Magie du vent et du soleil : l’électricité gratuite pour le personnel d’EDF

EDF continue à soutenir le développement des énergies renouvelables éoliennes et solaires (via sa filiale EDF ENR) malgré de sévères avertissements de la Cour des comptes en 2018 sur la dérive des coûts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Electricity By: Bert Kaufmann - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Magie du vent et du soleil : l’électricité gratuite pour le personnel d’EDF

Publié le 8 février 2019
- A +

Par Michel Gay.

Dans son rapport annuel publié le 6 février 2019, la Cour des comptes suggère plus de cent cagnottes où puiser des ressources financières pour satisfaire les exigences de baisse des impôts et des taxes des Français (Gilets jaunes), notamment sur leurs factures d’énergies.

EDF en ligne de mire…

L’une d’entre elles serait la suppression de la quasi-gratuité (4 % du tarif de base) de la fourniture de l’électricité aux 300 000 actifs et retraités d’EDF. La suppression de cette forme de revenu privilégié (dont le gain n’est pas soumis à l’impôt), cumulée à de nombreux autres avantages répertoriés par la Cour des comptes dans son dernier rapport, allégerait la facture des Français de presque… 3 milliards d’euros !

Faut-il voir dans ce cadeau défiscalisé, et dans les divers « avantages acquis » par le personnel d’EDF, un matelas de raisons pour lesquelles les syndicats défendent mollement leur outil de production, notamment nucléaire ?

Des coûts de plus en plus élevés

Ainsi, EDF continue à soutenir le développement des énergies renouvelables éoliennes et solaires (via sa filiale EDF ENR) malgré de sévères avertissements de la Cour des comptes en 2018 sur la dérive des coûts.

Il est vrai qu’il y a de juteuses subventions (et autres exonérations fiscales) à engranger (de 5000 euros à 10 000 euros) ! en tondant la laine sur le dos de la majorité des Français !

Ces énergies renouvelables tant vantées seront ruineuses pour eux. Ils n’accepteront alors certainement plus de payer à « fonds perdus » pour délivrer une électricité « à un prix d’ami » à 300 000 actifs et retraités d’EDF. Aujourd’hui, cette acceptation des « privilèges » est subordonnée à une électricité parmi les moins chères d’Europe en « récompense » de cette performance.

Une accumulation d’avantages

Cette « accumulation d’avantages » (selon le rapport de la Cour des comptes) pour les salariés d’EDF peut être comprise par les citoyens qui bénéficient d’un service de qualité et bon marché. Que des employés compétents au service d’un outil performant et productif soient bien rémunérés et reçoivent en retour certains avantages limités peut être accepté.

Mais que cette entreprise fournisse à l’avenir une électricité de plus en plus chère, susceptible de manquer par moment (black-out) au gré des vents et du soleil, alors la bienveillance sur les avantages tournera à l’aigreur contre des privilèges indus…

De plus, les écologistes au gouvernement veulent priver EDF d’un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros sur les prochaines décennies avec la fermeture (anticipée d’au moins une quinzaine d’années) de la centrale nucléaire amortie de Fessenheim qui fournit une électricité à bas coût.

Cette « confiscation » autoritaire sur l’autel d’un accord politique avec les Verts ne va pas améliorer les comptes d’EDF.

Il est temps de réagir !

Les personnels aujourd’hui relativement passifs d’EDF devraient prendre garde et s’alarmer : dès que la poule nucléaire aux œufs d’or sera affaiblie, ils pourront dire adieu à la gratuité de l’électricité sous la pression d’une population en colère.

C’est maintenant qu’il convient de dénoncer la stupidité de l’affaiblissement de l’investissement dans la production nucléaire par effet d’éviction au profit d’énergies renouvelables ruineuses, fatales et intermittentes qui ne feront pas le travail.

Une PPE extravagante

La production des éoliennes et des panneaux solaires coûte cher, et de plus en plus. Des sommes colossales ont été, et seront engagées (dilapidées dans des impasses ruineuses ?) selon la dernière Programmation Pluriannuel de l’Énergie (PPE 2019 – 2028) :

« Pour l’électricité, la nouvelle PPE va conduire à engager 30 milliards d’euros de soutiens publics supplémentaires entre 2018 et 2028 (…), et ils s’ajouteront à des dépenses déjà programmées de 95 milliards d’euros.

Pour le gaz, 7 à 9 milliards d’euros de soutiens publics supplémentaires pourront être engagés entre 2018 et 2028 ».

Les Français n’ont pas fini de payer ces gabegies monstrueuses…

EDF conseillera alors certainement à ses salariés et à ses retraités de s’équiper d’éoliennes et de panneaux solaires puisque… le vent et le soleil sont, parait-il, gratuits !

Voir les commentaires (43)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (43)
  • si on commence avec les avantages des personnels du service public
    on a pas fini

    • et si on ne commence pas ?

      • Le pb de cet avantage est le contexte d’aujourd hui. Tout le monde essai de « gaspiller  » le moins possible d’électricité. Certain par conviction idéologique , mais la majorité le fait surtout pour baisser sa facture.
        C’est là que cet avantage pose problème. Cas vécu avec un amis: Il achète une maison .Je visite celle ci avec lui et mon 1er constat et conseil a été de lui montrer les grilles pains(vieux radiateur éléctrique qui consomme énormément) qu’il aurait a changer et l’isolation inexistante a faire…! Eclat de rire avec rappel d’où il travailllait (EDF) pour conclure qu’il n’allait pas faire d’investissement de quelque milliers d’€ qui ne lui servirait a rien en retour .
        La majorité de ceux qui sont dans cette situation ont les mêmes attitudes et gaspillent donc de l’électricité qu’ils ne paient quasiment pas et il ne feront jamais d’investissements ne leur amenant par conséquent aucun avantage financier.Quand on paie normalement ses factures EDF , il y a déjà des durée/retour sur amortissements qui peuvent être longs alors pour ceux qui ne paie que 4% des cout réels….il continue d’ouvrir les fenêtres l’hivers quand la température de la pièce est trop monté!!

        • Exact; même chose par exemple, pour les bénéficiaires des voitures de fonction qui font beaucoup moins attention à leur véhicules, font le plein sans regarder le prix etc…
          Comme quoi, ce n’est pas réservé à EDF et fonction publique.

          • Remarque de nevez qui me rappel quelques situation avec mes jumeaux: Tu expliques a l’un se qu’il ne fait pas de bien et systématiquement ,il se défend en « argumentant avec les bêtises de son frère » pour excuser les siennes.
            .Ok normal pour eux mais ils ont 12 ans!!!!

          • Sauf que la voiture de fonction, la vraie que vous pouvez utiliser à titre personnel, c’est un avantage en nature sur les impôts, ou bien une cotisation sur le salaire réglementée par l’URSAFF. Même si je suis d’accord que cela reste avantageux, on ne parle pas d’avantage totalement gratuit comme c’est le cas avec EDF.

        • auquel cas ils ne « gaspillent » pas d’électricité..ils font des choix ..sensés..

        • Je suis toujours étonné de voir répéter cette vieille notion de ‘grille-pain’ pour désigner les convecteurs électriques. Un convecteur électrique utilise l’effet Joule et le rendement de conversion électricité -chaleur est donc voisin de 100%. De ce point de vue les fameux ‘grille-pain’ ne sont pas plus énergivores qu’une résille électrique ou que tout autre radiateur électrique plus sophistiqué. Que la chaleur émise ne soit pas répartie de la manière la plus judicieuse pour assurer le meilleur confort , que des bruits de dilatation puissent être gênants quand ces appareils sont mal conçus, qu’ils puissent conduire à des salissures disgracieuses des murs… je suis d’accord mais du point de vue efficacité énergétique, il s’agit plutôt d’un mauvais procès.

          • Le rendement de transformation est en effet de 100% dans tous les cas, mais il faut aussi prendre en compte la diffusion homogène de chaleur dans l’environnement qui nous intéresse… 100% de rendement pour chauffer le mur sans circulation ne sert pas a grand chose…
            Vu de mes vieux os, c’est bien le résultat qui va compter, et dans le cas du grille pain, il va m’en falloir un bien plus puissant pour parvenir au résultat d’un équipement diffusant mieux la chaleur.
            A noter que la même règle s’applique au chauffage central à eau. La nature des radiateurs change fondamentalement la donne, et pourtant, ici aussi ces radiateurs restituent les calories du fluide, mais pas à leur environnement…

            • oui… c’est vrai ça dépend du besoin des personnes..
              mais ce que dit jardinier n’est pas faux non plus..on peut rendre une maison habitable avec des convecteurs.. mais il est vrai que de toutes façon si une personne a froid, ce n’est pas l’air chaud qui va changer grand chose mieux ou agir rapidement vaut une source radiante intense..
              et y a t il une sensation meilleure que d’etre dehors dans le froid à respirer un air bien frais devant un bon feu??

              reste que…revenons sur ce qui est dit..si le type d’edf conserve ses grille-pain..c’est qu’il juge le confort suffisant et que le surinvestissement pour par exemple de simples radiants ne vaut pas le coup…sinon ça revient à dire qu’il accepte de …ne pas vraiment se chauffer..parce que c’est pas cher…

    • Contrairement à ce qui est affirmé:
      1- Le tarif réduit aux agents eDF n’est pas un avantage mais fait parti des revenus et donc fait parti du patrimoine des agents (ce n’est pas la faute des agents si le prix de l’électricité a été augmenté exagérément et le sera encore plus dans un avenir proche, on rejoindra l’Allemagne qui est déjà à 0,3€/kwh…) .
      2- Ces revenus sont imposés

      • Non, il y a une grosse différence.
        Tout d’abord, ces 90% du prix de la consommation d’un agent d’EDF ne sont pas perçus par EDF. Cela correspond à un trou dans la comptabilité. Ensuite, l’imposition ne porte pas sur la totalité des 90% car il faudrait transmettre le montant exact de la consommation d’électricité à l’administration fiscale. L’imposition porte sur un calcul forfaitaire du montant de cet avantage en nature (cf lien pour 2019).
        Si vous prenez la consommation moyenne annuelle d’une maison de 100M² soit 15600kWh (en tout électrique) correspondant à un prix de 2291,64 euros et que vous comparez au barème « avantage en nature électricité» retenu pour un foyer fiscal de 4 personnes (1756.8 euros en tout électrique), cela laisse un delta de 535 euros dont il faut déduire les 229 euros payés par l’agent. Donc l’avantage théorique moyen serait de 306 euros par an.
        306 euros, cela semble peu… Sauf que :
        1/ cela fait quand même 2062 euros en moins dans la comptabilité d’EDF donc financés par les autres, ces autres n’ayant pas le choix du fait de la quasi-absence de véritable concurrence
        2/ la consommation électrique d’un agent d’EDF est largement au-dessus de la « moyenne » de ses concitoyens. Ce qui est logique puisque qu’une évaluation forfaitaire d’un service aura toujours tendance à entraîner une surconsommation de ce service, le prix payé n’augmentant que pour 10% de la somme réellement consommée ! En 2013, le coût moyen en électricité d’un agent d’EDF est de 4579 euros soit 124 millions d’euros au total (cf lien)…

        L’Etat n’a pas d’intérêt financier à supprimer ce système car cela lui permet in fine de percevoir un impôt supplémentaire qu’il n’aurait aucun moyen de toucher si les agents d’EDF devaient payer l’intégralité de leur facture. On peut néanmoins faire confiance à l’Etat pour obliger EDF à lui payer des dividendes supplémentaires si cela avait été le cas…

        https://sgeieg.fr/sites/default/files/sgeieg/docs/baremes//sgeieg-bareme-ane-pour-2019.pdf
        http://investigationfin.canalblog.com/archives/2014/05/27/29960151.html

        Donc, non, il n’y a rien de comparable.
        D’ailleurs, Aeropelu, si cette imposition d’avantage en nature électrique était « équivalente » à la situation vécue par les autres abonnés d’EDF, les agents d’EDF ne devraient pas s’opposer à la suppression de cet avantage… 

        • de toutes façons…ce n’est pas en concurrence…ils pourraient être payés le prix qu’ils veulent… la seul limitation serait la grogne des usagers ..
          et on peut d’ailleurs imaginer que ces avantages en nature servent à cacher ce qui est la rémunération réelles des agents et la rendre plus acceptable pour les usagers.

  • Faut arrêter avec ces salades, toutes les grandes sociétés font des cadeaux a leurs employés .qui offre des voyages des parcours de golf des primes etc .bosser chez L’Oréal ou total ou une entreprise pharmaceutique…c’est aussi bien qu’edf et même mieux. De toutes les façons ,ces avantages sortent de la poche des clients ,privé ou publique même constat,quand il y a du pognon…. !

    • La différence, immense, est qu’EDF a longtemps été en situation de monopole et le reste encore aujourd’hui en grande partie. Vous pouvez choisir de ne pas consommer les produits L’Oréal mais vous ne pouvez pas choisir de ne pas consommer ceux d’EDF.

      Une situation de (quasi-) monopole devrait être compensée par des salaires plus faibles que la moyenne et non l’inverse. Comme souvent dans ce pays, c’est encore une histoire de statut exorbitant par rapport au droit commun (statut national du personnel des industries électriques et gazières).

      Derrière le voile des revendications égalitaristes toujours plus farfelues, la France est en réalité un pays truffé d’inégalités légales, truffé de spoliations injustes héritées du socialisme le plus néfaste. Le socialisme collectiviste génère inégalités, pauvretés et misères sociales partout où il est appliqué.

      • Le monopole EDF ….pas vraiment aujourd’hui , c’est plutôt devenu la vache à lait des différents revendeurs d’électricité et des investisseurs dans le « renouvelable »…autant que ses salariés en profite un peu avant que tout cela implose…de plus l’électricité ce n’est pas grand chose pour EDF ..un peu plus pour Bercy..
        Dans toutes les boîtes on profite d’un rabais sur les produits fabriqués ou vendus pourquoi pas pour EDF ?
        .

        • Rabais ou gratuité, cela fait une différence, non?

        • Dans toutes les boites normales, si les avantages consentis aux salariés conduisent à une perte de compétitivité, la boite périclite et meurt ou supprime les avantages. A EDF ou à la SNCF, le contribuable et l’usager sont contraints de voler au secours, et la boite ne meurt jamais.

      • La jalousie est mauvaise conseillère… elle fini par aveugler!

        • Le reproche de la jalousie à ceux qu’on vole légalement pour financer les rentiers de l’Obèse est inopérant. Vous êtes un faquin, exactement comme les étatistes qui parlent de manque à gagner quand ils ne font que spolier un peu moins.

        • Les avantages indus ont le même effet. 🙂

    • Une inégalité, une injustice, c’est tout privilège qui n’est pas accordé par l’état…

    • Dans l’absolu vous avez raison, je ne vais pas jalouser le vendeur de voiture car ce dernier a des prix lorsqu’il achète son véhicule ou séminaire de certaines entreprises.

      Le cas d’EDF est différent car, comme le souligne Cavaignac, cette entreprise est en situation de quasi-monopole, même encore aujourd’hui. La situation est certes en train de changer, mais nous sommes encore loin d’un véritable marché totalement ouvert.

      • Non seulement c’est un quasi-monopole, mais l’Etat en est actionnaire à environ 87% (de mémoire). Les pertes subies par l’octroi de ces avantages considérables sont des pertes pour le contribuable actionnaire.

        • Avec toutes les taxes qu’il reçoit sur l’électricité il peut sans problème financer les dettes occasionnées pas sa politique ..l’un dans l’autre l’état gagné bcp d’argent avec l’EDF même si celui-ci est déficitaire.
          Histoire belge: les belges s’inquiètent de qui va payer les centrales a va remplaçant leur nucléaire..pour sauver le climat, l’impôt ou le client ha ha ha vive la transition plus on est de fous plus on rigole !

        • les autres actionnaires sont les zinzins… donc c’est pareil 😉

    • Parce que d’autres font de même, il ne faut pas s’en offusquer ? Tout le monde se plaint de la vie chère (chez nous aussi), mais personne ne trouve scandaleux que les entreprises fassent des cadeaux à leurs employés, dont le coût est reporté sur les clients. Si dans le privé, c’est le problème de l’entreprise, dans le public, il ne faut tout de même pas oublier que c’est le contribuable par ses impôts qui finance tout ça.

      Ca me fait penser aux recapitalisations des caisses de pension publiques. Il faut les recapitaliser, mais quand on demande aux fonctionnaires de passer à la caisse, ils manifestent en demandant que ce soit le canton (ou la Confédération) qui recapitalise. Ben oui, comme ça, ce sont tous les contribuables qui payent. Et eux qui en profitent. Lorsque ma caisse de pension a du prendre des mesures pour garantir son financement à long terme, ce ne sont pas les fonctionnaires qui sont venus à son aide. C’est nous, les assurés, qui avons du financer ces mesures.

      Il est plus que temps de supprimer tous ces avantages et que chacun soit traité de la même manière.

  • Le fait de vendre du renouvelable est facialement absurde, renouvelable signifiant gratuit, illimité, inépuisable, donc sans propriétaire et sans prix.

    On ne peut pas vendre l’océan, ni la fusion du Soleil. La Nature n’est pas commercialisable. On ne facture pas l’eau à ceux qui ont bu la tasse en nageant.

    Le bronzage au soleil est gratuit. Mais le fait d’aller dans un pays ensoleillé est payant; le voyage (transport, séjour) est payant, peut être la location chaise longue. Le voyage n’est pas « renouvelable » mais les photons solaires produits à cause de la chaleur provenant d’en dessous sont « renouvelables » c’est dire que la baisse de la ressource n’est pas mesurable à l’échelle humaine et qu’elle n’est pas augmentée quand les gens bronzent.

    • Si le renouvelable est gratuit, j’en déduis que pour la production d’électricité via des panneaux solaires, il n’y a pas besoin d’installation, d’entretien, de stockage, de transmission de cette électricité du fournisseur vers les clients (dont de maintenir/entretenir des lignes électriques, etc.).

      Bref, vous semblez oublier une partie de la chaîne de production. La seule chose gratuite et quasi inépuisable est la source initiale (soleil ou vent), par contre toute sa transformation ou transport à un coût.

    • la dernière connerie que je viens de poster me rappelle un super bouquin : L’homme qui se prenait pour Napoléon – Laure Murat – folio 5570 – comme souvent le sous-titre est le plus important (mais moins vendeur) « Pour une histoire politique de la folie »
      On découvre l’influence des évènements sur le psychisme des individus. Moi-même depuis l’intronisation de Macron je suis devenu coulrophobe et je ne me soigne pas.

  • Que des salariés (ou retraités ?) d’une entreprise bénéficient d’avantages accordés par cette entreprise n’est pas choquant en soit, du moment que c’est financé par l’entreprise elle même (et donc par la productivité des employés).

    Ca le devient beaucoup plus quand le financement provient de l’extérieur : taxes, etc.

    Question : est-ce que les avantages des salariés d’EDF sont autofinancés par EDF ?

  • On appelle ça « des Privilèges ».

  • @ Éric en fait même la source initiale n’est pas vraiment gratuite. Les éoliennes en « captant » l’énergie du vent, diminuent sont intensité, et cela pourrait avoir des conséquences sont l’impact pourrait être chiffré. Idem pour les panneaux solaires, qui en captant l’énergie solaire, empechent la surface terrestre de recevoir cette énergie. Alors oui ces impacts sont certainement négligeables (pour l’instant) mais l’énergie captée n’est pas restituée au milieu. Un jour peut être, les conséquences pourrait devenir visibles et on pourrait en chiffrer le coût

    • Pour le solaire, il est facile de montrer que c’est négligeable et que ça le restera par rapport aux flux quotidiens d’énergie incidente et réfléchie. Pour le vent, c’est plus compliqué : on pourrait penser qu’en prélevant de l’énergie, on ne peut qu’atténuer les tempêtes, mais le fait que toutes les éoliennes tournent dans le même sens augmente en fait le rotationnel latent de l’atmosphère, et malencontreusement dans le sens cyclonique pour l’hémisphère nord. Si c’étaient du glyphosate ou des bâtonnets plastique, il y a belle lurette que les éoliennes auraient été interdites, ou au mieux qu’une sur deux devrait tourner en ayant l’air de se dévisser, en vertu du principe de précaution !

      • Sans compter que l’air près du sol est moins refroidi, le vent étant moins fort derrière un champ de moulins à vent.

  • Le complément de salaire en avantage en nature fait partie tacite du contrat de travail des agents des industries électriques et gazières. Quelques hauts fonctionnaires souhaitent diminuer le salaire ou le montant de la retraite de ces agents pour des raisons de justice sociale (ça fait bien dans le décor) ou améliorer les comptes des entreprises? on n’est plus à un hold-up, racket prêt. Il conviendrait donc également de supprimer des primes, diminuer la rémunération de ces messieurs voire même leur poste si souvent pas très utile en réalité! j’ai entendu dire que leur « entreprise » l’Etat, est en faillite et qu’elle emprunte tous les ans sur les marchés pour les payer. Et sur le dos des moutons de la classe moyenne pour rembourser. Il en va de la justice sociale , non ?

  • Preuve que tous nos politiciens sont parfaitement au courant (si j’ose dire) des conneries qu’ils font puisque la cour des compte est là pour le leur rappeler.

  • Avantage sur le coût de l’électricité pourquoi pas mais cet avantage doit être réintroduit fiscalement et ne l’est pas le problème est là entre autres boîte en faillite grâce aux superpolytechniciens qui dirigent,boîte noyautée par la CGT,CE financé sur le chiffre d’affaire et non le bénéfice,dérives du CE qui dans le privé aurait conduit en prison ses acteurs…près de 75 ans après la fin de la guerre on paye toujours cher le fait que De Gaulle ait obtenu des communistes qu’ils lachent les armes…

    • Deux commentaires :
      1. Des mesures comme ça, en France, c’est la souris et l’éléphant qui se promènent dans la brousse, et la souris qui dit : « T’as vu le nuage derrière nous de la poussière que je soulève ».
      2. Des mesures comme ça vaudraient enfin que les écolos soient obligés par la fureur générale à offrir des bouchons d’oreilles aux citoyens normaux qu’ils croisent.

  • Bon…. alors certes entreprise public, monopole..
    mais … qui est responsable?

    • le propre d’une entreprise public ou en forte connivence est que on ne peut pas appliquer de logique de marché..
      vous ne pouvez pas dire si un employé d’EDF est trop ou trop peu payé…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Ci-dessous les diagrammes de production de l’Allemagne (Institut Fraunhofer, Energy charts) et de la France (RTE, eCO2mix)

Les besoins à la pointe sont de l’ordre de 70 GW pour les deux pays, soit 140 GW en tout. C’est faible pour des journées d’hiver. Le froid n’est pas intense, et l’activité économique n’est pas florissante.

 

On a connu deux jours sans aucun vent les 2 et 3 mars. (En bleu clair sur les diagrammes). L’Allemagne a été sauvée par le gaz, le charbon et le lignite et ne parle plus guère d’arrêt... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles