Climat volatil au royaume de Belgique

En Belgique, les élections européennes se doublent d’élections législatives et régionales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruxelles By: Sara Cimino - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat volatil au royaume de Belgique

Publié le 23 mai 2019
- A +

Par Drieu Godefridi.

Les élections européennes du 26 mai se doublent en Belgique d’élections législatives et régionales — la Belgique est un État fédéral — qui sont comme la synthèse des extravagances du royaume.

Les intentions de vote renseignent une Flandre à droite comme jamais, alors que la partie francophone — Wallonie et Bruxelles — met la barre à gauche toute.

En Flandre, les libéraux-conservateurs nationalistes de la N-VA, largement dominants, subissent la pression de la droite radicale indépendantiste du « Vlaams Belang ». À eux seuls, ces deux partis seront vraisemblablement proches d’une majorité en sièges du côté flamand.

Il en va autrement du côté francophone, dominé depuis un demi-siècle par le parti socialiste (PS). En souffrance depuis quelques années, le PS se fait déborder sur sa gauche par le PTB marxiste et par ECOLO, le plus radical des partis écologistes européens.

Nulle part en Occident les écologistes ne récoltent autant de sièges que dans les récentes projections en Belgique francophone. Des enquêtes promettent aux écologistes pas moins de 20 % des suffrages. Un « score » qui reste à vérifier depuis qu’il est établi que ce parti favorable au bien-être animal se prononce en faveur de l’abattage sans étourdissement, qui implique une souffrance inutile chez l’animal.

Vers le confédéralisme ?

Les nationalistes flamands ont annoncé leur volonté de faire de la Belgique un État confédéral si le résultat des élections devait s’avérer conforme aux prévisions. Les Flamands sont largement majoritaires en Belgique et les Wallons vivent sur leur crédit depuis plus d’un demi-siècle. Le confédéralisme n’offrirait-il pas aux Wallons l’opportunité d’embrasser pleinement leur ambition écologiste et solidaire, sur leurs propres deniers ?

Autre particularité du système belge, la prime donnée aux partis installés aux dépens des nouveaux entrants. De nouveaux partis ont été créés à la droite du spectre politique du côté francophone — Parti populaire, Listes Destexhe — dont l’accès aux médias télévisés est limité voire nul. Le service public belge francophone (RTBF) présente cette spécificité unique en Europe de bannir systématiquement tout ce qui ressemble à un parti, voire une parole, de droite. Cela sous divers prétextes, jamais sanctionnés par la justice. Le fait n’est pas étranger à l’inexistence d’une droite parlementaire digne de ce nom en Belgique « romane ».

Dernière extravagance du système belge : l’actuel ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, qui se présente pour la Chambre à Bruxelles, tout en annonçant qu’il n’a aucune intention de siéger s’il est nommé dans une instance internationale.

On ne saurait mieux dire que le Parlement belge est un lot de consolation quand vraiment il n’y a rien de plus lucratif ou prestigieux à glaner ! La candidature du ministre belge est d’autant plus baroque que son rôle dans le rapatriement en Europe du cerveau présumé des attentats de Paris et Bruxelles — Oussama Atar — sa libération, la délivrance à l’intéressé d’un passeport en 2013, avant que les « services » belges ne perdent sa trace, est désormais avéré et n’est plus contesté par personne. Dans un pays « normal », Reynders partirait se cacher pour ne jamais reparaître sous les yeux du public. Mais la Belgique n’est pas un pays ordinaire.

Le faible retentissement, en Belgique, de cette affaire pourtant qualifiée de « pire affaire d’État depuis Dutroux » par le député centriste George Dallemagne (cdH), est probablement la plus révélatrice des extravagances du royaume.

Drieu Godefridi est l’auteur de L’écologisme, nouveau totalitarisme ? qui vient de paraître.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • La Wallonie périphérique reste silencieuse.

  • « Autre particularité du système belge, la prime donnée aux partis installés aux dépens des nouveaux entrants.  »
    Bon, en France aussi (cf la fin de l’égalité de temps de parole en période électorale depuis 2016)

  • Votre tableau de la situation politique belge ne me remonte qu’en partie le morale. Il semblerait que vous ayez la pire gauche qui soit, pire que la gauche française (alors que je ne pensais pas que c’tait possible).
    Votre pays, dans sa partie francophone, n’est en fait que le stade ultime de décomposition dans le politiquement correct.
    Bien triste…

  • Ahem… concernant Ecolo et l’abattage sans étourdissement : https://ecolo.be/ecolo-est-favorable-a-labattage-sans-etourdissement-fake-news/
    Mais bon, vérifier un minimum les faits, c’est trop demander sans doute.

  • Le basculement démographique en faveur des Flamands est dû en partie à la libération des prisonniers de guerre flamands, considéré comme « germains » par les nazis, même s’il est vrai que plus catholiques que les wallons, ils font plus d’enfants.
    Ensuite est venu le basculement économique avec, dans les années 60, le déclin du charbon (qui était en Wallonie) et des grosses industries qui lui étaient liées.
    Ce passé a laissé chez les francophones une forte culture socialiste et syndicaliste, qui décourage les investisseurs plus attirés par la fiabilité et le multilinguisme des néerlandophones.
    Aujourd’hui deux dentistes belges, l’un wallon l’autre flamand, ont moins en commun qu’un berger calabrais et un bourgeois milanais. Ils n’ont pas la même spiritualité, ne parlent pas la même langue, ne regardent pas les mêmes programmes TV ni les mêmes films, ne mangent pas la même chose, et pas à la même heure…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
légslatives 2022
2
Sauvegarder cet article

À l'occasion de chaque élection législative qui voit se conforter la dynamique présidentielle ressurgit le débat sur la réforme du mode de scrutin.

Un mode de scrutin établit la méthode utilisée pour désigner les candidats ou les listes de candidats qui emportent une élection. On distingue principalement trois types de scrutin :

majoritaire, proportionnel, mixte.

 

Le scrutin majoritaire permet l'élection de celui ou de ceux qui ont obtenu le plus de voix. Quand il s'agit d’attribuer un siège, on dit que le scrutin... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles