Privatisation d’ADP : quelle mouche a piqué LR ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Roissy

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Privatisation d’ADP : quelle mouche a piqué LR ?

Publié le 23 mars 2019
- A +
Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre.

Au début du mois, Laurent Wauquiez, président des Républicains, disait n’être pas favorable à la privatisation d’Aéroports de Paris (au demeurant déjà contrôlé à 49,4 % par le privé). Peu avant, 104 parlementaires du même parti avaient signé une tribune appelant à renoncer à privatiser ADP (rejoignant les antiennes de tous ceux qui ont un jour combattu l’économie libre, ils soulignaient qu’ils croyaient « en l’initiative privée lorsqu’elle sert l’intérêt général »).

Quelle mouche a donc piqué ce parti qui se revendique de droite – ce qui, dans tout autre pays occidental, se traduit généralement par un attachement à l’économie de marché et la promotion du retrait de l’État de la société et des affaires marchandes ?

De nombreuses critiques peuvent être faites au gouvernement. Bien sûr, sa stratégie de communication est un échec : comment peut-il sembler dépassé par des arguments qui étaient si prévisibles ? Évidemment, il ne donne pas de vision de l’avenir des infrastructures ni de l’action publique. Mais ces critiques sont-elles suffisantes pour remettre en cause le principe même de la privatisation ? La seule question qui importe est de savoir ce que l’on considère être des missions de l’État. La réponse qu’on y apporte est révélatrice d’une préférence politique déterminante, susceptible de marquer un clivage structurel : le rapport à l’économie de marché.

En l’espèce, il n’est pas inutile de rappeler qu’un aéroport a, schématiquement, deux activités. La première est de gérer une infrastructure de transport aérien. La seconde est de gérer des espaces commerciaux. A priori, pour être correctement effectuée, ni l’une ni l’autre de ces missions n’implique d’avoir une collectivité publique à son capital (et encore moins majoritaire).

Régulation. L’opposition dit que la gestion des pistes est un monopole. Mais cela ne justifie en rien qu’il soit géré par la personne publique : l’activité peut être réalisée par une entreprise privée, sous la supervision des autorités (la police aux frontières restera évidemment publique ; au demeurant, depuis 2014, la France autorise la marine marchande à avoir recours à des « activités privées de protection »). Ce qui importe, ce n’est pas la nature juridique du détenteur du capital, c’est la qualité de la régulation. Les élus le savent en réalité très bien : de nombreux services publics sont gérés de façon déléguée, dont maintes infrastructures (autoroutes, tunnels, aéroports de Lyon ou Nice notamment). Les régions, en ce moment même, mettent en concurrence leurs TER (les trains circulent sur des rails en monopole) !

Quant à la gestion des boutiques de duty-free, souvenirs et autres dans les galeries des aéroports, on voit mal ce qui exigerait qu’elle relève de l’État.

Le débat sur ADP est ainsi doublement révélateur. Il donne le ton de l’époque politique : celui d’une opposition frontale et systématique à un gouvernement qui, de l’avis de tous (y compris au sein de la majorité), a méprisé la vie parlementaire.

Il indique aussi une appréhension de l’économie et de l’État. En s’opposant aujourd’hui à la privatisation d’ADP, les LR nourrissent les arguments de ceux qui dénoncent par principe la gestion privée. Ils affaiblissent la cause de ceux qui souhaitent un retrait de l’État. Ils tournent un peu plus le dos à l’économie concurrentielle, seule capable de créer de la richesse et des emplois.

Texte paru initialement le 18 mars 2019.
Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Notre belle opposition……un jour ils nationaliseront disneyland pour mettre un beret basque sur mickey si jamais donald se fait reelire….

    • @ reactitude
      Ben non! Mais LR n’est pas un parti « libéral »; Il est l’héritier du gaullisme qui était étatiste et plutôt nationaliste (sans extrême).

  • claude henry de chasne
    23 mars 2019 at 7 h 38 min

    Considerer LR comme un parti de droite , c’est çà l’erreur..
    il n’y a plus de parti de droite en France

    • Mais il y a quoi comme partis en France alors ? Le PS a quasi disparu et Hollande était accusé de ne pas être de gauche. Macron est accusé d’être le président des riches et de la banque Rotschild, le RN est de l’extrême-droite mais moins qu’avant et perverti par les une caste d’homo (je cite le journal Rivarol hein), Mélenchon est de gauche quand même rassurez-moi.. .
      C’est pas clair tout ça.

      • D’un extrême à l’autre en passant par l’extrême centre, tous les partis ont un logiciel économique marqué par le socialisme, le collectivisme. Il n’y aurait qu’un parti unique que ça reviendrait au même. Les Français l’ont bien compris, eux qui majoritairement ne vont plus voter.

  • Il y a belle lurette qu’il n’y a plus de parti de droite en France !

  •  » de nombreux services publics sont gérés de façon déléguée, dont maintes infrastructures (autoroutes, tunnels, aéroports de Lyon ou Nice notamment) »
    Quelle réussite ! Les autoroutes les plus chère d’Europe, 30€ la navette pour accéder à l’aéroport de Lyon pour 15km, 25% de marge sans prendre aucun risque, aucun concurrent.

    • Etat providence, socialisme national, corporatisme, capitalisme de connivence. les électeurs ont le sort qu’ils méritent.

  • Ce pays a tellement découragé ses propres capitaux (fiscalité démentielle, agressions politiques et médiatiques permanentes, dette publique, retraites par répartition…) que les seuls capitaux à pouvoir investir dans les structures sont étrangers (chinois ?), ce qui explique en partie la réticence à privatiser.

  • Pour un libéral tout ceci est désespérant. La branche libérale de LR est devenu totalement inaudible, on peut meme se demander si elle existe encore.

    En ce qui concerne les autoroutes elles sont cheres certes mais on peut se douter de ce que seraient leur situation si elles étaient encore directement gérées par l’état. Le prix serait au minimum le meme mais il faudrait éviter d’utiliser les toilettes dans les aires d’autoroute !!!
    Quand à la navette de l’aéroport de Lyon Rhonexpress, il faut etre précis, c’est le conseil général de Monsieur Mercier (Ancien ministre de la justice de Sarkozy) qui l’a fait construire (aux prix de dérapages financiers multiples et d’emprunts toxiques) et qui a ensuite fourgué l’addition au privé. Voila la réalité du prix payé.

    • Les autoroutes ne sont pas differentes des autres routes ,elles devaient etre gratuites et entretenues par les impots..evidement une vignette ,genre la suisse, aurait ete creee pour faire participer les voisins…

      • Mais’la france a choisit une autre solution bien plus avantageuse pour tout le monde , en effet ,vu lnotre reseau d’autoroute la vignette annuelle aurait ete tres salee pour les automobilistes .. intermittents..dure le prix de la vignette suisse pour un seul voyage !

        • Si vous faites l’aller retour Lyon-Frankfort par la France, vous en aurez plus plus cher de passer par la France que par la Suisse en prenant la vignette Suisse pour une année entière ! c’est du délire.

    • Dès l’instant vous avez un monopole privé, les connivences et la corruption se mettent en place avec le politique pour se détourner des régulations sur les monopoles.
      Et pour les toilettes, privé ou public évitez d’y aller !

  • LR est un parti de droite dans le sens où il est plutôt « conservateur », mais il est de gauche en matière économique puisqu’il est plutôt hostile à l’économie de marché et à la philosophie libérale en général. Wauquiez rejette carrément le libéralisme, tout comme les Chirac, Juppé et Raffarin. Seule Virginie Calmels était assez libérale, mais elle a préféré quitter le marigot de la politique.
    De droite ne veut pas nécessairement dire libéral. Loin de là.

  • Esprit critique
    23 mars 2019 at 10 h 38 min

    Macron vends les bijoux de la Famille France, et vous vous demandez pourquoi ! ?
    Simplement en ce domaine, lui n’a rien a vendre.
    CQFD.

  • Marius Sonpeneu
    23 mars 2019 at 12 h 08 min

    Et si on osait respecter la constitution pour une fois ?
    Cet article se contredit lui même, l’exemple ferroviaire en est un parfait exemple : que les TER soient en concurrence ne pose pas de problème constitutionnel, pas plus que pour les compagnies aériennes (il n’y a d’ailleurs aucune raison constitutionnelle que la collectivité reste actionnaire d’AF-KLM).
    Mais l’infra ferroviaire est propriété de la collectivité (art. 9 preamb 46)… Un aéroport, c’est pareil… sauf à démontrer qu’on peut en mettre deux au même endroit et que les avions peuvent choisir leur piste à l’arrivée…
    Que le commerce, la gestion et autres activité à l’intérieur des lieux soient sous-traitées, rien de nouveau, c’est déjà le cas…
    Rappelons aussi que pour que les autoroutes soient privatisées, l’Etat a fait un tour de passe-passe en s’assurant qu’il y avait une nationale en parallèle, afin d’escamoter le concept de monopole.. Cela a d’ailleurs amené des routes à 4 voies « gratuites » là où la double option n’était pas possible (et en prime non rentable pour des privés… autant facturer aux gueux)

  • L’UMP a bien montré sa collusion avec notre étatisme collectiviste en ne revenant pas sur les 35 h PAYEES 39 h(car c’est bien le problème d’origine la madrina lilloise a voulu se faire les entreprises qu’elle honni en 1998) ,idée géniale que le monde entier nous envie tellement que personne ne l’applique.

  • Si l’auteur a raison à propos des LR, il faut quand même être de mauvais foi pour penser que l’état se montre libéral en vendant l’ADP.
    Vu la façon caractéristique dont cette privatisation est menée, dans une opacité et un arbitraire typiques, c’est le maoïste qui se fout du khmer rouge!
    Et si ça doit se passer comme pour les autoroutes, comme pour l’aéroport de Toulouse, comme pour l’électricité ou les bus, une franche réussite libérale hein!

    • La petite bête
      23 mars 2019 at 14 h 42 min

      En effet. Il est un « libéralisme » qui flirte dangereusement avec les connivences au plus haut niveau.
      Et je pense tout de même que les députés LR avaient une certaine conception de l’intérêt de notre pays en s’opposant à cette privatisation.

    • Lu ou entendu quelque part que le PR ne souhaitait pas (plus) la canditature de Bouygues pour la reprise. Effectivement, ca sent la grosse connivence entre copains.

  • LR se fait surtout plaisir en s’opposant sur un sujet impopulaire.
    Accessoirement, vendre une structure rentable mais hors « coeur de métier » peut être malin. Si vous faites bien votre cœur de métier c’est malin, surtout pour dégager du cash qui serait mieux investi ailleurs.
    Si vous êtes au bord de la faillite, lourdement endetté, avec une hémorragie en lieu de tréso, et n’avez aucun plan pour vous redresser (genre, je sais pas, tailler dans les coûts, virer des ponctinnaires…) Bah félicitations: vous venez de réinventer l’expression « cautère sur une jambe de bois ».
    TL; DR: Macaron vient de gratter un peu de cash pour le Léviathan. LR aurait fait la même chose à sa place.

    • @Pangzi: « cash qui serait mieux investi ailleurs »
      A priori, ils vont l’investir dans un bien plus mauvais rapport.

      C’est l’idéologie d’abord, ou l’orthodoxie UE à fond, à fond. Comme les bus Macron, par exemple qui étaient déjà promu dans la valisette données aux pays de l’est…

  • La vraie raison ne serait-elle pas la crainte d’accusations de connivence trop évidente, pour des personnes qui ne savent pas imaginer de privatiser sans ?

  • Mais si il y a une droite en France; ce sont les énarques assis de l’autre côté des énarques de gauche, séparés par les énarques du centre

  • Et une pensee pour l’aeroport mort né de nantes , une bonne affaire pour vendre ADP .

  • La droite mongaullienne n’a jamais été libérale. Privatiser des monopoles comme l’ont fait Chirac et Balladur n’était pas libéral, les ouvrir à la concurrence, oui.

  • Il n’y a pas de Vraie Droite en France. Juste des partis remplis d’Enarques et des hauts-fonctionnaires, qui pensent tous que seuls eux peuvent « gérer » ou « administrer », qui pensent tous que sans eux, rien ne peut se faire, rien ne peut exister !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Tout le monde veut battre Emmanuel Macron.

À gauche toute, parce qu’il est le président des riches et de la casse du service public, sans oublier sa scandaleuse indifférence face aux charmes de l’intersectionnalité inclusive des luttes décoloniales et féministes (pas complètement sûre de l’ordre des mots, mais vous me comprenez) ;

Chez les écologistes, qui sont aussi à gauche, pour toutes les raisons précédentes et parce qu’il persiste à trouver quelques vertus à la croissance et, nouveau et passabl... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Valérie Pécresse sur son programme. Candidate à la présidentielle pour Les Républicains, présidente de la Région Île-de-France, et fondatrice du mouvement Soyons Libres, elle révèle pour Contrepoints plusieurs axes de réformes.

Alexandre Massaux : Si vous êtes élue présidente de la République, quelle serait la première mesure que vous mettriez en place ?

Valérie Pécresse : Après ce quinquennat pour presque rien d’Emmanuel Macron, il faut urgemment lancer un ensemble de réformes pour baisser le poids de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles