Gilets jaunes, transition énergétique et modèle français

La transition énergétique ou les revendications des Gilets Jaunes aboutissent au même résultat : un Etat omniprésent et une économie atone.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilets jaunes-4 by NightFlightToVenus (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gilets jaunes, transition énergétique et modèle français

Publié le 28 novembre 2018
- A +

Notre jadis-frétillant Président a pris la parole et les choses sont maintenant parfaitement claires : il n’y aura aucun changement de politique générale. Peu importe les protestations, il en va de la survie de l’État — pardon, de la Planète.

La transition écologique continuera donc, sans la moindre relâche : l’urgence l’État n’a plus de thunes climatique est évidente surtout en France où le nombre d’espèces animales est en baisse constante. La banquise des Hauts-de-France est complètement fondue, le désert sablonneux marseillais s’étend sans relâche, l’État n’a plus de thunes, la sécheresse frappe la Capitale et les vignes de Calais donnent un vin de plus en plus capiteux. Il est temps d’agir, l’État n’a plus de thunes il faut sauver la planète !

Et alors que l’absentéisme dans les collectivités territoriales, évidemment provoqué par la hausse incessante des températures, bat de nouveaux records, alors que le taux de chômage, même après bidouilles statistiques, refuse obstinément de passer en dessous de 9 %, que les défaillances d’entreprises repartent à la hausse et alors que l’État français détient maintenant le record de prélèvements en Europe, l’urgence apparaît claire : une bonne petite taxation du carbone sous une forme ou une autre, pardi !

Et plus précisément, devant la colère des Gilets Jaunes, Macron a décidé de sortir ce qu’il pouvait faire de mieux : outre brasser un air tiède réchauffé méticuleusement et avec précision, notre Président préconise l’abandon des énergies fossiles, la distribution d’argent gratuit des autres pour aider à l’acquisition de voiturettes électriques glorifiées et d’abandonner à terme le nucléaire, laissant le pays à la merci des lobbies éoliens, photovoltaïques et manifestement cyclistes (il faudra beaucoup pédaler pour compenser la disparition des moches centrales nucléaires non remplacées par de sales centrales à énergies fossiles). Ah ! Et puis des capotes remboursées : la lutte contre la surpopulation passera par le latex remboursé.

La France de 2050 sera à la fois dépeuplée et résolument sportive, où le Gilet Jaune d’alors pédalera furieusement la journée pour se déplacer et le soir pour avoir du courant.

D’un autre côté, il faut admettre que nos Gilets Jaunes obtiennent peu ou prou ce qu’ils ont réclamé : à force de revendications floues et mal cadrées, de vouloir à la fois moins de taxes et plus d’État, moins d’impôts mais plus de services publics, il arrive un moment où le pauvre Emmanuel, déjà en manque de colonne vertébrale idéologique, se retrouve plongé dans des injonctions paradoxales.

Mollement épaulé par ses ministres-clowns (comme les poissons du même nom, colorés, sans mémoire et rapidement perdus), il ne pouvait que prendre une série de mesurettes grotesques pour camoufler l’évidence : l’État n’a plus de thunes l’État français est complètement en faillite, peut-être même proche de la rupture de paiement, et à ce point près de ses sous qu’aucun ralentissement dans la ponction ne pourra être toléré.

Les Gilets Jaunes, maintenant pourvus d’un appendice porte-parlolesque (il n’y a pas de typo), se sont résolument engagés dans une liste de revendications à la Prévert dont bien trop d’éléments fleurent bon un petit collectivisme socialiste parfaitement standard (moins de taxes pour eux certes, mais pas pour les autres sur le mode « ras le bol de ces 20 % de riches qui payent 70 % de l’impôt sur le revenu, il faut les taxer plus »), au-dessus desquels flottent les inévitables appels à une autre République, une autre démocratie, un autre système.

S’il est très difficile de déceler un autre système dans ce qu’ils proposent ou, pire encore, dans ce que nous propose Emmanuel Macron tant les uns et les autres s’obstinent à répéter les erreurs socialistes du passé, il y a pourtant, pas loin de chez nous, un modèle effectivement en place, qui a été testé et qui fonctionne très bien.

Ce modèle offre l’un des niveaux de vie les plus élevés de la planète ce qui devrait ravir les Gilets Jaunes. C’est aussi l’un de ceux qui taxent le moins ce qui aboutit à un chômage minimal (on parle de 3 %), une pauvreté qui soutient sans sourciller la comparaison avec la France, et qui offre en surcroît des opportunités régulières au Peuple de s’exprimer au travers de multiples référendums.

Ce modèle, c’est le modèle suisse, qui se paye même le luxe d’aligner une dette rikiki (moins d’un tiers du PIB, là où la dette française en représente à présent l’intégralité) avec des excédents budgétaires sur les 18 dernières années.

Et bonus non négligeable : ce modèle a permis au peuple suisse de ne pas s’encombrer des parasites politiques omniprésents dans l’actualité française — il vous suffira d’essayer de citer deux ou trois noms de politiciens suisses pour mesurer l’écart avec les nôtres, repérables de loin aux bruits de casseroles.

Cette discrétion des politiciens suisses est, bien malheureusement, la faiblesse de ce modèle, fruit d’une éducation et d’une formation solides, d’une taxation très raisonnable, d’une forte limitation de l’État et d’une grande importance de la liberté et de la responsabilité individuelle : des olibrius comme Macron, Castaner et tant d’autres autour n’y auraient aucune place et ne s’y sentiraient jamais à l’aise.

Pire, le modèle suisse favorise l’individu, le met bien plus souvent face à ses responsabilités plutôt que l’en décharger au travers d’un État omniprésent et omni-impotent. C’est l’antithèse même de ce que prônent nos politiciens, tous bords confondus, qui justifient chaque taxe et chaque impôt par la myriade de services publics (quand bien même ils se dégradent tous à vue d’œil), et qui justifient en retour chacun de ces services publics par les myriades de taxes toujours plus nombreuses.

Les Français et les politiciens qu’ils élisent, les Gilets Jaunes à présent avec leurs revendications pétries de bons sentiments et d’une solide dose de WTF économique, ont consciencieusement depuis plus de 40 ans choisi un autre modèle que le suisse : ils ont choisi celui qui, de capitalisme de connivence en collectivisations tous azimuts n’a jamais amené qu’aux modèles cubains, vénézuéliens, soviétiques ou nord-coréens.

Voir les commentaires (140)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (140)
  • Une des causes du réchauffement c’est la surpopulation mondiale.
    Faire perdurer une politique nataliste décidé a la fin de la guerre au repeuplement de la france, aujourd’hui est stupide et contre productif.
    Il faut donc abroger les allocations familiales , et liquider les urssaf,
    et la caf.
    De fait les salaires pourront ré augmenter fortement, et les économies se feront sur les frais de fonctionnement non négligeables de ces deux entités.
    On ne fait des enfants que si on peut les assumer, et pas pour en faire une ressources supplémentaire qui paye la voiture..
    c’est économiquement une solution et c’est bon pour la planete

    • Oui enfin, au rythme de déconstruction totale de notre civilisation, avoir de nombreux enfants sera, comme dans les « pays du tiers monde », une assurance retraite directe…

    • « Une des causes du réchauffement c’est la surpopulation mondiale. »
      Non. ne serait-ce que parce que le terme « surpopulation » n’a jamais été défini nulle part.

      • L’écologiste le définit comme étant égal à un…

      • oui comprenez l’augmentation géométrique de la population mondiale et son effet sur les ressources

        • Respectueusement, autant on est bien d’accord sur le remède (supprimer la redistribution socialiste) autant l’argument sur la natalité n’a pas vraiment de valeur.
          Primo, la natalité française c’est peanuts à l’échelle mondiale, donc cela revient à reprendre l’idée macaronienne que la France doit sauver le monde.
          Secundo, réchauffisme = bases scientifiques contestables, vous connaissez l’argument aussi bien que moi.
          La planète va bien, c’est l’Occident qui traverse une sérieuse crise de civilisation, avec la France en pôle position du déclin grâce au cocktail double fun soviétisation + révolution cucul-turelle.

          • mais les allocations diverses et variées font donc bien partie du socialise rampant qui nous a amené a cette crise

            • savez vous que les fonctionnaires touchent 2 fois les allocations familiales?
              ah ben oui, on ne vous dit pas tout

              • @claude henry de chasne
                Bonsoir,
                Si vous pensez à la « surpopulation », alors que la France a une natalité pas très jouasse, pourquoi nos « gouvernants/dirigeants » et leurs acolytes écolos accro au pognon des autres, ne s’intéressent-ils pas plutôt à l’Afrique qui devrait attendre le double miliards au milieu du siècle ?
                Cette « surpopulation » avec sa ‘régulation » ne vise que l’occidental.

              • Oh oui, bien sûr. Je chipotais juste sur les arguments anti-natalistes.

              • Claude, une seule question : as-tu des enfants ?

              • Nous sommes 5 frères et soeurs. 2 soeurs et moi-même sommes fonctionnaires….nous n’avons touché qu’une seule fois les allocations familiales. Les fonctionnaires qui nous entourent n’ont aussi touchés qu’une seule fois ces mêmes prestations. On s’est drôlement fait avoir. Aucune de nous ne le savions. Comme c’est étrange cette affirmation de votre part.

          • C’est grâce à nos intellectuels communistes: Foucault, Derrida, Lacan, Deleuze, Kristeva, etc… adorateurs de Mao et de sa révolution culturelle qui fit des millions de victimes en Chine!

          • je ne parle pas de la natalité française je parle de la pertinence a l’encourager avec des allocations..
            on fait des gosses? on les assume

            • @claude henry de chasne
              Bonsoir,
              « on fait des gosses? on les assume »
              Sur ce point je vous rejoins.
              Sur celui qui dit que l’occident est le seul qui peut payer pour la « surpopulation », aucunement.
              Déjà, l’occidental doit s’occuper de sa propre natalité. Dans nos sociétés, elle est à un rythme de croisière, du fait que l’occidental essaie de maîtriser les ressources.
              De plus, il n’a pas à payer pour les naissances abondantes des autres pays. Vu qu’il est de surcroît, voué à être remplacé, voire éliminé, comment ces pays survivront-ils sans l’occidental, son argent (plus les ONG), et le sentiment de culpabilité qui lui est inculqué ?

    • Déjà, quand la France contribue pour 1% à la production anthropique de CO2, parler de la politique française à ce sujet (CAF, etc) a un petit air hors sol…

    • « On ne fait des enfants que si on peut les assumer » 100 d’accord…j’ai pas envie de payer pour les enfants des autres.

    • Tout a fait d’accord.
      La surpopulation, c’est le pêché originel. La Chine, pays le plus peuplé du monde, ne s’y est pas trompé : sa politique de planning familial depuis 50 ans vise d’abord à contrôler le nombre de naissances.
      S’il en fallait une, la première mesure à mettre en place au niveau mondial devrait porter non sur les énergies fossiles mais sur les naissances.
      Le débat commence à apparaître :
      https://mobile.twitter.com/afpfr/status/1049282260707540992?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1049282260707540992&ref_url=https%3A%2F%2Fusbeketrica.com%2Farticle%2Frechauffement-climatique-doit-on-limiter-les-naissances

      • Surpopulation de la Chine…..vu la taille du pays le problème est ailleurs pas assez de débouchés pour leur production le monde est tellement plus jeune que la Chine il manque des milliards d’habitants sur terre pour acheter chinois !

      • Comme je l’ai déjà fait remarquer, Hitler, Staline et Mao étaient des précurseurs!

    • n’importe quoi !

      par ailleurs, la natalité française s’est effondrée comme dans le reste de l’Europe avec les conséquences que l’on peut lire ici :

      https://institutdeslibertes.org/la-peste-blanche/

    • Vous reprenez les concepts malthusiens qui sont à la base de toutes les politiques fumeuses prônées par l’ONU et les écologistes depuis des décennies avant que cette fable du réchauffement anthropique la popularise à grands renforts médiatiques.
      Avez-vous entendu parler de transition démographique? La France est-elle surpeuplée?
      Qu’est-ce qu’une ressource? Vit-on plus mal aujourd’hui malgré l’augmentation de la population de ces dernières décennies?

      • Oui, on vit plus mal : on a plus d’embouteillage, il y a dans de plus en plus d’endroits des personnes qui ne font rien pour produire et tout pour détruire, caillasser les pompiers, agresser les médecins, taguer, s’emparer des espaces publics, induire de plus en plus de dépenses de sécurité et occuper massivement les services des urgences en lieu et place d’aller voir un médecin normal.
        Moi, les villes des films de science fiction, je n’en veux pas…

        • @Propone
          C’est vrai, mais ça n’a rien à voir avec une quelconque « surpopulation » et tout à voir avec les conséquences inévitables du socialisme.

    • Certes sauf que c’est pas en France qu’il y a une natalité dingue, c’est plutôt ciblé sur l’Afrique noire et l’Inde.

    • @claude henry de chasne
      Du faux et du vrai dans votre commentaire.
      1) Le faux :
      Le « réchauffement » contre lequel seul les hommes de l’État pourraient lutter à coup de taxes, de subventions (en se servant largement au passage bien entendu) et d’interdictions/obligations n’est qu’un « nouveau » prétexte pour étendre leur pouvoir. Et si la « surpopulation » vous dérange, rien ne vous empêche de vous suicider.
      2) Le vrai :
      La politique de redistribution obligatoire au profit des familles nombreuses fut, en son temps, un autre prétexte pour étendre le pouvoir des hommes de l’État et la pratique perdure au nom des « défavorisés » et de la prétendue « justice sociale ». Elle a pour effet :
      – de priver les contributeurs nets d’une partie des fruits de leur travail, dont celle qui auraient pu consacrer à leurs enfants
      – d’encourager les non contributeurs à faire plus d’enfants pour bénéficier des transferts.
      Comme toute politique de redistribution socialiste (forcée), elle encourage les comportements irresponsables et immoraux (ici « faire des enfants pour l’argent des autres ») et décourage les comportements responsables et moraux (ici « faire des enfants parce qu’on en veut et qu’on désire ardemment les aimer et les assumer, avec les fruits de son propre travail »).

      • c’est votre opinion, pas la mienne.
        vous ne croyez pas a l’influence de l’augmentation de la population mondiale sur la consommation de ressources, c’est votre droit.;
        ce n’est pas mon avis , je n’ai pas besoin de me suicider.. il faut juste que je reste assis pour contempler le chaos politique créé par ceux qui pensent qu’on pourra imposer leurs vues millénaristes, et ceux qui vivent d’impôts et de subventions.. c’est simple

        • Et ce serait quoi le nombre idéale de la population mondiale?

          • je ne sais pas , ce que je sais c’est que çà augmente .; et que chaque individu consommant des ressources, pollue..saccage , occupe des territoires etc..
            mais çà ce n’est bas très cool de l’entendre , c’est pourtant la vérité
            allez voir en Afrique, la pollution là bas , c’est autre chose qu’un embouteillage dans le bois de Boulogne
            ou a pékin allez y et concluez vous meme

    • @ claude henry de chasne
      C’est évidemment faux en France! Aucun risque de surpopulation en France!

    • moins 2 tout est dit

  • « …l’État français est complètement en faillite, peut-être même proche de la rupture de paiement… ».

    C’est tellement vrai que la France doit un peu plus de 100 millions d’€ au seul canton de Vaud (Genève, Valais, Neuchâtel et Jura attendent aussi leur part), somme qui devait leur être versée le 30 juin 2018. Malgré plusieurs relances, Bercy semble incapable d’honorer ses dettes. Et ce n’est pas la première fois que cela arrive. Ce « léger retard » cause bien entendu quelques désagréments à certaines communes qui se trouvent en manque de liquidités !

    Pour le reste, ce que vous dites de la Suisse est de moins en moins vrai, surtout dans la partie francophone du pays. Malheureusement.

    • Si vous accusez la francophonie, maintenant…

      • C’est un constat. Les socialistes Suisses sont surtout des régions francophones, et en Belgique idem! Le côté germanique est plus prospère et plus responsable!

    • J’aimerais, rien que pendant une journée, ne pas lire quelque chose qui me donne honte d’être Français, juste pour voir…

    • mon think tank envisage de faire payer des impots aux contribuables étrangers, ce serait justice. SI ils sont plus riches, c’est qu’ils nous exploitent, je ne vois pas pourquoi la logique à l’oeuvre dans le pays ne serait pas vraie à l’international.

      • @ jacques lemiere
        C’est de constatation courante que les moins riches ne s’interrogent pas eux-mêmes mais se demandent pourquoi leurs voisins sont plus riches sans partager avec eux: c’est que l’égalité des revenus est rarement un but international! La semaine de 35 heures et la retraite à 60 ans, c’est bien tant que les autres paient!
        Et faire payer les étrangers, ce n’est pas dans les traités!

    • @P’tit Suisse
      Oui, les électeurs suisses qui se sont déplacés pour la consultation pour la suppression de la redevance audiovisuelle (54%) ont voté à 71,6% contre l’initiative et donc pour le maintient de la taxe. C’est effectivement inquiétant. Mais par ailleurs, la majorité qui s’est exprimée a voté contre le revenu universel.
      Tout cela pour rappeler que les décisions qui s’appliquent à tous parce qu’elles ont été votées par une majorité de votants ne sont pas démocratiques. La seule vraie démocratie, c’est le marché libre : chacun votre en permanence sur tout ce qui le concerne, rien que ce qui le concerne, et à hauteur des services qu’il rend lui-même aux autres. Ceci dit, à côté de la France, la Suisse reste un paradis et les « votations » (« référendums d’initiative populaire »), c’est quand même mieux que de laisser le gouvernement décider de tout, y compris de ce pour quoi il n’a pas été élu (comme les 80 km/h).

      •  » Tout cela pour rappeler que les décisions qui s’appliquent à tous parce qu’elles ont été votées par une majorité de votants ne sont pas démocratiques.  »

        Ben oui c’est ça la démocratie. Une majorité d’individus dans une société civiles ou privées qui acceptent ou refusent une loi ou un règlements par un vote. ( Démocratie veut dire pouvoir du peuple )

         » La seule vraie démocratie, c’est le marché libre : chacun votre en permanence sur tout ce qui le concerne, rien que ce qui le concerne,  »

        Vous ne confondez pas démocratie avec libre arbitre?

        • @ Le nouveau
          Non, la démocratie, dans un pays civilisé, c’est, certes, la volonté de la majorité MAIS AUSSI la protection des minorités: comme le libéralisme est la liberté MAIS AUSSI la responsabilité.

        • La démocratie, c’est quand 51 loups et 49 agneaux votent pour décider ce qu’on va manger pour le dîner.

  • Très bon article, comme toujours, mais permettez-moi un bémol.
    Le modèle suisse est issu de la partie alémanique et majoritaire de son peuple. Ce modèle, comme d’autres, n’est pas nécessairement transposable ailleurs.
    Un de mes professeurs, il y a très longtemps, avait coutume de répéter « Il n’y a pas de pays sous-développés, il n’y a que des peuples sous-capables ».
    Autrement dit, un pays a ce que la majorité de sa population mérite.

    • Pas transposable parce que ?

      • Parce qu’on a tellement matraqué les Français avec leur « exception culturelle » et autres « protections sociales » que le monde entier nous envie, qu’ils y croient à fond. Surtout quand, pour une bonne partie d’entre eux, cette croyance apporte directement dans le porte-monnaie.

        • « qu’ils y croient à fond » : la grande nouveauté, c’est qu’ils y croient de moins en moins. Même si c’est encore compliqué à admettre ouvertement et à traduire le constat dans les urnes, une majorité de Français a déjà compris que l’Etat (obèse, providentiel) est la grande fiction…

          La période de transition est le défi politique de notre époque : comment sortir de l’Etat obèse en douceur, sans tout saccager ? Il reste à découvrir le personnel politique en capacité de la comprendre et de la concrétiser.

          • « Le personnel politique » en question n’est pas « à découvrir », car il n’existe simplement pas aujourd’hui. Il est donc « à inventer », voire « à produire ».
            Nous sommes d’accord avec l’évolution qui est en cours, mais on va continuer à entendre cet argument (massue) fourni par tous ceux qui insistent à continuer dans ces voies de garage qui leur permettent à eux de garder du pouvoir.

            • @ durru
              Non! Ne comptez pas sur le personnel politique! Il Il n’a aucun intérêt à changer entre 2 élections!
              Comptez un peu plus sur vous-mêmes et entre vous, ça vaudra mieux.

          • Le probleme c’est qu’en France, comme en Belgique Francophone, la seul evolution reclamee par les decus du systeme actuel est plus d’assistanat, plus d’intervention, plus de communisme et plus de gauche. LEs gens n’envisagent meme pas un VRAI liberalisme comme en Suisse car ils pensent que c’est la cause de tous les maux. Ca va exploser un jour mais j’ai peur que ce sera substitue par qqch de bien pire…

            •  » LEs gens n’envisagent meme pas un VRAI liberalisme comme en Suisse  »

              La Suisse est certes plus libérale que la France. Mais parler d’un vrai libéralisme en Suisse est faux. L’immobilier en Suisse par exemple est très réglementé au point que vous devez demander si vous être propriétaire de votre villa une autorisation à la commune pour installer une cabane de jardin ou un muret même si c’est discret et que ça dérange pas votre voisin. Il en va de même pour la réglementation des ouvertures des magasins. De ce côté-ci la France est même plus libérale que la Suisse.

      • Parce qu’un modèle social se développe sur une culture commune majoritaire. Ma remarque était générale mais je vois au moins deux écueils en France :
        – une culture de lutte présentée comme facteur de progrès (à l’opposé de la recherche systématique de consensus)
        – une culture d’envie et de jalousie rebaptisée « lutte contre les inégalités »

        • @Mecki
          Il est tout de même plus facile de changer d’idées que de changer les lois de la nature !
          La « culture » est le fruit de l’action d’individus. Alors agissons pour une autre culture et d’autres idées. Le combat est long mais pas désespéré. Il fut mené par nos ancêtres dans des conditions de répression bien pires ce que nous connaissons à l’heure actuelle et ils ont (partiellement) réussi. La preuve : les 200 ans de prospérité, inégalée dans l’histoire, qu’à connu l’occident à partir de la fin du 18e siècle.

          • @ Guy
            « La preuve : les 200 ans de prospérité, inégalée dans l’histoire, qu’à connu l’occident »

            Vous parlez sans doute de la période industrielle (fer et charbon) alliée à une période de colonialisme productif? La culture n’y était pas pour grand-chose!

            • Si la culture n’y était pas pour grand chose, comment se fait-il que ce ne sont pas les Africains qui ont colonisé l’Europe, ou les Asiatiques, ou les Amérindiens? Est-ce que vous vous êtes posé une seule fois cette question?
              Comment se fait-il que même au XXIème siècle, la plupart des pays du monde s’organisent d’après des systèmes politiques inventés en Europe?
              Etc, etc.
              Mais, bien sûr, la culture n’a strictement rien à voir là-dedans.

      • Pas transposable, parce qu’un immense paradoxe,

         » La Suisse est le pays des plus grandes libertés et de la majorité des panneaux d’interdiction  »

        (Die Schweiz ist das Land der grössten Freiheit
        und der meisten Verbotstafeln.
        Otto Baumgartner-Amstad, fonctionnaire suisse, correspondant du Volksblatt de Nidwald.)

        C’est cette acceptance des deux qui donne une petite idée de la Suisse.

    • Franchement, ayant vécu en Suisse plus de 2 ans, pour rien au monde j’y repartirais y vivre ! pays de fachos, tu es surveillé par tout le monde (tu es mal garé, les flics déboulent chez toi dans l’heure : et pourquoi ? parce que ton voisin t’as dénoncé !!).
      La Suisse n’est pas transposable : il n’y a que les suisses qui peuvent la supporter !

      • Réaction typiquement franchouillarde, aussitôt vous sortez le terme: délation. Dans une collectivité harmonieuse chacun doit suivre certaines règles afin de ne pas nuire aux autres. Et donc on ne se gare pas n’importe où comme le font les français. Voir les cyclistes et scooters roulant sur les trottoirs des villes en France! Dite plutôt que ce sont les français qui ne supportent pas l’ordre et les règles!

        • @ Virgile
          Exact!
          J’habite un autre pays que la Suisse mais il y règne aussi beaucoup de liberté pour essayer et entreprendre. Et oui, on respecte les règles du vivre ensemble et mal se garer, c’est risquer la prune en 15 minutes! Il suffit de le savoir!
          Vous jouez, vous perdez, vous payez: logique!

      •  » pays de fachos  »

        Pays qui n’a pourtant jamais mis de fachos au pouvoir contrairement à la France avec Pétain.

        • @ Le nouveau
          Écoutez! Toute la France essaie d’oublier ce passage, une des sérieuses taches de la « République »: ce n’est pas très patriotique pour l’auto-proclamée « Grandeur de la France », 0,086 % de la population mondiale, quand même!

      • un pays qui fait respecter la loi est un pays de facho?
        alors pour peu que les lois soient justes bien sûr ,vive le fascisme ,non?

    • Je suis tout à fait d’accord avec Mecki, et les revendications des gilets jaunes le confirment. Au lieu de réclamer du libéralisme, ils exigent du socialisme!

  • Bonjour,
    Quelques remarques:
    [i] »en France où le nombre d’espèces animales est en baisse constante. »[i]
    Oui, enfin, sauf les gauchistes…
    Dans votre liste des réussites françaises actuelles, vous avez omis:
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/11/27/97002-20181127FILWWW00056-forte-baisse-du-moral-des-menages-en-novembre.php
    « laissant le pays à la merci des lobbies éoliens, photovoltaïques et manifestement cyclistes »
    Et équins !

  • Et encore, on ne peut pas comparer la Suisse avec la France. La Suisse est un pays 13 fois plus petit que le notre. Un million d’hectare de terre agricole pour 25 millions en France et une population seulement 8 fois inférieure.
    La France devrait être un eldorado, nous sommes assis sur une mine d’or et nos voisins Helvétiques s’en tirent bien mieux que nous. Quel gachis ?

    • La Suisse était le pays le plus pauvre d’Europe avant la révolution industrielle, raison du mercenariat de ses habitants dans les armées européennes. Normal vu son relief montagneux peu propice à l’agriculture!
      Par contre la France était le plus riche, car les terres y sont les plus favorables du continent.
      Donc elle devrait logiquement être toujours le pays le plus riche du monde. Il est parfaitement clair que le problème vient exclusivement de la mentalité française!

  • C’est comme si c’est Le Pen qui avait été élue… Même effet, même chaos, la réalité dépassant même la fiction…

    • Je suis persuadé que cela aurait été moins pire.

      • Certainement pas au niveau des dépenses publiques : retraite à 60 ans, recrutement de dizaines de milliers de militaires et de policiers, création de 40000 places de prison, etc.

        • Je n’aurais pas choisi les dépenses régaliennes comme illustration des faiblesses de MLP (construire des prisons ne serait pas du luxe;) mais, oui, le RN aurait sans doute été plutôt nul en économie. De là à faire pire que LRM? Qui sait?

        • Regardez ce qui se passe aux US. La méfiance envers Trump dès le début de son mandat a fait que les contre-pouvoirs fonctionnent à fond. Je ne discute pas de l’opportunité, ni de la légitimité de ces contre-pouvoirs (médias inclus), mais je présente les résultats.
          Macron est arrivé comme un puceau, comme un ange rédempteur. Personne (ou presque) ne s’inquiétait de sa future prestation, beaucoup de monde attendait que le lait et le miel se mettent à couler à flots suite à son arrivée au pouvoir.
          Quant aux dépenses publiques, cela ne vous aura pas échappé que, malgré la présence dans le programme de Macron de la réduction des dépenses et du nombre de fonctionnaires, ces choses ne sont pas arrivées, mais bel et bien leur exact contraire.
          Accuser donc MLP pour ce qu’elle aurait pu faire (et, d’ailleurs, avec quelle majorité? c’est une question sérieuse) et oublier « en même temps » ce que l’actuel occupant de l’Elysée fait déjà n’est pas très honnête intellectuellement…

          • Allez donc au bout du raisonnement : si celui qui avait théorisé la baisse des dépenses publiques avant son élection se retrouve aujourd’hui à les augmenter, où serions-nous avec une candidate dont les mesures consistaient précisément à les augmenter (tout comme Melenchon d’ailleurs) ?

            • Nous n’en savons strictement rien. On ne peut pas connaître cet univers parallèle. Le « mur des réalités », entre autres.
              Mais vous éludez l’autre partie de mon argumentaire, factuelle celle-là.

          • Aucun des 2 n’aurait été bon. On voit le résultat pour l’un, pour l’autre on ne sait pas. Elle n’aurait pas eu de majorité. Mais cela n’aurait rien changé au gaspillage actuel car piller le pot de confiture, on arrive bien à se mettre d’accord.

            • Quand la haine réciproque est profonde et qu’il n’y a pas de confiance (conséquence logique), on prend plus de précautions, je connais…
              Ils allaient piller quand même, c’est leur seul but lorsqu’ils se présentent, mais la vitesse et l’efficacité auraient été moindres. Enfin, du moins on aurait pu l’espérer.
              Dans l’état actuel des choses, tous les pouvoirs sont de connivence, médias inclus. Alors, il n’y a pas grand chose qui filtre et l’organisation du pillage est largement facilitée.

          • En France il n’y a AUCUN contre pouvoir, La justice et le parlement étant sous les ordres de l’exécutif? La France n’est PAS une démocratie mais une oligarchie! ET comme les media sont aussi aux ordres !

            • @ Virgile
              Effectivement non! La Vième n’a pas été créée pour plus de démocratie mais pour un pouvoir fort du président. Ch.De Gaulle ne s’en cachait pas!

    • Il n’y aurait pas en plus la crise des migrants!

  • les éoliennes lors de forte chaleur brasseront de l »air chaud !! je me trompe? que va-t-on faire !

  • Notre jadis-frétillant Président a pris la parole et les choses sont maintenant parfaitement claires : il est totalement incompétent à son poste.

    En moins de 18 mois, non content d’avoir bénéficié d’une élection truquée, volée aux Français, Narcisse a fait la démonstration qu’il usurpe la fonction, de la vacuité profonde de ses discours pompeux à la stupidité de ses péroraisons climatiques, en passant par ses selfies publiés avec doigté entre deux repris de justice, ses nouveaux amis. Il est temps que Narcisse revienne à la raison et qu’il s’en aille. Il avait le droit de tenter sa chance, pour voir, mais pas de persister dans l’erreur. Qu’il constate maintenant son incapacité serait porté à son crédit mais rester plus longtemps constituerait une faute impardonnable.

    Au revoir.

    • Un nostalgique de l’escroc Fillon, celui qui se goinfre aux frais du contribuable ? …

      • Vous êtes aveuglé par l’écume des choses. L’arnaque Fillon a été révélée à peine une minute après 20h le soir du premier tour, lorsqu’il a appelé à voter Macron.

      • C’est vous qui rigolez, il paraît…
        Il est loin d’être le seul, des très proches de Macron (par exemple, sans oublier notre tribun préféré Mélenchon) ont fait bien pire et personne ne s’en est inquiété.
        Cette histoire a été le pire détournement des élections que j’ai eu à connaître, désolé… Aucun rapport avec ses idées ou son programme, même si je reste persuadé qu’il était le seul qui avait une petite chance d’épargner à la France la chute en cours.
        Et pour finir avec Fillon, avez-vous des nouvelles de ses déboires judiciaires, aussi rapidement mis sur la place publique avant les élections et aussitôt oubliés, aussi bien par la justice que par les médias et par le public? Rien qu’en observant le contraste saisissant entre la précipitation du début et la lenteur d’aujourd’hui devrait être suffisant pour se dire qu’il y a un loup…

        • Fillon était peut-être le moins pire, ou pas.

          La réalité du vol électoral, c’est que tous les candidats sans exception étaient indistinctement des étatistes obsédés, des psychotiques du collectivisme, déficience politico-mentale marquée par la désintégration de la personnalité, accompagnée de troubles de la perception, du jugement et du raisonnement.

          Ecoutez nos politiciens délirer sur l’économie ou le climat, à commencer par Narcisse. Ce sont des psychotiques ; ils cochent toutes les cases du profil clinique.

          Le vol électoral se matérialise lorsqu’il n’y a plus aucune opposition de fond, une opposition portant sur l’essentiel, et qu’il reste seulement des oppositions de forme comme c’était le cas en 2017. En l’absence de choix véritable, l’élection n’a aucune légitimité. L’abstention majoritaire le démontre amplement.

          • Vous avez raison.. Ils sont fous.
            Ils ont tous les symptômes de la dérive sectaire. Même de la plus dangereuse, la secte millénariste et on sait que cela fini tjs très mal. Ces illuminés sont près à se sacrifier (avec les autres) pour sauver le monde.
            CPEF

          •  » En l’absence de choix véritable, l’élection n’a aucune légitimité. L’abstention majoritaire le démontre amplement.  »

            Cela veut peut-être dire aussi que la majorité des français qui jouissent des droits civiques se complaisent dans cette absence de de choix véritable.

            Il y a combien de Français qui jouissent des droits civiques? 30 millions en gros? voir plus?

            Si les français on en vraiment marre dans leur majorité. Ce nombre devrait suffire pour voir émerger un vrai parti d’ opposition qui puisse faire le poids face au dinosaure de la politique Française qui font tout pour que rien ne change? ( quand ça change c’est en pire )

            C’est un peu la question que je me pose ?

      • @Joe Bar
        Quand donc comprendrez-vous que les hommes et les femmes politiques sont, par nature, des parasites, escrocs et voleurs. Ils ne produisent rien, vivent donc tous, sans exception de votre travail, ou aspirent à le faire. Leur « métier », c’est de promouvoir des taxes et des règlementations. Ils vous promettent de « résoudre » divers « problèmes », purement imaginaires, engendrés par leurs « actions » précédentes, ou carrément insolubles, avec les fruits de votre travail, le summum de l’arnaque. Alors, en attendant la fin hypothétique de la politique à laquelle nous aspirons tous, entre deux escrocs, il faut choisir le moindre. Et si Fillon a été écarté par les hauts fonctionnaires au pouvoir, c’est bien parce qu’il était un peu moins socialo-compatible que les autres et que ces gens ne supportent pas le moindre risque !

      • @ Joe Bar
        Cessez donc de répéter les dénigrements de la gauche! 150, dont Bartolone, parlementaires au moins employaient leur femme ou enfant comme attaché, il était donc loin d’être le seul. Mais il fut le seul inquiété à ce propos. Le Canard a renouvelé le coup de Giscard et ses diamants, nous plongeant 2 fois dans la merde: Mitterrand et Macron!

    • @ Cavaignac
      Tout ça, c’est du discours sans preuve = du vent, sans plus! Alors oui, adieu!

  • Les élus ne peuvent aller contre oligarchie administrative, pourquoi se mettre une balle dans le pied.
    La soupe est bonne, il fait chaud et tous va bien .
    « On ne gouverne jamais une nation contre ses habitudes » Louis XVI

  • @H16 , c’est le probléme , qui engendra une guerre si nous ne faisons rien , c’est la survie du monde , il ne manque plus qu’un fou furieux avec toute la technologie du 21 ème siècle , pète les plombs !!! ne pas s’autodétruire !!!

  • Tant qu’à faire pourquoi pas lancer un organisme subventionné par l’Etat pour attribuer des points de nullité et de stupidité aussi bien au « peuple » qu’à l’Etat. On pourrait y ajouter un think tank (bien tank) qui proposerait de la taxe pour taxer la taxe. Aïe, on me dit que ça existe déjà. Désolé.

  • Dans son discours concernant le mouvement « Gilets Jaunes » et ses revendications, Macron a exprimé comprendre une revendication dans laquelle il prononce le mot « liberté.
    « On n’est pas assez riche pour être libre ».
    Cette phrase est reprise par Macron et proviendrait des « Gilets Jaunes » qu’il comprend profondément.
    Dans les deux cas, pour les gilets jaunes et le président, la liberté est fonction de la richesse. Que les gilets jaunes, économiquement parlant et libéralement parlant à la ramasse lient « liberté » avec « richesse » je peux passer, mais que le président ne remettent pas les choses au clair, en stipulant que la « liberté » est un Droit, non soumis à des conditions de richesse, me dérange. La protection des Droits fondamentaux des habitants du pays dont il est le réprésentant est sensée être un de ses rôles premier.

    • Pas la peine de continuer à analyser les nombreux manquements de notre Président.
      Pour les « gilets jaunes » par contre, la formule est compréhensible, c’est à dire qu’avec plus de moyens financiers on a plus de chances à faire valoir sa liberté lorsque l’Etat s’y dérobe.
      Ce qui est inquiétant (pour le niveau d’éducation de ce pays) c’est que la responsabilité de l’Etat à garantir les droits fondamentaux n’est pas évidente.

    • La formule est belle. Et je le crois aussi vraie pour l’individu que pour l’Etat. Une certaine richesse est en effet primordiale pour assurer ce droit fondamental. La prospérité économique, assurée par un libéralisme minimal, est une condition nécessaire pour voir naître cette liberté. Ce n’est sans doute pas un hasard que le siècle des Lumières, qui a mis en place les conditions de libération de l’individu, soit aussi celui qui, par ses découvertes, a engendré la révolution industrielle.

    • non la liberté n’est pas un droit , elle se gagne!

      • @claude henry de chasne
        Bonsoir,
        La liberté se gagne quand elle n’est pas un droit, et qu’elle est un privilège de certains.
        Or, la Liberté est un Droit fondamental gravé dans la DDHC de 1789. Certes ce Droit nous est ôté depuis des décennies, et en y regardant un peu mieux, il n’a même quasiment jamais appliqué en 229 ans. Les américains et les suisses y sont parvenus bien mieux que nous.
        Je préfère considérer que la Liberté est notre droit à tous, parce qu’autrement il faudrait aller la récupérer, et ce n’est jamais très joyeux quand il faut le faire.
        L’Etat nous montrera peut-être qu’elle nous est effectivement dérobée, et accaparée par une caste.

        • @ STF
          Oui, évidemment, la liberté est un droit, avec son indispensable copine, la responsabilité qui se conquière (avant vous étiez soumis à l’autorité adulte: parents, enseignants, état …).
          Pour le reste continuer à compter sur ses propres forces est le meilleur moyen d’être libre. Qui vous dit qu’autrui a intérêt à vous libérer, hors la loi?

        • oui çà c’est la théorie.;la ligne bleue des Vosges

          Mais dans la vraie vie le type qui part le matin bosser , entre a 7h le soir pour survivre , est il libre?
          non pas du tout.. tant que son travail lui permet de consommer un minimum il considère qu’il est libre de choisir ce qu’il va acheter(tu parles d’une liberté) .. c’est tout . Quand il ne le peut plus il se sent esclave et il prends un gilet jaune ou va tout casser?
          si la consommation enchaîne le peuple a l’établi plus sérieusement que la chiourme, il ne faut pas qu’elle s’arrête.. sinon..

          quand je dis que la liberté ça se gagne c’est parce qu’avec un minimum d’espace vital , de revenus non liés au travail on devient réellement libre, et riche de tous les besoins dont on a appris a se passer..
          si les gens veulent la liberté c’est le seul chemin qui existe , circonscrire les besoins vitaux ,s’assurer ds moyens pour les réaliser, et vivre libre c’est a dire riche de tous les besoins que l’on a pas, puisqu’on les as identifiés , ou gagner beaucoup d’argent sans travailler.. c’est çà etre libre rien d’autre

    • La liberté rend riche…

  • Il y a un TB article sur idl concernant le libéralisme.
    Sinon:
    La France est un pays communiste. Les Français disent volontiers que les Français sont stupides (les autres ? Eux aussi ?)
    L’éducation et l’information sont bien dosées pour faire en sorte d’éluder un débat d’idées. Rien n’est fait pour faire progresser ou s’améliorer. Au contraire l’on maintient les gens dans l’ignorance et on les encourage à vivre de la richesse des autres.
    Cette richesse se tarissant l’Etat fait en sorte de conserver volontairement son train de vie (en pleine conscience) et de réduire celui du petit peuple.
    Et plus on avance vers la pauvreté, plus le populisme progresse, plus les gens sont manipulables.
    Cela donne donc un besoin de plus d’Etat. Forcément !
    L’on ne trouvera pas de solution à ce problème tant que les Français ne pourront pas formuler correctement leurs besoins et fixer des limites à l’Etat.
    Or les Français le disent:
    C’est de la faute au libéralisme de Macron et au capitalisme.
    Cpef

  • Wouha on a un champion avec joe ! On va dire que joe est un échantillon de ce que la France produit de mieux. On comprend mieux pourquoi les élites au pouvoir peuvent continuer leur petite dictature pourrie. Merci d’illustrer aussi bien le problème. La conclusion reste toujours la même et c’est valable pour les drogués, alcooliques, déprimés:
    L’on ne peut pas soigner les gens si ils ne le veulent pas un minimum. Encore faudrait-il qu’ils connaissent le mot santé et se sentir bien. C’est pas gagné.

  • SUITE: Gravité de la situation: N’oubliez surtout pas qu’elle a déjà servi à démembrer et mettre en faillite la gaullienne et meilleure entreprise publique française vraiment au service du public et de l’environnement. En la mettant dans l’impossibilité totale d’assurer pour l’avenir l’équilibre du réseau européen, ce dont l’Etat est averti, d’où la fuite éperdue de certains politicards…

  • Et c’est pour ça qu’il faudrait faire du climato scepticisme un crime. Il est planétairement dangereux de lire des choses pareilles.

  • @jacques et que croyez vous ? Gafa ? Bien sur qu’ils doivent cracher ces salopries de riches. N’oublions pas netflix. Et l’Irlande, Bruxelles, Luxembourg. Et l’ensemble du monde qui EST un PARADIS. Et pas que fiscal.

    • @ golum
      Oui, de fait, la France est devenue un contre-exemple, un pays où même en gagnant, on perd! Quand l’état veut tout contrôler, il ne maîtrise plus rien! Si vous troquez vos carottes contre les poireaux du voisin, ou un lapin, la France ne touche pas de TVA et plonge!
      Sinon, c’est vrai: on n’attire pas les mouches avec du vinaigre ni les étrangers avec une fiscalité omniprésente! Faut savoir ce qu’on veut!

  • Après 3 ou 4 verres de blanc bien acide (fin de mois difficiles) la France je te comprends mieux. Pas étonnant que la vodka reste le meilleur antidote au communisme. @macron ? Va te faire foutre (pour ton plus grand plaisir, hein ?)

  • @h16
    Excellent article mené avec votre verve habituelle ! Un régal, faute de pouvoir se réjouir de l’actualité.
    Mais pourquoi diable un individu possédant votre acuité et votre talent prend-t-il pour argent comptant les taux de prélèvements obligatoires fournis par la propagande ? Le taux de prélèvements obligatoires calculé on ne sait comment par l’INSEE est incohérent avec les propres chiffres publiés par cette institution. Démonstration (qui demanderait à être affinée) ci dessous. Chiffres en Milliards d’Euros et explications publiés ici : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3547369?sommaire=3547646

    Dépenses des administrations publiques : 1294,0
    couvertes par :
    cotisation sociales et impôts : 1105,7
    autres recettes : 89,6
    revenus de la propriété (!!!) : 15,3
    déficit : 61,4
    Comme les « autres recettes » n’auraient jamais été perçues sur un marché libre, on doit aussi les considérer comme prélèvements obligatoires. Idem pour de déficit, qui est financé par l’expansion monétaire (en toute rigueur il faudrait compter la création monétaire nette).
    Les prélèvements obligatoires s’élèveraient donc à 1294,0 Milliards d’Euros.
    Regardons maintenant du côté des producteurs, contraints de financer ces dépenses. Les « valeurs ajoutées brutes » établies par l’INSEE par secteur pour la même année 2017 seraient les suivantes :
    Sociétés non financières : 1186,0
    Sociétés financières : 82,1
    « Ménages » : 363,6
    Associations lucratives sans but : 35,7
    Total : 1667,3.
    Les associations lucratives sans but (pudiquement dénommées « institutions à but non lucratif au service des ménages » par l’INSEE), étant largement subventionnées (sauf celles qui sont vraiment utiles comme Contrepoints), il est douteux que ce chiffre ait une quelconque signification mais on fait comme si.
    Des producteurs générant une « valeur ajoutée brute » de 1667,3 Milliards d’Euros sont contraints de financer 1294,0 Milliards d’Euros de prélèvements obligatoires, soit un taux de prélèvements obligatoires de 77,6 %.

    • Il me semble que vous avez tenté de calculer le ratio Dépenses/ PIB marchand.
      C’est effectivement celui qui devrait être affiché, mais les stat se font en dépenses/PIB ce qui permet d’effacer la part représentée par l’Etat lui même et ses fonctionnaires.

      • Et pour compliquer encore la tâche, il ne faut pas oublier les impôts et taxes payés avec de l’argent public (les salaires des fonctionnaires, plus aides diverses et variées, voire crédits d’impôt).
        C’est une usine à gaz, le PIB en soi ne veut pas dire grand chose. Seulement, comme les autres pays ont un comportement plus ou moins similaire, il peut servir à faire des comparaisons.

  • Bah , le malheur de la France est son soleil ses plages cela ne pousse pas à travailler avec acharnement plutôt a faire la sieste et des enfants..fainéants de tout pays rejoignez nous !
    Le président la bien compris , d’ailleurs il aime aussi la détente n’est il pas l’homme le plus détendu de France , toujours le sourire a pleine dents , même quand le coq a les pieds les ailes le cou dans la merde..ouf , lui il ne chante pas il cause pour ne rien dire..
    Bon , encore quelques mois et le soleil calmera tout ces esprits échaudés par tant d’incoherence de notre personnel politique ..la vie sera pire qu’hier mais depuis le temps que cette histoire dure….

  • Consigne aux gilets jaunes :
    – pour appuyer la revendication majeure de la compression du nombre de fonctionnaires de 1 million sur 10 ans, achetez uniquement les produits de 1ère nécessité et laissez tomber le reste pendant une période d’un mois !
    et si le gouvernement ne réagit pas recommencer le mois suivant . . .

    – nota: 1 million de fonctionnaires coûtent, à 3,6 millions chacun, la coquète somme de 3600 milliards pour l’ensemble de leur carrière jusqu’à la fin de leur retraite (seuls les agents « régaliens » du terrain doivent rester en place, leurs « cadres » doivent être décimés [au sens figuré]) cette mesure diminuerait nos impôts de l’ordre de 8 à 10% pour le reste de notre vie tout en permettant le remboursement de la dette (2300 milliards d’€ et un budget de l’état en équilibre voire, comme pour la Suisse, avec des excédents conservés pour faire face aux imprévus).

    https://www.boursier.com/actualites/reuters/gilets-jaunes-chute-de-frequentation-dans-les-centres-commerciaux-227566.html

  • L’exemple de la Suisse est mal choisi.
    La démocratie directe vient de rendre l’âme avec le rejet du vote sur l’autodétermination

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contrairement à l'anxiété (un peu feinte) qui se lit sur les visages de certains hommes-troncs de plateau de télévision, la crise se déroule plutôt comme prévu, en ce compris les actuelles "pénuries" de carburant.

Ici, les guillemets sont de rigueur puisque, comme en témoignent les pays frontaliers à la France, il n'y a pas de pénurie de carburant dans l'Hexagone par un manque quelconque de matière première mais du seul fait d'un arrêt des livraisons et de la distribution, exclusivement provoqué par une grève.

On se surp... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

Les déboires subis actuellement par la filière nucléaire mettent en danger la sûreté de l’approvisionnement en électricité à un coût raisonnable pour les particuliers comme pour les entreprises. La promesse de l’État stratège d’être en capacité de fournir une énergie abondante, sûre et abordable est battue en brèche… Cette situation doit être considérée comme une occasion de diversifier et de décentraliser la production d’électricité.

Comment arbitrer de la manière la plus efficace possible pour nous adapter à la raréfaction des ressou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles