Les manifestations populaires poussent l’Iran à l’extrême

Un ancien membre du « Comité de la mort » vient d’être nommé à la justice en raison de tensions dans le pays. Ebrahim Raïssi était le principal rival d’Hassan Rohani à l’élection de 2017 et entretenait des liens étroits avec l’ex-dirigeant suprême, Khomeiny.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Manif' Iran by Coralie LM (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les manifestations populaires poussent l’Iran à l’extrême

Publié le 13 mars 2019
- A +

Par Hamid Enayat.

La nomination de ce protégé du guide suprême, permet à ce dernier de poursuivre et d’accélérer sa politique de répression en interne. Amnesty International a estimé à 7 000, le nombre de dissidents arrêtés et emprisonnés en 2018.

Cette nomination pourrait présager d’un nouveau massacre et d’une ultime tentative visant à éliminer les membres de L’OMPI, une organisation qui a récemment joué un rôle de premier plan dans l’organisation de manifestations publiques et œuvrant depuis des années à un changement de régime.

Rappelons encore que Raïssi a surtout été procureur adjoint au tribunal révolutionnaire sanguinaire de Téhéran pendant la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988.

Des organisations de défense des droits de l’homme, des membres de l’opposition et des dissidents continuent de réclamer justice, après que ce tribunal est, sans procédure judiciaire régulière massacré plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988.

Le prochain guide suprême ?

Depuis peu, les médias ont attribué à Raïssi le titre d’ayatollah, rang élevé dans la hiérarchie religieuse. Il est par ailleurs devenu membre du bureau de la présidence de l’Assemblée des experts, un organe chargé de nommer et éventuellement démettre le guide suprême. On lui prête aussi le désir d’occuper un jour cette fonction suprême.

Raïssi succède à Sadegh Amoli Larijani, qui a été nommé en décembre président du puissant conseil d’expertise. Khamenei a donné comme mandat à Raïssi celui « transformer le système judiciaire en fonction de ses besoins, de ses progrès et de ses défis”.

“Pour mener à bien cet acte crucial, je vous ai choisi, vous avez une longue expérience à différents niveaux de l’appareil judiciaire et vous êtes sensible à ses nuances », a déclaré Khamenei dans son communiqué.

Raïssi est une figure reconnue du clergé chiite d’Iran, mais il est surtout un haut responsable du système judiciaire depuis des décennies, qui a imposé la domination cléricale sur le pays depuis la révolution islamique de 1979. C’est l’un des piliers du pouvoir conservateur. Il porte d’ailleurs le titre de Hojjat al-Islam, rang hiérarchique sous l’Ayatollah dans la hiérarchie des clercs chiites. Il a été procureur général, superviseur de la radio D’État IRIB et procureur au tribunal spécial pour clercs.

En 2016, il a été choisi par Khamenei pour diriger le sanctuaire iranien de l’Imam Reza et pour diriger son immense conglomérat commercial, Astan Qods Razavi, qui s’intéresse à tous les domaines, des technologies de l’information à la banque, en passant par la construction et l’agriculture. Une structure trouble qui emploie des dizaines de milliers de personnes et qui vaudrait 20 milliards de dollars.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Excellente nouvelle !
    J’espère ainsi, voir la fin brutal et l’élimination de tous les Mollahs et des Ayatollahs de l’Iran et de la Planète. On a le droit de rêver !

  • L’objectif inavoué de la politique américaine consiste à faire monter en puissance les plus radicaux du régime iranien afin de provoquer son effondrement.
    Les sanctions économiques américaines, également imposées aux pays occidentaux étouffent l’économie du pays. Ainsi la population devrait se révolter et mettre remettre en cause le régime.
    Enfin cela, c’est le discours subliminal.
    Mais de fait, l’alternative pour l’Iran sera :
    – Soit la montée en puissance des radicaux nationalistes
    – Soit la chute du régime au profit de démocrates
    Dans la première branche de l’alternative, les USA et leur allié régional Israël auront tous les motifs pour intervenir contre un régime devenu dangereux.
    Dans la deuxième branche, dès lors que la structure de l’Etat est cléricale, la colonne vertébrale du régime disparaitra (comme l’armée en Iraq à la suite de la guerre de la coalition), et le pays sera à feu et à sang.
    Un pays comme l’Iran, tiraillé entre ses tendances chiites et sunnites, avec un peuplement Perse inférieur à 60%, risque très sérieusement l’implosion.
    L’idée d’installer une démocratie de type occidental en Iran est une vue de l’esprit, alors même que le pays avait en fait opté, en acceptant de renoncer à son objectif nucléaire, pour une modernisation progressive.
    Illustration de la sombre blague « Pile je gagne, face tu perds »,

    •  » Un pays comme l’Iran, tiraillé entre ses tendances chiites et sunnites, avec un peuplement Perse inférieur à 60%, risque très sérieusement l’implosion.  »

      C’est l’éternelle problème des dictatures qui tiennent d’une main de fer des populations qui ne peuvent pas se blairer. Iran, Irak ou ex Yougoslavie.

      Maintenant la question se pose? Si c’est une grosse erreur de croire qu’une démocratie à l’occidental va résoudre les problème en Iran et que la fin de la dictature va mettre le feu et à sang le pays . Ou est-ce que le maintient d’une dictature assurerait une paix en trompe l’oeil ( car les individus ne sont jamais en paix sous une dictature ) serait finalement le moindre mal? ( un moindre mal surtout pour ceux qui ne vivent pas dans cette dictature ).

      Que le peuple iranien renverse son régime despotique. C’est tout simplement légitime de la part d’une population vivant sous une main de fer et si cela doit arriver rien ne va empêcher cela. La suite? Ben on verra.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles