France : une ZAD à l’échelle d’un pays

Chaque mobilisation tournant au chaos démontre un peu plus que le gouvernement tolère la violence d'extrême gauche qui transforme le pays en une ZAD géante.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France : une ZAD à l’échelle d’un pays

Publié le 1 avril 2019
- A +

La France est connue pour son vin, ses fromages, ses hauts lieux touristiques, ses serveurs parisiens rarement polis et cette tradition de la gréviculture élevée au rang d’art. Ces dernières décennies, elle a aussi gagné sa renommée dans une nouvelle discipline sociale : le saccage régulier et l’instauration de chaos mal contrôlés au milieu d’autorités régulièrement débordées.

Ces derniers jours, la tendance s’est fort bien illustrée par les exactions commises par des groupes maintenant bien connus des services de police et de renseignement, des autorités politiques et des médias qui tous les désignent fort commodément par des vocables simples à prononcer, aisés à manipuler conceptuellement et bien entendu simpliste : pour notre élite jacassante, pas de doute, « des bandes de casseurs » agissent et sèment le désordre.

Bien évidemment, la réalité est souvent aussi éparpillée que les vitrines et autres abribus régulièrement pris pour cibles de ces « bandes de casseurs » et recouvre en pratique ou bien les inévitables racailles de cités, ou bien les indispensables extrémistes de gauche, ou les irascibles nervis des syndicats. Ces trois groupes ne sont pas interchangeables, ne se valent pas et n’ont pas du tout les mêmes buts.

Pourtant, les médias et les autorités en général se complaisent à les amalgamer, tant dans leur description courante que dans les réponses (ou l’absence de ces dernières) qui leur sont apportées.

Ainsi, il ne fait aucun doute que l’école de Marion Maréchal a été récemment vandalisée par une bande d’extrême droua… gauche pardon. On attendra avec circonspection (et longtemps) la dissolution des associations d’antifas directement impliquées dans l’affaire.

Parallèlement, le public pourra admirer l’effet directement mesurable des petits débordements en marge des manifestations de Gilets jaunes, qui ont un peu trop laissé la bride sur le cou… de certaines « bandes de casseurs » (là aussi d’extrême-gauche, coïncidence curieuse) : l’actuelle « bunkerisation » complète du Fouquet’s – ou ce qu’il en reste – donne un excellent résumé de la France et de son attrait touristique.

Quelques semaines plus tôt, on avait pu admirer le saccage de l’Arc de Triomphe par au mieux, une bande d’extrémistes de gauche, au pire, ces fameuses racailles banlieusardes de jeunes nerveux très très déçus.

On pourrait revenir en arrière sur tant et tant d’exemples de chaos urbains ou péri-urbains sans avoir besoin de changer quoi que ce soit à la typologie des casseurs qui tombent systématiquement dans l’une des trois catégories précitées : extrémistes de gauche, racailles diversifiées, syndicalistes excités.

Actuellement, la crise des Gilets jaunes permet de relier les scènes de guérilla urbaine avec une grogne sociale intelligible par le public, mais en pratique, ces groupes et ces actions violentes prédatent largement cette crise et cette explication bancale.

En réalité, la violence de ces populations, à commencer par la violence de l’extrême-gauche, est clairement tolérée. On est même en droit de se dire qu’elle est entretenue à coups de subventions, de redistribution sociale qui enferment toute une catégorie de ces individus violents dans la dépendance la plus sordide à l’État et son système, et dans lequel seule la violence permet d’exprimer ses desiderata, d’autant que c’est la seule forme d’expression qui soit vaguement écoutée.

C’est tellement vrai qu’on retrouve cette tolérance décontractée dans ces mairies « acquises à la cause » (i.e. clairement perdues à l’idée d’une République où règnerait un semblant d’ordre et de respect de la Loi), ou dans certaines universités devenues de véritables bastions du Camp du Bien et des extrémismes les plus délétères (au point d’ailleurs d’en devenir contre-productifs pour leurs idéaux frelatés).

Certes, les bandes de racailles n’ont pas encore toute l’efficacité des groupes d’extrême-gauche, véritables milices organisées pour obtenir le maximum de chaos dans un minimum de temps aux endroits les plus voyants de l’Hexagone. Mais cela reste un détail puisque le résultat est globalement le même, le traitement médiatique aussi, et la tolérance des autorités, la même.

Et à chaque nouvelle occurrence d’une poussée gauchiste, on retrouve les mêmes mécanismes et la même absence de toute poigne du pouvoir politique pour faire revenir le calme et la situation légale qui prévalait.

À ce titre, il n’est absolument pas surprenant de voir des comportements très similaires entre par exemple la faune de Nuit Debout de 2016 et les Gilets jaunes actuels, ceux du mois de novembre et décembre ayant pour ainsi dire complètement lâché le terrain aux milices gauchistes ; l’agression de Finkielkraut dans les deux cas est tout à fait symptomatique de cette extrême-gauche rapidement antisémite. Rappelons (cela les fait couiner) qu’après tout, les nazis étaient des nationalistes avant tout socialistes et que la violence de l’extrême-gauche n’a rien à envier à celle de l’extrême-droite, même si toute l’intelligentsia de la gauche actuelle tente toutes les entourloupes philosophiques et historiques pour nous le faire oublier.

Or, que ce soit les Gilets jaunes, Nuit Debout, la mise à sac régulière de Nantes (le mobilier urbain nantais y étant notoirement fasciste et d’extrême-droite comme chacun le sait) ou l’invraisemblable épisode de Notre-Dame-Des-Landes, tout démontre à chaque fois les mêmes mécanismes de pleutrerie et d’abandon en rase campagne des pouvoirs publics face à une violence de plus en plus tolérée : on recule, on cède, et quand on cherche à répliquer, c’est assez mollement, après des semaines (Nuit Debout), des mois (les Gilet jaunes), des années (NDDL) d’atermoiements ridicules.

Et d’atermoiements en renoncements, de compromis en pourrissements, l’État montre, chaque jour qui passe, sa tolérance de plus en plus grande, de plus en plus assumée face à la violence d’extrême-gauche, qui, petit-à-petit, à coups de lieux squattés, de centres villes barricadés, de places et d’universités occupées, transforme tout le pays en une grande ZAD géante.

Forcément, ça va bien se terminer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • C’est logique quand même: ils ne vont pas réformer le pays, non mais quoi encore. Le mieux stratégiquement est de laisser la situation empirer pour justifier un pouvoir autoritaire. Et là nous pouvons faire confiance à notre jeune étalon Macron pour bien nous l’enfoncer d’un coup sec. Vous verrez, vous aimerez tous et toutes. C’est ainsi, l’on s’habitue au pire et l’on fait avec. Le plus rigolo est que l’on avait peur que Marine récupère la France et pousse la République à fond. Et finalement c’est juste Macron qui brille de décontraction et avance bon rythme vers l’explosion finale. J’espère juste qu’il va en perdre quelque chose. Au moins sa grosse tête ! 😉

  • Merci de remplacer services par sévices publics. Car les mots font nos maux.

    • La bande à Bonnot se grossit chaque jour de tous les cocus de la république… ils auraient tort de s’en priver vu le budget de notre justice et son orientation politique.
      Notre état est capable de venir compter les pièces dans votre porte monnaie… mais semble incompétent à protéger une avenue de notre territoire de,personnes aisément identifiables.

      • @ragnarok
        Bonsoir,
        « Notre Etate est capable… mais semble incompétent à protéger une avenue de notre territoire de,personnes aisément identifiables. »
        Cela montre bien qu’il a choisi (qui est dans) son camp.

  • un bon coup de RN la dedans et ça va couiner

    • c’est tout ce qui leur pend au nez et franchement ce serai bien fait pour leur gueule ; je ne supporte plus ce gouvernement ;

  • SOS Facisme ? Hélas peut-être.

  • En fait le « Camp du Bien », c’est d’abord et avant tout un concours de stupidité.

    Et dieu sait combien l’émulation peut rendre les participants inventifs !

  • Le fascisme étant de gauche et employant la violence, il apparaît que les gauchistes sont les vrais fascistes dans notre pays!

  • Le problème pourrait même être qu’ayant vu l’absence de réaction de l’Etat aux diverses ZAD, ce soit parfaitement intentionnellement que certains tentent de généraliser la méthode. Un zadiste a dix ou cent fois plus de poids qu’un vote, c’est le pouvoir de la nuisance…

    • et le fait que ça marche..mais un problème néanmoins pour les zadistes..
      on pourra observer des zad mais deux camps opposés utilisant les m^mes méthodes pour gagner le controle de la zad.
      les zadistes se voient opposés à l’etat..mais pourquoi pas à d’autres zadistes..et quand on aura une zad dite d’extrême droite on va bien rire.. quand à l’intérêt et les vertus des zad…

      • il ne faut pas oublier le double standard,une zad de droite ne serait pas « citoyenne », ça va de soit et donc il faudrait faire respecter l’ordre républicain.

        je me souviens de josé bové niant à chirac je crois la légitimité à prendre telle decision…pour ensuite vouloir se présenter aux élections pour prendre les bonnes décisions..
        car LUI serait légitime..élu ne suffit pas, il faut aussi être gentil.

        les lois ne sont pas faites pour tout le monde,…

  • Rn c’est aussi du socialisme mais de droite (avec les mêmes recettes comportementales, avec des ficelles antithétiques grégaires aux « bons sentiments »), le jeunisme en marche.

  • La liberté ne devrait pas être un prétexte au fascisme dont le socialisme est la cause non assumée,

  • Le titre , les deux photos de la rue, Bravo , tout est dit !

  • Vous en demandez trop a notre roitelet ,il est seul contre tous dans une republique qui n’existe plus depuis longtemps que sous la forme d’un drapeau et d’une mauvaise chanson .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Benoît Roch.

C’est un projet d’envergure qui est attendu, en Île-de-France, sous le nom d’EuropaCity. Imaginez un peu : 3,1 milliards d’euros investis dans le cadre de l’opération Grand Paris, pour la création, à l’horizon 2024, d’un grand parc de loisirs, avec des équipements culturels, des commerces, des hôtels et restaurants ainsi qu'un parc et une ferme urbaine.

L’ensemble est financé par des capitaux à caractère privé. Le lieu choisi ? Le triangle de Gonesse, dans le Val-d’Oise, le long de l’Autoroute A1, entre les aéro... Poursuivre la lecture

Par Peter Libtank.

Le 24 avril 2017 le candidat Emmanuel Macron faisait une promesse très claire sur France 2 : faire respecter la consultation publique de Loire-Atlantique qui a approuvé à 55% le projet de construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes.

Après son renoncement, notre jeune Président faisait une autre promesse, le 26 janvier 2018 sur BFMTV :

Les gens pour qui ça n’est pas leur terrain, on ne peut pas accepter [...] Partout où il y a une occupation illégale du domaine public, elle sera levée.

L'a... Poursuivre la lecture

Par Vincent Bénard.

Alors que les opérations d’évacuation rencontrent des difficultés sans doute mal anticipées par les autorités, voici quelques éléments de compréhension sur ce qui se passe à la ZAD de Notre Dame des Landes en ce moment.

Je précise que ces éléments m'ont été communiqués par des personnes que je considère comme fiables, artisans travaillant fréquemment pour des clients habitant les villages entourant la ZAD. J'aurais aimé avoir appris tout ce qui suit plus tôt.

Mais évidemment, ces personnes ne sont pas ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles