Le Nouvel An sera-t-il celui de la Chine ?

Dans le conflit Trump contre Xi Jinping, rien n’est joué et aucun des deux partis ne semble prêt à de vraies concessions pour le moment.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Nouvel An sera-t-il celui de la Chine ?

Publié le 5 janvier 2019
- A +

Par Frédéric Duval.

J’espère que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d’année.

Pour ma part, j’ai profité de ces quelques jours pour me reposer et passer du temps avec mes proches.

Malgré les assauts des rabat-joies, Noël reste une fête qui ressert les liens et nous ramène à l’essentiel.

C’est un moment que je trouve indispensable afin de repartir sur de bonnes bases pour une nouvelle année.

Mais dans toute cette tradition, il n’est pas interdit d’innover.

Chez nous, c’était « fondue chinoise » au menu. Un met facile à préparer, convivial et apprécié de tous.

Je sais que ça sonne un peu comme une transition tirée du chapeau… mais c’est réellement ce qui m’a inspiré cette lettre du jour.

Les projecteurs sur la Chine

 

Au fond, c’est une conjonction d’éléments, autres que culinaires, qui m’ont amené à ce thème : la guerre commerciale avec Trump, un récent reportage d’ARTE, le discours officiel du président chinois, etc…

Dernièrement, ce ne sont pas les occasions d’en parler qui ont manqué.

La Chine est sous les projecteurs internationaux et il y a une bonne raison à cela.

Quand on regarde les chiffres économiques, c’est tout simplement incroyable.

Les grandes réformes de la Chine communiste ont été faites dans les années 80 mais le grand boom est cependant relativement récent.

Observez plutôt ce graphique :

Aucun autre pays n’a eu une telle croissance. Pas même l’autre géant du continent asiatique, l’Inde, qui est souvent comparée au dragon chinois.

Quand on regarde cette explosion sous forme dynamique, c’est encore plus impressionnant.

On ne s’en rend peut-être pas compte, mais avant le milieu des années 90 la Chine n’apparaissait même pas dans le top 10 des plus grands PIB du monde.

 

Aujourd’hui, elle talonne les États-Unis et lorgne vers la première place. Les études prédisent qu’elle y parviendra aux alentours de 2027.

Une progression proprement hallucinante pour un pays dont la quasi-totalité de la population était dans l’extrême pauvreté il n’y a que 20 ans.

 

Je ne ferai pas ici le récit de la réussite chinoise.

Vous trouverez de nombreuses littératures sur la réforme économique qui a permis l’émergence de ce géant économique mondial.

Pour faire court, il a fallu abolir des pans entiers du communisme pour reconnaître la propriété privée et laisser place à l’initiative individuelle.

La face brillante de la pièce

 

Cette réussite économique est une bonne chose pour de nombreuses raisons.

La première, évidente, est le sort matériel de la population chinoise.

En une génération, les Chinois passent d’une situation de pénurie, à une situation où ils hésitent sur la marque de leur prochain smartphone.

La deuxième raison, qui n’est pas non plus des moindres, est que nous bénéficions indirectement de cette prospérité chinoise.

Par exemple, chaque année, les touristes chinois rapportent des dizaines de milliards d’euros à la France.

Mais nous bénéficions également de leurs industries en important une quantité de produits à bas coût : bureautique, jouets, nourriture…

Mieux encore, nous accédons à ses centaines de millions de consommateurs en y exportant nos produits made in France.

Savez-vous que Carrefour est présent en Chine ?

Il ne faut pas oublier que l’économie n’est pas un « jeu à somme nulle ».

Si les Chinois gagnent plus, ce n’est pas forcément aux dépens des Occidentaux.

La prospérité des Chinois est bénéfique pour le monde entier et ceux qui regrettent l’époque où ils étaient pauvres se fourvoient gravement en plus de faire preuve d’un manque d’humanité flagrant.

Nous ne serions pas plus riches en laissant une part de la planète dans la misère… bien au contraire !

La face moins reluisante

 

Le problème principal, que j’avais déjà souligné dans cet article, c’est que la Chine n’est pas toujours fair-play dans ses pratiques commerciales.

Il est tout à fait normal d’avoir des lois différentes d’un pays à l’autre mais il y a tout de même une base commune indispensable nécessaire pour échanger de manière sereine.

La Chine est donc souvent critiquée pour des pratiques considérées comme déloyales :

  • Maintien du yuan artificiellement bas pour stimuler les exportations
  • Subventions à l’exportation
  • Taxation élevée des biens étrangers
  • Obstacles multiples à l’investissement non chinois
  • Partage forcé de technologies
  • Respect très relatif des droits de propriété intellectuelle
  • Etc.

Beaucoup se demandent aujourd’hui si l’Empire du Milieu n’abuse pas de l’intérêt des pays développés pour son immense marché en échangeant son accès à un prix beaucoup trop élevé.

« J’ai accès à ton marché intérieur et je te donne accès au mien, mais je ne veux pas ouvrir mon économie autant que la tienne. »

Les Chinois rétorquent qu’ils ont du retard à rattraper et que ce n’est qu’à ce prix qu’ils pourront reprendre la place qui leur revient dans le concert des nations.

Le problème, c’est que les industries occidentales souffrent énormément de cette concurrence et d’un jeu dont les dés semblent trop souvent pipés !

Il faut néanmoins aussi reconnaître des progrès réguliers de la part de la Chine même si ils restent lents.

Forcément, ce sujet crée des tensions régulières sur la scène internationale.

Trump vs Xi Jinping

 

Aujourd’hui, le monde observe avec attention les négociations musclées entre un Trump impitoyable qui veut rendre sa grandeur à l’Amérique et un Xi Jinping qui ne veut pas entraver le développement fulgurant de son pays.

Ces tractations auront une influence importante pour l’avenir du commerce mondial et vont au-delà des relations sino-américaines.

Ce qui se joue, c’est la question de savoir si la Chine est toujours un pays qui peut justifier son manque de fair-play par son faible niveau de développement.

Aujourd’hui, son économie est suffisamment grande pour que ses partenaires exigent des règles plus équilibrées.

Le bras de fer ne fait que commencer et il y a fort à parier que cela va durer pour les années qui viennent.

La fin de la croissance ?

 

Dans les prochaines années, la croissance chinoise va baisser.

Selon la théorie économique classique, avec notamment le modèle de Robert Solow, on dit qu’un pays peu développé croît très rapidement en raison du rendement de ses facteurs de production.

Expliqué plus simplement : les pays pauvres s’améliorent très rapidement lorsqu’ils introduisent des technologies modernes dans leurs usines.

Cependant, ce rendement se réduit très rapidement à mesure que les pays pauvres atteignent le niveau des pays riches.

Et c’est ce qu’il se passe actuellement.

La croissance chinoise est déjà retombée au niveau des années 90.

Elle reste cependant plus haute que celle des pays occidentaux et le restera encore plusieurs années.

Il serait stupide de penser que la croissance de la Chine n’est due qu’à des pratiques déloyales.

Le pays a énormément de ressources et pourrait se passer des raccourcis qu’il utilise actuellement.

Mais chaque année passée avec ces règles déséquilibrées booste l’économie chinoise à court terme et l’aide à construire un marché intérieur fort, contrôlé par des Chinois plutôt que par des investisseurs étrangers.

Logiquement, dans le conflit Trump contre Xi Jinping, rien n’est joué et aucune des deux parties ne semble prête à de vraies concessions pour le moment.

Raison de plus pour suivre ça de près !

Sur le web

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Sauf si le Parti Communiste Chinois ne décide que finalement, un petit retour aux bases marxistes serait souhaitable.
    On voit dernièrement pas mal de retour de symboles communistes un peu partout dans le pays, ce n’est pas rassurant.

    • Le pouvoir chinois tient grâce à l’impression de richesse qu’il parvient à donner au peuple. Cette impression de richesse vient de la puissance économique du pays, elle-même liée à l’abandon de pans entiers de l’idéologie marxiste.
      Ce retour aux bases est hautement improbable, il ne saurait avoir l’assentiment du peuple. Par contre, ce qu’on voit actuellement, c’est la naissance d’un nouveau culte de la personnalité, avec un dirigeant qui essaie tout doucement de se placer au niveau de Mao. Et qui pourrait réussir.

      • @ Anagrys
        Oui, sans doute. Mais n’est-ce pas ce fait d’avoir un pays à parti unique +/- consensuel qui a permis une progression économique linéaire en se dispensant des désordres politiques nés des exigences des démocraties occidentales régies par une majorité face à une opposition avec alternances détricoteuses et investissements différents. Le parti unique donne moins de démocratie mais plus de politique au long cours, donc efficace!

    • Personnellement je vois cela comme une extension du nationalisme chinois, qui est à la fois très fort et légitime sur des bases culturelles (les Chinois ont de quoi être fiers) et aussi un prétexte au maintien du pouvoir en place (sans nous ce serait le chaos et l’oppression par les étrangers). Les symboles communistes sont dans ce contexte, des symboles impériaux. Tout comme les religions en Chine ont toujours eu un rôle secondaire derrière le pouvoir impérial, l’idéologie devrait garder sa place secondaire (je considère la parenthèse maoïste comme une anomalie.)
      Comment les choses évolueront est imprévisible, mais la situation conflictuelle avec les US est assez préoccupante à ce niveau. Le désir de promouvoir ou protéger la grandeur de la nation chinoise (après les humiliations du 19è et début 20è siècles) est très présent dans les esprits.
      A mon avis, en tout cas.

    • Je confirme, on voit fleurir des marteaux et des faucilles partout depuis quelques mois, et je vois meme depuis 6 mois, beaucoup d’étrangers qui quitte la Chine !
      Je me pose la question aussi, mais retournez en France c’est pas possible, c’est plus communiste que la Chine !

  • Bonjour
    La Chine est l’exemple d’un pays capitaliste non libéral. Les entreprises sont privés stricto sensu mais le PCC n’est jamais très loin, et il ne fait pas bon de rentrer en conflit avec lui.
    Pour être heureux dans un pays, il faut d’abord (dans l’ordre) qu’il soit en paix, puis qu’il soit riche, puis qu’il respecte la liberté.. et en dernier qu’il soit démocratique.

    • @ gillib
      C’est pourquoi je crois difficilement à un affrontement sino-américain. Bien sûr, la Chine devient doucement un rival pour les U.S.A., mais de là à passer au conflit, c’est un pas que le monde entier voudra éviter!
      Maintenant qui serait compétent pour enseigner comment diriger un pays d’ 1 386 000 000 d’habitants, de façon crédible?
      Restons modestes!

      • Trump joue probablement de se poser comme le seul négociateur possible avec la Chine pour qu’on ne lui trouve pas un remplaçant au moment de renouveler son mandat. On en a donc encore pour deux ans de conflit US-Chine. De plus, ça arrange probablement Xi d’avoir un bouc émissaire pour le ralentissement de la croissance chinoise. Ralentissement pourtant inéluctable, parce que 6 à 8% ne sont pas tenables quand on est devenu un pays développé, le progrès, la productivité, ne vont pas à un tel rythme, le rattrapage a forcément une fin.

  • Gagnant -gagnant avec la Chine ?
    c’est que vous n’êtes pas restez longtemps en Chine ! vous etes systématiquement perdant.

    Carrefour en Chine oui, mais le rayon import fait 2 fois 6 metres, 99% du reste du magasin sont des produits chinois, la preuve:
    http://image.noelshack.com/fichiers/2019/01/6/1546683452-2017-09-11-11h51m40.jpg
    http://image.noelshack.com/fichiers/2019/01/6/1546683456-2017-09-11-11h51m36.jpg

    Tout produit occidental a son concurrent, new parue cette semaine: luckin coffe ouvre son 1 er magasin en 2018 pour concurrencer Starbucks, ils ont annoncer cette semaine qu’ils dépasseront starbucks en 2019.
    Je ne vous parle meme pas des 4 principale marque de chaussures de sport qui n’existais pas il y a 20 ans et qui aujourd’hui en chine sont aussi connu que Nike ou Adidas…
    Et les chinois ne s’arrêtent pas la, ils se mettent a faire des marques de luxe, rien n’est épargne.
    Une petite dernière: le lait français et italiens 60% plus chers que le lait allemands, j’avais pris la photo en 2017, ce matin j’ai repris une photo, le lait français et italiens ont ete supprime du rayons.
    En 1 an, le magasin n’a meme pas réussi a vendre 12 pots de nutella, il est actuellement en déstockage car la date limite approche (je l’ai en photo, ainsi que le numéro de série des pots).
    Faire croire que la Chine peut etre l’eldorado pour les produits français a cause du milliard et demi de population est un leurre, les produits sont trop chers ou ne sont pas au gouts des chinois.
    En Chine depuis 25 ans et fait de la veille économique, je connais un peu.

    • merci pour ces faits. Le soucis pour les produits français est plus en France (grâce à son administration) qu’en Chine.
      La Chine est sans doute assez vaste pour ne pas avoir besoin du monde (un peu comme les Etats-Unis) ?
      Reste à voir ce que va donner le vieillissement de la population, le contrôle accru du régime (pas bon pour innover), et surtout quelle est la réalité derrière les chiffres mirifiques ?

  • Je ne vous parle pas des magasins Coreen « Lotte » ferme par la Chine a cause du déploiement de THAAD en Corée en 2017.

    Monument a la gloire du communisme chinois installe la semaine dernière chez moi, le 1er signifie Démocratie, le 3eme Freedom !! (j’ai vus ce meme monument installe a 50 kms de chez moi sur le parvis d’une grande surface appartenant a Auchan.
    https://postimg.cc/94q6z5GM

    le nutella en déstockage avec numéro de lot: https://postimg.cc/4H6QNXDD

    Gloire au communisme sur toutes les palissade, le meme panneau dans les halls d’immeuble : https://postimg.cc/F1ryjQQH

    Operation coup point de partis communiste chinois le 20 décembre, environ 200 membres en disponibilité par leur entreprise (paye par leur entreprise) pour servir le partis. Repartis autour d’une station de metro pour ramassez les detritus, ils sont en civile avec juste un pin’s du partis, avec une paire de gants, une pince et un sac poubelle et une bouteille d’eau.
    https://postimg.cc/LnsGQ7jH

    Ce jour la dans cette rue, tous les magasins sont a 99% des magasins non officiels, ils n’ont pas de license, aucuns n’a ouvert, 3 membres du partis communiste font régner la loi, regardez en grossissant celui derrière la moto qui m’a regarde quand j’ai pris la photo ! autant vous dire que j’ai pas traine, je partis en marchant vite.
    https://postimg.cc/RW717Cqq

    Et DIDI le Uber chinois qui embauche 1000 membres du partis communiste, suite a 2 meurtres cause par 2 de leurs chauffeurs, en gros c’est pour apaiser les tensions.

    Pas de blabla, je fais des photos de tout pour voir l’evolution.

    Ma conclusion est simple si vous faites du commerce en Chine, vous etes sur le fil du rasoir, vous pouvez être éjecté du jour au lendemain.

    Un petit dernier, le Français qui a été arrêté et relâché car il faisait du jogging avec un sac plastique et ramassait quelques detritus, les habitants ont appelé la police, ils ont crus que c’etais un espion. Paranoïa totale.

  • Sauf que dans ce conflit commercial avec les USA, c’est la Chine qui est en position de faiblesse. Si les USA ferment la porte aux produits chinois ce sont 350 milliards de perte du déficit commercial américain qui s’envole pour la Chine! C’est en pillant l’Occident qu’elle est parvenue aussi vite où elle est, car ce sont nos déficits commerciaux qui l’ont enrichi. Elle fait du dumping sur ses produits mais entrave les importations des nôtres! La liberté du commerce est une illusion!

    • Sauf que si un pays ferme la porte aux produits chinois, ce sont d’abord ses consommateurs qui n’auront plus ces produits. Ca leur fera une belle jambe d’avoir à la place un excédent commercial ! C’est quand même un peu la méthode socialiste que vous utilisez là : pour faire disparaître le déficit, supprimons les importations ; pour faire disparaître les inégalités, supprimons les riches.

      • Pas d’accord, il devient interressant de produire aux USA, le taux d’imposition commence a être correct combiné a la suppression des réglementations.
        Fabriquer en Chine, mais pas pouvoir sortir ses benefices du pays n’a rien d’enchanteur, je prefere payer 21% d’impôts et faire ce que je veux de mon argent.

    • absolument d’accord, c’est exactement ce qui se passe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

asie Chine Russie UE Pologne
1
Sauvegarder cet article

La Russie sera-t-elle encore un pays européen dans les années à venir ? Le conflit en Ukraine a accentué le tournant asiatique de la Russie. La coupure politique et économique avec l’Occident depuis le 24 février 2022, pousse Moscou à chercher des alternatives géopolitiques en Asie, et plus précisément avec la Chine et l’Inde. Le récent exercice militaire commun entre les trois pays en est un exemple.

Cette posture russe, bien qu'ancienne, va dans le sens d’un tournant asiatique de l’ordre mondial avec en toile de fond, la rivalité ent... Poursuivre la lecture

Après le scandale de la manipulation des données du classement Doing Business, qui a ensuite été confirmée par l'enquête interne institutionnelle, la Banque mondiale a décidé de ne plus publier ce rapport annuel sur la régulation des affaires.

Au cours des deux dernières décennies, ce rapport a permis une description importante de la qualité de la régulation des affaires dans les pays du monde entier et a contribué à la mise en œuvre de nombreuses réformes qui ont facilité les affaires et accéléré les taux de croissance économique.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles