Algérie : la Russie, un acteur politique et gazier à ne pas négliger

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
putin happy wave : Jedimentat44 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Algérie : la Russie, un acteur politique et gazier à ne pas négliger

Publié le 4 avril 2019
- A +

Par Alexandre Massaux.
Un article de l’Iref-Europe

L’élection présidentielle algérienne occupe une place importante dans l’actualité. Les récentes manifestations contre le président sortant Bouteflika et sa démission mettent en avant les faiblesses politiques du pays et font craindre une crise majeure qui aurait des répercussions à l’international. Pour autant, il ne faut pas ignorer un acteur ayant des intérêts en Algérie et qui ne resterait certainement pas inactif en cas de troubles sévères : la Russie.

Un rapprochement politique et économique entre l’Algérie et la Russie en faveur de cette dernière

L’Algérie possède les deuxièmes plus grosses réserves de gaz naturel (4,6 trillions de mètres cube) en Afrique après le Nigéria (5,2 trillons de mètres cube). De plus, 95 % des exportations algériennes sont issues des hydrocarbures et représentent plus de 30 % du PIB du pays.

Pour la Russie, qui cherche à conserver son contrôle sur le marché gazier, l’Algérie est donc un acteur non négligeable. Gazprom, en tant qu’entreprise d’État russe et outil de la stratégie économique du gouvernement russe, s’est progressivement implantée en Algérie en tissant des partenariats avec Sonatrach, la compagnie d’hydrocarbure contrôlée par l’État algérien.

Mais la coopération entre les deux pays dépasse le simple domaine des hydrocarbures et prend un tournant plus politique avec les armements. Selon la Chatham House, entre 2000 et 2016 l’Algérie représente la moitié des exportations d’armement russes en Afrique du nord et au Moyen-Orient, et est ainsi le premier client de Moscou dans cette région.

En outre, pendant cette période, Alger est le troisième client de la Russie dans ce domaine, à l’échelle mondiale après l’Inde et la Chine. Cette coopération s’est politiquement renforcée en 2018 avec le souhait de créer une entreprise de fabrication d’armement conjointe entre les deux pays ou de mettre en place des projets communs en cybersécurité.

La différence de puissance politique et économique entre l’Algérie et la Russie fait qu’une telle coopération joue en faveur de Moscou. Dès 2006, le président Poutine contrôle la relation en annulant la dette militaire algérienne de 4,7 milliards de dollars envers la Russie en échange de l’acceptation par l’Algérie d’acheter 7,5 milliards de dollars d’armement russe. Moscou peut utiliser la dépendance de l’Algérie en matière de défense pour poursuivre ses objectifs. Une situation qui n’est pas sans inquiéter les États-Unis en 2018.

L’Algérie, un pays indispensable pour le projet de cartel gazier de la Russie

Le gouvernement russe renforce sa présence sur la scène internationale par l’entremise d’influences politiques grâce aux domaines économiques qu’il contrôle. Du fait de l’accent mis sur les hydrocarbures, Moscou utilise ce secteur comme un véritable outil dans ces relations étrangères.

En ce sens, Alger est un allié naturel et objectif pour la Russie. Les principaux clients de l’Algérie sont des États européens avec en tête l’Italie (14 % des exportations algériennes en 2018) suivie de l’Espagne (12 %) et la France (11 %). L’Algérie est le troisième fournisseur gazier des pays de l’UE (12 % des importations européennes de gaz en 2016) après la Russie (39,9 %) et la Norvège (24,8 %). De ce fait, l’Algérie et la Russie peuvent ensemble contrôler l’approvisionnement du gaz européen.

Dès 2006, la Russie et l’Algérie ont conclu des accords de coopération en matière de gaz, suscitant la crainte d’une « duopolisation » du marché gazier européen. Si celle-ci ne s’est pas concrétisée à cette époque, le changement de situation ces dernières années remet ce risque sur le devant de la scène. Du fait de la dégradation des relations avec l’Occident à la suite de l’annexion de la Crimée, la Russie se tourne vers un certain nombre d’États pour mieux cerner et contraindre l’Europe.

Le rapprochement, pour ne pas dire l’alliance, avec l’Iran (qui possède les deuxièmes réserves de gaz naturel au monde après la Russie) témoigne du regain d’intérêt russe, pour assurer sa mainmise sur le marché gazier, en Asie et au Moyen-Orient. L’Algérie et l’Iran intensifiant également leurs relations, l’hypothèse d’une alliance énergétique Moscou-Téhéran-Alger n’est pas à sous-estimer, surtout dans un contexte de prise de distance avec l’Occident.

Certes, les liens entre l’Algérie et la Russie restent moins forts actuellement que ceux entre Moscou et Téhéran, mais restent suffisamment importants pour que le Kremlin suive de près les événements actuels. La Russie n’acceptera pas que ses projets soient menacés en cas de changement de régime.

Le soutien russe à Maduro lors de la crise vénézuélienne, un autre État rentier, est révélateur de sa stratégie, à savoir de garder une influence politique et économique dans des États stratégiques en matière d’hydrocarbures. Par conséquent, la situation interne algérienne peut engendrer une nouvelle zone de tension internationale.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • claude henry de chasne
    4 avril 2019 at 8 h 05 min

    c’est justement l’emprise de la Russie , que les algériens ne veulent plus

    • c’est plutôt de l’emprise du FLN que les algériens ne veulent plus (si tant est qu’ils l’ont voulu un jour…)

  • fortiche le sieur poutine ; il est à l’affût de tout ce qui est dans l’intérêt de son pays ;

  • Il me semble que Poutine, qui sait jouer aux échecs, a loupé un truc avec le Venezuela: en soutenant le jeune concurrent de l’abominable Maduro, affameur de son peuple, il mettait les occidentaux dans une situation impossible: être d’accord avec la Russie.

    • On pourrait aussi dire que ce sont les occidentaux qui ont loupé un truc : en tenant absolument à s’opposer à la Russie, ils ont empêché une solution où ils pouvaient très bien faire silence sur la conjonction circonstancielle de vues avec Poutine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

Par David Teurtrie. Un article de The Conversation

Début janvier 2022, le Kazakhstan a connu des manifestations contre la hausse des prix du gaz de pétrole liquéfié qui se sont rapidement étendues à plusieurs villes du pays avant de dégénérer en émeutes.

Le président Kassym-Jomart Tokaiev a d’abord réagi en limogeant son gouvernement, accusé d’être responsable de la crise, puis a promis un gel des prix des carburants afin de calmer la colère des manifestants. Mais la situation s’est encore aggravée à Almaty, capitale économique ... Poursuivre la lecture

Depuis mi 2021, les prix de l’énergie battent record après record. En six mois le prix du baril de pétrole et de la tonne de charbon ont doublé tandis que sur les marchés européens les cours du gaz naturel ont été multipliés par 5. Par effet de ricochet, la tonne de carbone est passée en un an de 32 euros à 82 euros.

Enfin, étant donné la « règle du mérite » appliquée au mix électrique européen (alignement des prix sur la dernière source mise en œuvre c’est-à-dire la plus chère), le MWh a lui aussi atteint des niveaux stratosphériques ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles