La taxe carbone surfe sur le catastrophisme climatique

Vu la peur panique que le réchauffement climatique suscite, il est clair que la chance que cela représente pour ceux qui sauront la saisir est immense.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Réchauffement climatique (public domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La taxe carbone surfe sur le catastrophisme climatique

Publié le 27 novembre 2018
- A +

Par Olivier Maurice.

En même temps que la taxe carbone déclenchait la colère des Gilets jaunes et enflammait le pays,  l’Agence de Recherche US sur le Changement Global  sortait la deuxième partie de son 4ème rapport sur le climat des États-Unis.

Hasard de calendrier qui pourrait peut-être nous éclairer sur le sens économique de cette fameuse taxe carbone et sur la nécessité de faire supporter le coût de la transition écologique par les citoyens et par l’économie. L’ouvrage se donne en effet l’ambition de détailler l’impact économique du changement climatique, d’en évaluer les conséquences et d’en déduire les actions possibles pour en mitiger les risques.

Un chef d’œuvre de l’épouvante

En tout cas, si le but était d’effrayer le lecteur, celui-ci est bien atteint. L’étude énumère avec un rythme diabolique la myriade de plaies qui vont bientôt s’abattre sur le monde : de l’invasion de sauterelles aux ténèbres profondes provoquées par la fumée des feux de forêts gigantesques. Une triple dose d’antidépresseurs et d’anxiolytiques est fortement recommandée avant de vous lancer dans la lecture de cette litanie de catastrophes bibliques toutes plus glaçantes les unes que les autres.

Les auteurs n’ont pas lésiné sur les moyens investis dans la réalisation. On est loin du film de zombies de série B ou du téléfilm catastrophe dont le scénario se résume à mettre une jeune et jolie hôtesse de l’air aux commandes d’un Boeing rempli de passagers vivant chacun un horrible drame familial.

On a fait dans la superproduction. Dans le Game of Throne du rapport institutionnel, bourré d’infographies, de graphiques interactifs, de références scientifiques, de données matricielles et de big data. L’agence a clairement mis les moyens pour que tout un chacun soit implacablement impressionné par le sérieux de l’étude et la gravité des risques encourus par l’humanité.

Je me demande juste combien a bien pu coûter ne serait-ce que l’infographie web de ce rapport… mais ce n’est qu’un détail.

Le réchauffement sera terrible

Après avoir parcouru les 29 chapitres (dont certains, je l’avoue, un peu en diagonale) et avoir repris mes esprits suite à l’avalanche d’uppercuts et de crochets du gauche que cette lecture m’avait infligée, j’en suis venu à changer complètement d’avis sur le réchauffement climatique.

Hé oui, j’ai totalement abandonné les doutes que je pouvais avoir : je n’ai plus aucun scepticisme climatologique. J’en suis même maintenant intimement persuadé, le réchauffement climatique aura bien lieu et il va être terrible !

J’ai décidé d’y croire, vu que je suis d’un naturel optimiste et que, de ce que j’en comprends, le réchauffement de la planète représente sans nul doute possible la plus grande chance, la plus magnifique opportunité qui s’offrira jamais à l’espèce humaine. Il s’agit sans conteste de l’évènement historique le plus favorable à l’ensemble de l’humanité, depuis l’invention du feu ou la révolution néolithique. Le genre de bouleversement qui relèguera la découverte de l’Amérique ou la chute de Rome dans les notes de bas de page de l’Histoire.

Une immense imposture

Tout professionnels que puissent être les auteurs du rapport et malgré l’immense travail et l’indéniable exhaustivité de leurs démonstrations et de leurs conclusions, il saute aux yeux que les climatologues de globalchange.org sont de totales quiches en économie. Ils n’ont pas ne serait-ce que le début du plus petit commencement du sens des affaires et de la réalité de la vie.

Plus grave pour des experts de la prospective et des risques : ils semblent totalement ignorer les principes fondamentaux de l’évolution. Ils ignorent à la fois Darwin et Lamarck. Ils n’ont pas compris (ou ils font mine d’ignorer) que l’adaptation est le propre de la vie.

Leur vision du monde et des hommes semble être un étrange mélange de créationnisme et d’anthropocentrisme. La planète y est vue comme un être vivant éternel et immuable, qui aurait une morale à soi, se fâcherait quand on lui fait du mal et se vengerait de la concurrence faite par ces parasites humains qui osent se moquer d’elle.

Il n’y a dans le rapport que des catastrophes à venir. Même les effets positifs les plus triviaux induits par l’élévation des températures, comme la diminution de l’énergie consommée pour le chauffage par exemple, n’y sont pas mentionnés. Même des conséquences les plus évidentes, comme l’augmentation de la croissance des plantes suite à l’augmentation de l’humidité, du taux de CO2 et de la chaleur, ne sont même pas évoquées.

SWOT !

Tout étudiant en premier trimestre d’école de management ou de commerce sait que pour être capable de prendre une décision, il faut bien sur envisager les risques et les faiblesses, mais il faut surtout considérer les forces et les opportunités. Il apprendra ensuite un trimestre plus tard, que plus les peurs et les fragilités apparentes sont grandes, plus les opportunités sont gigantesques.

Vu la peur panique que le réchauffement climatique suscite, il est clair que la chance que cela représente pour ceux qui sauront la saisir est immense.

Il a fallu que le singe devienne tout maigrichon, faiblard et peureux pour qu’il réalise qu’il avait le choix entre se recroqueviller au fond d’un trou pendant l’orage et celui de capturer le feu qui tombait du ciel pour s’endormir tranquillement à l’abri du froid et des prédateurs.

Les faiblesses sont des forces. C’est le principe fondateur de la vie et de l’évolution, la morale de la fable du chêne et du roseau, du pot de terre et du pot de fer, du corbeau et du renard, du lièvre et de la tortue. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort.

Un océan d’opportunités

Les opportunités d’un réchauffement climatique (s’il a lieu) sont innombrables. Imaginez : c’est comme si tout d’un coup, l’humanité toute entière avait été téléportée sur une nouvelle Terre. C’est comme si on avait une seconde fois découvert l’Amérique. C’est comme si nous étions tous redevenus les colons qui débarquèrent du Mayflower. Tout est à faire ! Tout reste à faire ! Une nouvelle page de l’Histoire de l’humanité s’ouvre devant nous !

Entre l’opportunité économique évidente du business des assurances à développer si les aléas climatiques augmentent, les nouvelles espèces végétales à cultiver, les voyages à organiser vers les plages de Scandinavie devenues les nouvelles destinations touristiques estivales, les milliers de piscines à creuser au nord de la Loire, les infrastructures à modifier pour les rendre plus solides, les nouvelles constructions à bâtir pour les rendre plus confortables, les gains de productivité en énergie qui n’est plus consacrée au chauffage, ceux issus de la récupération par la faune et la flore de l’énergie atmosphérique (qui dit augmentation des températures, dit augmentation de l’entropie, dit augmentation de l’énergie), etc. il y a déjà de quoi occuper pas mal de monde. Et c’est sans compter que j’ai établi cette liste en deux minutes. Qui sait ce qui pourra sortir des méninges des milliards de cerveaux que compte la planète ?

Oui, une incroyable opportunité qui se concrétisera quoi que l’on fasse si j’ai bien compris le rapport.

Le changement, c’est la vie. La vie, c’est le changement.

Un pari perdant-perdant

Sauf que notre gouvernement a de toute évidence choisi de protéger l’économie des risques environnementaux en l’asphyxiant de taxes et de fiscalité. Et cela ne peut être que terrible :

  • Soit il réussit son pari, et alors fini le changement et fini les opportunités. De toute façon, au train où vont les choses, c’est une économie morte qui aura été protégée.
  • Soit il ne réussit pas à endiguer le réchauffement climatique et l’économie sera tellement exsangue à cause des prélèvements fiscaux que notre pays sera bien en peine de mettre en place les investissements qui lui auraient permis de profiter de ces nouvelles opportunités.

Toutes les montagnes d’argent public dépensées pour subventionner des chimères électriques, des moulins à vent et des toitures en silicium, tous les sacrifices inhumains de contribuables totalement étranglés par les taxes pour tenter de diminuer les rejets de gaz à effet de serre, tous les robinets bien fermés pendant le lavage de dents et tous les déchets consciencieusement triés dans les poubelles arc-en-ciel ne changeront pas la terrible conclusion qui s’impose :

Les pays qui auront le moins taxé leur économie et laissé intacte sa capacité d’investissement, ceux qui appréhenderont avec pragmatisme les caprices de Dame Nature… ces pays seront les leaders de demain.

Les autres, qui comme le fait si bien la France actuellement, auront joué le chêne et méprisé le roseau, auront tel le lièvre donné des leçons aux tortues et se seront tel la grenouille gonflé de bonnes intentions et de fiscalité écologique… Ces pays retourneront à l’âge de pierre.

La taxe carbone est comme, voire pire que toutes les autres taxes, une immense bêtise.

 

Voir les commentaires (74)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (74)
  • la taxe carbonne est une escroquerie ,au final la recette va principalement pour ajuster le budget de L’ÉTAT…Pour rectifier , il va créer une commission pour nous faire avaler la pilule !!! quand on veut diminuer le rechauffemeent climatique qu’il taxe les marchandises venant de chine par exemple ,
    ou les légumes d’espagne produisons locaux !!!

    • Produisons localement ? Mais si le légume vient d’Espagne, c’est qu’il est moins cher. Or, moins un produit est cher, moins il a nécessité d’émission de CO² lors de sa production. C’est sans doute contre-intuitif pour nos amis escrolos. En dehors du cas particulier du secteur du luxe, les productions locales, justement parce qu’elles sont plus chères, sont forcément de plus grandes émettrices du gaz diabolisé que les importations de productions lointaines, malgré le transport et la conservation.

      De manière tout aussi surprenante, plus un produit est taxé, plus il est cher et donc plus les émissions de CO² qui lui sont attachées sont importantes. En France, la principale source de pollution atmosphèrique, ce sont les taxes. Même la taxe carbone génère une immense pollution au CO². Rarement une taxe aura autant mérité le qualificatif d’usine à gaz (ce n’est pas une image mais la réalité).

      Tout ceci serait dramatique si le CO² produit par l’homme avait la moindre influence sur le climat. Fort heureusement, cette influence est tellement faible qu’elle en est négligeable.

      • « Produisons localement ? Mais si le légume vient d’Espagne, c’est qu’il est moins cher. Or, moins un produit est cher, moins il a nécessité d’émission de CO² lors de sa production. »
        J’ai du mal à suivre là… Il faudra autant d’énergie en Espagne qu’en France pour faire pousser une tomate (voir plus avec le cout de l’irrigation et du transport…). La différence se fait plutôt au niveau des normes sociales des salariés et environnementale, non ?

        • le soleil est le moteur de la tomate….Et yen a plus en Andalousie…Que chez nous

          • oui donc pas plus ou moins de pollution que la tomate pousse à dans le centre de la France ou Andalousie… Juste un rendement different peut etre…

            • juste des alaires différents , différents parce que moins ponctionnés
              par impots taxes et urssaf

            • non la multiplication des adjectifs a bio, puits local, puis éthique puis équitable, puis ecoresponsable repose sur du vent,…
              juste capter le consommateur puis le forcer par la loi.

        • Ce que M. Cavaignac veut signifier est qu’il y a globalement équiproduction de CO2 par unité de produit consommé, exprimée en valeur : si un produit coûte plus cher en France, c’est qu’il faut plus de main d’oeuvre in-fine pour le produire, or, dans les analyses écologiques, l’homme n’est pas considéré comme un polluant, ce qui est l’escroquerie de départ…
          Mais si on impute à une heure travail l’équivalent production de CO2 par sa consommation d’un individu normal (en se rapportant à 2000 heures/année), on s’aperçoit que se que l’on produit lentement pollue plus.
          Et autrement envisagé, les taxes servent à financer des sangsues administratives qui consomment de par leur activité et de par leur consommation personnelle. CQFD

          • « si un produit coûte plus cher en France, c’est qu’il faut plus de main d’œuvre in-fine pour le produire » Ah bon ???
            Expliquez-moi cela, pour le moment c’est votre postulat qui est l’escroquerie de départ ^^

            • il a raison si 1 fonctionnaire, 1 chômeur, 1 malade vivent sur le travail d’un producteur çà nous fait 4 personnes dépendantes du produit.;
              ha!ha!ha!

            • Si vous achetez 100 tomates pour 100€, ou bien si vous achetez la même quantité (100 tomates) pour 50€, il vous reste soit 50€ de plus pour acheter autre chose (vous êtes plus riche) ou si les autres choses ont le même prix, vous avez besoin de 50€ de moins.
              Donc, soit vous êtes plus riche, soit vous avez moins besoin de produire, donc utiliser moins d’énergie.
              Forcément le producteur qui arrive au même résultat pour produire 100 tomates à 50€ va lui aussi utiliser moins d’énergie au total que celui qui les fait pour 100€.

              • Il faut effectivement analyser les deux versants de la transaction, les efforts côté producteur pour produire et les efforts côté acheteur pour acquérir les revenus nécessaires à la transaction.

                Les produits locaux, s’ils sont plus chers, émettent plus de CO² que les produits importés moins chers. Si les produits locaux sont plus chers du fait des taxes ou des charges sociales, les principaux pollueurs sont bel et bien les taxes et les charges sociales.

                Mécaniquement, un litre d’essence vendu 0,50 euro sans les taxes pollue globalement trois fois moins que le même litre d’essence vendu 1,50 euro, car dès lors qu’il supporte 1 euro de taxes en plus, il faut consentir trois fois plus d’efforts polluants pour l’acquérir.

                D’une façon générale, à revenu égal, les produits qui ne sont plus consommés ni produits à cause des taxes ne polluent plus. Mais la pollution ne disparaît pas comme par miracle avec les taxes. Elle est simplement transférée, déplacée, concentrée dans les taxes.

                Toute chose égale par ailleurs, le moyen de réduire la pollution consiste à réduire les revenus de la population, à l’appauvrir, à l’empêcher de consommer et de se déplacer, dans une vaste et singulière réinvention du servage moderne.

                Les taxes environnementales poursuivent très exactement ce but.

  • Pour évaluer notre force il faut détecter le maillon le plus faible de la chaîne.

  • Vous devriez lancer une pétition dans le genre de celle-ci :
    http://bastiat.org/fr/petition.html

  • Oui moi aussi je vois plus les opportunités citées que les risques alarmistes cependant tout le monde ne voit pas les mêmes opportunités face aux mêmes risques. Cette diversité persiste même après des cursus identiques.
    Plus largement c’est la même chose pour les pays, tous ne font pas les mêmes choix, ce qui permet une plus large offre des possibilités donc plus de chance d’adaptation face aux nécessités.
    En conclusion il me paraît encore plus risqué que toutes les sociétés fassent les mêmes choix, le fameux ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier. Le prix à payer c’est qu’il y a des gagants et des perdants. Cela dit la concurrence fait en sorte que les différences restent contenues dans un intervalle restreint.

    • La France est en train de couler à cause de nos gouvernants et de leur COP, pendant ce temps la Chine pollue davantage pour nous noyer sous ses productions. Ils sont géniaux nos politiciens!

  • Le plus drôle est le jour où ils nous diront: excusez nous , on c’est trompe , aujourd’hui on se les gèle…..en 2203 après Jésus Christ…..mince , on ne connaîtra jamais cette fin de l’histoire sauf si cela arrive demain…..même pas , les’pieds dans la glace ,droits dans leurs bottes ils nous parleront du réchauffement climatique..aux Maldives.

  • l’état pourrait s’en sortir par le haut..
    abolir la TVA sur les taxes , deja
    en effet en matière d’Energie la TVA est calculée sur le total general c’est a dire produit + taxes..

    j’ai interrogé les instance européennes sur la pertinence de la valeur ajoutée d’une taxe..
    On m’a renvoyé a la politique nationale et aux lois votées par les députés notament le texte prévu à l’article 267 du code général des impôts qui précise que l’assiette de la TVA comprend « les impôts, taxes, droits et prélèvements de toute nature » en plus des biens et prestations taxables.
    voté en 1993.. sous François Mitterrand.. les cocus comptez vous

  • En tous cas, ‘le lièvre et la tortue’, nos politiques l’ont parfaitement assimilé.

    On arrive plus loin en rampant qu’en cavalant…

  • « Sauvons la Planète ».
    Toute l’escroquerie est dans cette phrase. Car, Elle ne dit pas que c’est des totalitarismes mondialistes Libéralo-économiques, et Inculto-écolos, qu’il faut se prémunir.

  • « un étrange mélange de créationnisme et d’anthropocentrisme »

    Joliment dit!

  • Plus que le climat, c’est la rareté des énergies fossiles (et donc l’augmentation du cout de son utilisation) que nous (sur)consommons qui risque de modifier de manière radicale le mode de vie des générations futurs… C’est ce à quoi à nos dirigeants doivent nous préparer (indépendance énergétique, alimentaire…), après l’humain s’adaptera (plus ou moins facilement), c’est certain.

    • D’après les prévisions basées sur les réserves connues (hors nouvelles découvertes et amélioration des techniques d’extraction) nous avons 50 ans de pétrole, après cela la fusion nucléaire et l’hydrogène prendront le relais!

      • Oui mais ça fait cinquante ans qu’on a cinquante ans de réserves….Et on en trouve tous les jours….
        En fait on en a pour ce qui est connu au moins 250ans sous le pied…Et comme vous le dites justement, le temps de voir arriver, au point et pratique à utiliser la fission nucléaire et le plasma….

        • Source sur les 250ans de reserve ? J’ai plutôt en tête une 50ans pour le pétrole conventionnel.

          Oui il y en aura toujours mais cela coutera de plus en plus cher à extraire (la terre est un espace fini et le petrol a mis des millions d’année à se former)… Que ferons-nous lorsque la part d’energie grise (energie nécessaire à l’extraction, transformation, acheminiement) sera égale à la part d’énergie produite.

          A ce jour les technologies de fusion nucléaire, hydrogène et plasma ne sont pas au point (et surtout rentabable d’un point énergetique).

          • Relisez Le Club de Rome qui en 1972 avait prévu (proclamé comme une évidence consensuelle et basée sur des algorithmes incontestables – ça ne vous rappelle rien?) la fin du pétrole avant l’an 2000. Caramba, encore raté!

            • En effet, nul ne sait. Mais que les réserves soient de 50, 70 ou 150 ans, nous et les générations futures avons un défi énergétique/environnementale à relever.

              Idem pour les terres rares utiles à la fabrication de nos appareils électroniques, le sable pour les parpaings de nos immeubles, je pense que la vraie question planétaire n’est pas forcément le climat mais la qualité de l’air par exemple (besoin vital) et la gestion vertueuse au niveau mondiale de nos ressources naturelles. La technologie de résoudra pas tout !

              • Les générations futures ont toujours eu des tas de défis à relever, et elles les ont toujours relevés mieux que les précédentes, en expliquant gentiment à leurs aînés où ils pouvaient se fourrer leurs craintes et leurs conseils. Je conçois qu’à l’heure où on approche de la situation d’aîné, on n’aime pas ça, mais ça ne suffit pas comme raison pour que ça change.

              • ce qui résoudra tout c’est la future guerre pour la nourriture quand on sera arrivés a 12 milliards d’habitants.. et çà c’est pas dans 450 ans

                • peut être mais je ne partage pas cet optimisme…

                • Meuh non.
                  L’ONU annonçait quelquechose comme 15 md d’habitants à un horizon 2050 (je n’ai plus l’échéance en tête, désolé), et puis, ils ont abaissé le seuil à 9 Md à ce même horizon, en tenant compte de l’évolution de la démographie. Ce n’est pas une croissance exponentielle.
                  Zut alors.
                  Et puis, pour rappel, toujours le Club de Rome (le club des 5 était moins drôle finalement) qui prédisait des famines immenses en Inde pour l’an 2000. Et l’Inde est désormais exportatrice de céréales. Encore raté.

              • L’air est déjà très pur en France. Est-il nécessaire d’émettre plus de CO2 pour avoir un air encore plus pur ❓

            • Mais ce n’est pas parce qu’ils se sont trompés sur la date, que cela ne finira pas par arriver…

        • Je suis désolé de vous contredire, mais depuis 1986, on ne trouve moins qu’on n’en consomme.
          Tous les mois depuis 1 an maintenant Agence Internationale de l’énergie prévient tout le monde. Le problème n’est pas de ne plus avoir de pétrole, le problème est d’avoir encore longtemps un pétrole au prix actuel. L’IAE est formelle, le prix du pétrole va flamber d’ici à 2025 (voire avant) du fait de la faiblesse des investissements dans le secteur depuis 4 ans.

    • pipeau, allez voir la consommation de la chine

    • Nous aurions besoin de grands leaders genre Mao, Staline ou Pol Pot… pour nous préparer à l’apocalypse. Bien préparés, on y résistera à coup sur… évident, non ❓

  • Je me suis forcée, je dis bien forcée, à écouter le discours de Macron.
    Un discours de 3/4 d’heure qui n »en finit jamais, des phrases qui ne veulent rien dire mais Macron doit les trouver jolies.
    Ensuite il a dit des mensonges tous plus gros les uns que les autres.
    A l’entendre, la révolte des Gilets Jaunes n’est que la conséquence des politiques de Sarkozy (LR) et Hollande (PS) et lui ne fait que gérer ce que ses prédécesseurs ont fait, sauf qu’il oublie qu’il était ministre de l’économie sous Hollande, que les taxes et impôts n’ont fait qu’augmenter, la dépense publique augmenter depuis qu’il est Président!!!
    J’en ai conclu, et je n’étais encore jamais arrivée à cette conclusion, qu’il y a plus qu’urgence à ce que Macron démissionne!!! Ce n’est plus possible, MACRON EST DEVENU FOU!!!
    Sur le plateau de LCI il y avait un Gilet jaune, Virginie qui a eu des paroles plus que sensées, Michel Onfray qui a plus que taclé Macron et sa politique et j’étais bien d’accord avec lui bien que je ne sois pas de gauche comme lui.

    • Ne cherchez pas ,macron fait partie de la caste bien a l’abri cachée dans la dent creuse du requin: la ponction publique..

    • @ lapaladine
      Vous avez vraiment écouté son discours, jusqu’au bout ?
      Vous êtes d’accord avec M.Onfray lorsqu’il nous dit qu’il faut plus de service public ? Vous êtes sûre d’avoir posté au bon endroit ?

      • Je crois, oui. Les opposants sont toujours aussi peu crédibles dans les solutions qu’ils proposent, et ne convainquent personne, mais sont bien meilleurs qu’auparavant dans leur analyse critique de Macron, qu’ils ne prennent même plus le temps de qualifier d’ultra-néo-libéral.

        • Oui enfin quand même, un commentaire qui commence par « des phrases qui ne veulent rien dire mais Macron doit les trouver jolies », faut pas s’attendre à une analyse très poussée ensuite

      • @cachou42
        Ne vous laissez pas aveugler par ce côté des choses chez M.Onfray, triez automatiquement quand vous l’écoutez/lisez et vous verrez qu’il est avant tout un type très observateur qui a développé ce que tous les autres ont perdu en route : un solide bon sens, qu’il allie à une vision en général assez aiguë des situations.

        Quant’à « sa gauche », elle est fort respectable, car c’est celle des lumières, qui était constructrice, et non-pas celle de l’ombre des alcôves de gargottes sordides où les valises de dessous de table passent d’une main à une autre.

    • Soyons optimistes, au moins comme ça on n’aura pas une sortie de crise mi-chèvre mi-chou, et l’abcès devra bien crever.

      • oui l’abcès va crever.;
        cet apres midi en passant dans le bled d’a coté, les gilets jaunes étaient là, avec un barrage filtrant prudemment je pose une question bateau:
        « alors comment vous voyez les choses? »
        un jeune là me dit :

        « de rugy on va lui planter un fer rouge dans le fion »

        bon , ben voila vous avez la tendance du moment apparemment je ne sais pas , mais je pense que le message n’est pas passé..
        et que samedi a paris çà va chauffer grave

    • Avez-vous vu, ou plutôt entendu un polytocard dire une seule fois la vérité ❓

      • Ouais, une fois (sans doute celle qui confirme la règle), avec F.Fillon, quand il a déclaré publiquement que les caisses étaient vides.

        Mais vous remarquerez que même à sec, ils ont trouvé le moyen d’emprunter pour aller trucider M.al-Gaddafi, ouvrant par là-même la porte en grand aux immigrés économiques, et balancer le peu de missiles à +€250k/Pce qui ont bien voulu quitter leur tube sur la tronche des civils Syriens.

        Étrange de ne plus avoir un fifrelin pour son propre peuple et « d’en même temps » creuser le trou de la dette pour aller faire les marioles ailleurs sur les « suggestions » du shadow gouvernment américain, relayées par son deep-state…

  • Autant je ne supporte pas les escrolos sauce Greenpisse et Jadot, et j’émets des doutes sur l’utilité d’une taxe carbone aujourd’hui (je serais OK sur le fond s’il y avait des alternatives viables).

    Mais il est complètement irresponsable aujourd’hui de tenir un discours climato-sceptique :
    – OUI le réchauffement climatique est bien réel.
    – OUI il est dû pour sa très large majorité aux activités humaines.
    – OUI c’est une formidable opportunité pour qui saura la prendre ! (et je ne parle pas des EnR, qui ne servent à rien)

    • Nous devrions nous contenter de votre 3e affirmation. Une fois que tous en seront convaincus, vous verrez que le RCA sera remis en doute par tous ceux, et ils sont nombreux, qui ne voudront pas admettre que c’est parce qu’ils ne sauraient pas prendre ces opportunités évidentes qu’ils restent sur le carreau.

      • Il m’apparaît évident que le fameux RCA n’est pas la priorité du peuple, et faire sans le peuple en france.; on sait ce que çà peut donner

    • Irresponsable?
      Mais mon brave monsieur, s’il y a réchauffement climatique, c’est tout bénéfice pour l’humanité. d’ailleurs, avez vous remarqué que la population américaine est plus nombreuse aux US qu’au Canada, étrange non? (idem en Europe, on ne se bouscule pas trop en scandinavie).
      Quant à l’origine anthropique , on en débat assez ici.

    • Vous regardez trop la télé. TF1, LCI, France télévisions, BFM sont des officines de propagande de l’Etat Français et ils vous lavent le cerveau plus sûrement qu’une séance de radiothérapie.
      – TF1 appartient à Bouygues (bâtiment, telecom, etc.) qui a besoin des contrats de l’Etat et a besoin de la licence opérateur (4 seulement) et ne peut que supporter que les nervis de l’Etat.
      – France 2, France 3 et déclinaison appartiennent à l’Etat.
      – BFM appartient à SFR (telecom) un des 4, appuie la propagande de l’Etat en échange de la licence opérateur.
      C’est un choix difficile car la réalité est désagréable, mais avaler la pilule rouge vous libèrera.

  • Ok cela pourrait être une opportunité, sauf que les affaires ont pour prospérer besoin d’une certaine stabilité dans la société. Le réchauffement climatique ne peut que provoquer énormément d’instabilité.

  • Voyons, ce n’est pas sérieux, il a été constaté et prouvé que de simples éruptions volcaniques (exemple le Laki quelques années avant la révolution française) avec des dégagements bien inférieurs que ceux cités dans votre post ont eu un impact direct sur les températures et ainsi sur la géopolitique mondiale.
    Alors peut-être que le C02 n’est pas à l’origine du réchauffement climatique. Cependant, il est difficile de trouver un autre candidat. En effet, tous les précédents épisodes de modification du climat ont d’une part une origine astronomique (ou volcanique) prouvée, et deux eu un effet beaucoup plus étalé dans le temps (hormis pour les épisodes volcaniques, qui pour leur part ont eu un effet limité dans le temps.

    • @dreuf
      Évidement que c’est sérieux, car votre argument ne tient pas la route – si la volcanologie a une grosse influence sur les températures, ça n’a rien à voir avec la quantité de CO₂ dégagée lors d’une grosse éruption, mais tout à voir avec la taille des particules véhiculées par des panaches monstrueux qui atteignent et dépassent 40 km d’altitude – plus elles sont fines et légères et plus il faudra de temps avant qu’elles finissent par retomber sur terre. En attendant, elles font tranquillement le tour de la terre et font obstacle au rayonnement solaire et le réfléchissent en partie.

      Quant’aux autres coupables potentiels, si vous étiez attentif, vous auriez remarqué que depuis maintenant plus de 15 ans, on n’entend absolument plus parler de l’activité solaire…

      Au passage, je vous rappelle que la simple inclinaison de l’axe de la terre sur ~23.5° suffit(sait ?) pour que, suivant sa position sur l’orbite annuelle, vous-ayez de la neige l’hiver et de la chaleur l’été au même endroit – ce qui veut dire que la plus infime des variations dans le rayonnement solaire a une énorme influence à l’arrivée ; il-y-a aussi d’autres causes, certes plus « ésotériques » aux yeux d’un tas de gens, mais je doute que vous-soyez prêt à les appréhender.

  • Étonnant que tout ce qui concerne le CO₂ à ce jour ne repose sur absolument rien de tangible, et que les poliotiques continuent à s’engouffrer dans un chemin sans issue (enfin, pas si étonnant que ça, puisque l’un des buts de ceux qui tiennent leur laisse est bel et bien de « récupérer » tout l’argent des gens en général, et celui des pauvres en particulier) :

    * les fameux « coefficients de correction » du giec, permettant de déformer à loisir (et à dessein) la courbe des températures, basés à presque 100% sur l’hypothèse que les fonds des océans primitifs étaient à +20°C, sont archi-faux, car manque de bol, tout cela a volé en éclat l’année dernière avec la découverte de squelettes de diatomées vivant exclusivement sous haute-pression et ne peuvant se développer qu’à basse température,

    * les chiffres réels des températures, repris intégralement par un jeune mathématicien français spécialisé dans le domaine des statistiques (sèpusonom ni celui de son bouquin), ont juste montré que la température terrestre est en phase de plateau depuis 20 ans (tiens, ça coïncide juste avec le début des élucubrations giecuesques, bizarre, bizarre – comme c’est étrange…),

    * et le clou dans le cercueil final a été planté par le pape de la glaciologie (sorry, sèpusonomnonplu), encore un français, qui malheureusement ne s’est montré qu’une seule fois (bon, c’est vrai que lui, il a un vrai métier le reste du temps), pour déclarer sèchement que les analyses des carottes glaciaires montrent toutes exactement l’inverse de ce qui est clamé par les réchauffistes, à savoir que l’augmentation du taux de CO₂ dans l’atmosphère suit celle des températures.

    Par ailleurs, ceux qui passent sur l’autoroute à proximité de la centrale de Nogent-sur-Seine en tant que passagers par une froide journée de printemps, mais avec un soleil radieux, auront sans doute remarqué que, dans un ciel sans aucun nuage, il se forme très souvent un monstrueux cumulo-nimbus à l’aplomb de cette centrale – et ça, ça n’est pas qu’une paille climatique.

    Donc, le constat est simple : il s’agit pour certains de tondre à ras le mouton-tribuable, et même celui qui ne contribue que peu par l’entremise de sa totomobile ; et puisque, comme d’habitude, ici, l’état en profite toujours pour voler plus, afin que les poncktionnaires puissent continuer à péter dans la soie sur le compte des autres, cela prend des allures dantesques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

changement d’heure
5
Sauvegarder cet article

L'étau hygiéniste semble progressivement se desserrer dans le monde : aux États-Unis, les obligations vaccinales tentées par l'administration Biden ont été salement retoquées, un nombre croissant de pays laissent tomber les restrictions sanitaires dont l'aspect inopérant voire néfaste commence à apparaître à la vue de tous...

Eh oui : en témoigne le changement notable d'attitude de la plupart des laquais de l'information sur les plateaux télé ainsi que le retour de certaines personnalités raisonnables sur les ondes, le monde commence à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles