Services publics : les Gilets jaunes posent la question du rapport qualité-prix

Si les impôts sont le prix et les services publics la prestation, force est de constater que les Français ne semblent pas convaincus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Services publics : les Gilets jaunes posent la question du rapport qualité-prix

Publié le 8 décembre 2018
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Depuis quelques semaines, les Gilets jaunes sont devenus le centre de la vie politique française. La réponse à leur apporter est d’autant plus complexe que leurs revendications sont vagues : expression disséminée d’un malaise ardent mais confus, ils ne portent pas de revendication sociale précise ; éruption spontanée de colère, ils se développent sans organisation, sur l’effondrement des structures sociales et la décomposition politique accélérée du pays.

De son côté, le gouvernement semble à la peine. Sa majorité reste timide, des députés reconnaissant en privé leurs hésitations à monter au front. Pour répliquer à l’exaspération fiscale, certains ont cependant choisi de vanter l’ensemble des prestations publiques. Sur les réseaux sociaux et dans les médias, leur message est mécaniquement relayé. Il tient en une affirmation : « Merci pour les services publics gratuits » (une ministre proclamant même qu’elle « croit à l’impôt » !). Ce discours est voué à l’échec.

Les repas gratuits, ça n’existe pas

Cette réponse se trompe d’abord car, comme le disent les économistes, « les repas gratuits, cela n’existe pas ». Les services publics ne sont ainsi pas des bénédictions tombées du ciel par la grâce miraculeuse de la Providence étatique : ils sont financés par les contribuables et à un niveau extraordinaire élevé. En France, le taux de prélèvements obligatoires en 2017 a atteint le niveau record de 48,4 % du PIB, selon l’organisme statistique européen, Eurostat, qui vient de publier ses statistiques.

Ce discours fait ensuite fausse route quand il lit dans le mouvement des Gilets jaunes un rejet du principe de l’impôt. Il ne s’agit pas d’un soulèvement anarchiste : ce qui est dénoncé, ce n’est pas qu’« une contribution commune est indispensable » (article 13 de la Déclaration des droits de l’Homme) ; c’est qu’au niveau qu’ils atteignent, les prélèvements obligatoires asphyxient la société.

Surtout, cette rhétorique oublie un critère essentiel de la relation entre le niveau de financement et celui des prestations : l’efficacité. Si les impôts sont le prix et les services publics la prestation, force est de constater que les Français ne semblent pas convaincus : ils doutent – à raison – que ce qui leur est fourni soit au niveau qu’ils pourraient légitimement exiger.

Et pour cause : en matière d’éducation, les résultats (Pisa, de l’OCDE) montrent que la France se situe modestement dans la moyenne, que le niveau de ses élèves baisse en mathématiques, qu’elle est parmi les pays où le milieu social influence le plus la réussite. Les enseignants, mal payés et peu considérés, expriment régulièrement leur malaise. Les familles favorisées fuient vers le privé et les filières sélectives.

Le constat sévère pourrait se reproduire en matière de santé, d’enseignement supérieur, de recherche, de lutte contre la pauvreté, de sécurité… Les services publics ne sont pas à la hauteur des prélèvements fiscaux ni même de la dépense publique, elle aussi inscrite à un niveau record.

Le gouvernement hérite de cette situation affligeante : l’impéritie de la gestion publique des dernières décennies explique la situation de délitement social dans laquelle la France se trouve aujourd’hui. Mais il ne peut le faire valoir dans le débat public : il a été élu pour relever le défi de la gestion des services publics. Leur offre doit donc être profondément réformée.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  •  » il a été élu pour relever le défi de la gestion des services publics. Leur offre doit donc être profondément réformée. »
    i a été élu pour perpétuer un systeme ou certains y trouvent leur compte

    • Les français ont voté Macron par rejet des partis traditionnels et pour ne pas voter pour les extrêmes. D’autant plus que la partie de son programme mis en avant allait dans le sens d’un changement de direction (Loi Travail). Mais Macron n’a pas voulu revoir les missions de l’Etat, son périmètre, et expliquer au français où se trouvait les principales dépenses (retraite et santé).
      Il s’est en plus fourvoyés en tabassant les automobilistes (CT, 80km/h, TICPE) et le prélèvement à la source. Des sujets non prioritaires et braquant inutilement et stupidement les français.
      Les prochaines échéances électorales devraient être intéressantes…

  • Il a fait croire au peuple que le pays va se transformer . Mais en oubliant volontairement la 1ere réforme de L’ÉTAT, sa fiscalité punitive et sa gestion de la dépense publique .!!! Il devait faire un audit de la dépense publique , il ne peut l’ignorer ,il a été
    conseiller financier et des finances . sous le gouvernement précèdent !!! Est -il a la Hauteur de la tâche ?? Mal barré le jupiter !!

  • On devrait plutôt parler de sévisses publics…

  • @EI Marco , comme pour les Bus filliale de la SNCF ouibus avec 162 millions d’euros de dettes , une création qui des le départ était voué a l’échec..Macron se délecter de sa trouvaille !! pour un ex: banquier , ce n’est pas une référence !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Dans un quartier populaire de Dijon, le président en campagne s’est trouvé confronté à une foule à qui la moutarde était montée au nez :

"J’étouffe avec les prix du gazole."

"Mon salaire n’a pas bougé depuis six ans, toutes mes factures ont augmenté."

"Je suis père de famille, j’ai quarante-six ans, je n’arrive plus à vivre de mes revenus."

 

Pourtant, en 2017, le candidat Macron assurait aux électeurs qu’il saurait doper le pouvoir d’achat.

Le Monde du 7 mai 2017 sur ce sujet :

"L... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles