L’effet Bellamy, le fiasco Loiseau ?

L’effet Bellamy va-t-il amplifier ses effets et le fiasco Loiseau sa nuisance ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nathalie Loiseau, candidate du parti La République en marche, lors du Grand oral #PlacedelaSanté le 11 avril 2019

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’effet Bellamy, le fiasco Loiseau ?

Publié le 10 mai 2019
- A +

Par Philippe Bilger.

Il ne faut jurer de rien et les élections européennes du 26 mai auront un résultat qui peut-être contredira les lignes de force d’aujourd’hui.

Celles-ci placent les listes de LREM (conduite par Nathalie Loiseau) et du RN (Jordan Bardella en tête de liste) quasiment à égalité (22 %) ou bien font dominer l’une ou l’autre de très peu.

La liste LR (menée par François-Xavier Bellamy) étant pour l’instant encore nettement distancée par les deux autres puisqu’elle fluctue autour de 14 à 15 % (Euro-Rolling Sud Radio).

Cependant c’est déjà une heureuse surprise pour Laurent Wauquiez et son équipe parce qu’initialement ils n’excluaient pas le pire, qui aurait été de demeurer à un étiage de 7 à 8 %, et que surtout la droite s’assumant a trouvé avec FXB une personnalité qui lui offre à la fois la fermeté des convictions, la finesse de l’argumentation et le bonheur d’une forme et d’une intelligence respectées par tous.

Cette aptitude à une expression en même temps courtoise et décomplexée est sans doute l’apport spécifique de FXB.

Confirmation de l’effet Bellamy

Quel avantage dans un monde politique qui ne brille pas par la considération des adversaires même quand ils le méritent et qui enlève à la droite conservatrice ce qu’elle pouvait avoir de rugueux et parfois de simpliste.

Cette embellie est confirmée puisqu’il semble que des maires de droite « Macron-compatibles » – notamment Arnaud Robinet, Christian Estrosi et Jean-Luc Moudenc – ont rejoint leur territoire natal, leur ancrage naturel. L’effet Bellamy existe, il se prouve chaque jour.

Le fiasco Loiseau demeure encore, heureusement pour elle, une interrogation.

Après qu’elle a été victime de polémiques dérisoires au sujet desquelles elle s’est très mal défendue, on a eu l’impression que pour mille raisons personnelles et politiques – manque de charisme, peu d’aura médiatique, verbe inadapté et projet européen se faisant attendre – sa liste se délitait et qu’elle était responsable à elle seule de cet insensible mais constant déclin.

Le Premier ministre à Caen puis le président de la République lors d’une visite surprise à certains membres de sa liste à Paris au restaurant du Palais de Tokyo lui ont apporté leur soutien. Cette double démarche révélant une lucidité apitoyée et comme l’obligation d’un sursaut va-t-elle être bénéfique à Nathalie Loiseau ou au contraire la couler davantage ? (Le Figaro)

Car on a besoin de soutenir seulement ce qui tombe ! On vient au secours d’une candidate parce qu’elle ne sait pas « faire » et, pour elle, ce pourrait être presque humiliant. Cette intervention politique du très haut niveau est comme celle de pompiers tentant d’étouffer les débuts d’un incendie.

L’autorité de Macron ébréchée

On comprend bien le souci d’Emmanuel Macron de faire gagner sa liste parce qu’il y va de son autorité et de son influence déjà ébréchées en Europe mais avec une double conséquence négative : la cause européenne va être reléguée au second plan et la possible défaite de la liste Loiseau sera celle du président. Et donc, dans ce cas, sa légitimité injustement contestée par certains Gilets jaunes sera davantage mise à mal, sur un plan infiniment plus acceptable.

L’effet Bellamy va-t-il amplifier ses effets et le fiasco Loiseau sa nuisance ?

Il est clair que le président de la République n’a pas besoin de l’échec européen d’un jour qui plomberait les trois années de mandat qui lui restent en France.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Si l’ extrême droite s’ installe au parlement européen, il aura un ennemi politique à distance suffisante et un épouvantail qui n’ aura aucune influence sur le chemin emprunté par l’ Europe, sauf à jouer les empêcheurs de tourner en rond, ce qui sera critiquable et tout bénef pour lui.
    Il est bien plus utile de lui opposer un type comme Bellamy, sauf à vouloir absolument la révolution, une idiotie en soi.

  • Bellamy est un prof de philo conservateur, comment espérer de lui la moindre réflexion un tant soit peu libérale ?
    Quelle idée de l’entreprise peut se faire un Monsieur qui n’en a jamais fréquenté ni en tant que dirigeant ni en tant que salarié ?
    Il est à des années lumières de la réalité économique de ce pays, il ne peut pas en etre autrement.

    • Bellamy comme LR sont conservateurs libéraux au sens de Jean Philippe Vincent.
      Le programme présidentiel de f Fillon était conservateur et libéral. Et c’est ce que essaie de faire vivre B Retailleau et son micro parti, Force républicaine.
      Vous êtes très simpliste dans vos jugements.

      • si Retailleau est libéral je suis le pape…et désolé mais Bellamy comme Loiseau sont de beaux parleurs mais y’a absolument rien derrière..perso je veux que le RN gagne les européennes, juste histoire que Macron descende un peu de son perchoir.

  • Effet Bellamy, effet Loiseau? Les élections européennes sont un scrutin de liste et ce qui compte, ce sont les partis portant ces listes.
    Retour en arrière: les partis français dits « de gouvernement », de droite et de gauche ont été cannibalisés par Emmanuel Macron en 2017, au nom d’un « dégagisme » issu de l’insatisfaction du peuple suite à des alternances qui n’en avaient que le nom. En effet, l’opposition droite-gauche n’est plus que de façade depuis que la gauche a abandonné le peuple et la droite la nation, l’une et l’autre pour se soumettre à l’idéologie bruxelloise de fin des souverainetés nationales. Apparaître divisés tout en mettant en place le même programme permet de drainer un maximum d’électorat et de rejeter dans les « extrêmes » tout ce qui n’est pas « de gouvernement » (entendre par là, autorisé à gouverner par l’oligarchie supranationale).
    Avec son hold-up sur l’élection de 2017, E. Macron a ouvert la voie à un parti unique central, obligeant à terme ses adversaires de droite comme de gauche à choisir entre lui et les « extrêmes ». D’où la position difficile de Laurent Wauquiez, le parti socialiste étant déjà en déconfiture. ´où le choix de M. Bellamy pour tenter de récupérer l’électorat de M. Fillon.

    Au niveau européen, devant le danger majeur (pour les européistes) du raz-de-marée « populiste », les partis de droite (PPE), socialistes, libéraux (ADLE auquel devrait se rallier LREM), Verts et peut-être sociaux-démocrates réfléchissent à une alliance qui leur permettrait de garder la majorité suivant la seule vraie ligne de clivage « fédéralisme européen » vs « Europe des nations » afin de marginaliser tous les populistes et continuer ainsi leur politique de transfert des souverainetés nationales vers Bruxelles. On pourrait alors parler de « macronisation » du parlement européen.
    Les propos « conservateurs » de F-X. Bellamy comme de Annegret Kramp-Karrenbauer ne doivent pas égarer: ils sont en campagne et il leur faut ramener à eux le plus possible de ces populistes honnis par les européistes.

    • Sauf que Macron a perdu toute crédibilité dans tous les pays européens, même l’Allemagne.
      Macron et LREM sont une imposture, le « en même temps » n’est qu’un mensonge et cela se vérifie tous les jours.
      Comment ne peut pas rire quand Macron déclare :  » ou encore Je pourrais vous dire qu’on est au plein emploi avec beaucoup de chômage” “La question du plein emploi, elle est même plus profonde, c’est de s’assurer qu’on améliore, je ne veux pas rentrer dans la technique, notre croissance potentielle, et donc que l’on arrive à baisser notre chômage structurel. Parce qu’au fond aujourd’hui, je pourrais vous dire qu’on est au plein emploi avec beaucoup de chômage, parce que nous avons un chômage structurel qui est très élevé.”

      Et pour compléter celle là aussi :
      Emmanuel Macron, complètement perché : Emmanuel Macron : « L’angoisse de fin de mois, c’est une angoisse de citoyens […] C’est aussi l’angoisse des problèmes de réchauffement climatique et de biodiversité. Je pense que ces problèmes n’en font qu’un »
      C’est la magie de la langue du “en même temps”!!! Et ensuite il y aura des Français assez imbéciles pour voter pour LREM!!!
      Macron doit fumer la moquette ou snifer de la cocaïne. Comment peut il raconter de pareilles énormités? Il faut qu’il aille se faire soigner!!!
      On est bien du discours et de la pensée parfaitement claire et cohérente de F X Bellamy!!!

      • Ce que je voulais dire, c’est qu’il peut y avoir des opposants formels à M. Macron, mais qui vont défendre la même politique européiste. Toutes les opinions sont respectables, il faut juste essayer de comprendre pour quoi on vote.

  • voter pour la liste de Bellamy c’est voter pour l’intelligence, la clarté des idées, le réalisme quand voter pour LREM c’est voter pour le flou, c’est se faire manipuler!!!

  • Je pense que M. Macron ne rend pas service à Mme Loiseau en l’humiliant comme il se plaît à le faire. Ou pense-t-il que les électeurs vont voter pour sa liste par pitié?

  • Nathalie Loiseau a clairement montré ses sympathies bobo-écolo et on attend que FX Bellamy s’en démarque, tout aussi clairement.

  • Les gens en ont tellement raz-le-bol de « jupiter » et de sa clique que c’est absolument génial qu’il vienne à la rescousse de Loiseau, sa démarche la coulera plus rapidement. En plus s’il estime voler au secours de sa candidate, c’est que les sondages (les vrais) ne sont pas aussi glorieux qu’on veuille nous faire croire…

  • Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Vu la nullite de la tete d eliste LREM, la liste LR en profite.

    Comme les sondages predisaient une debacle aux LR, personne ne voulait y aller. donc ils ont mis un inconnu qui du coup apparait comme un renouveau, qui plus est avec des convictions.

    Ajoutez a ca une tete de liste LREM qui prend l electeur pour un abruti (qui peut croire qu elle ne savait pas qu elle allait sur une liste d extreme droite quand elle etait etudiante a science po ?) et vous avez la recette pour une bonne performace de la liste LR.
    Mais ca ne signifie pas que les LR vont triompher plus tard. Ils n ont toujours pas d idees ou de propositions credibles

  • Qu’importe la couleur des listes françaises, la seule chose qui compte en définitive est le groupe européen qu’elles rejoindront.

    https://institutdeslibertes.org/pour-qui-allez-vous-vraiment-voter-lors-des-elections-europeennes/

    • Oui à ceci près (et sauf erreur de ma part) que NDA a dit qu’il se rallierait au CRE où il a déjà pris des contacts.

      • @La petite bête : Soit le CRE (conservateurs mais libéraux), soit l’ENL (patriotes et étatistes).

        La logique serait le second groupe, puisque UKIP ou le RN s’y retrouvent.
        Ou alors, NDA suivrait Farage et son nouveau parti.

        PS: Bon commentaire (9h42) !

  • F X Bellamy donne un sens et une âme à la campagne de LR.
    Je rentre d’une conférence avec le cardinal Sarah, il présentait son livre « Le soir approche et le jour baisse ». Quel homme extraordinaire!!! Il n’a pas la langue de bois et est très clair et radical sur la décadence de l’occident, théorie du genre, mariage pour tous, PMA, GPA, genre neutre, changement de sexe, euthanasie, transhumanisme, relativisme.

    Et en l’écoutant je ne pouvais m’empêcher de penser à F X Bellamy. Et je crois qu’il n’y a qu’une liste pour les européennes pour nous sauver de la décadence de l’occident, c’est celle de F X Bellamy.
    Il a rappelé la nécessité d’inscrire les racines de notre civilisation dans les traités européens. « L’Europe est une civilisation et ses sources sont plurielles et greffées sur cette tradition rationaliste qui nous vient de l’Antiquité et de cette tradition judéo-chrétienne. Il y a dans la modernité critique dont nous héritons aujourd’hui la somme de toutes ces influences et de tous ces héritages ». « la France a été en première ligne dans cette erreur historique qui a consisté de refuser à dire que l’Europe n’est pas seulement un projet mais une civilisation. Si tant de jeunes se tournent vers un islamisme sectaire et dangereux c’est parce que cet islam radical remplit dans beaucoup de quartiers le vide que nous avons laissé, en ne proposant pas à ces jeunes un héritage qu’ils pouvaient rejoindre, à leur donner quelque chose à aimer. Nous sommes tous liés les uns aux autres par quelques chose qui nous précède »
    https://www.republicains.fr/actualites_francois_xavier_bellamy_france_info_rassemblement_famille_politique_fait_force_campagne_europeenne_20190509

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles