3 erreurs économiques courantes qui doivent disparaître

Il n’est que trop fréquent que les affirmations sur la nature de l’économie soient utilisées pour promouvoir des politiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Argent - Pièces de monnaie - Euro (domaine public)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

3 erreurs économiques courantes qui doivent disparaître

Publié le 23 janvier 2023
- A +

Par Corey Iacono.

Chaque jour ou presque, des reportages et des commentateurs politiques répètent des erreurs économiques qui auraient dû être enterrées depuis longtemps.

Malheureusement, ces idées fausses sont souvent prises pour argent comptant par le public, généralement parce que leur répétition fréquente leur a donné un sentiment de légitimité injustifié. En fait, il n’est que trop fréquent que les affirmations sur la nature de l’économie soient utilisées pour promouvoir des politiques et des récits politiques spécifiques, ce qui rend d’autant plus important de les examiner avec scepticisme.

 

Les importations nuisent à la croissance économique

Notre première erreur est l’idée fausse selon laquelle la valeur des biens importés de pays étrangers soustrait directement la performance économique globale d’un pays (mesurée par le produit intérieur brut, ou PIB).

En effet, chaque fois que de nouvelles données sur la croissance économique sont publiées par le gouvernement, le cycle de nouvelles qui les accompagne est rempli de rapports contenant des déclarations erronées telles que « le commerce a soustrait 3,2 points de pourcentage de la croissance globale du PIB car les exportations ont fortement diminué et les importations ont explosé ».

Cette logique implique que chaque dollar dépensé par les Américains en biens importés réduit la taille de l’économie américaine d’un dollar. Si c’était vrai, nous pourrions tout aussi bien cesser d’importer des biens – mais il se trouve que cette croyance est entièrement fondée sur une mauvaise compréhension du mode de calcul du PIB.

PIB = consommation privée + investissement privé + dépenses publiques totales + (exportations – importations)

Lorsque nous examinons l’équation du PIB, il semble que la dernière composante, les exportations nettes, implique que les importations sont en fait soustraites du PIB. Ce que l’on ne voit pas dans l’équation, c’est que les importations sont déjà incluses dans les dépenses et les investissements des secteurs public et privé, pour être ensuite soustraites dans la partie exportations nettes de l’équation. Selon le Bureau of Economic Analysis, « la production américaine serait surévaluée si la formule [du PIB] n’éliminait pas les importations ».

L’effet net ici est que les importations n’ont aucun impact sur la façon dont le PIB est calculé. Pensez-y, le PIB est une mesure de la production économique totale de l’économie nationale et par conséquent les biens étrangers importés ne devraient pas avoir d’impact direct sur le PIB.

Or, bien que les importations n’affectent pas le mode de calcul du PIB, elles peuvent affecter le PIB lui-même en influençant des facteurs tels que la productivité, les niveaux d’emploi, les salaires, les prix, la création (ou l’effondrement) d’entreprises nationales, etc. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre et les recherches montrent généralement que la réduction des obstacles aux importations (tels que les droits de douane) accélère la croissance économique en augmentant l’efficacité de l’ensemble de l’économie.

 

La stagnation de la classe moyenne

Aux États-Unis, il semble que la croyance selon laquelle l’économie « ne fonctionne pas » pour la plupart des Américains soit largement répandue. En général, la preuve de cette affirmation est que les salaires ont stagné pour la classe moyenne américaine malgré des décennies de croissance économique.

À première vue, cette préoccupation n’est pas sans fondement. Les données du Bureau américain des statistiques du travail montrent que les salaires médians n’ont augmenté que de 11 % environ, après correction de l’inflation, entre 1979 et 2021. Paradoxalement, la consommation des familles à revenus moyens et faibles n’a cessé d’augmenter au fil du temps. Si les salaires stagnent, comment cela peut-il être le cas ?

Il s’avère que l’observation de la « stagnation des salaires » dépend entièrement de l’utilisation de l’indice des prix à la consommation (IPC) pour corriger l’inflation. Il se trouve que les économistes savent depuis longtemps que l’IPC surestime les taux d’inflation passés en raison de divers biais de mesure, comme le fait de ne pas prendre en compte de manière précise les améliorations de la qualité des produits et la substitution par les consommateurs de biens relativement plus chers à des biens relativement moins chers au fil du temps. Plus on remonte dans le temps, plus le biais s’aggrave.

Il est certain qu’aucun indice des prix n’est parfait – et il en existe de nombreux – mais les économistes considèrent généralement que l’indice des dépenses de consommation personnelle (PCE) du Bureau of Economic Analysis est une mesure plus précise de l’inflation des consommateurs dans le temps, car il tient mieux compte des changements de comportement des consommateurs et offre une couverture plus complète des biens et services.

 

Lorsqu’on utilise l’indice PCE pour mesurer le niveau de vie dans le temps, le mythe de la « stagnation des salaires » s’effondre. Comme le montre le graphique ci-dessus, les salaires corrigés de l’indice PCE ont augmenté de 33 % entre 1979 et 2021, ce qui correspond à d’autres analyses montrant également une augmentation des salaires médians.

En outre, le Congressional Budget Office, organisme non partisan, utilise l’indice PCE pour mesurer le bien-être des ménages américains dans le temps. Il constate qu’avant la prise en compte des impôts et des transferts gouvernementaux, les ménages des trois quintiles intermédiaires de la distribution des revenus (ce que nous considérons globalement comme la « classe moyenne ») ont vu leurs revenus augmenter de 43 % entre 1979 et 2019. Une fois les impôts et les transferts pris en compte, ces ménages ont vu leurs revenus augmenter d’encore plus de 59 %.

Qu’en est-il des ménages les plus pauvres ? Eh bien, ils ont vu leurs revenus augmenter de 45 % avant la prise en compte des impôts et des transferts et d’un impressionnant 94 % après. La croissance des revenus pourrait peut-être être plus forte, mais elle n’a certainement pas stagné au cours des quelque quarante dernières années.

 

L’écart salarial entre les sexes

La croyance selon laquelle les femmes sont payées nettement moins que les hommes pour le même travail (c’est ce qu’on appelle « l’écart salarial entre les sexes ») est tellement ancrée dans notre société que le Bureau du recensement des États-Unis lui a même consacré un jour de l’année symbolisant le nombre de jours supplémentaires que les femmes doivent prétendument travailler pour atteindre la parité salariale avec les hommes.

Cette réalité statistique d’une différence dans les revenus annuels moyens des hommes et des femmes est souvent déformée pour impliquer que les entreprises paient intentionnellement les femmes moins que les hommes pour faire le même travail. En d’autres termes, la disparité statistique est confondue avec la discrimination.

La réalité, cependant, est que les hommes et les femmes n’occupent pas les mêmes emplois, n’ont pas la même expérience, ne travaillent pas aux mêmes heures, etc. Si nous voulions vraiment savoir si les femmes sont injustement moins bien payées, nous comparerions des hommes et des femmes occupant le même emploi avec les mêmes qualifications. C’est ce qu’a fait une étude de PayScale, qui a révélé que les femmes gagnaient 99 cents pour chaque dollar gagné par un homme. Mythe démoli, n’est-ce pas ? Pas à leurs yeux. Un article connexe de PayScale déclare : « aucun écart n’est acceptable, donc l’écart salarial est réel ».

Vraiment ? Ou peut-être que le peu qui reste de l’écart « inexpliqué » est le résultat de facteurs non mesurés qui ne sont peut-être pas liés à la discrimination. Par exemple, une étude de PLoS One analysant un marché du travail en ligne anonyme a révélé un écart de rémunération entre les sexes de 10,5 %, bien que la discrimination fondée sur le sexe soit impossible. Et l’écart n’a pas non plus complètement disparu lorsque d’autres facteurs ont été pris en compte, ce qui a amené les auteurs à conclure que :

« … des écarts de rémunération entre les sexes peuvent apparaître malgré l’absence de discrimination manifeste, de ségrégation professionnelle et de modalités de travail inflexibles, même après avoir contrôlé l’expérience, l’éducation et d’autres facteurs de capital humain. »

Il se peut très bien que, en raison de la discrimination sexuelle, des stéréotypes et de la pression sociale, les femmes ne bénéficient pas toujours des mêmes opportunités économiques que les hommes, ce qui contribue à une divergence entre les salaires moyens des hommes et des femmes. Cela semble tout à fait raisonnable, mais il s’agit également d’une affirmation totalement différente de celle selon laquelle les femmes sont payées beaucoup moins que les hommes pour le même travail.

Ne vous contentez pas non plus de prendre cet article pour argent comptant ! Réfléchissez de manière critique et étudiez ces points vous-même.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si les importations n’ont pas d’impact négatif sur l’économie, alors pourquoi travailler ? Autant tout importer. C’est peut-être ça le socialisme ! Alors vive le socialisme qui nous permet tout le confort et les loisirs en les important, et, cherry on the cake, sans travailler !
    Merci pour cette merveilleuse théorie économique. Même Marx n’y avait pas songé… Seul Benoît Hamon y avait pensé : revenu universel pour tous et tout importer, de la baguette à la construction de nos logement.
    Quand est-ce que vous vous présentez à l’élection présidentielle pour que je vote pour vous ?

    -3
    • Euh… Ce sont justement les socialistes qui veulent fabriquer pour très cher en France ce que nous pourrions importer à vil prix. Double gain selon eux : augmentation des investissements et diminution quand même des importations.

    • En gros.
      Si nous importons tout – reprenez l’équation du PIB – celui-ci devient égal à zéro.
      Si le PIB est égal à zéro, c’est que nous ne travaillons pas (le PIB peut aussi se calculer par les salaires, si vous cherchez à rendre ce point encore plus évident). Même les fonctionnaires ne travaillent pas.
      Si nous ne travaillons pas, nous n’avons pas de revenus, donc pas la possibilité d’acheter quoi que ce soit. Ni chez nous. Ni ailleurs.
      Moralité : si nous importons tout, nous n’importons rien.

  • Il y a un article de sociologie concernant l’écart de rémunération entre les conducteur Uber nés hommes et les conducteurs Uber nés femmes (je me préserve de toute poursuite pénale pour mégenrisme). Surprise on retrouve ces écarts de 10-15%. C’est sans doute le programeur fasciste qui a inséré sa masculinité toxique dans l’algorithme de réservation de voiture.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pour la Cour de justice de l'Union européenne, des dérogations de 120 jours pour répondre à un besoin pressant de protection des cultures contre des ravageurs sont illicites dès lors qu'elles portent sur des produits phytosanitaires « interdits » par un règlement communautaire.

On glosait et s'étripait en France sur un éventuel arrêté autorisant les semenciers à enrober des semences de betteraves d'un néonicotinoïde (imidaclopride ou thiaméthoxame) afin de protéger les plantes de betteraves contre les attaques de pucerons et, partant, ... Poursuivre la lecture

On dit que les contraires s’attirent. Récemment, j’accepte l’invitation à déjeuner d’une chercheuse française d’extrême gauche canal blocage de routes qui travaille à Oxford.

Son invitation m’a paru si délicieusement non genrée (nommons-la Térébenthine) ! Comme j’ai pu le constater lors du séminaire auquel nous venons tous deux de participer, Térébenthine soutient des idées dont la radicalité ferait rougir Marx. Elle est en post-post-post-doc, l’équivalent d’un BAC+142 en sociologie.

Pourquoi pas ? Il est intéressant de se frott... Poursuivre la lecture

4
Sauvegarder cet article

La récente controverse relative à la mention du sexe masculin/féminin sur les cartes d’identité, en Belgique après d’autres pays européens, paraît dérisoire.

En réalité, cette tentative avortée par le ministre fédéral David Clarinval (MR, centre-droit), constitue l’énième manifestation de la radicalisation de la gauche (socialiste) et de l’extrême gauche (écologiste) occidentales sur le thème de l’idéologie du genre.

 

Qu’est-ce que l’idéologie du genre ?

Selon l’idéologie du genre (Judith Butler), la réalité biologi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles