes, capables d’alimenter 500 000 foyers en électricité avec 2,3 TWh par an… des éoliennes de 12 MW… »

Ailleurs, on suppose plutôt 75 éoliennes de 8 MW, ce qui serait plus conforme aux 600 MW…

Mais le prix du MWh proposé, moins de 50 euros/MWh, et un taux de charge calculé de l’ordre de 44 % (d’après les chiffres du ministre) ferait pencher pour des éoliennes géantes, (220 mètres en bout de pale) capables d’attraper des vents en altitude. Les meilleurs taux de charge actuels sont de l’ordre de 47 % pour des parcs récents et très bien ventés.

Du point de vue tarif, seule une installation fait presque aussi bien en Europe pour l’instant. Et la seule éolienne de 12 MW jamais construite est un prototype en essai à terre dans le port de Rotterdam. On espère, pour notre portefeuille, qu’EDF a bien jaugé les risques. En tout cas, il semble que les concurrents écartés jugent le projet assez osé.

Quant à alimenter 500 000 foyers, ou même, selon certains, 40 % du Nord avec 600 MW, il faudra se serrer la ceinture surtout les jours sans vent. Cela fait 600W par foyer en moyenne sur l’année. Et à Dunkerque, il y a une des plus grosses usines d’aluminium d’Europe.

On ne connaît pas non plus le montant de l’investissement. Mais RTE a fuité : c’est lui (donc nous) qui paiera l’équipement de raccordement, un énorme machin de plusieurs étages, en mer lui aussi, pour diminuer les coûts. La chose est évaluée à 250 millions d’euros, et représente 15 à 20 % de l’investissement total. Cela nous mène entre 1,2 et 1,6 milliards d’euros pour le total.

On peut aussi s’interroger sur le sérieux des coûts et des prix annoncés dans cette industrie : les prix négociés en 2012 s’élevaient à 200 euros/MWh, et renégociés il y a un an 140 euros/MWh. Même les semi-conducteurs ne vont pas aussi vite avec leur loi de Moore !

En fait, ce prix ne peut être comparé à un prix « normal », puisque la probabilité d’obtenir le « produit » à un moment donné, quand on en a besoin, est très inférieure à un. Si le « coût » est de l’ordre de 50 euros, le « prix » de vente, lui, devrait inclure un rabais pour la prise de risque inhérente au fait que la délivrance du produit est incertaine. Si vous jouez à la loterie, avec votre billet vous achetez des objets sans savoir si vous les aurez, mais le prix du billet est très inférieur au prix des objets.

Nous ignorons, en outre si dans le prix de 50 euros est inclue la nécessité d’acheter des « capacités garanties » aux centrales nucléaires voisines.

Mais de toute façon, on ne va pas ergoter : tout cela est complètement inutile. À Gravelines, 5400 MW sont déjà installés, déjà anciens mais qui peuvent bien durer encore 20 ans ou plus. Cette centrale est la plus grosse d’Europe. Son eau chaude est récupérée pour de nombreux usages locaux. Les réacteurs datent de 1980 à 1985, et EDF a dépensé 1 milliard d’euros pour aller jusqu’à 2040/2045. Les éoliennes pourraient-elles alors remplacer au moins un des réacteurs à cette date ? En 2045, les éoliennes auront 20 ans : d’après l’ADEME, c’est la fin de vie pour elles aussi.  Pas de chance.

Et à Grande Synthe, il y a une centrale à gaz de 600 MW, très écologique, car alimentée en gaz de récupération de la sidérurgie…

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
    • depuis la mise ne place des réacteurs nucléaires, ça a été la chanson, il y a qu’à mettre des éoliennes.. depuis lors, les gens expliquent pourquoi ça ne peut pas faire le truc… ils l’expliquent plus depuis qu’on commence à en installer…et maintenant on a le retour allemand sur les émissions de CO2 notamment.

      on ne peut que penser que la transition energetique française à pour seul but de mettre fin à électronucléaire, à n’importe que prix et à n’importe quel effet sur les emissions.

      • on appelle ça l’idéologie..et ça n’adresse pas vraiment la raison, il suffit d’admettre « le nucléaire est démoniaque » le reste suit..il est juste rigolo de voir comment est gérée l’existence de plusieurs diables en compétition.

    • Avec Georges Macron à leur tête, En Marche dans Seul Dieu sait quoi… :mgreen:

    • Etant donné que les journalistes sont des crétins ignorants, rien d’étonnant à cet enthousiasme pour une débilité coûteuse et inutile.

  • Nous ignorons, en outre si dans le prix de 50 euros est inclue la nécessité d’acheter des « capacités garanties » aux centrales nucléaires voisines.

    Forcément, puisque c’est gratuit, quelqu’un paiera. Ce sera l’utilisateur.
    Il faut bien baiser l’électeur pour faire passer ses lubbies. Puis se faire réélire.

  • A partir du moment ou on interdit toutes les filliaires energetiques autres que solaire eolien et hydraulique…..ces energies sont obligatoirement bon marche quelque soit leur cout..quand on n’a pas le choix ….
    Reste a savoir si ce cout est compatible avec les revenus de la population….et c’est le cas donc…..et si cela ne l’est pas , z’avez qu’a bien voter..si on vous laisse le choix

  • Le pire, c’est que tout ce barouf sur la transition énergétique est fondée sur un prémice faux, à savoir que le CO2y est pour quoi qjue ce soit dans le -faible- réchu

    • réchauffement, disais-je donc, observé. Tout le rayonnement dans l’infrarouge lointain émis par la terre est en effet déjà absorbé par la vapeur d’eau et deuxio, l’absorption du CO2 est saturé dès 200 ppm environ

      • Taux de CO2 dans l’atmosphère: 0,04%, et ils crient qu’un gaz aussi rare, l’argon y est de 0,9%, réchauffe la Terre? Quel bande de débiles mentaux!

        • Le CO² représente 95% de l’atmosphère martienne. Apparemment, Mars n’est pas l’insupportable étuve que les réchauffistes nous promettent avec leur prétendu effet de serre. Etrange, non ?

  • Chacun peut admirer l’économie du projet en comparant les coûts.

    D’un côté, on investit un milliard pour rénover 5400 MW de centrales existantes produisant régulièrement ses MWh à moins de 50 euros l’unité. De l’autre, on investit 1,6 milliard pour financer l’érection d’à peine 600 MW d’éoliennes, à partir d’une technologie non encore éprouvée, produisant aléatoirement des MWh pour un coût de production unitaire dont on ne sait toujours pas s’il va finalement être de 50, 140 ou même 200 euros.

    Produire 10 fois moins pour 6 fois plus cher ! Pas besoin d’avoir fait de hautes et longues études pour comprendre où se situe l’intérêt général de la Nation.

    La messe est dite.

  • La plus gigantesque escroquerie jamais imaginée! chapeau bas!

    • Mais quand on a affaire à un peuple d’abrutis qui avalent n’importe quelle ânerie pourquoi se gêneraient-ils?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la bonne heure ! Un nouvel expert plus expert que les experts d’EDF semble renforcer la nécessaire démonstration que l’opérateur historique tend à sombrer dans l’impéritie. Pourquoi pas ? Sans savoir de quoi cet auditeur atteste qu’il retourne, examinons donc ce qu’il serait possible de modifier dans la conduite des chantiers en cours permettant de parvenir à écourter leurs durées.

 

La maintenance des centrales nucléaires

La doctrine de maintenance des centrales nucléaires, adoptée depuis toujours par EDF, consiste à mai... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, que l’on soit pour ou contre le nucléaire, cultiver une réputation d’analyste pondéré et sérieux oblige à la posture de bon aloi consistant à assortir ses raisonnements de l’affirmation selon laquelle les énergies renouvelables « rentables » doivent être développées dans tous les cas. La réputation prend singulièrement du relief quand on va jusqu’à déclarer que, sans elles, le nucléaire seul ne parviendra jamais à couvrir nos futurs besoins électro énergétiques.

Pour faire un sort à cette dernière affirmation plus que grat... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles