Aux États-Unis, le diesel est deux fois moins cher qu’en France

Gasoil(CC BY-NC 2.0) — spatialpan, CC-BY

0.66 centimes d’euros le litre de diesel ! Grâce à l’innovation et au marché libre.

Par Nicolas Lecaussin.

Aux États-Unis, 1 gallon (3,78 litres) de diesel coûte 2,83 dollars ou 2,50 euros. Ce qui veut dire qu’un litre de diesel coûte 0,66 centimes d’euros. Plus de deux fois moins que le prix du litre en France.

Quelles sont les raisons de cette différence ? Les taxes n’expliquent pas tout, même si elles ne représentent que 18,4 % par gallon au niveau national américain (auxquelles s’ajoutent souvent aussi les taxes des États).

Des choix différents

Il y a quelques années, contrairement à la France, l’Amérique a choisi d’intensifier l’exploration des champs pétroliers grâce à la fracture hydraulique et au forage horizontal. La production de pétrole a triplé en moins de 10 ans et augmenté de plus de 20 % rien que l’année dernière.

Au début de l’année 2018, les États-Unis avaient déjà dépassé l’Arabie Saoudite et la Russie en production de pétrole, ils sont donc devenus les premiers producteurs au monde. Dans les années 1970, tout le monde craignait les humeurs des 15 membres de l’OPEC, aujourd’hui, l’Amérique est en train de briser sa domination et de s’en passer complètement.

L’innovation technologique

C’est d’abord l’innovation technologique qui a permis cela. Les grandes réserves du bassin permien (Texas et Nouveau Mexique), de l’Alaska et le schiste du Dakota du Nord ont été découvert en grande partie grâce aux drones thermiques. Le forage horizontal, plus respectueux de la terre, a remplacé ou complété le forage vertical. La productivité a augmenté tous les ans, à tel point que même à 30 dollars le baril, le profit est au rendez-vous !

Autre atout, les suppressions de réglementations environnementales proposées par Trump en 2017 ont largement contribué à cette hausse de production et ont facilité les investissements dans les régions ayant des gisements importants comme l’Alaska.

Contrairement aux prévisions catastrophistes des ayatollahs de l’écologie, les réserves de pétrole ne s’épuisent pas, elles sont même de plus en plus nombreuses. Il faut juste faire confiance à l’innovation et au marché libre, et non aux politiques dogmatiques (en France, même la recherche sur l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste est interdite !).

Sur le web