Mortal Kombat 11 : la lutte autour du corps des femmes

Les créateurs ont sacrifié ce qui en a fait le succès pour faire plaisir à la pression sociale voulant masquer et enlaidir le corps féminin.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mortal Kombat 11 : la lutte autour du corps des femmes

Publié le 3 juin 2019
- A +

Par Dern.

Le véritable champ de bataille du dernier Mortal kombat est passé du ring aux bouts de tissus que portent les femmes du jeu.

Mortal Kombat est et demeure un des jeux de combat les plus emblématiques de l’histoire. Le jeu est né en 1992, en concurrent direct de Street Fighter, mais dans une version largement plus violente, à tel point que des associations ont dénoncé sa présence dans les salles de jeux d’arcades de l’époque.

De la violence, des beaux gosses et re-de la violence

Car s’il existe une histoire à Mortal Kombat, elle n’a aucune importance. Le but de ce jeu est d’enchaîner des combos et de voir les héros, des hommes ultra bodybuildés ou des femmes aux mensurations délirantes, se mettre des highkick et cracher le sang sur fond de bruits étranges.

Le kitsch fait partie intégrante de l’ambiance de ce jeu. Irréaliste au possible, Mortal Kombat n’a jamais eu d’autre vocation qu’un ludisme effréné dans lequel tous les personnages joués sont des caricatures.

À l’origine, les personnages féminins comme masculins incarnent de manière outrancière les clichés ultra stéréotypés que l’on a en tête pour chaque genre : les bras comme des poteaux, le torse huilé, les traits durs et des cicatrices pour ces messieurs ; la taille fine, la poitrine très prononcée, les traits néoténiques et une chevelure de rêve pour ces dames. Et très peu de vêtements pour tout ce petit monde, parce que ce serait dommage de gâcher le tableau.

On n’y vient pas pour une réflexion philosophique sur la vie, et encore moins pour prendre une leçon de morale.

Au vu de cette perspective, la dernière mouture du jeu devient pour le moins déstabilisante.

Le créateur assume

Dans sa onzième version sortie le 23 avril dernier, le jeu met en scène des femmes que les joueurs ont très vite catégorisées comme… moches. Les visages ne sont plus aussi gracieux, les cheveux sont courts, les costumes couvrent tout le corps, et les mensurations redeviennent dans l’ordre du réaliste.

Steve Beran, directeur du studio NetherRealms et réalisateur du jeu, commente :

« Notre design devient plus mature et plus respectueux. Vous n’allez pas porter un bikini pour un combat. Vous n’allez pas montrer autant de peau. […] C’est particulièrement vrai pour les combattants féminins. »

Ils prennent donc fait et cause pour davantage de réalisme dans leur approche des vêtements.

Parce que ce type de tenue profilée est particulièrement seyante quand UN HOMME combat, bien sûr.

La Ligue des Coincés

Personne n’aurait intérêt à planter à ce point l’une des raisons du succès de son jeu si ce n’était pour faire plaisir à la nouvelle doxa du Camp du Bien, la ligue des coincés et des gâteux perdus dans leur indigence satisfaite et leurs délires d’oppression.

Le corps des femmes est donc devenu le nouveau terrain de lutte idéologique des puritains modernes. De la part des héritiers de mai 68, ça porte à sourire. Le courant originellement porté sur la libération sexuelle a transité vers la libération sexuelle des femmes pour finir par une guerre des sexes. Là où en mai 68, on prônait la mini jupe, cinquante ans plus tard, on mesure les mètres carrés de tissus, tels des dragons de Vertu.

En l’an de laideur 2019, la beauté ou la capacité à attirer l’autre sexe est un motif de honte publique. Il est bon d’assumer son corps… tant qu’on ne correspond pas aux critères de beauté classique. Il faut dire que la Team Progrès a du retard à rattraper : les conservateurs (sur le plan moral) sont scientifiquement plus attrayants que le Camp du Bien. Alors il faut faire de la discrimination positive, pourquoi pas un impôt sur la beauté ? Après tout, il existe bien un privilège à la beauté, alors on pourrait peut être le taxer…

En attendant, « assume ton corps et libère toi, SAUF si tu es plus jolie que moi » semble être la ligne de conduite des nouveaux puritains.

Le socialisme fait des ravages, n’y touchez pas

 

« Cachez cette beauté que je ne saurais voir ! » crient-ils tels des Tartuffes modernes. On pourra prendre comme autre exemple de cette censure le foin qu’avaient fait les associations féministes concernant la superbe publicité montrant un non moins superbe postérieur de dame voilé d’une superbe pièce de lingerie. Horreur, flibusterie, mille tonnerres ! Le pays qui a donné le marquis de Sade ne supporte plus la vue du corps d’une femme. Les demandes de retrait de cette affiche ont littéralement déferlé sur les réseaux sociaux. Sous la pression, les galeries Lafayette, de front avec leur annonceur, mirent au placard cette magnifique ode à la sensualité.

La beauté, indépassable ?

De nos jours, la beauté du corps féminin n’est acceptée que si elle est « réaliste », selon le terme en vogue. Il faut se montrer sans apprêt, et surtout sans effort : on considère comme courageux et « beau » de ne pas s’épiler, ne pas prendre soin de son poids, d’ assumer son sang menstruel ou même son crâne rasé, là où toutes les cultures traditionnelles considèrent les cheveux des femmes comme un critère objectif de beauté.

Pourquoi considère-t-on les personnes comme belles ou laides ? Ce qui est recherché de manière biologique, instinctive, sont les gènes indiquant une meilleure capacité de reproduction, et donc des caractéristiques sexuelles secondaires marquées (hanches, poitrine etc. pour une femme, voix grave, musculature, épaules etc. pour un homme). Ce ne sont que des généralités et les normes de beauté varient légèrement par rapport à ces critères, et les goûts et les couleurs, hein m’dame, chacun les siens.

Si se détacher de la biologie pure est à la discrétion de chacun, il doit être tout aussi acceptable de s’y référer, et même de le mettre en avant ainsi que l’a fait Mortal Kombat jusqu’alors.

Et d’autant plus dans un type de jeu totalement primal : Mortal Kombat est kitsch, et assume de ne pas se prendre au sérieux. Son but est la violence, qui sollicite le cerveau reptilien, le même cerveau qui en appelle aux fameux critères biologiques pour estimer l’attractivité. Le jeu se base tout entier sur les circuits de domination et de récompense. Les créateurs ont sacrifié ce qui en a fait le succès pour faire plaisir à la pression sociale voulant masquer et enlaidir le corps féminin. Contrôle du corps des femmes et ultra violence : ont-ils fait une étude de marché chez Daesh ?

L’homme de compagnie

Aujourd’hui, on n’a plus besoin d’être beau pour être beau. Seuls suffisent les gènes féminins, le chromosome béni par les saintes et irréfragables politiques culturelles, les Saint gènes portés aux nues par l’inquisition moderne soit disant opposée à l’eugénisme fasciste, dont elle croit dénoncer les méthodes pour au final les singer. De toute manière, on fait ressembler les femmes à des hommes : pour qu’elles puissent combattre, la nouvelle méthode est de masculiniser leur corps, parce qu’on ne peut évidemment pas envoyer des droites, dans un univers aussi fantaisiste que Mortal Kombat, si on a la taille marquée et du rouge à lèvres.

Dans Mortal Kombat, l’homme reste l’accessoire, le sac à main plastique répondant aux clichés de fantasmes féminins. Car ne nous leurrons pas sur la manière dont sont représentés les hommes. Le jeu leur a conservé le torse nu et ultra musclé, soulevant des armes colossales du bout de leurs bras aux tailles improbables. Bref, tout ce que l’on est en droit d’attendre d’une licence telle que Mortal Kombat, rien qui corresponde à la déclaration de soi-disant « maturité » ou de « réalisme » qui sert de prétexte aux créateurs du jeu pour vêtir les femmes de pied en cap.

mortal kombat

Si le jeu voulait vraiment aller vers davantage de réalisme, il ne ferait pas combattre hommes et femmes l’un contre l’autre, et ne permettrait pas non plus d’arracher la colonne vertébrale de ses ennemis vaincus. Le réalisme dans un jeu où les Dieux de la mort plient le cours de l’espace temps… Pour un peu, ça ressemblerait à un prétexte pour plaire aux nouveaux clercs de la morale canulante.

Non seulement les politiques identitaires rendent absolument tout aussi pénible que les vidéos de SVT qu’on vous passait en 4ème, mais en plus ces politiques discriminent in fine incroyablement plus que ce qu’elles prétendent dénoncer.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • jacques lemiere
    3 juin 2019 at 7 h 17 min

    résumons..les hommes et les femmes sont égaux ( en quoi????) et donc les inégalités entre les hommes et les femmes ( qui défavorisent les femmes ) doivent être combattues…

    faut avoir un cerveau un peu tordu pour ne pas voir qu’il s’agit de donner plus de pouvoir aux femmes…ce qui injuste si vraiment les hommes et les femmes sont égaux…et la seule condition pour que ce soi moralement acceptable est d’accepter que les hommes et les femmes sont inégaux en des tas de choses…

    on donne des droits aux enfants CAR ce ne sont pas des adultes responsables!!!

  • C’est curieux de voir comment des gens qui rejettent les normes sociales sous prétexte qu’elles sont oppressantes fachistes, etc. ne font jamais qu’en instaurer d’autres qui ont la particularité d’être bien plus contraignantes et aliénantes…

  • Un journaliste a demandé au tennisman Nadal s’ il pensait que les écarts de salaire entre les joueuses filles et garçons étaient justifés. Le joueur espagnol a répondu que dans le monde de la mode les filles gagnaient beaucoup plus que les garçons. Le journaliste a avalé son micro.

  • « Vous n’allez pas porter un bikini pour un combat. »
    –> Il a déjà vu un match de MMA, le NPC? Tout se passe comme si la burqa c’était un peu trop restrictif « en vrai »…
     » il ne ferait pas combattre hommes et femmes l’un contre l’autre… »
    –> Là par contre, Team Progrès l’a bel et bien tenté, il suffit que l’homme s’identifie à une femme. Le résultat est… fracassant (google Fallon Fox.)

  • Salma Hayek - le six
    3 juin 2019 at 16 h 53 min

    Autant je soutiens le fait qu’il n’y aie plus de filles en combi moulantes dans la F1, autant je trouve ça ridicule comme « feminism-washing » dans ce jeu vidéo… Tout comme repeindre les Schtroumpfs noirs en violet pour ne pas faire raciste.. du grand n’importe quoi.
    (et hooo, le mot « doxa » dans l’article. Vraiment à la mode :-).)

    • jacques lemiere
      3 juin 2019 at 19 h 57 min

      soutenir qu’il n’y ait plus de fille en combi moulantes en F1… allez jusqu’au bout dites leur comment elle doivent être habillées..et n ne trouvez vous pas bizarre qu’ne plus elles sont jolies..
      donc des filles au physique normal habillées acceptablement…

      pfffff….

      • Salma Hayek - le six
        3 juin 2019 at 20 h 03 min

        Jacques, vous êtes mieux qu’un supercalculateur. Vous arrivez à extrapoler (toujours dans le mauvais sens, c’est étrange) à partir de vraiment pas grand chose.

  • Il va leur arriver ce qui arrive souvent dans ce genre de cas : Get Woke, Go Broke !

    https://www.urbandictionary.com/define.php?term=Get%20Woke%2C%20Go%20Broke

  • On pourrait aussi parler du dernier Mass effect qui à complétement détruit la franchise sur le même principe.

    • La connerie progresse à grand pas dans le monde occidental. Les Asiatiques se frottent les mains en voyant cette décadence!

  • Tiens c’est assez amusant: dans les années 90, tout le monde s’est moqué du puritanisme conservateur concernant la violence et le sexe dans les jeux vidéos, avec justement Mortal Kombat qui justement a enfoncé le cloud dans le genre.
    En 2019, ce puritanisme a gagné les progressistes, cette fois avec les applaudissements des médias, et avec cette Mortal Kombat qui s’auto-censure en soutien.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Peter Pan a beau ne pas vouloir vieillir, il est plus que centenaire. Si la pièce date de 1904, la version roman a été publiée en 1911, il y a donc 110 ans. Et voilà qu'on nous annonce une « relecture » du mythe, une de plus, bien dans l'air du temps féministe. De toute façon Peter Pan est typique des œuvres associées aux fêtes de fin d'année. La pièce aurait du être créée pour Noël 1904 mais des complications de machineries avaient retardé la première représentation. C'est à la Noël vingt ans plus tard qu'est sorti le premier film intitulé P... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

L'élection de Miss France 2022 s’est terminée par la victoire de Diane Leyre qui représentait l’Île-de-France. Sans nous préoccuper outre mesure de sa cote de popularité ou du mérite de son élection, une question demeure : aurons-nous une Miss France 2023 ?

L’association féministe Osez le féminisme attaque en justice la société Endemol, propriétaire du concours. Le procès se déroulera probablement en 2022. Osez le féminisme justifie son action dans un article se concluant en ces termes :

« Il est plus que temps qu’enfin : 

... Poursuivre la lecture

Par Éric Martin.

La saison des fêtes approche, c’est aussi l’occasion de s'offrir, ou d’offrir quelques jeux vidéo, par exemple en profitant des soldes de fin d’année. Nous vous en suggérons quelques-uns dont le scénario et les mécaniques valorisent la liberté.

 

Jeux d'exploration en monde ouvert

Dans ce type de jeu, le joueur peut explorer à sa guise une carte, dans laquelle il peut débloquer l’accès à de nouveaux lieux, y découvrir des missions (dont certaines font avancer l’intrigue prin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles