Sans idées libérales, la droite est condamnée à l’échec

Les Républicains se sont enfermés dans un discours étroit essayant de concurrencer celui du Rassemblement national : les Français ont préféré l’original à son canada dry.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Laurent Wauquiez en 2014 by UMP photos(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sans idées libérales, la droite est condamnée à l’échec

Publié le 29 mai 2019
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Toutes les listes qui se présentaient aux élections européennes de ce 26 mai n’avaient qu’un seul leitmotiv, celui de protéger les Européens. Les nombreux Français qui se sont abstenus (50 %) ne comptent pas que des pêcheurs à la ligne et des indifférents, mais peut-être des mécontents à l’égard de ce morne conformisme. Ceux qui en ont fait le plus les frais sont Les Républicains qui ont pris le risque de confier leur tête de liste européenne à François-Xavier Bellamy dont le dernier ouvrage, Demeure (Grasset, 2018), atteste une philosophie politique si conservatrice et si peu libérale que le résultat obtenu de 8,5 % des voix n’est guère surprenant ; il s’est lui-même ainsi refusé aux électeurs conservateurs-libéraux qui formaient une bonne partie de la droite française jusqu’à présent ainsi qu’en a témoigné le vote Fillon.

Dans cet ouvrage, M. Bellamy affirme qu’ « en réalité le progrès technique n’existe pas » (p.99) et dénonce « une économie absolument dominée par le marché » (p.203) alors qu’elle nous semble avoir perdu de sa vigueur pour s’être coupée du marché ! Il regrette que « La seule maxime qui reste à la politique est l’injonction de tout faire pour libérer le mouvement, pour défaire les immobilismes, pour déconstruire les barrières, pour laisser faire et laisser passer » (p.217). Si seulement il pouvait avoir raison. Mais d’épaisses œillères l’empêchent de voir que l’État, français en particulier, ne sait pas libérer sans soumettre plus encore à des règlementations infinies et des fonctionnaires omnipotents.

Le marché améliore la condition humaine

Bien sûr, le marché n’est qu’un moyen et F.X. Bellamy avait raison de rappeler que tout ne peut pas s’acheter et que l’Homme n’est pas un produit comme un autre. Mais son constat légitime de la perte de sens des sociétés contemporaines ne saurait se réduire à sa condamnation du marché qui reste le moyen le moins mauvais pour améliorer la condition humaine et répondre aux aspirations légitimes des individus.

Le résultat est qu’il n’a pas présenté de programme cohérent sinon en prenant un bout de philosophie en guise d’affirmations catégoriques et qu’il a déçu tout son monde. Car si la politique a « vocation à sauver » comme il le dit, c’est en libérant les Hommes plutôt qu’en voulant les protéger sans cesse avec des barrières écologiques, économiques, douanières, sociales ou autres et en augmentant les dépenses publiques pour un « 1 % » culturel européen ; c’est en soutenant notre agriculture ou en formant notre jeunesse, qui a besoin de plus de rigueur plutôt que de plus d’argent.

Certes, les autres listes n’avaient pas de meilleur programme. LREM a su résister en présentant un projet plus dangereux encore, cherchant à instaurer une souveraineté européenne qui signerait à terme une Europe-providence se surajoutant aux États-providence ! Mais M. Macron n’a jamais caché qu’il était au fond social-démocrate à la française alors que Les Républicains se sont enfermés dans un discours étroit essayant de concurrencer celui du Rassemblement national : les Français ont préféré l’original à son canada dry.

Il reste à espérer que des leçons sauront en être tirées en permettant que se reconstruise en France l’armature d’une pensée politique ouverte et d’un discours libéral respectueux des vertus du marché autant que de l’humanisme chrétien où s’est ancré l’esprit européen.

En Europe, les partis conservateurs resteront dominants au sein du nouveau parlement, mais affaiblis et sans majorité. Sans doute sera-t-il souhaitable que s’allient les conservateurs (PPE) aux libéraux en espérant qu’au sein de ces derniers les représentants du libéralisme anglo-saxon supplanteront ceux du libéralisme étatiste (!) à la française que théorise et légalise M. Macron depuis deux ans.

Nous continuons de croire que l’Homme n’est pas fait pour être assisté, mais pour être responsable de lui-même et de son environnement matériel et humain. Le rôle, et le devoir de l’État sont de permettre que les individus et les communautés qu’ils constituent naturellement se développent librement dans leur respect mutuel, tout en palliant subsidiairement les insuffisances des systèmes de secours pour des besoins justifiés. Nous ne désespérons pas que cette approche de principe susceptible de recouvrir des réalités diverses selon les pays et les époques puisse être portée par des partis politiques moins sensibles que d’autres au conformisme et à la démagogie.

Sur le web

Voir les commentaires (129)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (129)
  • Entièrement d’accord avec cette analyse. Electeur habituel des Républicains car j’y trouvais justement quelques valeurs libérales je n’ai pas voté aux Européennes justement pour les raisons qu’indique JP Delsol.

    • Il n’existe aucun parti libéral en France et ce n’est pas, malheureusement, dans un avenir proche qu’on pourra (enfin) en voir un.

      • Ben si, il y a le PLD et le parti libertarien. Bon, d’accord, ils sont minuscules et inaudibles, mais ils ont le mérite d’exister.

  • Vous n’évoquez pas le programme du RN dans notre analyse : en refusant la technocratie européenne et le poids de ses règles (et notre inflation législative et réglementaire est bien en grande partie d’origine européenne) ce programme n’est il pas finalement le plus libéral de l’ensemble de l’offre politique, en défendant une « liberté de la nation française  » ?

    • Vous n’avez visiblement pas lu le programme de RN qui est de s’extraire des contraintes de l’UE… jugées trop libérales : il s’agit pour Le Pen de retrouver la « souveraineté nationale » et notamment de s’extraire de la contrainte budgétaire de l’UE afin de renforcer l’Etat-providence, l’Etat-stratège et l’Etat-policier…

      • La première partie de la phrase est libérale (principe de subsidiarité et démocratie)… pas le reste. Encore qu’il faut s’entendre sur Etat policier. Difficile de faire pire que Macron…

        • Non ce n’est pas si difficile de faire pire que Macron en terme d’Etat policier. 9a ne veut pas dire que je suis satisfait de Macron mais les Etats policiers ça existe vraiment et la France n’y pas si profondément que ça. Ca ne saurait tarder mais le compte n’y est pas encore.

          • Quand on convoque des journalistes à la DGSI, ce n’est plus très loin en effet. Et on ne reparlera pas des gilets jaunes…

            • Ils ont été convoqués… Dans un état policier il n’y a pas de convocation. On vient vous chercher et personne ne le sait. Dans un état vraiment policier vous crevez au fond d’un trou, sans cépulture sans soutien sans procès et personne ne sait où vous êtes à part les deux ou trois soudards qui vous ont enterré.

            • C’est bien connu, un journaliste est par définition irréprochable et ne saurait avoir de compte à rendre à qui que ce soit?!

            • Me suis fait tirer des lacrymogènes dessus il y a 15 jours et je ne manifestais pas. Des touristes ont eu droit au même traitement quelques heures plus tard.

  • les républicains nous ont trompés avec Chirac , ou Sarkozy..
    un discours libéral et rien n’a été fait.
    ceci montre l’impuissance des politiques face a l’administration syndiquée ..
    pire avec macron qui emploie des ministres estampillés LR qui font une politique de centre gauche..
    Les français sont majoritairement de droite , et sont gouvernés par une administration de gauche… c’est çà qui les conduit au FN

    • Tout à fait exact. C’est déprimant.

      • si on ne sait pas de débarrasser du RN , ceci peut durer très longtemps..
        des presidents et des parlementaires élus avec moins d’un quart des votants , qui passent au second tour grâce a l’épouvantail RN..
        qui ne font qu’un mandat ..
        La democratie française est gravement malade , les élus manquent de courage , et comme le poisson elle pourrit par la tete

        • @CHDC La lâcheté des élites françaises n’est pas une nouveauté, c’est même une constante dans l’histoire de France.
          Ce qui est nouveau est l’impossibilité pour le français moyen de s’enrichir dans son propre pays.
          Et voir des gilets jaunes demander de l’aide à l’état, (et aux haut-fonctionnaires qui ont pris le pouvoir politique, et qui sont responsables de la dégringolade économique du pays), m’attriste profondément.
          A propos, quand émigrez-vous ?

    • Mais où voyez-vous que les Français sont majoritairement de droite ????

      • Yves81 faites l’addition c’est simple a voir
        RN+LR+UDI+les mini partis= +de 50%

        • C’est un raisonnement fallacieux, la majorité des électeurs du RN ont en réalité une forte sensibilité de gauche. Ils voteraient LFI ou PS bien avant de toucher à LR, même de loin avec un bâton.

          • avoir une sensibilité « de gauche  » et voter extreme droite , ce ne sont plus des lecteurs mais des contorsionnistes..
            je ne dis pas que çà représente le meme parti , mais c’est toute la droite

          • Exact. Le RN est le PCF ripoline.

      • Les médias sont de gauche. Mes profs sont de gauche. Les syndicats sont de gauche. En France, les braillards sont de gauche. La majorité est à droite.

        • ben oui , desolé

        • La majorité est peu-être à droite, dans le sens qu’elle est conservatrice, mais elle n’est pas libérale.
          La bonne distinction, à mon sens, n’est pas entre la gauche et la droite, mais entre l’étatisme et le libéralisme. Et force est de constater que la majorité écrasante est étatiste.

    • Il n’y a aucun parti libéral en France. Voter RN ou FI revient à mettre dans l’urne un bulletin qui (presque) garanti la réélection de LREM et de Macron.
      Macron a de fortes chances d’être réélu (je ne voterais pas pour lui) et LREM n’est pas prêt de disparaitre (je voterai pas pour eux).
      Ce qui reste à droite est presque en phase de mort cérébrale. Je parie que Dupont Aigan n’a toujours pas compris..Il reste l’abstention et/ou quitter la France.

    • J’ai bien aimé l’auteur de l »‘administration d’occupation » qui je crois être Nicolas Lacaussin de l’IREF, plutôt que l' »administration syndiquée » que vous utilisez,
      Le FN ou RN qui est lui même devenu communiste

    • la droite français est étatiste en diable. La preuve c’est qu’on passait des socialistes à la droite sans voir aucune différences

    • @CHdC
      Les français ne sont pas de droite et le FN non plus, et encore moins libéraux dans les deux cas.

  • Ce qui les condamne n’est pas l’abscence d’idees liberales mais ..d’idees et de personnes capables de les porter .
    Les premiers de la classe comme porte drapeau , pas tres sexy .
    J’ai entendu le meaculpa de bellamy hier sur lci…..surment sincere mais totalement inutile et sans interet , ces gens n’ont pas encore compris qu’aller a la’tele etait un piege tendu et qu’il fallait succomber a la tentation seulement en ayant quelque chose a dire d’interessant pour les telespectateurs ?

    • Ce qui les condamne ce sont aussi les contradictions dans leurs idées.

      • Quelles idees ,ils prennent a droite a gauche selon le sens du vent mais ne creent pas le vent..ils sont totalement a la ramasse .
        Ex ,le 80 , qu’ont ils dit..pas grand chose meme pas proposé de mettre 100 et 150 sur autoroute , vitesse normale pour nos voitures actuelles

  • La droite s’est prétendu libérale (les plus anciens peuvent se souvenir de la publicité avec le cheval qui se libérait de ses chaînes), et nationale (le gaullisme rappelé ad nauseam) mais ses trahisons ont fini par la rattraper. Il n’y a aucun espoir de ce côté.

    Ce que les libéraux doctrinaires ne comprennent pas, c’est que le libéralisme n’ aucun avenir en France si on ne sauve pas d’abord la nation.

    • Je doute que l’on puisse sauver la Nation sans un minimum de libéralisme en premier ?

      • En 14 vous auriez sauvé la nation avec quelles mesures libérales ?

        • je suis d’accord , d’abord le chaos.. apres on verra

        • « En 14 vous auriez sauvé la nation avec quelles mesures libérales ? »


          @buckyhorsy : Déjà, si avant 1914 la France, l’Allemagne, et d’autres, n’avaient pas autant étatisé leur système éducatif, les jeunes soldats partis au front auraient été moins endoctrinés/fanatisés, moins dociles, moins enclins à obéir à des ordres injustes, moins enclins à s’entre-étriper bêtement. Donc il y aurait probablement eu davantage de « Trêves de Noël. » Voici un témoignage d’un soldat français sur ce qui se passait durant ces cessez-le-feu non officiels :

          « Il se passe des faits à la guerre que vous ne croiriez pas. Avant-hier, et cela a duré deux jours dans les tranchées que le 90e occupe en ce moment, Français et Allemands se sont serré la main. Voilà comment cela est arrivé : le 12 au matin, les Boches arborent un drapeau blanc et gueulent : « Kamarades ! Kamarades ! rendez-vous ! » Ils nous demandent de nous rendre. Nous de notre côté, on leur en dit autant ; personne n’accepte. Ils sortent alors de leurs tranchées, sans armes, rien du tout, officier en tête ; nous en faisons autant et cela a été une visite d’une tranchée à l’autre, échange de cigares, cigarettes, et à cent mètres d’autres se tiraient dessus. Si nous ne sommes pas propres, eux sont rudement sales, ils sont dégoûtants, et je crois qu’ils en ont marre eux aussi. »

          • Certes, mais on ne peut pas compter la-dessus. Il est vital pour une nation de pouvoir mobiliser des armées à proportion des menaces intérieures et extérieures.
            Les trêves de Noël, qui n’apparaissent qu’en 14, n’ont pas survécus à la violence des combats.

            • Pourquoi estimez-vous que les « libéraux doctrinaires » s’opposent à l’idée qu’il « est vital pour une nation de pouvoir mobiliser des armées » ?
              Les libéraux, même « doctrinaires », croient en la légitimité de la violence défensive, et se distinguent par conséquent des pacifistes.

              • D’abord, parce que beaucoup de libéraux doctrinaires sont contre le service militaire obligatoire, c’est un fait. Ensuite, parce que je répondais à votre exemple de mesure libérale qui aurait sauvé la nation en 1914.

                • La mesure qui pouvait sauver la nation (quelle nation, d’ailleurs, fallait-il sauver ?) était, après Sedan, d’élever les enfants dans les échanges et les jumelages comme ça a été fait après 45. L’éducation à la haine du boche, comme aujourd’hui à la haine de la finance et à la croyance que l’on ne peut s’élever par ses propres mérites et efforts, mais seulement en vainquant, rabaissant et spoliant autrui, sont les germes des conflits. La violence est légitime pour se défendre, mais ce qu’on apprend dans un service militaire obligatoire est de la mettre inconditionnellement aux ordres de ses chefs.

                  • « La mesure qui pouvait sauver la nation (quelle nation, d’ailleurs, fallait-il sauver ?) était, après Sedan, d’élever les enfants dans les échanges et les jumelages comme ça a été fait après 45.  »
                    Je ne vois pas en quoi cette mesure est libérale.

                • « beaucoup de libéraux doctrinaires sont contre le service militaire obligatoire, c’est un fait. »


                  @buckyhorsy : Dans un pays libéral, la population n’est certes pas obligée par l’État à s’engager dans l’armée et partir mourrir à la guerre, cependant les communautés naturelles (familles, Nation) ne sont pas aussi détruites que dans un pays étatiste, par conséquent la population est beaucoup moins irresponsable, beaucoup plus patriotique (soucieuse de protéger la Nation), et a de ce fait conscience que, comme disait Thomas Jefferson, « L’arbre de la liberté doit être revivifié de temps en temps par le sang des patriotes et des tyrans. » Autrement dit : la population a conscience que préserver sa liberté contre des tyrans est un combat perpetuel et elle a conscience qu’il est de son intérêt de prendre part à ce combat.

                  Ainsi donc, la question qu’il faut vous poser c’est : préférez-vous vivre dans un pays libéral, c’est-à-dire un pays sans service militaire obligatoire mais où la population est sincèrement patriotique car très responsable, ou préférez-vous vivre dans un pays étatiste, c’est-à-dire un pays doté d’un service militaire obligatoire, mais où la population n’est pas sincèrement patriotique car elle est déresponsabilisée (du fait que l’étatisme a engendré la destruction des communautés naturelles ) ?

                  • « Autrement dit : la population a conscience que préserver sa liberté contre des tyrans est un combat perpetuel et elle a conscience qu’il est de son intérêt de prendre part à ce combat. »
                    Bullshit ! En général seul 3% de la population se bat si elle n’est pas forcée. Faites les calculs, en 14-18, on est très loin du compte.
                    C’est ça ce que j’appelle du libéralisme doctrinaire. Le fait de soutenir une idéologie contre les faits.

                    • « En général seul 3% de la population se bat si elle n’est pas forcée. »


                      @buckyhorsy : Quelles sont vos sources ?
                      D’autre part, j’ai oublié d’insister sur un point : une façon simple d’éviter une pénurie de soldats (ou de vigiles, ou d’enseignants, ou de médecins…) c’est tout simlement d’augmenter l’attractivité du métier de soldat (ou de vigile, ou d’enseignant, ou de médecin), par exemple en payant mieux les soldats (ou les vigiles, ou les enseignants, ou les médecins.)

                      Or d’un point de vue libéral le problème qui se pose est le suivant : l’argent servant à mieux payer des soldats (ou des vigiles, ou des enseignants, ou des médecins…) doit-il être volé aux contribuables ? Ou doit-il plutôt être (autant que possible) cédé volontairement par des clients ?

                    • @commando
                      mes sources sont les chiffres qu’on trouve dans les guerres civiles, à commencer par la guerre d’indépendance des USA.
                      Vos propos sont déconnectés de la réalité. Lorsqu’il est nécessaire de mobiliser en masse, et ce n’est heureusement que l’exception, le seul moyen de payer des soldats au prix du marché, c’est l’endettement massif ou la planche à billets.
                      Dire que l’argent est volé au contribuable, est une preuve de plus de votre « libéralisme » doctrinaire.

                • Il n’existe pas de libéraux doctrinaires.

                  Veuillez arrêter de nous insulter, SVP.

                  • Oh que si, on en croise sur ce forum tous les jours des « libéraux » limite fanatiques.
                    Mais tous les libéraux ne le sont pas, ça c’est sûr.

                • La nation n’appartient pas aux hommes de l’Etat, elle appartient à ceux qui veulent en faire partie.

                  Je suis contre le service militaire contraint. Je refuse de combattre des gens qui ne m’ont rien fait. Si vous désirez mourir pour nourrir des agendas politiques, libre à vous de le faire.

                  • Malheureusement, ce n’est pas toujours aussi simple que ça. Si ceux d’en face veulent votre mort (et celle de votre famille), vous faites quoi ?

                  • « Je refuse de combattre des gens qui ne m’ont rien fait » ça tombe bien, en cas de besoin, on ne vous demande pas votre avis. Soit vous vous battez, soit vous fuyez la queue entre les jambes, soit c’est le peloton d’exécution.

        • La défense, avec la sécurité et la Justice, sont la base d’un Etat de droit.
          Avant 14, si mes souvenirs d’école sont bons, il y avait pas mal de protectionnisme économique. Certes, avec beaucoup moins d’impôts que maintenant mais ceci explique peut-être une partie de la guerre.
          « Si les marchandises ne traversent pas les frontières, les soldats le feront. » Frédéric Bastiat (1801- 1850

          Donc plus concrètement, j’aurai défendu le pays contre les agressions extérieurs, tout en jouant, si possible avec la diplomatie. Dire à tous les pays d’Europe que la guerre, c’est marrant mais ça coûte un pognon de dingue, arrêtons les conneries, laissons passer les marchandises et les citoyens, enrichissons-nous.

          Bon j’avoue que c’est extrêmement naïf et capillotracté mais c’est vers ce but que je serai allé.

          PS: et j’en aurais peut-être profité pour moderniser un peu l’armée, car avec des tuniques bleues, des stratégies vieilles de Napoléon et une faiblesse technologique sensible, pas étonnant que l’on se soit fait poutré.

          • En fait le problème de l’armée en 14 était plutôt le nombre de généraux incompétents nommés pour des raisons purement politiques (plus de 160 limogés par Joffre en quelques mois). L’infériorité tactique ou technique de l’armée française est un mythe.

            • Le problème n’était pas de gagner la guerre dès 14, il était de pourquoi, en défendant quoi réellement, mes grands-oncles sont morts prétendument pour la France.

              • Vos grand-oncles sont morts pour la France en défendant leur liberté. Liberté dont nous bénéficions aujourd’hui.

                • Ils sont morts pour vaincre l’Allemagne. Il est bien osé de dire que si l’Allemagne avait gagné, nous serions moins libres aujourd’hui, ou que leurs frères et soeurs survivants l’auraient moins été.

                  • Bien sûr que nous serions moins libres, et moins prospères. N’oubliez pas que l’Allemagne d’aujourd’hui n’est libérale que parce qu’elle a été vaincue deux fois.

                • Si peu car elle est bien écornée. Et Macron s’emploie fort à la restreindre encore!

            • Des généraux incompétents ça fait parti de l’infériorité tactique de l’armée française, si je ne m’abuse 😉

              • Vous vous abusez 🙂 Il n’y avait pas d’infériorité tactique générale, du fait de la doctrine, ce que vous avez voulu dire en parlant de « stratégies vieilles de Napoléon ».

                • Vous êtes totalement à coté de la plaque. Je vous invite à lire le règlement de l’infanterie française en vigueur en 1914 (trouvé en 30s via google) qui explique clairement que la meilleure technique d’assaut consiste à avancer baïonnette au canon en évitant de tirer, ou encore que le tir de nuit est « négligeable » etc..
                  Et la on parle de tactique pure. Évidemment les généraux n’étaient pas bons non plus, mais les généraux allemands présent à l’ouest en 14 n’étaient pas bien meilleurs.
                  La conséquence dénombrable étant que les 4 mois de guerre de 1914 seront plus meurtriers à eux seuls que n’importe quelle autre année de guerre pleine.

                  Quant à la conscription en 2020, elle n’a aucun sens d’un point de vue militaire puisqu’elle draine des ressources qui seraient autrement plus utiles à la recherche et développement de matériels et à la formation des professionnels seuls capables de s’en servir efficacement vu le niveau de complexité de l’armement moderne.
                  Évidemment on peut aussi considérer la conscription pour son rôle social, comme un palliatif à l’inefficacité du système éducatif actuel, mais dans ce cas pourquoi ne pas prendre le problème à la racine en revoyant le système éducatif en question… en le libéralisant par exemple, méthode qui a prouvé son efficacité dans de nombreux pays.

                  • C’est vous qui êtes à côté de la plaque, il suffit de lire le journal du général Fayolle (qui n’était pas destiné à l’impression) pour voir à quel point il était effaré par les tactiques, ou leur absence, utilisée par des généraux en 14, mais cela demande plus que de taper trois mots sur Google. Si les troupes françaises ne savaient que charger à la baïonnette, elles n’auraient pas remporter la bataille de la Marne.

                    • j’aime bien votre manière d’argumenter
                      Je vous cite : « il suffit de lire le journal du général Fayolle (qui n’était pas destiné à l’impression) pour voir à quel point il était effaré par les tactiques, ou leur absence, utilisée par des généraux en 14 »
                      Fayolle écrit donc dans son journal que l’armée française de 1914 était très mauvaise d’un point de vue tactique… merci de souligner mon propos

                    • Non pas du tout. Fayolle est effaré par l’incompétence de CERTAINS généraux, qui font n’importe quoi (deux cents environ, en comptant les colonels faisant office de généraux, seront limogés en quelques mois ). Sa critique implique que des tactiques correctes étaient parfaitement connues des militaires français de l’époque.

                    • Des militaires COMPÉTENTS s’entend.

                    • Oui certaines personnes s’étaient quand même rendu compte que la puissance de feu rendait les tactiques d’avance en ordre serré suicidaires. On peut citer Ardant du Picq qui des 1850 avaient compris les conséquences de l’augmentation de la puissance de feu. Mais les doctrinaires de l’époque avaient imposé la leur, celles de l’offensive à outrance, et les tactiques qui allaient avec. Même si quelques rares individus étaient conscients de la folie de ces tactiques, ce furent quand mêmes celles ci qui seront utilisées lors du choc initial par 99% de l’armée. Alors oui, un mois plus tard, à la Marne, le soldat et les officiers du terrain ont compris qu’il faut éviter de s’exposer. L’apprentissage quand sa vie est en jeu est rapide. Mais initialement c’est à dire AVANT le début du conflit, l’armée allemande ne souffrait pas de cette folie doctrinale et de ses conséquences tactiques. C’est ce qui lui permettra de remporter systématiquement tous les premiers combats. C’est ce qui fera que les 4 ans de conflit se feront sur le sol français. C’est ce qui lui permettra de tuer 300000 soldats français en ne perdant que 140000 hommes en 1914 (et il s’agit du total de tués face aux français, mais aussi russes belges et anglais). Infliger un ratio de tués à 1 contre 3, tout en étant en posture d’attaque et sans réaliser d’encerclements significatifs, c’est bien la preuve d’un confortable avantage tactique (même si, je vous le concède, quelques individus éclairés se rendaient compte de la situation, ils n’ont pas pu / pas su peser pour changer le résultat)

                    • @FFire
                      Ce n’est pas si simple…

                      La guerre russo-japonaise de 1905 avait vu les belligérants s’enterrer dans des tranchées, mais aussi la réussite, certes couteuse en vie humaine, des attaques à la baïonnette japonaises.

                      Les Allemands ont aussi lancé des masses d’hommes en rangs serrés, comme les Français, probablement parce qu’ils avaient tirés les mêmes leçons de la guerre russo-japonaise, et ils se sont fait contrer par la rapidité et la précision du feu des fantassins anglais, et par les 75 français (à l’époque, le meilleur canon de campagne du monde).

                      Lorsque le front s’est stabilisé, les Allemands occupaient les meilleures positions, en hauteur, sur un territoire étranger, et se sont contentés de la défense à l’ouest, en cherchant dans un premier temps la décision à l’est, contrairement aux Français, qui étaient sous pression, pour reconquérir leur territoire, et pour soulager les russes, au bord de l’effondrement en 1915.

                      L’armée française en retard d’une guerre en 14 ou en 40 est un mythe. Toutes les grandes nations européennes avaient peu ou prou les mêmes conceptions, avaient tiré les mêmes conclusions des conflits précédents, avaient le même niveau technique (mais pas la même capacité industrielle, et certaines nations moins favorisée ont été dans l’obligation de faire des choix).

                      Aucune n’avaient anticipé le caractère particulièrement meurtrier de la guerre industrielle.

                    • Non vous n’y êtes pas désolé. Je pense que vous êtes un patriote, mais cela nuit à votre objectivité sur votre propre nation dont vous avez du mal à voir les défauts et les erreurs. Je comprends très bien cela et ne vous le reproche pas. Mais votre analyse reste erronée. Vous mélangez des remarques très justes à des erreurs ou des omissions qui vous font passer à coté de l’essentiel. Votre remarque sur la situation en 1915 est juste, mais vous occultez le fait que la situation de 1915 est la conséquence des erreurs trop nombreuses de 1914, erreurs tactiques et stratégiques. L’Allemagne commet aussi des erreurs, mais surtout stratégiques (comme la construction de sa flotte de guerre). Et encore une fois, on juge de la qualité et de la pertinence de tactiques et d’armement au résultat. Combat proven comme dise les anglo-saxons. et le résultat du combat n’est clairement pas en faveur de l’armée française dans la première partie de la guerre. Je vous recommande la lecture du livre de Mr Schnetzler Bernard sur la première guerre mondiale, qui n’épargne aucun camp, puisque vous vous intéressez au sujet.

                    • C’est vous qui n’y êtes pas. Vous répétez des mythes et des explications simplistes. Votre seul argument est le résultat. Et bien le résultat en 1914 est une victoire défensive française sur la Marne, ce qui selon votre propre critère, devrait légitimer ce qui a été fait en 14.

                    • Une victoire défensive dans une situation technologique ou la défensive à un avantage énorme, obtenu au prix de pertes 3 fois plus lourdes que l’assaillant et de l’abandon d’une portion considérable du territoire n’est pas un bon résultat.
                      Mais je pense avoir assez détaillé et donné des références de lecture, pour vous ou d’autres qui seraient intéressés par le sujet. Bonne continuation à vous.

                  • « Quant à la conscription en 2020, elle n’a aucun sens d’un point de vue militaire puisqu’elle draine des ressources qui seraient autrement plus utiles à la recherche et développement de matériels et à la formation des professionnels seuls capables de s’en servir efficacement vu le niveau de complexité de l’armement moderne. »
                    Je ne crois pas qu’on puisse être aussi catégorique. Tout dépend de la nature des menaces.

                    • Et bien, développez : pour quel type de menaces une armée de conscrit est elle souhaitable ?

                    • En raison de ses armes nucléaires, la France peut se passer de la conscription pour défendre ses frontières (mais cela peut changer en raison d’évolutions technologiques). Mais en cas de guerre civile, où il faut occuper le territoire pour le contrôler, c’est une toute autre affaire.

                    • La définition de la guerre civile, c’est une partie de la nation qui en affronte une autre. Le fait que la population ait suivi un entraînement militaire ne devrait pas à priori avantager un camp plus que l’autre.

                    • Dans le cas ou une rébellion communautaire éclaterait en France, comme cela a été le cas en Algérie (qui était un département français) il serait alors nécessaire pour l’État de procéder à la conscription. C’est si difficile à comprendre ?

                    • Une rébellion communautaire, sauf que ces mecs étant aussi des citoyens seraient aussi passés par la case service militaire. Ou alors vous vous abrogez le droit avant de déterminer quels citoyens sont « dignes » du service militaire armé (et bon courage pour faire un tri juste et efficace sans renier la devise de la république et vous la transformer en état totalitaire).
                      Enfin une rébellion communautaire, mais de quelle communauté ? si vous pensez aux musulmans, vous croyez vraiment qu’il s’agit d’une communauté unie et hétérogène ?

                      bref il y a de bien meilleurs investissements que le service militaire pour assurer les missions régaliennes.
                      Enfin et comme contribution finale j’ajouterai que, encore une fois, si on relève la tête de notre nombril et qu’on regarde ce qui se passe dans les pays voisins, aucun sauf la Suisse qui a une tradition très particulière, n’ont conservé de service militaire. Ce n’est pas par hasard

  • « La politique est une affaire sale, une ruse, un cul-de-sac idéologique, un vaste pilleur de ressources intellectuelles et financières, un mensonge corrupteur, une tromperie, un moyen de répandre dans le monde un énorme malheur, d’une espèce inattendue et indétectée ; c’est le plus grand gaspilleur de productivité humaine jamais concocté par ceux qui ne croient pas à un authentique progrès économique et social. »
    Jeffrey Tucker

  • « Nous n’avons point d’Etat. Nous avons des administrations. Ce que nous appelons la raison d’Etat, c’est la raison des bureaux. On nous dit qu’elle est auguste. En fait, elle permet à l’administration de cacher ses fautes et de les aggraver. » – Anatole France – L’Anneau d’améthyste – 1899

  • Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre – Marc Aurèle Empereur, Homme d’état, Philosophe (121-180)

  • il n’y a plus beaucoup d’humanisme chrétien dans le paysage politique, dans les instances nationales, tant qu’européennes.

  • Sur CP, on a lu que FX Bellamy avait réussi à doter les LR d’une colonne vertébrale intellectuelle , chose dont les libéraux devraient s’inspirer.
    La gamelle de LR de dimanche montre que le discours doit être « disruptif » pour pouvoir être audible. Fillon l’avait bien compris.

  • Bravo, cette analyse est bien celle faite par tous ceux de droite qui ne se sont pas retrouvés dans les valeurs canada dry mis en avant par Laurent Wauquiez. Ce même Laurent Wauquiez qui avait été mis en lumière par des prises de position sur la valeur travail.
    Ce Laurent Wauquiez, premier de la classe, énarque et pseudo homme d’Etat, a-t-il les capacités pour mettre ses convictions au dessus des analyses de sondages pour essayer de ratisser large.
    Quelles sont ses convictions ? Parce que bien sur un parti de droite d’opposition en France doit avant tout être libéral. Mais s’il ne l’est pas est-ce seulement dû à l’incapacité de Laurent Wauquiez de porter de telles valeurs ou bien c’est toute la direction de LR (Coppé, Vaucresse, Bertrand, Larcher etc) qui en est la cause ?
    En un mot, après avoir sondé LW qui n’a plus rien à perdre, est-il l’homme capable de donner un tour libéral à LR, ou faudra-t-il chercher ailleurs?

  • Excellente analyse:
    La Branlée de la droite est logique et justifiée. Laurent Veau-Quiet N’ a jamais exprimé la moindre proposition claire sur les frontières l’immigration, l’Islam, le chômage les retraites , la dépendance, les 80 Km/h etc etc c’est a dire les problèmes majeurs de la France.
    Ce guignol fait le canard de peur qu’on l’accuse de faire le jeu du RN !
    Quand la droite aura le courage de dire stop a l’immigration et expulsion massive, tout en répondant « merde » aux accusations années sombre de l’histoire ….

  • La France étant ce qu’elle est, à la lecture des commentaires, il me semble que le mot libéralisme est compris aussi bien positivement que négativement par beaucoup.
    Quelles sont les règles drastiques d’un ajustement libéral qu’il importe de soutenir pour un parti qui voudrait être de droite libérale.
    Si Fillon et son programme à la Présidentielle ont eu presque 2 fois et demi plus de voix que les LR le 26 mai dernier, cela n’interpelle-t-il personne chez ce parti?

    • Vous avez déjà vu un politicien comprendre quelque chose? Cela fait plus de 40 ans qu’on a un chômage de masse et que la France décline sans cesse, ce qui ne les empêche pas de refuser tout changement.

  • Ne nous compliquons pas la vie en analyses sans fin sur les idées des uns et des autres. Ces élections ont été tout, sauf europeennes. C’est d’abord un vote sanction contre LR et FI. LR a avant tout fait le mauvais choix avec LW (ne donnons pas trop d’importance au choix de Bellamy).Quant à Melenchon, il s’est discrédité (ex : Le Venezuela et les perquisitions), beaucoup de ses sympathisants très à gauche ont voté pour Jadot et les ecolos encore plus à gauche.
    Politiquement, c’est le début de l’agonie pour JLM. Quant au gaffeur LW, il doit dégager pour laisser la place à d’autres plus crédibles tels que X Bertrand, V Pecresse,….

  • Cette France étatiste et égocentrée ne s’en sortira que par la destruction du modèle qui nous dirige depuis 40 ans.
    Pour essayer de comprendre et trouver une solution introuvable il suffit de suivre les « débats » politiques sur les différentes chaines de télé: le spectacle est lamentable! Non seulement la cacophonie est soigneusement entretenue par des journalistes/bouffons qui ne maîtrisent rien mais il n’y a pas l’ombre d’une idée développée sans que le plus gueulard des invités interrompe et explose le soi-disant débat.
    Habitué à suivre des débats sur les télés belges, allemandes ou suisses, je suis effaré du mépris envoyé vers le téléspectateur: c’est strictement insupportable!
    Il parait que nous sommes la nation la plus intelligente de la planète: ce n’est pas le spectacle qu’on nous offre dans les médias.
    En radio c’est la même chose! France Info ne se gène même plus de faire intervenir leurs envoyés spéciaux qui sont tout simplement des journalistes de Libé…
    Désespérant….

    • Une chose est sûre, à en juger aux votes des français c’est le peuple le plus idiot de la planète. Après 40 ans ils n’ont toujours pas compris qui crée les richesses et les emplois, alors que la chute du socialisme a été comprise par le monde entier!

  • Autant être clair: sans idées libérales, c’est le pays qui est condamné, point barre!

  • N’ayant pas voté aux élections européennes j’en suis très heureux. Mais quand on me dit que des LR ont voté pour Macron, j’en reste « sidéré ». Ce ne sont que des « Masochistes », ils aiment les coups de pied au cul<;!

    • Parce que voter Chirac, l’homme du « principe de précaution » ce n’était pas aimer les coups de pied au cul ?

  • Je suis bien entendu en total désaccord avec cet article. L’idée saugrenue d’ancrer le libéralisme à droite aboutit systématiquement à des échecs cuisants, tout simplement parce qu’historiquement et philosophiquement le libéralisme est à gauche. C’est même la définition originelle de la gauche.
    Les libéraux seront toujours trahis par les conservateurs. Ils se sont fait trahir par Giscard, par Chirac, par Sarkozy. Et il faudrait encore et encore accepter de se faire humilier par des psychopathes dirigistes jusqu’à la fin des temps sous prétexte d’une alliance contre nature ?
    Le mauvais score de M. Bellamy est du à deux facteurs. Premièrement la proximité de son programme avec celui du RN. Les électeurs conservateurs ont préféré voter pour le RN dédiabolisé plutôt que pour son clone opportuniste. Deuxièmement la perte des électeurs libéraux et centristes qui se sont naturellement portés sur le parti le mieux disant libéral, à savoir LREM. Car Macron est bien peu libéral mais c’est le plus libéral, sans le moindre doute.
    Le libéralisme strictement économique porté par une certaine frange politique libcon ne fonctionne pas. Il n’a jamais fonctionné dans aucun pays. Si on est libéral on doit accepter d’embrasser le progressisme dans tous les domaines économiques et sociétaux. C’est comme cela que les libéraux ont fantastiquement fait progresser la France en 150 ans de pouvoir, à gauche !

    • « Le libéralisme strictement économique porté par une certaine frange politique libcon ne fonctionne pas. Il n’a jamais fonctionné dans aucun pays. » Je dirais qu’il n’y a que lui qui a jamais fonctionné, comme nous le montre l’histoire de l’Europe avant la première guerre mondiale. Mais comme je n’ai besoin que d’un exemple, je donnerai celui du Chili de Pinochet.

      • Alors oui, le cas Pinochet est un relatif contre-exemple. Mais il me semble ici que l’on se place dans un cadre démocratique, non ? Pinochet était un dictateur sanguinaire qui a monopolisé le pouvoir dans L’État et libéralisé le pouvoir économique de L’État. Il a clairement redressé le pays (dans le cadre d’une économie de rattrapage ne l’oublions pas) mais ne peut être pris pour exemple.
        En revanche la France du XIXe et de la première moitié du XXe a fait partie prenante de la révolution industrielle avec des libéraux de gauche. 150 ans de croissance économique et de création pure de richesse sans précédent. En parallèle et avec un peu en retard sur l’Angleterre. Ce ne sont pas les libcons qui ont accompli ça !

        • liberal de gauche? put »1 on aura tout lu ici

        • 1/ Pinochet est intervenu à la demande du parlement chilien pour mettre un terme au coup d’état communiste qu’Allende soutenait.
          2/ Il a rendu le pouvoir aux civils une fois la menace éliminée.
          3/ Ce sont bien les libéraux qui ont accomplis l’incroyable enrichissement de l’Occident. Car ce sont les entreprises qui créent la richesse, pas la gauche!

        • Je vois ce que vous voulez dire par libéraux de gauche. Au début oui, ils étaient la gauche, mais ensuite la gauche est devenue anticapitaliste et autoritaire avec le socialisme. Les libéraux sont alors passés à droite et sont devenus conservateurs, face aux révolutionnaires. J’ai un autre exemple, qui est la vieille droite américaine, conservatrice et libérale, qui a abandonné son libéralisme pour mener une stratégie d’endiguement de l’Union soviétique pendant la guerre froide.

  • Dans les années qui viennent, le clivage ne sera plus entre la gauche et la droite, mais entre les « partisans de la nature », qui réclament la décroissance (les écolos) et les « partisans du développement », qui réclament la croissance. LR aurait intérêt à expliquer clairement de quel côté il se situe ; l’ère des philosophes et des phrases creuses est révolue.

  • Le programme de Fillon était le moins étatique.
    Pourquoi LR ne l’a-t-il pas repris?
    Bellamy est sympathique et sincère mais sa campagne basée sur les valeurs traditionnelles n’a pas assez mis en avant la liberté économique.
    Ceci dit vouloir indiquer les origines chrétiennes de l’Europe dans la constitution est une bonne idée que le duo Chirac-Jospin n’aurait jamais du combattre.
    Elle serait, s’il n’est trop tard, un bon moyen de signifier aux migrants non chrétiens qu’en vivant en Europe, ils doivent se soumettre aux modes de vie des européens.
    Ce qui aujourd’hui est impossible.

    • Pourquoi LR ne l’a-t-il pas repris?
      Parce que la ligne Fillon, majoritaire dans l’électorat, est minoritaire dans les cadres du parti.
      S’il a perdu c’est autant à cause de ses « amis » que de ses adversaires

      • Exact, les lignes Chirac Juppé l’ont torpillé! Il ne m’étonnerait pas que ce soient eux qui l’aient dénoncé au Canard.

    • C’est sûr qu’après avoir ramené Hirsch, Kouchner et Lang dans son gouvernement, Fillon ne pouvait pas faire plus étatique.

  • de « de Gaulle à Macron » jamais la France (sous la Sème République) n’a connu le Libéralisme. Le seul qui a pu impulser in mouvement libéral c,est Alain Madelin. D’ailleurs, très en colère, Chirac et Juppé l’ont viré.

  • Votre « démocratie directe » serait encore moins libérale que la démocratie actuelle.
    Si nous avions une Constitution et si elle s’inspirait de la DDHC pour imposer des garde-fous libéraux aux aberrations de la démocratie, on commencerait à respirer.

  • Le problème des libéraux Français c’est qu’ils sont comme les communistes. Ils veulent un libéralisme pur… lol Quand à la droite Française il n’y a pas plus ennemi de la liberté. Ce pays est bien plus pourri qu’on ne le croit.

  • Macron ne symbolise pas le libéralisme étatiste mais le socialisme écolo étatiste!

  • La fausse droite depuis Giscard Chirac, n’a jamais été libérale. Elle est étatiste. Les socialistes sont morts après avoir tué la France avec la complicité de la fausse droite. Aujourd’hui E. Macron essaie de sauver le système, pas la France qui va continuer à décliner.Mauvaise éducation,formation médiocre, travail insuffisant, la sanction tombe et la France est condamnée. La France a atteint un point de non retour. Tout va se passer entre les USA et la Chine, la recherche, l’intelligence artificielle, les grandes entreprises, c’est là dans ces deux grandes nations que se trouve le futur. En Europe quelques pays vont s’en sortir. Quant aux autres, ceux du club Med, dont la France ils n’auront aucune influence, ni aucun avenir. C’est ainsi. L’histoire, pour notre pays, s’est jouée depuis l’élection de Giscard avec le collège unique et le regroupement familial, elle s’est poursuivie avec Mitterrand la retraite à 60 ans , les 39 h et les nationalisations. Sous Chirac Jospin avec les 35h. Et sous tous les gouvernements le délitement de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

  • Les français supportent peut-être les idées libérales

  • Oops
    Les français supportent peut-être les « idées » libérales mais au moindre geste libéral ils se révoltent.
    CPEF

  • « Il reste à espérer que des leçons sauront en être tirées »
    Ben non… Il suffit de voir Larcher lancé sont grand rassemblement de la droite et du centre, sur une base « sociale, Ecologiste, Economique »… Donc étatiste !!! Ils n’ont rien compris et ne comprendrons jamais !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles