Le Camp du Bien fait des bêtises

Ligue du lol, Harcèlement au PCF, Oxfam : le Camp du Bien cache parfois des surprises pas très reluisantes…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Camp du Bien fait des bêtises

Publié le 13 mars 2019
- A +

Par h16.

Sans le Camp du Bien, le Camp du Mal aurait déjà gagné, et ce serait les heures les plus sombres de l’Humanité. Les pandas et les scarabées auraient disparu, la banquise aurait fondu, l’environnement serait détruit. Le capitalisme le plus méchant, le plus apatride et le plus turbolibéral régnerait en maître. L’horreur.

Heureusement, le Camp du Bien œuvre pour vous.

Le Camp du Bien, ce sont des associations lucratives sans but, des organisations non gouvernables, des partis politiques et des collectifs citoyens, festifs et invasifs, et même toute une population qui, tous, se sont entièrement dévoués à faire du Bien pour lutter contre le Mal, à être les Gentils dans ce monde de Méchants.

Le combat est permanent. Il est même âpre, sans pitié, de plus en plus vigoureux. Alors parfois, entre deux échanges de coups, il y a des petites sorties de route.

Cela lutte contre le cancer, et, oups, cela détourne des millions à son profit personnel. Oups. Cela arrive.

Cela lutte contre la misère et les abus, et oups, cela abuse parfois à tour de zizi bras quand la situation, misérable, s’y prête glauquement, ou quand finalement, tout le monde sur place semble trouver ça sinon normal, du moins compréhensible. Sachons vivre. Oups.

Cela repousse chaque jour les assauts de méchants braconniers, jusqu’à en devenir un et chasser puis tuer de l’homme, ce gros gibier encombrant qui, il est vrai, fait pittoresque dans un tableau de chasse.

Ah, zut, décidément, le Camp du Bien cache parfois des surprises pas très reluisantes… Jusque dans certaines collections de collectifs collectivistes où l’on découvre, tout à fait étonné, que décidément, la lutte contre le Mal en épuise tellement certains qu’ils se laissent aller à de bien tristes dérives.

C’est ainsi qu’on apprend très récemment que le MJCF, le Mouvement des Jeunes Communistes de France, est plus souvent un mouvement frénétique de pubis qu’un mouvement de jeunes cocos : stupéfaction, cet intéressant regroupement de ce que la société fait de plus résolument Camp du Bien s’adonne à la pratique pourtant réprouvée du sexisme, du harcèlement sexuel, de l’agression sexuelle et carrément du viol (pour faire bonne mesure).

Tout comme pour Oxfam ou Médecins sans Frontières, on s’étonnera moins de la défense assez pitoyable des responsables qui, apparemment et dans tous les cas, ne savaient pas trop, avaient bien ouï quelque rumeur mais n’avaient décidément jamais assez de moyens pour licencier ou exclure les fautifs :

Hélène Bidard a rappelé qu’en pareil cas de figure, les moyens sont limités, car « ce n’est pas [elle] seule qui peut décider d’exclure dans le Parti communiste, ce n’est pas [elle] seule qui décide à la place de la justice et de la police. »

Quelle plaie, ces organisations où les moyens manquent toujours ! Et surtout, quelle coïncidence que ce soit toujours cette explication qui soit sortie à chaque fois qu’un lièvre est levé : à chaque fois, « on se doutait », on « avait des soupçons », mais à chaque fois, « on n’a pas réussi à avoir des preuves ou des témoignages solides », à chaque fois, la réalité semblait se dérober sous les doigts. Pas de bol.

Et comme avec toutes ses affaires, à mesure que l’une ou l’autre éclate, les langues se délient : au lieu d’un petit témoignage poignant d’une malencontreuse victime d’un dérapage occasionnel et certainement cas isolé, on se retrouve avec des douzaines de victimes et des pratiques qui, à l’analyse, se révèlent massives.

Massives.

C’est une chose étonnante en ces périodes de féminisme affiché, que dis-je, brandi haut et court fort à coups de #mitout par toutes zet tous, de voir que certains continuent malgré tout à se complaire dans des attitudes les plus répréhensibles alors même que, on le sait sans le moindre doute, elles peuvent maintenant conduire sinon en prison, au moins en enfer (social pour commencer).

Et, chose encore plus étonnante : plus le groupe social, la caste, le collectif, l’ONG ou l’association se veulent irréprochables, plus ils nous abreuvent de ce qu’ils jugent être de la Bonne Moralité par leur marketing, leur publicité, leur propagande ou leurs apparitions effervescentes sur les plateaux télé, à la radio ou dans les journaux, bref plus ils nous font savoir à quel point ils appartiennent et se revendiquent du Camp du Bien… plus les turpitudes qu’on découvre un beau matin à leur sujet sont glauques et à l’antithèse même de ce qu’ils prétendent défendre.

Est-il besoin de revenir sur les péripéties de la Ligue du LOL — que j’avais évoquée dans un précédent billet — qui, de petites grivoiseries en blagues de moins en moins potaches et de plus en plus malsaines, semble s’être transformée en repaire de sociopathes détendus de l’insulte et du harcèlement ?

Cette Ligue n’était-elle pas dans l’antre même des plus fiers représentants du Camp du Bien, cette caste jacassante si particulière qui s’est directement investie, en distribuant généreusement ses onctions moralistes, de la mission de civiliser le monde alentour et de faire passer les barbares incultes que nous sommes tous à ses yeux à de dévots pratiquants du Camp du Bien ?

Pourtant, patatras, c’est là encore dans ses rangs qu’on trouve une nouvelle vague de témoignages tous plus consternants les uns que les autres montrant encore une fois que ce sont les plus fervents moralisateurs qui sont les premiers concernés par les dégoulinants conseils qu’ils nous distribuent à longueur d’articles.

Et chose encore plus consternante : malgré l’importance des vagues de protestations (depuis #metoo jusqu’à #balancetonporc en passant par toutes les autres avant), malgré l’hystérie qui s’est emparée de cette presse et de ces médias à chaque fois qu’une affaire sordide éclate, force est de constater la pudeur de violette qui s’est solidement chevillée à ce même corps médiatique lorsqu’il s’agit de bien faire comprendre l’ampleur des crimes commis au sein du MJCF ou des dérapages au sein de la profession journalistique.

Avec une telle pondération dans la titraille, avec une telle mesure dans le nombre et la portée des articles qui n’ont d’égales que celles observées lorsqu’il s’agissait d’informer sur la répression policière subie par les Gilets jaunes, on en finirait par croire qu’enfin, la caste jacassante s’est trouvée un modus operandi raisonnable, viable et conforme à une véritable éthique de la discrétion feutrée.

On peut raisonnablement en douter. De toute façon, il faut toujours se méfier des gens qui vendent de la morale à prix cassé : pour vous épater, ils écouleront très vite les rares échantillons qu’ils ont sur eux mais n’en auront plus jamais ensuite pour leurs propres besoins.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (77)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (77)
  • excellent!
    les gens qui donnent des leçons de morale ont toujours quelque chose a cacher…sachant qu’on accuse souvent les autres de ses propres turpitudes.. méfiance donc , le camp du bien est en fait un repaire de vrais blaireaux

  • Petite précision : le camp du bien est une fiction, car personne ne s’est jamais revendiqué de l’axe du mal. C’est une fiction à laquelle tout le monde croit appartenir, y compris ceux qui l’évoquent pour son moquer, et qui habituellement se situent assez à droite de l’échiquier politique.
    Nihil novi sub sole…

    • Pas vraiment: le camp du Bien est autoproclamé insi et tout le reste est le camp du Mal.

      • Vous avez déjà entendu quelqu’un s’autoproclamer ressortissant du camp du bien ?
        Pour l’instant, je n’ai entendu que des gens critiquer un hypothétique camp du bien, gens qu’il serait abusif de relier à un quelconque axe du mal, qu’eux-mêmes ne revendiquent bien évidemment pas…
        Bref, de la rhétorique de cour de récré. Amusant 5 min. Pas beaucoup plus.

        • Jamais entendu quelqu’un se faire traiter de « raciste », « xénophobe », « facho », « homophobe », etc, etc, juste pour avoir eu l’outrecuidance de présenter un avis divergent ? Vous êtes né hier, vraiment ?

          • Autre exemple : dès qu’il est question du « maire de Béziers » est ajouté « élu avec le soutien du FN ».

            • oups la suite du commentaire a sauté : « but inavoué : bien discréditer tout ce qu’il fait, quoiqu’il fasse ».

    • Chacun croit avoir les « bons » principes (enfin, il y a quand même des exceptions, mais en règle générale c’est ça…)
      Mais chacun ne se croit pas investi de la mission d’imposer ses normes, ses principes et son mode de vie à tous les autres. Les individus lambda se contentent d’appliquer leurs principes dans leur vie de tous les jours, voire essayer d’influencer leurs proches là-dessus.
      Le « camp du bien » n’est pas du tout une fiction, c’est le résultat de toutes les idéologies constructivistes qui nous pourrissent la vie depuis un moment (moins de deux siècles, en fait). C’est l’Homme fait Dieu, en quelque sorte.
      Et pour ce qui est du « bien » en question, je ne peux l’expliquer autrement que par le message transmis par Radio Erevan : « ils ont combattu pour la paix jusqu’à ce qu’il ne reste plus pierre sur pierre ».

      • « voire essayer d’influencer leurs proches là-dessus »
        Vous avez tout dit.
        En fonction du pouvoir détenu par ces influenceurs, le cercle concentrique de la proximité peut avoir un rayon gigantesque…
        C’est dans la nature humaine : influencer, convaincre, imposer. Les petites gens se limitent à leur entourage immédiat. Les gens de pouvoir ont plus d’ambition. C’est tout. Mais personne n’échappe à ce travers bien humain.
        L’autre travers, tout aussi humain, est la tartufferie de ces prêcheurs, pas souvent capables de suivre les préceptes moraux qu’ils tentent d’inculquer aux autres.
        Le camp du bien est partout et nulle part.

        • Vous vous sentez « proche » des présentateurs TV ? Ou avez-vous l’impression qu’ils se sentent « proches » de vous, eux ?
          C’est quoi, au juste, « les gens de pouvoir » ? Avez-vous jamais assumé la responsabilité d’autres personnes ? Cela donne un « pouvoir » certain. Quel rapport entre des règles communes, sans lesquelles un groupe ne peut fonctionner, et des « préceptes moraux » vastes et flous ?

        • Vous avez tout compris : « Les gens de pouvoir ont plus d’ambition. C’est tout. » C’est pourquoi il faut strictement limiter leur pouvoir au minimum vital.

        • Influencer et convaincre ne sont pas à ranger avec IMPOSER. Le simple fait que vous mettiez ces trois mots à la suite comme s’il n’y avait pas une différence fondamentale, est assez révélateur de ce que vous ignorez: La coercition. Les petites gens essayent de convaincre, au pire ostracisent, mais les gens de pouvoir utilisent leur pouvoir DE NUISANCE. C’est à dire qu’ils font non pas une oeuvre pédagogique ou un effort pour convaincre mais qu’ils se livrent au chantage.
          Si, il y a des humains, (plein même) qui comprennent que le chantage n’est pas une bonne chose et qui ne se trouvent pas glorifiés lorsque pour arriver à leurs fins ils emploient des moyens violents et coercitifs. Il y en a et c’est ce qu’on appelle des personnes décentes.
          Il n’y a pas de camp du bien et de camp du mal. Il y a des comportements individuels de fumiers et des comportements qui ne reposent pas sur l’initiation de la violence. C’est pas un question de camp effectivement.
          En revanche se prévaloir d’une action positive pour justifier la coercition c’est une attitude de gens qui se réclament d’un bien supérieur (dieu, justice sociale, solidarité, moralité) pour justifier la violence. Ces gens là sont de manière carricaturale « le camp du bien » même si on pourrait simplement les appeler « ceux pour qui la fin justifie les moyens violents ».

    • Vous confondez « appartenir au camp du bien » et « être convaincu d’avoir raison », ce qui est un sophisme assez grossier.

      Oui, bien évidemment que tout le monde est convaincu d’avoir raison. Ce qui distingue le camp du bien (qui existe bel et bien hélas, ne vous en déplaise), c’est avant tout le recours à l’anathème moral, et l’émotion qui prime sur la raison, les faits et la confrontation démocratique des idées.

      • De la conviction d’avoir raison à la volonté de faire partager ses convictions par le plus grand chose, il n’y a souvent qu’un tout petit pas – pas plus large que l’épaisseur d’une feuille de cigarette – qui n’est pas seulement franchi par la gauche progressiste, pour faire court. C’est globalement à ça que servent les politiciens, de droite, de gauche, du centre, de nulle part : imposer leur programme, leur vision, leur idéologie à tout un peuple.

        • Et quand ils ont tous les médias, ou presque, à leur service pour imposer une pensée incontestable (=qu’on n’a pas le droit de contester vu que les « dissidents » n’ont pas accès aux médias de la même façon, ça donne quoi?

  • Modération : commentaire modéré pour insultes

    • « ces organisations prônent une certaine moralité » ben justement, le problème est d’accepter l’immoralité en son sein. Bien sûr que l’idée est bonne, mais si ceux qui la combattent s’y adonnent au sein de l’organisation qui dit la combattre, et que ceux qui ont réellement les idées « pures » acceptent cela, alors toute l’organisation (et non l’idée) est à rejeter. Car c’est là le fond du problème : pas que certains agissent contradictoirement, mais que leurs pairs ne les excluent pas ! Or il est clair que les agissements étaient connus. Comment une organisation peut-elle combattre de mauvais agissements à l’extérieur et pas en son sein ? Elle perd sa crédibilité et c’est normal.

      • Je vais vous donner un mauvais exemple.
        Emmanuelle Gave, pressentie en position éligible dans la liste pour les élections européennes de NDA, a été accusée d’antisémitisme, racisme et autres imbécilités suite à des interventions complètement sorties du contexte.
        Eh bien, après une défense qui n’a pas duré plus d’un jour, NDA a annoncé publiquement qu’il la retire de la liste. Je ne sais pas s’il s’est comporté en accord avec « ses » valeurs, mais certainement en accord avec celles véhiculées par ses adversaires du Kamp du Bien.
        Si vous insistez, il y en a d’autres. Mais toujours dans le même sens.

      • Tous ceux que vous citez, c’est normal, ce sont d’immondes immoraux. On ne peut pas attendre d’eux qu’ils soient en accord avec les belles idées du camp du bien, sinon ces idées deviendraient nauséabondes. Mais, je le répète : c’est le fait que les organisations qui déclarent combattre ces idées les laissent s’appliquer chez eux qui est scandaleux. Si ça vous laisse froid parce que les méchants le font aussi, alors c’est que vous ne valez pas mieux que les méchants ni que ceux qui se réclament des belles idées juste pour se faire mousser.

        • Laissez tomber, c’est trop subtil en effet !

        • En revanche, reconnaître que ceux qui prétendent défendre les belles idées se fourvoient en ne faisant pas le ménage chez eux est apparemment au-dessus de vos forces. Dont acte.

          • Oui votre propos a toujours été très clair : vous reprochez à l’auteur de jeter au feu les organisations qui, tout en prônant de belles valeurs, n’excluent pas chez elles-mêmes ceux qui bafouent ces valeurs et vont même jusqu’à les protéger. Et l’auteur a parfaitement raison. Et je dis la même chose que l’auteur, qu’il est normal de tout jeter. Mais vous disiez aussi et surtout que l’auteur jetait les belles valeurs avec l’eau du bain (cf: les 3/4 de votre 1er message et la belle citation à la fin). Ce qui est faux et que je vous explique depuis le début. Vous semblez avoir compris la nuance, puisque vous ne reprenez, enfin, plus cet argument.

          • RaphSud jette ? Moi je rejette …

    • « misérable technique de l’amalgame entre les personnes et les causes »

      Quand les organisations ou les journaux protègent les personnes prises sur le fait, ce sont eux qui font l’amalgame entre les personnes et les causes : ne pas sanctionner les individus pour ne pas nuire à la cause.

      A-ton sanctionné les membres de la ligue du LOL, les gommeurs de pancartes de FR3, les CRS boxeurs …

      Alors que ceux qui ne font pas partie du « système du bien » qui se permettent une simple vanne se font virer comme des malpropres.

      • Et regardez le problème qu’a l’église catholique : dogme de célibat des prêtres : prêtres déviants : couverture des déviances pour ne pas nuire à l’église et ne pas remettre en cause le dogme : plaisanterie généralisée assimilant prêtre et pédophilie.

        Aujourd’hui la presse se lamente de l’image des journalistes et des media dans la population. S’il ne lâchent pas du leste sur leur arrogante prétendue appartenance au camp du bien, ça ne risque pas de s’arranger.

    • L’idée même de vouloir imposer aux autres ses « valeurs », quand on ne se soucie guère de les suivre soi-même, est d’un minable…
      Mais le problème n’est même pas là. Le problème est, comme toujours avec les donneurs de leçons professionnels, dans le deux poids – deux mesures. Lorsque je m’indigne contre le méchant réac qui ne respecte pas le vivrensemble, je le fais haut et fort. Lorsque le copain est pris la main dans le pot de confiture, une grande discrétion s’installe.
      Je vous parlais de Duflot l’autre jour. Que n’aurait-on pas dit (et on s’est pas gêné, d’ailleurs) si un proche de Trump, de Salvini, ou de MLP, pour faire plus franco-français, se serait trouvé associé (même de loin) avec une telle histoire sulfureuse que celle d’Oxfam au Haïti ? Là, par contre, comme c’est le Kamp du Bien, on raconte l’histoire, mais sans plus. Pour ne pas « faire le jeu » de vous-savez-qui, n’est-ce pas…

      • Vous n’arrivez pas à faire la différence entre une critique et un point Godwin. Tant pis.

      • Non « vu que le camp du bien critique le camp du mal » la suite doit être : le camp du bien critique aussi le camp du bien lorsque c’est justifié. J’espère que vous n’attendez pas du camp du mal qu’il se critique lui-même, voyons, puisque c’est le camp du mal. En revanche, que le camp du bien soit en harmonie avec ses prêches, ce serait quand même un minimum. Si non, arrêtez de dire qu’il y a amalgame, que les autres étant méchants, faut rien dire des gentils etc. Là c’est vous qui avez des arguments de cours de récréation. N’importe quel adulte convient que le minimum est de donner l’exemple. Vous avez le droit de critiquer le camp du bien vous savez, reconnaître les abus c’est se grandir (tient, elle tombe fort à propos, cette expression…)

        • Se grandir ❓ Pour lui et ses sbires, quelle idée… Ils préfèrent rester nains. Des nains Porte-quoi 😉

        • RaphSud vous a expliqué en long, en large et en travers : vous faites l’amalgame entre « la cause » et ceux qui la portent. Parce qu’on met en doute la probité de ceux qui la portent, la cause se trouverait elle-même niée. Quand c’est évident que la manière de faire de ceux qui prétendent défendre « la cause » est la raison principale du rejet (l’exemple d’Alan avec l’Eglise est parfait).

      • Vous retombez en enfance … Cela vous fait du bien de lire contrepoint 😉
        Ok, je sors…

      • Vos posts sont amusants. Ce sont des cas d’école du militantisme.
        La plupart de vos posts sont des attaques sur la forme pour éviter à avoir à répondre sur le fond.
        Et ce, à chaque fois que vous n’avez rien (ou très peu) à répondre une critique de vos credos.

    • Où commence l’hypocrisie pour vous ?

    •  » L’auteur pourrait-il donner en exemple des organisations sans morale et valeurs qui accepteraient les intimidations, viols, harcèlements, fraudes, etc ?  »

      Ce que vous ne comprenez pas est que toutes organisations ne pensent pas à votre place pour que vous mangiez bio, pour que vous renonciez à la viande, pour que vous ne doutez pas du réchauffement climatique, pour que vous ne faites plus des blagues sur les juifs, les femmes, les étrangers etc… Bref vous confondez moralité avec idéologie qui veut imposer aux autres sa façon de bien penser.

       » Toutes ces organisations prônent une certaine moralité et se retrouvent accusées à cause de l’agissement de certains de ses membres, et donc perdent de la crédibilité.  »

      Toutes organisations qui prônent la morale obligatoire sont issues d’attitudes collectives de tout ses membres. C’est comme de vouloir dire que l’on condamne arbitrairement les agissements racistes des groupes néonazis à cause de l’agissement de certains membres pris en flagrant délit d’actes racistes.

    • bien sûr…MAIS..les ong de façon générale ne sont jamais critiquées par les médias… en outre je fais une difference entre ong idéologique et ong humanitaire…
      oxfam, greenpeace, wwf ce ne sont mas médecins du monde…

      quand on vend un idéologie vertueuse on doit être vertueux…
      quand on vaccine ou sauve un gamin on peut être une belle merde et toujours avoir mon respect…

      • il faut casser le mythe ong de toutes façons..et appeler à une scrutation de leur actes et dire..c’est un minimum..en outre nous sommes en france pays ou les assocs sont aspergées de fric PUBLIC…
        aussi se foutre de la gueule d’oxfam qui me traite de salaud , globalement , certes, n’est pas déplaisant.

      • il y a bel et bien un camp du bien…on juge bel et bien les gens selon leur appartenance à ce camp, les doubles standards de jugement sont la règle..alors faire exploser cela est un minimum…

        et je le répète..oxfam ou greenpeace ce ne sont pas de « bonnes idées »…rein à voir avec medecins de monde…

        pas odieux ,salutaire…

    • Le libéralisme n’est pas une idéologie mais une doctrine du Droit.

    • Le libéralisme n’est pas u e idéologie mais une doctrine du Droit.

  • Ouah notre h.1.6 attire du trollounet. Cistem ??? 😉 j’ai été obligé de relire la phrase. Je suis un peu mou parfois. Après concernant le viol chez les communistes il s’agit en réalité d’un mode de fonctionnement normal. On dit transmettre son amour et son humanité afin de pacifier les âmes perdues. Qu’attendre d’un virus ou d’une mycoses ? Ils font leur job quoi. Ainsi va la vie.

    • Ben voilà, vous vous êtes trouvé 😉

      • C’est quoi cette « idéologie » que vous dénoncez ici, à longueur de posts ?
        Je me suis retrouvé, sur un autre forum, face à un concept que je ne connaissais pas, « anthropologie libérale ». Coupable à elle seule de la déliquescence de nos sociétés modernes. Et théorisée, bien sûr, par des gentils constructivistes un peu marxistes sur les bords (« Mauss »).
        Vu que le libéralisme est une doctrine philosophique et pas une idéologie, j’aimerais savoir de quoi on parle, si possible…

        • Dire la vérité relève maintenant de l’idéologie. Eh ben…

        • C’est quoi la différence entre « doctrine » et « idéologie » ?
          Pour Larousse, ces deux termes sont des synonymes.
          Résumé possible : moi y en a être de la doctrine, moi bien, toi y en a être de l’idéologie, toi pas bien !
          Discussions de cour de récré, vous disais-je…

          • Si vous regardez d’autres dictionnaires (par exemple, CNTRL), vous trouvez ceci :
            Doctrine : Ensemble de principes, d’énoncés, érigés ou non en système, traduisant une certaine conception de l’univers, de l’existence humaine, de la société, etc., et s’accompagnant volontiers, pour le domaine envisagé, de la formulation de modèles de pensée, de règles de conduite.
            Idéologie : Ensemble plus ou moins cohérent des idées, des croyances et des doctrines philosophiques, religieuses, politiques, économiques, sociales, propre à une époque, une société, une classe et qui oriente l’action.
            Pour rappel, je parlais bien de « doctrine philosophique » (pas religieuse, hein).
            S’il y a deux mots différents, c’est qu’il y a bien des différences entre eux. D’ailleurs, on voit bien que la doctrine est une composante de l’idéologie, mais il n’y a pas de lien dans l’autre sens.

            C’est un peu comme la différence entre un constructivisme (qui se targue de donner une « solution ») et une philosophie (qui ne veut qu’identifier les moyens de recherche). Mais bon, cour de recré, bien sûr.

          • Nous sommes donc d’accord, le libéralisme n’est PAS une idéologie. A quoi faites vous donc référence ? Le propos plus haut c’est juste de la bile…

          • ce qui n’a pas vraiment d’intérêt….
            ceux qui gagne les guerres ne savent pas toujours qu’ils sont de brillants stratèges…

        • Il sait. C’est donc un savant.

          le problème est qu’il y a de plus en plus de savants… Il va falloir exporter 0)

          • attendez un peu amady est certainement citateur à l’excès..pour autant il rappelle des évidences dans son commentaire initial. et il reçoit une avalanche de moins .. je dois dire que de toutes façons moins ou plus c’est pareil, ça signifie réaction…mais quand on « moinsse », on explique pourquoi (on devrait ) et insulter la personne n’est pas une explication valable .

            • Six réponses argumentées pour son -10, le rapport me semble correct… Pourquoi dites vous qu’il n’y a pas d’argumentaires à ses « moinsse » ?
              Quant à ses « évidences », comment dire… Lisez les réponses, les choses ne semblent pas si « évidentes » que ça pour tous, paraît-il.

            • J’ai le droit d’écrire ce que je veux tant que je respecte certaine limite.
              Sont-elles dépassées ❓ OUI ou NON ❓
              De plus, j’ai le droit de cliquer sur le bouton de mon choix, sans aucune limite sinon celle de mes doigts qui ne sont les vôtres.
              Et sachez que je met bien plus souvent des + que des -, même pour vous ou cela doit être 99.99) de +.
              Quant au Zouave, il émet assez de commentaires pour que je sache à quoi m’en tenir.
              Ce n’est pas parce que le Zouave émet que je répond, je me retiens souvent. À quoi bon argumenter à chaque fois ❓ Je n’ai pas toujours le temps de le contrer alors que Alan, Durru et RaphSud le font si bien. Chapeau à eux.
              Mais quand la dose de PADAMALGAM 5000 est trop forte, je me lâche un peu.
              Est-ce mal docteur Lemiere ❓ Il va falloir abaisser la dose :mrgreen:

              • à mon avis… et relisez le premier commentaire de amady qui dit en gros que une bonne idée de devient pas mauvaise si elle est
                ou mise en pratique par un salaud soutenue par un salaud ..
                et encore à mon opinion je trouve malheureux de forcer les gens qui ont des opinions différentes à dégager des discussions d’une façon qui me semble verbalement brutale.
                je ne vous interdis rien du tout..
                je reconnais aussi que les opinions libérales étant minoritaires voire dénigrées ailleurs . ça rend enervé..

                un débat s sans contradiction est souvent stérile. amady répond ..

        • @AmaDy

          « Et comme vous… »

          J’appelle cela une réaction rationnelle face à une absurdité particulièrement violente et retorse.

      • Envoyez donc une photo de votre tronche, que nous en ayons la certitude O)

        • le probleme n’est pas l’idéologie ou la doctrine mais les résultats que produisent leur application.
          C’est comme çà qu’on peut déterminer ce qui est le vrai « bien » et le vrai « mal »
          si on reste attentif on peut observer que les tentatives « progressistes » sur toute la planete ont échoué a donner a leurs population ce qu’elles prétendaient lui apporter (Venezuela, cuba, etc..)
          donc on peut raisonnablement affirmer qu’il s’agit là du camp du mal déguisé en camp du bien , grâce a une idéologie ou une doctrine délétère distillée par ceux qui en profitent.
          Conclusion toute idéologie qui amène la faillite et le désespoir fait définitivement partie du camp du mal , quoi qu’elles puissent revendiquer.
          en clair je prefere vivre en Floride qu’a cuba.. désolé

        • Deux 🙂 🙂 🙂

  • @Amady, bof bof. Mon avis est qu’il y a toujours une volonté pour l’individu d’exprimer sa différence afin de se positionner en leader. Les communistes appliquent la même technique que les autres. Ils veulent exister. Maintenant nous n’avons pas tous et toutes les mêmes valeurs. Pour certains le viol c’est pas grave. La France juge cela très gentiment et sous 10 ans. Perso c’est Bercy qui me viole et mensuellement. Et il n’y a pas de justice pour m’aider. Ce pays est foutu car ses habitants n’ont plus de forces ni de recul. Ils se contentent de répéter la parole Etatique-divine. Notre hôte est un des rares à oser aiguillonner le léviathan. Si cela ne fait pas changer les gens ni le cistem au moins ça nous fait rire (jaune).

  • on dirait presque des sectes en fait..le PCF et tout le toutim..le seul couci avec des minorités du Bien c’est qu’elles se croient investies d’une mission divine, casser les couilles des autres.

  • Vous ! Car jeunesse et libertarien ça n’existe pas. C’est antinomique. Ou alors il s’agit de jeunes miraculés ?

  • Passionné par l’Histoire, j’ai toujours été très méfiant sur les « messies », « guides » et surtout, ceux qui, au nom de leurs idées ou idéologie, prétendaient changer l’homme.
    Ce sont des petits marxistes d’opérette dont la moralité à 2 balles n’a d’équivalent que leur indignation à géométrie variable

    Ne juge pas un homme sur ce qu’il dit mais sur ce qu’il fait. Dalai-Lam

  • @jean, si normal 1er a été très performant sur le camp du bien. Et globalement la gauche caviar EST le camp du BIEN. Macron est une sorte de chimère. Une excroissance d’une mycose oubliée.

  • Le problème me parait « Inhérent »
    Dans toutes organisations fortement « Autocentrées » avec des « objets », des « buts », dirigées plus par des idéologies, que sur des valeurs, La certitude d’être au dessus des autres s’installe très vite dans les tronches des dirigeants et militants qui se croient en charge de la sauvegarde du monde. C’est un mécanisme de dérive naturel, logique, imparable.
    Je crois avoir entendu dire que chez les écolos, des militantes devaient aussi servir la nature et la Cause … (Il faut Lire entre les lignes sur des affaires récentes)
    A la MNEF et a L’UNEF aussi, la vision du social était un peu
    « B-i-aisée » .

  • un médecin du monde qui rend bel et bien des services à une population et qui fréquente des prostituées n’a rien à voir avec les autres cas…ou les ong sont politiques, à la rigueur ce médecin viole il le code éthique de l’ong..je ne sais pas..
    ce n’est pas le genre de truc qui m’empêcherait de donner de l’argent à cette association.

    • 1. Il est question « des membres du «staff» de MSF – hors personnel médical ». PAS des médecins qui « rendent des services ».
      2. « un de ses collègues se vantait d’obtenir des relations sexuelles avec des jeunes filles ayant perdu leurs parents dans l’épidémie de l’Ebola au Liberia en échange de médicaments ». Pas seulement des prostituées, donc.
      Ah, si ça vous dit toujours « de donner de l’argent à cette association », libre à vous…

  • Merci pour cet article particulièrement réjouissant et vivifiant ! Et oui la Doxa bien pensante oublie souvent de balayer devant sa porte tellement les feuilles mortes qui la jonchent sont peccadilles par rapport à cette si belle et noble tâche : Faire le bien (un lecteur vous l’a rappelé sentencieusement « oui camp du bien existe ne vous en déplaise » on a envie de répondre « lol » mais c’est un peu connoté en ce moment ! Continuez !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Dans une publication du think tank Génération Libre, le juriste Daniel Borrillo étudie les dérives du néo-féminisme en tant qu’entreprise moralisatrice tendant à reformater les fantasmes sexuels et à refonder les rapports érotiques sur la base de la censure.

Pour l’auteur, cette version du féminisme est devenue un puritanisme sans Dieu où la haine de la sexualité, du corps et de la nudité constituent la trame d’une ascèse post-moderne inauguratrice d’une nouvelle ère de misandrie. Il ne s’agit plus d’égalité entre les sexes mais d’abol... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

J’ai moi-même été journaliste pour un petit hebdo, et le fait de couvrir ou non – et sous quel angle – une histoire montre un biais évident.

Cela dit, il y a moyen de le faire subtilement. À ce sujet, la quasi-totalité des médias de masse traditionnels aux États-Unis échouent lamentablement au test. Tellement que les propos récurrents de Trump les accusant de propager des « fausses nouvelles » semblent une simple vérité de La Palisse.

Il suffit de s'intéresser à la couverture de la pandémie par les me... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles