L’aveuglement économique de la Russie ne durera pas

L’histoire et l’économie de la Russie regardent du côté de l’Ouest. Le régime ne pourra indéfiniment ignorer le libre échange et la libre entreprise, et le choix de la guerre n’est pas évident : l’intendance ne suit pas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vladimir Poutine (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’aveuglement économique de la Russie ne durera pas

Publié le 22 juin 2017
- A +

Par Jacques Garello.

La visite de Vladimir Poutine en France a inspiré plusieurs articles sur la situation de l’économie russe et l’importance de ses relations avec les pays européens, notamment les membres de l’Union. Les considérations politiques sont souvent prioritaires, mais tôt ou tard les réalités économiques devraient s’imposer.

Une économie stationnaire

Le taux de croissance du PIB est désespérément fixé à 0,7 % depuis plusieurs années, la prévision de 0,8 pour 2017 est optimiste. L’inflation, qui avait dépassé 15 % en 1975, a été réduite à 7 % l’an dernier, mais elle pèse surtout sur les dépenses courantes de consommation et a donc un impact social considérable.

Paradoxalement ce sont les finances publiques qui se portent bien : le budget national est en déficit, mais dans la fourchette demandée par l’UE (3% du PIB) et surtout la dette publique est très faible (19 % du PIB). Enfin, la balance commerciale est excédentaire (3% du PIB) mais c’est peut-être là où le bât blesse.

En effet, le commerce de la Russie ressemble à celui d’un pays sous-développé : exportations massives des ressources naturelles, notamment de gaz et de métaux, et importations de produits finis.

La Russie inonde l’Europe de ses gazoducs, mais cette inondation a une dimension politique : elle tient les importateurs sous sa coupe.

D’autre part, les importations ont été freinées depuis 1974 à cause des répressions politiques décidées par l’Union Européenne après l’annexion de la Crimée, et la déstabilisation de l’Ukraine. Poutine n’a pas manqué de protester contre ce qu’il considère comme un chantage des pays occidentaux.

Les échanges avec la France

La France a une place à part dans l’économie russe, parce que ses liens sont bien plus étroits que ceux qu’entretiennent les autres pays de l’UE, et notamment l’Allemagne. La France est le premier investisseur en Russie. Lors du premier trimestre de l’an dernier, la France a investi 708 millions d’euros dans l’économie russe plus que l’Allemagne, 311 millions d’euros, et les États-Unis 115 millions d’euros.

Ces investissements représentent 130.000 emplois dans des entreprises comme Auchan, Leroy Merlin, L’Oréal, Renault, Peugeot, Citroën, Total, Société générale, BNP Paribas. En dépit des représailles, aucune de ces entreprises n’a quitté la Russie. En revanche, les représailles ont fait lourdement chuter les exportations françaises, et en particulier les exportations agro-alimentaires.

La chute des cours du porc pour les éleveurs français provient de la fermeture du marché russe et de la surproduction française qui s’ensuit. Globalement, le commerce a été réduit drastiquement en 2014 et 2016, diminuant de quelque 40 %, mais il y a une reprise depuis le début de l’année 2016. Enfin, et non le moindre, les investissements russes en France, en dépit de leur côté spectaculaire (millionnaires russes) sont relativement faibles.

Les perspectives politiques

Peu d’économies au monde sont dans un tel état de dépendance de la diplomatie de leur gouvernement. Vladimir Poutine a fait le choix de privilégier l’expansionnisme plutôt que la croissance économique.

Sa popularité vient de sa réussite dans la reconstitution de la Grande Russie, interprétée par le peuple (dûment chapitré, puisque l’opposition est bâillonnée) comme une victoire de la culture russe, une revanche contre l’humiliation et l’exclusion subies à travers l’URSS.

La tentation est grande de s’associer avec les anciens partenaires chinois et de tourner le dos à l’Europe, et il est vrai que le Kremlin mise beaucoup sur le développement de la Sibérie. Mais l’Oural est tout de même plus près de l’Atlantique que de la mer du Japon.

L’histoire et l’économie de la Russie regardent du côté de l’Ouest. Le régime ne pourra indéfiniment ignorer le libre échange et la libre entreprise, et le choix de la guerre n’est pas évident : l’intendance ne suit pas. Il va falloir se résoudre dans un terme assez proche à revenir à la liberté, tant intérieure qu’extérieure.

Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • il faut dire que l’ouest veut absolument soumettre la Russie , comme à l’époque Eltsine, ça aide pas à développer les affaires.
    Les sanctions se sont retournées contre nous et les Russes en profitent pour développer des pans entiers de leur économie qui n’arrivaient pas à décoller. Ils sont maintenant parmi les premiers exportateurs de céréales au niveau mondial alors que notre agriculture est en train de mourir … merci les sanctions.
    La Chine est en train d’investir dans son programme des routes de la soie et la Russie est bien placée dans ce nouvel ensemble.
    A mon avis , l’avenir des Russes semble bien meilleur que celui des français.

    • Cessez de dire n’importe quoi. En quoi l’ouest veut soumettre la Russie? Donnez nous des exemples au lieu de faire de la propagande pour le colonel du KGB.
      C’est la Russie qui a attaqué la Géorgie, ce qui a entraîné des sanctions, car on ne peut permettre qu’elle bafoue le droit international. Elle a récidivé avec l’Ukraine, poutine ne voulant pas admettre que ce pays refuse d’obéir à ses ordres! L’annexion de la Crimée, bafouant les accords signés garantissant l’intégrité territoriale de ce pays, entre la Russie, l’Ukraine et les USA, a été la gouttte d’eau faisant déborder le vase!
      Que vous refusiez et rejetiez le droit international révèle votre asservissement au tyran de Moscou!

      • la Russie n’a jamais attaqué la Géorgie , il faudrait revoir la chronologie des événements.
        Elle n’a jamais attaqué l’Ukraine où nous sommes allé semer un joyeux b..l avec BHL en guignol de service et Nuland et Kerry en agitateurs.
        Les habitants de Crimée ont préféré retourner à la « mère patrie » , et on les comprend vu ce qu’est devenu l’Ukraine.
        Les plans de Zbig ( voir Le Grand Echiquier ) ont foiré et on ne va pas s’en plaindre.

        Quand Trump fait bombarder la Syrie , qu’est-ce qu’on fait du droit international ? on s’assied dessus ?

  • « Le taux de croissance du PIB est désespérément fixé à 0,7 % depuis plusieurs années » (sic) Et nous ! Européens de l’Ouest est-ce que nous faisons mieux ?
    « La chute des cours du porc pour les éleveurs français provient de la fermeture du marché russe » (sic) acceptant d’exécuter les ordres de l’Oncle Sam, nous nous sommes tirés une balle dans le pied !
    « Le régime ne pourra indéfiniment ignorer le libre échange » (sic) suite au dictat Étasunien n’est pas nous qui avons coupé les ponts ? La fédération de Russie est quand même, géographiquement, le plus grand pays du monde. Nous lui avons claqué la porte un nez côté ouest, la réaction a été absolument normale : l’orientation est passée plus vers le sud et l’est !
    L’Union Européenne devrait peut-être moins écouter les « bruits de coursives » générés par les ex-pays de l’est qui ont pour Moscou, la mentalité de nos grands parents envers l’Allemagne à la fin des années 40. Cet état de fait est entretenu par nos amis Étasuniens qui souhaitent installer partout leurs antennes et leur hégémonie (antennes qui ne servent pas seulement à surveiller les frontières mais surtout à la veille technologique… ou plus simplement l’espionnage industriel ; C’est normal entre amis?).

    • Etre né du mauvais coté du rideau de fer active la mémoire… (Le nazisme et le fascisme sont toujours bien « mémorialisé »).

      • Oui, la mémoire du passé, c’est bien mais pas dans la vie de tous le jour !
        Au début des années 90, le Russes de Moscou avaient toujours des réserves (de tout) chez eux quasiment de quoi tenir un siège ! Les problèmes de distribution étaient amplifiés du fait que dès que quelque chose était disponible à un endroit la foule se précipitait pour en acheter un max (même inutile) et le mettre de côté.
        Aujourd’hui… plus de problèmes !
        Et l’embargo… Recentrage sur les produits du pays (qui est très grand) quelques approvisionnements venant d’Amérique du sud une seule (petite) tristesse : y-a-pu de « Fromages qui puent » !

    • C’est l’UE qui a décidé les sanctions contre la Russie, suite aux agressions commises sur ses voisins! Et le gouvernement français les a décidées de même! Cessez de dire que c’est l’exécution des ordres de l’Oncle Sam.
      Si vous êtes ignorant du droit international et de la Charte de l’ONU, sachez qu’il est interdit d’attaquer les pays voisins et d’annexer leur territoire comme l’a fait Poutine en Géorgie et Ukraine. C’est ce que fit Hitler en 1938-39 en Autriche et Tchécoslovaquie, provoquant la Seconde guerre mondiale. Vous en voulez une 3ème?

      • L’ONU demande le respect des frontières de 1949 ! À cette époque, la Crimée faisait partie de la Fédération de Russie (elle même intégrée dans l’union soviétique).
        Quant à l’Ukraine, une partie de son peuple (un peu délaissé par la capitale), souhaitait continuer à avoir des bonnes relations avec le voisin (Fédération de Russie) et à parler le Russe, demandait une certaine autonomie ; en suite s’il y a des mercenaires tchétchènes et russes avec des financements « pas catho » et certainement également russes (industries de l’armement) le Kremlin n’y est (peut-être) pour rien mais ne fait, certes, pas obligatoirement grand chose pour l’éviter…
        Et la Géorgie ? Il n’y a eu aucune annexion… Depuis le départ de M. Mikaël Nikolazis Saakachvili (dont l’administration était entièrement financée par les Étasuniens – Georges Soros) la situation ne s’est-elle pas stabilisée ?
        Question : À part une partie de financement européen (nos impôts) de quoi est constitué le budget Ukrainien ?
        Autre question : Staline (ce n’est pas une référence) avait réparti sur chacune des républiques de l’URSS une partie autonome de l’industrie, à l’éclatement de l’URSS (anecdote, pénurie de chaussettes à Moscou, fabriquées dans les Pays Baltes), l’Ukraine a naturellement conservé une partie de l’industrie aéronautique, l’usine Antonov… Aujourd’hui la technologie des très gros porteur a été perdue (vendue à la Chine). La question: Reste-t-il en Ukraine un secteur porteur ? (Mis à part tendre la main pour cueillir ce qui tomberait du ciel).
        J’arrête de critiquer l’Ukraine, c’est hors sujet mais arrêtons tous de mettre tous les soucis des ex-Pays de l’Est sur le dos de Poutine !

  • Comme d’habitude, un article sur la Russie attire les commentaires de personnages venus défendre le génial Vladimir (en gros…).
    Pour mémoire, le PIB de la Russie est à peu près celui de l’Italie, alors même que la Russie regorge de ressources naturelles. La réalité est que la corruption règne et que les élites n’ont aucun intérêt à libéraliser, ce qui aurait pour conséquence l’émergence de nouveaux entrepreneurs et de diminuer la dépendance de la population à l’Etat. Il est bien plus efficace de faire croire au retour (illusoire) de la grande Russie; jouer sur la fibre patriotique fonctionne presque toujours.

    • Le PIB est un indicateur qui ne veut plus dire grand chose surtout quand pour le comparer on le convertit en dollar.
      La Russie est passée par 70 ans de communisme suivis de 10 ans de dépeçage alors forcément ils ont du retard à rattraper. La période Eltsine a été propice à l’émergence des oligarques et de la corruption , les Russes vont mettre un peu de temps à s’en débarrasser et quand ils le font l’ouest se précipite pour défendre les oligarques ( voir l’affaire Loukos ).

      • Vous êtes bien mal placé pour faire des analyses étant donné votre sujétion au colonel du KGB qui oppresse son peuple et pille ses richesses.
        Comme l’indique les chiffres du commerce international, la Russie n’exporte que des matières premières, comme tous les pays sous développés. Pas un seul produit manufacturé russe dans nos magasins, pourtant inondés de produit chinois!
        Cela en dit long sur l’économie russe, le niveau de vie de sa population. Quand à votre Poutine, c’est lui le chef de la mafia qui rackette l’économie du pays. Il a éliminé les concurrents, mais c’est pour mettre la main sur la totalité.

        • exportation aussi de produits agricoles , et quand on veut aller sur l’ISS on utilise des fusées Russes parce que lespays occidentaux sont incapables d’y aller par leurs propres moyens.
          En ce qui concerne l’armement de pointe , les Russes sont bien placés.

          •  » exportation aussi de produits agricoles , et quand on veut aller sur l’ISS on utilise des fusées Russes parce que lespays occidentaux sont incapables d’y aller par leurs propres moyens.  »

            Sans les moyens mis par les USA pour financer l’ISS les fusée russes pour les vols habités ne serviraient à rien. Ils ont fait quoi les russes dans le domaine de l’exploration spatial scientifique ces 20 dernières années? Quasiment rien.

             » En ce qui concerne l’armement de pointe , les Russes sont bien placés.  »

            La majorité des confrontations entre des avions américains et russes depuis les dernières années de la guerre du Vietnam à nos jours ont pratiquement toujours tourné à l’avantage des appareil US. Les russes n’ont quasiment rien innové en matière de hautes technologies que ce se soit dans le numérique, les bio-technologies, dans la pharma ou les avancées dans le médicales. Difficile d’être leader dans la technologie de pointe pour l’armement quand on est à la ramasse technologiquement.

            • les américains sont totalement à la bourre en ce qui concerne les avions militaires , les F22 et F35 sont des échecs complets. Le F35 peut à peine servir de camionnette à bombe. Totalement éclipsé par les nouveaux appareils Russes.

              •  » Les américains sont totalement à la bourre en ce qui concerne les avions militaires , les F22 et F35 sont des échecs complets.  »

                Je ne vois pas en quoi le F22 est un échec. Quand au F35 il est certes très coûteux pour sa conception; mais ce n’est pas un échec puisque il est devenu opérationnel et que plusieurs pays en ont commandés plusieurs centaines d’unités comme l’état Israël qui n’a pas l’habitude de se fournir avec n’importe quoi pour équiper son armée. Le F35 est l’appareil le plus sophistiqués jamais mis au point. Je vous rappel que la mise au point du bombardier stratégique F 111 a été aussi très difficile dans mise sa point mais une fois opérationnel il a donné de sueur froide aux russes qui n’avaient pas d’appareils pour le contrer efficacement.

                Quand aux appareil russes j’attend toujours leurs efficacités en combats réelles contre des appareil US. Vous pouvez rechercher sur Wikipédia le nom de tout les appareille US ou Russes qui ont été sur le théâtre des opérations. Les victoires ont été surtout du côté des appareil US. Après le Vietnam ce fut un sans faute du côté US.

                On peut aussi parler de l’avance des américains par rapport aux russes sur la conception de destroyers furtifs équipés notamment de canons à impulsion électromagnétiques propulsant des obus à plusieurs fois le mur du son ou de l’avance des USA pour les drones furtifs à très long rayon d’action.

      • L’ami Mikhaïl Borissovitch Khodorkovski (Loukos), c’était un industriel (dit oligarque) de la Russie profonde, peut-être un peu fraudeur a voulu se mêler de politique… N’est-il pas arrivé une histoire similaire en France à un certain Bernard T. ?

      •  » Le PIB est un indicateur qui ne veut plus dire grand chose surtout quand pour le comparer on le convertit en dollar.  »

        Les socialistes nous ressortent le même couplet. Une façon de vouloir cacher la m…au chat pour éviter d’admettre que l’on soutien une économie qui ne fonctionne pas en terme de PIB et de tout le reste.

        • PIB français : 57 % de dépenses publiques !! ça fait plaisir aux socialistes.
          PIB US : 1$ d’augmentation pour 2$ de dettes supplémentaires , ça va aller loin
          En voilà des économies qui cartonnent

    • Vous devriez écouter les media russes au lieu de nous baratiner. C’est bien en Russie qu’on célèbre la Sainte et Grande Russie et qu’on joue sur la fibre patriotique. Les pays de l’est on de bonnes raisons de la craindre car c’est ELLE qui a agressé la Géorgie et l’Ukraine!
      Vous allez nier qu’elle a attaqué ces 2 pays?

    • «  »Comme d’habitude, un article sur la Russie attire les commentaires de personnages venus défendre le génial Vladimir (en gros…). » »

      Franchement on peut vouloir défendre la Russie sans défendre Poutine.
      On devrait ne pas avoir à ce justifier de cela. Ne serait-ce qu’à un niveau dialectique.
      On peut discuter de ce que veux dire défendre la Russie, mais en gros, vos marges d’Empire, de culture russe, démerdez-vous, libéralisez-vous à votre rythme, SVP et vous allez voir si on fait du bizness ensemble ça ira beaucoup plus vite.

      Quand à entendre à ce qui ressemble à une « accusation » régulièrement utilisée quand les arguments sont pointus, si j’étais méchant, de facho ? mais je ne suis pas méchant et on l’a tellement vu faire par les « gauchistes » depuis des générations que j’y crois pas…

      • J’ajoute si on est vraiment copain avec la Russie et si on aime la SF, disparition de l’Ukraine, référendum dans chaque région, dans l’est c’est direct Mère Patrie, Odessa, j’attends les sondages… l’Ouest la nouvelle Ukraine, rapidement rattachée à L »UE et tout le monde est content !

        Je blague.

  • je prendrais quand même du recul. La Russie s’appuie sur ses ressources naturelles? Outre le fait qu’elle en a vraiment beaucoup et peut tenir longtemps, ce qui est loin d’être le cas de pas mal de pays occidentaux, que font le Canada, le Brésil, l’Australie…? De plus, les sanctions occidentales, outre le fait que pour un certain nombre de pays occidentaux c’est quand même se tirer une balle dans le pied, les russes ont redéployé leurs importations auprès de pays un peu plus mutiques sur les « attaques » de la Russie. Et, accessoirement, l’an passé, ils ont été premier exportateur de céréales. Dont tout un chacun sait que c’est quand même un nerf important de l’économie mondiale.
    Egalement, le fait de se trouver accusé permanent d’à peu près tout, ils ont dû remanier fortement leur Défense Nationale. Donc là où ils auraient pu rester dans un entre deux, on se retrouve avec un potentiel adversaire plutôt bien équipé maintenant.
    Et enfin, vu les bâtons que pas mal de pays leur ont mis dans les pattes, ils ont fini par se rapprocher de la Chine et de monter en accéléré une alternative aux flux financier mondiaux. Ce qui est quand même le comble.
    Donc, de mon point de vue, la Russie a peut-être un peu de ménage à faire dans son périmètre (mais qui n’en a pas, voir notre super démocratie de coquins) mais à force de la chercher, on risque de la trouver. Et s’ils restent encore patients, on risque quand même de se retrouver légèrement dépourvus quand la bise du plantage économique mondial va se manifester.

    •  » Et, accessoirement, l’an passé, ils ont été premier exportateur de céréales. Dont tout un chacun sait que c’est quand même un nerf important de l’économie mondiale.  »

      Entièrement subventionnée avec de l’argent que l’état n’a plus faute d’un baril de brut au dessous de 100 dollars. Sans parler de la corruption qui va bouffer les revenus liés aux exportations comme elle bouffe le reste de l’économie russe.

  • Je suis un peu déçu par l’article après lecture de la présentation : « le choix de la guerre n’est pas évident : l’intendance ne suit pas. »
    Je m’attendais à des explications… or c’est juste une phrase de conclusion.

    Pourquoi l’intendance ne suivrait-elle pas en Russie ?

  • Maître Jacques a fondamentalement raison : la Russie est un pays occidental. C’est cet axiome sur lequel nous devons baser nos rapports avec Moscou. Au lieu de jouer petit bras en essayant de faire entrer l’Ukraine (en fait la Bohême) dans l’UE, proposons à la Russie de le faire. Ca, ça aurait de le gueule.

  • La Russie de Poutine c’est :

    – 2% de la population mondiale pour 21% de la consommation mondiale d’héroïne et 5% de la consommation mondiale d’opiacés

    – un taux d’homicide annuel de 10,2 pour 100 000 habitants (contre 4,2 aux USA, 1,2 en France et 0,8 en Allemagne)

    – 900 000 avortements par an, contre 220 000 en France, soit un taux deux fois plus élevé en Russie.

    – Une proportion de population musulmane d’environ 15%, soit 50% plus élevée que dans les pays les plus « islamisés » d’Europe.

    – le 148e rang au classement mondial 2014 de la liberté de la presse, contre 14e pour l’Allemagne, 39e pour la France, 33e pour le Royaume-Uni, 46e pour les USA (Source : Reporters Sans Frontières)

    – le 140e rang au classement mondial 2014 de la liberté économique, contre 18e pour l’Allemagne, 70e pour la France, 14e pour le Royaume-Uni, 12e pour les USA (Source : Fondation Heritage)

    – le 127e rang au classement mondial 2013 de la corruption contre 12e pour l’Allemagne, 22e pour la France, 14e pour le Royaume-Uni, 19e pour les USA(Source : Transparency International)

  •  » Sa popularité vient de sa réussite dans la reconstitution de la Grande
    Russie, interprétée par le peuple (dûment chapitré, puisque l’opposition est bâillonnée) comme une victoire de la culture russe, une revanche contre l’humiliation et l’exclusion subies à travers l’URSS.  »

    Comment juger la popularité d’un dirigeant dans un pays où la censure règne avec une quasi absence de liberté pour les médias. Le gouvernement russe qui tient les médias inonde le pays de journaux gratuit pour assoire tranquillement sa propagande. On peut mieux comprendre les scores soviétiques que bénéficie Poutine en matière de bonne popularité.

    De plus j’ai plus confiance en une nation dont le peuple se méfie de son gouvernement que de l’inverse.

  • Mais pourquoi donc les Russes voudraient-ils regarder avec envie en direction de l’agriculture soviétiforme de l’Ouest, où ce sont les subventions publiques, et en aucune manière la liberté économique, qui font la loi ? Les ennemis du libre-échange ne sont pas en Russie, mais en Europe : ce sont quand même bien ces européens qui ont voulu instaurer des « sanctions » (traduire : des limitations au libre-échange) contre la Russie, non ? Les Russes ont d’ailleurs répliqué très intelligemment, en ciblant essentiellement la production agricole de l’Union des Républiques Soviétiques Européennes, dont les subventions publiques écrasaient l’agriculture russe. Une agriculture aujourd’hui en plein essor, en pgrâce aux

    • … en partie grâce aux bureaucrates européens, qui, avec les sanctions, ont littéralement livré le fouet pour les battre. Du côté russe aussi, l’agriculture est subventionnée (essentiellement sous forme de prêts), mais cela parvient à peine à compenser le véritable handicap russe, qui sont les capacités insuffisantes (et le coût élevé) des infrastructures de transport (ports, etc). C’est bien beau d’être devenu le premier producteur de céréales de la planète, encore faut-il avoir les ports nécessaires pour pouvoir exporter tout cela ! Les infrastructures sont le goulot d’étranglement de l’économie russe, et c’est là que le gros effort doit être porté. Mais si on veut un indicateur de l’évolution concrète de la liberté économique en Russie, mieux vaut prendre le graphique de la figure 4 du rapport du département américain de l’agriculture :
      https://www.ers.usda.gov/webdocs/publications/83285/err-228.pdf?v=42844

      … à moins, naturellement, de prétendre que la liberté économique, c’est la baisse de la production.

    •  » Les ennemis du libre-échange ne sont pas en Russie, mais en Europe  »

      Vous devriez vous renseigner sur l’idéologie prônée par Alexandre Douguine dont son influence en Russie n’est pas négligeable.

      Quand a ressortir cette rengaine d’une Union européenne qui serait un soviétique, c’est insulter ceux qui ont vécu réellement sous un système de type soviétiques et qui en ont souffert faute de pouvoir aller vivre ailleurs. Je ne sais d’où vous écrivez? Mais si vous êtes dans un pays de l’UE soyez content de pouvoir critiquer l’UE sans le risque de vous faire arrêter par une police politique qui vous enverrait directement dans un goulag.

       » Les Russes ont d’ailleurs répliqué très intelligemment, en ciblant essentiellement la production agricole  »

      C’est effectivement très intelligent d’avoir plombé la consommation en créant une forte inflation sur les produits alimentaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Russie Kaliningrad OTAN
1
Sauvegarder cet article

Par Cindy Regnier.

Le déclenchement de la guerre en Ukraine, et l’intensification des tensions entre la Russie d’une part et l’OTAN, l’UE et, tout récemment, la Lituanie d’autre part, ont placé au cœur de l’actualité l’exclave russe de Kaliningrad, située entre la Pologne et la Lituanie.

Mi-juin 2022, en application des sanctions imposées par l’UE, Vilnius bloque le transit de charbon, de métaux et d’outils technologiques alimentant la région (oblast) de Kaliningrad depuis la métropole. Ces marchandises constituent la moitié des... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Nombreux sont ceux qui ont lu qu'une crise alimentaire était imminente et que la pénurie de céréales suscitait de vives inquiétudes. La principale raison de cette éventuelle crise est l'invasion de l'Ukraine.

Cependant, ce n'est pas tout à fait le cas.

De nombreux pays dans le monde connaissent un important déficit en céréales, qui sont essentielles pour nourrir le bétail. Le principal coupable est l'intervention croissante des États, qui a fait grimper les coûts en flèche même en période de faibles pr... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles