Privatisation des voitures radars : un bilan en trompe l’œil

Avec une condamnation financière moyenne de 135 euros, c’est près de 3 fois le montant moyen relevé par les radars automatiques ! OPINION

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Privatisation des voitures radars : un bilan en trompe l’œil

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 février 2019
- A +

Par Pierre Chasseray.

Un millier d’amendes et puis s’en vont. Voilà le premier bilan, dans les faits, de la mise en place de la « privatisation » des radars embarqués, cachés dans les plaques d’immatriculation. Mais derrière ce petit nombre de verbalisations, une autre réalité se cache, bien moins sympathique pour les automobilistes.

Il est vrai que nous serions tentés de penser que la « machine à cash » que nous redoutions tant n’aura pas lieu, que les avertissements que l’association « 40 millions d’automobilistes » avaient envoyés étaient sans fondement. Et pourtant, les 1873 verbalisations en 6 mois cachent bel et bien une réalité plus inquiétante.

Déjà, il convient de relativiser l’enthousiasme. Car en effet, difficile de ne pas lier ce peu de verbalisations au recours engagé par notre association auprès du Conseil d’État. Sans nul doute, les arguments avancés par « 40 millions d’automobilistes » ont freiné l’engrenage d’une surverbalisation potentielle…

Le montant des amendes

Mais surtout, c’est le montant moyen de l’amende constaté par ces voitures flasheuses confiées à des sociétés privées qui pose question. Avec une condamnation financière moyenne de 135 euros, c’est près de 3 fois le montant moyen relevé par les radars automatiques ! Si l’écrasante majorité des excès de vitesse constatés en France sont en effet liés à des excès de vitesse entre 1 et 20 km/h, il semblerait, selon l’interprétation de la sanction moyenne, que les infractions constatées soient bien plus importantes…

Alors qu’en déduire ? Il est évident que certains s’empresseront de dénoncer le mauvais comportement des Français, justifiant par là-même l’amplification de la répression. Mais l’honnêteté intellectuelle nous commande de nous rappeler les craintes de notre association lors de la mise en place de ce système et notre inquiétude de voir circuler ces véhicules sur des axes où la limitation de vitesse litigieuse pourrait conduire à coup sûr à des dépassements de la vitesse autorisée.

Une nouvelle fois, ce débat qui ne s’éteint pas marque bien la limite d’une mission qui ne devrait pas tolérer de passer entre les mains du « privé ». La course à l’argent n’a pas de sens lorsqu’il s’agit de parler de sécurité de nos routes.

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Est-ce que le montant élevé de ces amendes ne montrerait pas, simplement, que les conducteurs habitués aux grands excès de vitesse sont bien renseignés sur la position des radars fixes ?

    • Question alors : sont-ils vraiment si dangereux, s’ils sont capables d’adapter leur vitesse à la situation (tronçon avec radar — ce qui théoriquement devrait correspondre à tronçon dangereux) ?

  • Est-ce que le montant élevé de ces amendes ne montrerait pas, simplement, que les conducteurs qui se font prendre par les voitures-radars sont en train de les doubler, ce qui nécessite ponctuellement un excès de vitesse au-delà des 20 km/h pour pouvoir doubler en toute sécurité ?

    • Question très intéressante en effet. On ose à peine imaginer, dans cette belle histoire de capitalisme de connivence, un opérateur de pompe à fric roulant au ralenti sur de belles lignes droites afin de provoquer des dépassements.
      Si le rôle des voitures radar était de contribuer à notre sécurité, elles devraient être signalées au même titre que les radars fixes. Une belle robe jaune et verte, associée à un gyrophare du même, est de rigueur.

    • Je ne pense pas qu’il y ait besoin de s’amuser à ce petit jeu pour trouver des excès de vitesse… il y a suffisamment de mauvais conducteurs (sans oublier ceux qui se croient sur un circuit en tout lieu), pour faire la joie de l’état.
      Parallèlement, je me frotte les mains de cette multiplication de radars embarqués… Pour moi, une amende est un impôt « facultatif »… chacun est libre de « choisir » de payer ou non… J’ai déjà été verbalisé (personne n’est parfait) mais j’assume sans rechigner… Faites de même… Peut-être faudrait-il vous prendre par la main… comme beaucoup vous êtes retombé en enfance…
      La seule chose que je regrette c’est qu’aucun politique n’ait proposé de doubler le montant des amendes…

      • Chacun est libre de choisir d’obéir à des consignes idiotes ou de payer (un certain nombre de fois, après lesquelles même en payant on ne peut plus échapper à la consigne). Et vous appelez ça consentement à l’impôt, je suppose !

  • la course à l’argent est indispensable dans un état fauché et qui n’a plus de marge de manœuvre pour racketter la population ;

  • Les radars, à leur approche, incitent au ralentissement. Les voitures flasheuses, en roulant 10km/h en dessous de la vitesse limite, n’incitent-elles pas à prendre des risques inconsidérés en les doublant. Ce serait donc bien d’indiquer sur le PV la vitesse du verbalisé, plus celle de la voiture flasheuse et celle des panneaux en amont. Sinon nous pourrons toujours croire qu’il y a incitation à l’infraction et au crime. Bonjour la sécurité routière, dans ce pays plus rien ne nous étonne.

  • Ridicule !……l’article, ses déductions et les commentaires sont tout aussi ridicules que d’habitude dès que l’on aborde le sujet des excès de vitesse. Si les fonctionnaires veulent vraiment limiter les vitesses et ne plus apparaitre comme des pompes à fric, il y a des moyens bien plus simples et efficaces que les radars fixes ou embarqués. Mais ne soyez pas inquiets, les lobbies sont là pour veiller à ne rien changer à leur juteux business……

    • Avant de parler de ridicule alors que votre propre commentaire enfile les poncifs du mec laissant les autres réfléchir à sa place (« veulent limiter les vitesses », lobbies,…), allez lire : https://www.contrepoints.org/2019/02/02/336136-officiel-les-radars-routiers-ne-sont-que-des-pompes-a-fric

      • @ Parcoureur
        Non! Le code de la route vous signifie votre vitesse maximale autorisée, sans aucune considération circonstancielle, hormis face au juge. Donc au-delà de la limite, vous êtes en tort: il n’y a rien à négocier! dire que vous avez été « incité » à quoi que ce soit n’est pas un lien de cause à effet, c’est une construction mentale de votre part qui en a entraînée une seconde autre: vous êtes toujours en tort! Si vous vous faites prendre, vous payez: c’est le jeu!
        Mais personne ne vous oblige de conduire!
        Liberté = Responsabilité!

        • Le processus législatif français étant la vaste blague qu’on connait … Celui qui ne respecte pas ce genre de loi qui criminalisent des infractions sans victimes est, en fait, la victime de l’Etat. Rien de plus, rien de moins.

          « Mais personne ne vous oblige de conduire! »
          Je n’ai pas voté ces lois, je ne vois donc pas pourquoi elles devraient me lier.

          « Liberté = Responsabilité! »
          Si la France était un pays où on était libre, cela se saurait.

          Bref, n’ayant pas l’intention de fêter mon quarantième anniversaire dans ce pays, ce genre de débilités ne sera plus mon problème bien longtemps.

          P.S. : Sinon, il suffit de voir comment les suisses conduisent en France (assez impressionnant de voir le comportement changer du tout au tout une fois la frontière passée) pour se rendre compte que le résultat d’une votation sur la question des limitations de vitesse serait sans doute très partagé dans votre pays.

        • « Mais personne ne vous oblige de conduire! »

  • Franchement, même ceux qui se targuent d’être bons conducteurs respectant la limite se feront prendre avec ces voitures.
    J’ai des exemples où il est quasiment impossible de s’y tenir! En pleine ligne droite de 4km, un rond point. 600mètres avant le rond point, limite à 50km/h!!!! Je doute que beaucoup de personnes se mette à la limite dès le panneau, mais si une voiture radar passe par là, c’est jackpot.
    Un des gros problèmes c’est la vitesse limite imposée VS la limite « naturelle ».

    • on peut être bon conducteur et rouler plus vite que la vitesse autorisée..non? ah bah non pas en France..

      • Caricaturons à l’extrême (encore que) : si demain les parasites qui vivent sur votre dos décrètent que vous devez commencer la journée en vous fourrant 2 doigts dans le fondement, puis dans les narines, considérez vous que ceux qui ne le feront pas seront des mauvais citoyens ?
        Désolé que vous signifier que ce qui fait un bon citoyen, ce n’est pas l’esprit mouton et la soumission aveugle aux délires et mensonges de vos maitres.

      • PS : qu’est ce que le bon conducteur ? Celui qui double une voiture roulant à -5/-10 km en gardant le nez dans son compteur pour ne surtout pas dépasser la limitation de vitesse (oh, une biche qui passe, oh je réagis trop tard vu que je bloquais sur mon compteur, oh 3 familles dans le décor mais cool, j’ai pas dépassé la limitation de vitesse) ou celui qui accélère un grand coup, quitte à dépasser pendant quelques secondes la limitation de vitesse, afin d’abréger le dépassement, tout en gardant ses yeux sur la route vu que la vitesse n’est clairement pas le paramètre important dans cette situation.

        Si la réponse ne vous parait pas évidente, c’est que vous avez été bercé trop près d’un mur et ne méritez finalement que votre sort d’esclave.

  • J’avancerais l’hypothèse que ces m.rdes mobiles sont utilisées principalement en zones urbaines et peri-urbaines, à la fois par facilité et par appât du gain, sur de grands axes fréquentés, limités à 50 km/h et où l’on a plutôt tendance à rouler à 60-70 compteur…
    Ps : 1 à 19 km/h en plus hors agglo, c’est 68 e, mais en agglo, c’est 135 e ! (Et un point de moins dans les 2 cas)

  • La différence est évidente : les « privés » optimisent en choisissant Et les horaires Et les lieux propices. Les embouteillages, ils ne les verront pas…

    • loooool !!! Dites moi l’intérêt de faire du contrôle radar dans un embouteillage… mdr.
      Par ailleurs, vous croyez peut-être que les forces de l’ordre ne choisissent pas les horaires et les lieux… laissez moi vous dire que vous vous mettez le doigt dans l’oeil… mais alors bien profond… lol

  • Ça sert a rien de râler il fait faire avec et ce n’est pas demain qu’ils arreteront la pompe à fric sur les automobilistes les ivrognes les fumeurs et les retraités..et ils trouveront d’autre catégories lorsque ceux ci seront totalement essorés…pas pour rien qu’ils parlent des avions des bateaux des location saisonnières , les touristes passeront aussi a la casserole fiscale.

  • Explication alternative possible simple:

    Avec les radars fixes il y a trois catégories de dépassements.

    Tout d’abord, il y a ceux qui se font flasher parce qu’ils ne connaissent pas l’emplacement du radar en question et ne le voient pas.

    Ensuite, il y a ceux qui ne le connaissent pas, mais le voient au dernier moment et plantent les freins. Ils dépassent, mais moins vite que ce qui aurait été constaté s’ils n’avaient pas vu le radar.

    Finalement il y a les conducteurs qui connaissent l’emplacement, mais ils vont un tout petit trop vite ou on une seconde d’inattention fatale. Pour eux le dépassement constaté est assez bas.

    Résultat? Ces deux dernières catégories, surtout la dernière, tirent la moyenne vers le bas.

    Quand vous avez en comparaison des radars mobiles qui ne sont pas visibles, vous n’avez que la première catégorie de conducteurs qui se font flasher. Résultat? La moyenne est plus haute.

    En fait, si cette explication alternative est bonne, ce ne sont pas les radars mobiles qui auraient un problème de vitesse surélevée constatée (et donc de surfacturation en conséquence) en raison d’un comportement machiavélique ou particulier de celui qui utilise le radar, mais les radars fixes qui auraient un problème de vitesse trop basse constatée en raison d’un artefact lié à la connaissance de ces radars.

    Ici ce qu’on a c’est une analyse qui prend en compte ce qu’on connait initialement comme standard (le radar fixe) pour comparer et ajuster l’impression qu’on a sur un autre type d’objet, le radar mobile. Si la norme était le radar mobile, on aurait alors celui-ci comme standard et on ajusterait l’évaluation du fixe par rapport au mobile.

    Cela correspond en psychologie à un biais très connu. Le biais d’ancrage et d’ajustement, qui conduit à une assimilation ou un contraste selon si l’on est orienté vers la similarité ou la différence dans la comparaison entre le standard et l’élément sous évaluation.

    Pour le biais initial d’ancrage et d’ajustement, allez lire:
    Tverskym A, & Kahneman, D. (1974). Judgment under uncertainty : Heuristics and biases. Science, Vol. 185, Issue 4157, pp. 1124-1131.

    Pour l’extension conduisant aux deux possibles d’assimilation ou de contraste, allez lire:
    Musweiller, T. (2003). Comparison Processes in Social Judgment: Mechanisms and Consequences. Psychological Review, Vol. 110, No. 3, 472– 489.

  • Une fois de plus, l’État qui trop embrasse n’assume plus ses tâches régaliennes : depuis quand une amende pénale relève-t-elle d’opérateurs privés ? On sous-traite le business des machines à cash, sans aucun lien avec la sécurité dont les résultats améliorés depuis des années proviennent du perfectionnement des aménagements des véhicules. Arrêtons de croire aux faux prétextes fiscaux, sécurité, écologie… Comme si verser de l’argent dans le tonneau des Danaïdes avait une contrepartie en ce sens ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Romain Delisle. Un article de l'Iref-Europe

 

Comme nous l’avons déjà exposé, les politiques publiques actives de l’emploi (assurance-chômage non comprise donc) ne brillent pas par leur efficacité. Une situation que la crise sanitaire n’a pas substantiellement modifiée, même si les dispositifs spéciaux mis en œuvre se doivent d’être étudiés à part.

Il s’agit surtout de savoir si des conséquences pérennes pourraient s’observer sur le marché du travail et d’examiner l’impact des politiques publiques anciennes et no... Poursuivre la lecture

À la suite de la décision du gouvernement de remonter de 20 TWh l’Accès Régulé à l'Électricité Nucléaire Historique au profit de ses concurrents directs, l’État privera EDF de 8 milliards de recettes qui viennent s'ajouter aux 14 milliards qu'il a déjà mis sur la table depuis septembre pour rendre presqu’indolore l’accroissement des prix de l’énergie devenus fous depuis l’été 2021. Générosité envers les plus démunis affirmeront les uns, câlinerie électorale à trois mois de la présidentielle chuchoteront les autres. Le « quoi qu’il en coûte » ... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Comme souvent en politique, l’hypocrisie domine dans les déclarations. Celle du ministre de l’Économie Bruno Le Maire le 23 avril 2021 n’y déroge pas. Il vante « en même temps » les EnRI et le nucléaire qui bénéficieraient tous les deux du plan « Hercule » (récemment débaptisé mais pas encore renommé) de réorganisation d’EDF.

Le véritable coût de l’électricité

Mais pour une fois il semblerait que ce plan gouvernemental initié par Emmanuel Macron alors qu’il était ministre de l’Économie soit dans l’intérêt général... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles