Arrêtons de parler de capitalisme, d’ultralibéralisme et de mondialisation

Ces concepts dont on nous abreuve en permanence viennent d’une mythologie inventée au XIXe siècle à partir d’une conception totalement erronée de l’histoire, de la science et de l’économie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statue of Karl Marx : David Merrett - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Arrêtons de parler de capitalisme, d’ultralibéralisme et de mondialisation

Publié le 6 avril 2019
- A +

Par Olivier Maurice.

Le Capital est né le 14 septembre 1867 des élucubrations d’un esprit contraire qui à la fois dans la lignée et en totale réaction contre toute une école de pensée de l’époque tenta toute sa vie de prouver qu’il était capable à lui tout seul de reconstruire l’ensemble de la philosophie occidentale (descendant des traditions grecque, romaine et chrétienne et fortement imprégnée de théologie et de symbolique) à partir d’un seul axiome : seule la matière existe.

La pensée n’existe pas, le libre arbitre n’existe pas, la conscience, la morale n’existent pas ou plutôt découlent uniquement de la matière. Bref : il n’existe pas de principe supérieur à l’action et à la connaissance que nous pouvons développer : pas de métaphysique, pas de transcendance, pas de dieux, pas de Dieu. Le monde n’est que le déroulement mécanique de lois matérielles qui peuvent toutes s’énoncer et se vérifier scientifiquement. Le destin est déjà fixé, le futur n’est qu’une simple conséquence du passé.

La seule option qui resterait aux êtres humains serait de développer un esprit critique afin de découvrir cette vérité précédemment énoncée, de s’en indigner, de propager l’indignation et de créer ainsi une révolte afin de modifier le cours des choses.

Cent cinquante ans après, le culte de la dialectique matérialiste de Karl Marx est toujours pieusement enseigné dans les écoles françaises : bien malheureux celui qui oserait remettre en question la pureté de l’enchaînement thèse, antithèse, synthèse ou de parler d’idéalisme ou de sacralité lors des épreuves de français, d’histoire ou de philosophie du baccalauréat.

Mais le philosophe barbu est surtout connu pour sa généralisation du matérialisme à l’histoire et à l’économie. Les lois sociales opposent depuis toujours les humains entre eux (la lutte des classes) et ainsi, certains humains (les bourgeois) se sont appropriés les outils de productions (le capital), ce qui leur permet de s’enrichir en exploitant les travailleurs (les prolétaires) et de détenir le pouvoir (l’argent) afin d’imposer un ordre économique et politique (le capitalisme) pour protéger leurs privilèges.

Le prophète de l’apocalypse

Usant de cette vision déterministe du monde, Karl Marx a défini une classification politique qui reste profondément ancrée dans la culture populaire. L’accaparement des outils de production, érigé en système, voire en idéologie par Marx lui-même, sera baptisé du titre de son œuvre majeure : le capitalisme, ou comment l’État crée et protège une classe dirigeante (riches industriels, financiers, actionnaires…) par l’instauration de la propriété privée.

Le chemin du salut consiste donc à renverser le rôle de l’État, voire tout simplement à renverser l’État. De défenseur des privilèges (dont la propriété privée est le principal), celui-ci doit devenir émanation du peuple et propriétaire unique de l’ensemble des moyens de productions. Ce but ultime s’appelle le communisme et son achèvement passe par une phase intermédiaire durant laquelle l’État réduira l’importance du capitalisme en réduisant la propriété privée (par l’impôt, la redistribution, la prise de monopoles publics, etc.) et en étendant son périmètre. Cette transition théorisée par Marx et reprise dans de multiples versions s’appelle le socialisme.

Marx est très clair : le capitalisme est à la fois injuste et instable. Il déclenchera inévitablement des révolutions populaires. Il prophétisa ainsi l’effondrement inéluctable des pays les plus avancés dans la protection de la propriété privée, l’activité bancaire, l’industrialisation et le commerce international : c’est-à-dire l’Angleterre et ses anciennes colonies : États-Unis, Canada, Australie…

Non seulement l’apocalypse prophétisée par Marx ne s’est pas produite, mais il est apparu au fil du temps que les arguments qu’il avait développés dans son ouvrage n’étaient qu’une accumulation de sophismes et d’artifices rhétoriques surtout destinés à valoriser son parti-pris matérialiste athée et à gonfler son narcissisme exacerbé.

Quoi de plus glorifiant pour l’ego que de prétendre sauver le monde d’un destin fatidique qui surviendra si on laisse l’Histoire suivre son chemin en toute liberté ?

Le vocabulaire hermétique du complot mondial

Mais malgré les constants démentis à la philosophie développée par Marx, la peur millénariste de l’asservissement éternel au Capital agite toujours les révolutionnaires de tout poil, ainsi que les intellectuels, activistes, journalistes, hommes politiques et experts en tout genre pour lesquels la dialectique matérialiste et la recherche obsessionnelle de l’injustice sont l’alpha et l’oméga de la pensée raisonnable : si on laisse le système économique actuel (le capitalisme) se développer tout seul ; ou pire, si on favorise son expansion (l’ultralibéralisme), celui-ci envahira toute la planète (la mondialisation) et entraînera le malheur et même à terme l’extinction de l’espèce humaine, en déclenchant moult calamités telles qu’inégalités, réchauffement climatique, délitement moral : racisme, antisémitisme, homophobie, machisme etc.

Quand on entend parler de capitalisme, il ne faut pas croire que l’on parle d’un développement économique basé sur la spécialisation, l’échange et l’investissement dans l’outil de production, mais de la conviction que le monde est dirigé par les riches qui n’ont pour seul et unique but que celui de devenir encore plus riches en appauvrissant les pauvres.

Quand on entend parler d’ultralibéralisme, il ne faut pas comprendre que l’on fait référence à une philosophie qui chérit la liberté individuelle et repose sur la responsabilité personnelle, mais bien à la thèse que l’enrichissement de cette classe supérieure serait renforcé par la mise en place d’une doctrine visant à empêcher par tous les moyens de juguler les méfaits inhérents du capitalisme « en liberté ».

Quand on entend parler de mondialisation ou de globalisation, il ne faut pas non plus penser que l’on fait référence à la capacité moderne de transporter des êtres humains, des informations ou des marchandises partout sur la planète, mais au mythe de la mise en œuvre d’un complot mondial, d’une internationale de la classe dirigeante qui se serait liguée de par le monde pour exploiter les travailleurs.

L’enfermement dans la dialectique révolutionnaire

La rhétorique utilisée pour défendre cette thèse est toujours la même depuis 150 ans : constater un fait, l’éclairer sous la lumière d’une justice sociale sublimée pour s’indigner et projeter ses peurs. Une différence de revenu devient une inégalité sociale qui frappe les plus pauvres, la faillite d’une banque devient une crise qui appauvrit les petits épargnants, un orage devient un dérèglement climatique dont les plus pauvres et les plus vulnérables seront les victimes à l’échelle de la planète entière, etc.

Toute cette pensée qui se proclame bonne et juste repose sur l’éclairage moral porté par des gens qui se targuent de faire fi de toute subjectivité… mais qui n’ont pourtant aucun complexe à user et abuser d’arguments totalement subjectifs basés sur le ressenti d’infériorité et d’inégalité. On est toujours le pauvre de quelqu’un, il suffit souvent pour cela d’imaginer la fortune supposée de son voisin. Tout ceci enferme ces autoproclamés défenseurs de la critique et de la raison dans une logique et dans un vocabulaire hermétique qu’ils vénèrent comme des dogmes sacrés. Combien de fois n’avons-nous pas lu ou entendu « mais non, le vrai truc en isme, ce n’est pas ça ! ».

L’argent, la monnaie, la valeur et la richesse

La pensée de Marx est un pur produit de ce XIXe siècle qui découvrait la science et qui pensait que celle-ci remplacerait la métaphysique pour expliquer le monde. On comprend mieux de nos jours les mécanismes de la pensée et l’on sait qu’ils reposent avant tout sur des croyances. Mais au XIXe siècle, on croyait que le monde était soumis à des lois et que la connaissance de ces lois était l’ultime vérité, que l’esprit n’était qu’une illusion et qu’il fallait à tout prix éliminer toute construction mentale de nos réflexions.

L’économie décrite par Marx repose uniquement sur la production matérielle. Les services, le travail découlent d’un cycle de transformation de la matière en énergie et de l’usage de cette énergie pour transformer la matière. La monnaie est elle aussi réduite à son aspect matériel. Rien d’étonnant alors que la vision marxiste de la richesse soit réduite à celle d’une enveloppe limitée : celle de la masse monétaire et de ses équivalents, or et argent. Dans cette logique, l’économie et la politique se résument à la simple question du partage de cette matière particulière et par projection, à celle du partage des ressources naturelles.

On a depuis compris et constaté que toute cette logique était totalement fausse.

La tyrannie et le socialisme

Historiquement d’abord : avec la datation des premières écritures, on s’est rendu compte que celles-ci portaient sur des éléments de comptabilité. C’est le besoin d’écrire, de consigner dettes et échanges, qui est à l’origine de la notion monétaire (et de l’écriture, d’ailleurs), absolument pas l’invention de jetons en métal précieux frappé à l’effigie du tyran qui n’arriveront que bien plus tard.

La lettre de change et la reconnaissance de dette précèdent la monnaie de plusieurs millénaires dans l’histoire de l’humanité. Ce n’est pas la banque qui a pris le pouvoir sur le souverain, mais bien le souverain qui a régulé la banque et imposé la monnaie pour en faire un instrument de servitude. S’il existe une trame dans l’histoire de l’humanité, ce n’est pas celle de la lutte des classes, du capitalisme et du manque de politique, mais bien celle d’expériences et d’échecs répétés de divers types de socialisme. La monnaie a été inventée pour lever des impôts et payer les troupes, pas pour enrichir les gens, même une minorité.

La richesse provient de l’échange et des valeurs

Faux également économiquement : il était sans doute très difficile d’imaginer en pleine révolution industrielle que ce n’était pas l’augmentation de la productivité qui permettait l’enrichissement de la population occidentale de l’époque, mais le développement de la capacité commerciale. L’économie repose sur l’échange et la spécialisation, pas sur la production ni sur la consommation. Le secteur tertiaire, quasi inexistant au XIXe siècle, représente près des deux tiers de l’activité mondiale, près de 80 % de l’activité des pays occidentaux.

La notion de besoin est totalement relative et paradoxalement totalement universelle. Un chimpanzé n’aura jamais besoin d’un film en 3D, pas plus qu’un habitant de l’Europe du milieu du XIXe siècle. Mais aujourd’hui, l’industrie du cinéma fait vivre des millions de personnes et pour beaucoup d’entre nous, le scénario, la mise en scène et l’interprétation de la série que nous regarderons ce soir à la télé seront aussi importants que ce que nous aurons dans notre assiette.

La matière est une chimère

Tout aussi faux scientifiquement : la notion de matière sur laquelle Marx base l’intégralité de son raisonnement s’est révélée très compliquée à définir au fil des découvertes scientifiques. Est-ce qu’une table est un objet plat et solide ou un ensemble mouvant de particules en perpétuelle réaction et elles-mêmes assimilables à des ondes dont on ne peut que supposer statistiquement la présence ou l’absence, sachant que matière et énergie seraient finalement la même chose ?

Non seulement la prétendue stabilité de la matière n’est qu’une vue de l’esprit, mais l’information, ce principe supérieur dont Marx refusait l’existence, est quant à elle stable dans le temps et l’espace, et indépendante du référentiel utilisé, ainsi que le prouvent les ordinateurs et multiples objets numériques qui nous entourent.

Un échec cuisant, et pourtant…

Politiquement enfin, toutes les expériences de communisme et de socialisme se sont terminées par un fiasco total. Mais les faits, même indiscutables, ne peuvent que peu de choses face à l’obscurantisme de fanatiques persuadés détenir la vérité, et ce à juste titre, puisque tout modèle de pensée est en lui-même une vérité. Personne ne pense jamais être le méchant de l’histoire.

Il faudra du temps pour que les théoriciens de l’autocritique ne fassent la leur et que l’on efface le paradigme simpliste et illuminé du faux prophète barbu. Peut-être simplement en rétablissant cette autre vision du monde, développée deux siècles avant Marx par Adam Smith, David Ricardo, Jean-Baptiste Say ou encore John Locke qui déclarait en 1690 dans le Traité du Gouvernement Civil que « Dieu, qui a donné la Terre aux hommes en commun, leur a donné pareillement la raison, pour faire de l’un et de l’autre l’usage le plus avantageux à la vie et le plus commode », nous indiquant ainsi que les valeurs portées aux choses sont tout aussi importantes, sinon plus, que les choses elles-mêmes.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • il ne faut retenir d’une idéologie ou d’une religion que ce qu’elle produit comme progres social..
    si on regarde la planete avec ce prisme , tout s’éclaire..
    Les endroits ou il fait bon exister ne sont pas forcement les endroits ou il fait bon vivre, au sens ou la compétition peut etre féroce..
    Ce que je sais c’est que tout ce qui est facile a obtenir , ne vaut rien , et les sociétés qui prennent a Paul pour donner a Jacques sans autre justification que l’idéologie (les religions ne le font pas) , sont condamnées a terme par la disparition de Paul..
    Ne pas comprendre çà , c’est etre un « croyant » et on ne discute pas avec un « croyant », puis que par définition il croit savoir

    • Il n’y a pas que les idéologies et les religions qui produisent du progrès social. Chaque libre penseur produit du progrès social dès lors qu’il ne cherche pas à contraindre son prochain.
      Les idéologies et les religions contraignent chacune à leur façon.

      • oui la j’évoque les éléments structurants sur corps social ,( les libres penseurs dont je fait partie tentent, bon gré mal gré ,de tirer leur épine du jeu)
        les libre penseurs ,comme moi , n’ont qu’une exigence :
        foutez nous la paix

  • Voici un (excellent) article utile qui résume l’histoire d’une pensée délirante non seulement dans ses affirmations mais dans ses réalisations ayant TOUTES conduites à l’échec quand ce n’est pas aux génocides.
    Pourtant, on croit rêver car on trouve encore de nombreux marxistes qui, bien que matérialistes historiques, ne croient même pas à la réalité délétère qu’ils ont eux-mêmes installée.

  • Très bon texte à relire car il est complexe et complet. Cela me fait questionner sur les différentes civilisations. Romaine, Grecque puis celle de Marx. Si l’auteur pouvait (si il a le temps) écrire un article en croisant avec le communisme et la politique. J’y vois des points concordants. La Grèce et la démocratie par exemple. Peut-on dire que la politique a évolué ? Peut-on dire que le progrès technique a fait évolué la politique ? Car en France en 2019 l’Etat peut voler 60% des richesses sans affamer la population (enfin un peu quand même) alors qu’à l’époque c’était combien ? 5% 10%
    Concernant Marx (ce con), est il devenu ainsi à cause de l’industrialisation ? Mon idée est de démontrer que la politique et son emprise sur le peuple a augmenté avec le progrès technique. Et plus ça va, plus le peuple en redemande. Jusqu’où peut on aller ainsi ?

    • La politique est un parasite : plus son hôte est bien portant, plus elle s’étend. Comme bon nombre d’idées libérales, les découvertes scientifiques ont fait croître le socialisme, en augmentant les moyens qu’il peut s’accaparer.

      Si ça bouge, taxez-le. Si ça bouge encore, régulez-le. Si ça ne bouge plus, subventionnez-le. (R. Reagan)

  • Belle synthèse !  La morale de l’histoire pourrait être que certains hommes veulent le pouvoir plus que d’autres. Le marxisme pourrait être l’expression d’une volonté de puissance, par d’autres moyens que le capital. D’après Nietzsche, la volonté de puissance serait une force qui cherche son propre accroissement pour atteindre la domination et, ne pourrait exister sans résistance sur laquelle s’exercer : sans capitalisme, pas de marxisme, par exemple. Une autre philosophe, très à gauche, Simone Weil (pas Veil), disait du travail de Marx, qu’il n’était absolument pas scientifique et soulignait le fait que même dans une société parvenue au communisme, les agneaux resteraient des agneaux, et les loups, des loups. Aujourd’hui, la recherche de l’homme providentiel en politique pourrait très facilement être interprétée comme une volonté de soumission : le troupeau qui cherche le berger capable de le guider. Finalement et toujours d’après Nietzsche, le monde n’est qu’une œuvre d’art tragique 🙂

  • Tout système de pensée utilisé lar des idéologues peut dégénerer en ingénierie sociale coercitive. Que cela s’habille de « marxisme » ou de « capitalisme ». Beaucoup seraient surpris d’apprendre que les grands noms de la construction mondialiste sont des admirateurs de Marx ou de Trotsky. Leur point commun est en effet le matérialisme.
    Cette fausse dialectique marxisme/capitalisme en cache une vraie, et sans doute la seule qui vaille: celle qui oppose une vision matérialiste de l’homme et une vision spiritualiste.
    Autrement dit, l’homme est-il un moyen ou une fin?
    Comme le dit Claude Henry, qu’est-ce qui est produit au niveau social?

    • oui il est clair que les dogmes ne peuvent etre évalués qu’au niveau de ce qu’ils produisent comme type de société ..

  • Le commerce et les échanges existaient bien avant les idéologies et les structures étatistes. Le commerce avec l’agriculture sont les plus anciennes activités de l’homme depuis le début de l’Antiquité. C’est ce que les socialistes ne veulent jamais admettre. Que le libre commerce, les échanges et la propriété privée n’ont jamais été un facteur de pauvreté.

    • Exact. L’archéologie révèle que les hommes du néolithique échangeaient l’obsidienne, plus tranchante que le silex, ou tout autre chose dont ils avaient besoin. Plus tard ce sont les haches de bronze qui se répandent dans toute l’Europe. Lorsque vous êtes occupé à votre tache et que vous n’avez pas les compétences nécessaires, vous échangez pour vous procurez ce que vous convoitez! L’échange est l’acte le plus naturel qui soit.

  • @Margo, cette dernière phrase est puissante. L’art peut être considéré comme une création humaine ainsi que la tragédie. J’aime bien cela car ça résume bien la malédiction humaine à vouloir vivre volontairement dans la tragédie. Maintenant en prenant du recul l’art existe de partout. La vie, ce qu’il y a autour de nous est parfait. Je vois de l’art dans une fleur, le papillon ou l’abeille. Je me demande si notre intelligence n’est pas trop développée pour comprendre la beauté simple de la vie. Le marxisme c’est de la (pardon pour le mot) masturbation intellectuelle. Je voudrais tellement que l’on retrouve le goût des choses simples comme la liberté. Ce matin mon boucher a quitté sa caisse pour reconduire une vieille dame chez elle. Du coup aujourd’hui je suis heureux. Nous manquons peut être d’amour à partager. Et probablement que Marx nous a défoncé notre âme avec ses idées collectivistes. Nous avons oublié le but de l’humain. Le partage spontané de l’amour. La religion visait à nous guider sur ce chemin. Construite ou pas sur du vent la religion permettait à l’humain d’exprimer ses valeurs intrinsèques. Mais pour être positif aujourd’hui je pense que l’on touche le fond ! Donc l’on devrait remonter ? 😉

    • J’aime bien la phrase de Gandhi qui dit : sois le changement que tu veux voir dans le monde. Ou aussi, celle de Marc Aurèle : Mon Dieu, donne-moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d’accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux  Ce sont, pour moi, des idées qui m’évitent de sombrer dans le pessimisme. Quand à Nietzsche, d’après ce que j’ai pu comprendre, il envisageait la vie à travers un prisme esthétique, d’où cette dernière phrase.

  • L’auteur semble penser que le matérialisme implique nécessairement le socialisme ou le communisme, ce qui paraît extrêmement léger. On peut être tout à fait matérialiste (voire athée) et libéral.

  • @Alfred, l’humain n’est en prison que de lui même. Jesus et bouddhas étaient libres. La religion permet à l’humain de se fixer des limites car il n’assume pas sa nature divine. On fait du HS….alors que le communisme focalise sur le péché humain. Dans le libéralisme on laisse la porte ouverte au développement naturel des choses. C’est pas si hs que ça. La politique comme la religion servent le même objectif: combler le vide qui existe dans l’humain. Plus on le sait et moins on à peur. Plus on peut se libérer !

  • Un de mes profs m’avait enseigné que si Marx n’avait pas perdu gros en bourse avec les compagnies de chemin de fer, il n’aurait jamais développé sa théorie. A chaque fois, je me remémore ça et je relativise les bases du marxisme…

  • excellent article
    merci monsieur

  • Pour élargir l’horizon, une idée du libéralisme totalitaire ou comment défendre l’idée de liberté (pour soi)tout en pratiquant l’esclavage et le génocide (pour les autres) : Contre-histoire du libéralisme de Domenico LOSURDO.

    • Votre humour n’a pas de limites sans doute . La liberté pour soi sans liberté pour les autres est un non sens . Le libéralisme totalitaire est un oxymore . Coller des mots aux autres ne fabrique pas du sens.
      Le libéralisme n’existe pas parce que il n’y a pas de doxa libérale.
      La pensée libérale est une pensée du droit qui revendique l’état de droit comme le moins mauvais des états. C’est une pensée modeste . la possibilité de génocide ou d’esclavage n’est pas pensable dans un état de droit .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Reportage à Balap, Torgan, Burabay, Schuchinsk, Akmolinskaia oblast, nord du Kazakhstan - Le 20 novembre 2022

 

Dimanche 20 novembre 2022 : le Kazakhstan organisait sa septième élection présidentielle depuis la disparition de l’Union soviétique, une élection anticipée provoquée par la démission du président en exercice, Kassym-Jomart Tokaïev, réélu sans surprise dès le premier tour avec le score très confortable de 82 %.

Caractéristique de ce scrutin : un taux de participation catastrophique dans les grandes villes o... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles